La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

DUCATI STREETFIGHTE R 848 Chef de file

2 pages
DUCATI STREETFIGHTE R 848 Chef de file Des routes de montagnes, une Ducati, du soleil. À première vue, tout semblait parfait. Mais il manquait quelque chose. J'étais un peu bougon. La journée de route tirait à sa fin et je commençais à me résigner à quitter la région du sud sans avoir trouvé ce que je voulais. Ce que je voulais, c'était au moins une bonne randonnée à fond de train sur des belles routes sinueuses. La promenade avait été agréable jusqu'à maintenant, mais nous n'avions pas roulé très vite parce que notre chef de file, dans sa grande sagesse, tenait compte du fait que nous étions un groupe aux talents inégaux. Puis voilà que notre chef de file habituel a cédé sa place pour un llaattiinn aauu tteemmppéérraammeenntt pplluuss iinncciissiiff.. C'est ce que j'ai compris dès que je l'ai vu passer le second rapport sur sa Multistrada. Je le suivais sur une Streetfighter 848 et j'ai dû m'adapter rapidement au nouveau rythme de conduite. J'ai aussi commencé à revoir la perception que j'avais de la 848 jusqu'ici. Après quelques minutes de conduite intense, je me suis dit que j'aurais dû augmenter l'amortissement en compression et en détente de la suspension. La Streetfighter 848 est dérivée de la Superbike 848. En passant de la Superbike à la Streetfighter, le moteur a eu droit à un traitement adoucissant. Sur la Superbike, le croisement s'étend sur 37 degrés de rotation du vilebrequin.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

DUCATI STREETFIGHTE R 848 Chef de file

Des routes de montagnes, une Ducati, du soleil. À première vue, tout semblait parfait. Mais il manquait quelque chose.

J'étais un peu bougon. La journée de route tirait à sa fin et je commençais à me résigner à quitter la région du sud sans avoir trouvé ce que je voulais. Ce que je voulais, c'était au moins une bonne randonnée à fond de train sur des belles routes sinueuses. La promenade avait été agréable jusqu'à maintenant, mais nous n'avions pas roulé très vite parce que notre chef de file, dans sa grande sagesse, tenait compte du fait que nous étions un groupe aux talents inégaux.

Puis voilà que notre chef de file habituel a cédé sa place pour un latin au tempérament plus incisif.

C'est ce que j'ai compris dès que je l'ai vu passer le second rapport sur sa Multistrada. Je le suivais sur une Streetfighter 848 et j'ai dû m'adapter rapidement au nouveau rythme de conduite. J'ai aussi commencé à revoir la perception que j'avais de la 848 jusqu'ici.

Après quelques minutes de conduite intense, je me suis dit que j'aurais dû augmenter l'amortissement en compression et en détente de la suspension.

La Streetfighter 848 est dérivée de la Superbike 848. En passant de la Superbike à la Streetfighter, le moteur a eu droit à un traitement adoucissant. Sur la Superbike, le croisement s'étend sur 37 degrés de rotation du vilebrequin. Sur la Streetfighter, il est réduit à 11 degrés pour privilégier la douceur de roulement à bas régimes. La dernière fois que nous avons mesuré la puissance à la roue arrière d'une Superbike 848 sur un dynamomètre, nous avons obtenu une lecture de 120 ch. Alors j'imagine que celle-ci en produit 110 environ.

La douceur de roulement, comme toute chose, est un concept relatif.

Dans le trafic des rues, la Streetfighter se comporte comme un chat dans une cage (un chat qu'on emmène chez le vétérinaire). Le tirage final a beau avoir été raccourci par rapport à la Superbike, il est quand même long, tradition Ducati oblige. On sent que la bête veut s'échapper, mais la circulation, et le civisme qui s'impose quand on roule en groupe, nous incitent à la retenue.

Le seul remède pour remédier aux défauts des sportives, c'est une bonne dose de grande route, et cela s'applique tout autant à la Streetfighter.

Son guidon est plat et large, mais il est tout de même un peu bas pour la conduite urbaine et on le sent dans les poignets. La selle est plutôt ferme mais les repose-pieds sont bas (et étonnamment courts, ce qui est peut-être une façon d'obtenir à la fois une bonne garde au sol en virage et un bon dégagement pour les jambes).

La Streetfighter permet une conduite légère et rapide tout en offrant une très bonne stabilité (même quand l'amortissement de la suspension est mal ajusté comme nous l'avons expliqué plus tôt).

Si on m'avait demandé ce que je pensais de la Streetfighter à 15 h cet après-midi-là dans les montagnes, j'aurais fait un rapport positif, sans plus. Mais à 16 h, après une heure à la poursuite du chef de file, j'ai eu l'impression d'avoir saisi mieux que jamais ce qui fait l'essence de toutes les Ducati (mise à part la Diavel peut-être) : c'est quand on les pousse à fond et qu'on les bouscule que les Ducati passent de compétentes à exceptionnelles. Plus on roule fort, plus on prend conscience du feedback sublime que renvoie le cadre, et de la capacité du moteur à appliquer sa puissance sur le pavé avec une redoutable efficacité. Dans certaines courbes au revêtement aussi défoncé que chez nous, malgré les composantes de suspension milieu de gamme et leur mauvais calibrage, la Streetfighter me laissait toujours savoir combien il me restait de traction en banque, et jusqu'où je pouvais pousser les pneus Pirelli.

Si j'achetais une Streetfighter, je ferais quelques modifications : une ou deux dents de plus au pignon arrière, une selle un peu plus souple et un guidon un peu plus reculé. Le son des échappements est parfait tel quel, donc pas besoin de changer les silencieux. Avec l'argent ainsi économisé (!) je raffinerais la suspension et je ferais peut-être installer un amortisseur Elka un peu plus tard.

Certains trouveront peut-être que ce serait fou de modifier une moto toute neuve. Mais je pense que, sans dépenser une fortune, on pourrait transformer la Streetfighter 848 en une machine absolument exceptionnelle.

- Twin puissant - Design - Partie cycle sportive - Passagers ? - Confort