Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Hygiène féminine & pertes blanches
Ces écoulements sont parfaitement normaux. En revanche, s'ils s'accompagnent de démangeaisons, de brûlures ou de mauvaises odeurs, méfiance, ce sont peut-être les signes d'une mycose, une affection due à un champignon. Et lorsqu'ils sont liquides, jaunâtres, le responsable est, en général, un parasite appelé Trichomonas.
Mais parfois, le diagnostic n'est pas aussi évident, certains symptômes, comme la fièvre et les brûlures urinaires, pouvant être dus à d'autres germes plus ou moins agressifs. En d'autres termes, dès que les pertes vous paraissent suspectes, il est important d'en parler à votre gynécologue.
Quand elle est physiologique
La leucorrhée normale ou physiologique a pour caractéristiques : des pertes blanches de viscosité élevée, ne provoquant aucun trouble fonctionnel, ni irritations, ni prurit, les pertes ne sont pas malodorantes, il n'y a pas de modifications de la muqueuse vulvo-vaginale ou cervicale, elles ne contiennent pas de germes spécifiques d'une infection, le bacille de Doderlein est abondant.
Quandelle estpathologique
La leucorrhée pathologique (ou pertes blanches anormales) débute en général brutalement et s'accompagne de troubles fonctionnels locaux avec modification des muqueuses. Son origine est infectieuse. Elle peut être en rapport avec une vulvo-vaginite, une exocervicite ou une métrite, c'est-à-dire une infection du vagin, du col de l'utérus ou du corps utérin.