Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - ZIP

sans DRM

Le Métro dans le bon wagon ?

5 pages
Le Métro dans le bon wagon ? Le temps des stars et des transferts coûteux semble révolu du côté du Racing. Alors qu'en 2009 avec Chabal, Nallet, Steyn, le club francilien rivalisait avec Toulon, depuis deux ans, le président Lorenzetti fait dans le soft. A l'exception du pilier Luc Ducalcon et du talonneur Dimitri Szarzewski, aucun grand nom n'a signé cette année, le club préférant miser sur la formation et sur des joueurs à fort potentiel comme Machenaud ou Gérondeau : "Oui, on veut prendre cette voie maintenant. On veut faire éclore des jeunes, c'est une grande fierté de voir réussir des joueurs comme Henry Chavancy par exemple. Mais si dans les années à venir, un joueur exceptionnel peut nous apporter quelque chose, on ne s'interdit pas de faire une offre exceptionnelle" explique le président Jacky Lorenzetti. Le Racing a quand même subi beaucoup de changements avec les départs de Nallet, Chabal ou Steyn et surtout la promotion de Gonzalo Quesada qui devient entraîneur en chef en remplacement de Pierre Berbizier qui prend du recul par rapport au terrain. Même si le président s'en défend, ces changements sont la conséquence des problèmes qu'il y a eu l'hiver dernier. Dans son nouveau rôle, Quesada aura pour principale mission de faire franchir un palier au Racing qui arrive à se qualifier pour les phases finales, mais qui bloque ensuite.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

PODOLSKI-LAZIO, L'AFFAIRE EST KLOSE

de le-foot-gazette-des-transferts

ALAIN TRAORÉ RETROUVE JEAN FERNANDEZ

de le-foot-gazette-des-transferts

AYEW ATTEINT DÉJÀ DES SOMMETS

de le-foot-marseille

Le Métro dans le bon wagon ?

Le temps des stars et des transferts coûteux semble révolu du côté du Racing. Alors qu'en 2009 avec Chabal, Nallet, Steyn, le club francilien rivalisait avec Toulon, depuis deux ans, le président Lorenzetti fait dans le soft. A l'exception du pilier Luc Ducalcon et du talonneur Dimitri Szarzewski, aucun grand nom n'a signé cette année, le club préférant miser sur la formation et sur des joueurs à fort potentiel comme Machenaud ou Gérondeau : "Oui, on veut prendre cette voie maintenant. On veut faire éclore des jeunes, c'est une grande fierté de voir réussir des joueurs comme Henry Chavancy par exemple. Mais si dans les années à venir, un joueur exceptionnel peut nous apporter quelque chose, on ne s'interdit pas de faire une offre exceptionnelle" explique le président Jacky Lorenzetti. Le Racing a quand même subi beaucoup de changements avec les départs de Nallet, Chabal ou Steyn et surtout la promotion de Gonzalo Quesada qui devient entraîneur en chef en remplacement de Pierre Berbizier qui prend du recul par rapport au terrain. Même si le président s'en défend, ces changements sont la conséquence des problèmes qu'il y a eu l'hiver dernier. Dans son nouveau rôle, Quesada aura pour principale mission de faire franchir un palier au Racing qui arrive à se qualifier pour les phases finales, mais qui bloque ensuite. Vu son effectif, le club a les moyens d'aller loin en championnat, mais les joueurs bloquent mentalement lorsque les rencontres éliminatoires arrivent.

LE COACH GONZALO QUESADA

Conseiller pour les buteurs du XV de France jusqu'à la dernière Coupe du monde, Gonzalo Quesada a rejoint le Racing à l'automne en remplacement de Simon Mannix, remercié. Connaissant très bien Pierre Berbizier depuis l'époque de leur passage à Narbonne, l'ancien international argentin a obtenu une promotion cet été en étant nommé entraîneur en chef. Une première pour lui, une première risquée car à l'aube d'entrer dans son nouveau stade, le club a de grosses ambitions.