Cette publication est accessible gratuitement
Lire

3/ Des trésors dans le grenier

2 pages
3/ Des trésors dans le grenier Des biens anciens à estimer Après avoir inspecté le grenier et les pièces de la maison, vous pensez avoir déniché une ou plusieurs perles rares potentiellement valorisables. Objets d'art, tableaux, meubles anciens et objets de collection... Définir la valeur marchande d'une antiquité n'est pas simple pour le profane, et prête souvent à désaccord entre l'acheteur et le vendeur. Le prix de votre bien dépend de multiples critères : degré d'authenticité pour les oeuvres d'art (signature de l'artiste...), mais aussi rareté, époque, état, provenance... Ne bradez pas votre trésor avant de vous être assuré de sa valeur ! Comment faire ? Il existe de nombreux sites Internet de cotations mais, bien souvent, pas facilement accessibles pour les non initiés, et payants. Le plus simple reste de faire appel à un professionnel du marché. Plusieurs options se présentent à vous : l Vous pouvez vous adresser à un brocanteur ou à un antiquaire. Attention : le risque est qu'il profite de vos faibles connaissances pour vous racheter à faible prix des objets de qualité, afin d'en retirer un plus grand bénéfice à la revente. Plusieurs consultations valent mieux qu'une seule. Vous pourrez ainsi comparer les offres de différents hommes du métier. Vous pouvez recourir à un commissaire-priseur via les maisons de vente. De nombreux professionnels sont à votre disposition dans les départements. Leurs expertises sont confidentielles et gratuites.
Voir plus Voir moins
3/ Des trésors dans le grenier

Des biens anciens à estimer

Après avoir inspecté le grenier et les pièces de la maison, vous pensez avoir déniché une ou plusieurs perles rares potentiellement valorisables. Objets d'art, tableaux, meubles anciens et objets de collection... Définir la valeur marchande d'une antiquité n'est pas simple pour le profane, et prête souvent à désaccord entre l'acheteur et le vendeur. Le prix de votre bien dépend de multiples critères : degré d'authenticité pour les oeuvres d'art (signature de l'artiste...), mais aussi rareté, époque, état, provenance... Ne bradez pas votre trésor avant de vous être assuré de sa valeur ! Comment faire ? Il existe de nombreux sites Internet de cotations mais, bien souvent, pas facilement accessibles pour les non initiés, et payants.

Le plus simple reste de faire appel à un professionnel du marché. Plusieurs options se présentent à vous : l Vous pouvez vous adresser à un brocanteur ou à un antiquaire. Attention : le risque est qu'il profite de vos faibles connaissances pour vous racheter à faible prix des objets de qualité, afin d'en retirer un plus grand bénéfice à la revente. Plusieurs consultations valent mieux qu'une seule. Vous pourrez ainsi comparer les offres de différents hommes du métier.

Vous pouvez recourir à un commissaire-priseur via les maisons de vente. De nombreux professionnels sont à votre disposition dans les départements. Leurs expertises sont confidentielles et gratuites. Si l'estimation vous convient, votre objet sera proposé lors d'une vente de spécialités ou lors d'une vente ordinaire. En tant que vendeur, vous pouvez demander un prix de réserve mais celui-ci ne peut pas être supérieur à l'estimation basse. Rémunérés sur un pourcentage du prix de vente, les commissaires-priseurs ont intérêt à céder votre objet au tarif le plus haut. Le système des enchères est aussi l'assurance d'une mise en concurrence entre plusieurs acheteurs intéressés, pour l'adjudication la plus élevée possible.

Enfin, fréquentez les brocantes ou les salles des ventes afin de vous familiariser avec les objets et les prix. On n'est jamais mieux servi que par soi-même !

Tirer parti des brocantes

En tant que particulier, il vous est possible de ventre votre bien directement sur une brocante amateure. Avec une restriction : la loi précise que les particuliers non inscrits au registre du commerce et des sociétés sont autorisés à participer aux ventes au déballage deux fois par an au plus. Quelques conseils pour réaliser de belles opérations : - levez-vous tôt, car les chineurs professionnels passent avant même l'ouverture officielle du déballage, entre 6h et 8h, afin de faire les meilleures affaires. Ces connaisseurs achèteront vos plus belles pièces avant même l'arrivée du grand public. Ce n'est surtout pas le moment de brader : si vous possédez des objets d'exception, renseignez-vous avant la brocante de leur valeur afin de les céder au juste prix.

- outre les antiquités et autres objets d'art, les disques vinyles, les meubles en formica et la déco années 50, les DVD, les téléphones portables partent comme des petits pains sur les stands. À la liste des produits qui marchent, s'ajoutent les articles de mercerie, les vêtements vintage et les ustensiles de cuisine anciens. - pour attirer les acheteurs, présentez les biens à vendre sur une table ou des tréteaux pour que les potentiels acheteurs n'aient pas à se baisser pour les regarder. Mettez en première ligne les objets les plus intéressants afin d'attirer le badaud, et notez clairement les prix sur chaque objet.

- pour repérer une brocante, les videgreniers et le contact des organisateurs sont recensés sur de nombreux sites Internet : www.brocorama.com, vide-greniers.org... Renseignez-vous aussi auprès de votre mairie.

Pour les objets de valeurs

S'adresser à un antiquaire. Attention à prendre l'avis de connaisseurs avant d'accepter ou non son prix. Renseignements : Syndicat national des antiquaires, 01.44.51.74.74 ou www.sna-france.com. l Contacter un commissaire priseur. Commencez par lui envoyer des photos de l'objet avant un éventuel rendez-vous. Vous pouvez aussi profiter des nombreuses journées d'expertise gratuites proposées par les maisons de vente. Renseignements : Syndicat national des maisons de vente volontaires, 01.45.72.67.39 ou www.symev.org.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin