Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Magazine Le Figaro du 21 décembre 2009

De
41 pages

Venez lire le Figaro magazine du 21/12/2009

Publié par :
Ajouté le : 21 décembre 2009
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

1,30€ lundi21décembre2009 -LeFigaroN°20339-www.lefigaro.fr-Francemétropolitaineuniquement
HSBC: Medef:Eurostar:lesconfidences lacontre-lagrandepanne attaqueded’Hervé
Laurenceduweek-endFalciani
PAGE14 ParisotPAGE22PAGE9
“Sans l“Sans laa libe liberrt téé d de e blâ blâmermer il n’est poil n’est poinintt d’é d’éllooggee fl flaatttteur” Beaeur” Beauummaar rcchhaaisis
LeFigaroéconomie
Béatification de Pie XIIL’AsieduSud-
Estintéressée
parl’A400M
PAGEP24 Le Pape relance
RéRéformeforme le débat sur
delasanté:
Obamamarque
unpointPAGE23 le Vatican et
Lesuccèsdu
Futuroscopene le nazismesedémentpas
PAGE25
La décision de Benoît XVI est
Identiténationale
critiquée par la communauté juive.Rama
Israël demande l’ouverture Yadene
des archives du Saint-Siège. craint
PAGE12ppasle
débat
PAGE3
Mission
diplomatique Hariri à Damas, la réconciliation Jean-Louis Borloo relativise l’échecpérilleusepour
libano-syrienneFillonenChine de Copenhague
PAGE6
LE PREMIER ministre libanais accusé Damas d’être impliqué «ONNEPEUTplusfonctionner souligne les avancées obte-
Saad Hariri a souhaité hier des dans l’assassinat de son père, avecunsystèmeàl’unanimitéà nues, notamment les envelop-
Voyagedansla relations «privilégiées et sin- l’ex-premier ministre Rafic 193 pays», constate le minis- pes de 100 milliards de dollars
tre de l’Écologie, qui répond au par an d’aides aux pays les pluscères » avec la Syrie, à la fin Hariri, tué en février 2005. IlnouvelleEurope
d’une visite à Damas où il a n’avait jamais eu de contacts Figaro, un peu reposé après vulnérables promises pour
Premièreétape rencontré le président Bachar officiels avec la Syrie. Selon deux nuits blanches de négo- 2020. Le sommet de Copenha-
el-Assad. Principal leader de la Saad Hariri, «l’Arabiesaoudite ciations. Jean-Louis Borloo gue a agi comme un révélateuràTallinPAGE2 coalition antisyrienne du a joué un rôle important » dans convient que les quinze jours du poids de la Chine dans la
14 mars, Saad Hariri avait, par le rapprochement entre les de conférence n’ont pas dé- nouvelle géopolitique. PAGES 6
le passé, à plusieurs reprises deux pays. PAGE8 bouché sur «un succès» mais ET8ETL’ÉDITORIALPAGE19Leregardde
PhilippeLabro
L’ultime
harmonie HISTOIRE DUJOUR
PAGE19
Cinéma: ÀJérusalem,leslettresàDieu
«Avatar»fait trouventleurcheminlarévolutionPAGE32
ieu, Jérusalem ». La poste israé- nombreuses et arrivent toute l’année.«Ily
lienne reçoit chaque année plus aengrostroiscatégories, explique Avi Ya-«Dde 1 500 lettres directement niv, celles de gens qui se repentent de leurs
adressées à Dieu. Le bureau chargé des fautes et demandent pardon à Dieu, parfois
réexpéditions du centre postal de Jérusa- en joignant de l’argent, celles de gens mal-
lem a plusieurs casiers prévus à cet effet. heureuxoumaladesquidemandentdel’aide,
Venues du monde entier, elles sont aussi etenfincelles,plusmatérialistes,deceuxqui
adressées à « Rabbi Jésus, Tel-Aviv », ou demandent une maison, une auto neuve ou
« Jésus-Christ, Jérusalem ». unefemme. »Choisirunforfait
«Lemoisdedécembreestparticulier», dit Les lettres sont régulièrement rassembléesmobilepour Avi Yaniv, responsable depuis treize ans de et envoyées au mur des Lamentations, où
ce service. «On reçoit aussi un important elles sont glissées, selon la tradition juive,sonenfantPAGE37
courrierpourlepèreNoël.» Il y a aussi une dans les interstices des pierres. Lorsqu’il y
J-P.AMET/FÉDÉPHOTOPOUR case pour les « Lettres étranges ». On y en a trop, elles sont retirées pour être en-
LEFIGARO;M-A.MORENETTI/AP; trouve, au hasard, une lettre adressée au terrées, conformément à une interdiction
R.VIALERON,P.DELORT,F.BOUCHON/
« Roi Saddam Hussein, Jérusalem » ou une talmudique de détruire un papier où estLEFIGARO;C.GUIBBAUD/RTL
autre pour « Nicolas Sarkozy ». inscrit le nom de Dieu.
CorinneeLLepageepagge Mais les lettres à Dieu sont de loin les plus ADRIENJAULMES
Invitée
du«Talk k
DÉBATS&OPINIONS RENDEZ-VOUSOrange-
L’ÉDITORIALdePaul-HenriduLimbert PAGE19 LECARNETDUJOUR PAGE17LeFigaro» o»
LEBILLETdeMichelSchifres PAGE19 DEL’OMBREÀLALUMIÈRE PAGE41
Cesoirà18h 9, place vendôme - paris i –tél. 01 40 20 21 00DÉBATSGrippeA:lescontradictionsd’un
DéputéeauParlementeuropéen www.rolex-vendome.commodèleparClaudeLePen PAGE18 TOUTEL’ACTUALITÉSURlefigaro.fr
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00139 - 1221 - F: 1,30 E
3:HIKKLD=^UVXU^:?b@c@c@l@k;
PIERDOMENICOALESSIA/REUTERS;ROGER-VIOLLET
Clundi21décembre2009 LEFIGARO
2 voyage DANSLANOUVELLEEUROPE
Première étape,
l’Estonie, le plus
au nord des pays Baltes.
Ici, les gens sont taiseux,
le vent est glacial
et le souvenir
de Staline, tenace.
PARFRANÇOISHAUTER
nn est la plus grande comédienne
de théâtre de son pays. L’on me
prévient : elle va me révéler des
choses importantes sur l’Estonie.
Nous partageons une bouteille de
vin dans un café à la mode de Tal-A lin. Mais Ann est muette. Elle ré-
pond à mes questions par des sourires discrets. Son
silence m’émeut. Tina, l’une de ses amies, un peu
plus diserte, me souffle : « Vos questions la touchent
beaucoup. » Nous sortons de ce café, emmitouflés.
Ann me désigne une tour médiévale proche, et un
sombre logement à son pied. « C’était la maison du
bourreau », dit-elle. J’ai l’intuition qu’ici les mots
sont des outils dangereux, aussi maléfiques que le
fut l’épée de ce bourreau.
L’EstonieetL’Estonie, il y a deux décennies seulement, n’était
sesdeuxvoisinesbaltes,même pas une république satellite de l’ex-URSS,
laLettonieetlaLituanie,comme l’Allemagne de l’Est. Mais une province se-
ontencommununlientrèscrète, largement interdite aux étrangers. Les sous-
païenentrel’hommeetmarins nucléaires de l’Armée Rouge se cachaient
lanature. GUILLAUMEHERBAUT
dans ses îles de la Baltique. Elle était intégrée à
l’URSS, comme le Kazakhstan ou l’Ukraine. Arri-
vant de Stockholm, je m’attends à trouver une ar-
rière-cour des campagnes russes, sur fond d’usines
polluantes. Eh bien, non ! L’Estonie sera d’ici peu la
Suisse du Grand Nord. Je suis ébahi pas le niveau de
développement atteint par Tallin, en vingt courtes
années. Le 1,3 million d’habitants de ce pays grand
comme les Pays-Bas sont branchés à l’Internet. ÀTallin,aupaysdu
C’est ici que l’on a inventé Skype, le téléphone du
eXXI siècle. « L’e-stonie », comme on la sur-
Golfe de Finlandenomme – l’internet fait ici partie des droits de Mer
l’homme ! –, a rejoint l’Union européenne il y
Baltiquea cinq ans à peine. « Nous avons réussi à sortir Narva
en un temps record de la cave où nous enfermait Kohtla-Tallin grandsilence
Järvel’URSS. C’est parce que, depuis 1958, nous avi-
ons un accès direct à la télé finlandaise. Les So- ESTONIE
viétiques ne pouvaient pas brouiller ces émis-
Parnu RUSSIEsions. Nous étions mentalement préparés à ses et jaunes, seules touches de gaieté dans un pay- sérable. Quoi que vous soyez : législateur, juge, pro-
Tartuvivre dans une société différente ! », explique sage de ténèbres. Les gens sont donc taiseux. S’il priétaire, ouvrier ou vagabond, méditez et ayez pitié
GolfeMarju Lauristin, professeur de sciences politi- faut parler, l’on se cantonne à de rares généralités. de votre âme. Si embrumé que le pouvoir, l’autorité et
ques à l’université de Tartu, seconde ville du de Riga Personne ne cherche à meubler les silences. Pas la fortune aient rendu votre cerveau, si harassés que
pays. Elle me fait rire, cette femme, lorsqu’elle comme les Suédois, surnommés ici les « gobeurs vous soyez par la pauvreté et l’humiliation, souvenez-LETTONIE 100 kmme raconte comment deux de ses étudiants, d’œufs », pour leur manque d’énergie. Les hommes vous que vous possédez et que vous incarnez comme
« qui n’avaient même pas 30 ans », l’un nom- d’Estonie sont réfléchis, sérieux, ordonnés comme nous tous un esprit divin qui demande aujourd’hui
mé ministre de la Défense, l’autre aux Affaires les arbres de leurs forêts. Les femmes sont élancées, sans équivoque : “Pourquoi vous martyrisez-vous et
étrangères, l’ont « appelée au secours » pour qu’elle l’autre sans jamais avoir à fouler le sol, comme très belles, blondes presque exclusivement, bottées faites-vous souffrir ceux qui vous approchent ?” »
vienne prendre le portefeuille des Affaires sociales Le Baron perché d’Italo Calvino, tant les forêts sont haut. Pas du tout attirantes, tant elles semblent dis-
PlusimpitoyablequeHitleren 1992 ! denses. Rien ne se montre. Les maisons en bois, ciplinées et irréprochables. On cherche en vain un
Dans ce pays du vent et de l’errance, j’ai l’âme avec leurs toits de chaume, se fondent dans le pay- peu de fantaisie derrière ce vide. L’on se demande La souffrance est partout dans ce pays. Jaan parle de
capturée. La vérité de l’endroit, c’est l’austérité gla- sage. Elles me rappellent, par leur modestie admira- comment font leurs hommes pour les différencier. À son père, polonais, qui a péri dans un camp alle-
ciale de la longue parenthèse de l’hiver. L’Estonie, ble, celles de la campagne au Japon. La lumière est la radio, on entend : « Elle avait un petit biki, biki, bi- mand. De son grand-père, dont les Soviétiques ont
c’est l’Europe de l’écureuil, pas celle du lièvre. Ici, toujours en basse tension, même par journées enso- kini ! », avec une orchestration russe. confisqué la maison. D’une enfance de pierre.
l’on pourrait vivre dans les arbres et passer de l’un à leillées. Les toits sont rouges et verts, les façades ro- « J’avais besoin d’une maison à moi, dans la campa-
RobindesBoislocal gne », dit-il. Nous parlons de la langue estonienne,
Les trois pays Baltes, comme les avait baptisés Stali- qui ressemble un peu au basque. J’apprends que
ne (l’Estonie au Nord, la Lettonie au milieu et la Li- l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie n’ont rien, cultu-
tuanie sur la frontière polonaise) ont en commun un rellement, en commun, sinon la tragédie de leurs
lien très païen entre l’homme et la nature. J’en ai eu occupations récentes par les Allemands et les Sovié-
l’intuition en lisant un article dans l’hebdomadaire tiques. Nous parlons du temps, « que le capitalisme
Baltic News racontant que la police re- réduit à une horloge triste, en le résumant ridicule-
cherchait toujours une sorte de Robin des ment à de l’argent », confie-t-il. Nous parlons du
Bois local, accusé d’un crime, que la po- temps des Allemands, de la collaboration d’Esto-
pulation protégeait. Le chef de la police se niens avec les nazis pour chasser les Soviétiques et
MANUFACTURERS OF FINE SHOES lamentait : « C’est curieux, c’était la pleine exterminer la petite communauté juive du pays.
SINCE 1879
lune et, d’habitude, à la pleine lune, nous Nous parlons du temps des Soviétiques, de leurs
recevons beaucoup de dénonciations. Là, abominations. À Tallin, les antiquaires exposent en
rien ! » La nature, dans ces régions, joue vitrine les bustes de Hitler et ceux de Staline côte à
un rôle central dans la vie des hommes. côte. Les uniformes de la Wehrmacht et de l’Armée
J’en mesure le poids écrasant en me di- rouge qu’ils vendent sont rangés dans les mêmes
rigeant vers une maison solitaire, au mi- penderies. Cela me choque. S’il faut comparer le na-
lieu d’un paysage de quatre mille lacs. zisme et le communisme, je me souviens de ce que
L’écrivain Jaan Kaplinsky m’a donné disait Aron : « Il reste une différence entre une philo-
rendez-vous chez lui, au cœur du pays, à sophie dont la logique est monstrueuse, et celle qui se
vingt kilomètres de la dernière route gou- prête à une interprétation monstrueuse. » Mes inter-
dronnée. Le vent ensevelit le pays sous de locuteurs dans les pays Baltes, et partout en Europe
fines congères. À trois heures et demie de centrale, sont insensibles à cet argument. Staline,
l’après-midi, je crois encore avoir un peu dans leur esprit, fut un tyran aussi cruel et pour eux
de temps, mais déjà le crépuscule s’épais- plus impitoyable même que Hitler. Décidément,
sit. La voiture serpente dans des chemins nous autres, les Européens, n’avons pas vécu la«
creux. Lorsque la lune éclaire le paysage, même histoire. Pour nous rapprocher, et nous unir
Lecapitalisme je repère une maison isolée. La maison de vraiment un jour, il nous faut la déchiffrer cette
l’écrivain est pleine de sévérité. Je n’ob- autre histoire, nous pencher sur les souffrances etréduit serve que des objets utiles, des coffres, les rancœurs de ceux
l’armoire, les lits, les poêles, la table, les qui viennent de s’enletemps outils. Et des livres. J’aperçois un Tolstoï libérer. Ou plutôt
entrouvert, La Loi d’amour et la loi de vio- qui ne s’en sontàunehorloge
lence. Pendant que mon hôte s’affaire pas encore li-
dans la cuisine, je lis : « Que chacun d’en- bérés. Je vaistriste,en Rigatre nous comprenne bien qu’il n’a pas le le compren-
droit, ni même la possibilité d’organiser la dre à Riga, lalerésumant
vie des autres ; qu’il devrait conduire sa vie capitale de la
ridiculementà selon les principes religieux suprêmes qui Lettonie.
lui ont été révélés, et que, sitôt qu’il aura agi
del’argent ainsi, c’en sera fini de l’ordre actuel ; cet»
ordre qui règne aujourd’hui parmi les na-Renseignements:0144940174 JAANKAPLINSKY,ÉCRIVAIN
tions soi-disant chrétiennes, l’ordre qui a
COLINMCPHERSON/CORBISwww.crockettandjones.fr demain,causé tant de souffrances au monde, qui est ensi peu conforme à la voix de la conscience, Lettonie
et qui rend chaque jour l’humanité plus mi- AVECLESENFANTSDESLOUPS
A
LEFIGARO lundi21décembre2009
3francePOLITIQUE
RamaYadechoisitdejouerlesbonsélèves
dugouvernement
Invitée du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI»,
la secrétaire d’État aux Sports dit « ne pas craindre »
le débat sur l’identité nationale.
RamaYadeKaroutchi, ses«compères», avec qui elleGUILLAUMETABARD
aprésentéfait équipe dans les Hauts-de-Seine.
l’identitéMAJORITÉ Rama la gaffe? Ses collègues On disait enfin Nicolas Sarkozy agacé
nationalele disent qui, pour un classement de par ses prises de positions trop « libres »,
commeL’Express, ont fait d’elle le ministre le notamment lors de l’affaire de l’Epad.
un«héritageplus gaffeur, après Bernard Kouchner. Elle a hier soigneusement éludé toute
vivantqui
Yade la bonne élève. C’est au contraire question sur le fils du chef de l’État en se senourrit
l’image qu’a voulu renvoyer concentrant sur la seule cri- desculturesqui
d’elle-même la secrétaire LECHIFFRE tique du bilan du socialiste viennent
d’État aux Sports, invitée du Jean-Paul Huchon à la tête s’yrajouter».
«Grand Jury RTL-Le Fi- de la région. C.GUIBBAUD/
garo-LCI». Le public pré- Mais c’est avant tout par ABACAPRESS71%
sent sur le plateau, avait déjà ses propos que Rama Yade aC’estletaux
valeur de symbole. debonnesopinions voulu montrer qu’elle savait
On disait Rama Yade fâ- recueilli jouer les bons élèves du gou-
chée avec son ministre de parRamaYade vernement. Sur des sujets
tutelle. Et il est vrai que leur dansledernier pourtant ô combien sensibles hère totalement», salué François Fillon rière l’avis de Brice Hortefeux, Xavier EN BREFdifférend, lors de la discus- baromètreIfop/ et piégés. À commencer par pour sa vision «pacifiée et généreuse», Darcos et toujours Éric Besson, «lestrois
sion budgétaire, sur les le débat sur l’identité natio- éludé la polémique sur les propos contro- ministreslesplusenpointe» sur le sujet.Paris-Match.
avantages fiscaux des spor- Lasecrétaired’État nale, critiqué jusque dans les versés de Nadine Morano, et même don- Pour ce dernier rendez-vous médiati- Sondage:Sarkozyremonte
tifs, il y a moins de deux auxSportsseclasse rangs de la majorité.«Cedé- né acte à Éric Besson de sa méthode. que de l’année, Rama Yade a voulu pas- dansl’électoratduFN
emois, fut étalé sur la place ainsien4 position bat,jenelecrainspas», a-t- Même solidarité avec son collègue en ser d’une popularité protectrice à une LacotedeNicolasSarkozy
publique. Hier soir, Rosely- despersonnalités elle scandé à plusieurs repri- charge de l’Immigration à propos de la popularité constructive.«Elleresteraau aprogresséd’unpointdans
ne Bachelot était dans le stu- derrièreJacquesChirac, ses en condamnant ceux qui reconduite des neuf Afghans. Rappelant gouvernement parce qu’elle est protégée ledernierbaromètreIfop-JDD,
dio de RTL. On disait l’élue «refusent d’y participer». «avoir connu brièvement la condition de parsesbonssondages», assure un diri- avec37%desatisfaits,contreJean-LouisBorlooet
de Colombes en froid avec DominiqueStrauss-Kahn. Native de Dakar, devenue sans-papiers», Rama Yade a certes geant de l’UMP. Lorsqu’elle était dans la 62%demécontents.Silechef
Valérie Pécresse qui aurait française «il y a dix ans», confessé toujours ressentir «un peu de tourmente, la « rebelle » de l’équipe del’Étatreculedansl’électorat
préféré la voir mener campagne dans le Rama Yade a présenté l’identité nationale tristessequandilyauneexpulsion». Mais Fillon confiait que loin de chercher à desVertsetduMoDem,
Val-d’Oise. Elle a «remercié» pour sa comme un«héritagevivantquisenourrit c’est pour mieux approuver le «chemin créer un rapport de force avec Nicolas ilremontede14pointsauprès
«confiance» la tête de liste UMP en Ile- des cultures qui viennent s’y rajouter». delaresponsabilité», emprunté par Éric Sarkozy, elle voulait lui être«utile»,et dessympathisantsduFront
de-France, venue aussi écouter hier sa Jouant à fond la solidarité gouvernemen- Besson entre«l’angélismedelagauche» mettre sa popularité à son service. C’est national.
jeune collègue, tout comme les deux an- tale, elle a cité la tribune de Nicolas et «l’intolérance de l’extrême droite». ce qu’elle a voulu prouver hier soir au (1871personnesinterrogées,
ciens ministres André Santini et Roger Sarkozy dansLeMonde,«àlaquellej’ad- Sur la burqa enfin, elle s’est abritée der- « Grand Jury ». du10au18décembre).
Identiténationale:
lesréservesd’AlainJuppé
PourAlainJuppé,laquestionEstrosi:«Laréformeterritorialeestbonnepourl’emploi» «qu’est-cequ’êtrefrançais»
«neseposepasvraiment»,
Ministre de l’Industrie, Christian Estrosi est également maire (UMP) de Nice. Il défend commeill’aexpliquédansun
entretienauParisiendimanche.
la réforme des collectivités locales dont le premier volet a été voté en première lecture au Sénat.
JulienDray
tacleBenoîtHamondeCannesàMentonetjusqu’auparc certains veulent rester à l’écart de cePROPOSRECUEILLISPAR
JEAN-BAPTISTEGARAT duMercantour? projet, tant pis pour eux. On le constate JulienDray,blanchiparlajustice
Le problème des Français n’est pas de déjà au niveau de la communauté ur- aprèsunand’enquêtepour
LEFIGARO.–Êtes-vousinquietquand savoir ce qu’il va rester aux uns ou baine puisque nous nous sommes dotés «abusdeconfiance»présumé,
GérardLarcherannoncequ’iln’yapas aux autres. Leur souci c’est d’avoir d’une station d’incinération des dé- s’enestpris,surRadioJ,
demajoritéauSénatpourvoterlemode les meilleurs services possibles à des chets de dernier cri. Si certains préfè- auMonde,àLibération,
descrutindesconseillersterritoriaux? tarifs raisonnables. Aujourd’hui, avec rent transporter leurs déchets à grand etsurtoutàladirectionduPS
ChristianESTROSI.– Je ne suis pas in- la communauté urbaine Nice-Côte coût pour les faire traiter chez d’autres, qui«nes’estpasgrandie
quiet car le débat démocratique doit se d’Azur et le conseil général, nous libre à eux. danssoncomportement».
poursuivre. Peut-être certains com- mutualisons déjà certaines activités,
Fabius«passûr»promis sont nécessaires. Je m’inscrirai comme la gestion des ressources hu- Était-ilopportundelancer
qu’ilvoteraitFrêchedans les choix auxquels procédera le maines ou les transports. Ce qui par cedébatàlaveilledesrégionales?
président de la République après avoir exemple nous a permis de proposer La réforme proposée avec courage LedéputéPSLaurentFabiusn’est
entendu tout le monde. À titre person- avec un grand succès des tickets de par Brice Hortefeux est bonne ! Je «passûr»qu’ilvoteraitpour
nel, je reste favorable au scrutin unino- transport à 1 euro. Demain la métro- peux d’ailleurs vous assurer que leslistesrégionalesdeGeorges
minal à un tour. pole sera en mesure d’apporter une quand j’explique dans les réunions Frêche(DVG)enLanguedoc-
meilleure cohérence du développe- que nous allons passer de 6 000 élus Roussilloncar«sesidéesnesont
Laclarificationdescompétences ment économique, de créer une des conseils généraux et régionaux à absolumentpaslesmiennes»,
descollectivitéslocalesn’aura-t-elle grande université du développement 3 000 élus territoriaux, les Français adéclaré,hiersurFrance5,
ChristianEstrosi:«Jerestefavorablepasdûinterveniravantlamodification durable, de favoriser les emplois comprennent bien quelles économies l’ancienpremierministrePS.
auscrutinuninominalàuntour.»deleurfiscalité? d’avenir… Ce n’est pas en restant re- ça représente. Et ce, sans compter les
R.VIALRON/LEFIGARO Les22têtesdelisteUMPIl y a toujours des gens qui veulent pliés sur nous-mêmes, comme trop économies qui seront générées par la
reçuesmardiàl’Élyséereporter de dix ans les réformes parce longtemps les villes de France en ont simplification des échelons locaux.
que, soi-disant, on ne les fait pas lutte contre les délocalisations com- eu l’habitude, que nous marquerons Les élus qui s’opposent à cette réfor- NicolasSarkozyrecevra,demain
dans l’ordre. En tant que ministre de me pour les ressources des collectivi- des points dans la compétition inter- me se discréditent et devront se justi- àhuisclos,lesvingt-deuxtêtes
l’Industrie et seul président UMP tés locales. nationale. fier devant les électeurs. On ne peut delisteUMPetNouveau
d’une grande communauté urbaine pas nous reprocher d’engager des Centreengagéespour
de France, je suis peut-être le mieux Querestera-t-ildudépartement Etsiunecommunenesouhaitepas restrictions de dépenses de l’État et lesélectionsrégionales.
placé pour vous assurer que c’est une desAlpes-Maritimesquand intégrerlamétropole? dans le même temps ne pas réduire
bonne réforme pour l’emploi, pour la lamétropoledeNices’étendra Personne ne sera obligé de le faire. Si celles des collectivités locales !
BAGUES ULTRA
OR BLANC 18 CARATS, CÉRAMIQUE ET DIAMANTS
www.chanel.com
Clundi21décembre2009 LEFIGARO
Dossierspécial:ssommet lesommetdeCopenhague4 4
WWW.LEFIGARO.FR/ENVIRONNEMENT/COPENHAGUE RECHAUFFEMENT-CLIMATIQUE.PHP2009
MERKEL:«UNPREMIERPAS» HULOT:«NOUSATTENDIONS
«CeluiquineditquedumaldeCopenhagues’associe BEAUCOUPTROPD’OBAMA»àceuxquifreinentaulieudefaireavancer»lalutteLESRENDEZ- Copenhaguelaissera«lesouvenird’unformidablecontreleréchauffementclimatique,déclareAngela
gâchis»,commenteNicolasHulotdansLeJournalVOUS MerkeldansuneinterviewpubliéehierparleBildam
dudimanche,«unterriblebrasd’honneurSonntag.«CopenhagueestunpremierpasversunDUCLIMAT
àlaconsciencecitoyenne:onn’apasécouténouvelordreclimatiquemondial,pasplusmaispas
lesONG,onlesamêmemisesàl’écartdusommetÉCHOS moinsnonplus»,poursuitlachancelièrequiconvie
deschefsd’État».LejournalistedevenumilitantàBonn,enjuinprochain,uneréunionministérielle.DUSOMMET écologiste,présentàCopenhague,ajouteBonnestlesiègedusecrétariatdelaConvention
que«nousattendionstousfinalementbeaucoupdel’ONUsurleclimat(signéeen1992),cadrejuridique
tropd’Obama».desconférencesannuellescommeCopenhague.
La«diplomatieclimatique»adessiné
unnouveaumonde
Le couple sino-américain s’est imposé en activant
une alliance avant tout défensive.
juste titre, le G2 prend de la consistance
ALAINBARLUET
mais sur le mode d’une alliance défensi-ENVOYÉSPÉCIALÀCOPENHAGUE
ve. C’est la convergence d’intérêt entre
LeprésidentPar-delà l’enjeu environnemental, Co- la Chine et les États-Unis qui a finale-
américainpenhague a agi comme un saisissant ré- ment déterminé l’issue de la conférence,
BarackObamavélateur de la nouvelle mappemonde « sauvant » un accord mais le ramenant
etlepremiergéopolitique. Dans la tension des der- à la ligne d’étiage que ni l’une ni les
ministrechinois
nières heures de la conférence, la «di- autres ne souhaitaient franchir. Le négo-
WenJiabao,
plomatie climatique » a souligné les ciateur chinois Xie Zhenhua n’a pas dit
vendredi,
nouveaux rapports de force mondiaux autre chose en concluant que Pékin et àCopenhague.
et mis en lumière les puissances domi- Washington avaient réussi à préserver P.SOUZA/
nantes. l’essentiel: «pour nous, a-t-il expliqué, THEWHITEHOUSE
Premier constat: le couple sino-amé- c’était notre souveraineté et notre intérêt
ricain, déjà opératoire pendant la crise national». Un diplomate occidental
financière, est devenu incontournable. s’interroge: «Dans la vie interna-
Informel, déséquilibré, controversé à tionale, la Chine est passée du
mytheàlaréalité,elleestdé- mener à un accord « ambi- un front uni. Certains pays membres n’était fort que de son pouvoir de nui-
sormais active, relève-t-il. tieux », comme le souhai- dont l’économie demeure très « carbo- sance. Une partie des Africains lui a fait
Mais est-elle pour autant taient Nicolas Sarkozy et née », comme l’Allemagne ou la Polo- allégeance. D’autres, derrière le premier
Vrai-fauxaccord plusconscientedesesres- 119 Gordon Brown. «L’Union gne, ont été moins allants. D’autres, ministre éthiopien Meles Zenawi, ont
ponsabilités de grande européenne a été en pointe comme le Danemark, qui présidait la cherché à se rapprocher des EuropéensàCopenhague chefsd’État
puissance?» avec l’adoption de son “pa- conférence, ont été jugés trop « pro pour obtenir la manne financière la plus
etdegouvernement
queténergieclimat”,ilyaun américain », cristallisant l’antagonisme élevée possible. Au final, l’Afrique n’aontparticipé
BARACK OBAMA, Nicolas Sarkozy et L’Europe an,maisensuite,elleaperdula des pays en développement. reçu que des promesses. Elle n’est mêmeausommet
d’autres dirigeants ont annoncé à la impuissante main», déplore un négociateur Car voici le troisième constat : les pays pas assurée de recevoir 40% de cette
presse la conclusion d’un accord Quant à Barack Obama, il a choisi français. Certes, à Paris comme les plus pauvres, l’Afrique notamment, aide, comme le réclamait la France.
«imparfait» mais «significatif»,
l’option la plus susceptible de lui épar- dans d’autres capitales européennes, on sont apparus plus divisés et déboussolés Un quatrième constat s’impose donc :
vendredi vers 22 heures, puis chacun
gner les foudres du Congrès, se gardant a bien pris en compte la montée en puis- que jamais. D’autres clivages se surim- la nécessité d’une nouvelle gouvernan-
a regagné son pays. Mais la partie
de toute initiative, et négligeant ostensi- sance des grands émergents, autre fac- posent désormais au traditionnel face à ce mondiale. Le quasi-échec de Copen-
n’était pas finie à Copenhague. Du-
blement l’appel de ses alliés transatlanti- teur clé du monde nouveau, par exemple face Nord-Sud. Certes, le vieux G77 hague a souligné en effet les limitesrant une ultime et houleuse séance
ques à s’engager davantage. cherchant à « arrimer » le Brésil. Mais (130pays en réalité), agité en sous main d’un système onusien « à bout de souf-plénière, de 3 heures du matin à
Tel est précisément le deuxième «avec l’Inde, on aurait dû négocier en par la Chine comme un agent antiocci- fle ». La formule des « G », employée10 h 30 samedi, les délégués du Sou-
dan, de Cuba, du Venezuela ou encore constat qui s’impose après Copenhague : mettantsurlatablelestransfertsdetech- dental, a retrouvé des couleurs à Copen- contre la crise économique, réutilisée à
de la Bolivie ont refusé d’endosser le l’Europe est vertueuse mais impuissante. nologie qu’elle réclamait», regrette un hague. Mais ce groupe hétéroclite qui Copenhague (un « G28 » a été réuni
texte politique négocié entre grands La « soft power » des Vingt-Sept n’a pas observateur. C’est aussi qu’en dépit de comprend à la fois Singapour et le Sou- dans l’urgence, jeudi soir) a sans nul
pays. Résultat, la Conférence de Co- réussi à créer la dynamique qui aurait pu l’affichage officiel, l’UE ne présente pas dan a montré une nouvelle fois qu’il doute de l’avenir.
penhague«prendnote» de l’accord,
sans formellement l’approuver. Une
liste des pays soutenant ce texte
sans valeur juridique contraignante
sera publiée dans les prochains jours. Questionssurlescarencesd’unsommetbancalL’« accord de Copenhague » tient en
deux pages et demie.
sont passées par pertes et profits.Premier point, les signataires recon- MARIELLECOURT
L’Europe s’était engagée à porter sonnaissent que selon «la vision de la ETFABRICENODÉ-LANGLOIS
science»,«lahaussedestempéra- ENVOYÉSSPÉCIAUXÀCOPENHAGUE effort de 20 % à 30 % en cas d’accord
tures devrait être en dessous de satisfaisant. Elle «s’en tiendra à l’ob-
2°C». Pour y parvenir, pas de détail. LesommetdeCopenhague jectif de 20% jusqu’à la conclusion
L’objectif de réduire les émissions est-ilunéchectotal? d’un traité contraignant», a déclaré
mondiales de CO de 50 % d’ici 20502 Nicolas Sarkozy, la veille de son arri- Angela Merkel. Pour certains, le sen-
ne figure pas dans le texte. Une vic- vée à Copenhague, lors de son inter- timent d’échec tient au fait que la
toire de la Chine.
view à Canal +, avait énuméré les perspective d’un traité a totalement
Les pays afficheront simplement
quatre critères de réussite du som- disparu de l’accord final. Samedi,
leurs engagements individuels, ou
met. Seuls deux figurent dans l’ac- tous les diplomates s’interrogeaientcollectifs (pour l’UE), qui devront être
cord final : la limitation de la hausse sur la valeur juridique de ce texte.publiés d’ici le 31 janvier.
des températures de 2°C comme ob- C’est une décision «acrobatique»,Résultat le plus concret : l’accord crée
jectif, et les engagements financiers. concède le diplomate maltais Michaelun « fonds vert climat Copenha-
En revanche, la référence à une dimi- Cutajar, un des responsables de la né-gue ». Y transiteront les 30 milliards
de dollars promis pour 2010-2012 et nution de 50 % des émissions de gaz à gociation onusienne. «L’urgence ne
les 100 milliards annuels d’ici 2020. effet de serre dans le monde en 2050 produit pas le droit, analyse Laurence
F. N.-L. ainsi que la création d’une organisa- Boisson de Chazournes, professeur de
tion mondiale de l’environnement droit international à l’université de
Genève, c’est le droit qui accompagne VuegénéraleduBellaCenter,àCopenhague,oùs’estdéroulélesommet.
leprocessuspolitique.» Copenhague a
accouché d’un accord bancal, mais «les limites d’un système onusien qui lectivement» pour l’échéance 2020.
qui a le mérite d’exister. «Ce sont les estàboutdesouffle». Sans autre carcan qu’une surveillance
chefsd’Étatquiontsauvéleprocessus. «Sicertainsgrandspays,commel’Inde, aux règles indéterminées. Cependant,
Avant qu’ils arrivent, on était fichu», étaientauConseildesécurité,celaserait il n’est pas exclu que le protocole de
commente Brice Lalonde, l’ambassa- plus facile de leur faire endosser leurs Kyoto soit prolongé pour l’après-2012
deur climat pour la France. Les opti- responsabilités», a ajouté le chef de par un nouveau texte contraignant.
mistes soulignent que même en l’ab- l’État, persuadé qu’«il n’y aura plus Mais, comme l’a perfidement souligné
sence de règles du jeu internationales, d’autres conférences où personne ne Barack Obama, «Kyoto était juridi-
tous les pays, États-Unis et Chine peutprendrededécision». Copenhague quement contraignant, et personne n’a
compris, ont engagé des politiques esquisse«cequepourraitêtreunegou- respectésesengagements».
nationales de lutte contre le réchauf- vernance planétaire, remarque Brice
fement climatique. Lalonde. Il n’y aurait pas de contrainte Queva-t-ilsepassera priori, mais une surveillance a poste- maintenant?
Leprocessusdenégociations rioridesengagementsclimatiques.» La déclaration de Copenhague ne fixedel’ONUa-t-ilimplosé? même pas de calendrier pour obtenir
La présence des chefs d’État et de gou- LeprotocoledeKyoto un traité ou autre document contrai-vernement a court-circuité les voies est-ilmort? gnant sur le climat. Les Européens et
traditionnelles de la négociation onu- Signé en 1997 mais ratifié et entré en de nombreux pays en voie de dévelop-
sienne. L’accord de Copenhague a été application en 2005 seulement, le pro- pement espéraient au moins mention-
ficelé derrière des portes closes entre tocole de Kyoto engage 37 pays indus- ner la conférence ministérielle an-
une petite trentaine de dirigeants sur trialisés plus l’Union européenne (UE) nuelle suivante comme date butoir.
119 présents et 193 États représentés. à des réductions chiffrées de leurs Celle-ci se déroulera du 29 novembre
«Vous allez entériner ce coup d’État émissions de CO , pour la période au 10 décembre 2010 à Mexico. Avant2
contre les Nations unies», tonnait la 1990-2012. Les États-Unis n’ont ja- Mexico, Bonn, siège du secrétariat de
déléguée du Venezuela durant l’ultime mais ratifié Kyoto. La conférence de la Convention de l’ONU sur le climat,
séance plénière, dans la nuit de ven- Copenhague avait pour objectif de accueillera du 31 mai au 11 juin une20, av. Franklin Roosevelt - 75008 Paris - Tél. : 01 53 96 06 06
dredi à samedi. fixer les règles du jeu de l’après- réunion d’étape. Les scientifiques son-
À l’instar de nombre d’acteurs de cette Kyoto. L’accord succinct prévoit seu- nent l’alarme, mais le processus politi-en vente auxwww.edouardnahum.com
folle quinzaine danoise, Nicolas lement que les pays industrialisés que mondial entamé à Rio en 1992 n’en
Sarkozy confirme : tout cela montre «s’engagent individuellement ou col- est qu’à ses débuts.
C
Conception : www.deshommesquisignent.com Photo : Stéphane MOUNET
A.SCHMIDT/AFP
E.FEFERBERG/AFP
A.KISBENEDEK/AFPlundi21décembre2009 LEFIGARO
Sarkozy:sommets
laleçondeCopenhague 6
L’ÉDITORIALDEPAUL-HENRIDULIMBERTCOPENHAGUE2009 PAGE19
DÉRAPAGESOUDANAISLEBANGLADESHSATISFAIT
Lorsdel’ultimeplénière,danslanuitdeContrastantaveclatonalitégénéralequioscille
vendrediàsamedi,ledéléguéduSoudan,entredéceptionetcolère,lepremierministreLESRENDEZ-
LumumbaStanislasDia-Ping,qualifieduBangladesh,SheikhHasinaWazed,adéclaré:VOUS l’accordde«pactesuicidaire»,«une«Jesuisheureusededirequenousavonsréussi
solutionfondéesurdesvaleursquiontenparvenantàuneconclusionraisonnable.DUCLIMAT
envoyésixmillionsdepersonnesdansL’accordobtenurépondàlaplupartdenos
lesfoursenEurope».«Répugnant»,ÉCHOS préoccupations.»Paysparmilesplusexposés
rétorqueleministrebritanniquedeàlamontéedesocéansetàl’intensificationDUSOMMET
l’Environnement,EdMiliband.Pourattenduedescyclones,leBangladeshattendait
beaucoup,leSoudanaisaincarnédurantsurtoutuneaidefinancière.Plusieursenveloppes
laConférence,leméchantdel’histoire.ontétépromises(lirepage6).
Jean-LouisBorloo:
«C’estunepremièreétape»
Pour le ministre de l’Écologie, les règles de l’unanimité imposées
par l’ONU sont trop contraignantes pour arriver à un accord.
qui s’est passé à Copenhague à quel d’ici 2012, 10 milliards de dollars par
PROPOSRECUEILLISPAR
point l’accord européen sur le climat an ont été actés. Ils sont destinés prio-MARIELLECOURT
adopté en décembre dernier a été une ritairement aux pays les plus vulnéra-
CLIMAT Jean-Louis Borloo, le minis- performance. bles, ce qui était une revendication
tre de l’Écologie, a bataillé durant On trouve des pays pour qui se mettre française forte et qui représente pour
quinze jours à Copenhague pour obte- autour de la table de négociations re- eux un atout de développement ma-
«Sansl’actionconjointed’AngelaMerkel,deGordonBrownetdeNicolasSarkozy,iln’ynir un accord. Après deux nuits blan- présente une énorme contrainte. Le jeur. À long terme, engagement est
auraitpaseuunaccorddeCopenhague»,assureJean-LouisBorloo. BOUCHON/LEFIGAROches et un peu de repos, il livre ses ré- mandat de Lula, c’est de nourrir sa pris de monter en puissance, de telle
flexions. population. Celui de la Chine ou de façon qu’il y ait 100 milliards par an en
l’Inde, c’est de réduire le nombre 2020. C’est une première étape. Maintenant,queva-t-ilsepasser? L’Europeneressort-ellepascabosséede
LEFIGARO.–Doit-onparler d’habitants qui vivent en dessous du Le document qui a été validé à Copen- cettenégociationquiavus’affronterles
d’unéchecdeCopenhague? seuil de pauvreté et qui se comptent Est-onarrivéauboutd’unprocessus hague vaut accord opérationnel pour deuxgéantsdumondequesontlaChine
Jean-Louis BORLOO. – Ce n’est pas un par centaine de millions. denégociationdanslecadre que la Conférence climat applique les etlesÉtats-Unis?
succès, c’est une étape difficile et im- Pour nous, c’était le rendez-vous de del’ONU? engagements. Mais, surtout, ilyades L’Europe a été très présente. Sans l’ac-
portante. Ilyaun incroyable décalage l’espoir pour ces pays, le Après deux ans de discussions inten- engagements multilatéraux. En matière tion conjointe d’Angela Merkel, de Gor-
entre les convictions affichées, la prise de la difficulté. ses, les négociateurs de l’ONU n’ont de financement, par exemple, on peut don Brown et de Nicolas Sarkozy, il n’y
de conscience, les décisions françaises pas réussi à produire un seul texte. Ou, parfaitement décider de la création aurait pas eu un accord de Copenhague.
et européennes, et la réalité du reste Quellessontlesavancéesdutexte? tout du moins, ceux qu’ils ont pro- d’un fonds géré paritairement entre les
du monde. On entre dans un processus de duits étaient criblés de mots entre pa- financeurs et les bénéficiaires s’ap- L’Europe,quis’étaitengagéeàpasser
construction commune. Désormais, la renthèses demandant à être confirmés puyant sur la législation financière in- à30%deréductiondegazàeffet
C’est-à-dire? Chine, les États-Unis, l’Inde, l’Afri- ou infirmés. On ne peut plus fonction- ternationale. On n’a pas besoin d’at- deserreencasd’accordsatisfaisant,n’a
La France vit dans une union sacrée, que, le Brésil et, bien sûr, l’Europe ner avec un système d’unanimité qui tendre un traité de l’ONU. Je suis bien pasl’airdevouloirenprendrelavoie…
grâce au Grenelle environnement, qui sont assis autour de la même table. impose un vote positif de 193 pays en sûr favorable à ce que ce processus de Nous espérons que ce sera la position
lui a permis de faire un chemin consi- C’est très important. Il faut bien se même temps. On ne peut pas fonc- négociations aboutisse à un traité, mais, commune de l’Europe. La France, en
dérable. Copenhague, en revanche, rappeler qu’un processus comme celui tionner avec un système d’unanimité, s’il y a les mêmes règles qu’à Copenha- tout cas, s’y est engagée. Le président
n’a pas été un Grenelle mondial. C’est de Kyoto a mis treize ans pour aboutir. avec des intérêts aussi divergents gue, la prochaine conférence, prévue à de la République l’a annoncé. Nous
cela qui crée en fait notre déception. Il y a par ailleurs des engagements fi- qu’entre pays pétroliers et non pétro- Mexico, sera confrontée aux mêmes avons fait nos calculs et nous savons
On mesure d’ailleurs à l’aune de ce nanciers importants : à court terme, liers, qu’entre petits et grands pays. difficultés en décembre prochain. que nous pouvons le réaliser.
EN BREF
FillonvientàPékinréchaufferlesrelationsfranco-chinoises
DeuxItaliens
probablementLe premier ministre a entamé hier une visite après des mois de brouille diplomatique.
enlevésenMauritanie
me communiste: le président Hu Jintao, FrançoisFillon Uncoupled’Italiens
BRUNOJEUDY
lorsdesonle président de l’Assemblée nationale Wu quiserendaitenminibusENVOYÉSPÉCIALÀPÉKIN
arrivéeBangguo et le vice-premier ministre et auBurkinaFasoestporté
àPékin,hier.ASIE Mission diplomatique périlleuse étoile montante Li Keqiang. Reportée à disparudepuisvendredisoir
Accompagnépour François Fillon. Deux jours après plusieurs reprises, la visite de François danslesud-est
devingt-trois
l’échec du sommet de Copenhague que la Fillon se résumera à un séjour à Pékin. delaMauritanie,aprèsavoirété
chefs
France attribue à la Chine, le premier «trèsprobablement»enlevé.
d’entreprise,il«Déminer»leterrainministre ne pouvait pas imaginer un Leurdisparitionintervientespèrerelancer
contexte plus difficile pour son premier Épaulé par quatre ministres (Christine prèsdetroissemainesaprèsleséchanges
voyage dans l’empire du Milieu. Paris Lagarde, Éric Woerth, Frédéric Mit- l’enlèvementdetroisavecl’empire
compte pourtant sur cette rencontre terrand et Dominique Bussereau), Fran- ressortissantsespagnolsparduMilieu.
pour redonner «delavitesse» aux rela- çois Fillon veut concrétiser ce rabibo- POOL/REUTERS al-QaidaauMaghrebislamique
tions franco-chinoises qui traversent chage sur le terrain économique. Une (Aqmi).
«une période difficile» depuis un an et séquence importante consacrée à la hexagonales. «Les Chinois ne sont pas n’aimentpassoncôtéesbroufe», décryp-
Prèsde40%delademi. Une brouille diplomatique qui a «coopération nucléaire» aura lieu chauds pour des contrats importants. Le te un spécialiste du régime de Pékin. Le
populationdespaysarabescommencé avec les Jeux olympiques de aujourd’hui(lireci-dessous). Le premier voyageaplutôtuneportéepolitique», ré- premier ministre abordera-t-il la ques-
sousleseuildepauvretéPékin à l’été 2008 et s’est amplifiée avec ministre, qui est accompagné de vingt- sume l’un des derniers responsables tion épineuse des droits de l’homme ?
la rencontre en décembre de la même trois chefs d’entreprise, espère relancer français venu en Chine. «Ce n’est pas un sujet tabou», réplique Environ40%delapopulation
le business dans l’empire du Milieu. Hor- Envoyé à Pékin pour «déminer» la Matignon, mais«c’estunsujetimportant despaysarabes,
mis le français Safran, qui devrait em- relation franco-chinoise, François Fillon parmid’autres». À Pékin, François Fillon soit140millionsdepersonnes,
Sonobjectifreste porter un succès de taille en décrochant a donc du pain sur la planche. Il va devoir sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur. Son vitau-dessousduseuilde
lapréparationdelavisite l’équipement en moteurs du C919, futur trouver les mots pour débloquer des di- objectif reste la préparation de la visite pauvreté,selonunrapportdu
concurrent chinois de l’Airbus A320 et rigeants communistes intrigués par un de Nicolas Sarkozy programmée, au ProgrammedesNationsuniesdeNicolasSarkozyau
du Boeing 737, les bonnes nouvelles ont président français qui les déroute. printemps, à l’occasion de l’inauguration pourledéveloppement(Pnud)
printemps,àl’occasionde été rares en 2009 pour les entreprises «Sarkozy est une énigme ici. Les Chinois à Shanghaï de l’Exposition universelle. etdelaLiguearaberendu
publichierauCaire.l’inaugurationàShanghaï
del’Expositionuniverselle Accidentmeurtrier
auNigeria
année entre le président français et le da- Lesambitionsnucléairesdel’empireduMilieu Uncamiontransportantdes
laï-lama. Un geste qui avait ulcéré Pékin. sacsdecimentapercutésamedi
Il faudra attendre une rencontre entre lors des visites présidentielles briqués dans le Sichuan, et de unefoulemarchantlelongARNAUDDELAGRANGE
CORRESPONDANTÀPÉKINNicolas Sarkozy et son homologue Hu croisées sino-françaises. nombreux autres accords de d’uneroutedansl’ÉtatdeKogi
eJintao, en avril dernier, en marge du G20 Aujourd’hui, EDF va pouvoir re- sous-traitance. Si la 3 généra- (centreduNigeria),provoquant
erà Londres, pour que le climat s’apaise. LE 1 BÉTON de l’EPR, la nou- cevoir la licence pour la coen- tion focalise l’attention, la Chine lamortde55à90personnes.
Depuis, l’exécutif a mobilisé tout le gou- velle génération de réacteurs treprise créée avec CGNPC, pour va encore construire un joli cha-
e LeCambodgeexpulsevernement, le ban et l’arrière-ban de la nucléaires, a été coulé fin octo- la construction et l’exploitation pelet de réacteurs de 2 généra-
vingtOuïgoursmajorité pour remettre sur de bons rails bre à Taishan, dans le Sud, mais des deux EPR de Taishan. Mais tion, sur le modèle du CPR 1000,Lapart«l’amitié franco-chinoise. Le président de son inauguration se fera aujour- tout une série d’autres contrats de technologie française. Enfin, VingtOuïgours,quis’étaientdunucléaire
l’Assemblée, Bernard Accoyer, la minis- d’hui à Pékin. Le choix du gou- et accords devraient être signés. si la partie chinoise est prête, un réfugiésauCambodgeaprès
danstre de l’Économie, Christine Lagarde, vernement chinois s’était porté accord intergouvernemental lesémeutesmeurtrières
200millionsd’eurosl’ancien premier ministre, Jean-Pierre sur le concurrent, l’AP1000 de pourrait être signé pour lancer dejuilletdanslarégionchinoiselaproduction
d’équipementsRaffarin, le numéro deux du gouverne- Westinghouse. Mais, chassés par des négociations commerciales duXinjiang,ontétéexpulsésd’électricité
ment Jean-Louis Borloo et le patron de la porte à l’époque, les Français Marc de Andolenko, patron sur une usine de retraitement et verslaChinesamedisoir.
chinoise,l’UMP Xavier Bertrand (qui a poussé le sont revenus par la fenêtre avec d’Areva Chine, se félicite de la de recyclage du combustible.
Washingtonrenvoiezèle jusqu’à signer un partenariat avec le un accord entre entreprises, création d’une «coentreprise Aujourd’hui, pas moins d’unedemoinsde 12détenusdeGuantanamoPCC chinois) ont défilé à Pékin. avec CGNPC (China Guangdong d’ingénierie et d’achats». Une vingtaine de réacteurs nucléai-2%aujourd’hui,
À Matignon, on juge que la réconcilia- Nuclear Power Company). Et la société qui pourrait à terme res chinois sont en construc- LesÉtats-Unisontrenvoyé
devraitpassertion est enclenchée. «Tout ceci est der- commande de deux EPR a été compter 3000 ingénieurs, dont tion. La part du nucléaire dans douzehommes–sixYéménites,
rièrenous.Leschosessesontaplaniesetla validée en 2007 par Pékin. La près de 200 Français. «Autre la production d’électricité quatreAfghansetdeuxà20%
page est tournée. On veut préparer une suite reste à écrire. Le site de signature importante, celle d’un chinoise est de moins de 2%, Somaliens–,détenusjusque-là
en2050
grande année 2010», veut-on croire à Taishan a été d’emblée conçu agrémentpourunecoopérationà mais les ambitions sont immen- danslaprison»
Paris. Illustration de ce nouveau départ, pour pouvoir héberger 6réac- l’exportation», confie-t-il. ses. Elle devrait passerà4ou deGuantanamo,vers
François Fillon ne rencontrera pas seule- teurs… Et les Français aime- Areva se félicite aussi d’un 5% en 2020, avec un objectif de leurspaysrespectifs.
ment son homologue Wen Jiabao, mais raient bien pouvoir signer deux contrat de 200 millions d’euros 20% en 2050. Le plus grand
aussi trois autres hommes forts du régi- autres contrats l’an prochain, d’équipements nucléaires, fa- marché nucléaire mondial.
Clundi21décembre2009 LEFIGARO
8 international
ZOOM
Montazeri,l’ayatollahdissident,estmort
Raidsmeurtrierscontre
LesIraniensontcommencéàrendrehommageàcettefiguredeprouedel’opposition. al-QaïdaauYémen
BarackObamaadonnésonfeu
L’ayatollahrebellerefusedepeserses vertauxraidsdesforces
DELPHINEMINOUI
mots. En 1997, sa dénonciation de la yéménitescettesemainecontre
CORRESPONDANTEAUMOYEN-ORIENT
«concentration du pouvoir entre les lescombattantsd’al-Qaïda,
IRAN Il a milité jusqu’au bout pour un mains d’un seul homme» lui vaut d’être croitsavoirleNewYorkTimes.
Ladépouilleislam pacifique. L’ayatollah Montazeri, accuséde«trahison»etd’êtreassignéà Certainesdecesfrappesontété
del’ayatollah87 ans, s’est éteint, dans la nuit de sa- résidence pendant 5 ans. Mais d’être entreprisesparlesseulesforces
Montazerimedi à dimanche, après avoir long- aussiaduléparlesfemmes,lesjeuneset localesetmenéesavecdes
exposéedanstemps combattu la «dérive fasciste» lesmilitantsenfaveurdeladémocratie. missilesaméricains.Jeudi,l’un
samaisondu régime iranien. «Si les autorités Libre, mais toujours étroitement sur- decesraidsquivisaituncamp
deQom,ausud
continuentainsi,ilestclairquelepeuple veillé, à partir de 2003, il boycotte d’entraînementd’al-QaïdadeTéhéran,
vacomplètementsedistancierdurégime l’élection présidentielle de 2005, avant danslaprovinced’Abyanehier. AP
et que la crise actuelle va s’aggraver», de soutenir un des candidats réformis- (Sud-Est)afait49mortscivils
prévenait-il encore, il y a quelques tes, en juin dernier. Il est alors l’un des dont23enfants.Cetterégion
jours, depuis la ville sainte de Qom, en premiers à accuser le régime d’avoir estdevenueunezone
référence à la vague de répression qui maquillé le résultat du scrutin. Pire, il deregroupement
déferle sur le pays depuis la réélection mais l’histoire contemporaine de l’Iran, l’undesthéoriciensduvelayat-efaqih, compare les procès collectifs d’oppo- dedjihadistes,dontdes
contestée d’Ahmadinejad, en juin der- tantilincarnaitlatoléranceetlecourage quiaccordelesquasi-pleinpouvoirsau sants à ceux de l’époque soviétique et vétéransd’Afghanistan.
nier.L’ampleurdesréactionsàsamort, dedirelavérité»,relèveleclercréfor- guidesuprême.Ilestégalementundes dénonce les viols de manifestants arrê-
annoncée hier matin, illustre sa popu- miste Fazel Meybodi, disciple de Mon- rédacteursdelaconstitutioniranienne. tés. Hier, la presse officielle s’est
larité.DeTéhéran,lacapitale,àNajafa- tazeri. La confiance est telle que Khomeyni le contentéedebrèvesréférencesàsondé- EN BREFbad,savillenatale,desrassemblements désigne, dès 1985, comme son succes- cès, en remplaçant sciemment son titre
Successeurdésignésporadiques ont eu lieu tout au long de seur. Mais la lune de miel ne dure pas d’ayatollah – rang le plus élevé dans la
parKhomeynila journée. L’après-midi, des colonnes longtemps. Choqué par les exécutions hiérarchiereligieusechiite–parunsim- LaSerbiecandidateàl’UE
devoituresfilaientendirectiondeQom Rien ne prédisposait cet ex-révolu- massives d’opposants, Montazeri dé- ple«Monsieur».Maisselonunjourna- LaSerbiedéposera
pour assister à ses obsèques, prévues tionnaire et ex-élève de l’ayatollah chante.Sescritiquesacerbesluivalent liste réformiste iranien, «la mort de ce sacandidatureàl’Union
aujourd’hui,etquipourraientsetrans- Khomeyni, père de la République isla- d’être écarté. À la mort de Khomeyni, leaderspiritueldumouvementvert»-la européennedemain
former en une énième manifestation mique,àdevenirundeschefsdefilede en 1989, c’est son rival, l’ayatollah couleurdesopposants-«risquedegal- àStockholmendépitdesmises
contre le système. «Il marquera à ja- la contestation. Avec Khomeyni, il est Khamenei,quiprendlepouvoir. vaniserencoreplusl’opposition». engardequiluiontété
adresséescesdernières
semainesparplusieursÉtats
membressurlesrisques
d’unecandidatureprématurée.
Chypre:lesnégociations
vonts’intensifierSaadHaririrendunevisite
Lesnégociationsentre
lespartieschypriotesgrecque
etturquedoivents’intensifier
durantlemoisdejanvier.historiqueàDamas Ellespourraientaboutir
àunaccordderéunification
deChypreen2010,aestiméLepremierministrelibanaisarencontréBachar hierl’envoyéspécialdel’ONU,
AlexanderDowner.el-Assad,qu’ilaccusaitd’avoirfaittuersonpère.
Uneenfantenlevéedans
unpostedepoliceàLondresLe rétablissement de relations diplo-SIBYLLERIZK
matiquesentrelesdeuxpaysetl’échange LapolicebritanniquealancéBEYROUTH
d’ambassadesontétélespremierspasde desrecherchespourretrouver
PROCHE-ORIENT SaadHaririal’expres- lanormalisationdeleursrelations,après unepetitefillede18mois,
siond’unjoueurdepoker,témoignel’un lacriseouverteaulendemaindel’assas- enlevéecettesemainepar
desministresdunouveaugouvernement sinatdeRaficHaririquiaaccélérélere- uneinconnuedansunposte
libanaisqu’ildirige.Impossiblededéchif- traitdestroupessyriennesstationnéesau depolicedeLondresoùsamère
SaadHaririfrer son visage. Un atout Libanpendanttrenteans. avaitétéplacéeengardeàvue.
(àgauche)utilepouravalersansciller CHRONOLOGIE LefroidtuequinzeEntretiens estaccueilliles couleuvres dictées par
parBachar personnesceweek-endchaleureuxlagéopolitique:c’estavec
el-Assad,14/03/2005 enPolognelesourirequelejeunepre- Chaleureusement accueilli
samediLepremierministremier ministre s’est rendu par ses interlocuteurs sy- Quinzepersonnessontmortes
àDamas,RaficHaririestassassinéce week-end à Damas riens,SaadHariris’estlon- defroiddanslaseulejournéeaupalaisàBeyrouth.pouryrencontrerleprési- guement entretenu à trois desamedienPologneoùprésidentiel.
dent Bachar el-Assad, reprises avec le président lestempératuressonttombéesK.AL-HARIRI/
alorsqu’ilyaàpeinecinq Assad de différents points à–20°C.Ils’agitavanttoutREUTERS26/04/2005
ans il l’accusait d’avoir de contentieux entre les desans-abrioudepersonnes
Départdesdernierssoldats
commandité l’assassinat deuxpays,dontladémar- sousl’emprised’alcool.
syriensaprès29ans
de son père, tué dans un cationdesfrontières,ledé-deprésence. Nouveaugouvernementattentatle14février2005à sarmement des Palesti-
enRoumanieBeyrouth. nienssituéshorsdescamps
«Rafic Hariri s’est sa- duLibanouencorelesdé- EmilBoc,chargépar10/06/2007
crifiépourleLiban,dèslors tenuslibanaisenSyriedont leprésidentTraianBasescu,CréationduTribunalspécial
iln’estpasdifficileàsonfils le sort est inconnu. Les rééluilyaquelquesjourspourpourleLibanchargédejuger
d’agirdansl’intérêtdeson l’assassinatdeRaficHariri. deux hommes n’ont offi- unsecondmandat,deformer
pays», a expliqué le pre- ciellement pas abordé la unnouveaugouvernement,
mier ministre libanais au question du Tribunal spé- aannoncéhierlaliste
9/11/2009quotidien panarabe Al- cialpourleLibanchargéde desonéquipe.Ellecomprend
SaadHaririformeHayat.L’objectifdesdeux juger l’assassinat de Rafic SiellefaitgrincerdesdentsàBeyrouth, desmembresdesonParti
ungouvernementd’unionjoursdevisiteestd’ouvrir Haririenvertudelarésolu- le plus souvent au sein de son propre démocratelibéral(PDL),TURQUIE
nationaleaprèscinqmoisune nouvelle page dans tion1757duConseildesé- camp, la visite de Saad Hariri s’inscrit dupartidelaminorité
deblocage.l’histoire mouvementée curité.Lepremierministre dans la ligne de la diplomatie du roi magyare(UDMR)et
des relations entre le Liban et la Syrie. libanaiss’enestexpliquéenfaisantvaloir Abdallah d’Arabie, son principal soutien des«indépendants».
«Nous voulons regarder la moitié pleine que ce dossier est désormais entre les régional:lemonarquesaoudiens’estren- l’ambassadeurdeRoumanieAlep
du verre, pas la moitié vide», a déclaré mains de la justice internationale et qu’il du à Damas début octobre après des an- enfrance,TheodorBaconschi,
SaadHariri. nerelèveplusdesrelationsdiplomatiques. nées de froid. Les raisons du rapproche- aétédésignécommechefSYRIE
ment syro-saoudien sont complexes. deladiplomatie.LevoteBeyrouth
Ellessontprobablementliéesauxinquié- d’investiture
LIBANtudesdel’Arabieenversl’Iran.L’objectif auParlementdoitavoirDamas
n’estpastantd’obtenirqueDamasrenon- IRAK lieumercredi.
ceàsonalliancestratégiqueavecTéhéran,
ISRAËL
maisd’essayerderéintégrerlaSyriedans JORDANIE
150 kmson environnement arabe à travers un
certainnombred’incitations,etderédui-
reentoutcaslesdivisionsarabesquilais-
sentunetropgrandemargedemanœuvre
àl’Iran.Ceréchauffementintervientaussi
parallèlement à la fin du boycott de la
SyrieparlesÉtats-Unisetplusieurspays Israël:leplandel’arméecontrelescolons
occidentauxdontlaFrance.Cesderniers
estimentdésormaisquelacontributionde
L’ARMÉE israélienne a élaboré un vaste quiaprovoquéuneséried’incidentsen-Damasestessentielledanslesdossiersclés
pland’actionprévoyantlerecoursàdes tre colons et forces de l’ordre. Les mé-de la région tels l’Irak, le conflit israélo-
«centaines» d’hommes pour détruire dias précisent que le commandementpalestinienouleLiban.
des bâtiments construits illégalement militaire de la région Centre, qui com-ÀBeyrouth,l’effetnes’estd’ailleurspas
danslescoloniesdeCisjordanie,adéclaré prendlaCisjordanie,prévoitquelesopé-
faitattendre.Lanouvelledonnerégionale
hierunresponsabledesservicesdesé- rationsdedestructionrisquentdedégé-
apermislaformationd’ungouvernement
curité.Ceplanviselesbâtimentsdontla nérerenaffrontementsaveclescolons.
d’unionnationale,aprèscinqmoisdeblo- mise en chantier a débuté en dépit d’un Pour mener à bien leur mission, les res-
cage.LesalliésdelaSyrieyontlapartbel- moratoirededixmoissurlaconstruction ponsablesmilitairesprévoientderecourir
le,malgréleurdéfaitelorsdesélectionslé- de nouveaux logements dans les colo- à des avions et à des drones pour sur-
gislatives du 7 juin dernier. Et le Druze nies de Cisjordanie occupée. Ce mora- veiller les opérations, d’installer des bar-
Walid Joumblatt, un des principaux lea- toireaétédécrétéfinnovembresousla rages routiers et de brouiller les liaisons
dersdel’Alliancedu14mars,s’apprêtelui pression des États-Unis par le gouver- téléphoniques afin de gêner la coordina-
nement de Benyamin Nétanyahou. Ces tionentrecolonsquitenteraientdes’op-aussi à faire le voyage de Damas alors
dernièressemaines,desinspecteursont poserauxopérationsdedestruction.qu’au plus fort de la «révolution du cè-
distribué des ordres de destruction, ce (AFP)dre», il avait été le plus loin dans la dé-
nonciationdurégimesyrien.
A