Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Serge Blanco : " A la reconquête du Bouclier !"

2 pages
Serge Blanco : " A la reconquête du Bouclier !" Entre une saison galère dans le bas du tableau et la victoire en Challenge Européen, que retenez-vous du dernier exercice du BO ? Tout. Il ne faut jamais occulter les moments d'une saison qu'ils soient bons ou mauvais. Mais je dois reconnaître que la victoire en Challenge Européen a été un grand soulagement.
Voir plus Voir moins
Serge Blanco : " A la reconquête du Bouclier !"

Entre une saison galère dans le bas du tableau et la victoire en Challenge Européen, que retenez-vous du dernier exercice du BO ? Tout. Il ne faut jamais occulter les moments d'une saison qu'ils soient bons ou mauvais. Mais je dois reconnaître que la victoire en Challenge Européen a été un grand soulagement. Car au-delà de la victoire, cela nous permet d'être en H Cup. Ça fait douze ans qu'on participe à cette compétition, on n'est jamais allé au bout, mais c'est une compétition très importante. Après le maintien en Top 14, il était primordial pour nous qu'on remporte ce Challenge Européen. Ça nous a permis de sauver notre saison et d'entrevoir la prochaine avec beaucoup d'envie et d'ambitions.

Justement qu'avez-vous fixé comme objectif à vos joueurs pour la saison qui arrive ? Il faut avoir l'objectif de revenir dans le haut du tableau. Il y a un gros potentiel pour qu'on puisse faire quelque chose. Nous avons fait les efforts pour avoir une équipe compétitive. Nous devons aller à la reconquête du Bouclier et se faire plaisir avec la H Cup.

"Dans notre malheur, on a pu lancer beaucoup de jeunes qui se sont révélés" Vous attendiez-vous à une saison aussi compliquée ? Non. Mais les bons comme les mauvais moments font partie du rugby, il faut tout accepter. On a fait des erreurs. Ce n'était pas une saison habituelle quand même. La Coupe du monde nous a privés de huit internationaux. Et en plus de ça on a eu beaucoup de blessés. Mais bon, cela a eu de bons côtés aussi finalement.

C'est-à-dire ? Dans notre malheur, cette saison où on avait beaucoup d'absents nous a permis de lancer beaucoup de jeunes qui se sont révélés. Nous avons injecté beaucoup de jeunes joueurs dans l'équipe et ça je ne le regrette pas du tout.

D'autres grosses écuries comme Toulouse ou Clermont avaient aussi beaucoup d'absents, mais elles ont bien négocié cette période Coupe du monde. Avez-vous mal anticipé cet aspect de la saison ? Non, chacun fait avec ses moyens. Je fais avec mon budget de 16 millions d'euros, Toulouse fait avec son budget de 30 millions. Mais les jeunes ont magnifiquement tenu la baraque. Cette équipe et ces jeunes ont un potentiel extraordinaire avec les défauts de la jeunesse bien sûr. Même si cela a été dur en début de saison, les jeunes ont su se mettre au diapason. Et au fil des matches, on a montré un bon potentiel, on est monté en régime et on a sauvé les meubles en fin de saison. On privilégie l'équilibre de l'équipe aux grands noms. C'est une politique que l'on a mise en place depuis 2008 et depuis ce temps, on s'aperçoit qu'il y a des jeunes et qu'il faut leur faire confiance. Alors on est allé chercher encore plus de jeunes. Je pense que notre meilleur recrutement, c'est peut-être de garder nos internationaux qui étaient pas mal sollicités.

Vous êtes donc optimiste pour cette saison ? On ne peut jamais trop savoir comment une saison va se dérouler, mais on a de gros leaders avec Dimitri (Yachvili), Imanol (Harinordoquy) ou Jérôme (Thion) par exemple. Mais le rugby n'est pas un sport d'individualités et il faut raisonner en termes de groupe et je suis persuadé que les jeunes vont répondre présent encore. Tout le club va pousser derrière ses joueurs car le BO c'est vraiment une famille unie, elle l'a montré dans la difficulté l'an dernier. Des supporteurs à tous les gens qui oeuvrent au développement du club, tout le monde est concerné. Et puis j'ai noté aussi une statistique intéressante et qui nous donne de beaux espoirs. Deux vainqueurs du Challenge Européen ont ensuite gagné la H Cup l'année suivante (un seul en fait, les London Wasps en 2004, Ndlr), alors ça donne de l'espoir (rires).

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin