Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Magazine Le Figaro du 21 septembre 2012

De
39 pages

Venez lire le Figaro magazine du 21/09/2012

Publié par :
Ajouté le : 21 septembre 2012
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

1,50€ vendredi21septembre2012 LE FIGARO -N°21193-www.lefigaro.fr -Francemétropolitaineuniquement Dernièreédition
SANTÉ NICHESFISCALES
Traitementdela Cequivachanger
maladied’Alzheimer: pourlesparticuliers
l’exemple
l’anprochain PAGE19néerlandais PAGE11
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
ÉTATS-UNIS
LachutedelaNon-cumul maison
Romney PAGE2
UMP Gaudindes mandats:
déplorela
batailledes
parrainages PAGE5le PS à ISLAMISME
Doutessurle
film L’InnocenceLesarts
desreculons musulmans PAGE9del’Islam
Lesélussocialistesrechignentàappliquer VOILE Desàl’honneur catamaransl’engagementdecampagnedeFrançoisHollande.
«volants»pourJean-MarcAyraultacependantconfirméqu’une laCoupedeauLouvre
loiseraitproposéeavantlesmunicipalesde2014. l’America PAGE12
Le débat a occupé les journées ministre leur a confirmé qu’ilsmiersàremettreencauselali- PSAAULNAY
parlementairessocialistesquise mitation du cumul qui avait auraientàseprononcersurun
tenaientàDijon.FrançoisReb- texte législatif d’ici à 2014, etpourtantétédécidéeparlesmi- L’États’invite
samen, sénateur maire de la HarlemDésiraaffirmé:«Laloilitantsen2010.Sicertainsélus auxnégociations
ville,estd’ailleursl’undespre- veulentyrenoncer,lepremier seravotée.» PAGE4
PAGE18
Lechefdeladiplomatie
Ce poignard à tête de cheval est l’une des pièces allemandejugelacrisedel’euro
maîtresses du département oriental que le Musée
du Louvre va ouvrir samedi. Vingt-trois ans après
la Pyramide, le Grand Louvre est enfin achevé. envoiederèglement. PAGE6
En majesté. FIGAROPLUSPAGES31À34
NEWYORKTIMES parGaëtandeCapèleéditorial gdecapele@lefigaro.frLesmeilleurs ▼articlesdelasemaine
enfrançais
Encore un effort Monsieur le Président !
C’est encore loin d’être une vitesse inquiétante et chaque jour qui
uneidylle,maisunsigne passeestunjourperdu.RachidaDatiinvitée
d’apaisement bienvenu. Or, que constatent-ils? Que de sommetsdu«TalkOrange-
Après en avoir dit pis en conférences, de missions en commis-LeFigaro »
que pendre, le président sions, le «choc de compétitivité» dont a
www.lefigaro.fr/videos
de la République reçoit besoin le pays attend toujours. Que le
désormais les chefs d’entreprise à l’Ély- grand soir de la réglementation sociale,L’iPhone5enFrance
sée.Nonplusencatimini,maisauvuetau qui sclérose le marché du travail, est danswww.lefigaro.fr
su de tous. Non pour les accabler, mais leslimbes.Quel’intrusionsystématiqueet
pour les encourager. Pour célébrer leur hostile de l’État dans la gestion des entre-Questiondujour
audacecréatrice.Pourleurdirequ’ilabe- prises,commechezUnileverouchezPSA,
soin d’eux pour lutter contre le chômage. fait fuir les investisseurs et nuit à l’attrac-Faut-ilinterdire
Qu’il a pris conscience - après l’avoir si tivitédelaFrance.auxélusdecumuler
longtemps nié - du manque de compétiti- Leschefsd’entrepriseconstatentsurtout-lesmandats?
vité de l’économie française, qui pénalise « avec effroi », dixit Laurence Parisot -
nos entreprises. Mais aussi des méfaits de que l’amabilité retrouvée du chef de l’ÉtatRéponsesàla
notre instabilité fiscale chronique, qui aunprix:10milliardsd’eurosserontpré-questiondejeudi:
mine la confiance des investisseurs. Et levés dans leurs caisses au titre du budget
Souhaitez-vousquela
qu’il va s’atteler à guérir la France de ces 2013. Si l’on y ajoute les 10 milliards sup-Franceratifieletraité
maux… plémentaires ponctionnés sur les particu-européen?
Leproblèmeestqueleschefsd’entreprise, liers, il n’est pas sûr que le gouvernement
quisefrottentquotidiennementauxréali- aitchoisilameilleuresolutionpourstimu-Non:36,6%
tés de la guerre économique, attendent ler la consommation, l’investissement, la
patiemment, mais en vain, que les actes croissance et l’emploi. Ni que sa politiqueOui:63,4%
suivent les discours. Et vite! La situation, économique soit très en adéquation avec27407votants
notamment dans l’industrie, se dégrade à lesdiscoursdeFrançoisHollande.■
SÉBASTIENSORIANO/LEFIGARO;GERARD
ROUSSEL/PANORAMIC-ROBDONDERS
ALG:185DA. AND:1,60€. BEL:1,60€. DOM:2,20€. CH:3,20FS. CAN:4,50$C. D:2,20€. A:3€. ESP:2,20€. CANARIES:2,30€. GB:1,80£. GR:2,40€. ITA:2,30€. LUX:1,60€. NL:2,20€.
H:830HUF. PORT.CONT.:2,20€. SVN:2,40€. MAR:15DH. TUN:2,9DTU. ZONECFA:1700CFA. ISSN0182.5852
M 00108 - 921 - F: 1,50 E
3:HIKKLA=]UVZUX:?a@j@c@l@k; CHIPAULT-DUBOIS/MUSÉEDULOUVRE
Cvendredi21septembre2012 LE FIGARO
2 recto verso
Lecandidatrépublicain,Lesrépublicainscroyaient
MittRomney,surletarmac
del’aéroportdeLakeland,qu’entempsdecriseilleur enFloride,le31août.
MARYALTAFFER/APfallaitungestionnaire
ayantréussidans
lesaffairespourbattre
BarackObama.Lalitanie
desfauxpasdeRomney
pousseaujourd’hui
l’Amériqueàs’interroger:
est-ilcapable
d’êtreprésident?
LAUREMANDEVILLE
CORRESPONDANTEÀWASHINGTON
lmandeville@lefigaro.fr
n pays peut-il être géré comme
une entreprise et une campagne
électorale comme une
de marketing? Depuis que Mitt
Romneys’estlancédanslacourse
présidentiellede2012,cetteques-Ution n’a cessé de revenir en fili-
grane.Sonéquipeavaitbeaurépéteradnauseamque
le pays avait maintenant besoin d’un gestionnaire,
restaituneimpressionétrange;commelesentiment
dequelquechosequicloche.Sonattitudeétaitfroide
etguindée,sessouriresfigés.
L’entrepreneur mormon multimillionnaire avait
misenplaceuneimpressionnanteinfrastructurefi-
nancière et organisationnelle pour s’imposer du-
rant les primaires républicaines, mais ses discours
sentaient les «fiches» à plein nez et évitaient les
sujetsdefond,seconcentrantsurleséchecsécono-
miquesd’Obama.«Ondiraitunrobot,iln’apasl’air
vrai!»,confiaient,déçus,maintsparticipantsàses
meetings,parlantdeleurvotepourRomneycom-
me«d’unvotederaison».Dèsquelecandidats’ef-
forçait d’être naturel, il déraillait. Un jour, il évo-
quaitlesCadillacdesafemme.Unautre,ilaffirmait
aimer«virerlesgens».Unautreencore,ilsedisait républicainssefrottaientlesmains,persuadésqu’un chaud, sans information, alors que le président ne Tom Davis. Curieusement, le candidat semble
prêtàparier«10000dollars»lorsd’undébattélé- soufflereaganienallaitréveillerlacampagne. s’étaitpasencoreexpriméétaitunegraveerreurtacti- camper sur ses positions, appelant jeudi à lutter
visé, sans réaliser que l’Américain moyen, lui, en Troissemainesplustard,c’estpourtantladécon- que»,souligne-t-il,s’étonnanttoutefoisquelapres- contre «la culture de dépendance» que voudrait
aurait parié 10… En visite en Angleterre, cet été, il fiture,aprèsunesériededérapagessuccessifssidé- se soit si peu agressive avec Obama sur le fond de supposément installer Obama en Amérique. «Il
crut bon de critiquer vertement l’organisation des vastateursqu’ilsontébranlélaconfiancedesesélec- cettecriseetleslacunesbéantesrévéléesdansledis- resteprisonnierdesrevendicationsdelabaseradi-
Jeuxolympiques,aurisquedevexerlesplusfidèles teurspotentiels.Lecamprépublicaincommenceàse positif de sécurité américain à Benghazi. «Romney cale, qui s’imagine qu’il y a une majorité ultracon-
alliésdel’Amérique… demandersilesgaffessuccessivesdeRomneynetra- est apparu comme un opportuniste politique, pas servatrice dans le pays, mais c’est une illusion»,
Àchaquefois,lanébuleuserépublicainefronçaitle duisentpasunetendancelourde:celledesadécon- grandetsage,maispetitetmesquin.Celacompte,car estimelepolitologueDennisGoldford.
sourcil,avantd’esquisserunhaussementd’épaules. nexion avec l’électorat et de son absence totale de cettecriseétaitprécisémentl’undecesmomentsoùles
Obamareprendlamainsurl’économieMittlegaffeurrestaitcrédiblesurlecréneau,jugées- senspolitique.«Romneya-t-illesqualitésd’unprési- gens vous imaginent en président», renchérit Peggy
sentiel,del’économie.C’étaittoutcequiimportait. dent?»,s’interrogeWashington. Noonan,éditorialisteenvueauWallStreetJournal. «Romneyestuncandidatrespectable,maisilesttrès
N’avait-il pas été gouverneur du Massachusetts et Les choses ont viré à la tragi-comédie électorale mauvais!,résumeLarrySabato,professeurdescien-
«Petitetmesquin»rééquilibrélebudgetdecetÉtat,malgréunCongrès avec la publication d’une vidéo tournée à l’insu du cespolitiquesàl’universitédeVirginie.Ilmanquedes
localdominéparlesdémocrates?N’avait-ilpasévité Lapremièrebourdes’estproduitemardi11septem- candidat républicain pendant une réunion privée qualitéspolitiquesdebasepourfaireunbonprésident.
la faillite des Jeux olympiques d’hiver de Salt Lake bre au soir, alors que l’ambassade américaine en avecdesdonateursenFloride.Avecunecandeuret Pourquoi? Parce qu’un PDG ne fait pas nécessaire-
City?Romneyn’avaitpasbesoind’êtreunmessiede Égypteétaitprised’assautparunefouleencolèreet un cynisme assez stupéfiants, Romney y explique mentunpolitique.Leschefsd’entreprisesonthabitués
lacommunication,nimêmed’êtreaimé,disaientles que des combattants armés attaquaient le consulat queles47%d’électeursaméricainsquinepaientpas àdonnerdesordresetàvirerlesgensquinelesexécu-
républicains.IlluisuffiraitdemettreenvaleurunCV desÉtats-UnisàBenghazi.Sautantàdeuxpiedsdans d’impôtfédéralnel’intéressentpas,car«ilsontune tent pas. C’est quelque chose qu’un président ne peut
queBillClintonlui-mêmeavaitjugé«enor». unecriseaiguë,toujoursencours,Romneyaverte- mentalité de victimes et attendent de l’État qu’il leur pas faire. Il ne peut pas virer 47% des Américains.»
Aumoisd’août,aveclanominationdePaulRyan mentcritiquéleprésident,l’accusantd’avoirencou- fournissenourriture,santéettravail…»Bref,pasune De plus, ajoute Sabato, «si Romney arrive à être
commecolistierpourlavice-présidence,leparipa- ragé les terroristes par sa politique «d’excuses» au cible marketing pour lui. «Romney donne l’impres- convaincantentête-à-tête,devantunefoule,ilsefige.
raissait jouable. Avec son plan de réduction de la monde musulman. «Le candidat républicain cher- siondemépriserpresquelamoitiédelanation,comme Or,êtreprésidentdesÉtats-Unis,c’estêtrecapablede
detteetsaréputationdecombattantinflexible,Ryan chait à souligner le danger de faire porter à un film s’il était persuadé que cette moitié est jalouse de sa parleràunenationde300millionsd’âmes!»
apportait de la substance à un candidat toujours américainantimusulmanlaresponsabilitédel’embra- propre richesse», note le politologue Dennis Gold- Certains diplomates occidentaux sont persuadés
soupçonné de centrisme, ralliant les conservateurs sementduMoyen-Orient,ilvoulaitmontrerquelefilm ford,del’universitéDrakedansl’Iowa. quelesjeuxsontfaitsetquelaquestioncentraleest
avidesdepotionsradicales.Soncharismenaturelet n’était qu’un prétexte, explique Richard Benedetto, Ilsembleaussipenserexclusivemententermesde désormais de savoir si Obama sera réélu avec une
professeur à l’American University de Washington. calculs statistiques froids et détachés, pas en futur configuration différente au Congrès. Il est vrai quesajeunessesemblaientapporterlaflammequiavait
tantmanqué.MêmeMittparaissaitplusinspiré.Les Mais le timing était catastrophique. Avoir parlé à présidentayantl’empathienécessairepourprendre lesdernierssondagesdonnentpresquetousleprési-
enchargeunenation.Abasourdis,nombred’élusré- dent en tête, avec une avance oscillant entre 1 et
publicains en campagne se sont désolidarisés. «Les 7%,àlafoisauniveaunationaletdanslesÉtatsclés.
commentaires de Romney étaient stupides et arro- Unsondagecommandéparl’universitéQuinnipiac
gants», a carrément tonné Bill Kristol, l’éditeur du mené dans trois États «pivots» révèle même qu’il
journal conservateur Weekly Standard, se deman- gagneduterrainenmatièreéconomique. «Les ré-
dant si Romney allait quitter la course et laisser la publicains ont sous-estimé Obama, estime Dennis
place au «ticket de rêve» Paul Ryan-Marco Rubio Goldford, de l’université Drake. Ils ont pensé qu’il
(jeunesénateurdeFloride).Untelscénarioestbien leur suffirait de présenter quelqu’un pour le battre.
sûr inimaginable, mais la dureté des propos en dit C’est faux.» Larry Sabato affirme que la droite a
longsurlagrognequitraversel’establishment. «surestimé l’ampleur du facteur économique». «La
LeproblèmedeRomneyvientdecequesesdé- crise est là, mais il y a une reprise, même faible. On
rapages ne projettent pas seulement l’image d’un n’est pas dans le scénario de l’élection de Carter, où
homme sans compassion et décalé. Ils portent c’étaitunecatastrophe.»
aussi un coup très dur à son image de La spirale négative qui touche les républicains
compétence,quiestaucœurdesacan- pourrait donc s’aggraver, prédit-il. Les donateurs
didature. Renoncer aux 47% qui ne donnentdessignesdefrustration.Maislaplupartdes
paientpasd’impôtapparaîtcommeune analystes appellent à se méfier de conclusions trop
aberration,vuquecesdernierssetrou- hâtives.«Unenuitestuneéternitéenpolitique,rap-
ventsurtoutdanslesuddupays,bastion pellelejournalisteconservateurJohnGizzi.Àcause
républicain, et qu’ils sont de surcroît durythmeultrarapidedel’information,cettecriseva
souvent des militaires ou des retraités s’évanouir très vite et les gens vont oublier les gaffes
auxconvictionsconservatrices.Quantà pourseconcentrersurlessujetsdefond:l’économieet
en parler à haute voix, même dans une lapolitiqueétrangère.Honnêtement,surcesdeuxthè-
réunionprivée,celareflète«unmanque mes,Obamarestetrèsvulnérable»,calcule-t-il,ap-
total du sens politique le plus élémentai- pelantàattendrelesdeuxpremiersdébatspourtirer
re», note l’ex-congresman de Virginie des conclusions plus précises. «N’oubliez pas ce qui
estarrivéenFrance.Sarkozyavaitnettementl’avan-
tageenmatièredecharismepersonneletdecompéten-Romneyestuncandidat ces,maisc’estHollandequiagagnéàlafaveurdela
crise.» Dennis Goldford, qui observe le coude-à-respectablemaisilest coudedesdeuxcandidatsdansl’Iowa,esttoutaussi
prudent.«Toutcequel’onpeutdire,c’estquesiRom-www.emling.fr trèsmauvais!»« neygagne,ceseraàcausedel’économieetmalgrésa
LARRYSABATO,PROFESSEURDESCIENCES campagne.EtsiObamal’emporte,ceseragrâceàsa
POLITIQUESÀL’UNIVERSITÉDEVIRGINIE DR campagneetmalgrél’économie.»
C
LE FIGARO vendredi21septembre2012
Traitéeuropéen:leslignesderuptureausein «MartineAubryn’ajamaisenviederien»:l’analysevidéo
despartiswww.lefigaro.fr/politique deNicolasBarottewww.lefigaro.fr/politique politique 3






Lepremierministre,quisesaitcritiqué,
atentédereprendrelamain,jeudiàDijon.
pas le traité budgétaire, Ayrault a deman-
SOLENNDEROYER dé de ne plus tergiverser et d’«accompa-
ENVOYÉESPÉCIALEÀDIJON
gnerl’effortentreprisparleprésident»sur
lefronteuropéen. À l’intention des 75 dé-
GOUVERNEMENT Un recadrage en règle. putés qui veulent que l’exécutif accélère
Jean-MarcAyraultentouréparFrançoisRebsamen,HarlemDésiretBrunoLeRoux,jeudi,auxjournéesparlementairesduPS,àDijon.Le premier ministre, critiqué par certains sur le droit de vote des étrangers, il a de-
au sein même de son gouvernement ou mandé patience et… maturité. «Certains
de sa majorité, pour un manque supposé aimeraientquenousayonsachevél’ensem- nelle. Et qu’elle aurait donc besoin de En privé, le premier ministre se mon- assezqueçapartedanstouslessens!»
de charisme et d’autorité, a tenté de re- ble du projet présidentiel avant Noël!» a- «concoursextérieurs», d’«espritséclai- tre de plus en plus agacé par la jeune gar- L’opération « recadrage » avait com-
prendre la main jeudi, à Dijon. En clôtu- t-il ironisé, en rappelant aux trublions le rés».«Celasupposeundébatapaisé,dé- de de l’aile gauche du PS - 22 députés, mencé mardi, sur RTL. Le premier minis-
rant les journées parlementaires du PS, calendrier des réformes : «Nous sommes passionné,etquerienneviennedonnerle dont la plupart ont été élus en juin pour la tre sait qu’il est dans le collimateur de
Jean-Marc Ayrault a fait la leçon à ses socialistes,etpourtantnousversonsparfois sentiment d’une instrumentalisation»,a- première fois. En marge des journées certains de ses puissants ministres - Vin-
troupes, les appelant à la«cohérence» et dans la mythologie bonapartiste des Cent t-il mis en garde. S’il s’est défendu de parlementaires, il a lâché ses coups :«Si cent Peillon, Manuel Valls, Pierre Mosco-
Jours. (…) Mais gouverner, c’est choisir! vouloir une «majorité caporalisée», il a onnefaitpasattention,onvainventerdes vici, etc. -, qui comptent peser au PS et au
Toutneseferapasencentjoursoumêmeen précisé qu’il ne fallait pas que le débat se clivages qui ne ressemblent à rien! Ceux gouvernement, avec Matignon en ligne
«Lerespectducadre deux cents. Notre priorité est d’abord la mue en«faiblesse».«Jenevousdeman- qui prônent le non sont sur des postures. de mire. Il a tenté de réaffirmer son auto-
luttecontrelechômage.» de pas de faire vœu d’obéissance, a-t-il Commes’ilsétaientencoreàl’Unef!Ilfaut rité. Alors que le ministre de l’Intérieurcollectifdoitêtre
Le premier ministre a rappelé en outre ajouté.Jevousdemandedeparticiperaux bienqu’ilsgrandissentunjour!» Un pro- avait émis des doutes sur le droit de votenotrerèglepartagée» que la gauche ne disposait pas de la majo- côtés du gouvernement à la réussite de la che du premier ministre enfonce le clou : des étrangers, Ayrault a rappelé que
JEAN-MARCAYRAULT rité des trois cinquièmes au Parlement gauche. (…) Le respect du cadre collectif «Cesontdesindividualistes!Ayraultveut c’était lui qui fixait le cap, deux jours
pour faire passer la réforme constitution- doitêtrenotrerèglepartagée.» rappelerquiestlechefdelamajorité.Ilena après la publication de la tribune des 75 et
àla «retenue». «Longtemps nous nous après moult déclarations d’élus ou de mi-
sommes comportés comme le nécessaire nistres sur le sujet.«Jedemanderailapré-
contre-pouvoir. Nous sommes désormais parationduprojetdeloi», a-t-il avancé.«LapauvreMartine…elleenavaitraslebol!»au pouvoir. Chacune de nos déclarations En privé, le premier ministre assure
nous engage», a-t-il professé, alors que que l’ambition de certains de ses minis-
des élus de la majorité menacent de ne «MONobjectifdanslavien’estpas, phrase»afaitletourducentre parlétouslesdeuxcestemps-ci.La tres le laisse de marbre. «Je ne vais pas
pas voter le traité européen ou en appel- commed’autres,d’êtrepremier descongrèsdeDijon,oùsesonttenues pauvreMartine…Elleenavaitraslebol meplaindred’avoirdespersonnalitésdans
lent au président Hollande pour qu’il se ministre.Maissiunjourc’estlàoùje mercredietjeudilesjournées detouscesjeuxinternes!Elleavait mongouvernement, confie-t-il, mi-figue,
presse d’honorer sa promesse sur le droit mesensleplusutile,pourquoi parlementairesduPS.Interrogé vraimentenvied’arrêter.»Pour mi-raisin. Je préférerais même qu’il y en
de vote des étrangers.«Noussommesre- pas?»,auraitrépondul’ex-première mercredisoirsurl’ambitionsupposéede d’autressocialistes,lesproposd’Aubry aitplus.Cequej’entendsnecorrespondpas
gardés comme un ensemble cohérent, et secrétaireduPS,MartineAubry,à MartineAubry,Jean-MarcAyraultafait sontloind’êtreanodins:«Elleapeur à la réalité. Ça m’amuse, même… Car,
nos succès futurs tiennent au maintien de l’hebdomadaireParisMatch.Des ledosrond:«Nousavonsd’excellents d’êtreoubliée,effacée»,glisseun quandlesministresdontonparleviennent
cettecohérence»,asermonnéAyrault. proposdémentisparl’entourage rapports,amicaux,a-t-ilconfié.Ellea parlementaire.Etelleménagel’avenir. mevoiràMatignonpourdesarbitrages,ils
À l’intention de ceux des parlementai- delamairedeLille.Las.La«petite ététrèsfair-play.Nousavonsbeaucoup S.DERO. sont plutôt… modestes.» Les intéressés
res de l’aile gauche du PS qui ne voteront apprécieront.
PHILIPPEDESMAZES/AFP
Avendredi21septembre2012 LE FIGARO
LePSpeineàimposerlenon-cumul Droitdevotedesétrangers:Vallsrentre
www.lefigaro.fr/politique danslerangwww.lefigaro.fr/politique4 politique
Le PS peu pressé d’adopter le non-cumul
152
Lesélussocialistesdevaient Les 5 mandats les plus cumulés
EN NOMBRE DE PARLEMENTAIRES devancerlaloiprévuepour2014.
DÉTENANT UN AUTRE MANDAT
MaissiAyraultabienconfirmé, 265
sont en jeudi,l’adoptionprochained’untexte
situation 61législatif,lePSpeineàl’imposer de cumul 48
40àsesparlementaires,peuenclins Sur 425 33
parlementairesàabandonnerl’undeleursmandats.
PS et apparentés
Vice-prés. de Maire- Président Vice-prés. Maires
té téconseil général adjoint d’intercom d’intercom
À l’ Assemblée nationale
Sur 297 députés PS et apparentés
(51 sénateurs n’ont
pas d’autre mandat)
Au Sénat
Sur 128 sénateurs 4 cumulentPS et apparentés
3 autres12 cumulent 2277 mandats3 autres sénateurs188 51 PSdéputés mandats
Source : sites de l’Assemblée nationale PS 64112 et du Sénat consultés
le 29 août 2012
cumulentcumulent
2 autres mandats1 autre mandat
de « ne pas devancer l’appel avant le vote
cumulent d’une loi pour tous ». Claude Popelin, élucumulent
député de Seine-Saint-Denis en 2012,2 autres mandats1 autre mandat premier adjoint au maire de Livry-Gar-
gan, ne veut pas entendre parler de non-
cumul. « Nos électeurs ne nous le deman-
dent pas. Ouvrir en permanence la boîte à
gifles sur des sujets complexes est stupi-
de », lance-t-il.
riat ». Mais la plupart attendent le vote de ces journées parlementaires ne s’est historique, s’interroge : « Si on applique
SOPHIEHUET Nouveauxélusd’une loi avant de se faire hara-kiri ! pas privé de rappeler que le Sénat « re- partout le non-cumul, quel sera le rôle et la
ENVOYÉESPÉCIALEÀDIJON
Sur le non-cumul, un dialogue de Arithmétiquement, un tel projet sera présente les collectivités locales » et doit se place du Sénat ? » À l’inverse, le président
sourds s’est instauré au PS entre les pour voté à l’Assemblée nationale, où le grou- voir reconnaître « une spécificité » auto- de la Haute Assemblée, Jean-Pierre Bel,
MAJORITÉ Quoi de mieux qu’une « ré- et les contre. Le président de l’Assemblée pe PS dispose de la majorité absolue, dont risant ses membres à cumuler un mandat juge que « plus on spécialise le Sénat, plus
forme sociétale » ? Le non-cumul, com- nationale, Claude Bartolone, a affirmé la moitié de nouveaux élus, pour la plu- parlementaire et une fonction exécutive on l’affaiblit ».
me le droit de vote des étrangers ou le jeudi matin : « Chacun sait que, de toute part ouverts au non-cumul. Ce texte locale. À ses côtés, le sénateur maire de Un premier pas devrait être franchi à
mariage gay, présente un avantage ma- façon, c’est inéluctable. L’Assemblée du pourrait en revanche ne pas avoir de ma- Lyon, Gérard Collomb, a ironisé sur « les l’automne, avec le dépôt d’un amendement
ejeur : il a une charge symbolique forte et XXI siècle sera l’Assemblée du non-cu- jorité au Sénat, du fait de l’alliance des ra- débats artificiels que l’on cultive au PS », de Bruno Le Roux et François Rebsamen,
un coût presque nul, contrairement aux mul. » Le premier vice-président du dicaux de gauche, vent debout contre le proposant de faire du Sénat français une les présidents des groupes PS des deux As-
promesses économiques et sociales. Le PS groupe des députés PS, Philippe Martin, projet, et d’une partie des sénateurs PS, sorte de « Bundesrat » allemand, une se- semblées, prévoyant que les élus ne perce-
avait promis que ses élus devanceraient la président du conseil général du Gers, est dont le président de groupe, François conde Chambre représentant les Länder. vront que leur indemnité parlementaire,
loi sur le non-cumul, prévue pour 2014, beaucoup plus nuancé. « Avec le mandat Rebsamen, sénateur maire de Dijon, Sur la « spécificité » du Sénat, les avis même en cas de cumul. Claude Popelin est
avant le 30 septembre. Les militants en unique, on sera dans le clientélisme de par- considère que « la limitation du cumul de sont tout aussi partagés. Le ministre de très réservé : « Arrêtons le masochisme. Nos
avaient même adopté le principe lors ti »,objecte-t-il,aveclafermeintention manière sèche ne veut rien dire ». L’hôte l’Agriculture, Stéphane Le Foll, hollandais indemnités ne sont pas scandaleuses. »■
d’un vote en 2010. Et pourtant, les parle-
mentaires socialistes s’apprêtent à re-
noncer à cette injonction, qui est l’un des
engagements électoraux de François enbrefPourquoi il est si difficile d’imposer auxHollande. Cet engagement, « on le res-
pecte ou bien on quitte le parti », avait lan- ▼
cé, il y a tout juste un mois, Martine élus de renoncer à leurs mandats
Aubry à La Rochelle, rappelant qu’il avait
été formalisé par les candidats dans des
lettres au moment de la préparation des mul d’une fonction exécutive locale et muler deux mandats locaux, sauf lors-
GUILLAUMEPERRAULTlistes aux sénatoriales et législatives. d’un mandat parlementaire, Lionel qu’il est conseiller municipal ou maire
Jospin, alors premier ministre, a dû y dans une ville de moins de 3 500 habi-
Surlabasedu«volontariat» QUICONQUE s’attaque au cumul des renoncer devant la résistance du Sé- tants. Enfin, les fonctions dans les
Le sujet, omniprésent dans les conversa- mandats est sûr de provoquer une le- nat. Les sénateurs de droite comme de structures intercommunales ne sont
tions de couloirs de l’Auditorium de Dijon vée de boucliers. Longtemps, le cumul gauche, chargés de représenter les pas prises en compte par la législation
(Côte-d’Or) où se tenaient mercredi et des mandats et des indemnités n’a collectivités locales, ont toujours été anticumul. Un parlementaire peut
jeudi les journées parlementaires socialis- connu aucune limite. Au début des an- en pointe contre les lois anticumul. Ils donc être à la fois maire d’une grande
tes, divise profondément la majorité PS. nées 1980, le centriste Jean Lecanuet bénéficient souvent du soutien discret ville et président de communauté ur-
Dans son discours de clôture, jeudi matin, était en même temps maire de Rouen, de députés, ravis de laisser la Chambre baine.
Jean-Marc Ayrault a assuré aux parle- président du conseil général de Seine- haute en première ligne sur ce sujet. La rémunération des élus est un des
mentaires qu’ils auraient « à se prononcer Maritime, sénateur et député euro- principaux aspects du problème. Le YVESJÉGO,
avant les prochaines municipales (de 2014) péen. cumul des indemnités est plafonné de- hier,danslestudio
sur le non-cumul des mandats ». « Je sais Mais ce qui paraissait naturel pen- Larémunérationdesélus puis 1992. Les revenus d’un député ti- duFigaro.F.BOUCHON/LEFIGARO
que, en disant cela, je m’expose à la criti- dant les Trente Glorieuses est devenu tulaire de mandats locaux ne peuventestundesprincipaux
YvesJégonecroitplusque, y compris la vôtre. Mais je veux vous sujet de polémiques lorsque le chôma- excéder une fois et demie son indem-aspectsduproblème au«partiunique »convaincre que nous n’avons d’autre che- ge de masse s’est développé. Le statu nité parlementaire de base, soit quel-
min que celui du respect de la parole don- quo est apparu intenable face à l’inté- que 8 300 € bruts mensuels. Levice-présidentduPartiradical
née.» Avant lui, le futur premier secrétai- rêt nouveau des médias pour le thème Actuellement, un élu peut cumuler Un bémol doit être apporté à cette valoisien,autrefoisassociéde
re du PS, Harlem Désir, avait affirmé, pour des « privilèges » des élus. Deux lois un mandat parlementaire - et un seul - règle. Les parlementaires continuent à l’UMP,etaujourd’huipasséà
ne pas jeter de l’huile sur le feu : « Je refuse anticumul - la première en 1985, la avec les fonctions soit de président de percevoir, outre l’indemnité de base, l’UDI,définitlenouveaupartide
que le combat pour le non-cumul devienne deuxième, plus ambitieuse, en 2000 - conseil régional, soit de président de une indemnité de fonction (1 420 € Jean-LouisBorloocommeune
le combat contre les élus (…) Je refuse que ce ont été adoptées par des majorités de conseil général, soit de maire. Un par- bruts mensuels), qui échappe à l’im- «familleélargie »allantdes
soit un sujet de division entre nous. La loi gauche. lementaire a aussi le droit d’être sim- pôt, une indemnité de résidence (165 € «gaullistesdéçus »,aux«écolos
sera votée. Il n’y a aucun doute. » Mercredi Il reste que les gouvernements de ple conseiller régional, conseiller gé- bruts mensuels) et une indemnité re- sincères ».Pourlui,Nicolas
soir, Désir avait invité les élus à se confor- l’époque ont dû revoir leurs ambitions néral ou conseiller municipal. Un présentative de frais de mandat Sarkozyamanquéenmaidernier
mer à la règle sur la base du « volonta- à la baisse. Partisan d’interdire le cu- député ou un sénateur ne peut pas cu- (6 037 € nets mensuels), défiscalisée. d’«unstabilisateurdesvoixdela
De surcroît, certaines situations ont droitemodéréeetducentrequi
suscité des critiques. Une indemnité de sontpartiesversFrançois
secrétariat (7 548 € bruts mensuels) Hollande ».Toutçapourdirequ’à
est destinée à rémunérer des collabo- «gauche,ilyaeuunealliance
rateurs. Or, certains parlementaires pourformerunemajorité »etque,LE GRAND JURY
recrutent un membre de leur famille. donc,ladroiteseraitbienaviséesi
Par ailleurs, un élu en situation de cu- elleapprenait,elleaussi,«àcréer
mul peut faire verser la part de ses in- descoalitions ».Ainsi,enFRANÇOIS FILLON
demnités qui excède le plafond de attendantuneprimaireouverte
ANCIEN PREMIER MINISTRE - CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE DE L'UMP 8 300 € bruts mensuels à un autre élu deladroiteetducentrepour
de son choix. Et quelques élus ont fait 2017,ill’assure:«Cesdeux
Avec JÉRÔME CHAPUIS - RTL / ALEXIS BRÉZET - LE FIGARO / ERIC REVEL - LCI DIMANCHE23SEPTEMBREÀ18H30 attribuer leur surplus d’indemnité à un familles,ilfautlesréunirpour
parent.■ organiserl’opposition.»C’estdit…
NOTE DE LECTURE : Ex pour les maires 152 parlementaires cumulent leurs
mandat de sénateur ou de député avec la fonction de maire
(109 députés n’ont pas d’autre mandat)
Infographie LE FIGARO
CLE FIGARO vendredi21septembre2012
politique 5
Gaudin appelle
à l’apaisement à l’UMP
LemairedeMarseille,quisoutientCopé,déplorel’effet
«désastreux»delabatailledesparrainages.
adhérents.«Jeseraissurpriss’ilyavait soins aura recompté la totalité de ses
JUDITHWAINTRAUB
autant de votants que de parrainages», formulaires de parrainages d’ici la fin
ironise-t-il, en prédisant un brutal re- delasemaine.Fillonnes’estpasexpri-
OPPOSITION La bataille pour la prési- tour à la réalité à l’issue du scrutin qui méavecprécisionsurlesujet.Certains
dence de l’UMP laissera des traces, permettra d’élire le président de membresdesonentouragedisentqu’il
Jean-Claude Gaudin en est persuadé. l’UMP,le18novembre. recourra lui aussi à un huissier,
Le maire de Marseille n’a «pas aimé» Qui a triché? Difficile d’accuser d’autresaffirmentqu’ilveut«dépasser
que la date de l’élection du nouveau BrunoLeMaireouNathalieKosciusko- cettequerelledechiffres».
patron du parti ait été programmée Morizet, qui ont tous deux jeté l’épon- «Quel que soit le vainqueur du scru-
«avant même la présidentielle». Et gefauted’avoiratteintleminimumre- tin, il sera dans l’obligation de tendre la
qu’importe, à ses yeux, que l’échéance quis de 7924 signatures. Restent main à l’autre», prévient Jean-Claude
soitfixéeparlesstatuts.Selonlui, «les François Fillon, avec ses 45000 signa- Gaudin. Le patron des sénateurs UMP
militants n’attendent pas qu’on leur de- tures revendiquées, Jean-François soutient Copé pour son implication
mande de faire un choix de personnes. Copé, qui disait en avoir «plus de dans la vie du parti, «notamment
Au contraire, ils ont horreur de ça, 30000» le jour fatidique et qui, selon quand il s’agissait de prendre des posi-
d’autant que, pour eux, Nicolas Sarkozy son entourage, «continue à en rece- tionscourageusesauseindelacommis-
est toujours le leader incontesté». voir», sans oublier Xavier Bertrand, le sion des investitures». Face à un Fillon
«Comme nos électeurs, ajoute-t-il, ils non-candidat aux «plus de 8000 par- présenté comme «plus rassembleur»
veulent que nous luttions contre les so- rainages». parsespartisans,ilobjecteque«saca- «Lesmilitantsveulentquenousluttionscontrelessocialistes.(…)Pasquenousnous
cialistes, que nous dénoncions la politi- pacité à rassembler, Copé l’a démontrée battionsentrenous», rappelle Jean-Claude Gaudin. MOURA/ALPACA/ANDIA.FR
«Droiterassembléeque du tout impôt, masquée par ces en nommant à ses côtés le libéral Hervé
etsanscomplexe»écrans de fumée que sont l’interdiction Novelli, et le centriste Marc-Philippe pagne présidentielle, c’est cette forêt de sans complexe et rassemblée, que nous
du cumul des mandats, le droit de vote Jean-Claude Gaudin se garde bien de Daubresse, qui venaient d’être remer- drapeaux tricolores au Trocadéro», devons conserver»,conclutlemairede
des étrangers extracommunautaires ou, pointer des coupables, d’autant que ciés du gouvernement». Dernière qua- pour le dernier meeting de Nicolas Marseille,enappelantlescandidatsàla
encore, le mariage homosexuel. Pas que l’affaire pourrait avoir des suites. Copé litédeCopé,selonGaudin: «Vu de ma Sarkozy, «organisé comme les autres direction de l’UMP à «des efforts
nousnousbattionsentrenous.» apromisqu’unhuissiercommisparses province, l’image qui restera de la cam- par le parti». «Une image de droite d’unité,etmêmed’amitié».■
«Jeseraissurpriss’il
yavaitautantdevotants Édouard Balladur soutient François Fillon
quedeparrainages»
centre sans laquelle il n’y aura pas de plus loin dans la transformation de la l’époque, cela avait failli me coûter maJEAN-CLAUDEGAUDIN CHARLESJAIGU
victoire possible. Il faut faire des réfor- société française. Ce soutien vient de carrière »,arécemmentconfiél’ancien
mescourageuses,nousnenousensorti- loin. Édouard Balladur a été un défen- premierministredeSarkozy.
Mal partie, la campagne n’aurait fait ÉDOUARD BALLADUR a annoncé rons pas par des demi-mesures. Il fau- seur du maintien de Fillon à Matignon Jean-FrançoisCopéétait,quantàlui,
qu’empirer, jusqu’à l’épisode des par- jeudi soir sur le plateau du «Grand drait que cette fois-ci les choses en 2010 quand il était question de le un «bébé Chirac ». Aux yeux
rainages qui, affirme-t-il, va produire Journal» de Canal+ son soutien à changent vraiment profondément », a- remplacer par Jean-Louis Borloo. De d’Édouard Balladur, cette vieille allé-
un effet «désastreux» dans l’opinion. François Fillon. «J’ai choisi François t-ilajouté. même, il avait marqué sa préférence geanceàJacquesChiracn’estsansdou-
Fortdesesdixanspassésàlatêtedela Fillon pour deux raisons: l’ensemble pouruneinvestituredeFillonauxélec- te pas un argument en faveur de Jean-
Unsoutienquivientdeloincommission des investitures de l’UMP, de ses idées et ses réactions sur les tionslégislatives,àParis. François Copé. Il avait également été
il a beaucoup de mal à croire que les problèmes me conviennent », a-t-il Unsoutienchaleureuxoùl’ancienpre- En 1995, François Fillon avait soute- très irrité que Jean-François Copé ne
candidats à la candidature aient, à eux expliqué. «Fait comme il est, Fran- mier ministre de cohabitation laisse nulacandidatured’ÉdouardBalladurà fasse rien pour arrêter les attaques de
tous,recueilliquelque100000signatu- çois Fillon est apte à réaliser une peut-être aussi transparaître sa décep- la présidence de la République, et Rachida Dati contre l’arrivée de Fran-
res dans un parti qui affiche 280000 grande cohésion entre la droite et le tionqueNicolasSarkozynesoitpasallé Édouard Balladur s’en est souvenu. «À çoisFillonàParis.■
C

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin