Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Match annulé, qui paie les frais ?

3 pages
Match annulé, qui paie les frais ? Match annulé au dernier moment, les supporters payent le prix fort. Près de 100 € pour ne pas avoir occupé une chambre, la facture est lourde pour le chauffeur de bus des supporters. «J'organise régulièrement les déplacements en bus pour les matchs de foot opposant Caen à l'extérieur. L'hiver dernier, pour le match Lens/Caen, nous sommes arrivés à Lens vers midi pour assister au match qui devait avoir lieu en fin de journée. Nous apprenons alors que le match est repoussé au lendemain pour cause de neige. Les supporters décident alors de passer la nuit du samedi sur place pour assister au match le lendemain». Jusque-là, les faits relatés par l'organisateur du bus des supporters de Caen n'a rien d'extraordinaire, mais les choses vont se compliquer. En effet, vers 16 heures, le chauffeur du bus réserve dans un hôtel de la ville une chambre pour y passer la nuit. Il paie la facture avec sa carte bleue, et donc sur ses deniers personnels. N'ayant pas prévu de passer la nuit sur place et n'ayant donc pas de sac à déposer, il ne monte même pas dans la chambre. «Ce que ne savait pas alors mon chauffeur, c'est que quelques minutes plus tard, vers 16h15, je l'appelle pour lui demander de ramener les supporters le soir même sur Caen parce que de la neige était annoncée sur Lens pour toute la journée du dimanche», explique l'organisateur du bus des supporters. Le chauffeur retourne alors à l'hôtel qui refuse de lui rembourser sa réservation.
Voir plus Voir moins
Match annulé, qui paie les frais ?

Match annulé au dernier moment, les supporters payent le prix fort.

Près de 100 pour ne pas avoir occupé une chambre, la facture est lourde pour le chauffeur de bus des supporters.

«J'organise régulièrement les déplacements en bus pour les matchs de foot opposant Caen à l'extérieur. L'hiver dernier, pour le match Lens/Caen, nous sommes arrivés à Lens vers midi pour assister au match qui devait avoir lieu en fin de journée. Nous apprenons alors que le match est repoussé au lendemain pour cause de neige. Les supporters décident alors de passer la nuit du samedi sur place pour assister au match le lendemain». Jusque-là, les faits relatés par l'organisateur du bus des supporters de Caen n'a rien d'extraordinaire, mais les choses vont se compliquer. En effet, vers 16 heures, le chauffeur du bus réserve dans un hôtel de la ville une chambre pour y passer la nuit. Il paie la facture avec sa carte bleue, et donc sur ses deniers personnels. N'ayant pas prévu de passer la nuit sur place et n'ayant donc pas de sac à déposer, il ne monte même pas dans la chambre. «Ce que ne savait pas alors mon chauffeur, c'est que quelques minutes plus tard, vers 16h15, je l'appelle pour lui demander de ramener les supporters le soir même sur Caen parce que de la neige était annoncée sur Lens pour toute la journée du dimanche», explique l'organisateur du bus des supporters. Le chauffeur retourne alors à l'hôtel qui refuse de lui rembourser sa réservation. De retour à Caen, il se plaint de cette situation à l'organisateur qui, depuis, multiplie les démarches auprès d'avocat et des différentes structures administratives et associatives de Lens et de son stade de foot. En vain. «L'hôtel, malgré toutes mes démarches, persévère à ne pas régler le remboursement de la chambre d'un montant de 98,60 1 », déplore l'organisateur. Dans un premier temps, on ne peut que conseiller à cet organisateur de ne pas attendre le remboursement pour indemniser son chauffeur. En effet, celui-ci, comme le souligne Me Rasool, «a agi en tant qu'employé de l'organisateur du bus des supporters de Caen. Il s'agit donc de dépenses non pas personnelles mais professionnelles dont la charge revient à son employeur». Notre avocate ne s'étonne cependant pas que les démarches multiples de l'organisateur pour obtenir remboursement n'aient pas abouti. «L'hôtelier semble libre, en l'espèce, de rembourser ou non. S'il le fait, il s'agit d'un geste commercial. En effet, il faudrait reprendre les conditions de vente et de réservation qui doivent être affichées à l'hôtel. Il est fort probable qu'elles mentionnent que toute réservation est ferme et définitive. Pour demander remboursement, il faudrait qu'une clause contractuelle le prévoit et pour que l'hôtelier maintienne ainsi sa position, il semble qu'il n'y en ait pas». Il ne reste qu'à l'organisateur à prendre contact avec l'hôtel pour demander un geste commercial et trouver avec eux un arrangement à l'amiable. Enfin, comme le fait remarquer Me Rasool, pour amoindrir les frais engendrés par cette annulation, «il serait judicieux de faire passer, comme il se doit, la facture de la réservation dans les frais de fonctionnement de l'association qui organise les déplacements en bus des supporters de Caen. Peut-être même que l'organisateur du bus pourra alors faire jouer son assurance s'il en a souscrit une». Le peu de finesse dont fait preuve l'hôtelier, la déception d'un match annulé, de s'être déplacé entre supporters, pour rentrer bredouille... on peut comprendre que la pilule passe mal mais légalement, l'organisateur du bus a peu de voie de recours qui s'offrent à lui. Rembourser son chauffeur en revanche s'impose, ce n'est pas parce que ce match a mal tourné que le chauffeur qui a agi en professionnel et dans le souci des supporters qu'il transporte doit en subir les conséquences. Remarquons également que les frais d'avocat engagés pour le remboursement risquent rapidement de devenir plus lourds à supporter que le montant de la réservation litigieuse. Nous vous souhaitons de trouver une solution amiable au plus vite et de meilleurs matchs !

L'organisateur du bus des supporters du stade Malherbe de Caen a même pris un avocat pour plaider la cause de son chauffeur.

La ville de Lens ne peut que proposer de jouer les intermédiaires mais n'est pas compétente pour ce genre de litige.