//img.uscri.be/pth/fa436a486ab5313b603d93674935dc13e44a445f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

2005 : un rêve d'Europe

De
163 pages
2005 a été une année exceptionnelle pour nous, jeunes militants associatifs, passionnés d'Europe et qui n'étions pas encore conscients politiquement lors du dernier grand débat européen qu'avait connu notre pays en 1992. Cette première constitution européenne nous l'avions tant attendue et l'engagement que nous avons mis dans la campagne référendaire était à la hauteur de cette attente. Un an après, le bilan est rude mais ce livre n'est en aucun cas une lamentation. Nous avons voulu à la fois raconter cette année exceptionnelle pour nous et expliquer pourquoi nous continuons notre combat pour une Europe fédérale sous la forme d'une compilation des textes que nous avons écrits durant cette année.
Voir plus Voir moins
2005 : un rêve d’Europe
Les Jeunes Européens France
2005 : un rêve d’Europe
Récit d’une année exceptionelle
Le Manuscrit www.manuscrit.com
Photographies : Droits réservés © Jeunes Européens France Sauf photographie page 43, reproduite avec l’aimable autorisation de l’Office du tourisme polonais
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-6895-X (livre numérique) EAN : 9782748168952 (livre numérique) ISBN : 2-7481-6894-1 (livre imprimé) EAN : 9782748168945 (livre imprimé)
LE SJE U N E SEU R O P E E N S
PREFACE2005 aura été, pour l’Union et ses peuples, l’année des déchirements et des opportunités manquées. Les deux referendums négatifs en France et aux Pays-Bas et l’accord a minima sur le budget communautaire, traduction concrète de l’absence de projet commun assumé, ont laissé une Europe en panne et en proie au doute. Doute sur le projet. Après avoir prôné « l’Europe politique » pendant des décennies, la France a abattu le projet de traité constitutionnel qu’elle avait elle-même suscité. La stupeur et l’incompréhension ont laissé place pour certains de nos partenaires à une réelle interrogation sur la possibilité, voire sur l’intérêt, de donner à l’Union une profondeur politique. Les tenants d’une Europe limitée à un grand marché affirment désormais ouvertement leur position, remettant en cause tout à la fois les chemins parcourus et ceux à venir, de l’euro à la charte des droits fondamentaux, des politiques de solidarité à la perspective d’un nouveau projet constitutionnel. La déroute du projet de constitution a semé le doute sur la vocation de l’Union européenne
9
2005 :R E V E DU N ’EU R O P E
Doute sur les frontières. Les premiers élargissements semblaient devoir trouver leur limite là où commençait le « rideau de fer ». Les élargissements de 1995 ont semblé évidents, tant la proximité culturelle était grande. L’élargissement de 2004 était politiquement nécessaire, compte tenu de l’enjeu historique de la réunification de l’Europe après la chute du mur. Aujourd’hui, la question de l’élargissement se cristallise sur la Turquie, et manque ainsi de soulever les vraies interrogations sur les défis à relever : le projet que nous voulons réaliser ensemble, la place de notre continent dans la mondialisation, la stabilisation géopolitique et la démocratie à l’Est, le développement et la prospérité au Sud… Doute sur nos capacités de succès. Jamais autant que pendant l’année 2005, le modèle économique et social européen n’aura été critiqué et mis en doute dans son existence même. La population vieillit, les dépenses d’avenir ont atteint un niveau plancher. L’Europe n’apparaît à ses citoyens ni comme un rempart contre la mondialisation, ni comme un outil pour la domestiquer. Le débat sur le « plombier polonais », en France mais aussi avec des variantes, dans beaucoup d’autres Etats membres, a montré combien était forte l’inquiétude face aux mutations économiques et géopolitiques. Pourtant la réponse à ces questions est là : la construction d’une Europe forte, démocratique et solidaire est désormais une condition de l’avenir de notre continent.
10