Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Au nom de la politique

De
250 pages
"En politique, la fin justifie les moyens". Pour le politicien, les barrières légales, morales et éthiques qui encadrent toute activité humaine n'existent que pour les autres. Par la force des choses, la politique, qui a pour finalité le bien-être social, est devenue un fléau. C'est à cette réalité que l'auteur a consacré les réflexions consignées dans cet ouvrage. Il organise son essai autour de quinze thématiques correspondant aux moyens funestes les plus couramment employés dans l'exercice de l'activité politique.
Voir plus Voir moins
Fodjo Kadjo ABO
AU NOM DE LA POLITIQUE Essai
Au nom de la politique
FodjoKáÔ AÔ
AÛ Ô È á ÔÛÈ
Essai
L’Harmattan
DU MÊME AUTEURŒUVRE INDIVIDUELLEPour un Véritable Réflexe Patriotique en Afrique : le cas ivoirien :paru aux Éditions L’Harmattan en 2001et réédité en 2005 ; Lettres confessionnelles :paru aux Éditions L’Harmattan en 2005 ; Quand l’ambition fait perdre la raison:aux Éditions paru L’Harmattan en 2007; Que reste-t-il de l’autorité en Afrique?: paru aux Éditions L’Harmattan en 2008; La pratique de la terreur au nom de la démocratie: paru aux Éditions L’Harmattan en 2009; Vérités sacrilèges: paru aux ÉditionsL’Harmattan en 2014; Que ne ferait-on pas pour du pognon !: paru aux Éditions L’Harmattan en 2015; Quand le malheur devient une aubaine: paru aux Éditions L’Harmattan en2015.ŒUVRE COLLECTIVEPenser la réconciliation pour panser la Côte d’Ivoire: paru aux Éditions L’Harmattan en 2015. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10271-9 EAN : 9782343102719
Aux vénérables esprits de Kouamé Abo et d’Abenan Assuama, mes père et mère qui m’ont donné la vie et tracé la voie du bonheur ; À ma bien chère épouse Rosalie Abo dont je perturbe tant le sommeil à mes moments d’inspiration; Au général Gaston Ouassenan Koné qui ne cesse de me gratifier de son expérience littéraire ; À mes bien aimés frères et amis Kalhil Zein et Étienne Kouakou qui m’ont tant soutenu dans ma carrière littéraire; À mademoiselle Donatienne Édanou, mon assistante qui se dévoue tant pour moi ; Je dédie ce modeste essai.
Introduction ___________ « Pourquoi faites-vous de la politique » ? Rares sont les politiciens qui n’ont pas eu à répondre à cette question une fois au moins au cours de leur carrière. Et tous ont eu à séduire des foules d’interlocuteurs par la noblesse de leurs ambitions et surtout par la prétention qu’ils ont de se battre pour le bien-être du peuple. De leur côté, des citoyens questionnés sur les raisons pour lesquelles une formation ou personnalité politique donnée a leur préférence n’hésitentguèreà affirmer que c’est elle qui, de leur point de vue, peut répondre au mieux aux attentes du peuple. De ces deux types de réactions, nous pouvons retenir une chose : le bien-être de la société est la finalité de la politique. En tout cas, c’est sa réalisation que politiciens et citoyens ordi-naires invoquent pour expliquer leur passion ou leur intérêt pour la politique. Celle-ci, en raison de son but, devrait garantir à la société une existence harmonieuse, paisible et heureuse. Hélas ! Force est de constater que paradoxalement, elle s’avère être un facteur de discorde, de conflits, de misère et de souffrances. Il en est ainsi parce que beaucoup de personnes pensent qu’elles sont au-dessus de la loi dès lors qu’elles sont revêtues du manteau de la politique. Se prenant pour des gens à part, elles se croient permises de faire tout ce qui est défendu par la société. N’importe quel quidam qui crée un parti ou participe à uneactivité politique s’imagine que de ceseul fait, il acquiert le droit de dire tout ce qui lui passe par la tête ou de faire tout ce que bon lui semble. Des assoiffés de pouvoir, pour parvenir à leurs fins, ont réussi le tour de force d’introduire la loi de la jungle dans la société. Il ne se passe pratiquement pas de jour sans que l’on ne 9