Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Magazine Le Figaro du 13 janvier 2010

De
42 pages

Redecouvrez le Figaro magazine du 13/01/2010

Publié par :
Ajouté le : 13 janvier 2010
Lecture(s) : 20
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

1,30€ mercredi13janvier2010 -LeFigaroN°20357-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
Eastwoods’empareCequerapporteraFigaroscope
delalégendeParis l’assurance-vie Mandelaàl’heure
LeFigaroen2010 etvousrusse LeFigaroéconomie PAGE22 PAGE32
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
LeFigaroéconomie SarahPalin,animatricedetélévision Électionslocalesenattendantlesélectionsde2012Compteàrebours
pourl’Airbus
militaire PAGE25 MartineAubry
veutfaire
BrunoLeMaire
fixelescontours voterdel’agriculture
dedemain PAGE23
JapanAirlines lesétrangers
versune
La première secrétaire du PSrestructuration
tente ainsi de diviser la droite. drastique PAGE26
À QUELQUES semaines des te idée figurait déjà par-
régionales, Martine Aubry mi les 110 propositions
Burqa: espère tendre un piège à la du programme de Fran-
droiteenreprenantlaques- çois Mitterrand en 1981,François
tion du droit de vote des nil’ancienchefdel’État
Fillon étrangersauxélectionsloca- ni Lionel Jospin, pre-
les. Dimanche, Éric Besson mier ministre de 1997 àpropose avaitrelancéledébatendé- 2002,n’ontfaitvoterde
fendantcetteévolutiondans loiencesens. PAGE3uncompromis
les«dixansàvenir».Sicet- ETL’ÉDITORIALPAGE19PAGE4
Aéroports:les Sixpatronsjugentlesquotasdeboursiers
passagersvont
danslesgrandesécolesêtrescrutés
L’OBJECTIF de réserver 30% cées». Le Figaro a interrogéàlaloupe PAGE12
des places aux boursiers dans six personnalités du monde
les filières d’élite, fixé par le économique.Tousissusd’éta-
LaChine gouvernement à l’horizon blissements prestigieux, Jac-
2012, continue de susciter un ques Attali, Claude Bébéar,atestéun
vif débat. Pour Nicolas Mercedes Erra, Henri Lach-
Sans renoncer à ses visées sur la Maison-Blanche en 2012,nouveau Sarkozy, les réticences expri- mann, Pierre Mongin et Sté-
Sarah Palin, colistière de John McCain en 2008, rejoint le mées par les grandes écoles phaneRichardprennentposi-système bastion républicain Fox News, un tremplin télévisuel. PAGE9 sont «parfaitement dépla- tion. PAGE13
antimissile
PAGE8
HISTOIRE DUJOURSecouchertard
favorisela «Seigneur,bénissezdépressionchez
lesados PAGE14 cetéléphoneportable…»
uecestéléphonesportablesetces auxportesdeséglises.«LoindeschampsetFoot:Lille, « ordinateurs,symbolesdelatech- enpleincœurdeLondres»,lepèreParrottalegrandbond Qnologie et de la communication préféré bénir des outils de travail plus fa-
dans nos vies de tous les jours, milierspoursesparoissiens:lesBlackBerryenavantPAGE15
nousrappellentqueTuesunDieuquicom- etlesiPhone,sanslesquelslestradersetles
munique.» Le prêche du père David Par- banquiers se sentent perdus. Ce n’est pas www.new-peugeot.com
rott,lundi,devantsesfidèlesdelaCityde un hasard, car St Lawrence Jewry est
Londres, ne pouvait se terminer plus à l’égliseofficielledelaCityofLondonCor-
propos. Sur l’autel de l’église anglicane poration, la puissante organisation qui
St Lawrence Jewry reposaient deux ordi- nommeencorechaqueannéelelord-maire
nateurs portables, un BlackBerry et et ses échevins, dirigeants anachroniques
d’autres joujoux high-tech. Par cette bé- de l’enclave autonome qu’est la City, une Rendez-vous
2nédiction originale, le curé de la City aAP-KEITHBERNSTEIN-BERTRAND- zonedemoinsde3km aucentredelaca-
F.ALOUACHE,B.TESSIER/REUTERS- voulu remettre au goût du jour la vieille pitale. «Que nos langues soient gentilles, en pages 7,9et11.
GUAY,LIUJIN/AFP-PRESSESPORTS- tradition anglaise du lundi des labours, le que nos e-mails soient simples et nos sites
S.SORIANO/LEFIGARO premier lundi après l’Épiphanie, pendant Web accessibles», a prié le père Parrott à
lequellesprêtresfêtaientleretourdespay- l’intentiondesesouailles.Jean-MarieLePen
sans au travail en bénissant une charrue CYRILLEVANLERBERGHE(ÀLONDRES)
Invité
du«Talk
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUSOrange-
L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE19 LECARNETDUJOUR PAGES16et17LeFigaro» »
LACHRONIQUEd’Alain-GérardSlama PAGE19 APARTÉparAnneFulda PAGE42
PAGE4
DÉBATSRégions:unerévolutioninachevée
PrésidentduFrontnational parBrunoRémond PAGE18 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 113 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?a@b@l@d@k;
JOEBURBANK/AP
Cmercredi13janvier2010 LEFIGARO
2 recto VERSO
NicolasSarkozy
lors
delacérémonie
desvœuxaux
parlementaires
etauConseil
deParis,
le7janvier
àl’Élysée.
FRANÇOIS
BOUCHON/
LEFIGARO
Sarkozyauxpetitssoins
et d’écoute méthodique : «Oncultiveénormément
lesrelationspersonnellesetonlefaitdiscrètement »,
glisse Olivier Biancarelli. Le nouveau statut deavecsesdéputés
«parlementaire en mission auprès du président »
fait partie des initiatives mises au point depuis un
peu plus d’un an. Parmi les heureux élus, l’ancien
e président reçoit pour l’apéro. Il Tous les lundis matin, Nicolas Sarkozy commen- secrétaire d’État à l’Outre-Mer, Yves Jego, qui a
s’est assis sur une chaise ordinaire, et ce sa journée avec un groupe de ministres, dont les Le président proposé de travailler sur « la marque Made in
autour de lui une trentaine de dépu- anciens du « G7 » – Éric Woerth, Brice Hortefeux, France », ou encore David Douillet, à qui Nicolas
tés font demi-cercle. Entre petits- Luc Chatel, François Fillon, et, nouvelle recrue Sarkozy a demandé de réfléchir sur la préparationde la République
fours et eaux gazeuses, l’ambiance dans le cercle des ministres associés à la réflexion des grands événements sportifs en France.
est informelle. Deux heures durant, du chef de l’État, Christine Lagarde. Puis il reçoit reçoit ce soir
HyperpremierministreLles députés ou sénateurs sont invités l’équipe dirigeante de l’UMP, composée de plu-
à dire ce qu’ils ont sur le cœur. Le chef de l’État est sieurs parlementaires, notamment Xavier Ber- Tous ces leviers ne sont pas censés pour autantles parlementaires
là pour leur raconter ce qu’est le métier de prési- trand. En fin de journée, il voit à l’Élysée le «qua- constituer un «courant sarkozyste », jure l’Élysée.
dent, répondre aux questions d’actualités, et sur- tuorduParlement » pour caler la semaine : les deux Nicolas Sarkozy a toujours répondu par la négativeà l’Élysée. Réunions
tout «créer une relation plus chaleureuse », selon présidents de l’Assemblée et du Sénat, Bernard Ac- à cette question, et il se refuse d’ailleurs à réunir un
un observateur. Ce jour-là, ilyaun mois c’est le coyer et Gérard Larcher, et les deux présidents de groupe de parlementaires étiquetés «sarkozys-de la majorité,club de la Boussole, qui réunit une trentaine de dé- groupe de l’UMP, Jean-François Copé et Gérard tes ». Mais, depuis le départ de Frédéric Lefebvre
putés de la majorité présidentielle, qui est convié. Longuet. Bis repetita, le lendemain, dans le salon du Parlement, «chien d’attaque » du présidentrencontresNicolas Sarkozy commente l’action de ses minis- des Ambassadeurs, où le président accueille avec parmi les parlementaires, selon la formule d’un
tres, défend malgré tout son choix de Rachida Dati les premiers les vingt-quatre convives du petit dé- collaborateur du chef de l’État, plusieurs députés
–«ellearéformétambourbattant,maisc’estvrai, jeuner de la majorité. Outre des rendez-vous heb- informelles avec ont fait savoir au Château qu’ils entendaient «s’or-
laJusticen’étaitpasunchoixfacile ». À un député domadaires, le chef de l’État reçoit les parlemen- ganiser pour être plus présents au Parlement face à
qui lui demande pourquoi il ne crée pas un courant taires pour des déjeuners thématiques ou des Jean-FrançoisCopé».«Ilnes’agitpasd’uneinitia-des petits groupes
sarkozyste dans la majorité, il répond du tac au tête-à-tête – environ quatre ou cinq par semaine, tivecontreCopé,maisilatendanceàinstrumentali-
tac : «Pourquoivoulez-vousquel’oncréeunecha- selon l’Élysée – et les réunions par petits groupes. serdeplusenpluslegroupeetcelametmalàl’aiseunde députés, cellule
pellequandonaunecathédrale? » À propos de son Et, une fois tous les trois mois, l’invitation dans la certainnombrededéputés», analyse le député Alain
choix de la réforme permanente, il rappelle sans Gest. Parmi ceux-là, outre Alain Gest, figurent no-salle des fêtes de l’Élysée des quelque quatre cent parlementaire
relâche son choix stratégique d’épuiser les syndi- cinquante parlementaires de la majorité. tamment les députés François Cornut-Gentille ou
cats en multipliant les fronts, et il ajoute : «Oba- encore Dominique Perben. Même Hervé Gaymardétoffée :«Prendrelatempérature»ma,endixmois,iln’afaitquelaréformedelasanté, reconnaît en privé ne pas vouloir suivre Copé dans
moij’avaisdéjàfaitvingtréformes. » Et puis il an- Dire que la cadence des rencontres entre le prési- toutes ses initiatives. L’ancien ministre des Finan-Nicolas Sarkozy veillenonce la couleur pour l’année qui vient, dernière dent et les parlementaires est plus élevée que ja- ces est de ceux que le chef de l’État a reçus à plu-
grande année de réformes structurantes : «Nous mais auparavant paraît une évidence à Gérard sieurs reprises en tête-à-tête en 2009. Au départ,
à garder un lien serrénous attaquerons aux retraites et à la dépendance Longuet : «Je suis allé plus souvent à l’Élysée en ces deux-là n’ont pas franchement d’atomes cro-
après les élections, on ne fera rien avant », et il deux ans et demi qu’en trente ans de vie parlemen- chus – Hervé Gaymard devait même, en 2004, être
concède qu’«en 2011 il sera difficile de reformer taire. » Plus qu’un effet de la réforme des institu- envoyé par les chiraquiens pour empêcher Sarkozyentre l’exécutif
autant». Ces rencontres apéros ne sont qu’une des tions qui accorde plus de prérogatives au Parle- de prendre l’UMP. Mais l’eau a coulé sous les ponts,
innombrables occasions qu’a le chef de l’État de ment, cette évolution est le reflet du tempérament et, au fil des conversations, Nicolas Sarkozy a pro-et le législatif.
poser son stéthoscope sur la majorité. du chef de l’État, qui souhaite «être au contact » posé à son ancien « rival » de prendre la tête de
pour convaincre et «prendrelatempérature ». PARCHARLESJAIGU l’Office national des forêts. Lors du dernier rendez-
Pour faire tourner l’agenda et suivre les dossiers, vous, Nicolas Sarkozy l’a même reçu dans ses ap-La«réserve»
le pôle parlementaire est désormais composé de six partements, au dernier étage, au coin du feu.
personnes à l’Élysée. C’est le troisième en impor- L’Élysée ne veut en aucun cas donner l’impres-duprésident
tance après le pôle diplomatique et le pôle écono- sion que ses efforts pour traiter les parlementaires
mique. Olivier Biancarelli, conseiller politique du relèvent d’une stratégie de riposte au président du
RÉCEMMENT, un élu de Lozère a reçu une belle
président, a récemment été confirmé dans ses groupe UMP à l’Assemblée nationale. «Ce seraitlettresignéeduprésidentdelaRépublique.Ellelui
fonctions à la tête de pôle par le chef de l’État : luifairetropd’honneur », sourit un député. Mais laannonçait que son projet d’école pourrait être
«T’es enchaîné à moi! » lui a même lancé Nicolas proposition de loi contre la burqa lancée par Jean-bouclégrâceàlacontributionexceptionnelledela
Sarkozy devant un député. Les hommes de l’Élysée François Copé en décembre a beaucoup exaspéré àréserve parlementaire du chef de l’État. Cette
ont surtout ciblé «unecinquantainededéputéstrès l’Élysée et dans la majorité. «C’estlapremièrefois«», dont le montant oscille «entre
actifs dans la majorité présidentielle», laissant à qu’onaunprésidentdegroupequin’estpaslàpour15millionset30millionsd’euros»,selonlesexer-
cices budgétaires, était auparavant gérée par le Matignon et au secrétariat d’État aux Relations arrondirlesangles », rappelle un élu de la majorité.
ministère des Finances et le ministère de l’Inté- avec le Parlement le soin d’écouter les autres. La Dans la majorité, certains déplorent ces efforts
rieur.Depuisdeuxansetdemi,c’estl’Élyséequipi- présidence assume donc une stratégie d’influence de l’Élysée pour traiter les parlementaires. «C’est
lote directement les attributions de ce fonds, et àMatignondelefaire.Leprésidentnepeutpasre-
nonpluslesministres.Lacelluleparlementairede cevoirtoutlemonde,etcelacréeforcémentuneco-
l’Élysée soumet tous les deux mois des proposi- hortedefrustrés », analyse un conseiller du prési-
tionsd’attributionauchefdel’État.Lechoixdela Jesuisalléplussouventàl’Élysée dent en désaccord avec cette stratégie.
lettre à en-tête est la «touche» voulue par le
L’hyperprésident est devenu sur ce point l’hyper-président. «Ce sont toujours des projets publics, endeuxansetdemiqu’entrenteans premier ministre. Car s’il est au moins un domaineportésparunecommuneouunecommunautéde
dans lequel Nicolas Sarkozy joue au premier mi-communes»,confirmel’Élysée. devieparlementaire»« nistre plus qu’aucun de ses prédécesseurs, c’est laC.J.
GÉRARDLONGUET JEAN-CHRISTOPHEMARMARA/LEFIGARO relation avec les parlementaires.
A
LEFIGARO mercredi13janvier2010
PS:chiffonrougeVœuxdeMartineAubry:
etgrosseficellelediscoursenvidéo 3francePOLITIQUEL’ÉDITORIALDEPAUL-HENRIDULIMBERT PAGE19WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Votedesétrangers:
Aubrytente
dediviserladroite
La première secrétaire du Parti socialiste veut faire
de 2010 « l’an I de la reconquête » pour sa formation.
d’ouvrir un tel débat aujourd’hui. « Non
FRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
seulement je n’y crois pas actuellement,
GAUCHE Martine Aubry tend un gros mais ça me paraît contre-productif,
piège à la droite. À l’aube des élections même si à terme, dans une échéance de
Lapremièrerégionales, la première secrétaire du PS dix ans, ça me paraît être un débat légiti-
secrétairea remis sur le tapis la question du droit me », a-t-il dit.
duPartide vote des étrangers aux élections lo- La question est posée depuis plus de
socialiste,cales. « Sortons des discours sur l’inté- trente ans par la gauche. L’idée figurait
MartineAubry,gration, les étrangers, c’est un peu com- d’ailleurs parmi les 110 propositions du
lorsdesesvœux
me les discriminations, maintenant ça programme présidentiel de François
àlapresse,
suffit : il faut agir», a-t-elle assuré hier Mitterrand en 1981, mais l’ancien chef
hier,àParis.
en présentant ses vœux à la presse. de l’État ne l’a jamais appliquée. Depuis GUAY/AFP
Dans la foulée, Martine Aubry a an- le temps, les socialistes sont donc plutôt
noncé que le groupe socialiste à l’As- au point sur la question. Le 19 janvier
semblée nationale allait déposer une 2006, les sénateurs PS avaient déjà dé-
proposition de loi en ce sens. « Le prési-
dent de la République avait dit qu’il y
«L’hyperprésidenceétait favorable. Eh bien, qu’il la fasse vo-
ter, et nous dirons que c’est une loi portée nerimepas
par l’ensemble de la République françai- avecl’hyperefficacité»
se », a conclu Martine Aubry. liser et nous la présenterons aujourd’hui celui de l’international. Tout au long de La première secrétaire n’en a pas
Nicolas Sarkozy n’est pas le seul a se au groupe», explique un proche de son discours, la patronne du PS a pi- pour autant oublié son parti, les diffi-
dire favorable, mais « à titre intellec- posé une proposition de loi constitu- Jean-Marc Ayrault, le chef des députés lonné le chef de l’État, passant en revue cultés qu’il a traversées et celles qu’il lui
tuel» seulement, au droit de vote des tionnelle « visant à accorder le droit de socialistes. En tout état de cause, elle ne ses réformes pour les dénoncer. « L’hy- reste à affronter. Dès le soir du second
étrangers pour les élections locales. Di- vote et d’éligibilité aux élections munici- sera pas déposée avant mars. perprésidence ne rime pas avec l’hype- tour des élections régionales, les socia-
manche dernier, Éric Besson, le minis- pales aux étrangers non ressortissants de Mais le coup politique est là. Il s’ins- refficacité », a-t-elle lancé. Pour Mar- listes se lanceront dans la bataille des
tre de l’Identité nationale et de l’Immi- l’Union européenne résidant en France». crit en tout cas dans la logique de la tine Aubry, Nicolas Sarkozy a brouillé primaires de désignation de leur candi-
gration, avait, lui aussi, indiqué De leur côté, les députés ne sont pas en rentrée des socialistes que Martine « la place et le message de la France dat pour la présidentielle de 2012.
soutenir une telle mesure mais pas dans reste puisqu’ils disposent eux aussi Aubry a voulue très offensive à l’en- dans le monde » pour ne gagner « Pour nous, socialistes, 2010 doit être
l’immédiat. Hier, après la proposition d’une proposition de loi sur le sujet. contre de Nicolas Sarkozy, tant sur le « qu’une fâcheuse réputation de parte- l’an I de la reconquête. Cela doit être
d’Aubry, Besson a jugé prématuré « Nous allons la réécrire pour la réactua- plan de la politique intérieure que sur naire inconséquent ». l’année du projet, du socle sur lequel nous
bâtirons l’alternative au sarkozysme »,
a-t-elle affirmé en assurant dans le
même temps qu’elle poursuivrait la ré-
novation du PS. « J’ai l’impression, a-t-
L’initiatived’ÉricBessontroublel’UMP elle conclu, que les Français se rendent
compte que nous frétillons à nouveau.»
de dénoncer « les grosses ficelles l’intégration pour les étrangers enJEAN-BAPTISTEGARAT
mede M Aubry. » situation légale ». « Le droit de vote
MARTINE AUBRY a-t-elle enfon- À l’Assemblée, Chantal Brunel aux municipales en fait partie », EnEurope,cé un coin entre le ministre confirme. « Je suis contre, archi avait-il précisé en estimant :
d’ouverture Éric Besson et le se- contre, explique la députée de Sei- « C’est une mesure que je pense dessituations
crétaire général adjoint de l’UMP ne-et-Marne. Nous sommes tous juste. » Si elle n’a pas été retenue trèsvariéesÉric Besson ? Le premier a rouvert de sang mêlé mais un principe est dans le programme présidentiel enNous« dimanche le débat sur le droit de incontournable : la nationalité 2007, Sarkozy en 2008 se déclarait
sommestous vote des étrangers aux élections française, et elle seule, donne le toujours favorable, « à titre intel-
L’ALLEMAGNE ne reconnaît pas ledesangmêlé, locales en défendant cette évolu- droit de vote. L’accorder aux lectuel », au vote des étrangers droitdevotedesétrangersnoneuro-
tion dans les « dix ans à venir ». Le étrangers, c’est changer la défini- installés en France « depuis dixmais péens aux élections municipales. La
second affronte l’ire de ses collè- tion de la citoyenneté française. » ans»et« sur la base de la récipro- Constitution de 1949 réserve le droitunprincipeest
gues UMP. Au point que Besson Brunel met en garde contre les vi- cité ». Mais, avait expliqué le pré- devoteauxnationauxet,depuis1992,
incontournable: s’est plié hier à certaines contor- sées électoralistes d’une telle pro- sident de la République, il ne dis- aux ressortissants de l’Union euro-
sions sur l’opportunité de lancer position : « Martine Aubry est une posait pas de «majorité pour faire péenne.LacoalitionSPD-Verts,majo-lanationalité
ritaire au Bundestag de 1998 à 2005ce débat « en situation économique ÉricBesson,ministredel’Identité femme politique remarquable, mais passer ce projet ».
française, nationaleetdel’Immigration. et qui souhaitait adopter cette réfor-et sociale tendue ». Jean-François il ne faut pas qu’elle joue la carte de
S.SORIANO/LEFIGARO Unargumentquihérisse me,n’apuobtenirl’accordduBundes-etelleseule, Copé n’a pas pris de telles précau- la montée du FN comme François
rat pour modifier la loi fondamentaletions pour rappeler, dès lundi, son Mitterrand en son temps. » Tout ne serait donc question quedonneledroit surcesujet.Lasituationestrigoureu-
« opposition totale » à l’élargisse- constante » du parti comme celle La difficulté pour l’UMP est que de majorité ou de temps, comme
sementidentiqueenItalie.EnEspagnedevote ment du droit de vote aux étran- de son secrétaire général est une Nicolas Sarkozy, lui-même, s’est l’a souligné hier le président de» etauPortugal,lesétrangerspeuvent
gers « non communautaires » et en « opposition à une telle mesure ». montré à plusieurs reprises favo- l’Assemblée nationale, Bernard théoriquement voter aux municipales
l’absence de « réciprocité ». Le En a-t-il parlé avec son adjoint ? rable à une telle mesure. Ministre Accoyer, en jugeant que « les sousréservederéciprocitésilesdeux
patron des députés UMP préfère « Oui, bien sûr. Mais quelle que soit de l’Intérieur, il avait posé en 2005 Français n’étaient pas mûrs ». Mais Étatsontconcluuntraitéd’amitié.Le
mettre l’accent sur les « naturali- la position personnelle d’Éric Bes- que pour lutter efficacement cet argument hérisse le député de casesttrèsrareenEspagne,plusfré-
sations ». Xavier Bertrand souli- son, la position du mouvement ne contre l’immigration clandestine, la Drôme Hervé Mariton : « une quent au Portugal, et concerne sur-
gne de son côté que la « position variera pas », explique-t-il avant il fallait « renforcer la chance de mauvaise idée, reportée dans le toutlesressortissantsd’Amériquela-
tine.LeRoyaume-Uniaccordeledroittemps, ne devient pas meilleure »,
de vote aux élections locales à tousdit-il en se présentant comme
les citoyens des États du Com-« défavorable durablement » àla
monwealth. Au Benelux et dans les
mesure. « Contrairement à ce que
pays scandinaves, tous les étrangersUnchiffonrougedelaviepolitiquefrançaise certains veulent nous faire croire,
peuvent voter aux scrutins munici-
payer des impôts ne donne pas droit
pauxsousréservederésidersurleur
au vote ou bien c’est le rétablisse-agitéparlePartisocialistedepuis1981 territoiredepuistroisàcinqans.
ment du suffrage censitaire », G.P.
Le sujet a fait polémique entre gau- sident de la République de l’époque de poursuit-il.
GUILLAUMEPERRAULT
che et droite dès la présidentielle de bénéficier du report des voix d’une
« DROIT de vote aux élections munici- 1981. « Je suis le seul candidat qui parle partie des électeurs du FN. Et François
pales après cinq ans de présence sur le du problème de l’immigration », avait Mitterrand déclare finalement que le
territoire français. » Cet engagement glissé Valéry Giscard d’Estaing lors de moment n’est pas encore propice pour
de campagne figure parmi les 110 son duel télévisé de l’entre-deux- une telle réforme.
propositions de François Mitterrand tours avec François Mitterrand. Après L’adoption du traité de Maastricht,
en 1981, dans le chapitre de son pro- son élection à l’Élysée, l’ancien cham- en 1992, relance le sujet. La Constitu- Habilleleshommesjusqu’àlataille76etjusqu’à2m10
gramme intitulé « De nouveaux droits pion de l’union de la gauche s’est gar- tion est révisée et le droit de vote est
CapelsoldesescollectionsAutomne-Hiver2009pour les immigrés ». Le Parti socialis- dé de faire élaborer un projet de loi accordé aux ressortissants de l’Union
te préconise depuis trente ans d’ac- constitutionnelle sur le sujet contro- européenne pour les élections muni-
corder le droit de vote aux étrangers versé du droit de vote des étrangers. cipales et européennes. Devenu pre-
aux élections locales lorsqu’il se trou- mier ministre après la victoire de la
ve dans l’opposition. Et il met de côté gauche aux législatives de juin 1997,L’adoptiondutraitécet engagement une fois confronté à Lionel Jospin montre peu d’allant à
l’exercice du pouvoir. deMaastricht,en1992, l’égard des demandes réitérées de ses
Octroyer le droit aux élections lo- alliées Verts et communistes en fa-arelancélesujet POLORALPHLAUREN,PALZILERI,cales aux étrangers impliquerait de veur de cette réforme. Une proposi-
CUTTER&BUCK,COOPERJONES.réviser l’article 3 de la Constitution, tion de loi constitutionnelle accor-
èmequi dispose que seuls sont électeurs L’irruption du Front national sur la dant le droit de vote et d’éligibilité ParisMadeleine-26,bdMalesherbes8 ardt. Lille-88,rueNationale
Tél:0142663421 Tél:0320574817« tous les nationaux français majeurs scène politique - le parti de Jean-Ma- aux élections municipales aux étran-
M°:SaintAugustinouMadeleine ParkingNouveauSiècle.
des deux sexes ». rie Le Pen obtient 10,95 % des voix gers en situation régulière est adoptée ParkingMalesherbes.
erLyon-13,ruedelaRépublique1 ardt.Une telle réforme suppose que aux européennes de juin 1984 - tend par l’Assemblée en mai 2000. Mais
èmeParisLesHalles-74,bddeSébastopol3 ardt. Tél:0478287944l’Assemblée et le Sénat adoptent un encore le débat. Lors de la campagne Lionel Jospin n’inscrit pas ce texte à
Tél:0142722509 ParkingCordeliers.
projet ou une proposition de loi présidentielle de 1988, François Mit- l’ordre du jour du Sénat, et le texte M°:RéaumurSébastopol
ParkingsStMartinetBeaubourg. Rennes-2,placeduParlementdeBretagneconstitutionnelle dans les mêmes ter- terrand réaffirme sa volonté d’accor- n’aboutit pas.
Tél:0299785025
mes. Le texte devrait ensuite être der le droit de vote aux étrangers aux Une fois la droite revenue aux affai- Bordeaux-12,rueMontesquieu ParkingsHocheetVilaine.
Tél:0556812215soumis aux Français par référendum élections locales s’il est réélu. Mais les res, en 2002, la gauche fait de nouveau
ParkingGrandsHommes. Strasbourg-27,rueduDômeou entériné par les deux Chambres enquêtes d’opinion réalisées dans du sujet un de ses chevaux de bataille.
Tél:0388322232
réunies en Congrès à la majorité des l’entre-deux tours indiquent que cet Et Martine Aubry s’en empare aujour- ParkingGutenberg.
deux tiers. engagement pourrait interdire au pré- d’hui à son tour.
-50%
JUSQU’À
Amercredi13janvier2010 LEFIGARO
4 francePOLITIQUE
Burqa:lepremierministrepropose
uncompromis
François Fillon s’est prononcé, hier,
pour une résolution parlementaire
accompagnée d’une loi et de décrets.
à l’idée de défendre une loi d’interdictionSOPHIEHUET
générale de la burqa dans l’espace public.
MAJORITÉ François Fillon a proposé hier François Fillon a bien sûr rappelé que la
une forme de synthèse sur l’opportunité position du gouvernement avait été ex-
de légiférer sur l’interdiction du port de la primée par Nicolas Sarkozy, le 23 juin
burqa dans les lieux publics, qui devenait 2009. S’exprimant pour la première fois
un sujet d’affrontement entre Jean- devant le Congrès du Parlement à Ver-
François Copé et Xavier Bertrand. Le pre- sailles, dans le cadre de la nouvelle
mier ministre a donné raison au prési- Constitution, le chef de l’État avait affir-
dent du groupe UMP à l’Assemblée en af- mé que la burqa n’était«paslabienvenue
firmant, devant les députés du groupe enFrance».
majoritaire réunis à huis clos, qu’il fallait Sur le fond, le chef du gouvernement a
«une résolution suffisamment ferme pour souhaité que la mission parlementaire
fixerlesprincipes,ainsiqu’untextelégis- présidée par le communiste André Gerin,
latif et des décisions réglementaires pour qui tient sa dernière réunion de travail cet
les appliquer». Mais il n’a pas fait réfé- après-midi, «aille à son terme au plus
rence à une grande loi générale. vite.Celan’empêchepaslesgroupesparle-
mentairesd’exprimerdespositions». Sans
RavissementdeCopé mentionner la proposition de loi UMP dé-
François Fillon a rappelé qu’il avait été posée hier matin par Jean-François Copé,
«quasiment le seul au gouvernement (de Nicole Ameline et François Baroin, Fran-
Jean-Pierre Raffarin) en 2003 à défendre çois Fillon a indiqué que sur le futur texte
dès le début la loi sur le voile à l’école», de loi (projet ou proposition de loi ?)«ily Lesbancsdelamajoritéàl’Assemblée,hier.Lepremierministreaavertilesdéputésque«ledébatneseratranché
qu’aprèslesrégionales». FRANÇOISBOUCHON/LEFIGAROadoptée en 2004. «L’égalité des chances a débat sur le contenu et le périmètre, sur
etlaprotectiondesjeunesfilles,cecombat, lessanctions,etsurlacompatibilitéavecla
c’est mon combat», a insisté le premier connaissance de cette interdiction serait hier matin de «manquer de respect» à ZOOM
ministre, sous le regard de Copé, ravi punie d’une amende de 750 euros com- l’égard des députés qui siègent dans la«L’égalitédeschances
ed’avoir tenu tête aux dirigeants du parti me pour les contraventions de la 4 clas- mission parlementaire sur le voile inté-etlaprotectiondes
majoritaire qui, la veille, avaient renoncé se. Jean Leonetti, premier vice-prési- gral, attaqué par le secrétaire d’État àjeunesfilles,cecombat,
dent du groupe UMP, a souligné qu’il l’Emploi, Laurent Wauquiez, qui a fusti- JeanFrançois-Poncetc’estmoncombat»
s’agissait d’un «texte contributif» sus- gé «une opération de promotion person- prisd’unmalaiseFRANÇOISFILLONLESAUTRESTEXTES àlatribuneduSénatceptible d’évoluer. nelle», attaqué aussi par DominiqueÀL’ORDREDUJOUR
Xavier Bertrand, le secrétaire général Paillé, porte-parole adjoint de l’UMP, Leprésidentdelacommission
Projetd’ordonnance Constitutionetlajurisprudenceeuropéen- de l’UMP, réticent à l’idée d’une loi d’in- Jean-François Copé voit l’horizon desaffairesétrangèresduSénat,
surleredécoupageélectoral. ne». En tout état de cause, «le débat ne terdiction générale, n’est pas mécontent s’éclaircir. Malgré les réserves juridi- JeanFrançois-Poncet,81ans,
Lesdéputésontreprishier seratranchéqu’aprèslesrégionales». non plus de la nouvelle tournure du débat. ques, François Fillon lui a donné raison. aétévictimehiersoird’un
l’examendecetexte,rejeté Copé a indiqué, hier, que sa proposi- Il affirme qu’à sa demande le texte sera Et la socialiste Aurélie Filippetti a réaffir- malaiseàlatribuneduSénat,
oùilétaitlepremierauSénatle14décembre tion de loi, qu’il qualifie désormais de soumis à l’assemblée générale du Conseil mé, hier, qu’elle était prête à voter une
intervenantdansundébatsurenraisond’uneerreur «contributionaudébat», serait discutée d’État.«Ilfautvoirsil’onpeutlégiférersur loi sur la burqa. Un sujet qui divise les
devoted’unélucentriste. à l’Assemblée «la dernière semaine de toute la voie publique», explique Ber- députés PS, lesquels en débattront ce leMoyen-Orient.Lesénateur
LePSademandé mars» dans le cadre des journées d’ini- trand, qui voudrait que le texte soit com- matin en réunion de groupe. acommencéundiscours
trenteheuresdediscussion. tiatives parlementaires. Le texte stipule, plété par une disposition exprimant Jean-François Copé a également reçu hésitant,avantdes’agripper
Levotesolennel dans son article premier, que «nul ne qu’«une étrangère qui porte la burqa ne le renfort du constitutionnaliste Guy Car- àlatribuneetdes’affaisser.La
auralieule19janvier. peut, dans les lieux ouverts au public et pourrapasdevenirfrançaise».«Quandil cassonne : «Cette proposition de loi me séanceaétéaussitôtsuspendue
maisareprispeuaprès,Concomitancedu sur la voie publique, porter une tenue ou yaunsujetquifaitdébat,voyons-nousplus paraîtjuridiquementcorrecte,ellenepose
renouvellementdesconseils unaccessoireayantpoureffetdedissimu- souvent!», lance-t-il à Copé. pasdeproblème.Ils’agitd’interdireladis- toujoursenprésencedeJean
générauxetrégionaux. lersonvisagesaufmotifslégitimespréci- Attaqué par le président de l’Assem- simulationduvisage,quelquesoitlemode François-Poncet,sousl’œil
LePSaégalementdemandé séspardécretenConseild’État». La mé- blée, Bernard Accoyer, qui l’a accusé decettedissimulation.» inquietduministredesAffaires
trenteheuresdediscussion étrangères,BernardKouchner.
surcetexte,quicomporte Leprésidentdeséance
aensuite demandéàl’ancienunseularticle. L’Assembléesaluelamémoiredel’ancienprésidentSéguinRéformedescollectivités ministredes’interrompre
territoriales. «poursereposer».Deux
LeSénatexamineraleprojet huissierssontalorsFRANÇOIS FILLON, la voix cassée par ses fulgurances intellectuelles, de sa semblée, Bernard Accoyer, avait rendu
enpremièrelecturedu19 venusaiderlesénateurl’émotion,arenduhieràl’Assembléena- gravité perfectionniste.» «Arbitre de hommage à son prédécesseur, «un
au28janvier.L’Assemblée àquitterl’hémicycle.tionale un hommage appuyé à Philippe nosdifférends,ilnefutnil’hommedela hommelibre,courageux,unepersonna-
es’ensaisiraaprès Séguin,l’undesesmentorspolitiques,le droite, ni celui de la gauche mais l’hom- lité exceptionnelle de la V République
lesélectionsrégionales. classantaumêmetitrequeGambettaet medelaRépublique»,estiméFillonquia respectéeparl’ensembledumondepo-
Grandemprunt. Clemenceau parmi «les lions de la Ré- partagé une bonne partie de la carrière litique». «D’un bloc, il était; d’un bloc, il EN BREFpublique». «Pour moi, il n’y a pas politique de Philippe Séguin. Il fut selon est tombé. Cette grande voix s’est tue,L’Assembléeendébattraen
d’honneur plus cruel que celui qui me lui «un rugissement, un jaillissement du nouslaissantànotretourorphelinsd’unfévrieretlegouvernement
porteaujourd’huiàcélébrersamémoire, gaullisme» qui «partout où il fut en grandhommed’Étatquiauratoutdonnéespèreunvotedéfinitif Datiprêteraserment
aditlepremierministreenprésencede responsabilité,entreprit,transforma,ré- àlaRépublique»,aajoutéBertrandAc-
desdeuxassemblées finjanvier
sa veuve et de ses quatre enfants. Je forma» avec «panache». Quelques coyer avant de faire respecter une mi-
avantl’interruption L’anciennegardedesSceaux
me souviens de ses yeux malicieux, de minutes plus tôt, le président de l’As- nutedesilence.
destravauxpourcause RachidaDati,députée
decampagneélectorale. européenne,prêterason
sermentd’avocatele27janvier.
Elleavaitdéposéilyaplusieurs
semainesundossierpour
rejoindrelebarreaudeParis,
quiareçul’avalduConseilPourLePen,plutôtqu’uneloi,
del’ordredesavocats
etduparquetgénéral.«ilsuffitd’appliquerlesrèglementsdepolice»
DécèsdeDanielBensaïd
Le président du Front national dénonce la conception DanielBensaïd,
undesfondateursdelaLiguede l’identité nationale défendue par Éric Besson. communisterévolutionnaire,
quiavaitégalementparticipé
niunelangue,niunterritoire,niunereli- unancienofficierdelaLégionétrangère, a àlacréationduNPAd’Olivier
GUILLAUMEPERRAULT
gion, c’est un conglomérat de peuples qui indiqué le député européen. Un homme Besancenot,estmorthier
FRONT NATIONAL «Pas question». In- veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de qui, en plein combat électoral, passe avec à63ans,dessuitesd’une
vité hier du « Talk Orange-Le Figaro », Françaisdesouche,iln’yaqu’uneFrance armes et bagages à l’ennemi, dans la Lé- longuemaladie.Ceproche
Jean-Marie Le Pen a réaffirmé, sans sur- demétissage». Selon Jean-Marie Le Pen, gion étrangère, c’est douze balles dans la d’AlainKrivineétaitun
prise, son opposition au droit de vote des la France se définit par son peuple, son peau», a-t-il raillé. «Éric Besson est un théoriciendumouvement
étrangers aux élections locales. Le prési- territoire et sa langue, de même que par socialiste de la majorité. Il n’a qu’à conti- trotskisteenFrance,«une
dent du Front national a ajouté qu’il «un esprit et une âme». «Ça existe, ce nuercommeçaetlesrégionalesserontex- desfigureslesplusmarquantes
n’entendait pas mettre ce thème au cœur n’estpaspartageable», a insisté le prési- cellentes.» Jean-Marie Le Pen croit que le ducourantrévolutionnaire
de la campagne de son parti en vue des FN sera en mesure de se maintenir au se- français»pourMarie-George
élections régionales.«Ilyadessujetsplus cond tour dans plus de la moitié des ré- BuffetetPierreLaurent(PCF).«Lepeuplefrançaisn’estimportants. Dans ma région, Provence- gions. Il a même jugé plausible que des
ÉricBessonassignéenAlpes-Côted’Azur (où il se présente com- pasmétissé.LesFrançais quadrangulaires se déroulent dans plu-
contrefaçonpoursonlivreme tête de liste, NDLR), 50% des tra- sieurs régions au second tour. Notam-desouchesontmajoritaires,
vailleurs gagnent moins de 825 € par ment en Paca :«Jen’écartepasque,dans Leministredel’Immigration,pourl’instant»mois!», a-t-il soutenu. cette hypothèse, l’UMP se désiste pour le ÉricBesson,aétéassigné
Pour Jean-Marie Le Pen, une loi n’est PS», a-t-il affirmé. enréférépouravoirpublié
pas nécessaire pour interdire le port de la dent du FN. En outre, a-t-il déclaré, «le Interrogé sur la mort d’un officier chezGrassetunouvrage
JEAN-MARIELEPEN, burqa dans les lieux publics. «Il suffit métissage peut être un choix individuel, français en Afghanistan, le député euro- surl’identiténationaleintitulé
hier,danslestudio d’appliquerlesrèglementsdepolicequiin- mais le peuple français n’est pas métissé. péen a estimé que «ce n’est pas notre Pourlanation,titredéjà
duFigaro.S.SORIANO/LEFIGARO terdisentd’êtremasqué», a argumenté le Les Français de souche sont majoritaires, guerre» mais «le choix politique des utiliséparunautre
député européen. Le président du FN a pourl’instant». États-Unis». Interpellé par un internau- auteur.
critiqué «les déclarations mirobolantes» Le président du FN a fustigé le parcours te sur son refus d’annoncer une date pré-
d’Éric Besson sur l’identité nationale. Le politique d’Éric Besson, ancien député PS cise pour le congrès chargé d’élire son
5 janvier, le ministre de l’Immigration a rallié à Nicolas Sarkozy au cours de la successeur fin 2010 ou 2011, le président
estimé que«laFrancen’estniunpeuple, campagne présidentielle de 2007.«Jesuis du FN a lâché :«C’estlesuspense…»
CMESSAGE DU PRÉSIDENT DE L’AFER
L’Avenir
c’est AFER
L’ÉPARGNE
SOLIDE ET
TRANQUILLE
Marguerite, jeune centenaire adhérente AFER
eJulien 700 000 adhérent AFER
et Gérard Bekerman, président de l’AFER
Aujourd’hui 700 000 adhérents font confiance à l’AFER pour une épargne solide et tranquille
AFER n’est pas une compagnie d’assurance, n’est pas une banque, c’est notre association,
qui a révolutionné l’assurance vie en lançant en 1976 le contrat à versements et retraits libres
Chaque année, le contrat AFER est primé par la presse financière
RÉSULTATS 2009
DATE DE ACTIFS GÉRÉS ÉVOLUTION (1)
OPCVM CRÉATION en Milliards d’€ 1an (2) 5 ans
SICAV AFER-SFER Gestion dynamique et diversifiée 15/02/95 3,73 20,62 %* 23,74 %*
FCP AFER-EUROSFER Valeurs boursières européennes 31/07/98 2,03 24,93 %* 12,93 %*
FCP DYNAFER Fonds patrimonial 07/07/04 1,05 6,87 %* 8,99 %*
FCP PLANISFER Valeurs boursières internationales 0,29 26,53 %* 0,20 %*
FCP OPENSFER Multigestion et diversification d’actifs 12/11/07 0,20 11,34 %* _
(1) hors dividende
(2) Période du 31/12/08 au 30/12/09 Créé en 1976
Encours du FONDS GARANTI
37,26 Milliards d’€
Performances nettes de frais de gestion. Hors prélèvements sociaux.*
Les performances passées ne présument pas des performances futures.
Partenaire de l’AFERLa référence en épargne retraite
www.afer.asso.fr
er
AFER, association régie par la loi du 1 juillet 1901. Document publicitaire.
Amercredi13janvier2010 LEFIGARO
PS-UMP:lematch
desréseauxsociaux6 francePOLITIQUE
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
Fillon,lasérénitéducoureurdefond
Dans un livre à paraître, « La Carpe et le Lapin »,
le premier ministre raconte ses relations avec le chef de l’État et évoque son bail à Matignon.
de Matignon. En vain. Carré, discipliné et
BRUNOJEUDY
pas malhabile, Fillon a toujours pu comp-
MATIGNON À part un début de tendinite ter sur le soutien des parlementaires qui le
au talon qui le tenaille et l’a contraint à plébiscitent chaque semaine. Et puis, c’est
stopper son entraînement secret pour le la principale révélation du livre, Fillon
marathon, François Fillon n’a jamais été confie qu’en mai 2008 il a abordé la ques-
aussi en forme. Son endurance de joggeur tion de la durée de son bail à Matignon
accompli a fini par payer et se voir. Après avec Sarkozy. Rassuré sur son avenir, il se
une fin d’année en trombe, le pilote de projette au-delà des régionales et n’envi-
Matignon attaque 2010 sur la même lan- sage son départ… qu’en 2011:«Cenesera
cée. Et sa forme se vérifie dans les sonda- pasàmi-quinquennatmaisaprès,pastrès
ges: + 7 points dans l’enquête Viavoice- longtemps avant les échéances de 2012.»
Libération ; + 4 dans le baromètre Ifop- Une phrase démentie par le service de
Paris-Match et + 1 pour Sofres- presse du premier ministre: «Il ne s’est
FigaroMagazine. pasexprimédanscestermes-là.»
Rarement un premier ministre n’avait L’exécutif semble déterminé à enjam-
connu, à mi-mandat, d’aussi bons son- ber le test électoral de la mi-mandat. Sans
dages. Le plus étonnant, c’est que Fillon se faire trop d’illusions, Fillon va mouiller
n’a jamais vraiment faibli depuis son ins- la chemise. Mais il connaît la difficulté de
tallation à Matignon. Au sein de l’exécu- ce scrutin mi-national mi-local pour
tif, il fait même la course en tête depuis avoir essuyé, en 2004, une lourde défaite
deux ans. Un comble quand on connaît dans les Pays de la Loire. Avant les fêtes,
l’attachement de Sarkozy aux enquêtes Fillon envisageait tous les scénarios pour
d’opinion et, inversement, l’aversion de l’après-mars. Pourra-t-il rester à Mati-
Fillon pour ce qu’il appelle la«sondocra- gnon si la gauche réalise le grand chelem?
tie». Sans doute faut-il y voir une consé- «Il y aura débat», nous confiait-il pudi-
quence de l’hyperprésidence imposée quement.
par Sarkozy qui le conduit à prendre tous Déterminé à poursuivre l’œuvre de ré-
les coups. Avec le président Sarkozy, forme dont il réclame sa part de droits
l’homme de Matignon n’a plus le rôle de d’auteur, François Fillon se découvre de
fusible d’antan. Les deux hommes se l’appétit politique. Qu’il le veuille ou non,
comprennent mieux qu’autrefois et ne il est aujourd’hui pour beaucoup de ceux
sont plus aussi dissemblables que la carpe qui pleurent la mémoire de Philippe Sé-
et le lapin. guin, son héritier naturel. Ses éloges, à
Matignon et hier à l’Assemblée, ont mon-
tré un Fillon émouvant et plus solide que
jamais dans ses discours. Ce premier mi-«Celavamieuxdepuis
nistre-là n’a pas fini de surprendre.quenousavons
(1)LaCarpeetleLapin,parAlixBouilhaguet,destête-à-tête.Onsedit LepremierministreenvisagedésormaislaprolongationdesonbailàMatignonaumoinsjusqu’à2011. J.-C.MARMARA/LEFIGAROÉd.duMoment,205p.,17,95euros.
franchementleschoseset
çanesortpasdubureau»
Cette image de la carpe et du lapin sert Villepinrelancesonoffensiveantisarkozyste
de titre au livre (1) que publie la journaliste
de France 2 Alix Bouilhaguet et dontL’Ex- re. Bref, l’offensive villepiniste contre Le «noyau dur» des fans s’est plutôt seconde pour lui. Le procès l’a motivéBRUNOJEUDY
press livre d’amples extraits. La journalis- Sarkozy est relancée. élargi au cours des derniers mois, et cela commejamais», relève un de ses amis.
te retrace les relations entre les deux L’ANCIENNE ministre chiraquienne Créé en juillet dernier, le club Villepin malgré le procès Clearstream. L’ancien- À chacune de ses sorties, il ne rate pas
hommes. Des relations compliquées mais Brigitte Girardin le jure:«Lacoïnciden- a ouvert ses portes à l’automne avec la ne ministre Marie-Anne Montchamp a une occasion de critiquer l’action de
qui se sont améliorées au fil des mois. cedesvœuxdeDominiquedeVillepinaux mise en place de deux sites Internet plu- rejoint la troupe villepiniste et siège au Sarkozy. À Doha, le week-end dernier,
«Celavamieuxdepuisquenousavonsdes amis de son club politique avec ceux de tôt actifs. Selon Brigitte Girardin, sa conseil d’administration du club. Les il a encore condamné le débat sur
tête-à-tête.Onseditfranchementlescho- NicolasSarkozyauxparlementairesdela présidente et cheville ouvrière, 7000 députés Guy Geoffroy (Seine-et-Marne) l’identité nationale: «Une faute et un
sesetçanesortpasdubureau», confiait-il majorité, reçus à la même heure à l’Ély- personnes ont adhéré. «Notre but est et Daniel Garrigue (Dordogne) en font échec.»
auFigaro avant Noël. François Fillon a ob- sée,estunpurhasard.» La comparaison d’ouvrir en 2010 une antenne dans cha- également partie. D’autres, comme Ni- Reste la date du 28 janvier. Ce jour-là,
tenu de pouvoir s’entretenir avec Nicolas s’arrête bien évidemment là. Même si que département. L’objectif de 100000 colas Dupont-Aignan, passent une tête Villepin sera fixé sur son sort dans l’af-
Sarkozy hors la présence du secrétaire gé- les villepinistes rêvent de défier l’actuel adhérents me paraît attei- de temps en temps. faire Clearstream. Ses amis estiment
néral de l’Élysée Claude Guéant, premier président de la République en 2012, les gnabled’iciàlafinde qu’«iladéjàenjambécettedatedansson
Politiqueàpleintempscollaborateur du président. Pour le pre- parlementaires ralliés à la cause de l’an- l’année», s’em- esprit». «Condamné ou pas, il poursui-
mier ministre, ce fut une âpre bataille. À cien premier ministre se comptent sur balle Jean-Pierre Le club s’est fixé comme ambition de vra sur sa lancée. Je ne sais pas ce qu’il
l’heure du régime hyperprésidentiel, on a les doigts des… deux mains. Grand, villepi- préparer des «propositions précises en fera en 2012, mais je ne vois pas ce qui
les victoires qu’on peut… Dans le livre, En fin d’après-midi, Villepin tiendra niste de la pre- matièreéconomique», indiquent les dé- pourrait l’empêcher», assure Girardin.
Fillon avoue qu’il a même failli démis- la première réunion du conseil d’admi- mière heure. putés Georges Tron et Hervé Mariton, D’autres sont plus partagés: «Si la
sionner quatre mois après sa nomination: nistration de son club. Il en profitera autres proches de l’ancien premier mi- condamnation est lourde, ce sera rude.
«Onafrôléleclash», dit-il. pour présenter ses vœux autour d’un nistre. Maisilseraalorsdéchaîné.»L’ancienpremier
Mais le premier ministre a serré les pot amical et peaufinera son plan de L’opposant numéro un à Nicolas Avant Noël, Villepin confiait au Fi-ministreévoque
dents et le président a arrondi les angles bataille pour 2010: déplacement à Bon- Sarkozy semble déterminé à faire de la garo: «Je ne suis pas sûr d’y aller enmaintenant
au fur et à mesure que l’opinion se détour- dy, en banlieue parisienne, le 19 jan- politique à plein temps. Encouragé par 2012.JevoisbienqueNicolasSarkozyneouvertement
nait de lui. Les détracteurs de François vier, meeting après les régiona- un sondage présidentiel qui le créditait veut pas d’adversaire dans son camp.sacandidature
Fillon – l’essayiste Alain Minc en tête – les et ouverture àlaprésidentielle de 8% d’intentions de vote, il évoque Moi,cequejevois,c’estqu’ilenadéjàun.
ont pourtant fait le siège de l’Élysée pour d’antennes de son club de2012. maintenant ouvertement sa candida- C’est lui-même! Moi, je crois aux addi-
DOUTRE/ABACAPRESSconvaincre le président de changer l’hôte dans la France entiè- ture en 2012.«Cen’estplusuneactivité tions.»
Régionales:Duflotseveut«radicale»
maissaitqu’elledevracomposeraveclePS
La secrétaire nationale des Verts a présenté hier ses vœux,
à trois jours du premier meeting national d’Europe Écologie.
largement inspiré les orateurs. Ils voient d’anciennes écuries du quai de Jemma-
SOPHIEDERAVINEL
dans ces résultats, traduisant une désaf- pes, au bord du canal Saint-Martin, où
VERTS L’ambiance était à la décontrac- fection de la droite qui ne profite pas à la sont hébergés des Afghans sans papiers
tion, hier pour les vœux de Cécile Duflot gauche, un terrain à occuper. Augustin depuis plusieurs jours à l’initiative
et des candidats aux régionales d’Europe Legrand, le très bouillonnant fondateur d’Emmaüs et des Enfants de Don Qui-
Écologie, à quelques jours du premier des Enfants de Don Quichotte, qui fait chotte.
meeting national qui se tiendra samedi à «Il faut qu’on passe devant le PS pour
Montreuil (Seine-Saint-Denis).«Ohpu- que les choses changent!», a lancé
«Noussommespour CécileDuflotavecAugustinLegrand,hieràParis. FREDDUFOUR/AFPtain! T’as fait péter la cravate…», lance Augustin Legrand, en évoquant un projet
la secrétaire nationale des Verts à Sté- «totalement différent et beaucoup pluslacroissancedubien-être,
phane Gatignon, tête de liste en Seine- radical» que celui des socialistes. Il sait Cécile Duflot a cependant repris le condition que les socialistes respec-delasanté,del’éducation
Saint-Denis. Le jeune maire communiste qu’en cas de victoire de la gauche, il lui micro. Elle sait qu’il lui faut compo- tent«lecontratdeconfiance».
de Sevran, qui constitue une prise oudelaculture, faudra composer avec eux dans l’exécu- ser, au sein de son alliance, entre un Cécile Duflot s’en est ainsi prise au
d’ouverture de choix, explique, légère- tif régional. En Ile-de-France, le PS et certain nombre de tendances vertes maire PS de Toulouse, Pierre Cohen quimaiscontreunesociété
ment contrit, qu’il doit ensuite assister Europe Écologie ont pris option sur deux qui vont du rouge à l’orangé. Elle a a fait évincer le directeur Vert du ré-quiaoubliélepartage»aux vœux de son préfet. salles pour un meeting commun d’entre ainsi tenu à préciser qu’elle était seau de transports de l’agglomération,
Le message est clair. On veut faire de les deux tours : le Zénith et Bercy. Qu’à «pour la croissance, la croissance du Stéphane Coppey. Son poste était le
la politique autrement,«séduireles67% ses premiers pas électoraux sur la liste cela ne tienne, Augustin Legrand a bien-être, de la santé, de l’éducation fruit d’un accord passé avant les muni-
des Français qui ne font plus confiance à parisienne, s’est ainsi fait le porte-voix l’audace de vouloir«faireévoluerenin- ou de la culture, mais contre le gas- cipales de 2008. Denis Baupin, adjoint
l’institution politique», selon le pédago- «des gens, des jeunes en particulier, qui terne» le PS. «Faites-nous confiance! Il pillage et contre une société qui a Vert au maire PS de Paris, qui s’est ren-
gue Philippe Meirieu, qui brigue son pre- n’ont pas ou peu voté, qui ont été tentés peutyavoirunvraichangement,jevousle oubliélepartage».«Nousdevonsêtre du à Toulouse comme représentant du
mier mandat politique comme tête de parlebulletinblanc».«Ici, a-t-il lancé, jure.» À ses côtés Emmanuelle Cosse, radicaux dans le programme sans être collège exécutif des Verts, prévient :
liste en Rhône-Alpes. Les données d’un jen’aipaslesentimentd’êtredegaucheou venue de la gauche de la gauche, ancien- agressifsdanslamiseenœuvre», dit- «Cetteaffairen’estpasunépisodelocal.
premier«baromètredelaconfiancepoli- dedroitemaisdeporterunautreprojetde ne présidente d’Act Up-Paris et numé- elle, soulignant son intention d’être Elle a une dimension nationale. Nous in-
tique» publié lundi par le Cevipof, le société.» Les élus étaient d’ailleurs un ro 2 sur la liste parisienne de Robert Lion, «pragmatique» dans ses rapports terrogeonslePSsurlesvaleursdelapa-
centre de recherches de Sciences Po, ont peu chez lui, hier, au Comptoir général, l’a soutenu dans ses élans. avec le PS. Tout ira donc bien. À roledonnée.»
CLEFIGARO mercredi13janvier2010
Leblog
deDelphineMinoui 7international
HTTP://BLOG.LEFIGARO.FR/IRAN/
Iran:mystérieux
assassinat
d’ununiversitaire
Unscientifiqueprochedel’opposition,
etprésentéparlerégimecomme
unspécialistenucléaire,aététué,hier,àTéhéran.
peu,laguerredel’ombrequeselivrent
DELPHINEMINOUI Téhéran et Washington par services de
CORRESPONDANTEAUMOYEN-ORIENT AuNordderenseignements interposés a connu, à
Téhéranhier,MOYEN ORIENT Ingérence étrangère ce sujet, un nouvel épisode: la mysté-
lespompiersou règlement de compte interne? Au rieusedisparitiondeShahramAmiri,un
nettoientleslendemaind’uneexplosionayantcausé expertnucléaireiranien,alorsqu’ilétait
dégatsdela mort d’un professeur de physique enpèlerinageàLaMecque.Lesautorités
l’attentatqui
iranien,lescirconstancesdecetattentat de Téhéran accusent les États-Unis de
acoûtélavie
cibléfontl’objetd’unevivepolémique, l’avoir kidnappé. D’autres y voient, au
àMassoudAli
aumomentoùTéhérantraversesaplus contraire,unedéfectionvolontaire–et Mohammadi.
gravecrisepolitiquedepuis1979.Lara- un recrutement possible par la CIA. REUTERS
dio-télévisiond’État,quis’estempres- Mais la mort de Massoud Ali Moham-
sée de relayer l’information, y voit la madi,âgéde50ans,s’avère,elle,enco-
main des «agents sionistes et améri- replusobscure.
cains». Selon elle, Massoud Ali Mo-
Versionscontradictoireshammadi,«unprofesseurdel’université
deTéhéranengagéetrévolutionnaire,est PrésentéparTéhérancomme«unphy- professeuraveclacontestationiranien- Téhéran, Ali Moghari, et selon lequel
mort en martyr ce matin dans un acte sicien nucléaire de renom», le profes- ne.Ilyrelatelesouvenirdugrandras- Massoud Ali Mohammadi n’avait Victimesd’une
terroristemenépardesélémentsantiré- seurnedisposaitenfait,selonsescollè- semblementdu15juindernieroù,mal- «aucune activité politique». Le site guerresecrètevolutionnaires des puissances arrogan- gues,qued’uneconnaissancelimitéede grélesappelsdesleadersdel’opposition conservateur,Tabnaka,quantàlui,mis
tes» (sous-entendu les pays occiden- cedossier,nejustifiantpasunassassinat ànepasdescendredanslarue,Massoud en cause les Moudjahidins du peuple,
commandité de l’extérieur. Le site In- AliMohammadiavaitincitésesélèvesà mouvement de l’opposition en exil, et L’ASSASSINAT de Massoud Ali Moham-
ternet de l’université de Téhéran, où il manifester.Ilyfaitégalementréférence des agents israéliens. De son côté, madi n’est pas le premier attentat mys-
térieux visant un Iranien. En juin 2007,Faceàl’inquiétudedeses avaitsaproprepage,leprésentecomme àunmeetingpolitiquequeleprofesseur l’agence pro gouvernementale Fars y
Ardeshir Hosseinpour, l’un des plus émi-unspécialistedelaphysiquequantique. avait tenu à organiser, la semaine der- voit la responsabilité d’une associationcollègues,lescientifique
nents scientifiques nucléaires du pays,D’après plusieurs sites réformistes – nière,àl’université.Faceàl’inquiétude royaliste.MassoudAliMohammadi
avait été victime d’une étrange fuite dedontAyandenewsetRahesabz–,c’est, de ses collègues, le scientifique aurait Alors que les différents scénariosauraitrépondu:
gaz radioactif dans la centrale d’Ispahan.«Jenem’arrêteraipas!» enrevanche,sonsoutienàl’opposition répondu:«Jenem’arrêteraipas!»Se- évoqués s’accumulent, les circonstan-
Un mois plus tard, un accident suspect
iranienne qui lui aurait coûté la vie. lonuneautreétudiante,contactéeàTé- cesdelamortduprofesseurdemeurent,
dans une usine d’armes chimiques en
Pendantlesélectionsprésidentiellesde héran, et qui préfère garder l’anony- elles,troublantes.Selondiverstémoins, Syrie tuait plusieurs gardiens de la révo-
taux). Au cœur d’un bras de fer juin dernier, Massoud Ali Mohammadi mat, «il n’hésitait pas à critiquer ladéflagrationauraiteulieuà7h30du lution iraniens. La même année, le géné-
opposantTéhéranauxpuissancesocci- aurait, en effet, signé une pétition ouvertementd’importantsofficielsduré- matin, dans un quartier calme du nord ral Alireza Asgari, haut responsable des
dentales, le programme nucléaire ira- d’universitaires en faveur de Mir Hos- gimependantsescours».Pourelle,«il de Téhéran. Selon certaines sources, gardiens de la révolution, disparaissait en
nien reste un sujet particulièrement sein Moussavi, rival malheureux du s’agitd’unassassinatpolitique,àl’instar l’explosif aurait été camouflé dans une Turquie. En mai dernier, Shahram Amiri
sensible,placésoushautesurveillance. président Mahmoud Ahmadinejad, et deceluiduneveudeMirHosseinMoussa- poubelle. Mais d’après le procureur de était«enlevé» en Arabie saoudite lors
d’un pèlerinage à La Mecque. En décem-Cesdernièresannées,lesAméricains dontilestdevenuleprincipalopposant. vi»,tuéle27décembredernier,lorsdes Téhéran, Fakhreddin Jafarzadeh, «la
bre, les États-Unis révélaient déteniretlesIsraéliensn’ontjamaiscachéleur UnIranienseprésentantcommel’un grandesmanifestationsdel’Ashoura. bombeavaitprobablementétéaccrochée
Amir Ardebili, un Iranien soupçonné devolonté d’y mettre un terme, en accu- de ses étudiants confirme, également, Cesdiversesinformationsontrapide- sur une moto garée à l’extérieur de la
trafic d’armes avec Téhéran.santlaRépubliqueislamiquedevouloir sursonblogpersonnel(ehsan63.blogs- mentétédémentiesparleprésidentde maisondeM.AliMohammadi,etsonex-
fabriquer une bombe atomique. Il y a pot.com)lesaffinitésqu’entretenaitson laFacultédePhysiquedel’universitéde plosionauraitétéactivéeàdistance».
www.new-peugeot.com
PEUGEOT
M TI N&EM TI NO O O O
Consommationmixte(enl/100km):de4,9à7,6.ÉmissionsdeCO2(eng/km):de130à180.
PEUGEOT3008.LENOUVEAUCROSSOVER.
©TIMSIMMONS
Amercredi13janvier2010 LEFIGARO
Leblog
d’ArnauddelaGrange8 international
HTTP://BLOG.LEFIGARO.FR/CHINE/
Pékintesteunnouveausystèmededéfenseantimissile
Comme par coïncidence, l’essai « réussi » survient dans le contexte de ventes d’armes américaines à Taïwan.
technologique par rapport au précédent clair aussi. Bien sûr, un tel essai devait cepter une partie des 1 500 missiles en déclarant se réserver le droit de ré-ARNAUDDELAGRANGE
essai de tir antisatellite. être préparé depuis longtemps. Mais la chinois qui seraient encore pointés sur pondre par «toutes les mesures appro-CORRESPONDANTÀPÉKIN
En 2007, Pékin avait surpris le monde concomitance du test avec le feu vert l’« île rebelle ». priées». Et averti que cette vente était un
ASIE Entre la Chine et les États-Unis, en détruisant un de ses vieux satellites américain à la vente de Patriot PAC-3 à Les États-Unis ont annoncé la semaine «obstacle sévère» aux relations militai-
c’est une sorte de diplomatie du missile météo avec un missile balistique. Tout le Taïwan est plus que troublante. Ces bat- dernière avoir donné le contrat à Loc- res sino-américaines.
- ou plutôt de l’antimissile - qui se joue monde y avait alors vu un avertissement teries antimissiles sont capables d’inter- keed Martin. Le ministère chinois a réagi Cette vente de Patriot était attendue et
ces jours-ci. Pékin a annoncé hier avoir envoyé aux Américains, leur signifiant fait partie - avec des hélicoptères
procédé «avec succès» à l’interception que leur domination aérienne et spatiale Apache, notamment - d’un paquet d’ar-
d’un engin de moyenne portée en vol. Et ne serait pas éternelle… Et, en novembre mements évalué à 6,5 milliards de dol-ClintondiscutedesbasesUSauJaponce quelques jours après l’annonce de la dernier, un site Internet d’analyse mili- lars, pour lequel l’Administration Bush
vente de systèmes antimissiles Patriot à taire américain a montré la photo d’une avait demandé une approbation au
LASECRÉTAIREd’Étataméricaine,Hilla- ménagement de la base vers une zoneTaïwan, qui a suscité l’ire de Pékin. base présumée d’armes antisatellites Congrès en octobre 2008. Mais Pékin
ryClinton,devaitdemanderàTokyohier côtièremoinspeupléedel’île.LenouveauSur le plan militaire, l’affaire n’est pas chinoises. veut envoyer un signal pour éviter
de «progresser» sur la question des gouvernementnipponétudielapossibili-anodine. Fidèle à sa ligne de montrer sa d’autres ventes, Taïwan souhaitant en-
bases américaines au Japon, lors d’une té de déplacer cette base hors d’Oki-Appelsauboycottpuissance tout en n’effrayant pas trop ses core se doter d’avions F-16.
rencontre à Hawaï avec son homologue nawa,oùsontstationnésplusdelamoi-voisins, Pékin a fait préciser par l’agence Washington s’alarme des capacités d’in- Comme lors de la crise sino-française
Katsuya Okada. Alliés, le Japon et les tié des 47000 soldats américains auChine Nouvelle qu’il s’agit d’une arme terdiction d’accès au ciel ou à la mer dont sur le Tibet, la presse chinoise signale que
États-Unisontundifférendàproposde Japon, afin d’alléger le poids pesant sur
«de nature défensive», qui «ne menace se dotent les Chinois. Un sujet majeur des cohortes d’internautes appellentlabaseaérienneaméricainedeFutenma, cettepetiteîle.Ceréexamenirritel’admi-
aucunpays». Mais leGlobalTimes souli- d’inquiétude est l’effort fait par Pékin «spontanément» au boycott de produitssituéeaucœurd’unezoneurbained’Oki- nistration américaine, qui a sommé To-
gne que c’est la première fois qu’un tel pour développer de nouveaux missiles américains. Des éditoriaux prédisent desnawa(sudduJapon). kyod’appliquerl’accordde2006comme
système est testé, et qu’il s’agit d’une balistiques anti-navires (ASBM), qui frictions entre Pékin et Washington.Le Premier ministre Yukio Hatoyama a prévu. M. Hatoyama a prévenu qu’il ne
«percée» majeure dans les capacités de pourraient rendre délicat tout déploie- Avec, en ligne de mire, la prochaine ren-annoncé le réexamen d’un accord signé prendraitpassadécisionavantplusieurs
défense aérienne chinoises. Des experts ment naval américain dans la région. Sur en 2006 qui prévoit notamment le dé- mois. (AFP) contre prévue entre Barack Obama et le
chinois expliquent qu’il s’agit d’un bond le plan diplomatique, le signal semble dalaï-lama.
ZOOM
Lepland’Obamapourlapaix Séismedefortemagnitude
etalerteautsunamiàHaïti
Untrèsforttremblement
deterre,demagnitude7,3auProche-Orient surl’échelledeRichter,afrappé
Haïtihiersoiretcausé
l’effondrementdenombreuxLe président mobilise deux émissaires
bâtiments,dontaumoins
unhôpital.Lesmortsetblessésau chevet du conflit israélo-palestinien.
seraientnombreux.«Tout
acommencéàtrembler,
sident au Proche-Orient, George Mit- lesmaisonssesonteffondrées...ADRIENJAULMES
CORRESPONDANTÀJÉRUSALEM chell, se sont envolés pour l’Orient c’estlechaoscomplet»,
compliqué avec une idée simple : relan- aexpliquéuncorrespondant
PROCESSUS DE PAIX Les Américains cer le dialogue entre Israéliens et Pales- deReuters,alorsquepeu
veulent sortir de l’impasse au Proche- tiniens et parvenir dans un délai de deux d’informationsfiltraientencore
Orient. L’Administration Obama s’est ans à un accord. surlacatastrophehiersoir.
enferrée pendant sa première année Les Américains doivent convaincre les Unealerteautsunamiaété
dans une demande de suspension totale Palestiniens que le moratoire sur la colo- émisepourl’île,ainsique
des constructions dans les colonies is- nisation annoncé par Nétanyahou en dé- Cuba,lesBahamasetla
raéliennes de Cisjordanie. D’abord re- cembre dernier, si partiel et limité soit- Républiquedominicaine.
fusé, puis partiellement accepté par Is- il, est une concession suffisante pour re-
raël, ce gel est entre-temps devenu une venir à la table des négociations. Ils doi-
condition pour le président palestinien vent aussi persuader les Israéliens de la EN BREFMahmoud Abbas. Washington veut nécessité de négocier en vue d’un statut
passer à l’étape suivante et reprendre final, sans se perdre dans des questions
des négociations en vue d’un accord de principes ou temporiser indéfiniment Lespertessaoudiennes
final. autour des points les plus sensibles. auYémens’aggravent
Deux des poids lourds du gouverne-
Négocierd’abordment américain, le conseiller d’Obama Aumoins82soldatssaoudiens
à la sécurité nationale, le général James surlesfrontières seraientmortsdepuis
Jones, et le représentant spécial du pré- Le plan américain, dont des éléments lelancementennovembre
ont été révélés par quotidien israélien del’offensiveduroyaume
Maariv, consisterait à entrer immédia- contrelarébellionchiite
tement dans le vif du sujet. Les négocia- yéménite.SelondesDémission tions porteraient directement sur les responsablessaoudienslegros
frontières entre Israël et le futur État pa- desopérationscontrelesduchefdefile
lestinien. Les Américains espèrent par- rebelleszaïditesquiseseraientdescolons venir à les tracer dans un délai de neuf infiltrésenterritoiresaoudien,
mois, soit avant l’expiration du mora- avaientprisfinendécembre.
toire. Israël pourrait ainsi reprendre la Mais,hier,leministreadjoint
PINHAS WALLERSTEIN, figure his-
construction, mais uniquement dans les delaDéfenseaaffirméquelestoriquedelacolonisationisraélienne,
parties de la Cisjordanie incluses dans LegénéralJamesJones(deface)etlereprésentantspécialduprésidentauProche- forcessaoudiennesvenaientdea démissionné hier de son poste au
Orient,GeorgeMitchell,enmai2009,avantunerencontreaveclepremierministreses frontières permanentes. reprendreunelocalitéseindeYesha,laprincipaleorganisa-
israélien,BenyaminNétanyahou. P.SOUZA/THEWHITEHOUSEtion représentant les colons. Invo- Des échanges de territoires permet- yéménite.
quantdesraisonspersonnelles,Wal- traient de contenter les demandes des
Afghanistan:mortd’unlerstein a cependant mis en garde deux parties : la terre pour les Palesti- puis deux décennies par les États-Unis, juives. Outre le risque de se heurter au
deuxièmesoldatfrançaiscontrelesfrangeslesplusextrémis- niens, la sécurité pour les Israéliens. le sénateur Mitchell a lancé un message refus de l’une ou l’autre des parties, voi-
tes de son mouvement. La décision Une fois les frontières tracées, les négo- qui a été parfaitement compris par ses re des deux, le volontarisme américain L’accrochagelundidansl’est
de la direction de Yesha de s’oppo- ciations aborderaient les deux dossiers interlocuteurs israéliens. Le général del’Afghanistanafaituns’exerce sur deux chefs fragiles.
ser au gel de la colonisation par des
les plus délicats : la question de Jérusa- Jones, ancien chef du corps des marines Mahmoud Abbas est soumis aux violen- secondmortparmilessoldats
moyensuniquementpacifiquesaété
lem et celle des réfugiés palestiniens. à la nuque raide, est considéré par les Is- tes attaques du Hamas et se trouve dis- français,unofficierquia
violemment critiquée par les colons
Washington laisse percer une certai- raéliens comme un interlocuteur peu crédité aux yeux d’une partie des Pales- succombéhieràsesblessuresà
les plus radicaux. Emmenés par une
ne impatience. Une remarque de George commode, attaché aux faits plus qu’aux tiniens par cinq ans de concessions l’hôpitalmilitaireaméricaindepoignéederabbinsextrémistes,une
Mitchell pendant une interview sur la déclarations et promesses. ayant produit peu de résultats. Bagram,partie des colons les plus idéolo-
chaîne de télévision américaine PBS, La pression est aussi mise sur Benyamin Nétanyahou, de son côté, àunesoixantainedekilomètresgiques sont prêts à s’opposer vio-
lemment à l’État s’il décidait d’éva- mercredi dernier, a laissé planer pour la Mahmoud Abbas, via l’Égypte et l’Ara- est à la tête d’une coalition fragile, do- aunorddeKaboul.Ledécès
cuerdescoloniesdeCisjordanie. première fois l’idée de pressions améri- bie saoudite, ses principaux parrains minée par une extrême droite qui n’a decetofficier,annoncéparle
A.J. caines sur Israël. En évoquant les garan- arabes, pour qu’il revienne sur son exi- aucune envie de s’engager dans un rè- ministèredelaDéfenseàParis,
ties de crédits bancaires accordées de- gence d’un gel total des implantations glement final avec les Palestiniens. porteà38lenombrede
militairesfrançaisayanttrouvé
lamortenAfghanistandepuis
ledéploiementdespremières
troupesinternationalesfinUnesérietéléviséeravivelacriseisraélo-turque 2001.
Chine:Googledénonceloups, une série très populaire plomatique provoqué parLa Val- ministre turc s’était emporté
LAUREMARCHAND desattaquesinformatiquesdans les foyers turcs, met notam- lée des Loups est révélateur de contre le président israélien,
Notez AFIN de s’assurer que la convo- ment en scène des agents du l’état de leurs relations bilatérales. Shimon Pérès, qui justifiait l’of- Google,legéantaméricain«
cation de l’ambassadeur turc, Mossad enlevant un bébé turc. Hier, c’était au tour de l’ambassa- fensive contre l’enclave palesti- del’Internet,adénoncéhierqu’ilestassis
lundi, ne passerait pas inaperçue, Un responsable du ministre des deur israélien d’être sermonné à nienne. Depuis, ses critiques ré- desattaquesinformatiquesàunniveau
le vice-ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré au Ankara pour «l’insolence » avec gulières contre Israël, plébiscitées massives«venantdeChine»inférieur
Affaires étrangères, Danny quotidien israélien Haaretz que laquelle l’État hébreu avait traité par l’opinion turque et celle des ciblantdesmilitantschinoisdes
aunôtre, Ayalon, a pris soin de faire re- cette réprimande avait un second son diplomate. Et les autorités tur- pays arabes, ont mis à mal l’al- droitsdel’Homme,ettouchant
qu’iln’ya marquer aux journalistes le trai- objectif : «Lieberman (le chef de ques réclament «desexcuses ». liance stratégique traditionnelle «aumoinsvingtautresgrandes
qu’undrapeau tement réservé au représentant la diplomatie israélienne) veut des deux pays dans la région. Fi- sociétés».L’entreprisea
Surenchèresturquesisraélien turc : «Notez qu’il est assis à un faire monter la pression avant la dèle à sa posture, M. Erdogan a menacédecesserdefiltrerses
niveauinférieuraunôtre,qu’iln’y visitedeM.Barak » en Turquie. Le côté turc n’est pas en reste fait savoir qu’il boycotterait la contenusenChine,cequisurlatable» a qu’un drapeau israélien sur la Répondant à une invitation du dans la surenchère. Les Israéliens prochaine rencontre à Davos, mettraiteffectivement
DANYAYALON,
table. » L’objectif affiché de cet président turc, Abdullah Gül, le ont «des capacités (militaires) comme il l’avait «promis » l’an finàsesactivitésdansle
VICE-MINISTRE
accueil, qualifié de «bizutage » ministre de la Défense israélien est disproportionnées et ils s’en ser- dernier. Réagissant à ses derniè- pays.
ISRAÉLIENDES
par les médias israéliens, était de attendu dimanche à Ankara. À vent » avait dénoncé, lundi, res déclarations, le porte-paroleAFFAIRES
protester contre la diffusion d’un quelques jours de ce déplacement Recep Tayyip Erdogan en faisant du ministère israélien des AffairesÉTRANGÈRES
téléfilm turc «anti-israélien et censé apaiser la crise que traver- référence à un raid de Tsahal di- étrangères a rétorqué que «la
antisémite », selon Danny Aya- sent la Turquie et Israël depuis manche à Gaza. En janvier 2009, Turquien’(était)pasenpositionde
lon. Un épisode de La Vallée des plus d’un an, l’emballement di- au sommet de Davos, le premier fairelamoraleàIsraël ».
C 1

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin