Petite Métaphysique des tsunamis

De
Publié par

Comment penser le mal au XXIe siècle ? Le tsunami du 26 décembre 2004 et la commémoration en 2005 de trois grandes catastrophes qui ont marqué l'Occident dans sa manière de se représenter le mal - Auschwitz ; Hiroshima et Nagasaki ; le tremblement de terre de Lisbonne (1er novembre 1755) - mettent à l'épreuve la pensée de la catastrophe. Le mal "naturel" est-il contingent ? L'homme est-il responsable du mal ? À en juger par les réactions au tsunami, tout se passe comme si, de 1755 à aujourd'hui, le mal soulevait les mêmes interrogations. Cependant, quand le mal moral rejoint les sommets qu'a connus le XXe siècle, on ne sait plus l'évoquer qu'en termes d'atteintes à l'ordre naturel du monde. Cela augure mal de notre capacité à faire face aux catastrophes futures.


Un essai vif et stimulant sur les chassés-croisés entre catastrophes naturelles et catastrophes morales, revisités à la lumière de l'actualité.


Publié le : vendredi 13 août 2010
Lecture(s) : 54
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021007510
Nombre de pages : 110
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
3
Extrait de la publication
ue
4
Extrait de la publication
5
Extrait de la publication
uy
e s
6
Extrait de la publication
utilisation océdé e une ctuelle.
7
Extrait de la publication
ns retten. ui puisse s sauver.]

Genèse
8
Le deuil de l’avenir
Le deuil de l’avenir
Nous savons aujourd’hui que l’humanisme orgueilleux qui donne au monde moderne son dynamisme inouï met en péril la continuation même de l’aventure humaine. Nous vivons désormais dans l’ombre portée de catastrophes futures qui, mises en système, provoqueront peut-être la disparition de l’espèce. Notre responsabilité est énorme, puisque nous sommes la seule cause de ce qui nous arrive. Mais le sentiment de notre responsabilité a toutes chances d’accroître démesurément l’orgueil de départ. À nous persuader que le salut du monde est entre nos mains et que l’humanité se doit à elle-même d’être son propre sauveur, nous risquons de nous précipiter toujours plus dans cette fuite en avant, dans ce grand mouvement panique à quoi ressemble chaque jour davantage l’histoire mondiale. Le philosophe allemand Günther Anders (1902-1992) fut le plus profond et le plus radical des penseurs des grandes catas-trophes du vingtième siècle. Il est moins connu que deux de ses condisciples qui étudièrent avec lui auprès de Heidegger : Hans Jonas, qui fut son ami, et Hannah Arendt, dont il fut le premier époux. Cela tient probablement à son intransigeance et au caractère fragmenté de son œuvre. Aux grands traités systéma-tiques, Anders préférait le texte d’intervention, prenant parfois la forme d’une parabole. Plus d’une fois, il aura raconté à sa manière l’histoire du déluge, dans les termes suivants : 9
Extrait de la publication
Extrait de la publication
te
-
-
s-
e. i
e
,
11
Extrait de la publication
it
i
.
t
-e e
-
it de près it en fran-emps »], res formes , Seuil,
Extrait de la publication
et le r la voie modèle rprise endra la devenue
’Europe schwitz-trielle, ont ister. » ence de prophète
ente pas plus de ais tre en e un cli-vons à
respon-ations les, que capable u phi-ie de la e toute
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.