Cette publication est accessible gratuitement
Lire

MBIA SE FAIT BALADER

3 pages
MBIA SE FAIT BALADER "Aquel poste Stéphane MBia est-il le meilleur, en défense centrale ou au milieu de terrain ? Argumentez". Cet énoncé pourrait faire partie des épreuves écrites à l'obtention du diplôme d'entraîneur. Il s'agit en tout cas d'une question que tous ceux qui s'intéressent de près au football se sont un jour posée. Le sujet est récurrent sur les forums de supporters et aucun n'a l'air d'accord sur la bonne réponse. Pour certains, le Camerounais est bien mieux en défense, où il peut jouer de son physique et ne pas se disperser en restant dans sa zone. Il serait même infranchissable en un contre un selon certains journalistes camerounais. Sa fin de saison dernière, où il était associé à Souleymane Diawara, en est la meilleure preuve. Les autres arguent que sa puissance athlétique est cependant bien plus intéressante au milieu de terrain, surtout actuellement alors qu'Edouard Cissé n'arrive pas à retrouver la forme de l'an passé. Personne ne parvient vraiment à se mettre d'accord. Ce n'est pas nouveau. En fait, il semble que depuis que Stéphane MBia a un jour mis des chaussures à crampons pour jouer au football, le débat anime tous ceux qui le croisent. En 2007, alors qu'il n'a que 21 ans et qu'il fait ses débuts professionnels avec Rennes, Pierre Dréossi le fait ainsi reculer d'un cran, pour voir. L'essai est concluant.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

MBIA SE FAIT BALADER

"Aquel poste Stéphane MBia est-il le meilleur, en défense centrale ou au milieu de terrain ? Argumentez". Cet énoncé pourrait faire partie des épreuves écrites à l'obtention du diplôme d'entraîneur. Il s'agit en tout cas d'une question que tous ceux qui s'intéressent de près au football se sont un jour posée. Le sujet est récurrent sur les forums de supporters et aucun n'a l'air d'accord sur la bonne réponse. Pour certains, le Camerounais est bien mieux en défense, où il peut jouer de son physique et ne pas se disperser en restant dans sa zone. Il serait même infranchissable en un contre un selon certains journalistes camerounais. Sa fin de saison dernière, où il était associé à Souleymane Diawara, en est la meilleure preuve. Les autres arguent que sa puissance athlétique est cependant bien plus intéressante au milieu de terrain, surtout actuellement alors qu'Edouard Cissé n'arrive pas à retrouver la forme de l'an passé. Personne ne parvient vraiment à se mettre d'accord. Ce n'est pas nouveau. En fait, il semble que depuis que Stéphane MBia a un jour mis des chaussures à crampons pour jouer au football, le débat anime tous ceux qui le croisent. En 2007, alors qu'il n'a que 21 ans et qu'il fait ses débuts professionnels avec Rennes, Pierre Dréossi le fait ainsi reculer d'un cran, pour voir. L'essai est concluant. "Depuis un certain temps déjà, je pense que Stéphane a la capacité de jouer défenseur central et d'en devenir un très, très bon, commente alors le coach breton. Je ne l'ai pas mis à ce poste par hasard. Je pense qu'il l'a accepté et compris. Après, c'est évident, tout stoppeur a envie de jouer n°10...". Ses coéquipiers aussi le jugent plutôt défenseur. Bruno Cheyrou explique alors que "Stéphane a toutes les qualités pour devenir, peut-être, le meilleur défenseur du championnat de France. Il a des qualités physiques que j'ai rarement vues. C'est à ce poste-là, à mon avis, qu'il est le plus efficace. Il y dégage une sérénité impressionnante". Sauf que contrairement aux apparences et à ce que pensent Dréossi et consorts, l'intéressé s'acharne. Difficile de savoir ce qu'il dit à son entraîneur en tête à tête, mais dans la presse, il ne mâche pas ses mots, montrant, déjà, un caractère bien trempé. "A l'arrière, je ne pense pas être à ma place, je ne suis pas à l'aise du tout. Je suis prêt à donner tout mon salaire pour qu'on recrute un nouveau défenseur central et que je joue au milieu". Rien que ça... Et il insiste encore, comme si un plaidoyer verbal pouvait suffire à lui faire retrouver son poste favori. "Ce qui me manque, c'est de ne pas toucher assez le ballon. J'aime toucher le ballon, j'adore le ballon. J'ai voulu être footballeur, je suis très heureux de l'être, mais pas à ce poste de défenseur. Je ne revois pas mes matches quand je joue défenseur. Au contraire, je revois tous ceux où je suis milieu". Durant les deux saisons qui ont suivi, il s'est affirmé au sein de l'effectif breton. Avec toujours les mêmes questionnements. Guy Lacombe, remplaçant de Dréossi, a lui aussi utilisé la polyvalence du Camerounais. Lors de son arrivée à l'OM, à l'été 2009, on aurait pu penser que Stéphane MBia s'était assagi et surtout qu'il s'était fait une raison. Après tout, quand on débarque dans un club comme celui-là, avoir plusieurs cartes en main est plutôt un atout. Mais durant la saison dernière, il a rejoué avec Deschamps le même sketch qu'avec Dréossi deux ans plus tôt. Lui insistait sans cesse: "milieu, milieu, milieu", alors que le coach répondait : "défenseur, défenseur, défenseur, et milieu si besoin". Une histoire sans fin. L'été dernier, il a même affirmé: "L'OM va tout faire pour acheter un défenseur central pour que je puisse retrouver mon poste au milieu de terrain", ce qui était totalement faux! Pourtant, il insistait: "J'ai discuté avec le coach. Il sait très bien que je suis meilleur au milieu de terrain. Le coach m'écoute". Heureusement que Didier Deschamps connaît assez bien le personnage pour ne pas prendre ses propos au pied de la lettre... Par la suite, on n'a d'ailleurs plus entendu Stéphane MBia sur son positionnement. Une sorte de trêve dans ce débat qui paraissait insoluble. Il s'était plus ou moins fait une raison. En tout cas, il ne se perdait plus en déclarations fracassantes sur la question. Et c'est justement ce moment-là que Didier Deschamps a choisi pour le faire de nouveau monter d'un cran! Le coach a opté pour cette solution non pas parce qu'il a changé d'avis mais en raison des impératifs tactiques de son équipe. Il a ainsi estimé que Gaby Heinze n'avait plus assez de coffre pour tenir le couloir gauche et l'a donc repositionné dans l'axe. Est-il meilleur que MBia à ce poste? Peut-être. Il a en tout cas plus d'expérience et plus de hargne. En revanche, MBia est actuellement meilleur que Kaboré et Cissé, qui peine à retrouver ses jambes, au milieu de terrain. Sa polyvalence l'a donc encore une fois servi, tout comme elle sert aussi l'équipe olympienne. Pour Deschamps, il n'est d'ailleurs pas question de coller une étiquette dans le dos du Camerounais qui le classerait définitivement comme un milieu ou comme un défenseur. "Dans mon esprit, il a toujours été les deux, insiste-t-il. Il a fait de bonnes choses derrière, mais il n'est pas le seul. C'était plus une association, un triangle, avec Souley (Souleymane Diawara) et Edouard Cissé. Mais au départ, je l'avais pris pour jouer au milieu". Le coach affirme encore que cette fois, "il a passé le cap de se dire qu'il est plus milieu que défenseur. Il joue où je lui demande, pour le bien de l'équipe, par rapport à un équilibre". Estce enfin vrai? Stéphane MBia a-t-il réellement mûri au point de voir ses capacités comme une chance et non comme un handicap? A-t-il finalement compris que cette polyvalence lui permet de jouer plus de matches chaque saison? On peut l'espérer. Il n'a en tout cas pas rechigné à reculer d'un cran contre Lens, en l'absence de Diawara. S'il continue à se mettre ainsi au service du collectif, l'OM sera gagnant. Car un MBia sans états d'âme sera forcément plus efficace.

"LE COACH SAIT TRÈS BIEN QUE JE SUIS MEILLEUR AU MILIEU DE TERRAIN"

LE SAVIEZ-VOUS ? Stéphane MBia n'est pas encore certain de participer à la Coupe d'Afrique des Nations qui aura lieu en janvier prochain au Gabon et en Guinée. Le Cameroun s'est en effet incliné face au Sénégal de Diawara (1-0). Les Lions Indomptables ne sont que 3èmes de la poule, avec 4 points. Ils devront donc faire carton plein lors des trois derniers matches pour obtenir leur billet pour la CAN.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin