Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - ZIP

sans DRM

PME : que de beaux discours en ton nom !

4 pages
PME : que de beaux discours en ton nom ! En revenant de vacances, tout le monde en a fait l'expérience. Avoir à faire des pieds et des mains pour se faire servir à la terrasse d'un café... Dans ces cas-là, on se demande si ce n'est pas le client qui est au service du personnel. Une anecdote : une fois, dans un café branché parisien (L'Avenue, pour ne pas le nommer, avenue Montaigne), un client américain médusé par la désinvolture du service finit par me demander, si cette arrogance était monnaie courante dans la capitale. Je lui répondis, par une boutade « qu'il était un privilégié car on l'avait laissé rentrer ». Rire. Avenue Balard dans le XVème dans un restaurant où Philippe Seguin avait ses habitudes, le patron ne supportait pas que l'on fasse attendre ses clients plus d'une minute. Il est vrai qu'il était Sri Lankais, et n'avait pas encore pris le pli de la "politesse parisienne". Dans la compétition mondiale actuelle, le service devient aussi important que le reste... Sachez offrir des cafés à vos visiteurs et veillez à ce qu'on ne fasse pas attendre... C'est essentiel et cela ne s'apprend pas dans les grandes écoles. 7 juillet 2011 Les PME, on s'en fout ! Législation sociale, financement, fiscalité, formation : tant qu'on ne fera pas une séparation nette entre grandes entreprises et PME de moins de 200 salariés, on aura du mal à avancer. Les PME, tout le monde en parle, mais personne n'agit. Elles représentent pourtant au bas mot 80% de notre économie.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

PME : que de beaux discours en ton nom !

En revenant de vacances, tout le monde en a fait l'expérience. Avoir à faire des pieds et des mains pour se faire servir à la terrasse d'un café... Dans ces cas-là, on se demande si ce n'est pas le client qui est au service du personnel. Une anecdote : une fois, dans un café branché parisien (L'Avenue, pour ne pas le nommer, avenue Montaigne), un client américain médusé par la désinvolture du service finit par me demander, si cette arrogance était monnaie courante dans la capitale. Je lui répondis, par une boutade « qu'il était un privilégié car on l'avait laissé rentrer ». Rire.

Avenue Balard dans le XVème dans un restaurant où Philippe Seguin avait ses habitudes, le patron ne supportait pas que l'on fasse attendre ses clients plus d'une minute. Il est vrai qu'il était Sri Lankais, et n'avait pas encore pris le pli de la "politesse parisienne". Dans la compétition mondiale actuelle, le service devient aussi important que le reste... Sachez offrir des cafés à vos visiteurs et veillez à ce qu'on ne fasse pas attendre... C'est essentiel et cela ne s'apprend pas dans les grandes écoles.

7 juillet 2011

Les PME, on s'en fout !

Législation sociale, financement, fiscalité, formation : tant qu'on ne fera pas une séparation nette entre grandes entreprises et PME de moins de 200 salariés, on aura du mal à avancer. Les PME, tout le monde en parle, mais personne n'agit. Elles représentent pourtant au bas mot 80% de notre économie. Quand elles se créent ou disparaissent, cela se passe dans l'anonymat le plus complet. L'avenir d'un pays se fait sur leur essor. Au fait : où est passé le Small Business Act à la française ? On dénombre en France 4 195 entreprises de plus de 250 salariés, contre 10 428 en Allemagne.

13 juillet 2011

Lactalis : le modèle «Président »

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin