Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - ZIP

sans DRM

LES GARANTIES BANCAIRES, QUITTE OU DOUBLE

4 pages
LES GARANTIES BANCAIRES, QUITTE OU DOUBLE Crédits pour acheter une voiture, prêt d'argent en vue de l'acquisition d'un logement ou encore emprunt pour financer des études... des actes de pure générosité de la part de la banque, qui ne vous demande que de rembourser la somme mise à disposition et les intérêts ? Pas du tout, en matière de prêt financier, les institutions bancaires savent généralement protéger leurs arrières. Pour limiter les risques liés à de telles opérations, celles-ci ont eu la brillante idée d'instaurer des garanties bancaires. Des clauses obligatoires qui leur permettent de récupérer leur mise de départ, malgré la défaillance financière ou tout autre problème rencontré par leur client. Vente de biens hypothéqués, saisis de matériels professionnels (dans le cas d'une entreprise) ou encore demande de paiement exigée auprès d'une caution... autant de solutions bis de remboursement pour la banque, qui se soldent dès lors par des lourdes difficultés financières pour leur client et parfois même pour des tiers. Seul face à la banque Le premier recours à disposition de la banque pour rentrer dans ses frais reste étonnamment son client lui-même. Un petit tour de passe-passe rendu possible grâce à une caution bancaire, qui peut parfois s'avérer très lucratif pour le créancier : si l'établissement bancaire facture des coûts de gestion sur l'argent bloqué, il n'en rémunère pas pourtant le compte.
Voir plus Voir moins
LES GARANTIES BANCAIRES, QUITTE OU DOUBLE

Crédits pour acheter une voiture, prêt d'argent en vue de l'acquisition d'un logement ou encore emprunt pour financer des études... des actes de pure générosité de la part de la banque, qui ne vous demande que de rembourser la somme mise à disposition et les intérêts ? Pas du tout, en matière de prêt financier, les institutions bancaires savent généralement protéger leurs arrières. Pour limiter les risques liés à de telles opérations, celles-ci ont eu la brillante idée d'instaurer des garanties bancaires. Des clauses obligatoires qui leur permettent de récupérer leur mise de départ, malgré la défaillance financière ou tout autre problème rencontré par leur client. Vente de biens hypothéqués, saisis de matériels professionnels (dans le cas d'une entreprise) ou encore demande de paiement exigée auprès d'une caution... autant de solutions bis de remboursement pour la banque, qui se soldent dès lors par des lourdes difficultés financières pour leur client et parfois même pour des tiers.

Seul face à la banque

Le premier recours à disposition de la banque pour rentrer dans ses frais reste étonnamment son client lui-même. Un petit tour de passe-passe rendu possible grâce à une caution bancaire, qui peut parfois s'avérer très lucratif pour le créancier : si l'établissement bancaire facture des coûts de gestion sur l'argent bloqué, il n'en rémunère pas pourtant le compte. Pour limiter la casse, le client n'a alors qu'une seule solution, négocier d'une part un faible taux d'intérêt, de l'autre la rémunération de cette somme d'argent laissée au repos.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin