7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Les grandes idées politiques
& Thèmes Débatssociété Collection dirigée parÉric Keslassy
Les grandes idées politiques
F a b r i c e F L I P O
P h i l o s o p h e
Retrouvez toute la collection Thèmes Débats & sur notre site
www.editions-breal.fr
© Bréal, 2015 Toute reproduction même partielle interdite. ISBN 978 2 7495 3463 3
AVANT-PROPOS
« L’alternative de la droite et de la gauche a-t-elle encore un sens ? » Raymond Aron, L’opium des intellectuels(1955)
La démocratie vit des heures difficiles. Il existe de nom-breux facteurs explicatifs à ce « désenchantement démocratique » mais l’une des raisons fondamentales se trouve dans ce que l’on nomme « la fin des idéologies ». Les clivages traditionnels se sont grandement estompés, en parti-culier sur le plan économique. Dès 1955, Raymond Aron posait une question alors interdite : existe-t-il encore une véri-table différence entre la gauche et la droite ? Avec la chute du mur de Berlin en 1989, la progression conséquente de la mon-dialisation et l’intégration européenne qui semblent rogner les marges de manœuvres nationales en termes de politique éco-nomique, les citoyens sont de plus en plus nombreux à considérer que les partis de gouvernement mènent la même politique. Ils peuvent alors choisir l’abstention ou se réfugier dans un vote populiste.
Dans ce contexte, l’ouvrage de Fabrice Flipo se révèle très précieux puisqu’il vise notamment à revenir sur la généalogie et les implications des grandes idées politiques. Ainsi, libéra-lisme et socialisme sont étudiés dans le détail, rappelant qu’il existait bien à l’origine une véritable opposition entre ces deux « idéologies ». Les courants minoritaires – comme l’écolo-gisme et le centrisme – et ceux qui se trouvent aux marges de
la démocratie – tels que le populisme, le nationalisme – ou clairement en dehors du champ démocratique – à l’image du fascisme et du totalitarisme – sont également analysés en pro-fondeur. Un ouvrage qui doit aider les étudiants mais qui, bien au-delà, intéresse tous leshonnêtes hommes.
Le 6 avril 2015, Éric Keslassy Directeur de la collection « Thèmes et Débats Société ».
SOMMAIRE
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
Chapitre 1 – Le libéralisme est-il le laisser-faire ?. . . . . . . . . . . .15 1. – La « liberté des Modernes » ou l’ordre par le marché. . . . . . . . .16 2. – L’état de droit et le danger de l’anarchie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 3. – La démocratie représentative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Chapitre 2 – Le socialisme est-il forcément paternaliste ?. . . .33 1. – L’inégalité dans l’échange. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 2. – Communisme ou socialisme ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
Chapitre 3 – Les courants minoritaires sont-ils de véritables idéologies ?. . . . . . . . . . . . . . .51 1. – L’écologisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 2. – Le centrisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 3. – L’anarchisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 4. – Le conservatisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
Chapitre 4 – Tous les courants sont-ils compatibles avec la démocratie ?. . . . . . . . . . . . . . . .77 1. – Le populisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 2. – Le nationalisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 3. – Fascisme et totalitarisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88 4. – Le scientisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 5. – La théocratie, la laïcité et le sécularisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
Chapitre 5 – L’espace international est-il vide d’idées politiques ?. . . . . . . . . . . . . . . . . .111 1. – Les spécificités de l’espace international et leur évolution récente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
2. – Trois grandes idées : réalisme, éthique du droit naturel et cosmopolitismes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 a. – Le réalisme des États. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 b. – L’internationalisme ou éthique du droit naturel. . . . . . . . . . . . . . . . .118 c. – Les cosmopolitismes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
Chapitre 6 – La Constitution française. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
Conclusion – Qu’est-ce que le politique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
INTRODUCTION:PENSER LA DÉMOCRATIE9
INTRODUCTION
La crise démocratique contemporaine est largement avérée. Elle se manifeste principalement par l’abstention lors des scrutins, un défaut important de confiance envers les élites et des votes se dirigeant vers les extrêmes. Une telle situation demande de clarifier certains grands repères afin d’aider l’in-dividu dans ses choix. L’idée ici est d’éclairer le s débats politiques contemporains avec les auteurs classiques de philo-sophie politique et de sociologie politique, de manière à ce que « l’honnête homme » puisse mieux comprendre et situer les partis politiques dans une perspective plus large et de temps long. Le temps court de la politique étouffe cette pers-pective ; les divers concepts (tels que libéralisme, socialisme ou conservatisme) sont mobilisés en situation de revendication ou de stigmatisation et le plus souvent dans un but rhétorique. Ces joutes permanentes entre spécialistes rendent les enjeux difficiles à comprendre. L’éclairage académique fournit ici cette profondeur attendue. Ce livre ne se contente pas de reprendre d’autres manuels plus fournis sous une forme allégée. Sa méthode est différente. La plupart des volumes disponibles procèdent tout d’abord
10LES GRANDES IDÉES POLITIQUES
par une entrée par auteur, ou par régime politique, plus rarement les deux. Ils développent ensuite une approche chronologique, e e partant duXVIIIou duXIXsiècle, pour arriver aux enjeux contemporains. Enfin, ils limitent l’enquête au domaine du politique, en excluant la société civile et l’économie, au motif que ce sont des questions relevant d’une autre disc ipline. L’approche par auteur a l’inconvénient de ne jamais discuter des idéologies en tant que telles. À part le cas très spécifique du marxisme, il est rare qu’un ou même plusieurs auteurs suf-fisent à décrire un courant politique structuré et durable sur la scène politique. Certains courants comme le conservatisme ou le nationalisme n’ont même pas toujours de discours clair car l’anti-intellectualisme fait partie de leurs compos antes. L’entrée par régime politique ne permet pas non plu s de rendre compte des catégories à l’œuvre dans un régime parti-culier comme celui de la France, et plus largement dans le monde occidental aujourd’hui. Les courants monarchistes, théocratiques ou dictatoriaux ne présentent pas de candidats aux élections ; comprendre et connaître leurs motivations pro-fondes sont néanmoins importants pour se repérer dans le monde d’aujourd’hui. Enfin, le fait d’exclure la société civile et l’économie pose un problème important à partir du moment où les idéologies politiques accordent souvent une place importante à ces objets. Ces limites ont été pointées par cer-1 tains universitaires , mais ils n’ont pas assez souligné qu’en conséquence les manuels disponibles sont souvent peu utiles à l’honnête homme. Les spécialistes et les étudiants qui aspirent à le devenir sont leur véritable public. L’approche développée dans cet ouvrage procède donc de manière assez différente. À partir des catégories employées au
1. Voir notamment Skornicki A. et Tournadre J.,La Nouvelle Histoire des idées politiques, La Découverte, 2014.