//img.uscri.be/pth/dc77a5b36561cf6f36abce630e483e8c3e7f3390
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

A l'encre verte. Lettres à Ingrid Betancourt et à quelques autres

De
220 pages
En réponse à l'appel d'Astrid Betancourt, Pierre-Henri Guignard, alors chef adjoint de cabinet et conseiller chargé de l'Amérique latine auprès de Dominique de Villepin, s'est rendu mi-2003 au coeur de l'Amazonie. Pour tromper l'attente et tenter de comprendre les ressorts de l'enlèvement et la situation tragique de la Colombie d'alors, il a écrit des lettres, jamais envoyées, à Ingrid et à d'autres personnes liées à son odyssée, et ce jusqu'à la libération des otages.
Voir plus Voir moins
                                        
 
                                       
 
        
À lencre verte  Lettres à Ingrid Betancourt et à quelques autres                         
 
 
    
 
Pierre Henri Guignard      À lencre verte   Lettres à Ingrid Betancourt et à quelques autres                       LH ARMATTAN
 
Ouvrage du même auteur   avec Jean-Paul Pancracio   Protocole & cérémonial   « Lordre de la République »  Éditions A. Pedone, 2012                      © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96313-9 EAN : 9782296963139  
 
         
      À
 
M
a
r
i
e
-
C
a
r
m
e
n
 
 
 
   
 
« J'ai très peur ; ma vie n'est plus à moi. Quelqu'un s'est arrogé le droit de décider pour moi. Je me sens impuissante. Mais je sais que les choses dépendent aussi de moi. Si l'on te donne un ordre, il faut obéir : c'est un enlèvement. (...) Ils nous bandent les yeux et la bouche avec du sparadrap. Ils m'attachent les mains dans le dos. C'est l'annulation de ma personnalité physique. »  Simona Torretta   *   « En arrivant à l'aéroport de Ciampino, à Rome, Simona [Torretta] et moi souriions parce que nous étions libres. Le crédit de vie que nous avions accumulé pendant tous ces jours de captivité venait enfin de nous être rendu. »  Simona Pari *     * otages à Bagdad du 8 au 27 septembre 2004, citées par Gigi Riva , correspondant diplomatique de L'Espresso, le 31 octobre 2004 .    
9