Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Magazine Le Figaro du 16 mars 2011

De
40 pages

Redecouvrez le Figaro magazine du 16/03/2011

Publié par :
Ajouté le : 16 mars 2011
Lecture(s) : 17
Signaler un abus

30 30 kmk
1,40€ mercredi16mars2011 -LeFigaroN°20720-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement-Figaroscopevenduuniquementdanslesdépartements60,75,77,78,91,92,93,94,95.
Figaroscope
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais spécial Salon du livre
Japon
Laspirale
infernale
Population
devant rester
Minamisomacalfeutrée
NNamieamie
Tamura
Fukushima I
200 kmm
Zone
évacuée
Fukushima IIKawauchi
Tokyo
Nouveauséisme,hier,
demagnitude6,ausud-ouest
deTokyo.Desfuitesradioactives
sedégagentdésormais
delacentraledeFukushima.
PAGES2À6ET20
Fillonannoncel’inspection Polémiquesurlenucléaire L’Allemagneferme
detouslessitesfrançais entrelePSetlesVerts provisoirementseptcentrales
FrançoisFillonaannoncéhieruncontrôlede Letorchonbrûleentrelessocialistespronucléaires Pourcalmerl’inquiétudedesonopinionpublique,
touteslescentralesnucléairesfrançaises.Les etlesVerts,quiréclamentunréférendumsurune AngelaMerkelaannoncél’arrêtpourtroismois
résultatsserontrendus«intégralementpu- sortiedelafilière.Lesdeuxalliésespèrent deseptréacteurs.Hier,elleavaitannoncéun
blics».«Nousn’éluderonsaucunedes pourtantquelepointdenon-retourn’estpas moratoiredelamêmeduréesurlaprolongation
questionsposées»,a-t-ilpromis. PAGE5 atteint. PAGE10ETL’ÉDITORIALPAGE17 del’activitédetouteslescentrales. PAGE6
Lestroupes www.citroenselect.fr
deKadhafi HISTOIRE DUJOUR CITROËN C3 CONFORTBVM5serapprochent
Immatriculéedu01/01/10au30/04/10,deBenghazi PAGE8 1.4 i 75 CV peinturemétallisée,climatisationCantonales:unevictoire
Lessyndicats
(1)àlasoviétiqueenLozère 10490€d’AirFrance
ln’yauraaucunsuspenselorsdesélec- tie.» La raison de la solitude de Robertrefusentles tionscantonalesdes20et27marsdans Aigoin réside peut-être dans les résultatsIle canton de Saint-Germain-de-Cal- desélectionscantonalesde2004.camérasàbord
berte,enLozère.Commedanscinqautres Malgré trois challengers, le conseiller gé-del’A380PAGE12 cantonsdeFrancemétropolitaine,etqua- néral communiste avait été réélu dès le
trecantonsd’outre-mer,unseulcandidat premier tour avec plus de 64% des voix.
se présente aux suffrages des électeurs. Un plébiscite. Et de quoi écœurer laSo Figaro Robert Aigoin, 54 ans, conseiller général concurrence, alors que la droite truste
communistedepuis1992,n’apasd’adver- pourtant 16 sièges sur 25 dans l’assembléeLamode
sairedanscepetitterritoirede3000habi- départementalesortante.
homme tantssituédanslesuddudépartement.De Mais si l’élection de Robert Aigoin ne fait
là à soupçonner une élection à la soviéti- pasdedoute,elleneserapasforcémentac-prend
que, il n’y a qu’un pas… Producteur de quiseaupremiertour:le20mars,ildevra
châtaignes de profession, Robert Aigoin recueillirlessuffragesd’aumoins25%desdescouleurs
l’assure dans un rire: «Je n’y suis pour électeurs inscrits. Faute de quoi il faudra Véhicule d’occasion de faible kilométrageNOTRESUPPLÉMENT
DE16PAGES rien,jen’aiempêchépersonnedeseprésen- revoterle27marsdanslecantondeSaint-
ter!»Puisilsoupire:«Êtreseulcandidat, Germain-de-Calberte.
(2)
Garantie12moispiècesetmaind’œuvre.je trouve cela dommage pour la démocra- GUILLAUMEMOLLARET(ÀNÎMES)LaRussie
Possibilitédefinancement,d’entretien
(2)comprisetdereprisedevotrevéhiculed’Aujourd’hui
CAHIER
SPÉCIAL (1) Prix valable jusqu’au 31/03/2011, non cumulable avec les opérations en cours, réservé aux particuliers dans la limite des stocks disponibles.DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUS
Liste des véhicules concernés disponibles dans les points de vente Citroën Félix Faure listés ci-dessous (2) Voir conditions dans les points de vente
citésci-dessous,financementsousréserved’acceptationparCitroënFinancement.Photononcontractuelle.
L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE17LA CHRONIQUE
d’Alain-GérardSlama LE CARNET DU JOUR PAGE15 CITROËNFÉLIXFAURE
Les trois malins génies APARTÉd’AnneFulda PAGE39 PARIS 0153681515 CORBAS(69) 0472486797
de la croissancePAGE17 BRUGES(33) 0557936969 VITROLLES(13) 0442787737TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
NANTES(44) 0240892121 ---- www.citroenff.com ----
ALG:185DA. AND:1,50€. BEL:1,50€. DOM:2,10€. CH:3,20FS. CAN:4,25$C. D:2,10€. A:3€. ESP:2,10€. GB:1,70£. GR:2,30€. ITA:2,30€. LUX:1,50€. NL:2,10€. H:830HUF.
PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,30€. MAR:14DH. TUN:2,5DTU. USA:4.25$. ZONECFA:1600CFA. ISSN0182.5852 >SCANNEZCECODEPOURACCÉDERÀNOSOFFRES.
M 00108 - 316 - F: 1,40 E
3:HIKKLA=]UVYUY:?a@n@l@g@a;
KYODONEWS/AP
C90 km
180 km
mercredi16mars2011 LEFIGARO
Enimages:leJapon faceau
risquedepénuriealimentaire2 leséismeaujapon
WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
LesJaponaisface
au«cauchemar
atomique»
La journée d’hier a été marquée par deux nouveaux
accidents nucléaires et un puissant séisme.
leur lançant un tonitruant : « Mais
ARNAUDDELAGRANGE
qu’est-ce qu’il se passe, bon Dieu! » Se-ENVOYÉSPÉCIALÀTOKYO
lon l’agence Kyodo, Naoto Kan aurait été
QUATRE explosions en moins de trois ivre de rage de n’avoir toujours pas été
Unrescapéjours sur un même site nucléaire. La ba- prévenu d’une explosion, une heure
duséismetaille que livrent les autorités japonaises après que les chaînes télévisées l’avaient
etdutsunamisur le front de la centrale de Fukushima annoncée. « La communication officielle,
circuleàbicyclette,est une incroyable alternance d’érein- mêmesielles’estamélioréedepuisledébut
hier,aumilieutantes victoires et de cuisants revers. Et de la crise, donne encore une impression
desdécombres
même, parfois, de vilaines offensives sur deconfusion,d’imprécision», commente
delavillecôtière
l’aile, là où l’on n’attendait pas l’ennemi Akio Samuri, un jeune libraire, reflétant
deMinamiSanriku,
atomique. C’est ce qui s’est passé hier une opinion assez large. Les opérateurs aunordduJapon.
après-midi, quand un incendie s’est dé- apparaissent peu, et sont avares de pré- D.GUTTENFELDER/AP
claré sur le réacteur 4, pourtant à l’arrêt cisions. Leur culture de non-transpa-
avant le tsunami pour des opérations de rence instille le doute.
maintenance. Un coup du sort qui, ajou-
La menace sembleté à l’explosion sur le réacteur 2 le matin
se rapprocher de Tokyoet la dispersion accrue de radioactivité
dans l’air, a témoigné d’une sérieuse ag- Sur le fond, les opérations sont-elles bien
gravation de la crise nucléaire. maîtrisées ? « Le côté positif, c’est qu’ils
Dans sa tenue bleue de général en chef fontdeschosesdemanièrelogiqueetsans
des secours, la mine des plus graves, le donner une impression de panique. Et ils On scrute aussi les cartes mé-
IWATE Kesennuma
premier ministre, Naoto Kan, a tenu une sont arrivés à contrôler plusieurs problè- téo, pour voir où les vents pour-
brève allocution à la nation en fin de ma- mes,lesunsaprèslesautres,alorsqueles raient rabattre les miasmes ato- Mer du Japon Minami Sanriku
tinée. Il a exhorté les Japonais au calme, effortsàfournirsonténormesdansdessi- miques. Les militaires américains
tout en reconnaissant que le niveau de tuations très dégradées, commente un ont fait de même. Après que des
MIYMIYAAGGII
radioactivité dans la région de la centrale spécialiste présent à Tokyo. Mais, en marins participant aux opéra- YYAMAAMAGAGATTAATokyoavait fortement augmenté et que la mêmetemps,unnouveauproblèmesurgit tions de secours ont été – faible- SendaiJAPON Ishinomaki
«possibilitédenouvellesfuitesradioacti- dèsqu’unsujetsembleréglé,etcela,c’est ment – contaminés par des ra-
Yamagata
moins rassurant. » L’annonce, hier soir, diations, l’US Navy a décidé de OCÉAN PACIFIQUE Onagawa
de tentatives de refroidissement du repositionner des navires sur la
«Unnouveau problème Natoriréacteur 4 avec de l’eau larguée par héli- côte ouest de l’île de Honshu, enn Shiroishi OCÉAÉANNMer du Japoncoptère peut montrer que la situation y raison des risques trop sévères de ra-surgitdès qu’unsujet
Niigata Kakudaest vraiment critique. diations sur la côte est. Plusieurs gran- PACCII FF IQUIQU EEsembleréglé » La menace semble aussi se rapprocher des compagnies aériennes mondiales
de la capitale. La Mairie de Tokyo a an- ont aussi décidé de réorienter, réduire
Fukushimaves se renforçait ». Un peu plus tard, on noncé hier soir que le niveau de radioac- ou supprimer leurs vols à destination Fukushima Daiichi
apprenait qu’une zone d’exclusion aé- tivité avait augmenté dans la capitale, où du Japon. Lufthansa et Air China, entre
rienne était instaurée dans un rayon de il était dix fois supérieur à la normale, autres, vont cesser de se poser à Tokyo. Nagaoka
30 km au-dessus du site de Fukushima. sans que cela ne présente encore un dan- Le mouvement de départ des étrangers Kòriyama
Un appel était lancé aux personnes rési- ger pour la population. Malgré l’appel au s’est fortement accéléré. Le gouverne- NIINIIGAGATTAA Fukushima Daini
dant entre 20 et 30 kilomètres, leur de- calme des autorités, les habitants se sont ment français a d’ailleurs demandé à FUKUSHIMAFUKUSHIMA
Jòetsu
mandant de rester calfeutrées chez elles. rués dans les magasins pour acheter des Air France de mobiliser des avions sup- Shirakawa
La journée ressemble à un mauvais vivres et des produits de première né- plémentaires afin de permettre à ses
DENSITÉ DE
cauchemar. La hausse de la radioactivité cessité, des bougies, des sacs de coucha- ressortissants de quitter le Japon. Iwaki POPULATION,
TOCHIGIdu réacteur 4, conduisant à ordonner le ge, des radios ou des lampes de poche. La nervosité et l’inquiétude ont aussi 2en hab/km
repli des personnels y travaillant encore, Impossible de trouver encore le moindre gagné hier toute la région, notamment Otawara Kitaibaraki 5 000
est inquiétante car le bassin de rétention masque à vendre. La plupart des grands les voisins immédiats du Japon, Chine,
GUMMA Utsunomiya
Hitachidu combustible usagé n’est pas protégé magasins de Ginza, encore ouverts la Russie et Corée du Sud. Pékin a annoncé
Nagano Maebashicomme le cœur du réacteur. Et il semble veille, étaient fermés hier, avec des pan- l’évacuation de tous ses ressortissants Tokai
1bien que, du côté du réacteur 2, le cais- cartes indiquant que le rideau pourrait présents dans le nord-est de l’archipel
Mito
son du réacteur ait été endommagé. Se- rester baissé plusieurs jours.«C’estter- et une surveillance des niveaux de ra-
NAGANO Òta IBIBARAKIARAKI PRINCIPALES VILLESlon l’AIEA, de la radioactivité a été libé- rible, je ne peux plus me concentrer, je dioactivité dans le nord du pays ainsi Takasaki
en milliers d’hab.rée«directement» dans l’atmosphère. passemontempsà“rafraîchir”monécran que pour les navires rentrant dans les
Ces catastrophes en cascade et la terri- d’ordinateurpouravoirlesdernièresnou- ports chinois. La Russie a signalé une lé- Kumagaya
Tsukubable nécessité de se battre sur deux fronts, velles», confie une jeune graphiste, sou- gère hausse de la radioactivité dans ses SSAITAITAMAAMA
8 000humanitaire et nucléaire, mettent les riante et presque gênée d’avouer son régions extrême-orientales. Et l’armée UrawaTokyo Funabashinerfs des responsables à dure épreuve. trouble. Elle dit craindre encore plus un russe s’est déclarée prête à évacuer les
Moins flegmatique en privé qu’à la télé- nouveau séisme. Et la forte réplique, de habitants des îles Kouriles et de Sakha- Kofu
TOKYO CHIBAvision, le premier ministre a appelé les magnitude 6, ressentie hier soir – cette line, en cas de détérioration de la situa- 3 000
YAMANASHI
patrons de Tepco (Tokyo Electric Power fois centrée sur le sud-ouest de Tokyo –, tion. Certains d’entre eux ont la mé- Chiba
Co), qui opère la centrale en déroute, en semblait lui donner raison. moire du risque nucléaire. 1 000
KANAGAWA Agglomération de 500 à 1 000Kawasaki de Tokyo :
Yokohama de 200 à 500
35 millions d’hab.SHIZUOKA
Baie (première métropole Limites deExplosionsenchaînesurlesitedeFukushima
mondiale)de Tokyo préfecture
les vents chassent les particules ra- jet dans l’environnement de particulesANNEJOUANETYVESMISEREY
dioactives vers l’océan Pacifique. Il n’y radioactives.
HIER, un nouveau cap a été franchi au aurait donc pas de danger immédiat Le cœur du réacteur 1 a partiellement
Japon. Désormais, on peut parler de pour les populations. fondu. Les salariés de Tepco travaillent à
catastrophe nucléaire. Car l’accident Depuis samedi, les avaries s’enchaî- injecter de l’eau de mer pour assurer le Fortehaussedela
de la centrale de Fukushima, à 250 km nent à la centrale de Fukushima. Plu- refroidissement du cœur qui n’était hier
au nord-est de Tokyo, dépasse en gra- sieurs cœurs de réacteur sont entrés en toujours pas suffisamment immergé. MARCMENNESSIER
vité celui de la centrale américaine de fusion. Hier, le numéro 4 de Même partiellement hors de l’eau, les
Three Mile Island en 1979. D’après les Daiichi suscitait beaucoup d’inquiétu- barres de combustible (qui contiennent LES EXPLOSIONS se succèdent à un
autorités françaises, la situation est des. Un nouvel incendie s’est déclaré, et, de l’uranium) chauffent, se déforment et rythme infernal dans la centrale de
suffisamment grave pour que le ni- selon l’Agence de sûreté nucléaire japo- rejettent des vapeurs radioactives. Fukushima-Daiichi, suite au séisme de
veau 6 sur l’échelle internationale des naise, la toiture de la centrale s’est ef- Le réacteur 3 a lui aussi partiellement magnitude 9 et au tsunami qui ont dé-
événements nucléaires (qui en comp- fondrée. À l’arrêt avant le séisme, le fondu. L’objectif de l’exploitant est d’as- vasté, vendredi, le nord-est du Japon.
te 7) ait été atteint. À titre de compa- réacteur 4 avait déjà été touché, dans la surer le refroidissement du cœur qui est Hier matin, à 4 h 50 (heure française),
raison, Tchernobyl avait été classé au nuit de lundi à mardi, par un incendie. toujours en partie dénoyé. Les enceintes l’une d’elles a provoqué un incendie
oniveau 7, jamais égalé depuis. Par rap- Ce dernier s’est déclenché dans ce bâti- de confinement des réacteurs 1 et 3 sem- dans le réacteur n 4 qui était pourtant à
port à hier, «le phénomène a pris une ment contenant un bassin de rétention blaient en revanche intactes hier tandis l’arrêt pour maintenance au moment du
ampleurtoutàfaitdifférente», estimait qui abrite du combustible usagé, mais que, dans les réacteurs 5 et 6, une hausse tremblement de terre, entraînant d’im-
hier matin André-Claude Lacoste, le qui, faute de refroidissement, s’est mis à de la température a été observée. portants rejets de matières radioactives,
président de l’Autorité de sûreté nu- chauffer. Or, pour l’instant, on ne Deux paramètres sont à prendre en vraisemblablement du césium 137 et de
cléaire française (ASN). connaît pas la quantité de combustible considération, souligne Olivier Gupta, l’iode 131. La détonation s’est produite au
Hier, les autorités américaines et qui s’est consumée dans le bassin de directeur adjoint de l’ASN. D’une part, niveau du bassin de stockage des com-
françaises faisaient état d’émanations stockage. les enceintes de confinement des réac- bustibles usés, victimes eux aussi de la
radioactives extrêmement importantes teurs qui, si elles se fissurent, peuvent défaillance des systèmes de refroidisse-
Injection d’eau de merpuisqu’elles atteignaient environ dégager des éléments radioactifs dans ment. Mais, contrairement au cœur du
400 millisieverts (mSv) par heure à Le bâtiment qui abrite le réacteur 2 a ex- l’atmosphère. D’autre part, le niveau de réacteur, cette installation n’est pas
Fukushima. À titre comparatif, la dose plosé, provoquant notamment des rejets dégradation des gaines qui enrobent le confinée sous une double épaisseur de
reçue en moyenne par un être humain radioactifs. L’étendue des dommages, en combustible. Plus elles sont abîmées, béton et d’acier… Du coup, les éléments
atteint 2 à 3 mSv par an. «Laradioacti- particulier sur l’étanchéité de l’enceinte, plus les quantités de matière radioactive radioactifs s’échappent directement
vité pourrait endommager la santé des était hier incertaine. Par ailleurs, une fu- hors des gaines sont importantes. Or, sur dans l’atmosphère. Et cela d’autant plus
personnes» sur le site même de la cen- sion partielle du cœur s’est produite ces deux points, on sait peu de chose sur facilement que l’explosion a creusé deuxDeshabitantsévacuésdelazone
trale, a indiqué hier Takeaki Matsumo- lundi, et le réacteur 2 a été victime d’une ce qui se passe. brèches de huit mètres de large dans lasituéeprèsdelacentralenucléaire
to, le ministre japonais des Affaires explosion en raison du dégazage de l’en- Dans les centrales d’Onagawa et de deFukushimaavaienttrouvérefuge structure extérieure du bâtiment !
oétrangères. Pour l’instant, selon l’Or- ceinte sous pression. La dégradation de Tokai, les autorités ne signalaient aucun hierdansuncentred’hébergement «Leréacteurn 4aconnuunincendie,il
ganisation météorologique mondiale, l’enceinte de confinement signifie le re- élément particulier. provisoireàKoriyama. AP yadelaradioactivitéquipourraitendom-
260 km
220 km
C30 km
LEFIGARO mercredi16mars2011
Suivez les événements
en direct 3leséismeaujapon
WWW.LEFIGARO.FR/
MinamiSanriku,uncoin
deparadisplongédansl’enfer
Notre reporter a atteint hier l’épicentre du désastre : une ville balayée par une vague
d’une trentaine de mètres, où il ne reste rien, que des morts par milliers.
semble à un paysage après la guerre. La manquent à peu près de tout. « Je n’ai Coneybeer, le capitaine de l’unité néo-
RÉGISARNAUD
ville d’Otsuchi, paradis des surfeurs et plus que les habits que je porte », constate zélandaise arrivée le matin même. Der-
ENVOYÉSPÉCIALÀMINAMISANRIKU(NORDDUJAPON)
des plagistes, est en ruines. Celle de une vieille dame venue revoir sa maison rière lui, les Allemands, qui ont compris
SUR LE CHEMIN escarpé qui serpente au Rikuzen-Takata, 23000 habitants, a été dévastée. Elle semble paralysée par la qu’ils étaient inutiles, sont en train de
milieu des décombres, Tokuji Sugawara ravagée. Ofunato a été plusieurs fois vision de ce qui fut son quotidien. «La plier bagages. « Nous sommes arrivés
pédale comme un damné sur son tricycle meurtrie par des tsunamis dans son his- plupart des habitants de ma ville ont sans dans la précipitation, car le temps est très
jaune citron. Ce pêcheur d’algues de toire, le plus grave jusque-là étant celui doute été emportés par la vague », estime précieux dans de telles circonstances.
79 ans est la seule personne vivante alen- causé en 1960 par un tremblement de Tokuji Sugawara. Au milieu des monta- Aujourd’hui, nous sommes un peu frus-
tour, après le cataclysme aux pro- terre au… Chili ; mais ce dernier gnes de décombres, une procession de trés de ne rien pouvoir faire », commente
portions cosmiques qui a frap- choc l’a laissée K-O. pompiers, piolets et pelles à la main, Brice Coneybeer, devant un feu de
pé Minami Sanriku. C’est pourtant Minami convergent en silence et avec discipline camp qu’il partage avec ses 52 pom-
La ville est située tout Sanriku qui est sans doute vers le rivage pour déblayer les cada- piers. Ces hommes ont passé les der-8000près de l’épicentre du séis- le site le plus terrifiant par vres. Les forces d’autodéfense s’affai- niers mois à déblayer Christchurch, la
me de magnitude 8,9 de l’étendue inouïe, bibli- rent à dégager des voies, à restaurer un métropole néo-zélandaise frappée pardisparus
vendredi dernier, et elle que, de la destruction. peu d’organisation dans ce chaos. Le un séisme en février. Le Japon est leur
àMinamiSanriku,
s’est retrouvée en premiè- « J’ai parcouru tous les monde entier assiste à la tragédie de la première sortie internationale. « Nousunevillequicomptait
re ligne du terrible tsunami lieux sinistrés du littoral. Ici, région en direct, mais les pays étrangers sommes plutôt occupés en ce moment »,17000habitantsàla
qui a suivi peu après. « J’étais c’est le pire », affirme un ca- ne peuvent offrir qu’une aide haute- glisse Brice Coneybeer.veilleduséisme
au bord de la mer en train de meraman japonais. « On dirait ment symbolique. Dans toute la région, de pauvres hè-
nettoyer mon bateau quand j’ai senti Calang, le port annihilé par le tsu- res recherchent un parent disparu, un
«Iln’yapluspersonne àsauver,le tremblement de terre. J’ai immédiate- nami d’Aceh en 2004 », estime Richard ami, de refuge en refuge. À la radio et à
toutlemondeestmort »ment compris que le tsunami arrivait. J’ai Lloyd Parry, qui a couvert le tremble- la télévision, les présentateurs lisent en
accroché mon bateau au rivage et j’ai ment de terre d’Aceh en 2004 pour le À quelques kilomètres de Minami San- boucle des avis de recherche, dans l’es-
grimpé sur la montagne pour me réfugier. Times de Londres. riku, un campement de secouristes ve- poir que les personnes concernées les
Les haut-parleurs se sont mis à cracher : Minami Sanriku comptait 17000 ha- nus d’Australie, de Nouvelle-Zélande, entendent : « Avis à Keiko Suzuki : Ma-
“Tsunami ! Tsunami ! Grimpez ! Grim- bitants jeudi, veille du séisme. Hier, de Suisse et d’Allemagne attend de re- sato est vivant ». Sur une des digues de
pez !” Alors, j’ai vu l’eau se retirer du port 8000 étaient encore portés disparus. cevoir des ordres qui ne viennent ja- Minami Sanriku, on avait peint en tons50 millions
en un éclair, jusqu’à ce qu’il ne reste plus Les survivants sont dispersés dans les mais. « Il n’y a plus personne à secourir. pastel : « Protégeons tous ensemble lade personnes que la terre. Puis la vague est venue », ra- 25refuges montés autour de la ville. Ils Tout le monde est mort », explique Brice belle mer bleue ! »
conte Tokuji Sugawara.sous la menace
Derrière lui, deux kilomètres d’un
des radiations charmant port de pêche réduits en
miettes, dont les immeubles et lesÉpicentre nucléaires
adresses n’existent plus que sur lesdu séisme
écrans de GPS. Atomisée, l’école élé-
mentaire de Shizugawa. Pulvérisée, la
mairie. Le dortoir de l’agence de police
tient encore debout au milieu des dé-
combres ; mais la vague a comme déli-
catement déposé, sur son toit, à vingt
mètres de hauteur, une voiture flam-
bant neuve. Des filets de pêche sont em-
mêlés sur les carcasses d’immeubles en-
core debout, à 400 mètres du rivage. LesOCÉAN
digues censées protéger le village sont
PACI F IQU E fracassées. On trouve des traces du chocMinamisoma
très loin dans les terres, à 17 mètres au-
dessus du niveau de la mer ; la vague
était par conséquent beaucoup plus
Namie haute, peut-être 30 mètres, quand elleFukushima
s’est engouffrée dans la ville.Daiichi
«Jen’aiplus queles habits
que jeporte »20 km
Parfois, au milieu des décombres, on
découvre un poisson dont les mouettesFukushima
ont dévoré les yeux. Les pompiers quiDainiKawauchi dégagent les décombres pensent qu’un
train rempli de passagers morts est en-
terré quelque part, sous une montagne
de débris. « Je ne quitterai pas ma mai-
son car elle est située sur un promontoire.
Mais je ne repartirai plus pêcher. Je veux
juste dormir, dormir », supplie Tokuji
Zone à l’intérieur des 20 km autour Sugawara.
de la centrale de Fukushima Daiichi, Cette partie du Japon vit de la mer.
dans laquelle la population a été évacuée C’est la mer qui l’a détruite. Elle était un
coin de paradis touristique pour ceux(210 000 personnes)
qui avaient eu la chance de la visiter, d’yZone comprise entre 20 et 30 km
goûter des morceaux de thon succu-
à l’intérieur de laquelle la population lents, d’y déguster des oursins gros
est invitée à rester calfeutrée chez elle comme le poing. Aujourd’hui, elle res-
radioactivitéautourdelacentrale
mager la santé des personnes », a déclaré calfeutrées chez elles, fenêtres fermées
hier après-midi le ministre japonais des et ventilateurs éteints. D’après l’Institut
Affaires étrangères, Takeaki Matsumoto, de radioprotection et de sûreté nucléaire
à l’issue de la réunion du G8 à Paris. Cette français (IRSN), des doses de 12 mSv par
radioactivité s’ajoute à celle rejetée par heure ont été constatées à la périphérie
les dégazages opérés depuis samedi sur de cette zone. Sur la base des informa-
les trois autres réacteurs accidentés ou tions disponibles hier, Thomas Houdré,
libérée lors des explosions. l’un des responsables de l’Autorité de
sûreté nucléaire française (ASN), esti-
Appel àrestercalfeutréchezsoi mait ces mesures de prévention « suffi-
Dans la matinée, l’Agence internationale santes » pour protéger la santé des po-
de l’énergie atomique (AIEA) révélait pulations. Elles s’ajoutent à l’évacuation,
que « des taux de radioactivité allant jus- samedi, des 215000 personnes résidant
qu’à 400 millisieverts (mSv) par heure ont dans un rayon de 20 km autour de
été signalés sur place », faisant craindre Fukushima-Daiichi.
pour la santé des travailleurs de la cen- L’incertitude majeure concerne égale-
trale (voir article p. 4). À titre de compa- ment les 35 millions d’habitants de l’ag-
raison, l’exposition moyenne d’un être glomération de Tokyo, située à 250 km
humain à la radioactivité naturelle est de au sud-ouest. Tout dépend de l’orienta-
2 à 3 mSv mais sur une année entière… tion des vents qui, jusqu’à présent, ont
Le sievert, du nom d’un physicien opportunément repoussé les rejets ra-
suédois, est une unité de mesure qui dioactifs vers le Pacifique. Selon l’IRSN,
permet d’évaluer la quantité de radia- « une légère élévation de la radioactivité
tions absorbées par le corps humain. À ambiante » a été constatée dans la capi-
partir de 100 mSv, le risque de cancer tale nippone. Mais, « cette élévation n’est
augmente. pas significative en termes d’impact ra-
Dans la matinée, le premier ministre, diologique » et ne nécessitait donc pas de
Naoto Kan, a appelé les personnes vivant prendre, pour l’heure tout du moins, des
dans un rayon de 30 kilomètres à rester mesures de protection particulières.
TEL. 01.55.35.20.20
Amercredi16mars2011 LEFIGARO
4 leséismeaujapon
Leplanfrançaisencasd’accident
Depuis cinq ans, l’autorité de sûreté planifie des mesures de gestion post-acelle
en collaboration étroite avec les administrations, les élus et les ONG proches des centrales.
possibilité de tout accident nucléaire que n’avons pas de réponses», reconnaît de «non exhaustives» et fait tourner des voitures. Pour la même raison, dans lesYVESMISEREY
par ceux qui prétendent qu’il se traduirait son côté André Oudiz, un ingénieur asso- modèles«permettantdecalculerlesdoses premiers jours, les personnes doivent re-
LA PÉRIODE la plus dramatique d’un ac- par une apocalypse. Pour le Codirpa, il est cié dès l’origine aux travaux sur le post- susceptiblesd’êtrereçuesparlapopulation tirer leurs chaussures avant d’entrer dans
cident nucléaire est évidemment le mo- important d’exposer les conséquences accident. Nombre de mesures s’inspirent aucoursdumoisàvenir». Nombre de ces les habitations.
ment où il se produit avec toutes ses me- d’un accident et toutes les mesures qu’el- de ce qui se pratique depuis vingt ans dans modèles - contestés par certains experts -
Contamination des végétauxnaces et ses inconnues, comme c’est le cas les imposent dans la durée à tous les ac- les zones contaminées par la catastrophe ont été élaborés à partir des conséquences
aujourd’hui à la centrale de Fukujima. Les teurs qui auraient à intervenir sur place à de Tchernobyl. sanitaires d’Hiroshima et Les balades en forêt et parcs publics se-
salariés de Tepco - la firme est responsable ce moment-là (pompiers, élus locaux, La synthèse des échanges des essais nucléaires dans raient aussi proscrites dans cette zone, carLECHIFFRE
de ses installations - font le maximum préfets, services administratifs, ensei- menés par le Codirpa est les îles Marshall. les feuilles d’arbres captent des particules
pour limiter l’ampleur de la catastrophe. gnants, ONG). consignée dans un guide À partir de là, trois zones qui peuvent être remises en suspension
Les autorités locales et nationales, elles, disponible sur le site de sont définies. La zone par les vents et tomber au sol à l’automne.91Tchernobyl a servi d’exempleont la charge de protéger les populations. l’Autorité de sûreté. Un scé- d’éloignement la plus pro- Les champignons ainsi que le gibier se-millionsd’euros
En situation d’urgence, trois mesures pré- «Pour se préparer le moins mal possible nario d’accident nucléaire che du site est accessible aux raient interdits à la consommation. Si des
seraientmisàdisposition
ventives sont appliquées : l’évacuation ou auxconséquencesd’unaccident,mêmes’il d’ampleur moyenne et en- seuls intervenants possé- vignobles se trouvaient dans cette zone, il
parEDFencasd’accident.
le confinement et la distribution de com- est improbable, il faut impliquer un maxi- traînant des rejets radioac- dant une autorisation. Les faudrait arrêter de commercialiser du vin.
Sicemontants’avérait
primés d’iode. Cette phase d’alerte cru- mumd’acteurs.Ilfautuneculturedurisque tifs de courte durée (moins habitants qui veulent y res- Les produits agricoles locaux, les légumes
insuffisant,l’Étatrendrait
ciale, mais limitée dans le temps, ne industriel», assure Jean-Luc Godet, de de 24 heures) a été retenu ter, le peuvent«àmoinsque feuilles en premier lieu et légumes racines
disponiblesjusqu’à
constitue qu’une petite partie de l’iceberg. l’ASN, qui préside le comité de pilotage du pour la circonstance. Un ac- les doses radioactives sur plus tard ne devraient plus être consom-
334millionsd’euros.
Dès que l’accident est maîtrisé, les autori- Codirpa (*). « Il faut être humble. Il y a cident qui serait intervenu leur lieu de résidence soient més et seraient traités comme des déchets,
tés doivent rapidement passer à la phase beaucoup de choses pour lesquelles nous au cours d’une période de tellesqu’ellesinterdisenttout la contamination se faisant par l’ingestion.
post-accidentelle. La question majeure temps sec, sans précipitations qui aug- séjourprolongédanslazone», note le gui- Les animaux pourrait être euthanasiés. Les
étant de savoir dans quelles conditions le menteraient les dépôts de particules ra- de. La zone dite de protection des popula- mesures seraient modulées en fonction de
retour des populations évacuées est possi- dioactives. Le scénario d’un accident gra- tions est celle où le plus d’actions sont l’évolution de la contamination de l’envi-Zone 2
ble. ve sera traité plus tard. conduites dans le but de réduire les doses ronnement et de la population. Dans la
PROTEECTION DES Depuis cinq ans, 150 personnes tra- Dans le cas de figure proposé par le Co- des habitants. Très rapidement, par troisième zone dite de surveillance ren-
vaillent sous la conduite de l’Autorité de POPULAL TIONS dirpa, une zone se trouvant sous le vent est exemple, les pompiers doivent asperger forcée, les contrôles sont moins sévères et
sûreté nucléaire (ASN) pour définir une contaminée par le panache radioactif (voir les toitures et les façades avec des lances à ce sont plutôt des mesures de restriction
Contrôles radiologiques, doctrine sur ce point. C’est un tournant infographie). À l’intérieur de ce secteur, incendie ou des Karcher afin de décrocher qui seraient mises en place.
dosimétriques, suivis sanitaires, car la gestion des conséquences d’un acci- l’IRSN (Institut de radioprotection et de les particules radioactives qui s’y sont (*) Comité directeur pour la gestion de la
dent nucléaire s’est trouvée longtemps informations... sûreté nucléaire) effectue des mesures fixées. Sinon, après cinq jours, celles-ci y phase post-accidentelle d’un accident nu-
occultée, aussi bien par ceux qui nient la adhèrent et peuvent irradier l’intérieur cléaire.
Nettoyage des maisons à des niveaux très faibles. Les
balayeuses de rue doivent aspirer les par-Lavage des façades, des toitures Zone 3
ticules au sol afin qu’elles ne soient pas re-et de la voirieZone 1 SURVEILLANCE mises en suspension lors du passage des
Gestion des déchets RENFORCÉE DES
ÉLOIGNEMENT TERRITOIRESInterdiction L’iodeÉvacuation des habitants Restrictions desConsommation d’aliments
produits sur place promenades en forêt, de la enpratiqueActions des intervenants
Récoltes cueillette et de la chassespécialisés
Mesure de radioactivitéMouvement d’animaux
SANDRINECABUT
Consommation d’eau contaminée (environnement et population)
EN CAS d’accident nucléaire, plu-
Promenade en forêt sieurs types de substances radioac-Lieu de l’accident
tives sont rejetés, dont de l’iode. In-
halé ou ingéré, cet iode radioactif aZone
tendance à se fixer sur la thyroïde, ce
qui augmente le risque de cancer de1 cette glande en particulier chez lesZone L’ingestiond’iodepermetdeseLes 3 zones enfants. L’ingestion précoce dede protection protégerensaturantlesrécepteurs
comprimés d’iodure de potassium delathyroïde. F.DESTOC/LETÉLÉGRAMMEde protection des populations
permet de se protéger en saturant les
après un accident récepteurs de la thyroïde. contre-indications sont très rares.Zone de
Ces médicaments sont fabriqués Depuis 1997, 4 campagnes de distri-surveillancenucléaire par la Pharmacie centrale des ar- bution de comprimés d’iode ont été
mées (PCA). L’efficacité est maxi- organisées pour la population vivantEXEMPLE SUR UNE CARTE FICTIVE
male (98 %) si la prise a lieu deux dans un rayon de 10 km autour des
D’UN ZONAGE POST-ACCIDENTEL* heures avant l’exposition, elle tombe 19 centrales nucléaires françaises,
à 50 % pour une ingestion six heures soit 400 000 foyers et 2 000 établis-
après. En pratique, c’est le préfet qui sements. Les personnes concernées
donne l’ordre de la prise. La dose est reçoivent un bon et peuvent retirer
de 2 comprimés à partir de 12 ans, gratuitement les boîtes en pharma-*Les surfaces dépendent de multiples
elle est plus faible en dessous de cet cie. En 2009, après trois mois deparamètres (intensité des radiations,
âge (voir www.distribution-io- campagne, seulement 41 % y étaientmétéorologie, densité de population...) Source : Guide national de préparation à la sortie de la phase d’urgence
de.com). Les effets secondaires et allés.
Les«kamikazes»dunucléaire:
deshérosquisesacrifient
les premiers jours et qui avaient survolé
ANNEJOUAN
en hélicoptère le réacteur en feu.
CE SONT des héros. Ils jouent le tout pour À Fukushima, la situation est très pré-
le tout. Alors que le monde est actuelle- occupante. La radioactivité a atteint des
ment confronté à la plus grande catastro- niveaux extrêmement élevés. Hier, dans Desofficiers
desForcesphe nucléaire depuis celle de Tchernobyl la salle de contrôle du réacteur 4, les do-
japonaisesen 1986, les salariés de la centrale de ses étaient tellement fortes que les ingé-
d’autodéfenseFukushima, à 250 km au nord-est de To- nieurs ne pouvaient quasiment plus tra-
sepréparentkyo, seraient une cinquantaine à se bat- vailler. Dans la nuit de lundi à mardi, un
pournettoyertre. En temps normal, ils sont 800 à tra- incendie s’est déclenché dans ce bâti-
unezone
vailler sur le site. Mais une partie a été ment contenant un bassin de rétention. irradiée
évacuée. La nuit dernière, ils ont bataillé Ce dernier abrite du combustible usagé, àNihonmatsu,
sous la neige. Leur objectif : éviter à tout mais qui, faute de refroidissement, s’est hierprès
prix, et ce au péril de leur vie, la fusion du mis à chauffer. Les salariés de Tepco, le deFukushima.
cœur des réacteurs, synonyme d’émana- géant de l’électricité qui exploite la cen- KYODO/REUTERS
tions radioactives importantes et dange- trale, ont dû effectuer des rotations dans
reuses pour les populations avoisinantes. la salle de contrôle pour limiter l’exposi-
Munis de combinaisons protectrices, tion à la radioactivité. Tepco a d’ailleurs
ces hommes, qui sont de véritables sacri- annoncé hier que quinze de ses « kami-
fiés, ont notamment pour tâche d’injec- kazes » du nucléaire avaient été blessés.
ter de l’eau de mer dans le réacteur pour «Les doses peuvent même remettre en
en refroidir le cœur. Hier, le patron de cause le fait de maintenir des travailleurs de personnels sont concernées, en tout l’environnement et des situations d’ur- situations d’urgence. «C’est du volon-
l’Autorité de sûreté nucléaire française surplace, a expliqué Agnès Buzyn, la pré- des centaines peuvent être mobilisa- gence de l’ASN.«Cenesontpasdessu- tariat,iln’yaaucunepression», assure-
(ASN) leur a rendu hommage. Ces per- sidente de l’Institut de radioprotection et bles. Il s’agit d’abord des pouvoirs pu- perhéros hollywoodiens, insiste-t-on t-on chez EDF, où le terme de « liqui-
sonnels sont «exposés à des conditions de sûreté nucléaire français. On est in- blics (les pompiers des cellules formées chez EDF. Quand on travaille dans une dateurs » fait sursauter. Car«laloien-
folles», a-t-il confié. «Affreuses», di- quiet pour leur capacité à tenir car la ra- pour les risques radiologiques, Samu), centrale nucléaire, le travail en équipe cadreleschoses,etdirequecesontdesli-
sait même Thierry Charles, le directeur dioactivité a atteint des niveaux toxi- des salariés des exploitants des centra- fait partie du quotidien. L’entraide n’est quidateurs signifie que ce personnel est
de la sûreté des installations de l’Institut ques.» les nucléaires (comme EDF), et enfin, pas un vain mot.» Dans chacun des sacrifié». En théorie, les interventions
français de radioprotection et de sûreté des agents du Commissariat à l’énergie 19 sites nucléaires français, des volon- sont limitées dans le temps et les doses
Un choix volontairenucléaire (IRSN). À Tchernobyl, plu- atomique (CEA), de l’IRSN ou des fabri- taires s’inscrivent pour être appelés en maximales sont clairement définies
sieurs dizaines de « liquidateurs » com- Si un accident de ce type se produisait cants comme Areva. «Ces personnels cas d’accident. pour ces volontaires du nucléaire. À
me on les avait appelés, étaient morts, en France, des «intervenants en situa- font l’objet d’un suivi médical spécifique C’est devant le médecin du travail Fukushima, face à la réalité d’une telle
pour certains un mois après. Les plus ir- tion d’urgence radiologique » seraient avecunexamencompletchaqueannée», que les salariés d’EDF doivent dire s’ils catastrophe, rien ne permet de dire si de
radiés étant ceux qui étaient intervenus prêts à intervenir. Plusieurs catégories rapporte Julien Collet, directeur de se portent ou non volontaires pour les telles procédures ont été respectées.
ALEFIGARO mercredi16mars2011
5leséismeaujapon
Moyenne d'âge des réacteursLescentralesd’EDF
11 ans27 ans 21 ans
Gravelines
(34 réacteurs (20 réacteurs (4 réacteurs
de 900 MWe) de 1 300 MWe) de 1 450 MWe)soussurveillanceaccrue
Penly Réacteur enPaluel Chooz construction
Vieillissement, séismes, inondations : questions
Cattenom
Nogent-sur-Seinesur les faiblesses potentielles du parc atomique français.
Flamanville
me Fessenheim ou le réacteur de re-
DEMONICAULTET Dampierre
cherche Cabri à Cadarache (Bouches-FABRICENODÉ-LANGLOIS
du-Rhône) ont subi des travaux de ren-
FRANÇOIS Fillon a annoncé que«toutes forcement. Quant à la centrale de Cruas,
Fessenheimles centrales» françaises allaient être dans la vallée du Rhône, située sur une St-Laurent-des-Eaux
ALÉAPlus ancienne centralecontrôlées (lire ci-dessous) afin de tirer zone plus exposée, tous ses bâtiments Chinon en activité. Mise en SISMIQUEles enseignements de la catastrophe ja- reposent sur des plots antisismiques le réacteur de troisième génération ac- Belleville
service il y a 34 ans
ponaise. Les installations nucléaires font pour mieux résister aux chocs éventuels. tuellement en construction - consiste
moyendéjà l’objet de 880 inspections par an, danslequadruplementdecespompesde
Civauxmenées par l’ASN (Autorité de sûreté refroidissement».PEUT-ON LES REFROIDIR
nucléaire) dont un quart sont inopinées. EN CAS D’ACCIDENT ? BugeyRevue de la sûreté des centrales en qua- modéré
tre questions. Le défaut de refroidissement des réac- NOS CENTRALES SONT- St-Albanteurs, arrêtés d’urgence, est à l’origine Blayais ELLES TROP VIEILLES ?
des explosions et des rejets radioactifsRÉSISTENT-ELLES
au Japon. La situation la plus critique, Leur âge moyen de 25 ans cache par na- Cruas AUX SÉISMES ?
pointe Bernard Laponche, ancien ingé- ture des disparités. En toute logique, ce
Les experts de l’IRSN (Institut de radio- nieur du CEA et ancien conseiller nu- sont les plus anciennes qui suscitent le Tricastin
protection et de sûreté nucléaire), l’ap- cléaire de Dominique Voynet au minis- plus d’inquiétude : les deux réacteurs de Golfech
pui technique de l’ASN, le « gendarme » tère de l’Environnement, est la Fessenheim, en Alsace, entrés en service
de l’atome civil, ont réévalué le risque conjonction d’une panne de courant et en 1977, et deux réacteurs de Bugey
sismique en France en fonction de l’évo- d’une inondation qui paralyserait les (Ain) en fonction depuis 1978. Parmi les
lution des connaissances, pour définir diesels de secours. La centrale du stigmates du vieillissement, EDF a dé-
de nouvelles règles, publiées en 2006. Blayais a échappé de peu à cette impos- couvert en 2009 de la corrosion et des
«En Rhône-Alpes, explique Claude Bir- sibilité de refroidir, lors de la tempête de fissures sur des générateurs de vapeur,
raux, député UMP de Haute-Savoie, l’un 1999.«Ilfautrevoirlescasd’indisponi- une pièce maîtresse d’un réacteur, à res. «Comment rapprocher le niveau de
des parlementaires connaissant le mieux bilité des pompes de refroidissement», Bugey 3 et Fessenheim 2. sûretédesréacteursde900MW (les plus
le sujet,lescentralessontcapablesderé- demande Claude Birraux. L’ASN avait déploré dans son dernier anciens)decelledel’EPR?», s’interro-
sisteràunséismedemagnitude6à8.» «Ces systèmes de sont rapport annuel«unmanqued’anticipa- geait récemment André-Claude Lacos-
Même si la France ne se situe pas sur des unélémentcléd’uneinstallationnucléai- tion» de la part de l’exploitant. Le rem- te, le président de l’ASN.«ÀEDFdefai-
failles aussi actives que le Japon et re.Pourlescentralesfrançaises,l’ASNva placement des générateurs de vapeur au mance humaine : «Nos opérateurs sont relapreuvedelasûreté», dit-il.«Faut-il
qu’une secousse de magnitude9aune trèsprobablementlesinspecterainsique Bugey a immobilisé un réacteur pendant particulièrement bien formés. Cela tient modifier les plus vieilles centrales ou les
infime probabilité de survenir, Claude leurs systèmes d’alimentation électrique un an. L’ASN ausculte les centrales en aussiauxoutilsmisàdisposition.Pendant arrêter?», demande le député Claude
Birraux estime qu’«il faut réévaluer la de secours», souligne pour sa part Co- profondeur tous les dix ans. Fessen- longtemps,iln’yavaitquequelquessimu- Birraux.«Jesouhaiteavoirdesréponses
résistance à l’aune d’une secousse beau- lette Lewiner, directrice internationale heim 1 a passé avec succès sa visite des lateurs de conduite en France. Aujour- scientifiquesàcesquestions.»
coup plus importante» que les normes chez Capgemini. Celle-ci rappelle au trente ans. Celle de Fessenheim 2 doit d’hui,chaquecentraleendispose.» Réponse chez EDF de Philippe Sassei-
actuelles. Des centrales anciennes com- passage que«l’unedesforcesdel’EPR- débuter. «Nous apportons très réguliè- gne : «Dansunecentrale,touteslespiè-
rement des améliorations à nos installa- ces peuvent être changées, à l’exceptionPEUT-ON LES
tions, souligne Philippe Sasseigne, le di- delacuveduréacteuretdel’enceintede PROLONGER À 50 ANS ?
recteur adjoint de la production confinement,quisontexaminéssansre-
nucléaire chez EDF.Parexemple,dansla EDF réclame depuis des années à l’ASN lâche.LedébatquiconsisteàopposerunFillonannoncelecontrôle préventionduséisme,nousavonsrenforcé de prolonger la durée de vie de ses cen- réacteurneufàunecentraleplusâgéeest
l’ancrage de certains matériels sensi- trales à 60 ans. Le gendarme du nucléai- trop réducteur. Les installations, quand
bles.» Philippe Sasseigne insiste égale- re procède au cas par cas pour donner elles sont bien entretenues, sont perfor-detouslesréacteursenFrance
ment sur les compétences et la perfor- son feu vert pour dix ans supplémentai- mantes.»
PARISETRÉGIONPARISIENNE
AIX-EN-PROVENCE
«Notreparc ANNECY
nucléairereste AVIGNON-LEPONTET
l’undesplus CANNES
sûrsetdesplus CHAMONIX
transparents», CLERMONT-FERRAND
adéclaré
COLMAR
FrançoisFillon,
DIJON
hier
GRENOBLEàl’Assemblée.
LAROCHELLEJACQUES
LEHAVREDEMARTHON/
AFP LILLE
LYON
MARSEILLEqu’ilnenousconcernepas», a-t-il ajouté.SOLENNDEROYER
Mais le premier ministre a aussi appelé à MEGÈVE
DES MOTS forts, sans ambiguïté. Hier, de- la «retenue» : «Aujourd’hui, c’est le NANTES
puis le Tarn-et-Garonne, Nicolas Sarkozy temps du soutien et de la solidarité avec le RENNES
a qualifié les événements au Japon«d’ab- peuplejaponais.Ilyauraensuiteletempsdu ROANNE
solument dramatiques». «Il ne faut en retour d’expérience.» La tonalité était la ROUEN
aucuncaslesminimiser», a-t-il insisté, en même du côté du PS, soucieux de ne pas SABLESD’OLONNE
précisant qu’il se tenait informé «minute «exploiter l’émotion». Le patron des dé- STETIENNE
par minute», afin d’en «tirer toutes les putés PS, Jean-Marc Ayrault, a appelé ainsi STRASBOURG
conséquences nécessaires». Le chef de à «éviter toute polémique». Tout en de- TOULOUSE
l’État doit évoquer le sujet ce matin, en mandant un «audit» du parc français, TOULON
Conseil des ministres. Notamment la ques- ainsi qu’un «grand débat national sur la GUADELOUPE
tion de la sécurité au sein de la filière nu- politique énergétique». Le sujet a occupé
cléaire en France, qui possède le deuxième hier la quasi-totalité de la réunion du
TÉL.:0143123660parc au monde. groupe UMP. Pour son président, Christian
Mêmes mots choisis, à l’Assemblée, par Jacob, les déclarations de ceux qui«profi-
le premier ministre, qui a décrit une«im- tent d’une telle émotion pour pousser leurs
mense catastrophe»,la «pire tragédie» pions» sont«petitesetirresponsables».
qu’ait connue le Japon depuis 1945. Les dé- Ce qui n’a pas empêché les Verts, qui
putés ont observé une minute de silence réclament un référendum sur le nucléai-
dans l’Hémicycle. Très applaudi, à droite re, de continuer à défendre leurs vues. Le
comme à gauche, François Fillon a invité député Noël Mamère a dénoncé«l’entê-
les ressortissants français à quitter le Ja- tementirresponsableetsuicidaire» dans le
pon. Le gouvernement a demandé à Air nucléaire. Devant les députés UMP, Fran-
France d’augmenter ses rotations ; çois Fillon a étrillé Dominique de Villepin,
280 personnes «prioritaires» seront ra- qui avait jugé que le gouvernement était
patriées. dans le«déni» concernant les questions
de sécurité nucléaire. «Lamentable, dé-
LetempsdusoutienauxJaponais calé,pasdigne», a-t-il martelé, très ap-
Alors que la catastrophe suscite un débat plaudi. De leur côté, les présidents des
sur la politique énergétique de la France, le deux assemblées, Bernard Accoyer et Gé-
chef du gouvernement a annoncé un rard Larcher, ont annoncé la saisine de
contrôle de chacun des 58 réacteurs nu- l’Office parlementaire d’évaluation des
cléaires français. Les résultats seront ren- choix scientifiques et technologiques sur
dus «intégralement publics». «Nous «lasécuriténucléaire,laplacedelafilière
n’éluderonsaucunedesquestionsposéespar etsonavenir».
cettecatastrophe», a promis Fillon.«Nous L’Assemblée et le Sénat doivent tenir
devrons (en) tirer tous les enseignements aujourd’hui une réunion avec la filière nu-
pourrenforcerlasécuritédenotreparcnu- cléaire et Nathalie Kosciusko-Morizet.
cléaire», qui reste, selon lui,«l’undesplus Hier matin, à l’issue d’une réunion de crise
sûrsetdesplustransparents».«Ilesttout à Matignon, la ministre de l’Écologie n’a
aussiabsurded’affirmerquelenucléaireest pas caché son inquiétude :«Çanesentpas
condamné par cet accident que d’affirmer bondutout», a-t-elle lâché.
Sources : EDF et Plan séisme
Amercredi16mars2011 LEFIGARO
6 leséismeaujapon
L’Europeveutharmonisersesnormesdesécurité
Bruxellessemobilisepourtesterlarésistancedes153réacteursquecomptel’UE.
péen à l’énergie. La rencontre, convo- pes, l’UE se contentant jusqu’ici de les 27 pays de l’UE produisent de l’énergie vent en poupe sur le Vieux Continent
JEAN-JACQUESMÉVEL quée d’urgence, visait aussi à donner faireappliquer. nucléaire. Mais tous se sentent aujour- comme ailleurs. Un enchaînement in-
CORRESPONDANTÀBRUXELLES
une coloration européenne à la gestion Nul doute pourtant que l’accident ja- d’huidirectementconcernés. contrôlable à Fukuyama vient brutale-
VINGT-SEPT L’Europe tire les premiè- delacrisequandlesresponsabilités,les ponais aura des implications directes Aucœurd’undébattrèstechnique,la ment de rappeler les risques qui y sont
resleçonsdelacatastrophedeFukushi- compétences et les règles restent, pour pour l’Europe, à court terme sur la question posée hier était celle de la sû- associés.
ma. À l’heure où le Japon lançait hier confiance des électeurs comme à long reté des systèmes de secours pour les À côté de l’Allemagne et souvent
sonpremierappelàl’aideinternationa- termesursapolitiqueénergétique.C’est centrales, en particulier la fiabilité des pour des raisons électorales, la liste
«Aveccequisepasseaule, les Vingt-Sept ont accepté hier le aussi pour couper court à des réactions générateurs diesels qui prennent le re- s’allongedespaysquisouhaitentréflé-
Japon,ils’agitderéévaluerprincipe de tests de résistance pour les enordretropdisperséqueGüntherOet- laisdanslachaînederefroidissementen chiràdeuxfois.L’Italie,quiaabandon-
touslesrisques»153 réacteurs nucléaires que compte tinger avait convoqué le rendez-vous cas de panne électrique générale. Pris né le nucléaire en 1987, s’apprêtait à y
GÜNTHEROETTINGER,l’UE,dontplusdutiersenFrance. d’hier. La décision d’Angela Merkel endéfautàFukushima,ilsserontlapiè- revenir.«Lacatastrophejaponaisesus-
COMMISSAIREEUROPÉEN
Plus qu’un tremblement de terre ou d’arrêter pour trois mois tous les réac- ce maîtresse des tests envisagés à cite désormais beaucoup d’inquiétude»,
ÀL’ÉNERGIE
un tsunami, c’est le risque aujourd’hui teurs allemands entrés en service avant Bruxelles. reconnaît le gouvernement Berlusconi.
avéréd’unerupturetotalederefroidis- 1981estvenueaccentuerlapression. La Pologne connaît les mêmes interro-
Despaysinquietssementdansunecentralequiamobilisé l’instant, nationales. Bruxelles n’aura «Le problème n’est pas de savoir si le gations. L’Autriche a été la première à
à Bruxelles une centaine de ministres, pas les moyens d’imposer les tests, es- nucléaire est dangereux ou désirable, À terme, le scénario japonais est por- réclamer des tests de résistance à
opérateurs, industriels et experts. pérés dans l’année, ni même de dicter maisd’effectuerunpointagesurl’étatdu teur d’interrogations plus lourdes pour l’échelle européenne. La Suisse, a an-
«AveccequisepasseauJapon,ils’agit des remèdes. En matière de sécurité, parc européen, les procédures d’urgence l’UE.Avecleréchauffementclimatique noncé de son côté la suspension de ses
de réévaluer tous les risques», affirme c’est l’Agence internationale pour nucléaireetlesmoyensdelesaméliorer», etl’envoléedesprixdubarildepétrole, projets,enattendantdesnormesdesé-
Günther Oettinger, commissaire euro- l’énergie atomique qui fixe les princi- dit-onàlacommission.Seulstreizedes l’énergie de l’atome avait à nouveau le curitéplusstrictes.
L’Allemagneferme«provisoirement»
septcentrales
Ladécisiond’AngelaMerkelpourraitannoncer
unesortiedunucléaireoutre-Rhin.
tisme de Tchernobyl reste très présent.
PATRICKSAINT-PAUL Depuis samedi, les antinucléaires for-
CORRESPONDANTÀBERLIN
mentdeschaîneshumainesentrecertai-
ANGELA Merkel ne lâche plus la barre nes centrales et le siège des gouverne-
Prèspour tenter de calmer l’inquiétude pro- ments locaux, pour réclamer leur
de200000voquée en Allemagne par la catastrophe fermeture. Lundi soir, près de 200000
personnesnucléaire japonaise. Flanquée des cinq personnes ont participé à des veillées
ontparticipé
patronsdeLänderconcernés,desonmi- contrel’énergieatomiquedans450villes
àdesveillées
nistredel’Écologieetdeceluidel’Écono- d’Allemagne.Selonunsondage,70%de
contre
mie,lachancelièreaannoncéhier,àl’is- la population jugent possible une catas-
l’énergie
sued’unsommetàBerlin,la«fermeture trophesimilaireàcelledeFukushimaen atomique
provisoire»desseptcentralesatomiques Allemagne. Les médias citent des rap- lundisoir
lesplusanciennes.Lavolte-facedugou- ports d’experts jugeant que les risques, àMunich,
vernementdecentredroit,quiavaitdé- notammentsismiques,n’ontpasétépris etdans
cidé à l’automne une prolongation de suffisamment au sérieux dans la toute
douzeansenmoyennedeladuréedevie construction de certaines centrales alle- l’Allemagne.
ASE/PICTUREdesinstallationsnucléairesciviles,pour- mandes.Prèsde60%d’Allemandssedi-
ALLIANCE/DPAraitannoncerunesortieanticipéedunu- sentfavorablesàl’arrêtdéfinitifdescen-
cléaireoutre-Rhin. trales nucléaires le plus rapidement
«Lescentralesentréesenserviceavant possible. prêts à payer le prix de la sécurité. Le régionales difficiles pour les chrétiens- EN BREFlafin1980serontferméespendantladu- gouvernement devra investir massive- démocratesdeMerkel.Notammentdans
Le«Rambodel’atome»réedumoratoire»detroismoisdécidéla ment dans les énergies renouvelables et leBade-Wurtemberg,fiefdelaCDUde-
veille,aditAngelaMerkel,précisantque L’énergieatomiquepèseenviron20%de encaisser les achats de «droits à pol- puis58ans.Avantlasériedecataclysmes Liban:BécharaRaï
le dossier du nucléaire serait examiné laproductiond’électricitéenAllemagne. luer». Si les réacteurs nucléaires sont auJapon,lessondagesplaçaientlecamp nouveaupatriarche
lors d’un sommet européen les 24 et Le retour à une sortie du nucléaire en condamnés,l’Allemagnedevracompen- conservateur-libéral au coude-à-coude maronite
gr25 mars. Sept centrales atomiques sont 2020,commel’avaitdécidélegouverne- ser avec ses centrales à charbon, seules avecl’alliancesociaux-démocrates-éco- M BécharaRaïaétééluhier
concernées par cet arrêt immédiat, dé- ment de Gerhard Schröder, n’est plus à capables de fournir de l’électricité en logistes. Cependant, Stefan Mappus, le nouveaupatriarchemaronite
cidé par décret gouvernemental faute exclure.Celaentraîneraitunalourdisse- continu.Lesengagementssurlesréduc- ministre-président du Bade Wurtem- duLiban,enremplacement
d’unaccordaveclesopérateursdesdix- mentsignificatifdelafactureénergétique tionsdegazàeffetdeserredel’Allema- berg,surnommé«leRambodel’atome» ducardinalNasrallahBoutros
sept centrales nucléaires du pays. La des Allemands, qui semblent toutefois gnedeviendrontalorsdifficilesàtenir. surlesbancsdel’opposition,estl’undes Sfeir,91ans,quiavaitannoncé
chancelièreapréciséquel’ensembledes L’oppositionconsidèrelesannoncesdu plus ardents défenseurs du lobby nu- sadémissionaprèsavoirdirigé
réacteurs allemands subirait des vérifi- gouvernementcommeun«coup»poli- cléaireenAllemagne. l’Églisependantvingt-cinqans.
cationsetquetouteslesquestionssoule- tique à deux semaines de trois élections Hier, la chancelière lui a laissé le soin
L’Italierefouleunferryvées par la sécurité des centrales de- d’annoncer la fermeture définitive de la
marocaindepersonnesvraientavoirétéexaminéesauplustard centrale de Neckarwestheim I. Une
évacuéesdeLibyele 15 juin. Son ministre de l’Environne- deuxièmecentraleseraarrêtéeprovisoi-Lapetitephrasede...
ment, Norbert Röttgen, a dit ne pas sa- rementdanssonLand.Mappusabeauaf- Lesautoritésitaliennesont
ANGELAMERKEL CHANCELIÈREALLEMANDE
voirsilesplusvieillescentralesquivont firmerqu’iln’ya«plusdetabous»surla interditl’entréedeleurseaux
êtrearrêtéespourraientensuiterepren- fermeture des centrales n’offrant pas territorialesàunferrymarocain
Lescentralesentrées
dreduservice. touteslesgarantiesdesécurité,laplupart transportant1850personnes,enserviceavantlafin1980
La série d’incidents nucléaires au Ja- desobservateursestimentqueseschan- essentiellementdesMarocainsserontferméespendantladurée
ponaravivélescraintesd’unecatastro- évacuésdeLibye,quicherchaitces de l’emporter à Stuttgart le 27 marsdumoratoire
phenucléaireoutre-Rhin,oùletrauma- sontdésormaistrèscompromises. àseravitaillerenSicile.
Yémen:unopposanttué
dansunaffrontementavec
despartisansdurégime
LesItaliensseprononcentenjuinsurl’avenirdeleursréacteurs Unopposantaététuéhier
dansunaffrontementarméavec
surl’abrogationduvigoureuxprogram- en chantier avant 2013. Le référendum L’embarras est visible dans les rangs despartisansduprésidentRICHARDHEUZÉ
med’équipementencentralesnucléaires antinucléaire de juin ne suscitait jusqu’à delamajorité.SilvioBerlusconines’est AliAbdullahSalehdanslaville
ROME
missurpieddepuisdeuxansparlegou- présent guère de passion. Le gouverne- pas prononcé sur l’accident de d’al-Jawf,aunord-estdeSanaa.
IL Y A près d’un quart de siècle, dans vernement. mentavaitprissoindeleteniràunedate Fukushima.Enrevanchelaministrede
Syrie:unministreannoncel’émotion suscitée par l’accident de Pour couvrir l’essentiel de ses besoins distincte des élections administratives l’Environnement, Stefania Prestigia-
desréformespolitiquesTchernobyl,l’Italieavaitbannil’atomede nationaux en énergie, l’Italie dépend du du 15 mai. Si le quorum n’était como,affirmeque«leprogram-
sonterritoire.Le8novembre1987,soitun pétroleetduméthane.L’objectifdugou- pas atteint, la consultation ne me ne changera pas». Elle LeministresyriendesAffaires
anaprèslatragédieukrainienne,unréfé- vernement est de faire en sorte que le seraitmêmepasdépouillée. invite à garder son sang- étrangères,Walidel-Mouallem,
rendum avait interdit au producteur na- nucléaire compte pour un quart de ses Les événements tragi- froidetfaitaussivaloirque aannoncéhierquelaSyrie
tionald’électricitéEneldeconstruiredes besoins d’ici à 2020. Selon un accord quesdelacentralejaponai- lesréacteursEPRsontdes allaitengagercetteannéedes3
centrales,enItaliecommeàl’étranger. conclu l’an dernier entre l’Enel et EDF, sedeFukushimaontcom- centrales de dernière gé- réformespolitiques,aumoment
Un scénario identique se présente quatre réacteurs de type EPR seront plètement changé la référendums nération offrant le maxi- oùdesappelsàmanifester
aujourd’hui. Trois référendums doivent construits pour assurer la moitié de ce donne.Enquelquesjours,le mum de garanties de sé- ontétélancéssurFacebook.surlenucléaire
se dérouler le 12 juin prochain, dont un programme, le premier devant être mis nucléaire est devenu une vontsedérouler curité.
Égypte:dissolutionquestionbrûlante. le12juin «J’expliquerai aux Italiens
delaSécuritédel’Étatqu’onpeutconstruiredescentra-
Berlusconiembarrassé les en toute sécurité et qu’il n’est pas LeministèreégyptiendeLaRussievapasserenrevuesescentrales
Pour ne pas se laisser distancer par les justed’avoirpeur»,déclaraitrécemment l’Intérieuradécidédesupprimer
communistes et le parti de l’ancien juge Umberto Veronesi, une sommité du lesservicesdelaSécuritéde
VLADIMIR Poutine a ordonné hier un emparéedel’Extrême-Orientrusse.Dans
anticorruptionAntonioDiPietroàl’ori- monde médical, nommé président de l’État,épinedorsaledusystèmeexamendesplansdedéveloppementdes la ville de Vladivostok, à 1000 km de la
gineduréférendum,lePartidémocrate, l’Agence nationale pour la sécurité nu- répressifsousHosniMoubarak.centrales nucléaires russes. Le premier centralejaponaiseaccidentée,laventede
principaleforced’opposition,abandonne cléaire. «Sans l’atome, l’Italie est Elleseraremplacéeparuneministreadonnéunmoisauxministères produitscontenantdel’iodeaexplosé.Les
la prudence dont il a fait preuve jusqu’à condamnée à dépérir», ajoutait-il à La nouvelle«Forcedesécuritéconcernés pour «analyser l’état actuel militairessepréparent,encasdeprolifé-
présentàl’égarddelaquestionnucléaire Stampa en brossant un tableau sombre nationale»chargéedeveilleràdes centrales et les perspectives pour rationradioactive,àévacuerlesîlesrus-
l’avenir». Quatre centrales russes sont sesdesKourilesetdeSakhaline,proches pour dénoncer avec force les plans du d’une économie italienne condamnée à lasûretéintérieureetde
potentiellement dangereuses, dont deux de l’archipel nippon. Moscou se plaint du gouvernement.«Noustravailleronspour la dépendance énergétique. Cette belle combattreleterrorisme.
dansdeszonessismiquesactives,aaffir- manqued’informationsfiablesenprove- que des urnes sorte une réponse claire convictiondevramaintenantsemesurer
méunexpertàMoscou.Lanervosités’est nancedeTokyo. P.A.(ÀMOSCOU) contre ce plan», affirmait hier le leader àl’aunedespeurssuscitéesparl’accident
deceparti,PierluigiBersani. japonais.
A
REUTERSmercredi16mars2011 LEFIGARO
Notredossierspécialrévoltes
danslemondearabe8 international
WWW.LEFIGARO.FR/INTERNATIONAL
LESOULÈVEMENTENLIBYE
Ladéfaited’Ajdabiya
sonneleglas
delarévolution
Les insurgés ont perdu hier une ville stratégique. La route
de Benghazi et de Tobrouk est ouverte aux loyalistes.
sur le carrefour suivant. Puis de façon voitures. Il est 14 h 45. La bataille
ADRIENJAULMES
un peu plus chaotique vers les premières d’Ajdabiya est terminée. À la sortie nord
ENVOYÉSPÉCIALÀAJDABIYA
maisons de la ville. Les haut-parleurs de la ville, des combattants sont garés
AJDABIYA est tombée en 45 minutes. des mosquées hurlent des Allah Akbar. dans les dunes. Le vent de sable souffle
Les insurgés libyens qui défendaient la Dans les rues, des insurgés munis de en rafales, et la chaussée est par endroits
ville avaient pourtant un peu mieux pré- lance-roquettes se groupent de- presque recouverte. « Ne restez pas
paré leur affaire que lors de leurs précé- vant les maisons, l’air inquiet. ici, les gens de Kadhafi sont en
dents accrochages avec les forces de Certains murmurent des train d’encercler la ville ! La
Kadhafi. Depuis le milieu de la semaine prières. Des habitants route va être coupée ! »
dernière, les loyalistes ont progressé chargent à la hâte des mi- Vers 16 h 30, c’est chose
presque sans coup férir le long de la rou- nibus avec leurs bagages, 150 faite, et des pick-up aux
te côtière, balayant devant eux les révo- les femmes et les enfants drapeaux verts sont vuskilomètres
lutionnaires à coup de bombardements à l’arrière, et partent en par les derniers journalis-
C’estladistancequi
aériens et de barrages d’artillerie. trombe. Et puis, soudain, tes à quitter la ville. La rou-séparelesloyalistes
L’insurrection ne pouvait pas se per- des tirs d’armes automati- te de Benghazi, la capitale dedeBenghazi
mettre de perdre le contrôle d’Ajdabiya, ques prennent en enfilade les la révolution, est ouverte.
nœud routier qui commande l’accès à rues, les balles vrombissent, et Aucune ligne de défense à l’en-
Benghazi et la Cyrénaïque, mais aussi les c’est la panique. Dans une débandade trée de la ville. 160 kilomètres d’auto-
routes qui filent vers Tobrouk en direc- totale, roulant à fond de train dans les routes à travers le désert séparaient en-
tion de la frontière égyptienne, et vers rues d’Ajdabiya, les insurgés prennent core les forces de Kadhafi de Benghazi.
Koufra, dans les étendues désertiques la fuite, manquant de s’emboutir les uns Avec la possibilité pour les loyalistes de
du Fezzan. La ligne de défense avait été les autres. Au centre-ville, les fuyards rééditer le coup de Rommel lorsqu’il
établie à la sortie sud de la ville. Les ca- font de grands signes aux autres com- s’empare d’Ajdabiya en avril 1941, fon-
nons antiaériens montés à l’arrière des battants encore en position derrière cer vers Tobrouk, et couper ainsi la Cy-
pick-up étaient dispersés au lieu d’être leurs mitrailleuses sur les ronds-points. rénaïque. Quel que soit à présent l’en-
massés en grappes sur les carrefours, « Ils arrivent ! Ils arrivent ! » chaînement des événements, les
des remblais de terre avaient été amé- Des obus explosent dans les rues, ac- perspectives du mouvement révolu-
nagés, et quelques batteries de lance- croissant la panique. Un flot de voitures tionnaire libyen apparaissent comme
roquettes multiples déployés dans le dé- s’enfuit vers la route du nord et de Ben- désespérées.
sert de part et d’autre de la route. ghazi. Pick-up chargés de combattants, Benghazi était hier soir une ville
Ajdabiya avait toutes les raisons civils entassés à l’arrière des breaks, ouverte. Le printemps arabe s’est peut- DesinsurgésetdescivilsfuientAjdabiya,villereprisehieren45minutes
d’être défendue. vieilles Peugeot tractées par d’autres être achevé hier à Ajdabiya. parlesloyalistes,etsedirigentversBenghazi. G.TOMASEVIC:REUTERS
Lafinduprintempsarabe?
La bataille a commencé avec l’explosion
de quelques bombes, larguées en début
de matinée par les avions de Kadhafi. Divisésurlerecoursàlaforce,leG8s’enremetàl’ONU
Un appareil à hélice tournoie dans le ciel
blanchi par le vent de sable. Puis l’artil- peu après au Conseil de sécurité par la Cette prudence a été dictée en bonne sous réserve d’inventaire », estime un di-
ALAINBARLUET
lerie entre en action en fin de matinée. France, la Grande-Bretagne et le Liban. partie par l’Allemagne, qui, par la voix plomate. En revanche, les États-Unis,
Par salves de trois, conformément aux LE COUPLE franco-britannique n’est Ce texte, qui doit maintenant être débat- du chef de sa diplomatie, Guido Wester- « n’ont pas défini de position », a déploré
manuels, les obus commencent à pilon- pas parvenu à convaincre ses partenai- tu, inclut notamment l’instauration welle, a fait valoir son scepticisme hier Alain Juppé. « Washington n’a pas
ner les positions des insurgés, soulevant res du G8 d’afficher leur intention de re- d’une zone d’exclusion aérienne. Celle- concernant toute initiative recelant, se- l’intention d’être à l’initiative », selon une
de gros panaches de fumée grise. Les courir à la force pour protéger les civils ci n’a toutefois pas été mentionnée ex- lon lui, un risque de guerre. Berlin s’est source américaine.
explosions résonnent comme si quel- menacés par l’armée du colonel Kadhafi. plicitement par le G8, qui a seulement fermement opposé à ce que l’option Sur les modalités d’une intervention,
qu’un frappait à la masse contre la porte Hier, Alain Juppé a concédé que rien ne d’une zone d’exclusion aérienne figure à ce stade bien hypothétique, tous
d’un garage géant. La double arche mé- pourrait empêcher la chute du fief de en toutes lettres dans le texte final de la conviennent qu’une zone d’exclusion
«Monamitallique du check-point d’entrée, le dé- l’insurrection. « Aujourd’hui, nous n’en réunion de Paris. aérienne n’est plus suffisante. C’est une
NicolasSarkozypôt de munitions au sud de la route, le avons pas les moyens militaires, puisque la idée « dépassée », a dit hier Alain Juppé
estdevenufou» Pastroptardcarrefour circulaire de l’entrée de la vil- communauté internationale n’a pas déci- en rappelant que la France avait privilé-
MOUAMMARKADHAFIle sont pris pour cible. Les insurgés ri- dé de s’en doter », a dit le chef de la di- Ces arguties diplomatiques paraissent gié des « actions ciblées ». Le chef de la
postent d’abord à coups de lance-ro- plomatie française, qui accueillait hier à bien vaines en comparaison de l’accélé- diplomatie a souligné que le Conseil na-
quettes, qui partent en sifflant dans le Paris ses homologues des huit principa- souhaité dans ses conclusions voir l’ONU ration de la reconquête engagée sur le tional de transition qui regroupe l’oppo-
ciel. Le duel dure une petite demi-heu- les puissances économiques mondiales. examiner « de toute urgence une large terrain par les troupes du « Guide » li- sition libyenne, n’étant pas un État, n’a
re, jusqu’à ce qu’un tir de contre-batte- Divisés, les Occidentaux et la Russie gamme de mesures visant à assurer la byen. Les diplomates affirment toutefois pu bénéficier d’une reconnaissance for-
rie des forces loyalistes mette fin à cet s’en sont remis à l’ONU pour prendre protection des populations libyennes ». De qu’il n’est pas trop tard pour espérer melle de la France, comme ses représen-
échange. des mesures contre Tripoli. Les ministres même, si les chefs de la diplomatie du G8 bien faire. Et croient discerner une tants l’ont affirmé après avoir été reçus
Tout s’enchaîne ensuite très vite. Vers du G8 ont en effet « décidé que le Conseil se sont félicités de ce que les pays de la « évolution positive » de certains pays vendredi à l’Élysée, mais d’« un geste de
14 heures, les tirs d’artillerie se rappro- de sécurité des Nations unies devait ac- Ligue arabe aient appelé, samedi dernier concernant un éventuel recours à la for- reconnaissance politique ». Ce qui suffit à
chent et plus personne ne leur répond. croître la pression pour inciter Mouammar au Caire, à la mise en place d’une « no fly ce militaire sous mandat de l’ONU. Ain- faire sortir Mouammar Kadhafi de ses
Dans un mouvement d’abord relative- Kadhafi à partir, y compris par des mesu- zone », celle-ci doit être devinée dans si, le Russe Sergueï Lavrov veut davan- gonds. « Mon ami (Nicolas Sarkozy) est
ment ordonné, les pick-up camouflés res économiques ». Un projet de résolu- leur déclaration finale derrière l’expres- tage de détails sur les intentions des pays devenu fou », a-t-il estimé dans une in-
avec de la boue des insurgés se replient tion en ce sens a d’ailleurs été présenté sion « un certain nombre de mesures »… arabes, mais il n’y serait « pas hostile, terview à la chaîne allemande RTL.
ÀLondres,l’angoissedeMohammedal-Sanusi,princehéritierenexil
edestement dans un appartement loué, XIX siècle, combattit les Italiens et les
PIERREPRIER
avec sa mère, ses frères et ses sœurs. Le Français dans plusieurs pays dont le
ENVOYÉSPÉCIALÀLONDRES
prince n’est pas marié : « J’y penserai Tchad, avant de prendre le pouvoir en Li-
« QUAND J’ai vu le drapeau de la monar- quand tous les Libyens pourront avoir une bye en 1951. Aujourd’hui encore, de
chie brandi par les insurgés de Libye, je me famille et une vie normale », assure-t-il. nombreux Libyens adhèrent à sa doctri-
suis senti immensément heureux et fier. » Costume bleu marine, voix douce, l’air ne, fondée sur le respect des textes et sur
Ce drapeau rouge, noir et vert frappé de juvénile malgré ses 50 ans, Mohammed une éthique du travail. « La Sanusiyya est
l’étoile et du croissant, c’est le sien. Mo- al-Sanusi affiche une politesse dénuée toujours là, mais elle représente surtout un
hammed al-Sanusi est l’héritier du trône d’affectation. Il n’a pas toujours vécu idéal religieux », affirme le prince.
erlibyen. Petit-fils du roi Idriss I , renversé dans la relative aisance qui semble être la
par le colonel Kadhafi en 1968, il vit en exil sienne.
«Kadhafinetiendrapasà Londres depuis 1988. Il veut toutefois
Unpistoletsurlatempegarder la tête froide : « Ces drapeaux sont lepays.LesLibyens
d’abord les emblèmes de la liberté. Les gens Au moment du coup d’État de 1969, le roi entrerontenrésistance»
avaient caché ces drapeaux pendant qua- Idriss était en voyage à l’étranger. Son
rante ans ; ils les ressortent pour montrer neveu, Reda, père de Mohammed, dut si-
qu’ils veulent renouer avec leur histoire. » gner la fin de la royauté « un pistolet sur la Il est en relation régulière avec ses par-
Et avec le roi ? « Les Libyens choisiront, tempe », raconte-t-il. La famille vécut en tisans, ajoute-t-il. Et il ne veut pas croire
errépond-il prudemment. Ce que je crois, Petit-filsduroiIdrissI ,renverséparlecolonelKadhafien1968,leprincevit résidence surveillée jusqu’en 1984, date à à la défaite. « Kadhafi ne tiendra pas le
àLondresdepuis1988. F.BOUCHON/LEFIGAROc’est que la Libye est promise à un brillant laquelle Kadhafi fit brûler leur maison. pays. Les Libyens entreront en résistance.
avenir, avec ou sans la monarchie. » Après quatre ans de déménagements, les Nous avons l’habitude. » L’épopée de la
Mais les nouvelles sont mauvaises, et on et ne comprend pas la « lenteur de la com- contact » avec le Conseil de Benghazi. Il Sanusi furent autorisés à s’exiler. Pen- Sanusiyya combattante s’invite fugitive-
n’en est pas là : « Aujourd’hui j’ai un seul munauté internationale » à l’exception du souhaite limiter ses commentaires, s’ex- dant sa période libyenne, le jeune prince ment dans le bureau de Mayfair. Le prin-
message à faire passer. Il faut envoyer de président français, qui a reconnu le primant seulement « quand le besoin en ne put continuer ses études et dut tra- ce en est certain : un jour, le Conseil na-
l’aide humanitaire, instituer immédiate- Conseil national de Benghazi comme seul devient criant », comme le dit sa biogra- vailler comme fonctionnaire au ministère tional s’installera à Tripoli, où il formera
ment une zone d’exclusion aérienne et représentant de la Libye : « Jamais nous phie officielle, préparée par une agence de l’Agriculture. un gouvernement provisoire, qui organi-
bombarder les forces spéciales de Kadhafi, n’oublierons ce que le président Sarkozy a de communication. C’est dans les bu- C’est aussi en 1984 que Kadhafi ordon- sera des élections. Dans quel cadre politi-
qui terrorisent la population. » Les camps fait. » reaux de cette dernière, au cœur du très na la destruction du tombeau du fonda- que ? Mohammed al-Sanusi ne veut pas
des forces de sécurité, épine dorsale du On sent chez Mohammed al-Sanusi la chic quartier de Mayfair, où Ferrari et As- teur de l’ordre Sanusi à Jaghboub. « Son s’avancer. Il se contente de remettre au
régime, « doivent être frappés », insiste- volonté d’une posture royale, d’apparaî- ton-Martin peuplent les parcmètres, que corps a été déterré. Nous ne l’avons jamais visiteur un lot d’exemplaires de la
t-il avec l’obstination du désespoir. Il se tre comme une référence au-dessus des le prince reçoit. Pas question de l’inter- retrouvé. ». La Sanusiyya, confrérie reli- Constitution de 1951, qui prévoit une mo-
dit prêt à aller en Chine convaincre Pékin factions. Il se dit simplement «en viewer chez lui, où il affirme vivre mo- gieuse et guerrière fondée à la fin du narchie constitutionnelle.
C

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin