Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

MORTS SUSPECTES SOUS LA e V RÉPUBLIQUE
LES DOSSIERS SECRETS DEMONSIEURX
Dans la même collection :
David Alvarez,Les Espions du Vatican Éric Denécé,Histoire secrète des forces spéciales Thierry Lentz,L’Assassinat de John F. Kennedy Philippe Lobjois,Mercenaire de la République Jacques Delarue,Histoire de la Gestapo Yvan Stefanovitch,Aux Frais de la princesse
Monsieur X / Patrick Pesnot : Le Terrorisme islamique Les Espions russes e Les Grands Espions duXXsiècle Les Dessous de la Françafrique
La couverture de la première édition de cet ouvrage, paru en 2008, reproduisait une photo de laMarianned’Aslan d’après Brigitte Bardot, à laquelle avait été ajouté un filet de sang entre les deux yeux. L’éditeur présente ses excuses à Monsieur Aslan pour cette utilisation non autorisée et pour le détournement de son œuvre.
Suivi éditorial : Sabine Sportouch Maquette : Farida Jeannet Corrections : Catherine Garnier
© Nouveau Monde éditions, 2011 21, square Saint-Charles – 75012 Paris ISBN :978-2-36943-772-7 Dépôt légal : juin 2009 Imprimé en Turquie par Ömür
Monsieur X / Patrick Pesnot
MORTS SUSPECTES SOUS LA e V RÉPUBLIQUE
LES DOSSIERS SECRETS DEMONSIEURX
nouveaumondeéditions
Pour Adèle et Louise
Avant-propos
Xxxxx
e La V République doit-elle à sa naissance tumul-tueuse d’avoir connu tant d’« affaires » ? Son géniteur, le général de Gaulle, arrive au pouvoir grâce à un mou-vement factieux (le coup du 13 mai 1958 à Alger) puis à un véritable chantage au putsch (l’opération « Résur-rection »). Des événements que le futur premier pré-e sident de la V République exploite avec une suprême habileté et qui lui permettent de se hisser au premier rang. Mais avec lui, à côté de ses fidèles, souvent d’authentiques résistants, arrivent au pouvoir, ou dans ses marges, des personnages plus douteux : gros bras rescapés du service d’ordre du RPF, collabos recyclés, comploteurs de tous acabits, agents secrets en rupture de ban et spécialistes des coups tordus. Une nébuleuse qui prospérera au cours des quatre dernières années de la guerre d’Algérie, puis dans la lutte contre l’OAS. Ainsi apparaîtront ceux qu’on appellera bientôt les « bar-bouzes » et que l’on retrouvera parfois dans une orga-nisation – le SAC –, censée soutenir l’action du géné-ral, mais qui, dans la réalité, deviendra une entité quasi criminelle mêlant policiers et membres de la pègre. C’est dans ce terreau que se développeront la plu-part des histoires vraies qui sont relatées dans ce volume.
7
e Morts suspectes sous la V République
8
Xxxxx
La fille de l’adjudant
I
C’est une étonnante histoire d’espionnage. Surtout si l’on tient compte de la personnalité de son malheureux héros. Un homme que rien ne des-tinait à jouer le rôle qu’on lui a attribué malgré lui. Bref un personnage qui n’avait pas la carrure de l’emploi et qui a été écrasé par ce monstre froid qu’est le monde du renseignement. Il s’appelait Eugène Rousseau. Un brave homme d’adjudant, un sous-officier sans histoires et sans ambition qui ne connaissait de l’armée que la pous-sière et la routine des bureaux et vouait à ses supé-rieurs une admiration sans bornes et un respect aveugle. Un bon père de famille enfin, sans doute seulement coupable de trop aimer ses enfants. C’est pourtant ce sexagénaire, qui, en 1970, a été condamné par la défunte Cour de sûreté de l’État à quinze ans de réclusion pour espionnage. Mais derrière ce dossier se profile une autre affaire, une manipulation interne dans nos services secrets. Car ce malheureux n’a été qu’un bouc émis-saire, la victime d’un impitoyable règlement de comptes qui dépassait de loin sa modeste per-sonne.
9
e Morts suspectes sous la V République
e Eugène Rousseau est né au début duXXsiècle dans le Maine-et-Loire. Son père est un ouvrier agricole illettré. Famille nombreuse, mère épileptique, la vie est dure. Mais, grâce au dévouement de l’instituteur du vil-lage qui l’a pris en affection, le gamin parvient à obtenir le certificat d’études. Sa scolarité s’arrête là : ses parents ne peuvent se permettre de l’entretenir. Dès l’âge de douze ans, Eugène travaille, d’abord dans une ferme puis comme apprenti charron. Seule éclaircie dans cette vie de labeur : le sport ! Rousseau pratique la course à pied et remporte plu-sieurs compétitions. Ces succès lui permettent même d’être remarqué et d’enfiler le maillot du prestigieux Racing Club de France. Désormais parisien, le jeune homme trouve un emploi de carrossier aux usines Renault. Eugène se marie – il n’a pas même vingt ans – et consacre chaque dimanche au sport. Cependant, six mois après son mariage, l’armée le réclame. Son existence va en être bouleversée ! Rousseau apprécie l’armée et la vie militaire. Il suit un peloton de sous-officiers et, au terme de son service, il obtient le grade de sergent. Il envisage alors sérieu-sement de faire carrière dans l’armée. D’autant que chez Renault, à cause de la crise, on débauche. Il rempile donc. Direction le Maroc ! Il y reste deux ans, le temps de faire deux enfants à sa femme. Le commencement d’une nombreuse nichée : Rousseau reproduit le schéma familial et se montre très attaché à ses enfants. Après le Maroc, il pantoufle dans différents bureaux de l’armée en province et dans la région parisienne et gagne ses galons d’adjudant. Rousseau n’ira pas plus loin.
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin