Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Les deux promus déjà condamnés ?

2 pages
Les deux promus déjà condamnés ? A peine après avoir composté leurs billets pour la Pro D2 et au-delà de la joie bien légitime de rejoindre l'antichambre de l'élite, les difficultés ont surgi pour Béziers et Périgueux. "Quand ces deux équipes finissaient leur saison fin juin, les autres clubs de Pro D2 avaient déjà commencé leur préparation" observe Philippe Benetton. Et le manager général de Béziers - où il est secondé par l'ancien ouvreur All Black Andrew Mehrtens - qui n'a enregistré que trois victoires lors des dix premières journées de poursuivre : "On a donc eu un temps de repos et de construction très limité". Marc Dantin, l'entraîneur de Périgueux, rejoint le constat dressé par l'ancien 3ème ligne international. "Le moment où nous avons su dans quel championnat nous allions jouer est intervenu très tardivement et nous avons été confrontés à un problème de temps... mais aussi de moyens pour préparer notre saison". Lanterne rouge avec une seule victoire (contre Narbonne), Périgueux peut nourrir certains regrets selon son entraîneur qui, hormis "un trou d'air" contre Carcassonne, évoque les courtes défaites concédées devant Auch, Oyonnax et Bourgoin. "Mais aussi le match à La Rochelle (perdu 23-17) avec une penaltouche à la dernière minute que nous négocions mal". Marc Dantin qui a déjà connu le même cas de figure quand il entraînait Lannemezan en 2009 estime que son équipe "n'était pas loin du but à plusieurs reprises".
Voir plus Voir moins
Les deux promus déjà condamnés ?

A peine après avoir composté leurs billets pour la Pro D2 et au-delà de la joie bien légitime de rejoindre l'antichambre de l'élite, les difficultés ont surgi pour Béziers et Périgueux. "Quand ces deux équipes finissaient leur saison fin juin, les autres clubs de Pro D2 avaient déjà commencé leur préparation" observe Philippe Benetton. Et le manager général de Béziers - où il est secondé par l'ancien ouvreur All Black Andrew Mehrtens - qui n'a enregistré que trois victoires lors des dix premières journées de poursuivre : "On a donc eu un temps de repos et de construction très limité". Marc Dantin, l'entraîneur de Périgueux, rejoint le constat dressé par l'ancien 3ème ligne international. "Le moment où nous avons su dans quel championnat nous allions jouer est intervenu très tardivement et nous avons été confrontés à un problème de temps... mais aussi de moyens pour préparer notre saison". Lanterne rouge avec une seule victoire (contre Narbonne), Périgueux peut nourrir certains regrets selon son entraîneur qui, hormis "un trou d'air" contre Carcassonne, évoque les courtes défaites concédées devant Auch, Oyonnax et Bourgoin. "Mais aussi le match à La Rochelle (perdu 23-17) avec une penaltouche à la dernière minute que nous négocions mal". Marc Dantin qui a déjà connu le même cas de figure quand il entraînait Lannemezan en 2009 estime que son équipe "n'était pas loin du but à plusieurs reprises". De son côté, Philippe Benetton estime, lui aussi, que son équipe a très souvent tenu la dragée haute à ses adversaires. "A part deux matches à Dax et : contre Oyonnax, je pense que nous aurions pu ramener des points de partout" lâche-t-il, "à Pau, ce sont deux erreurs d'inattention qui nous coûtent la victoire alors que nous aurions dû gagner et face à La Rochelle qui vient du Top 14, on a livré un match abouti et il a fallu que l'on se retrouve à 13 pour que notre adversaire trouve la faille". Au-delà d'une préparation trop courte, Marc Dantin sait que ses joueurs ne sont pas assez performants "dans la concrétisation dans nos temps forts" et que son équipe doit avoir un meilleur taux de réussite aux tirs. Son homologue biterrois met en avant un problème de discipline car son groupe commet encore trop de fautes. "On y travaille avec un arbitre professionnel qui, chaque semaine, leur parle de la règle. Pour un promu, ce n'est pas facile à ce niveau et on doit limiter le nombre de pénalités contre nous" souligne-t-il. Les deux techniciens ont tout de même des motifs de satisfaction. "On est pas trop mal dans la conquête et la possession du ballon et par exemple, contre Oyonnax, on a cinq minutes de plus que notre adversaire de possession, ce qui signifie qu'on est dans les clous" juge Marc Dantin qui retient la capacité de ses joueurs "à produire du jeu comme à La Rochelle, contre Oyonnax et à Albi, avec une évolution positive notamment en touche, et l'enthousiasme du groupe qui ne rechigne pas au travail". Philippe Benetton se félicite de voir "qu'à chaque sortie, on est en progression en mêlée et sur notre organisation défensive.

On doit faire des efforts dans l'animation du jeu, mais il faut continuer dans cette voie et surtout faire preuve de patience quand on récupère un ballon". Alors que la saison est très longue, Béziers et Périgueux ont en commun d'avoir des raisons d'espérer inverser la tendance.

Mon groupe a un potentiel pour se maintenir en Pro D2" assure l'entraîneur biterrois.

"Nous sommes toujours très motivés, on sait que cette période d'adaptation est très difficile, mais nous ne sommes pas largués du tout et on a d'ailleurs pris cinq points de bonus" explique Marc Dantin qui pallier l'absence du deuxième ligne Julien Dupont (ligaments du genou). "Nous avons encore trois contrats disponibles et nous allons également recruter un pilier et un trois-quarts" annonce-t-il. "Je peux avoir un joueur supplémentaire, mais pour l'instant, je préfère ne rien changer car j'ai suffisamment de joueurs solides" admet Philippe Benetton. D'ici la fin de l'année, Benetton et Dantin se fixent un même objectif : "Gagner nos matches à la maison et au moins prendre des points de bonus à l'extérieur". C'est à ce prix que les deux promus peuvent espérer jouer le maintien dans la seconde partie de la saison.

Dantin (Périgueux) : "Nous ne sommes pas du tout largués"

Périgueux passera-t-il le cap ?

Benetton (Béziers) "On est en progression à chaque sortie"