Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Un Pied après l'autre

1 page

Un Pied après l'autre La carrière d'un footballeur professionnel se joue parfois à peu de choses. A quel niveau évoluerait aujourd'hui Jérémy Pied s'il n'avait pas choisi de rejoindre le FC Metz pour la saison 2009-2010 ?

Publié par :
Ajouté le : 04 octobre 2011
Lecture(s) : 6
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Un Pied après l'autre

La carrière d'un footballeur professionnel se joue parfois à peu de choses. A quel niveau évoluerait aujourd'hui Jérémy Pied s'il n'avait pas choisi de rejoindre le FC Metz pour la saison 2009-2010 ? A l'époque, pourtant, Claude Puel rechignait à prêter ses jeunes éléments. Meilleur buteur et meilleur passeur de l'équipe-réserve de l'OL lors de l'exercice précédent en CFA, le petit milieu offensif, 1m73, à l'époque âgé de 20 ans, était alors barré à Lyon par une ribambelle d'éléments offensifs : Govou, Delgado, Ederson, Bastos, Pjanic, Mounier... D'ailleurs, ce dernier, de deux ans son aîné, filera le même été trouver davantage de temps de jeu du côté de l'OGC Nice. Sans aucun match de Ligue 1 au compteur, Jérémy n'aura pas franchement l'embarras du choix et c'est à Metz qu'il trouvera refuge. En Lorraine, ce pur produit du centre de formation lyonnais ne tardera pas à se faire un nom. Titulaire indiscutable, à droite ou à gauche de l'attaque, il dispute trente-sept matches de Ligue 2 et marque à quatre reprises. Suffisant pour convaincre les décideurs lyonnais de vite le rapatrier entre Rhône et Saône. Et tant pis pour le groupe facebook "Pour que Jérémy Pied reste à Metz la saison prochaine". De retour à Lyon à l'aube de la saison 2010-2011, Jérémy Pied va très vite prouver à Claude Puel qu'il a mis à profit son année en Lorraine pour s'affirmer. Dès les matches amicaux, il laisse entrevoir lors de ses entrées en jeu son explosivité et son insouciance. Privé de plusieurs joueurs lors des premiers matches officiels (Lisandro, Ederson, Bastos, Delgado) l'ancien coach lyonnais est "obligé" de lui offrir sa chance au plus haut niveau. Jérémy ne la manquera pas : "Il ne faut pas se voiler la face : en début de saison, il y avait des blessés et des suspendus et il y avait donc besoin de joueurs en attaque, se remémore l'intéressé. Grâce à mes entrées en jeu, j'ai vu que je pouvais être utile à l'équipe. Au fur et à mesure des matches, en voyant que le coach faisait appel à moi, j'ai compris qu'il avait confiance en moi." Le 11 septembre, il marque contre Valenciennes (1-1) son premier but en L1, une réalisation qui lance véritablement sa carrière lyonnaise : "Individuellement, c'était bien mais nous n'avions pas gagné ce match-là. Et il y a aussi ce deuxième but contre Nice qui nous rapporte cette fois les trois points (1-0 le 14 novembre, Ndlr). A partir de ce moment-là, je crois que les collègues et le coach ont pensé que je pouvais aider cette équipe et être l'un des maillons de la chaîne." Une saison plus tard, plus personne ne se pose la question. Reste à savoir s'il parviendra à atteindre son but ultime, s'imposer à l'OL comme un titulaire indiscutable.

UN PREMIER BUT QUI CHANGE TOUT

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin