Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Magazine Le Figaro du 19 novembre 2010

De
41 pages

Consultez le Figaro magazine du 19/11/2010

Publié par :
Ajouté le : 19 novembre 2010
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

1,30€ vendredi19novembre2010 - Le Figaro N° 20 622-www.lefigaro.fr- France métropolitaine uniquement
Lecalendrier Leschercheurs Demain
desprimaires prennentladéfense LeFigaro
diviselePS Magazine
PAGE6ETL’ÉDITORIALPAGE19 duTéléthon
PAGE15
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
e3 volume
Norma
deBellini
9,90€
Lacollection L’islamMaria
Callas
Sesplus
grandsopéras radical
LeFigaroéconomie
Grandsuccèsde
laprivatisation inquiètepartiellede
GeneralMotors
PAGE25
BenoîtXVI
Criseirlandaise:
laperspective
d’uneaidecalme
lesmarchésPAGE22
Le Pape réunit aujourd’hui les 203 cardinaux au Vatican. Ils évoqueront notammentNewYorkTimes
la liberté religieuse après l’attentat d’al-Qaida contre la cathédrale de Bagdad.PAGE14Les meilleurs
articles en français
QUATRIÈME
CAHIER
L’Otanvasedoter
HISTOIRE DUJOUR
d’unbouclierantimissile
Latristefin ANGELA MERKEL et Nicolas la création d’un bouclier anti-Entretien:
Sarkozy ont pratiquement ter- missile malgré les réticences
Jean-François miné la controverse qui pesait passées de la France. Long-duRintintinafghan sur la future défense stratégi- temps, Paris a craint qu’un telCopé nouveau
que de l’Otan. Alors que le dispositif ne menace la péren-arget, chien berger allemand, a devint la mascotte de la caserne. Finale-patron de l’UMP survécu à la guerre en Afghanis- ment rapatrié aux États-Unis, Target, la sommet de l’Alliance atlanti- nité de son arsenal atomique.
PAGE3 que s’ouvre cet après-midi à Or, les négociateurs françaisTtan, mais pas à son séjour aux « cible » en français, a acquis le statut de
Lisbonne, Le Figaro apu ont obtenu que le texte précise,États-Unis. Il a été euthanasié par erreur héros national grâce à son passage sur le
par un employé d’un refuge pour ani- plateau de télévision de la célèbre ani- consulter le projet de « concept noir sur blanc : « Aussi long-
stratégique » dont débattront temps qu’il existera des armesmaux perdus en Arizona. matrice Oprah Winfrey en septembre.
En Afghanistan, Target s’était fait écra- Mais le chien s’est échappé ce week-end les 28 pays membres. Ce texte, nucléaires, l’Otan restera une
ser par un véhicule, avait reçu une balle du jardin de son propriétaire, le sergent rédigé en anglais, prévoit bien alliancenucléaire.» PAGE8
dans la cuisse et avait surtout été blessé Terry Young, et s’est vite retrouvé dans
dans une attaque suicide contre une base un refuge où il a été mis à mort. Sans ta-L’Allemagne
militaire américaine. Le courageux cabot touage ni collier, il a été tué au bout de
craint des UnFrançaissurdeuxqui y montait la garde avec deux autres deux jours, apparemment en infraction
chiens errants avait repoussé de justesse avec le code de procédure habituel. attentats
le kamikaze en se jetant sur lui, sauvant Et comme on ne plaisante pas avec les faitdesachatssurInternet
sur son solPAGE12 la vie à des douzaines de soldats. Les héros, son meurtrier a immédiatement
combattants l’avaient alors soigné com- été démis de ses fonctions. UNE nouvelle étape dans l’his- pied des sapins, le père Noël
toire du e-commerce français n’hésite plus à passer par lame l’un des leurs. Le « chien de guerre » ADÈLESMITH(ÀNEWYORK)Cyclistes et
a été franchie. 27,2 millions de case Internet, que ce soit pourpiétons favorisés nos compatriotes, soit plus de un livre, un appareil photo ou
la moitié des Français en âge un vêtement, un des secteurspar les nouvelles
DÉBATS&OPINIONS ONS RENDEZ-VOUS d’acheter, sont devenus des les plus dynamiques. La Fédé-
dispositions « cyberacheteurs ». À quel- ration de la vente à distance
LEBLOC-NOTES L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE19
ques semaines de Noël, la ruée (Fevad) estime à 31,5 milliardsdu Code d’IvanRioufol LECARNETDUJOUR PAGE17
vers les sites marchands tou- d’euros le chiffre d’affaires duSeuleunedroitelucide CONFIDENTIELS PAGE41
che tous les types de consom- e-commerce en France ende la route PAGE13 gagneraen2012PAGE19 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
mateurs et toutes les catégo- 2010 contre 16 milliards trois
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€.J.-C.MARMARA/LEFIGARO-WIECK- ries de produits. Pour garnir le ans plus tôt. PAGE26
V.BOISOT/RIVAPRESSPOURLEFIGARO-AIX- ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:820HUF. PORT.CONT.:2,10€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:4.25$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
EN-PROVENCE,MUSÉEGRANET/B.TERLAY
T 00108 - 1119 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?b@b@b@t@k;
MAXROSSI/REUTERS
Cvendredi19novembre2010 LEFIGARO
2 recto VERSO
LesduellistesduFrontnational
venues discuter, entre mères - elle-même a trois
enfants - et autour d’un café, des difficultés du petit
dernier à l’école et de l’urgence de réaffirmer l’auto-
rité des parents et des professeurs. On croirait voirMarine Le Pen
une « maman grizzli » à l’image des égéries du Tea
Party aux États-Unis. Mais une « maman grizzli » àet Bruno Gollnisch la mode de la vieille Europe, au discours social. Et
une divorcée qui assure à ses propres militants ques’affrontent « l’avortement n’est pas un sujet prioritaire pour nos
concitoyens aujourd’hui ». Quitte à choquer la frangedans un combat la plus traditionaliste de ses électeurs.
Samedi à Villepreux (Yvelines), Bruno Gollnisch a
sans merci réuni quelque mille personnes - 1 500 selon les or-
ganisateurs - pour sa Fête des patriotes, point d’or-
gue de sa campagne. Curieux personnage que lepour la succession
challenger de Marine Le Pen. Grand et massif, le vi-
sage souvent fermé, le cheveu gris, cet homme dede Jean-Marie Le Pen.
65ans dégage une impression de dureté et de rai-
deur. Pourtant, à rebours de son image publique, cetPARGUILLAUMEPERRAULT
universitaire - il est professeur de langue et de civi-
lisation japonaises, et par ailleurs marié à une Japo-
naise - est perçu au FN comme le prototype du bon
camarade, d’une courtoisie scrupuleuse et désireux
de préserver l’harmonie du groupe. « Dans une en-
treprise japonaise, il existe des formules de politesse
n ne saura jamais à quel point Ma- différentes selon que l’on s’adresse à un collègue de
rine Le Pen et Bruno Gollnisch ont même niveau hiérarchique, à un supérieur ou à un su-
attendu ce moment. Les 15 et bordonné », aime-t-il à raconter. L’universitaire
16 janvier, à Tours, les adhérents rêve d’un parti qui serait à l’image d’une grande so-
du Front national réunis en ciété nippone, où, du portier au PDG, chacun est
congrès éliront leur nouveau pré- tenu à des égards réciproques afin que nul ne perdeOsident. Jean-Marie Le Pen a fina- la face. Aussi est-il populaire auprès des militants,
lement accepté de s’effacer. Et pour la première fois pour la plupart très modestes.
depuis la fondation du FN en 1972, les adhérents du Ce même état d’esprit conciliant lui fait tendre la
parti vont avoir le choix entre deux candidats. Les main aux dissidents qui, comme Carl Lang, ont quit-
deux prétendants à la succession du vieux chef font té le parti par vagues successives en raison de leur
penser au prince Charles qui, à 62 ans, est toujours antagonisme avec Marine Le Pen. Certains ont
prince héritier, tandis que sa mère, Élisabeth II, même porté des querelles d’argent avec le FN de-
84ans, se porte comme un charme. vant les tribunaux, ce qui a donné un tour très aigu à
La campagne interne est tendue. Dans les deux leur conflit avec la famille Le Pen. La question de
camps, les nerfs sont à vif. « Depuis dix ans, mon leur éventuel retour au FN divise profondément les
projet politique n’a jamais varié, lâche Marine Le militants. Une des figures du parti, Roger Holeindre,
Pen. J’ai pris des risques. Je me suis construite. Si les ancien des guerres d’Indochine et d’Algérie, s’est
adhérents me choisissent, ce sera en toute connais- déclaré en faveur de Bruno Gollnisch et de sa straté-
sance de cause. » « Pendant plus d’un quart de siè- gie de la main tendue. Le 15 octobre, Le Pen a dé-
cle, j’ai accepté sans réserve les seconds rôles derriè- noncé l’attitude de Gollnisch, le « candidat des dissi-
re notre président, rétorque Gollnisch. Aujourd’hui, dents ».
je suis prêt. »
AusecoursdelacandidatedesoncœurBeaucoup jugent l’élection de Marine Le Pen ac-
quise - en raison de son nom, du soutien de son père, Beaucoup moins entouré de cadres que sa rivale,
de sa jeunesse (42 ans), de son aisance dans les dé- Gollnisch rend publics au compte-gouttes ses sou-
bats audiovisuels - et ne s’interrogent que sur l’am- tiens. Mise bout à bout, la liste de ses parrainages est
pleur de sa victoire. Mais les adhérents du FN se- loin d’être négligeable. En novembre 2007, au
ront-ils au diapason des sympathisants du FN, très congrès de Bordeaux, lors de l’élection des membres
favorables à Marine Le Pen ? Or, seuls les adhérents du comité central du FN par les adhérents, Bruno
à jour de cotisation - ils seraient entre 20 000 et Gollnisch était d’ailleurs arrivé premier et Marine Le
25 000 - voteront lors du congrès. Pen seulement deuxième.
Enfin, dans cette campagne interne s’affirme un
Internets’enflamme troisième acteur : Jean-Marie Le Pen lui-même. Le
De surcroît, la presse militante prend souvent fait et LesadhérentsduFN président du FN n’accepte de s’effacer qu’à la condi-
cause pour Gollnisch. Sur Internet aussi, la bataille réunisencongrès adhérents lors de réunions publiques. Une majorité tion que sa fille lui succède. L’ancien député de la
efait rage. Et dans l’univers chaotique de la Toile, on départageront écrasante des élus régionaux et des secrétaires dépar- IV République, qui a fondé le FN en 1972 et le prési-
MarineLePenrencontre parfois des propos injurieux pour Marine tementaux ont pris position en faveur de Marine Le de depuis lors, considère ce parti comme son œuvre,
etBrunoGollnischLe Pen et ses proches. « Je condamne ces excès que je Pen. Et la fille du président attire d’ordinaire un public son enfant et son patrimoine. Il lui a bien fallu ac-
àlami-janvier,n’ai pas suscités, y compris lorsqu’ils émanent de per- plus nombreux que son rival. Devant quelque 400 ad- cepter le principe d’une compétition entre deux
àTours.sonnes soutenant ma candidature », a déclaré Goll- hérents et sympathisants de la Lozère et de la Drôme candidats devant la détermination de Gollnisch à se
AUDREYCERDAN/
nisch. Pourtant, les incidents continuent et certains réunis à Valence, Marine Le Pen teste ses formules. présenter. Mais l’hypothèse de la défaite de sa fille,
APERCU
tournent au burlesque. « Une prétendue Cécile Goll- « Préparez-vous : vous allez manger du G20 matin, aussi peu vraisemblable soit-elle, est insupportable
nisch, se réclamant de ma famille, dispose d’un profil midi et soir ! », lance-t-elle. L’assistance rit aux éclats à Le Pen. À chaque péripétie de la campagne interne,
Facebook, avertissait Gollnisch voilà une semaine tandis que la vice-présidente du FN brocarde « la com le président sortant du FN vole au secours de la can-
dans un communiqué. Elle est supposée soutenir ma bien huilée de Nicolas Sarkozy à Séoul ». didate de son cœur. Hier, sur RFI, Jean-Marie Le
candidature à la présidence du FN et attaque Marine Pen a qualifié Jérôme Bourbon, le directeur de
StratégiedelamaintendueLe Pen. Je n’ai aucune parente prénommée Cécile. Ce l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol,de « tali-
profil est à l’évidence une provocation. » Quelques jours plus tard, accoudée à la table d’un café ban hystérique ». Il est vrai que Jérôme Bourbon
Pendant qu’Internet près d’Hazebrouck (Nord), la candidate dédicace un tient des propos d’une rare violence contre Marine
s’enflamme, la campagne de ses tracts à Franck et Freddy, livreurs venus en cu- Le Pen qui, pour lui, n’est qu’« une gourgandine sans
continue sur le terrain. rieux. Une adolescente, qui s’approche à son tour, de- foi ni loi, sans doctrine, sans idéal, sans colonne verté-
Les deux candidats font le mande une photo dédicacée pour un proche et repart brale, pur produit des médias, qui a multiplié les pur-
tour de France des fédé- avec le sourire. À sa permanence d’Hénin-Beaumont ges depuis des années et dont l’entourage n’est com-
rations à la rencontre des (Nord), Marine Le Pen reçoit sans façon les habitantes posé que d’arrivistes sans scrupule ».
Convaincu de l’attachement des militants à sa
personne, Jean-Marie Le Pen estime que son nom
est le meilleur atout électoral de sa fille. De nom-
breux adhérents voteront pour la candidate qu’il a
adoubée par sentiment légitimiste. Ce soutien, pré-
cieux pour Marine Le Pen, comporte aussi un ris-
que : apparaître comme une mineure sous tutelle,
une « fille à papa » ayant besoin de la protection pa-
ternelle. C’est l’espoir des partisans de Gollnisch,
qui imaginent leur champion dans le rôle flatteur de
l’homme seul et courageux face au clan familial.
Certains militants las de l’autoritarisme écrasant de« Le Pen souhaitent un parti au fonctionnement collé-
gial, où l’expression d’une divergence ne soit plusJepense
perçue comme une trahison. Ceux-là se tournent
donc naturellement vers Gollnisch. Les partisans dequ’iln’yapas
Marine Le Pen, pour leur part, considèrent que Goll-
nisch serait incapable de l’autorité nécessaire pourbeaucoup
tenir à distance du parti des groupuscules extrémis-
desouci tes dont l’arrivée ruinerait des années d’efforts de
leur championne pour « dédiaboliser » le FN.àsefaire Embarrassés par ce choix cornélien, beaucoup
d’adhérents voudraient faire plaisir aux deux candi-surune dats à la fois. Certains verraient d’un bon œil un
compromis où Bruno Gollnisch serait élu présidentvictoire du parti au titre du prix de camaraderie et Marine Le
Pen candidate à l’Élysée au titre de l’efficacité. UnedeMarine PARIS 3. 92, 94, 96, 98, bd de Sébastopol • PARIS 12.10,14,16,18,ruedeLyon• PARIS 7. 193, 197, 207, 213, bd St Germain • PARIS 9. Lafayette Maison*. 35, bd Haussmann. • PARIS 17. 52, av. de la Gde
vision de cauchemar pour la candidate, qui répondArmée – 5, 6, rue Denis Poisson. À PARIS, SERVICE DE VOITURIER SAMEDI 20/11 ET DIMANCHE 21/11 (SAUF*). ATHIS-MONS. RN 7 – 12-18, av. F. Mitterrand • CHEVREUSE. 90, rue Porte de Paris
COIGNIÈRES. RN 10 – 3, rue du pont d’Aulneau • DOMUS C. Cial / ROSNY-S/BOIS. 16, rue de Lisbonne • MAISONÉMENT C. Cial / BOISSENART. ZAC de la Plaine du Moulin à Vent – Cesson d’un ton sans appel : « Si le Front national veut ga-LePen» MONTIGNY-LES-C. RN 14 – 17, 21, bd V. Bordier • MONTLHÉRY. RN 20 – La Ville Du Bois • ORGEVAL. RN 13 • SAINTE-GENEVIÈVE-DES-BOIS. ZAC de la Croix Blanche – Rue Hurepoix • SURESNES. 33, 39, bd gner en 2012, il faut qu’il vote Marine Le Pen mainte-
H. Sellier • VAL D’EUROPE C. CIAL / SERRIS. 1, cours de la Garonne • VERSAILLES. 6, rue au Pain (Place Du Marché). Dans tous les magasins Roche Bobois de France participant à l’opération.
JEAN-MARIELEPEN o nant. S’il n’a pas envie de gagner, je n’ai pas envie deListe des magasins : N vert 0 800 3952 45. TOUS LES MAGASINS SONT OUVERTS DIMANCHE 21/11 (SAUF*). www.roche-bobois.com
SORIANO/LEFIGARO le diriger. »
A
LEFIGARO vendredi19novembre2010
3francePOLITIQUE
Jean-FrançoisCopé:«Jeveuxrassembler»
Le nouveau secrétaire général de l’UMP ne se sent pas tenu par l’objectif de 500 000 adhérents en 2012.
PROPOSRECUEILLISPAR Il faut absolument que le lien avec les
JEAN-BAPTISTEGARAT parlementaires soit rétabli de manière
ETJUDITHWAINTRAUB
très étroite. Il faudra une synergie là où
jusqu’à aujourd’hui personne ne se
LEFIGARO.-NicolasSarkozy parlait. On peut par exemple imaginer
vousvoulaitauministèredel’Intérieur des équipes qui associeraient à des par-
plutôtqu’àl’UMP.Quelssont lementaires des militants et des acteurs
lestermesdevotreaccordaveclui? économiques, sociaux, associatifs…
Jean-FrançoisJean-François COPÉ.- Ce qui fonde
Copé:«Jevaisnotre accord, c’est la confiance. Me
créerunconseilproposer ce ministère, c’était un grand Cequicomptedesclubs «honneur, mais je lui ai soumis une of-
politiqueset aujourd’hui,c’estdecréerfre de services très complète d’enga-
desthink-tanks,gement pour permettre sa réélection etincarnerunedynamique
quenous
et celle de nos amis députés en 2012. politiqueplutôtsolliciterons
régulièrementpour quededécréter
Leprésidentvousademandé venirnousaider
detravailleravecBriceHortefeux. desobjectifschiffrésàélaborerleprojet »Va-t-ils’occuperdesélections? politique.»
Jean-Claude Gaudin m’a demandé si je BOISOT/RIVAPRESS
voulais qu’il continue à présider la Avecquelprésidentdegroupe
commission des investitures et je lui ai travaillerez-vouslemieux?
dit oui. Quant à Brice Hortefeux, qui Il s’agit d’une compétition à la loyale
est vice-président du conseil national, entre Christian Jacob, Jean Leonetti,
notre amitié est de notoriété publique. Hervé Gaymard et Nicolas Forissier.
Nous travaillerons donc, évidemment, Chacun connaît mes liens avec Chris-
main dans la main. tian, mais j’ai indiqué à mes amis dé-
putés que je me tiendrais à un strict
Jean-LouisBorlooa-t-ilaccepté devoir de réserve.
derestervice-président
duconseilnational? XavierBertrandvisait
Nous nous parlons quotidiennement, les500000adhérentsen2012.
et je ne l’ai jamais entendu dire qu’il est sûr, c’est qu’Hervé Novelli, Maisilssontissusdesensibilités loi sur la burqa ou l’écologie par exem- C’estaussivotreobjectif?
voulait quitter l’UMP. Outre le secré- Marc-Philippe Daubresse et moi as- différentes… ple, c’est parce que chacun a pu s’ex- Non. L’écart entre les objectifs chiffrés
tariat général, ilyaun quatuor extrê- surerons le point de presse à l’issue Je veux rassembler par le débat primer librement. J’ai été le garant de que l’on fixe et les résultats que l’on
mement important pour moi, composé du bureau politique, tous les mercre- d’idées. C’est ce que j’ai fait au groupe, cette liberté de débat au groupe, et je obtient incite à l’humilité. Ce qui
de Jean-Pierre Raffarin, Michèle Al- dis. J’ai vraiment la volonté d’être à l’Assemblée. S’il a tenu trois ans et le serai à l’UMP. compte, aujourd’hui, c’est de créer et
liot-Marie, Jean-Louis Borloo et Brice dans une approche collective et glo- demi dans la cohésion et la fidélité au incarner une dynamique politique
Hortefeux. Je n’imagine pas que les bale avec mes amis secrétaires géné- chef de l’État, tout en assumant ses Quellesserontlesrelations plutôt que de décréter des objectifs
décisions importantes de notre mou- raux adjoints. différences sur la décentralisation, la entrelegroupeetleparti? chiffrés.
vement puissent être prises autrement
qu’avec eux.
QuatrecandidatspourlaprésidencedugroupeUMPJ’aivraimentlavolonté«
d’êtredansuneapproche
collectiveetglobaleavec
mesamissecrétaires
générauxadjoints»
Commentcomptez-voustravailler
avecles«sensibilités»del’UMP?
Je vais créer un conseil des clubs poli-
tiques et des think-tanks, que nous
solliciterons régulièrement pour venir
Degaucheàdroite:JeanLeonetti,ChristianJacob,HervéGaymardetNicolasForissier. MARMARA/LEFIGARO,SORIANO/LEFIGAROETCASTELLI/ANDIAnous aider à élaborer le projet politi-
que. Et, bien sûr, ces clubs auront les
moyens dont ils ont besoin, sous le par un vote à bulletins secrets. Un se- Jean Leonetti, qui déplore que soit rou- toi, et si je suis battu, je reste premier vi-
SOPHIEHUET
contrôle du bureau politique, pour or- cond tour est probable, pour départager verte « la boîte de Pandore des cou- ce-président, et j’aurai une totale liber-
ganiser des débats et faire connaître LA BATAILLE politique pour la prési- les deux candidats arrivés en tête au rants ». Nicolas Forissier ne s’en cache té. » Sous-entendu : pour gérer le grou-
leurs idées. Tout sera totalement dence du groupe UMP à l’Assemblée na- premier tour. pas : « Il y a une blessure qui doit être soi- pe à ma façon.
transparent et conforme à nos statuts. tionale est de plus en plus tendue. Qua- Dans leur profession de foi, les quatre gnée. Ma candidature est d’autant plus La petite phrase de Nicolas Sarkozy,
tre candidats sont en lice pour succéder candidats s’engagent à se mettre au ser- nécessaire que le remaniement a effacé du mercredi, invitant les députés UMP à ne
Quelseralerôledubureaupolitique? à Jean-François Copé. Trois sont an- vice de la réélection de Nicolas Sarkozy gouvernement la sensibilité des réforma- pas tenir compte de « l’arithmétique »
Le bureau politique est l’émanation ciens ministres, le chiraquien Christian en 2012. Tous se veulent les garants de la teurs. » des courants a aussi inquiété le clan
des militants, c’est donc le bureau po- Jacob (Seine-et-Marne), président de la « liberté » de chacun des membres du Les deux « poids lourds » de cette Copé. Jacob le premier, qui souligne que
litique qui est l’instance légitime de commission du développement durable groupe et promettent de respecter les élection, Christian Jacob et Jean Leonet- « le chef de l’État veut conserver la plus
gouvernance du parti, avec le secré- à l’Assemblée et bras droit de Jean- différentes « sensibilités ». Les points ti, ne se font pas de cadeau. « On ne bâtit grande neutralité ». Jacob balaie aussi
taire général à sa tête. Nous le réuni- François Copé dans son club Génération communs s’arrêtent là. Et cette compé- pas une candidature sur des amertu- d’un revers de main la « jurisprudence »
rons toutes les semaines et des déci- France, le gaulliste Hervé Gaymard (Sa- tition interne « laissera des traces », ju- mes », explique le voisin de Copé en Sei- Barrot avancée par Leonetti : Nommé
sions y seront dégagées, par voie) et le libéral Nicolas Forissier (In- gent bon nombre de députés UMP. Le ne-et-Marne, faisant allusion au fait que commissaire européen en 2005, l’ancien
consensus, comme je l’ai toujours fait dre), présenté par le courant des Réfor- remaniement ministériel, qui a fait la son collègue des Alpes-Maritimes espé- président centriste du groupe UMP, Jac-
au groupe à l’Assemblée. mateurs animé par Hervé Novelli. Le part belle aux gaullistes, au détriment rait entrer au gouvernement comme ques Barrot, avait alors été remplacé par
quatrième est le radical Jean Leonetti, des autres composantes de l’UMP - libé- ministre de la Santé. Leonetti, lui, a eu son premier vice-président, Bernard
Nommerez-vousdesnouveaux député-maire d’Antibes et premier vi- raux, centristes et radicaux -, a alourdi une sérieuse prise de bec avec Copé Accoyer, venu du RPR. « Ça n’est arrivé
porte-parole? ce-président du groupe depuis 2005. le climat au sein du groupe majoritaire. mercredi matin. « Tu perds dans tous les qu’une fois depuis 1958 », rétorque Ja-
On peut imaginer des porte-parole Cette élection, surveillée de près par « Le piège de la fissure de la majorité se cas, a dit en substance le maire d’Anti- cob. Pronostic d’un nouveau ministre :
thématiques… Tout est ouvert. Ce qui l’Élysée et par Matignon, aura lieu mardi referme sur tous les candidats », estime bes à Copé. Si je suis élu, ce sera contre « Ce scrutin sera archi-serré. »
LA MONTRE AUTOMATIQUE LA PLUS PLATE DU MONDE
Avendredi19novembre2010 LEFIGARO
LeTalkenvidéo4 francePOLITIQUE WWW.LEFIGARO.FR/LE-TALK
Remaniement:
Sarkozyveutapaiser
lesrancœurs
Quatre jours après le changement d’équipe
gouvernementale, le président a commencé à recevoir
les ministres remerciés dimanche.
fasse, ce sera « en accord avec lui », souli-
CHARLESJAIGUETANNEROVAN
gne un proche. Les offres de rapproche-
ÉLYSÉE Rama Yade et Christian Estrosi. ment lancées par Ségolène Royal « sont
Pas un de plus. Dimanche soir, Nicolas grotesques », glisse-t-on aussi.
Sarkozy n’a appelé que deux Christian Estrosi devait
NicolasSarkozy
ministres pour les prévenir également voir le présidentLapetite araccompagné
qu’ils ne feraient pas partie hier, mais le rendez-vous aphrasede… Jean-LouisBorloo
du gouvernement Fillon III. été reporté à une date ulté- jusqu’auperronHUBERTFALCOC’est François et rieure. Idem pour le prési-EX-SECRÉTAIRED’ÉTATAUX del’Élysée,
Claude Guéant qui se sont ANCIENSCOMBATTANTS dent du Nouveau Centre et hier,après
chargés de l’essentiel de la ex-ministre de la Défense, leurdéjeunerquiJemerends
besogne. Hervé Morin. Les entretiens adurédeuxheures.comptequepour
P.WOJAZER/REUTERSNicolas Sarkozy assure de fin de contrat vont en ef-exister,ilfaut
tout de même le service fet se poursuivre la semainel’ouvrir.Jepense
après-vente. Comme il quejevaisl’ouvrir. prochaine.
l’avait fait en juin 2009, il va Hervé Novelli est attendu
recevoir les ministres non lundi à l’Élysée. «Onnere-
reconduits. Ceux qui ont ma- fuse pas un rendez-vous avec
nifesté le plus ouvertement le président même quand on d’État n’était pas du tout supprimé mais de la fédération des Hauts-de-Seine mais EN BREFleur déception ont été reçus sait ce qu’il va vous dire. Et ce qu’il avait été confié à l’ex-porte-parole aucune date n’a encore été trouvée. Hu-
dès hier : Jean-Louis Borloo qu’il va me dire, c’est qu’il est de l’UMP, Frédéric Lefebvre. bert Falco (Anciens Combattants) est re-
qui a claqué la porte du gou- désolé », confie l’ex-secré- Jean-Marie Bockel aura droit à son tê- tourné dans sa mairie de Toulon. Pas de Ile-de-France:heurts
vernement et veut rassem- taire d’État aux PME. Lequel te-à-tête vendredi prochain. Sans doute rendez-vous à l’Élysée pour le moment. Il àlarégionsurletransport
bler les centres, Éric Woerth a le sentiment que Fillon ne un peu de déception chez lui mais pas de attend un appel. « Il n’y a pas de raisons LeprésidentPSd’Ile-de-
qui a été sonné par son évic- lui a dit qu’une partie de la rancœur. Telle est en tout cas, selon ses qu’il ne me voit pas, moi, s’il voit tous les France,Jean-PaulHuchon,etla
tion, et Fadela Amara qui a vérité lorsqu’il l’a appelé di- dires, la tonalité de la lettre que l’ex-se- autres », sourit-il. Alain Marleix (Collec- chefdefileUMPdel’opposition,
dénoncé dès dimanche soir manche, avant l’annonce crétaire d’État à la Justice a envoyée à tivités territoriales) n’a pas encore été ValériePécresse,sesont
« le poids de l’inertie et du officielle de la nouvelle Sarkozy juste après son éviction. « C’est joint. Il est l’un des rares sarkozystes pur vivementopposéssur
sectarisme ». équipe. « Le premier minis- une lettre dans laquelle je remercie le prési- jus à ne pas en vouloir au président, lestransportsetleGrandParis,
À l’issue de leur entretien, tre m’a téléphoné à 17 heures dent pour les missions qu’il m’a confiées et contrairement à Christian Estrosi, qui ne hierauconseilrégional,
aucun n’a souhaité faire de commentaire. pour me dire que la nouvelle équipe serait dans laquelle je sollicite un entretien politi- comprend toujours pas ce qui lui est arri- provoquantledépart
« J’aurai l’élégance du silence », glisse très resserrée et qu’en conséquence le se- que afin de parler de la Gauche moderne, le vé. « J’ai été ministre trois ans et demi, desconseillersUMP.Lesdeux
Borloo qui a eu droit à un déjeuner de crétariat d’État aux PME était supprimé », parti que je préside », confie Bockel. j’avais besoin d’une pause », assure Mar- éluss’accusentdurejetpar
deux heures. L’ex-premier ministrable se souvient Novelli. Trois heures plus Patrick Devedjian (Relance) a été ap- leix. « C’est beaucoup plus que la moyenne leConseild’Étatduschéma
eveut être loyal au président. Et, quoi qu’il tard, il découvrait que son secrétariat pelé dès le lendemain de sa défaite à la tête sous la V , qui est d’un an et demi.» dedéveloppementéconomique
régional.Cesincidents
surviennentalorsquelaCour
descomptespointelamauvaise
gestionparlaRATPetlaSNCFGouvernement:Fillonmobilisenouveauxetpromus destransportsfranciliens.
FrédéricLefebvreLe premier ministre, qui veut réaffirmer son autorité, prépare son discours de politique générale.
metsesaffairesenordre
ticulièrement soignée : un ballet de ber- gouvernement prenne le temps de nous Bruno Le Maire, au premier étage de Ma- Devenusecrétaired’État
SOLENNDEROYER
lines sombres, des ministres entrant et recevoir, c’est important d’échanger, se tignon. Le ministre de l’Agriculture a auCommerce,àl’Artisanat,
MATIGNON Les « recalés » à l’Élysée, les sortant toutes les demi-heures, sous le félicite Maurice Leroy. Il m’a redit que le lui-même cédé la place à Éric Besson. À auxPMEetauTourisme
« promus » à Matignon. Tandis que Ni- regard des caméras, soigneusement dis- dossier de la ville était l’une des priorités tous ses ministres, Fillon a indiqué qu’il danslenouveaugouvernement,
colas Sarkozy faisait de la « calinothéra- posées dans la cour. « Manifestement, la du gouvernement. Il faut foncer ! » fallait se mettre au travail : « Nous FrédéricLefebvreademandé
pie » avec certains évincés du gouver- décision avait été prise de scénariser la sé- n’avons pas quatre mois pour commen- son«omission»dubarreau
nement (lire ci-dessus), François Fillon quence », s’amuse un ministre reçu à cer!», explique un autre ministre reçu deParis.Il«finalise»aussi
«Ilm’areditrecevait hier les ministres nommés ou Matignon parmi pas moins de neuf de ses hier. «laprocédureengagée
queledossierdelavillereconduits. De quoi faire sourire ceux pairs : Michel Mercier (Justice), Xavier Pour beaucoup de ministres, cette pourneplusêtrepropriétaire
étaitl’unedespriorités
qui répètent que « le pouvoir a changé de Bertrand (Travail), Brice Hortefeux (In- journée inhabituellement chargée pour d’aucuneactionoupartdansdugouvernement.
rive » entre l’Élysée et Matignon. « C’est térieur), Nathalie Kosciusko-Morizet le premier ministre illustrait une répar- lessociétéscotéesounoncotées
Ilfautfoncer!»ridicule, s’agace-t-on dans l’entourage (Écologie), Maurice Leroy (Ville), Bruno tition des rôles plus classique à la tête de oùilapuinvestirparlepassé».
MAURICELEROYdu chef de l’État. Il n’y a eu aucune répar- Le Maire (Agriculture), Éric Besson (In- l’exécutif. « Nous avons parlé avec Fran-
PhilippeGoujonréélutition des rôles. Le président reçoit aussi dustrie), Christine Lagarde (Économie). çois Fillon pour voir comment mieux se ré-
àlafédérationUMPdeParisdes ministres ces jours-ci ! Quant au pre- François Fillon avait vu le nouveau mi- Le député centriste fait depuis lundi partir les rôles, mieux conduire l’action »,
emier ministre, il doit préparer son discours nistre de la Défense, Alain Juppé, la ses premiers pas de ministre : « Émou- avait glissé mardi Nicolas Sarkozy aux DéputémaireduXV àParis,
de politique générale, c’est normal qu’il veille. Il recevra les autres aujourd’hui et vant ! Mais je n’oublie pas que le mot mi- députés UMP reçus à l’Élysée. PhilippeGoujonaétérééluhier
reçoive les membres du gouvernement. » lundi. nistre vient du latin “minister”, qui veut « Fillon a l’intention de voir davantage soiràlatêtedelafédérationUMP
Reste qu’à Matignon, où l’on rechigne « Fillon veut préparer son discours de dire “serviteur”…» Élu du Loir-et-Cher, les uns et les autres pour donner des direc- à79,1%desvoixetpour
souvent à communiquer, la scénogra- politique générale en collectif », avance département voisin de la Sarthe, Mauri- tions, décrypte un ministre. Il est en train laquatrièmefoisconsécutive.
phie de la journée avait été cette fois par- un ministre. « On a besoin que le chef du ce Leroy – qui remplace Fadela Amara – de s’installer dans le rôle traditionnelle- Sonchoixdesereprésenteraété
dicté,dit-il,parlanécessitén’oublie pas de préciser : « Je connais ment dévolu au premier ministre. Et
Fillon depuis longtemps, c’est tout sauf un c’est… nouveau ! » Mais ce ministre de d’être«opérationneltrès
bourgeois de la Sarthe ! » nuancer : « Attention, le président n’en vite,sansrupture»pour
Premier reçu de l’après-midi, Mauri- fera pas moins. C’est au premier ministre lescampagnesde2012.
ce Leroy a croisé dans l’antichambre d’en faire plus. »
Daubresse:«Borlooestclairement
lefédérateurnatureldescentres»
MANUFACTURERS OF FINE SHOES
SINCE 1879 Pour le secrétaire général adjoint de l’UMP, le Parti radical doit débattre
de sa place « dans la future organisation de la majorité ».
Parti radical « animateur de la coordi-
JEAN-BAPTISTEGARAT
nation des centres ». Pour mener à bien
MAJORITÉ « Quand un homme de la sa mission, devrait-il quitter l’UMP ?
hauteur de vues de Jean-Louis Borloo « Je n’ai pas entendu à cette heure Jean-
déjeune avec le président de la Républi- Louis Borloo dire qu’il avait l’intention de
que, le principe, c’est silence à la sor- quitter l’UMP, explique Daubresse.
tie. » Marc-Philippe Daubresse, député Mais je conçois très bien que, pour le pré-
UMP du Nord et secrétaire général ad- sident du Parti radical, la question de la
joint de l’UMP, ne trahira pas la confi- future organisation de la majorité soit
dentialité des échanges entre l’ancien posée au sein du Parti radical. » La for-
Modèle TETBURY ministre de l’Écologie et Nicolas mation, membre fondateur de l’UMP,
Sarkozy. doit débattre de cette question mercre-
Si le silence est de rigueur, c’est que di (lire nos éditions du 18 novembre).
Jean-Louis Borloo mène une partie dif- Imagine-t-il une candidature de
ficile en ce moment. « Il est clairement Borloo en 2012 ? « Jean-Louis Borloo est
le fédérateur naturel des centres », ex- déterminant pour que le président de la
e eParis8 ,14rueChauveauLagarde-Paris7 ,33BdRaspail&BonMarché plique Daubresse. Lundi, l’ancien mi- République puisse gagner le deuxième MARC-PHILIPPEDAUBRESSE,
nistre de la Jeunesse participait ainsi à tour de l’élection présidentielle », assureRenseignements:0145441930 hier,danslestudio
la réunion des radicaux, des centristes Daubresse, sans vouloir présager du duFigaro.R.VIALERON/LEFIGARO
de l’UMP qui ont désigné le patron du « dispositif » qui se mettra en place.
C
MARMARA/LEFIGAROLA MONTRE AUTOMATIQUE LA PLUS PLATE DU MONDE
PIAGET ALTIPLANO
Boîtier en or blanc, 5.25 mm d'épaisseur
Calibre Manufacture Piaget, 2.35 mm d'épaisseur
www.piaget-altiplano.fr
Paris Place Vendôme - Monaco - Liste des distributeurs agréés au 01 58 18 14 15vendredi19novembre2010 LEFIGARO
Vidéo:l’étrangeduplex
«PS,lepiègedesprimaires» deSégolèneRoyal6 francePOLITIQUE L’ÉDITORIALDEPAUL-HENRIDULIMBERTPAGE19
WWW.LEFIGARO.FR/POLITIQUE
MartineAubry,FrançoisHollande,SégolèneRoyaletDominiqueStrauss-Kahn.Ledépôtdescandidaturesestpourl’instantprévuenjuin2011pourdesprimairesprogramméesentrele15octobreetle15novembre.
Aubryveutcloreledébatsurlecalendrier
Hollande, Valls et Royal plaident pour que le PS désigne son candidat plus tôt que prévu.
programmées à l’automne, entre le 15 oc- autres. » Accélérer le calendrier, c’est tous les postulants «soientconnusauprin- taqué son rapport sur «l’égalitéréelle», leFRANÇOIS-XAVIERBOURMAUD
tobre et le 15 novembre. Mais ce ne sera compliquer son retour éventuel. Est-ce temps ». Moins directe, Ségolène Royal a jugeant«irréaliste». Un candidat désigné
GAUCHE Faute de savoir «qui », les socia- qu’en janvier que le PS arrêtera les dates «lesensdesdéclarationsdemespetitsca- expliqué avoir «dit à Martine, et elle est permettrait au PS de trancher ces débats et,
listes commencent à se demander définitives. Mercredi, les partisans d’une marades? », s’est ingénument demandé d’accord,qu’ilfautmettreenplacerapide- accessoirement, de clarifier sa ligne.
«quand». Après le remaniement et la mise accélération du calendrier ont reçu un Laurent Fabius mercredi sur Canal +. ment les structures d’organisation des pri-
Miseengardeen place d’un «gouvernement de com- soutien surprise, celui de Benoît Hamon, On retrouve en tout cas parmi les parti- maires, ça montrera que nous nous prépa-
bat », la pression s’est accentuée sur Mar- porte-parole du PS et leader de l’aile gau- sans de cette option, tous ceux qui rons ». Bien sûr, chacun des candidats se Mais forcément, l’idée d’une primaire
tine Aubry pour que le PS accélère le pro- che du parti. Alors qu’il appelait jus- n’auraient pas intérêt à voir DSK prendre défend de toute arrière-pensée à l’encon- avancée ne plaît pas aux strauss-kahniens.
cessus de désignation de son candidat. qu’alors ses camarades à ne pas donner de l’ascendant sur la direction du PS. François tre de DSK. L’argument le plus souvent in- «Tousceuxquinouspoussentàanticiperla
«Nous avons fixé un calendrier, nous signe de «fébrilité», il a changé de pied. Hollande, d’abord. Il est sur cette ligne de- voqué est la nécessité de mettre le PS en or- campagnelefontparcalculpersonnel,par-
n’avons pas de raison de ne pas le respec- «S’ilfautêtreplussoupleonendiscutera », puis que le parti a adopté le principe des dre de marche pour 2012 face à un Nicolas foispeut-êtreunpeuparfébrilité,maispas
ter», a évacué la première secrétaire, a-t-il dit sur LCI. Dans l’entourage primaires. Fin octobre encore il l’assurait : Sarkozy que les socialistes jugent déjà parti toujoursavecl’espritderaisonetdesérénité
mercredi sur TF1, tout en nuançant : d’Aubry, on a aussitôt relativisé. «Leplustôtseralemieux,carilfautqu’on en campagne. Avec un candidat désigné, le qu’ilfautpouraborderdeséchéancescom-
«Nousavonsaussifixédessouplesses. » aitcetteincarnationdel’alternance.Sic’est PS s’épargnerait aussi ses fréquents accès me celles-là », tranche le député de Paris
«Incarnationdel’alternance»Pour l’instant, le dépôt des candidatures à l’été 2011, ça me va très bien. » Manuel de fièvre, comme la semaine dernière sur Jean-Marie Le Guen. Il lance une mise en
est prévu en juin 2011 pour des primaires La question n’est pas mineure. Jusqu’alors, Valls plaide aussi en ce sens. Seul candidat le rapport de Benoît Hamon. Les « so- garde à tous ceux qui seraient tentés d’ac-
le calendrier avait été arrêté pour offrir à déclaré pour l’instant, il a appelé à ce que ciaux-démocrates » avaient durement at- célérer le calendrier, Martine Aubry com-
tous ceux qui le souhaitaient la possibilité prise : «Pas un seul candidat potentiel ne
de se présenter. En clair, pour laisser du serait capable d’assumer une désignation
temps à Dominique Strauss-Kahn, qui lui- bâtie sur l’écartement de Dominique
Lapetitephrasede…même l’a rappelé sur France Inter : «LePS Strauss-Kahn. » François Hollande, Ségo-Montebourg
MANUELVALLS CANDIDATAUXPRIMAIRESa prévu des procédures; à un moment, il lène Royal, Manuel Valls et Benoît Hamonseracandidat
ouvriralescandidatures,àcemomenttous unis contre DSK ? La mécanique des pri-
L’essentielestdesavoirtrèsviteauxprimaires ceuxquiaurontenvied’êtrecandidatledi- maires produits des rapprochements
quisontlescandidatsauxprimairesront,etceuxquin’ontpasenvied’êtrecan- étonnants, et cela ne fait que commencer.
pourquechacunpuissesedéterminerET UN CANDIDAT de plus. Arnaud didat le diront aussi. Il n’y a aucune raison Comme le reconnaît l’un des présidentia-
etportersespropositionsMontebourg a décidé de se lancer que je me singularise par rapport aux bles «cetteannée,çavacaboter ».
officiellement dans la bataille des
primaires. Le député de Saône-et-
Loire, ardent promoteur de ce sys-
tème de désignation, a prévu de
présenter sa candidature demain à Primaires:lespréparatifscommencentFrangy-en-Bresse, dans son fief.
Pourdonnerducorpsàsonengage-
vote, les chantiers ne manquent dre les choses en main en le prési- Aubry de préparer un enterre-ment, il publie cette semaine un li- NICOLASBAROTTE
pas. Du côté de Ségolène Royal, dant elle-même. Les autres ment des primaires, au nom devre, Des idées et des rêves (Flam-
marion),oùilretracesonparcourset CELA s’annonce compliqué. Les on s’inquiète d’ailleurs du retard dentiables ne devraient pas en l’unité, pour adouber l’un des
détaille une centaine de proposi- socialistes ont prévu de désigner qui semble déjà avoir été pris. être membres, mais «toutes deux favoris. Pour tenter de les
tions. leur candidat à la présidentielle Pour se charger des aspects les sensibilités» de- rassurer, la première secrétaire aSionfait
Après quinze ans de vie politique, il « dans un an, dans le cadre de pri- techniques, la direction vraient y être repré- affirmé qu’il y aurait plusieurs
desprimairesveutpasseràuneautreétape.«Les maires «ouvertes», permettant du PS vient d’embau- sentées. candidats aux primaires.
joiesontétérares,lesvictoiresmin- avecseulement aux sympathisants de gauche de cher un permanent, Au sein de la di- L’autre enjeu, c’est la partici-
cesetl’intérêtdeparlerdansledé-
choisir leur champion. Un peu Axel Cavalleri, un rection du parti, on pation. «Si on fait des primaires180000votants 3sert,vitedéclinant»,écrit-il.«Dans
sur le modèle des primaires amé- trentenaire à la tête sent une certaine avec seulement 180000 votants
mon itinéraire de rénovateur, j’ai comme ricaines ou italiennes. «Cela pa- bien faite. tension monter. commeladernièrefois,cen’estpascandidatslutté contre les conservatismes et
ladernièrefois, raît simple quand on regarde le Politiquement, les Parmi les sujets ex- nécessaire», reconnaît-on. C’estles immobilismes, y compris à gau- auxprimaires
modèle américain, dit-on au sein préparatifs seront mi- plosifs, figurent l’or- pourquoi le PS a décidé de lancerche», ajoute-t-il. Avant la précé- cen’estpas duPartisocialiste
dente présidentielle, Montebourg de la direction.Maisnoussommes nutieusement observés. ganisation de débats, une campagne d’inscription surnécessaire en2006
s’étaitdéjàinterrogésurunecandi- dans la situation de la première Le premier comité natio- les moyens financiers al- les listes électorales avant la fin de»
datureauxprimaires.Ilavaitrenon- primaire!» nal d’organisation des primai- loués à chaque candidat… l’année : seuls les électeurs ins-
cé,poursoutenirfinalementSégolè- Tout est à mettre en place. De la res (CNOP) se réunira mardi pro- Surtout, les candidats outsiders crits pourront participer aux pri-
neRoyal. N.B. constitution du corps électoral à chain. La première secrétaire, suspectent les partisans de Domi- maires. Certains espèrent jusqu’à
l’organisation des bureaux de Martine Aubry, a décidé de pren- nique Strauss-Kahn et de Martine 3 millions de participants.
LePSveutsemettreenordredemarche
pourlescantonalesetlessénatoriales
.Paris : 15, rue du Vieux Colombier - 75006 Le Village Royal 25, rue Royale - 75008
. . IL Y A une campagne avant la présidentiel- aussi rencontrées. Le cas le plus compliqué quelques voix : il faudra pour cela faire2, avenue Mozart - 75016 96, rue de Courcelles - 75017 50, avenue de Wagram - 75017
C.C. CNIT. 2, place de la Défense - 92053 Paris La Défense le. Et même deux ! Les socialistes comptent se trouve dans l’Essonne. Le numéro deux basculer vingt-deux sièges. Avant de rê-
124, avenue Charles de Gaulle - 92200 Neuilly sur Seine
faire des cantonales de mars 2011, voire des des Verts, Jean-Vincent Placé, souhaite ver conquérir la Haute Assemblée, les so-
sénatoriales de septembre 2011, autant de s’y présenter. La direction du PS lui a ac- cialistes vont se consacrer aux cantonales.BOUTIQUE EN LIGNE :
rampes de lancement pour 2012. Ils s’y cordé la tête de liste, réservant ensuite la Les 20 et 27 mars, le PS espère rafler plu-www.emling.fr
préparent dès maintenant.«Lavictoirede troisième place à un communiste. Inac- sieurs départements à la droite. Mais là
lagaucheen1981avaitétéprécédéepardes ceptable pour les socialistes locaux, ré- aussi, les relations sont compliquées avec
victoires aux élections locales», rappelle duits à la portion congrue. Le conseil fédé- les partenaires, notamment écologistes.
Claude Bartolone, l’un des hommes forts ral a rejeté mercredi la proposition de la Les discussions, qui se mènent au niveau
du PS.«Au moment où la droite se divise, départemental, avancent lentement.«En
nous montrons qu’à gauche on se rassem- janvier (lorsque la campagne commence-
ble», assure Christophe Borgel, chargé Unevictoiredelagauche ra),nousauronsbeaucoupplusdedéparte-
des élections au PS. mentsoùilyauradesaccordsqu’en2004»,auSénatsejouerait
Mercredi, la direction du parti a présen- veut croire Christophe Borgel. À entendre
àquelquesvoix:té l’accord électoral conclu pour les séna- les socialistes, les écologistes traîneraient
toriales avec les autres partis de gauche. des pieds.«Poureux,unebonnepropositionilfaudraitfairebasculer
Onze places éligibles pour les Verts, neuf concernelesendroitsoùdessortantssocia-vingt-deuxsièges
pour les communistes et une pour les radi- listes leur laissent la place et où ils peuvent
caux de gauche. Les socialistes espèrent êtreélussansavoiràsebattre», dit-on au
prouver avec cet accord qu’ils en ont ter- direction à l’unanimité. «Jean-Vincent PS. Enfin, il restera à régler le cas des élec-
miné avec la «tentation hégémonique» Placé a utilisé sa fonction pour exercer un tions législatives de 2012. Le PS souhaite
que critiquent leurs partenaires. Mais le chantage sur la direction du PS», accuse conserver son groupe à l’Assemblée et les
président du PRG, Jean-Michel Baylet, a Carlos Da Silva, le patron de la fédération Verts veulent en constituer un. Les socia-
fait connaître hier son mécontentement : de l’Essonne. Pour lui, seule une liste em- listes devront leur faire de la place… L’ob-
«Les socialistes se foutent de notre gueu- menée par des socialistes«aunechancede jectif du parti de Martine Aubry est de par-
le.» Côté PCF, on indique que « le PS ne remportertroissièges». Bref, le bras de fer venir à un accord«enjuin2011». Avec un
peuts’arrogerledroitd’unerépartitionuni- s’engage avec la direction du PS. L’enjeu avertissement : ces accords pour les légis-
latéraledescandidatséligiblesauSénat ». est majeur puisque l’éventualité d’une latives dépendront du bon déroulement
Localement, au PS, des difficultés sont victoire de la gauche au Sénat se jouera à des élections précédentes. N.B.
C
MARMARA,SORIANO,BOUCHON/LEFIGAROCette capsule Nespresso n’est pas irremplaçable…
www.nespresso.com6 000 km
10 000 km
vendredi19novembre2010 LE FIGARO
8 international
SOMMETDEL’OTAN
ParisetBerlinseretrouventsurlenucléaire
«LeFigaro»apuconsulterleprojetdeconceptstratégiquequidoitêtreexaminéparles28paysmembres.
cle»dontl’alliancevasedoteràLisbon- ment»àladissuasionnucléaire.Letexte, jectif ultime « un monde sans arme nu- En mars, celui-ci avait été la cheville
JEAN-JACQUESMÉVEL ne.Pire,lalignedefracturepassaitentre en anglais, rappelle solennellement que cléaire».Maisceladevrasefaire,insiste ouvrière d’une lettre demandant à
ENVOYÉSPÉCIALÀLISBONNE
lesdeuxpiliersd’uneconstructioneuro- «ladissuasion,fondéesurundosageap- letexte,«surlabased’unesécuritéintacte Washington de retirer 200 bombes nu-
DÉFENSEAngela Merkel et Nicolas péenneelle-mêmehésitantesurl’avenir proprié de capacités nucléaires et classi- (undiminished)»pourchacundesalliés. cléaires tactiques du sol européen. Les
Sarkozy ont pratiquement enterré la desadéfense. ques, demeure un élément central de la En poussant le curseur vers une dis- chefsdesdiplomatiesbelge,luxembour-
controversequipesaitsurlafuturestra- L’Allemagne,etnotammentlechefde stratégied’ensemble»del’Alliance.Pour suasion forte, le compromis traduit l’af- geoise, néerlandaise et norvégienne
tégie de l’Otan. À quelques heures d’un la diplomatie Guido Westerwelle, a vu apaiser les inquiétudes de la France – et faiblissement de la position de Guido l’avaientsignée.Selonunhautresponsa-
sommet décisif de l’Alliance atlantique dans le bouclier antimissile l’occasion celles du Royaume-Uni –, les auteurs Westerwelle. ble de l’Otan, la question pourrait
qui s’ouvre aujourd’hui à Lisbonne avec pourl’Otandesedébarrasseràtermede ajoutent:«aussilongtempsqu’ilexistera être confiée à un groupe de
Barack Obama, la France et l’Allemagne l’armenucléaire.LaFrance,aucontraire, des armes nucléaires, l’Otan restera une sages, hors du périmètre
onttrouvélaformulepourconcilierleurs défendjalousementsonarsenalatomique alliancenucléaire». de décision de l’Al-
divergencessurladissuasionnucléaire,la et son autonomie de décision. Le com- Lebouclierantimissileestluiaussipré- liance.
réductiondesarmementsetlefuturbou- promiss’estnouéinextremisaveclaré- sentécomme«unélémentcentral»de
clier antimissile européen, selon des dactiondufameux«concept»,déclara- lanouvellestratégie,maisseulement
sourcesconcordantes. tion formelle à laquelle les 28 chefs autitre«deladéfensecollective».
OC ÉA N PAC IFI Q U EDéfaut criant d’un axe franco-alle- dirigeants occidentaux souscriront de- Dans un paragraphe distinct, GROUND-BASED
INTERCEPTORmandparailleursfructueux,ParisetBer- main. Dans les ultimes tractations sur le l’Allemagne obtient que l’Otan
lins’opposaientàcoupsfeutréssurl’uti- texte,auquelLeFigaroaeuaccès,Berlin s’engage à promouvoir le dé-
lité du système antimissile que les renonceàlierlelancementdubouclierà sarmement,aveccommeob-
États-Unisetl’Otanveulentétendreàla un engagement collectif au désarme-
totalité du territoire européen. Le débat ment.Paris,desoncôté,n’exigeplusque
plonge au cœur du « concept stratégi- la défense antimissile soit explicitement
eque»,,feuillederoute«ppourleXXI siè- décrite comme un simple « complé-
SharikiLapetitephrasede... JAPON*
FRANÇOISAUQUEDIRECTEURD’ASTRIUM(EADS)
Eareckson
Vandenberg CORÉE
Nousavonsclosledébatfranco-français Beale DU NORD
surl’oppositionentredéfenseantimissile Fort Greely
etdissuasion.C’estunedécision
cohérenteavecnotreretourdansl’Otan CHINECheyenne Mountain
ÉTATS-UNIS RUSSIE
Tulé
OC ÉA NLaFranceentreàpasfeutrés INDE
IND IEN
PAKISTANdansladéfenseantimissile
Fylingdales
IRAN
ISABELLELASSERRE ROYAUME-UNI
À L’OCCASION du sommet consacré à FRANCE
Nevatimsamodernisation,l’Allianceatlantique
OC ÉA N ISRAËL*devrait prendre deux importantes dé-
ATLA NTI Q U Ecisions, l’une politique et l’autre pro-
grammatique, concernant la défense
antimissile.Ils’agitd’entérinerlamise
enœuvred’un«bouclier»capablede La réponse américaine aux nouvelles menaces
protéger le territoire européen, et non
1 Les acteursplus seulement les troupes de l’Otan
engagées sur des théâtres d’opération PAYS MEMBRES DE L’OTAN PUISSANCES NUCLEAIRES (HORS OTAN)
Pays détenteurs Pays détenteur ou cherchant à acquérir Autres pays détenteurssurd’autrescontinents.
de l’arme atomique l’arme atomique et perçu comme de l’arme atomiqueLa menace, en effet, gronde. L’Iran,
une menace par les États-Unis
qui possède déjà des missiles à courte Autres membres
et moyenne portée, développe, paral-
lèlement à son programme nucléaire, 2 La menace 3 La réponse
des technologies spatiales qui de- PORTÉE POTENTIELLE... BOUCLIER ANTIMISSILE AMÉRICAIN
vraient lui permettre d’acquérir bien- ... des missiles coréens (Taepodong-2) Centre de Bases de missiles intercepteurs Accord de la Roumanie pour l’installation
et futurs missiles iraniens (Shahab-6) commandement (Ground-Based Interceptor) d’une base de missiles intercepteurstôt des missiles balistiques interconti-
Système d’interception maritime STANDARDnentaux. Les progrès réalisés par *Bien que non membre de l’OTAN, le Japon... des futurs missiles coréens Bases radar et Israël participent au programme antimissile MISSILE 3(Standard Missile 3)Téhéran sont fulgurants. En 1988, la (Taepodong-2 à 3 étages)
Républiqueislamiquen’étaitpascapa-
bledefabriquerunScud.Depuis,ellea suasion nucléaire, considérée comme
créé un missile à deux étages, Achou- lagarantieultimedesintérêtsvitauxde
ra,etenvoyéunsatellitedansl’espace. lanationetcommel’instrumentleplus
LaCoréeduNords’estplacéedansson efficacecontrelamenacebalistique.
sillage. Quant à l’Inde et au Pakistan, Depuis,laFranceachangédepostu-
ilspeuventdéjàatteindredesciblessi- re. L’Élysée soutient le principe de la
tuées à 2000 kilomètres de leur terri- défense antimissile proposé par le pré-
toire. sident américain et examiné au som-
Lancementd’unemetdel’Otan.PourParis,dissuasionet
fuséeAriane5défense antimissile sont désormaisPourParis,dissuasion le12février2009,complémentaires. Amorcée sous Jac-
àKourou,etdéfenseantimissile ques Chirac, confirmée par Nicolas
enGuyane.Sarkozy, l’inflexion stratégique de lasontdésormais EllevamettreFrance vise à s’adapter aux évolutions
enorbitedescomplémentaires dumonde,àdavantagecolleràlanou- élémentsd’un
velle représentation stratégique de systèmemilitaire
Arme peu coûteuse, assez facile l’après-guerre-froide. «Nous avons expérimental
d’accès et évolutive, qui permet aux closledébatfranco-françaissurl’oppo- dedétectiondes
États démunis d’exister face aux puis- sition entre défense antimissile et dis- tirsdemissiles.
sances aériennes sans avoir à investir suasion. C’est une décision cohérente MAXPPP
autant, les missiles balistiques prolifè- avec notre retour dans l’Otan», se
rentplusrapidementqueprévudansle félicitaitFrançoisAuque,ledirec-
esmonde. D’ores et déjà, une partie des teur d’Astrium (EADS), aux 3
forces françaises déployées à l’exté- Rencontresdeladéfense,orga-
rieur sont vulnérables à cette menace. nisées le mois dernier à l’As- 150
À l’horizon 2020, la France métropoli- semblée. milliardsdedollars
taine pourrait être dans le collimateur La défense antimissile, qui pensé pour elle techniques différentes, la France va Son rival François Auque considèreontétéinvestispar
d’un missile à longue portée équipé donne à ceux qui la possèdent 150 milliards de dol- devoir choisir. Et le sujet est d’autant aucontrairequelaFrancedoitinvestirlesÉtats-Unisdansleur
d’unetêtenucléaire.Commentsepro- un levier d’influence considéra- lars. De nombreux plus sensible qu’il recouvre d’impor- l’espace.«Noussommesdanslasitua-défenseantimissile
téger? ble, prend une part croissante dans pays - Chine, Inde, Ja- tantsenjeuxindustrielspourdesentre- tiondutypeenguenillesquiveutencore
Pendant longtemps, la France a re- la stratégie de défense des puissances. pon, Israël - sont, depuis, prises qui luttent pour le maintien de compter. De Gaulle, avec la dissuasion,
fusé de participer au débat sur la dé- À Washington, elle est devenue un entrés dans la danse. Même la Russie compétencedeleursbureauxd’étude. avait trouvé les moyens de relever les
fense antimissile qui animait pourtant outil stratégique, une composante modernise le système qu’elle a hérité Ainsi, pour Nicolas Bouvier, PDG de défis.Onnerespectequeceluiquiades
les milieux stratégiques américains. structurante de la politique d’alliances del’Unionsoviétique. l’entreprise MBDA, qui fabrique le munitions.Sionveutpesersurlesystè-
Pourdesraisonsbudgétaires.Maisaus- des États-Unis. Des efforts fournis par missileantiaérienAster,riennesertde me, il faut bien y participer», argu-
Enjeux industrielssiparcequeParisredoutaitqu’unbou- Ronald Reagan aux investissements de couriraprèslesÉtats-Unispourdeve- mente-t-il. Y compris aux côtés des
clier affaiblisse la crédibilité de la dis- George Bush, les États-Unis ont dé- La France se devait donc de prendre nir un «Poulidor» de la défense anti- États-Unis. Son entreprise, Astrium, a
position sur les propositions américai- missile. La France s’épuiserait finan- développé un système d’alerte avan-
nes. Ne serait-ce que pour exister sur cièrementàsuivreenvainunpaysque cée, Spirale, qui, s’il était transformé
ARTRUSSEetEUROPÉEN cet important dossier. «L’assurance nous «ne rattraperons jamais»etqui en programme, permettrait d’identi-
ème ème n’est chère qu’avant l’accident», rap- «detoutefaçon,nenouslaisseraaucu- fier les agresseurs et de surveiller laDESXIX ETXX SIECLES
pelleledéputéPhilippeVitel,auxRen- ne place». «Pour nous, la vraie proli- prolifération.25novembre2010,à15h00-Salle17
contres de la défense. Seul problème: fération balistique concerne le secteur Entrecesdeuxvisions,laFrancen’a17ruedeProvence75009Paris
Expos.Publiques:mardi23etmercredi24novembrede11hà18h Parisn’apaslesmoyensbudgétairesde de courte et moyenne portée et dont la pas encore tranché. À Lisbonne, elle
Pourtoutrenseignement:IvanTERNY:0760208989 concurrencer les États-Unis dans un charge naturelle est plutôt convention- entredanslesujetàpasfeutrés,réser-
Commissairepriseurhabilité:CatherineYAICHE:0760338989
domaineoùilsrègnentenmaîtres.En- nelle»,explique-t-ilauFigaro.Leres- vant son engagement sur les futuresCataloguesurInternet:www.auctionevente.com
Tél.+33179111017-Fax+33176507845 tre l’interception des missiles inter- te, c’est-à-dire les lanceurs à longue étapes du projet américain, jugé pour
E-mailinfo@auctionevente.com
continentaux dans l’espace et celle des portée éventuellement équipés d’une l’instant trop flou et dont elle redoute
SociétéVentesVolontairesauxenchèresPubliques missiles à courte et moyenne portée tête non conventionnelle, relève de la toujoursleprixélevéetlesconséquen-
Agrément2010-751-RCS523240448 dansl’atmosphère,quifontappelàdes dissuasionnucléaire. cessursadissuasionnucléaire.
6 000 km
C
PRIOLI/APERCU

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin