Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,01 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Collection «Écritures arabes» dirigée par Marc Gontard

PLACE DE LA RÉGENCE

@ L'Harmattan, 1989 ISBN: 2-7384-0496-0

Abderrezak HELLAL

PLACE DE LA REGENCE

roman

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

A Ahmed

et Noureddine

Tu sais bien que je hais le froid les fonctionnaires les prêtres ils m'ont torturé tu sais bien L'œuvre en fragments, Kateb Yacine.

«

En haut et en bas ce sont deux langages
en bas
»

Deux poids, deux mesures. Les hommes ont même figure... (...) Mais ceux qui sont en bas sont maintenus

Pour que restent en haut ceux qui y sont déjà.

Bertolt Brecht Sainte Jeanne des abattoirs

Il releva la tête et ses yeux heurtèrent la rocaille. Il les ouvrit de nouveau et sa bouche croqua deux syllabes: Bouhjar, piton tressé, serti de corail, baraques, taudis, gourbis creusés dans le silex, le calcaire et le gypse, repaire d'une peuplade retirée, territoire de humbles vêtus de cendre blanche, espace profond mangé par une variété d'ocre, parfum de terre sevrée de limon, refuge de paysans pauvres mais farouches. Il fit encore quelques pas et se plongea dans une profonde rêverie: il se voyait marchant, la poitrine ceinte de médailles tandis que réduits à une valetaille, les Bouhjaris, implorant son pardon, déroulaient sous ses pieds des tapis. Il marchait, les portes s'ouvraient. Il avançait, la terre entière se courbait car, désormais, il savait. Et comment ne savait-il pas? Il savait tous les secrets de la contrée: la steppe désertique, les ocres de Béni Abbès, le hoggar, ses cheminées, ses pics, les villes du nord qui aiguisent leurs griffes, l'odeur des cabinets feutrés. Il savait et nul ne lui résistait. Ni les hommes ni les femmes, car il était à la fois vizir et gouverneur. Il fit encore quelques pas, ôta ses Raybans ; s'épongea le front. Scruta l'horizon. - C'est bel et bien l'Afrique. 11

Il voulait la conquérir, la mettre - tel un chameau - à genoux. Il voulait la peaufiner, l'embellir. Il voulait la conquérir non pas comme les troupes de ce maquis qui imitèrent les nuées de sauterelles, qui mangèrent jusqu'aux rideaux des fenêtres. Il voulait la rendre blanche. Un chat domestique. - J'abattrai tous les murs, tous les obstacles, métamorphoserai tous les sites. J'en ferai une rose éclose sur un tas de fumier. Je sacrifierai tout mon temps, embrasserai les donzelles, les mendiants. J'entrerai dans les gourbis, les maisons closes. J'écrirai - trace indélébile - l'histoire, le progrès, le développement. Oui il eût pu, comme les autres, les larves, les pansus, sauter sur la première occasion, s'installer dans un véritable palais aux larges cloisons, dicter son courrier à une secrétaire à la démarche valsante, conduire des américaines aux ailes étincelantes. Il eût pu mentir au peuple en lui pro-

mettant

«

un avenir fou ». Non, il ne voulait pas imiter cette

race ailée, parfumée. Il recevait les ordres d'en haut et se contentait - à présent - de veiller à leur parfaite exécution. Non, il était le peuple et en parlait avec ostentation. Sa présence dans ce douar, dans ce village n'était-elle pas suffisante? Il lui montra un chemin qui allait en rétrécissant. - J'en ferai une autoroute. Note secrétaire. Ne dors pas... du point nommé Chott El Ghoul jusqu'à la fontaine blanche: construction d'une autoroute, parking, station, lavage, graissage, touristes, devises, néons... Il parlait. Il dictait. Les autres obtempéraient. Exécutaient
«

sans piper mot», sans esquisser le moindre mouvement. - ... l'autoroute survolera l'oued, longera des troènes,

des eucalyptus. Est-ce que tu piges? - Parfaitement monsieur le gouverneur. - Cette autoroute sera une intarissable source de revenus. Elle contribuera à juguler l'inflation. Son secrétaire ahanait. Il le poursuivait, épousait son 12

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin