//img.uscri.be/pth/674d5867023cd9bb93361c164bd09a05a3bec09f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Architecture militaire traditionnelle en Afrique de l'Ouest

De
286 pages
Cet ouvrage présente un panorama des différents types d'architecture militaire à caractère défensif de l'Afrique de l'Ouest, avec une description minutieuse des techniques de construction et des dispositifs de défense, qui apparaissent d'une grande ingéniosité, notamment chez les tata (fortifications en banco).
Voir plus Voir moins
29IS3-2-0-63:NB879itchtuec8600Ar-2t AriAerlitierm  en lle onneditieuol ed euqirfAe agvrout Ce  stamarua , isspmocésprteenn  unopa ,ed sidffrénestlet que possibleim erutc eriatil desyp ttehircad  esnfiiruqlfAractà cadéfeère crestiip uec dnetseuva ,ed eOl ques de s technieisu eednom nitus ifitosspdis de te noitcurtsnoc dusentraisappauq ies ,féneedd ré pneuioatntseqitats nl ed eurandne ggénie in.éA sotiàld -ued o aé pturpone urep cepsevitnyd architecture miltiiaer ,luaetruqitécroilop ed sduon cdet ar (ueobdrnea eu ,maqitionquesdes ant l rejnecitreilue qu metpou tilièieg,)e ri enus nt en pan étudiaoctnl  ed  eôrelbanc en danso), itrof( asnoitacreaiitilat tes dol,ne  nuGnieé ,e du Foutah DjaluqihO .eigirrianeslcepaéo gapgrres ndaisecodes é uts seafti h aBar taucMoo rniehT ruesseforp elat en 19ccalaurétnl  eablio tbeia,nkù  o dueDoe alc qissl uaeécyélèvles  et antsela eixlis se , ées Sl.ganéSéu revinul à sedutendemain62. Au lpéerssoid  ealr e  lndsycon rentsne ngietacised u  n )temô eidlpudesdétérie suphd seru(eriotsi E).6619, 7119n isétd  eaDak rosnt sanctionnées  rap enuecil ecn lèstret (es6519d tarotcod ed eshè tne u5,98 1ent tiesrufose .rPtres lett èsÉtanu eht eroS nnobt enlaà  siltioulc ete ,ed3  eycoctorat èse de d I8.00 2prt esl d )nuoreà 6791 es de danbreu nomesrufosecoéia ss BM. aahns egneiialu ,ereihT onr de Yaoundé (Cam é àlnuvireisétteac durets éd rA eukirfal eveR  des hisociationfairacniotirne sfoe brem Me.opurssAl ed ruetadntés ersiunivses d E eteiruqdfAcitr sel rusihloist mreitilreaituue redp ulisuers ouvrages et aéicos seavas sétIl. esnta lst esmia aaZe ts ,lilié  afversà di
 
Architecture militAire trAditionnelle en Afrique de l’ ouest
Tierno Mouctr Bah
Du xvii e à l fin du xix e siècle
el-.dnai eommoém rene delistéciaps nu tse li tno de,quriAfle  d
A
ECECEA
 AD  E  E
A F
EDE
EE
C ollection D éfense S tratégie  elations nternationales  D S D irigée par F rançois anga A koa D epuis la chute du Mur de B erlin le 9 novembre 99 qui a entraîné celle du B loc socialiste esteuropéen dirigé et dominé par l’Union soviétique puis celle de l’URSS le  décembre 99 signant ainsi la fin de l’affrontement entre les pays du pacte de Varsovie et ceux de l’OT A N la guerre a pris plusieurs formes inédites jusqu’alors Le terrorisme international les guerres asymétriques la guerre économique se sont exacerbés grâce au développement exponentiel des nouvelles technologies de l’information et de la communication Par ailleurs la privatisation de l’usage de la force jusqu’alors réservé à l’ E tat a rendu possible l’externalisation de plusieurs services de l’ E tat E n effet plus que jamais se vérifie l’adage de Héraclite qui affirme que la guerre est la mère de toute chose Tel un veilleur qui attend l’aurore la collection D S scrute l’horizon de ce nouveau siècle décrypte et prospecte l’actualité internationale en ses aspects politiques diplomatiques stratégiques et militaires
D éjà pars PR A O Yao Séraphin  Le franc CFA  instrument de sousdéveloppement  Salim Oussène Sanka DA NKORO La scène internationale à l’heure des menaces terroristes   Kaïdar A YOU B et Mohi E ldine E L SH E IKH Y A HI A C omment venir à bout du conflit au D arfour ?   Mohamed Saleck OUL D MOH A M ED L E MIN E Mauritanie : l’espérance déçue 68 : une démocratie sans lendemain   Victor H A M E NI B I E L E U Politique de défense et sécurité nationale du C ameroun   B ernard F ONT A IN E Les armes à énergie dirigée Mythe ou réalité ?   G abrielle F OY L’influence de la communauté sur la géopolitique argentine de 85 à nos jours   A lphonse TONY E B arack Obama : un homme un peuple un destin   Seddik L A RK EC H E É pistémologie du risque   Sidi Mohamed SI DA TY Mémento des relations diplomatiques   A lain DE N E V E L A gence européenne de défense et la coopération dans le domaine capacitaire   Jérôme BE LIN GA G lossaire raisonné anglaisfrançais du jargon diplomatique   A bakar TOLLIMI La résolution des conflits frontaliers en A frique   Léon KOUN G OU Le régime de nonprolifération nucléaire 
E
hierno o u t r B h
D u  e à l fin  u  e sièle
A
 AD  E  E
A F  E DE
EEAECEC

re
de
© ’armattan  l’ E coleolytechniqe

http:wwwlibrairieharmattancom diffusionharmattan@wanadoofr harmattan@wanadoofr
IS B N : 9 EA N : 9
aris
EN
À
MES
PARENTS
SOUVENIR DE MON AMI SAMBA BALDE
EN GUISE DE PRÉFACE
SCÉNARIO POUR UN FILM : SAMORI Par SEMBÉNE OUSMANE
Dakar, le 22 Octobre 81
Thierno J’ai bien reç u ton mot, et le comm u niq u é a u colloq u e de Montpellier 81. A u para v ant, notre ami Barr y m’a v ait proc u ré ta thèse. Merci de to u t. J’ai été très content de ton comm u niq u é : « La stratégie des Alliances ». Po u r le film s u r Samori, je po u sse l’a u dace j u sq u ’à pro v oq u er u ne rencontre ph y siq u e entre Samori, Ahmado u , Albo u r y Ndia y e po u r négocier cette alliance. Mais comme po u r le u r échange de correspondance, il n’ y a u ra pas de s u ite : u ne concrétisation. Le cinéma historiq u e, s u rto u t po u r no u s, doit permettre cela. No u s connaissons les de ux personnages et les doctrines q u i les animent. Comme t u l’écris, se u l Albo u r y s y mbolise « ce co u rant u nitaire ». Hélas, il y a la présence de Da y Kaba à Ségo u a u côté d’Ahmado u q u i, sans trop le charger, l’accabler, fera écho u er cette rencontre. Et l u i, Da y Kaba en 9 0 -91, rentrera à Kankan a v ec les Français. Samori, des années pl u s tard, fera la même chose a v ec Ba Bemba. La rencontre Ahmado u / Samori a u ra lie u après la retraite de Samori de Sikasso entre la signat u re d u 3 ème traité de N y ako et la ch u te de Ségo u . Malgré to u t, il fa u t q u e le film soit très logiq u e et d’ u ne lect u re v is u elle très limpide. Je v e ux é v iter la légende dorée to u t en v o u lant être très près de l’histoire. A u ssi, ton tra v ail s u r l’artillerie est u n point très très capital. Je te remercie infiniment. Grâce à toi, j’ai él u u n point très important : les 4 caronades achetées à Freeto w n. De ux étaient à Sikasso. Y v es Person a v ance q u e Fisting (Major) aida Samori à po u sser T y eba dans la Forteresse a v ec les de ux canons. Je le crois… et po u r le cinéma, ceci me permet bea u co u p de choses… etc. etc. Mais reste u n point très obsc u r po u r moi… q u e sont de v en u s ces canons ? Les de ux de Sikasso, les de ux de Bissand u g u . Partant de Sikasso, Samori les a laissés ? Et po u r l’e x ode partant de Bissand u g u , q u e sont de v en u s les canons ?
Enfin je bosse d u rement. Le scénario est presq u e fini. Si t u passais à Dakar, je me ferais u n très grand plaisir de te le faire lire. Je te s u is très reconnaissant po u r ton tra v ail. E x c u se, mon écrit u re, Je s u is 1 0 à 12 he u res par jo u r à ma table de tra v ail. Écris- moi…Écris-moi, j’ai besoin de tes conseils.
8
Fraternellement Sembène
NOTES SUR LA TRANSCRIPTION DES NOMS ET TERMES AFRICAINS
No u s a v ons reten u u ne transcription phonétiq u e a u ssi simple q u e possible en no u s inspirant d u s y stème préconisé par R. Colin (Littérat u re africaine d’a u jo u rd’h u i et de demain A.D.E.C.- 1965) et d u s y stème de transcription adopté à la conférence de Bamako en 1966.
Vo y elles a– Comme papa, e- Comme dans le, é- Comme dans thé, i– Comme dans lit, o–comme dans sot, u – comme dans co u , y et w se s u bstit u ent à i et u comme semi-v o y elles, e x emple Kin y an et Woséb u g u . Nasales : no u s a v ons conser v é le s y stème français an– comme dans chant on– comme dans pont
Consonnes : même v ale u r q u ’en français b, k, d, f, l, m, n, p, r, t, v , z . s et g sont to u jo u rs d u rs.
Po u r la transcription de noms africains, no u s n’a v ons pas ten u compte des normes grammaticales françaises relati v es à l’accord d u pl u riel. Ainsi no u s écri v ons les To u co u le u r, les tata, les sanyé .