Cette publication est accessible gratuitement
Lire

La vraie star de l'équipe de France ?

3 pages
La vraie star de l'équipe de France ? Pour Marc Lièvremont, "c'est le joueur de rugby le plus complet." "La troisième ligne a été magnifique". Même s'il n'a pas voulu mettre un joueur en particulier en avant, Marc Lièvremont a apprécié la très grande performance face aux Anglais de Julien Bonnaire en quarts de finale du Mondial. Et quatre ans après qu'un autre 3ème ligne (Thierry Dusautoir) ait été le héros du quart de finale de Car face à des Blacks qu'on croyait invincibles (20-18), c'est une nouvelle fois un pensionnaire de cette 3ème ligne qui s'est mis en évidence dans le quart de finale néo-zélandais. Pourtant si Bonnaire est avec Thierry Dusautoir le joueur français le plus régulier de ce Mondial, il n'a jamais été un titulaire indiscutable jusqu'à présent. On le sait, le secteur de la 3ème ligne en France est un secteur où il y a beaucoup de concurrence avec Dusautoir, Bonnaire, Ouedraogo, Lakafia, Picamoles, Chabal, etc. Sous l'ère Marc Lièvremont Thierry Dusautoir, son capitaine, était le seul 3ème ligne incontournable. Mais les gros matches réalisés par le Clermontois dans ce Mondial n'ont surpris personne tant Bonnaire est devenu l'un des piliers des Bleus. Marc Lièvremont l'adore, ne cesse de louer les qualités humaines de ce joueur qui est toujours régulier, jamais décevant et qui s'est construit son destin en bleu sans faire de bruit : "Il n'est pas le plus médiatisé des joueurs, mais Julien est devenu un homme de base de Marc Lièvremont.
Voir plus Voir moins
La vraie star de l'équipe de France ?

Pour Marc Lièvremont, "c'est le joueur de rugby le plus complet."

"La troisième ligne a été magnifique". Même s'il n'a pas voulu mettre un joueur en particulier en avant, Marc Lièvremont a apprécié la très grande performance face aux Anglais de Julien Bonnaire en quarts de finale du Mondial. Et quatre ans après qu'un autre 3ème ligne (Thierry Dusautoir) ait été le héros du quart de finale de Car face à des Blacks qu'on croyait invincibles (20-18), c'est une nouvelle fois un pensionnaire de cette 3ème ligne qui s'est mis en évidence dans le quart de finale néo-zélandais. Pourtant si Bonnaire est avec Thierry Dusautoir le joueur français le plus régulier de ce Mondial, il n'a jamais été un titulaire indiscutable jusqu'à présent. On le sait, le secteur de la 3ème ligne en France est un secteur où il y a beaucoup de concurrence avec Dusautoir, Bonnaire, Ouedraogo, Lakafia, Picamoles, Chabal, etc. Sous l'ère Marc Lièvremont Thierry Dusautoir, son capitaine, était le seul 3ème ligne incontournable. Mais les gros matches réalisés par le Clermontois dans ce Mondial n'ont surpris personne tant Bonnaire est devenu l'un des piliers des Bleus. Marc Lièvremont l'adore, ne cesse de louer les qualités humaines de ce joueur qui est toujours régulier, jamais décevant et qui s'est construit son destin en bleu sans faire de bruit : "Il n'est pas le plus médiatisé des joueurs, mais Julien est devenu un homme de base de Marc Lièvremont. Le sélectionneur a compris qu'il pouvait toujours compter sur Julien. Même quand l'équipe est moins bien, il se bat, il est toujours à la pointe du combat. Il n'est jamais mauvais" analyse son coéquipier de Clermont Vincent Debaty. Même quand la France a été mauvaise ou a fait des contres performances comme lors du match en Italie dans le Tournoi, il a été l'un des rares à surnager avec Vincent Clerc et Thierry Dusautoir ; une performance qu'avait soulignée à l'époque Marc Lièvremont d'une phrase lapidaire mais lourde de sens : "Julien est le seul qui a fait preuve d'un coeur italien aujourd'hui". A Bourgoin puis à Clermont depuis trois saisons maintenant, il a appris le goût de l'effort, le sens du sacrifice et aussi bien ses entraîneurs que ses coéquipiers louent dans un même élan les qualités de ce 3ème ligne qui s'impose aujourd'hui comme un leader de l'ASM et des Bleus. Troisième ligne au profil de coureur-sauteur, il règne dans les airs où il est un véritable poison pour le lanceur adverse. Il est aussi très rude à l'impact et que ce soit en attaque comme en défense le 3ème ligne clermontois avance en permanence, il est rarement pris en défaut. Plein de sagesse et faisant preuve d'une sérénité à toute épreuve, Julien Bonnaire est aujourd'hui un joueur au top de sa forme. Il avait déjà été, avec Pascal Papé et Thierry Dusautoir, le joueur français le plus régulier au cours de la phase de poules de ce Mondial. Julien Bonnaire est aussi quelqu'un d'extrêmement modeste, qui n'aime pas tirer la couverture à lui. Et à un journaliste qui lui demandait en conférence de presse après le quart de finale face aux Anglais s'il avait le sentiment d'avoir réalisé le match de sa vie comme le pensaient plusieurs observateurs, il avait paru gêné d'être ainsi mis en avant et avait répondu humblement : "Je n'en sais rien, peut-être, je ne sais pas. Je me donne au maximum comme d'habitude, après, il y a des fois où ça sourit un peu plus que d'autres... Mais je ne vais pas m'arrêter là-dessus, je n'avais pas envie que ce soit mon dernier match de Coupe du monde ; j'espère qu'il y en aura encore deux." Julien Bonnaire est le genre de joueur que personne ne donne titulaire au départ, mais qui finit les compétitions en titulaire indiscutable. Cela avait déjà été le cas lors du Mondial 2007 ou le Grand Chelem 2010 et ça s'est encore vérifié sur cette Coupe du monde. S'il est peu connu du grand public, les observateurs soulignent régulièrement son apport dans les différentes équipes auxquelles il appartient et selon Marc Lièvremont, Bonnaire est tout simplement "le joueur de rugby le plus complet". Un sentiment que n'est pas loin de partager Vincent Debaty : "Julien, c'est la force tranquille, un combattant. Il n'est pas le dernier à chambrer alors que comme ça, de l'extérieur, il paraît sage avec ses petites lunettes de vue. Sur le terrain, il est l'un de nos leaders, c'est clair. Il nous soulage énormément en touche comme il a pu le faire aussi avec les Bleus contre l'Angleterre quand il "vole" une balle vers la 75ème minute alors que la touche se passe à quelques mètres de la ligne française. Il est aussi dur à l'impact." Contre les Anglais, par exemple, pour son match le plus abouti de sa Coupe du monde, il a réussi une vingtaine de plaquages, soit près de 20% du total des plaquages réalisés par les Français. Il a aussi sauvé son équipe à de multiples reprises. Tout d'abord en reprenant Cueto qui partait à l'essai ou en fin de match quand il récupère un ballon sur lancer adverse à cinq mètres de la ligne française. Elu par de nombreux observateurs meilleur joueur du match face aux Anglais, il n'a pas voulu en rajouter une fois qu'il est sorti du pré et que les micros se sont dirigés vers lui : "A la fin, tu sais quand tu as été bon, ce n'est pas la peine d'en rajouter". Lui n'en rajoute jamais et il est très bien comme ça.

"Julien n'est jamais mauvais"

Julien Bonnaire Né le 20 septembre 1978 à Bourgoin-Jallieu 1m92 - 100 kg - 3ème ligne Clubs successifs : Saint-Savin (1996-1999), Bourgoin (1999-2007), Clermont (depuis 2007) Palmarès : Vainqueur du Grand Chelem (2004, 2010), vainqueur du tournoi des Six Nations (2006, 2007), champion de France (2010, finaliste en 2008 et 2009) International français (69 sélections, 6 essais)

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin