Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Le nouveau Lauret est-il arrivé ?

3 pages
Le nouveau Lauret est-il arrivé ? Tout n'a pas été noir au BO la saison dernière. S'ils ont connu l'une des saisons les plus difficiles de leur histoire, les Biarrots ont eu quelques motifs de satisfaction à se mettre sous la dent avec notamment le retour au premier plan de Wenceslas Lauret. Révélé au grand public lors de la saison 2009-2010, on apprend alors à mieux connaître ce jeune 3ème ligne, originaire des Hautes- Pyrénées, très talentueux, qui a une grosse activité. Bref, il semble avoir un bel avenir dans un sport où il est pourtant arrivé par hasard : "Avant de me mettre au rugby, j'étais plutôt sport individuel. J'ai fait beaucoup de gymnastique et des sports de combat, kung-fu, lutte, judo, taekwondo. J'étais un gosse qui aimait bouger. Puis un jour un ami m'a amené au rugby et ça m'a plu. C'est comme ça que j'ai commencé. Mais c'est bien d'avoir fait d'autres sports aussi. Je vois aujourd'hui que ça me sert beaucoup au niveau du renforcement musculaire et du gainage notamment." Ses premières passes, un ballon ovale à la main se font donc dans le club de Pouyastruc, près de la maison familiale. Petit à petit, il se prend au jeu, passe de plus en plus de bons moments à jouer au rugby et il fait finalement le grand saut en décidant de devenir professionnel au Biarritz Olympique, club de son idole Serge Betsen : "J'étais en sport-études à Bayonne. Il me fallait trouver un endroit où jouer et Biarritz répondait parfaitement à mes attentes.
Voir plus Voir moins
Le nouveau Lauret est-il arrivé ?

Tout n'a pas été noir au BO la saison dernière. S'ils ont connu l'une des saisons les plus difficiles de leur histoire, les Biarrots ont eu quelques motifs de satisfaction à se mettre sous la dent avec notamment le retour au premier plan de Wenceslas Lauret. Révélé au grand public lors de la saison 2009-2010, on apprend alors à mieux connaître ce jeune 3ème ligne, originaire des Hautes-Pyrénées, très talentueux, qui a une grosse activité. Bref, il semble avoir un bel avenir dans un sport où il est pourtant arrivé par hasard : "Avant de me mettre au rugby, j'étais plutôt sport individuel. J'ai fait beaucoup de gymnastique et des sports de combat, kung-fu, lutte, judo, taekwondo. J'étais un gosse qui aimait bouger. Puis un jour un ami m'a amené au rugby et ça m'a plu. C'est comme ça que j'ai commencé. Mais c'est bien d'avoir fait d'autres sports aussi. Je vois aujourd'hui que ça me sert beaucoup au niveau du renforcement musculaire et du gainage notamment." Ses premières passes, un ballon ovale à la main se font donc dans le club de Pouyastruc, près de la maison familiale. Petit à petit, il se prend au jeu, passe de plus en plus de bons moments à jouer au rugby et il fait finalement le grand saut en décidant de devenir professionnel au Biarritz Olympique, club de son idole Serge Betsen : "J'étais en sport-études à Bayonne. Il me fallait trouver un endroit où jouer et Biarritz répondait parfaitement à mes attentes. Je suis donc parti au BO en catégories de jeunes. En plus, Biarritz ce n'était pas très loin de ma famille donc c'était nickel." Ses entraîneurs perçoivent rapidement que le jeune homme a du talent, il connaît différentes sélections chez les jeunes et tape dans l'oeil du staff des professionnels qui n'hésite pas à le lancer dans le grand bain en 2009, à 20 ans seulement. Lauret s'en tire comme un chef et confirme les espoirs placés en lui avec une saison pleine à un poste de 3ème ligne pourtant concurrentiel avec Harinordoquy, Lund & Co. En fin de saison, il est récompensé de sa magnifique saison avec la finale de H Cup au Stade de France contre le Stade Toulousain et une convocation en Bleu pour la tournée dans l'hémisphère Sud : "Je ne pense pas que tout soit allé trop vite. J'ai beaucoup bossé pour essayer de percer. Il y a beaucoup de candidats pour passer professionnel, mais peu d'élus" reconnaît-il aujourd'hui "Mais c'est vrai, en toute honnêteté, je ne m'attendais pas du tout à être appelé. J'avais reçu une présélection, mais de là à être dans la liste définitive il y a un pas. Mais bon, je savais que rien n'était acquis."

"C'est avant tout sur la technique que je dois progresser"

Parti en Afrique du Sud et en Argentine, le coeur léger, avec l'espoir de se montrer, la tournée sera finalement un fiasco avec deux grosses défaites des Bleus. A un an de la Coupe du monde, le sélectionneur a alors voulu se rassurer avec des joueurs d'expérience et Lauret n'a plus été appelé par Marc Lièvremont. Il faut dire qu'il était aussi moins saignant en club, au point de perdre sa place de titulaire au profit de Raphaël Lakafia qui, lui, prendra l'avion pour la Coupe du monde. Resté à Biarritz pendant que les Bleus étaient de l'autre côté du globe, le jeune biarrot n'a pas ruminé sa déception de ne pas faire partie du voyage. Il s'est remis au boulot et a été impeccable au sein d'un collectif pourtant en souffrance et pénalisé par le Mondial. Avec sa belle saison, il est revenu en grâce en sélection et le nouveau staff des Bleus a décidé de lui redonner sa chance. Revenu de la tournée en Argentine avec deux sélections de plus au compteur, il a connu son premier succès en bleu : "En trois capes, j'ai déjà tout connu. Une lourde défaite (42-17 face à l'Afrique du Sud en 2010, Ndlr) et cette année en Argentine un match perdu (23-20) qu'on aurait dû gagner et une large victoire (49-10). C'est clair que j'étais super content de revenir en sélection. Mais ce dont je suis le plus fier, c'est que Biarritz se soit maintenu en Top 14. Maintenant, il faut que je me concentre sur la saison qui arrive et continuer à travailler pour gommer mes points faibles. Le staff m'a dit qu'il fallait que je sois plus incisif et décisif sur mes points forts, à savoir les placages et tout ce qui tourne autour de la récupération du ballon. Je sais donc ce qui m'attend. Plus qu'un travail physique, c'est avant tout sur la technique que je dois progresser." Cap maintenant sur une saison qui doit être celle de la confirmation et de la régularité. Avec en point de mire, une Coupe du Monde 2015 qui lui tend les bras. A lui de faire le nécessaire pour ne pas rater le bon wagon cette fois-ci.

Wenceslas Lauret Né le 28 mars 1989 à Tarbes (France) 1m88 - 101 kg - 3ème ligne Clubs successifs : Pouyastruc (2001-2005), Biarritz (depuis 2005) Palmarès : Vainqueur du Challenge Européen (2012), finaliste de la H Cup (2010) International français (3 sélections)