Cette publication est accessible gratuitement
Lire

FULGENCE OUEDRAOGO " Le championnat n'est pas fini !"

3 pages
FULGENCE OUEDRAOGO " Le championnat n'est pas fini !" "La Coupe du monde m'a fait grandir." Dans quel état d'esprit retrouvez-vous le MHR ? Je suis heureux d'avoir retrouvé mes équipiers. J'ai repris plaisir à m'entraîner avec eux. Je suis un peu le petit nouveau qui débarque au club car je suis parti depuis plusieurs mois. Je reviens après une longue absence. Il faut retrouver ses marques et ses habitudes. Pour le moment, il n'y a pas de très bons résultats. C'est un peu compliqué. Tout le monde doit se remettre au travail pour connaître des jours meilleurs. Peut-on uniquement expliquer les difficultés du MHR en raison de l'absence des Mondialistes ? Non. Parfois une saison se joue à rien, voire même sur quelques rebonds favorables ou pas. L'an dernier, on avait eu la chance de se mettre rapidement en confiance. Cette même confiance nous avait portés tout au long de la saison. L'équipe ayant actuellement du mal à mettre son jeu en place, elle a un manque de confiance. Les résultats ne s'enchaînent pas dans le bon sens. Mais ce n'est pas l'absence des Mondialistes qui explique exclusivement ce début de saison. Je pense aussi qu'on est plus attendus cette année. Mais le championnat est encore long. Avec cette casquette de sauveur, n'allez-vous pas subir avec François (Trinh-Duc) une trop grande pression ? On revient avec notre envie, notre enthousiasme. On va essayer de la transmettre au groupe. Cependant, on ne va pas à nous seuls changer la situation.
Voir plus Voir moins
FULGENCE OUEDRAOGO " Le championnat n'est pas fini !"

"La Coupe du monde m'a fait grandir."

Dans quel état d'esprit retrouvez-vous le MHR ? Je suis heureux d'avoir retrouvé mes équipiers. J'ai repris plaisir à m'entraîner avec eux. Je suis un peu le petit nouveau qui débarque au club car je suis parti depuis plusieurs mois. Je reviens après une longue absence. Il faut retrouver ses marques et ses habitudes. Pour le moment, il n'y a pas de très bons résultats. C'est un peu compliqué. Tout le monde doit se remettre au travail pour connaître des jours meilleurs.

Peut-on uniquement expliquer les difficultés du MHR en raison de l'absence des Mondialistes ? Non. Parfois une saison se joue à rien, voire même sur quelques rebonds favorables ou pas. L'an dernier, on avait eu la chance de se mettre rapidement en confiance. Cette même confiance nous avait portés tout au long de la saison. L'équipe ayant actuellement du mal à mettre son jeu en place, elle a un manque de confiance. Les résultats ne s'enchaînent pas dans le bon sens. Mais ce n'est pas l'absence des Mondialistes qui explique exclusivement ce début de saison. Je pense aussi qu'on est plus attendus cette année. Mais le championnat est encore long.

Avec cette casquette de sauveur, n'allez-vous pas subir avec François (Trinh-Duc) une trop grande pression ? On revient avec notre envie, notre enthousiasme. On va essayer de la transmettre au groupe. Cependant, on ne va pas à nous seuls changer la situation. On va avoir besoin de tout le monde. Ce n'est qu'en se plaçant dans une dynamique d'équipe qu'on s'en sortira.

Une place de barragiste est-elle encore possible ? On en est très loin, que ce soit au niveau du jeu et du classement. Il faut faire le dos rond.

Il faut s'appliquer aux entraînements pour bien jouer et remonter au classement.

Quelle est votre situation contractuelle au club ? J'ai encore deux ans à faire.

Ne pensez-vous pas parfois à changer d'air ? On a vu la saison dernière que le MHR pouvait jouer le haut du tableau. Je veux encore progresser cette saison. Si j'ai signé un nouveau contrat l'an passé c'est que je me sens bien dans ce club. Je n'ai jamais pensé partir.

Quels grands souvenirs gardez-vous de cette Coupe du monde ? Je retiens surtout une belle aventure humaine. On a prouvé que ce groupe de 30 joueurs a été fort et solidaire. On a traversé pas mal d'intempéries. On a malgré tout su rester ensemble pour faire un final quasi parfait à un point près...

Les regrets doivent être encore grands...

C'est une grande déception que d'échouer si près du but (8-7). Notre objectif était d'être champions. Mais la manière dont les gens nous ont accueillis à notre retour en France a un peu atténué cette frustration. Mais ce regret de ne pas être allé au bout restera à jamais.

A titre personnel, vous espériez sans doute mieux également ? Quand on est compétiteur, on a envie de jouer. J'ai dû me rendre à l'évidence que j'étais un cran au-dessous de Dusautoir et Bonnaire. Je me suis alors placé dans une dynamique de groupe. J'ai essayé, même si je ne jouais pas, d'apporter quelque chose à l'équipe.

Cette expérience vous a-t-elle fait évoluer ? Je pense qu'elle va me faire franchir un nouveau cap. Même en dehors du terrain, cette expérience m'a fait grandir. Pendant ces deux mois de Coupe du monde, j'ai beaucoup appris.

A la fin de la Coupe du monde, on a vu un Marc Lièvremont isolé. Ne l'a-t-il pas cherché ? Je n'ai pas de commentaires à faire là-dessus. Si j'avais eu des choses à dire à Marc, je l'aurais fait en face. C'est désormais du passé. Je n'ai pas envie de m'exprimer dessus. Un nouveau sélectionneur arrive. On va essayer de gagner sa place encore une fois. On sait que la concurrence est très forte. A moi de faire de bons matches avec mon club pour prétendre à de futures sélections.

Quelle serait une saison 2012 idéale pour vous ? D'enchaîner de bons matches avec Montpellier, que ce soit en Top 14 ou en Cup, une compétition que l'on va découvrir. L'apprentissage sera loin d'être simple. On reste malgré tout très excités à l'idée d'y prendre part. Et d'être sélectionné pour le prochain tournoi reste un autre objectif.

"On va essayer de transmettre notre enthousiasme au groupe"

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin