Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Honda VT 750 C2B Shadow

2 pages

Honda VT 750 C2B Shadow Nouvelle venue dans la gamme Honda France, la VT 750 C2B Shadow va débarquer sur le segment du custom «minimaliste» dès le mois de septembre 2011.

Publié par :
Ajouté le : 06 septembre 2011
Lecture(s) : 10
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

HONDA

de Automobile-revue

PORSCHE Cayenne

de Automobile-revue

HONDA

de Automobile-revue

Honda VT 750 C2B Shadow

Nouvelle venue dans la gamme Honda France, la VT 750 C2B Shadow va débarquer sur le segment du custom «minimaliste» dès le mois de septembre 2011.

Evolution de la VT750S Shadow, la C2B dispose d'une mécanique bicylindre en V à 52° de 745 cm3 alimentée par injection et qui développe 45 chevaux à 5 500 tr/min pour un couple maxi de 65 Nm obtenu à 3 500 tr/min.

La transmission finale est assurée via arbre et cardan. Comme tout custom qui se respecte, la Shadow 750 se pare d'une selle à étage dont la hauteur culmine à 650 mm pour le pilote, elle reçoit une console d'instrumentation placée sur le réservoir et voit deux échappements chromés courir le long de son flanc droit alors que les repose-pieds pilote sont placés loin en avant.

Bien campée sur ses jantes à rayons de 17 pouces à l'avant et 15 pouces à l'arrière, elle confie sa rigidité à un cadre double berceau en acier et est suspendue via une fourche de 41 mm ainsi que deux combinés ressort/amortisseur tandis que le freinage est assuré par un disque de 296 mm à l'avant et à un tambour de 180 mm à l'arrière.

Uniquement disponible en coloris «noir graphite», la Honda VT 750 C2B Shadow sera disponible au tarif de 8 690 euros TTC.

Encore Honda

Honda travaillerait sur un projet de moto hybride... Il semblerait que Honda songerait à initier le monde de la moto à la technologie hybride. Et, pour ce faire, le modèle que le géant nippon aurait choisi ne serait nulle autre que la vénérable Goldwing dont le moteur thermique serait un quatre cylindres à plat, les deux cylindres arrière étant «remplacés» par un massif générateur électrique. Ce choix semble discutable car ce vaisseau amiral vise plus une utilisation sur autoroute, ce qui n'est pas nécessairement le terrain de prédilection des moteurs hybrides. Une plus petite monture à usage urbain semblerait un meilleur choix, mais pour ce qui est de l'espace de rangement pour les batteries, la GL n'a aucune concurrente !

Hesketh renaîtrait de ses cendres ?

Les amateurs de formule 1 les plus âgés se souviendront de ce Lord anglais qui, de 1973 à 1978, posséda sa propre écurie de F1 qui allait même jusqu'à remporter un Grand Prix en 1975 avec James à son volant. Après cette coûteuse aventure, le lord décida de donner son nom à une moto de luxe à tirage limitée. Le Hesketh V1000 mu par un V-Twin à 90 degrés quatre soupapes par cylindre et double arbre à cames en tête prit vie en 1980, elle se voulait la Jaguar des motos anglaises...

Malheureusement, elle ne vit jamais la chaîne de production, se contentant de survivre grâce à l'initiative de Broom Engineering, la compagnie qui conserva le nom de Hesketh vivant durant toutes ces années ? Jusqu'à tout récemment, tel était l'avenir de la marque, mais depuis que l'homme d'affaires Paul Sleeman a décidé de se porter acquéreur du nom, l'avenir semble plus prometteur. Ce dernier a la ferme intention de faire revivre le nom Hesketh, mais cette fois avec une machine à la fine pointe de la technologie des années 2000 ! Des discussions auraient été entreprises avec Ilmor, Cosworth et Rotax. Pour l'instant, rien n'est encore établi, mais le principal intéressé parle d'une configuration V-Twin de 1 000 cm3 (une version 1 200 cm3 devrait suivre) refroidie par liquide à injection de carburant qui devrait développer au moins 150 chevaux.