Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Belfodil, le petit Benzema

2 pages

Belfodil, le petit Benzema Pour commencer, deux questions : comment expliquer qu'Ishak Belfodil, lancé dans le grand bain de la Ligue 1 par Claude Puel durant l'été 2009, ait dû patienter deux années entières avant de goûter pour la première fois à un place de titulaire ?

Publié par :
Ajouté le : 04 octobre 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Belfodil, le petit Benzema

Pour commencer, deux questions : comment expliquer qu'Ishak Belfodil, lancé dans le grand bain de la Ligue 1 par Claude Puel durant l'été 2009, ait dû patienter deux années entières avant de goûter pour la première fois à un place de titulaire ? Et pourquoi a-t-il pendant ce laps de temps complètement disparu des plans du staff technique lyonnais ? A Lyon, tous les observateurs avaient une idée de la réponse : car l'intéressé ne s'investissait pas assez à l'entraînement.

Ce qu'il a d'ailleurs, à demimots, reconnu à l'aube de la saison : "Je pense avoir beaucoup changé car l'année dernière j'étais souvent en tort sur certaines histoires, je n'étais pas tout le temps sérieux à l'entrainement comme sur le terrain mais je suis vraiment reparti sur de nouvelles bases cette saison. J'espère avoir un maximum de temps de jeu comme ce fut le cas pour les matches de préparation où le coach m'a fait confiance." Alexandre Lacazette, Clément Grenier, Yanis Tafer retenus par la Coupe du monde des moins de 20 ans en Colombie, Ishak Belfodil avait en effet profité de la phase de préparation pour taper dans l'oeil de Rémi Garde. Dans un rôle inédit de milieu offensif côté droit, Belfodil a participé à tous les matches de préparation. "Cette nouvelle position me convient bien car elle va avec mes qualités de dribble et de percussion", explique le numéro 39 de l'OL. "Quand je joue dans un couloir je cherche au maximum le un contre un et si je passe alors je peux servir dans de bonnes conditions les attaquants. Par contre, on me corrige beaucoup sur mon placement quand on

Belfodil : "Il nous a manqué deux choses en première mi-temps. L'agressivité car on perdu trop de duels. Il nous manqué aussi de la simplicité. On a trop porté le ballon." Du coup, le jeune attaquant a dû patienter près de trois semaines avant d'avoir de nouveau du temps de jeu : à Dijon, lors de la courte victoire lyonnaise (2-1), il a remplacé Jimmy Briand sur l'aile droite pour les cinq dernières minutes. Evidemment, trop peu de temps pour se mettre en valeur. Mais à Lyon, on continue à croire énormément au potentiel de ce jeune attaquant qui, après tout, n'a pas encore 20 ans.

UN MAXIMUM "AVOIR DE JEU" DE TEMPS

Six clubs à seulement 19 ans ! Malgré son jeune âge, Ishak Belfodil a déjà pas mal bourlingué.

Né à Sétif, en Algérie, Ishak a grandi en France, à Elancourt, en région parisienne. Evidemment, comme tous les enfants, c'est dans le club de sa ville qu'il effectue ses premiers pas de footballeur. Sa famille déménage ensuite du côté de Trappes, où il prend une licence. Le garçon est prometteur, il passe avec brio les premiers tests d'entrée à l'INF Clairefontaine. Malheureusement, au dernier tour, le jeune homme est recalé. Le Paris-Saint-Germain saisit l'occasion et l'engage mais le club de le Capitale ne le conservera pas longtemps : "Je n'étais pas sérieux à l'école et pas assez régulier au football. Je suis parti du PSG au bout d'une seule saison." Ishak rejoint alors l'ACBB (le club de Boulogne-Billancourt, juste à côté de Paris), où il ne reste là aussi qu'une seule année. Repéré par Clermont-Ferrand, il s'y engage et se met à marquer but sur but. A l'époque responsable de la cellule recrutement de l'Olympique Lyonnais, Rémi Garde l'engage en novembre 2008, alors qu'il n'a pas encore seize ans ! Depuis, Ishak grandit dans l'ombre en attendant de se faire une place au soleil. En attendant, peut-être, un nouveau départ.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin