Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Ne plus faire le yo-yo...

2 pages

Ne plus faire le yo-yo...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2012
Lecture(s) : 21
Signaler un abus
Ne plus faire le yo-yo...

Avec une présence au plus haut niveau (Challenge Européen 1998, deux finales perdues en Coupe d'Europe 1999 et en championnat de France 2000), des joueurs aussi marquants que Fabien Galthié, Jean-Sadourny, Francis Ntamack, Marc Dal Maso, David Skrela, Yannick Jauzion, Thierry Dusautoir et plus récemment Jonathan Wisniewski, l'Union Sportive Colomiers occupe une place particulière dans le rugby hexagonal. Si l'émergence du professionnalisme a eu raison de certaines places fortes du rugby français, Colomiers continue de s'accrocher. "Cela fait trois fois qu'on remonte en sept ans, ce qui prouve que nous savons comment monter, mais désormais, il faut savoir ne pas descendre" observe Alain Carré. Et le président columérin de poursuivre : "Il y aura certaines choses à éviter cette saison. Mais cette fois, on ne va pas lâcher, notre staff est soudé et il n'y a pas de raison de ne pas réussir". Après une nouvelle saison en Fédérale 1, le club haut-garonnais retrouve la Pro D2. Pierre-Henry Broncan, le co-entraîneur de la saison passée, a rejoint Tarbes et il a été remplacé aux côtés d'Olivier Baragnon par Bernard Goutta qui portait les couleurs de Perpignan depuis... 1994 comme joueur, capitaine et entraîneur ces cinq dernières années (avec un Bouclier de Brennus en 1999). "J'y ai connu de grandes aventures sportives et humaines et je resterai toujours attaché à l'USAP" reconnaît l'intéressé, épuisé par la dernière saison "où nous n'avions pas su nous reconstruire et nous régénérer pour préparer l'avenir et où nous avions 23 joueurs en fin de contrat, ce qui était difficile pour rassembler tout le monde". Après avoir laissé beaucoup d'énergie ces derniers mois, Bernard Goutta a donc décidé de quitter son cocon catalan pour se lancer dans un nouveau challenge à Colomiers où il aura la charge des avants. "Nous avons la même vision du rugby avec Olivier Baragnon et nous voulons que les joueurs prennent du plaisir et maintiennent le club en Pro D2 sans faire le yo-yo comme c'est le cas depuis plusieurs années" lâche-t-il. Après un repos forcé de quelques semaines en raison d'une opération d'une hernie discale, l'ancien perpignanais "a rechargé les batteries" selon son expression, avant de rejoindre "un autre grand club historique qui est doté d'infrastructures dignes d'un club du Top 14". Et de préciser : "J'ai l'impression de retrouver les mêmes valeurs humaines qu'à Perpignan". Satisfait du recrutement - "la culture anglo-saxonne de certains nouveaux joueurs va amener un peu de rigueur" - il sait aussi "qu'il y a de la qualité et un gros mental dans le groupe existant qui a vécu une belle aventure la saison dernière". Un potentiel que Bernard Goutta espère pouvoir bonifier afin d'aider Colomiers à se stabiliser... à l'ombre du Stade Toulousain. "A terme, nous devrions avoir un rapprochement avec ce club dont nous sommes à des années-lumière car nous ne sommes plus sur la même planète et nous ne sommes plus en concurrence". Ce que confirme son président Alain Carré : "Dans le milieu du rugby haut-garonnais où il y a quand même Blagnac et Castanet en Fédérale 1, Villefranche et Tournefeuille en Fédérale 2 et d'autres clubs en Fédérale 3, il y a la place pour tout le monde. Je suis par ailleurs supporteur et même un petit partenaire du Stade Toulousain. Je regrette qu'il n'y ait pas d'échanges, mais cela viendra peutêtre un jour".

Goutta : "Les mêmes valeurs humaines qu'à Perpignan"

Après Perpignan, Bernard Goutta s'attaque à un autre club mythique.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin