Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Quitter Venise

de editions-du-mercure-de-france

Le King, toujours royal

de le-nouvel-observateur

Êtes-vous People?
Sourire ironique, regard pétillant sans illusion, et ce détachement de quelqu'un à qui «on ne la fait pas». Lionel Chouchon avec son casque de cheveux blancs semble à l'abri de tout. Depuis 50 ans qu'il fréquente la foire aux vanités, il connaît trop la fragilité médiatique pour succomber aux pièges de la «pipolisation », même s'il contribue indirectement à travers les événements qu'il organise au développement de cette population avide de célébrité qu'on appelle les «people». Les milliardaires insouciants, les magnats du pétrole, les rois du foot, les plus rayonnantes des étoiles hollywoodiennes ... En bref, les gens qui ont fait et continuent de faire rêver la planète. Un mot qui rime avec midinettes. Or, la population des «people» - prononcer pipole - ne cesse de proliférer malgré les fièvres et les chutes de tension de l'économie. Il a commencé tôt. Il avait 13 ans quand son père qui possédait une entreprise de décoration et d'ameublement s'est fait tuer sur un passage à niveaux. À 8 ans, il voulait être vétérinaire. À 18 ans, il écrit son premier roman. Deux cents pages pour en finir avec une histoire d'amour qui avait mal tourné. D'autres se contentent quand ils sont plaqués de gémir ou de faire une dépression. Pas Lionel, il se met à écrire, ça le ressuscite. Une douzaine de romans et pamphlets allaient suivre. C'est ce que Lionel Chouchon appelle son «côté plume». À première vue antinomique de son côté « business ». Il attend une dizaine d'années pour publier un ouvrage insolite et inattendu La tête enflée (chez Denoël), un premier roman « pop art » où le lecteur découvre collé un à un sur chacun des 5000 exemplaires une épingle à cheveux, la photo d'une femme dénudée, un ticket de métro, un bon de réduction : une manière surprenante d'illustrer l'histoire. Lionel vient d'inventer le «livre objet» et probablement de découvrir sa vocation pour l'événementiel, c'est son côté business. Son parcours atypique prouve qu'il existe un lien entre la création et l'argent. La littérature et le journalisme mènent à tout «à condition d'en sortir». L'étonnante réussite de Lionel Chouchon prouve le contraire : il faut y rester pour entretenir le don de surprendre qui est l'essence même de la publicité et de la littérature.
Un écrivain comme un publicitaire est d'abord un créatif. Il invente et d'autres sont là pour assurer la gestion, la commercialisation, bref le marché. Lionel avait fait Sup de Co et droit en vue d'intégrer l'affaire familiale que dirigeaient sa mère et son frère aîné depuis la mort de son père. Mais le temps qu'il accomplisse ses 27 mois de service militaire, l'affaire en question n'existait plus. Il se lance alors dans la publicité où il devient rédacteur-concepteur et décide, deux mois avant Mai 68, de lancer Promo 2000, une agence de Relations Publiques devenue aujourd'hui l'un des géants de la communication sous le nom de Public système et, depuis un an, en raison d'un nouveau partenariat,