Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Du même publieur

1,30€ jeudi22avril2010 - Le Figaro N° 20 442- www.lefigaro.fr- France métropolitaine uniquement
La collectionLePScherche « La Bibliothèque »
dirigéeparuneposition SNCF:Pepygagne Jean
commune d’Ormesson
e30 volumeEnventesonbrasdefer PAGE 8 auprixsurlesretraites PAGE 3 LaBruyère
de9,90€
“Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur” Beaumarchais
Le Figaro économie Fiat:JohnElkann,l’héritier
LaFrance Agnelli,patronà34ans Burqa:
vaprêter
3,9milliards
àlaGrèce PAGE 9 SarkozyL’iPhone,
produitvedette
d’Apple PAGE 10 choisit
l’interdiction
Depuis2000,la
compétitivité
françaisese
dégrade PAGE 10 totale
Le chef de l’État a tranché hier. Washington
s’inquiète Michèle Alliot-Marie présentera un texte mi-mai.
du double jeu Hier, le président de la Ré- tique. «C’est une question présentera un texte mi-mai.
publique s’est prononcé de dignité de la femme plus Sarkozy veut que les chosesde la Syrie PAGE 5
pour un projet de loi inter- que de sécurité», a-t-il af- aillent vite, mais il n’a pas
disant le port de la burqa firmé. C’est d’ailleurs Mi- tranché sur une déclarationLa mort de dans l’espace public. Il en- chèle Alliot-Marie, la mi- ou non de l’urgence sur le
tend privilégier l’angle poli- nistre de la Justice, qui texte au Parlement. PAGE 2Samaranch,
rénovateur de
Browntendlamainaucentrel’Olympisme PAGE 17
pourresteraupouvoir
AVANT le deuxième débat une interview au quotidien
télévisé de la campagne bri- The Independent, le premier
tannique, ce soir, et une se- ministre, Gordon Brown,
maine après sa première lui a proposé une «alliance
prestation, qui l’a propulsé progressiste» avec le La-
sur le devant de la scène po- bour pour empêcher lesÉchange litique, Nick Clegg, le chef conservateurs de David Ca-
des libéraux-démocrates, meron de prendre le pou-historique entre Ascension fulgurante pour le petit-fils de l’Avoccato Gio-
est à la fois la cible des atta- voir. Les Tories répliquent :
vanni Agnelli. À 34 ans, il devient le plus jeune présidentla Russie et ques et des sollicitations de «Si vous votez Nick, vous
de Fiat. La famille a annoncé la scission du groupe. PAGE 7 ses adversaires. Hier, dans aurezGordon.» PAGE 4l’Ukraine PAGE 4
Liguedes
PUBLICITÉHISTOIRE DU JOURchampions:
Lyon s’incline Lavéritableadresseparisienne(1-0) à Munich
PAGE 6 deFrédéricChopin
236 millions histoire est mal faite. À trois quarts Sand, Chopin noue une relation secrète
de siècle près, Chopin aurait pu avec un « rossignol suédois » : Jennyd’euros pour L’ être voisin du Prince de Galles. Lind. Espérant l’épouser, la jeune canta-
transformer Non de Charles d’Angleterre, mais de trice le rejoint à Paris, s’installe sur les
l’hôtel 4 étoiles. Le jardin de cet auguste Champs-Élysées, le visite, amoureuse, aule Grand Palais
établissement parisien, même, aurait pu 74, rue de Chaillot. Un nom trompeur,
PAGE 14
résonner des notes de son piano, le com- puisque jamais Chopin n’a habité ce
epositeur ayant vécu au-dessus du patio, à quartier du XVI arrondissement, comme
une époque où tout le monde le croyait l’a toujours laissé sous-entendre son
installé… dans le village de Chaillot. adresse. De fait, l’ancienne rue de
Si les historiens de l’association Icons of Chaillot est en réalité l’actuelle rue
eEurope n’étaient pas allés fouiner dans le Quentin-Bauchart (VIII ), sur laquelle
journal intime d’une fameuse soprano, donne aujourd’hui le Prince de Galles,
puis dans les plans cadastraux de la Mai- édifié en 1928. Cela méritait bien une pla-
rie de Paris, les experts - longtemps - se- que, que l’hôtel dévoilera à la rentrée,
F.ALOUACHE/REUTERS;P.WOJAZER/ eraient restés dans l’ignorance de ce res- sous les fenêtres du 2 étage de l’immeu-
REUTERS;L.MACGREGOR/REUTERS;
J-C.MARMARA/LEFIGARO;A.PIZZOLI/ pectable commérage. En avril 1848, un ble mitoyen.
AFP;A.NEMENOV/AFP;T.FRED/EYEDEA
an après la fin de sa passion avec George ANNE-CHARLOTTE DE LANGHE
Laurent Wauquiez
SÉANCE DU MERCREDI 21 AVRIL 2010 € CONTREInvité EONIA $ DOLLARCAC 40 SBF 250 Eurostoxx 50 Footsie
0,343 (0,339) 1,3387 (1,3503)du«Talk 3977,67 2863,47 2947,64 5723,43
ONCE D’OR ¥ YEN
- 1,22% - 1,02% - 1,22% - 1,04% 1143 (1144,75) 124,88 (125,28)Orange-
EURIBOR F CHFNasdaq X-Dax Dow Jones Nikkei 0,642 (0,642) 1,4328 (1,4356)LeFigaro» PAGE 2
2497,58 6230,38 11113,28 11090,05 PÉTROLE (Lond.) £ LIVRE
Secrétaired’Étatàl’Emploi - 0,11% - 0,54% - 0,03% + 1,74% 83,74 (83,85) 0,8695 (0,8735)
ALG:170DA. AND:1,40€. BEL:1,40€. DOM:2,00€. CH:3FS. CAN:4,25$C. D:2,00€. A:2,80€. ESP:2,00€. GB:1,60£. GR:2,20€. IRL:2,20€. ITA:2,20€. LUX:1,40€. NL:2,00€. H:700
HUF. PORT.CONT.:2,00€. SVN:2,20€. MAR:13DH. TUN:2DTU. USA:3,95$. ZONECFA:1500CFA. ISSN0182.5852
T 00108 - 422 - F: 1,30 E
3:HIKKLA=]UVXUZ:?k@o@c@c@a;
F.GARUFI/BLACKARCHIVES/COSMOS
Cjeudi22avril2010 LEFIGARO
2 francePOLITIQUE
Sarkozytrancheenfaveurd’unprojetde
loicontrelaburqa
MichèleAlliot-Marieprésenterami-maiuntexte
d’«interdictiongénéraleduportduvoileislamique
intégraldansl’espacepublic».
Sarkozy est aujourd’hui convaincu de laJUDITHWAINTRAUB
nécessité de légiférer contre la burqa,
NicolasLAÏCITÉ Le feuilleton approche de son Morinendoute.Saprincipaleobjection:
Sarkozy(iciépilogue: après maintes tergiversations, pourquoi engager un débat national de
avecJean-NicolasSarkozyatranchéhierenfaveur cetteampleurpour1000à2000person-
Françoisd’unprojetdeloiinterdisantleportdela nesquiagissentengénéralparprovoca-
Copé)justifie
burqadansl’espacepublic.«Leprésident tion et revendication identitaire et pas
cetextepar
afixédeuxprincipes,arapportéLucCha- souslacontrainte?Accoyerl’arejointen
lanécessité
telàl’issueduConseildesministres,l’in- jugeant que par rapport au chômage, le dedéfendrela
terdictionduportduvoileintégraldoitêtre problème de la burqa n’était pas priori- «dignitéde
générale dans tout l’espace public, parce taire. Sarkozy en est convenu, mais il a lafemme».
queladignitédelafemmenesedivisepas, estimé que la loi anti-burqa répondait à VIALA/
ettoutdoitêtrefaitpourquenulnesesente une«attente»delamajorité. PHOTOPQR
stigmatisédufaitdesafoietdesesprati-
Légiférersanstarderques religieuses.» «Nous légiférons pour de l’interdiction «générale et absolue» fondéesurlasécurité,nedevraitpasnon au ministre de l’Intérieur Brice Horte-
l’avenir», a ajouté le porte-parole du Comme le leader centriste proposait delaburqadansl’espacepublic,lepatron plus être retenue. Sarkozy veut privilé- feux,pourprésenteruntextemi-mai.Le
gouvernement, en parlant de quelque d’interdire la burqa dans certaines cir- du groupe UMP à l’Assemblée a gagné gierl’anglepolitique.«C’estunequestion présidentveutqueleschosesaillentvite,
2000femmesconcernées. constances uniquement, le président a hiersurlefond,maisiln’estplusenpoin- dedignitédelafemmeplusquedesécuri- mais il n’a pas tranché entre Fillon et
expliqué qu’il était difficile de légiférer tedanslecombat,puisquesaproposition té», a-t-il affirmé hier matin, en ajou- Copé, qui souhaitent que le gouverne-
«endécoupantlaboulangerieetleservice de loi va être abandonnée au profit du tant: «Et d’ailleurs, c’est Michèle Alliot- ment légifère sans tarder en déclarant«Toutdoitêtrefaitpour
public».NicolasSarkozyaaussirépondu texted’originegouvernementale. Marie qui en sera chargée». La ministre l’urgence sur le texte au Parlement, etquenulnesesente
à Jean-François Copé. Fervent partisan L’approche «juridique» de Copé, de la Justice a été choisie, de préférence AccoyeretMorin,quiysontopposés.stigmatisédufait
desafoietdeses
pratiquesreligieuses»
LUCCHATEL
En marge d’un déplacement dans les Legouvernementenvisagelamédiationpuislesamendes
Yvelines, François Fillon a ajouté que le
gouvernement était «prêt à prendre des l’absence de jurisprudence. En clair, il desedécouvrirpourvérifiersonidenti- prévoir de plus fortes sanctions pour
CÉCILIAGABIZON
risquesjuridiques»car«l’enjeuenvautla s’agirait d’une interprétation nouvelle téetluifaireparveniruneamendeàson ceuxquiobligentleurfemmeàsevoiler
chandelle». Fin mars, le Conseil d’État L’INTERDICTION totale du voile inté- de l’ordre public. Mais reste à savoir si domiciledontlemontantn’estpasen- entièrement, comme l’a préconisé le
avaitestiméqu’uneinterdictiongénérale gral,claireetnette,feraautorité,estime le Conseil constitutionnel, ou la Cour core défini. Dans sa proposition de loi, Conseild’État.
«nepourraittrouveraucunfondementju- legouvernementquimisesurlasimpli- européennedesdroitsdel’homme,s’ils Jean-François Copé, le patron des dé- À défaut d’avoir suivi le Conseil qui
ridiqueincontestable.»Lamêmeinstitu- citédumessagepourlimiterlescontes- sontsaisis,validerontlaloi. putés UMP avait mentionné 750 euros. rejetait une interdiction générale, le
tions’étaitdéjàprononcéecontrel’inter- tations sur le terrain. Dans un premier Unmontantjugétrèsélevéparlegou- gouvernement s’est montré soucieux
Tempsd’apprentissagedictionduvoileàl’écoleen1989,quand temps,leministèredel’Intérieurcom- vernement. En cas de non-paiement, d’intégrer des éléments de leur ré-
LionelJospin,alorsministredel’Éduca- meMatignonavaitbiententédedéfinir Aprèslevote,lessixpremiersmoisde- unesaisiesursalaireousurprestations flexion. D’autant qu’il devra bientôt
tion,s’enétaitremisàsonavis.Surdéci- des secteurs d’interdiction, suivant les vraient être consacrés à la pédagogie. sociales pourrait être ordonnée. «Ce examinerleprojetdeloi,àtitreconsul-
siondeJacquesChirac,leprojetdeloiin- recommandations du Conseil d’État. Un temps des nouvel- n’estpasdifficile,aexpliquéJean-Fran- tatifcettefois.Enattendant,legouver-
terdisantleportde«signesostensibles» Maissibarrerl’entréedesservicespu- les règles. Par la suite, les femmes qui çoisCopéauFigaro.Ettrèsefficace».Si nement va réunir les responsables des
àl’écoleafinalementétévotéen2004à blicss’avéraitsimple,lalonguelistedes voudraientbraverlaloiseverraientre- lapersonnemasquéerefusaitdesedé- partispolitiquesetlesleadersreligieux.
unemajoritéécrasante. lieux interdits semblait difficile à for- fuser l’entrée des services publics ou voiler à la demande des policiers, elle Etespèrelesconvaincrequecetteloine
À l’époque, Nicolas Sarkozy était muler.Lesfemmesauraientpuprétex- desmagasins.Danslarue,lespoliciers seraitemmenéeaupostedepolice. vise pas une religion, mais seulement
contre.Ill’ad’ailleursrappeléhiermatin, terqu’ellesnesavaientsiellesdevaient demanderaient à la personne masquée Le projet de loi devrait également uneatteinteàladignitédesfemmes.
avant le Conseil des ministres, lors de la allercouvertesoudécouvertesaujardin
réunion où la décision de légiférer par public,aucentrecommercial…
projetdeloiaétéprise.Outrelechefde NicolasSarkozyafinalementtranché
l’État, étaient notamment présents le pouruneinterdictiongénérale.Chacun
premier ministre, Bernard Accoyer et devra aller visage découvert dans l’es-
Gérard Larcher, les présidents de l’As- pace public. La loi pourrait s’appuyer
sembléeetduSénat,lepatrondesdépu- sur une notion renouvelée de l’ordre
tés Jean-François Copé, le ministre de public explorée par le Conseil d’État.
l’Immigration Éric Besson et le chef du Celui-ci évoque la notion du «vivre
NouveauCentreHervéMorin. ensemble», «un socle minimal d’exi-
Comme Sarkozy, Morin était hostile à gences réciproques et de garanties es-
l’interdictionduvoileàl’école.Etcomme sentielles de la vie en société (…) qui
le président, il a estimé hier qu’il avait conditionnentl’exercicedesautresliber-
«probablement»eutort.Maistandisque tés». Mais juge cette voie instable, en
LaurentWauquiezdéfend
lechoixduprésident
Pourlesecrétaired’État,l’interdictionduvoile
intégraln’estpasunequestiondesécurité.
«pastournerautourdupot».L’interdic-JEAN-BAPTISTEGARAT
tion de cette «prison de tissu» doit être
UN AN, c’est le temps qu’il a fallu pour prononcée au nom de «la place de la
queledébatsurl’interdictionduvoilein- femme» dans la société française et au
tégralsetraduiseparunprojetdeloiqui nom des «valeurs de la République». Et
seraprésenté«danslecourantdumoisde pas pour un quelconque autre motif,
mai». Un an, «sur un sujet pas facile», comme celui de la sécurité, avancé no-
cen’estpasdetrop,selonLaurentWau- tammentparJean-FrançoisCopé.
quiez, invité hier du «Talk Orange-Le Wauquiezestimed’ailleursquelesdé-
Figaro». Pour le secrétaire d’État en putés UMP et leur patron ont fait un
chargedel’Emploi,quiavaitétél’undes «trèsbontravail».Mais,ajoute-t-il,«il
rapporteurs sur l’interdiction du foulard estmaintenanttempsquelegouvernement
islamique à l’école, il ne faut cependant assume»enproduisantsonprojetdeloi.
Voilàquimetuntermeàl’initiativepar-
lementaire et à la proposition de loi dé-
fendueparCopé.
LaurentWauquiezn’estpasplusaima-
bleàl’intentiondesprétendantsàdroite
pour la présidentielle de 2012. «Les
Français, pour l’instant, n’en ont rien à
faire, assure-t-il. Je me méfie de ces ré-
ponses sur le terrain des ambitions ou des
positionnements personnels.» «Faire des
écuries présidentielles ça n’intéresse plus
personne»,ajoute-t-il.Aupassage,ilen
profite pour allumer le Parti socialiste et
la«sociétéduCare»oul’offensivedeci-
vilisation que promeut Martine Aubry.
«Ilsontréenclenchélamachineàfairedu
gloubi-boulga avec des concepts pâteux.
On n’est pas là pour sortir des concepts
marketing»,récuseWauquiez.Oublieux,LAURENTWAUQUIEZ,
unpeuvite,queNicolasSarkozylui-mê-hier,danslestudio
mes’étaitfaitlechantred’une«politiqueduFigaro.MARMARA/LEFIGARO
decivilisation»en2007.
ALEFIGARO jeudi22avril2010
3francePOLITIQUE
Retraites:Aubry
n’estpaspresséedefaire
despropositions
LapremièresecrétaireduPSserareçueparleministreduTravail,
ÉricWoerth,le28avrilpourdiscuterdelaréforme.
pas pressé de faire connaître le détail de les syndicats, en première ligne, que
NICOLASBAROTTE
sespropositions. Martine Aubry a tous reçus. Hier, le se-
PARTISOCIALISTE Unepositionclaireet Martine Aubry n’a pas apprécié crétairegénéraldelaCGT,BernardThi-
unanime du PS sur les retraites? Peut- qu’ÉricWoerthironisesurlespremières bault, a vu «un certain nombre de
être,maiscen’estpassûr…Hier,lapre- pistesqu’elleaévoquées,notammentsur points» d’accord entre ses positions et
mièresecrétaire,MartineAubry,aréuni les nouvelles sources de financement. celles de la première secrétaire. Par
touteslessensibilitésdupartipour«affi- exemple,ladéfensedel’âgelégaldedé-
nerlespropositions»etétudierla«stra- partàlaretraiteà60ans.«MartineAubrynous
tégie»àadoptervis-à-visdugouverne- areditsansambiguïté Crainted’êtreinstrumentaliséement. François Hollande, Laurent que,s’agissantdel’âge
Fabius, Bertrand Delanoë ou Henri Em- Sur d’autres points, c’est plus compli-dedépartenretraite,
manuelli étaient notamment présents. qué. Alors que certains au PS, commelePSn’étaitpaspour
AutantdenuancessurlefondqueMarti- FrançoisHollandeouManuelValls,esti-l’abandondecedroit.»
neAubryvoudraitrapprocherpourévi- mentquelePSdoitsortirdel’ambiguïté,
BERNARDTHIBAULT,
terlesentimentdecacophonie. SECRÉTAIREGÉNÉRALDELACGT MartineAubry,elle,craintlepiègeetde- MartineAubry,hierausiègeduPartisocialiste. DENIS/REA
Impossibled’échapperaudébat.Laré- mande de connaître les projets du gou-
formedusystèmedefinancementdesre- «Ilnousconsulteounousinsulte?»grin- vernementavantdesedévoiler.«Jen’ai Aufond,lapremièresecrétairen’yest Par ailleurs, fait-elle remarquer, il est
traites est l’une des priorités de Nicolas çait-elle,mardidevantquelquesjourna- aucune confiance dans ce gouvernement. pas hostile, à condition que la question déjàprévuqueladuréedecotisationpas-
Sarkozy qui attend un projet de loi en listes. «Il dit que nos propositions sont Ils ne sont que dans la manipulation.» globaledelapriseenchargeduvieillisse- seà41ans.L’ancienneministreduTravail
Conseil des ministres en juillet. Le aberrantes alors qu’on n’en a pas fait!» Martine Aubry redoute par Nicolas ment soit abordée ainsi que celle du tra- dugouvernementdeLionelJospinaaussi
28 avril, la numéro un de l’opposition plaidait-elle. Sarkozysielleouvrelaporteensedisant vailtoutaulongdelavie:entréetardive quelquesprincipesentête.Élargissement
doitêtrereçueparleministreduTravail, Leproblèmedujourestavanttouttac- favorable à un allongement de la durée desjeunesdanslavieactive,tauxd’em- dessourcesdefinancementaunomdela
ÉricWoerth.Maispourautant,lePSn’est tique.LePSdoitd’abordcomposeravec decotisation. ploi des seniors, niveau des pensions… «justice». Stabilité du mode de calcul.
«Ilfautquelesgensconnaissentlesrègles
à l’avance», dit-elle. Elle n’est donc pas
surlamêmelignequeFrançoisHollande
quiplaidepourdesbilansd’étapetouslesBartolonefierdeson«budgetderévolte» cinq ans. Elle souhaite enfin un système
«avecplusdesouplesse».
Mais il est trop tôt pour détailler toutLeprésidentPSduconseilgénéraldeSeine-Saint-Denisaétérappeléà
cela.Ledossierabeauêtresurlatabledes
l’ordreparlechefdel’Étatpouravoirdonné«unsignaldedésordre». responsablespolitiquesdepuisvingtans,
Martine Aubry estime encore qu’il n’y a
loi».«Les responsables publics ont un «rodomontades de Sarkozy». «Il n’a pas d’urgence. «Le gouvernement nous
SOPHIEDERAVINEL
devoird’exemplaritédanslerespectdela même pas réalisé qu’il tenait le rôle de ditqu’ilfautrésoudreleproblèmededéfi-
COLLECTIVITÉS Depuis la Nouvelle- loi»,aajoutéSarkozy,avantdedresser l’hôpitalquisemoquedelacharité»,in- cits prévus dans quarante ans en deux
Calédonie où il est en mission parle- l’inventaire, secteur après secteur et dique celui qui se targue d’avoir fait mois. Mais que fait-il pour les déficits
mentaire, Claude Bartolone affirme ville après ville, des aides accordées au condamner l’État pour n’avoir pas pu- d’aujourd’hui?»explique-t-elle.
avoirréussisoncoup«au-delàde(ses) département en 2009. Il a déclaré que blié le décret d’une loi de 2007 sur la
espérances».Aulendemaindelavisite «chacun assumera ses responsabilités protection de l’enfance, devant créer
deNicolasSarkozyenSeine-Saint-De- dans ce dossier». Sarkozy compte un fonds de 30 millions d’euros d’aide ZOOM
nis,leprésidentPSduconseilgénéralse d’ailleurs sur le nouveau préfet pour aux départements… Claude Bartolone
réjouit presque d’avoir été interpellé «tirer les conséquences d’une situation attendavecintérêtlerapportdePierre
parleprésidentdelaRépublique.Mar- préjudiciableàtoutundépartement». Jamet sur les finances départementales
di,lorsdel’installationdunouveaupré- qui doit être remis aujourd’hui au pre- EnCorse,l’exécutifs’installe
«RodomontadesdeSarkozy»fet,ChristianLambert,lechefdel’Étata mier ministre. Il sait aussi que son PaulGiacobbi(PRG),président
ditnepascomprendre«ladécision»de Bartolone, lui, assume ce bras de fer «budget de révolte» sera retouché par duconseilexécutifdeCorse,
ainstallémardileshuitmembresClaudeBartoloneassumecebrasdefer Claude Bartolone d’avoir fait voter un «exemplaire» avec l’État sur le thème la Chambre régionale des comptes et
«exemplaire»avecl’Étatsurlethème budget en déséquilibre de 75 millions du «désengagement» financier. «Je probablement voté fin juin. À l’Élysée, desonéquipe.Appelésdirecteurs
du«désengagement»financier. d’euros - qualifié de «signal de désor- n’aipasétéprisàpartie,c’étaitunhon- on dit vouloir boucler ce dossier. Pas d’«office»oud’«agence»,
SÉBASTIENSORIANO/LEFIGARO dre»-«alorsquecelaestinterditparla neur», affirme-t-il, se moquant des questiond’unetutelledupréfet… ilssontcommedesministres
régionauxàsescôtés.Jean
Zuccarelli(PRG),filsd’Émile,
mairedeBastia,présidel’Agence
dedéveloppementéconomique.
EmmanuelledeGentili(PS)
héritedel’Office
del’équipementhydraulique,
chargédeladistributiondel’eau
surl’île.AlorsqueDominique
Bucchini(PCF)présideVous
l’AssembléedeCorse,la
communisteMariaGuidicelliestVous
notammentchargéedudossier
sensibledel’éliminationprendrez ça desdéchetsménagers.
DENISNICOLAÏ(ÀAJACCIO)prendrez çatous EN BREF
Goujoncritique«l’idéologietous les lundis.
antisécuritaire»deDelanoëtousles lundis.
PhilippeGoujon,président
delafédérationUMPdeParis,
adénoncéhierl’«idéologie
antisécuritaire,tournée
exclusivementversl’assistanat»
deBertrandDelanoë.Mardi,
aprèslesannoncesdeNicolas
SarkozyenSeine-Saint-Denis,
lemairePSdeParisavaitcritiqué
«l’échecmanifestedesonaction
enmatièredesécuritéet
depolitiquedelaville».
Absentéismescolaire:
BertrandsoutientCiotti
XavierBertrandcosignerala
propositiondeloid’ÉricCiotti,
députéUMPdesAlpes-Maritimes,
surlasuspensiondesallocations
familialesencasd’absentéisme
scolaire.«LeMouvementpopulaire
souhaites’associerpleinement
àcettemesure»,Tousleslundis,retrouvez
asoulignélesecrétaire
généraldel’UMP.leNouveausupplémentSantéduFigaro.
Société du Figaro - RCS Paris N° 542 077 755 - Capital social : 12 000 000€ - 14, boulevard Haussmann 75009 Paris
BOUCHON/LEFIGARO
A

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin