Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Cavendish, l'homme à battre

2 pages

Cavendish, l'homme à battre Châteauroux, Toulouse, Narbonne et Nîmes en 2008, Brignoles, La Grande Motte, Issoudun, Saint-Fargeau, Aubenas et Paris en 2009, Montargis, Gueugnon, Bourg-lès-Valence, Bordeaux et encore Paris

Publié par :
Ajouté le : 03 juin 2011
Lecture(s) : 9
Signaler un abus
Cavendish, l'homme à battre

Châteauroux, Toulouse, Narbonne et Nîmes en 2008, Brignoles, La Grande Motte, Issoudun, Saint-Fargeau, Aubenas et Paris en 2009, Montargis, Gueugnon, Bourg-lès-Valence, Bordeaux et encore Paris en 2010. A force de gagner toutes les étapes du Tour de France qui s'achèvent par un sprint massif, Mark Cavendish pourrait bien avoir bientôt une place ou une rue à son nom dans toutes les cités ayant accueilli le Tour durant sa carrière. Sauf bien sûr les stations de sport d'hiver qui sont le théâtre de magnifiques arrivées au sommet, le Mannois étant le plus souvent dans le Grupetto lorsque le peloton du Tour de France y coupe la ligne.

A six sprints de Darrigade

Sans ça, Cavendish pourrait bien avaler rapidement le record de 34 succès d'Eddy Merckx, qui date de 1975. Mais le Cannibale s'est imposé lui sur contre-la-montre (quinze) et bien sûr, en moyenne ou haute montagne. Ce que Cavendish ne saura vraisemblablement jamais faire. Il n'empêche, avec quinze succès d'étape au sprint, le Britannique est en passe de marquer l'histoire, puisqu'il a déjà dépassé Mario Cipollini, Erik Zabel et Robbie McEwen (douze succès sur le Tour), Jean-Paul Van Poppel, Djamolidine Abdoujaparov et Tom Steels (neuf), Cyrille Guimard (sept) ou Alessandro Petacchi (six). Seul André Darrigade et ses vingt-et-un succès entre 1953 et 1964 sont, pour l'instant, hors de portée de Cavendish. Mais en remportant quatre, cinq, voire six étapes comme en 2009, le Britannique rejoindra le Champion du Monde 1959 au palmarès. Il est en tout cas bien parti, en s'imposant deux fois au sprint sur le Tour d'Italie avant de "bâcher" le matin de la 13e étape car le parcours ne lui convenait ensuite plus, après avoir déjà gagné au Tour d'Oman (1ère étape) et le Grand Prix de l'Escaut. Mais il n'est peutêtre pas imbattable non plus, Alessandro Petacchi est par exemple parvenu à le devancer lors de la deuxième étape du Giro cette année, ni à l'abri d'une chute, comme ce fut le cas dans les derniers kilomètres de la première étape du Tour 2010, laissant Petacchi régler le peloton et son coéquipier Mark Renshaw. Voilà de quoi rassurer et donner un peu de baume au coeur de ses principaux rivaux sur le Tour 2011.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin