//img.uscri.be/pth/9eb190f8dc5d326e3fa9746e0e5547bf365d0e91
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ce que la recherche fera de nous

De
130 pages
C'est à la fois en élu Vert européen au parlement de Bruxelles, en expert scientifique et en militant écologiste de toujours, qu'Yves Piétrasanta apporte par ce livre une contribution capitale à l'actuel débat sur la recherche. Qu'elle soit nationale ou internationale, la recherche influence, détermine notre vie dans son évolution, son devenir. Ses découvertes, les choix politiques qui en découlent, modifient notre santé, notre environnement, notre confort. Doit-on laisser la recherche profiter aux seuls industriels, ou doit-elle obéir à une éthique et être employée au bénéfice du plus grand nombre?
Voir plus Voir moins

CE QUE LA RECHERCHE FERA DE NOUS

Questions Contemporaines Collection dirigée par J.P. Chagnollaud B. Péquignot et D. Rolland
Chômage, exclusion, globalisation... Jarnais les « questions contemporaines» n'ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines» est d'offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.

Dernières parutions
Delphine CAROFF, Ingrid Bétancourt ou la médiatisation de la tragédie colombienne, 2004. Eléonore MOUNOUD (coord.), La stratégie et son double, 2004. Daniel EROUVILLE, Qui sont les Trotskystes? (d'hier à aujourd'hui), 2004. En1Ïle JALLEY La crise de la psychologie. A l'université en France. 1. Origine et déterminisme, 2004 Emile JALLEY ; La crise de la psychologie. A l'université en France. 2. Etat des lieux depuis 1990, 2004. Norbert SILLAMY (sous la dir.), Jeunes-Ville-Violence,
Comprendre-PrévenirTraiter, 2004.

Nicole PÉRUISSET -FACHE, École en débat: le baroud d'honneur ?, 2004. Gilbert ANDRIEU, Les jeux Olympiques: un mythe moderne, 2004. Paul SIMELON, Hitler: comprendre une exception historique ?, 2004. Jean-Pierre LEFEBVRE, Quel altermonde ?, 2004. Laurie BOUSSAGUET, La marche blanche: des parents face à l'État belge, 2004. Jean-Marc BAILLEUX, L'engrenage de la violence, 2004. Léon COL Y, Vérité de I 'histoire et destin de la personne humaine, 2004. Marcel BaLLE DE BAL, Sociologie dans la cité, 2004.

Yves PIETRASANT A

CE QUE LA RECHERCHE FERA DE NOUS

Préface de Philippe BUSQUIN

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Autres ouvrages

d'Yves Piétrasanta

:

«L'écologie, clé de la politique », aux éditions L'Harmattan, 1998
«Les acrylates et polyacrylates fluorés », en collaboration EREC, 1998 avec Bernard Boutevin, aux Editions

« 100 mots pour comprendre ENEE, COM & CO, 1992 « L'Echarpe Verte », aux Editions

les déchets », aux Editions

Albin Michel, 1993 », aux

« Le livre blanc sur le recyclage des matières plastiques Editions EREC, 1994 «Le lagunage écologique », en collaboration Bondon, aux Editions ECONOMICA, 1994

avec Daniel

@L'Hannatlan,2004 ISBN: 2-7475-6796-6 EAN: 9782747567961

PRÉFACE

La recherche scientifique transforme notre vie. Ceci est vrai depuis toujours, le progrès économique et social étant fondamentalement basé sur celui des connaissances, ainsi que le montre et le démontre avec éloquence l'histoire. Mais c'est aujourd'hui le cas plus fortement encore que JamaIs. Dans «l'économie et la société de la connaissance» dans lesquelles nous vivons, la croissance économique, la prospérité et l'emploi, mais aussi le bien-être individuel et collectif et la qualité de la vie, celle de la santé et celle de l'environnement, reposent avant tout sur la recherche et l'exploitation de ses résultats. Berceau de la science et de la technologie sous les

formes où nous les connaissons, l'Europe, depuis quelque cinquante ans, n'est plus que la seconde puissance scientifique mondiale. Les chercheurs de talent ne manquent certes pas découvertes, en Europe, à qui l'on doit de nombreuses percées fondamentales et réalisations. Et on

trouve dans l'Union un nombre important d'excellents laboratoires et d'universités de premier plan. Mais dans l'ensemble, l'effort européen de recherche reste inférieur à celui des autres grandes puissances scientifiques et technologiques: 2 °10 seulement du PIB de l'Union, contre 2, 8 °/0 aux Etats-Unis et plus de 3 °10 au Japon. Et le système européen de recherche souffre d'une série de faiblesses, liées en partie importante au fait simple et trivial, mais lourd de conséquences, que l'Europe n'est pas un seul pays mais constituée de nombreux Etats différents.

Depuis constitue

de longues

années, la coopération importante du

scientifique projet de

une

composante

construction européenne. Avec le lancement, au Conseil européen de mars 2000, du projet d'Espace européen de la recherche, l'entreprise a pris une nouvelle dimension, qui nous rapproche recherche. Le d'une véritable de politique recherche européenne de de

Programme-Cadre

l'Union,

l'instrument de soutien financier de l'Union à la recherche, a été revu à la lumière de ce projet, dont il est aujourd'hui conçu pour aider à la réalisation. Au Conseil européen de Barcelone de mars 2002, les Chefs d'Etat et de gouvernement ont par ailleurs fixé pour objectif à l'Union de porter d'ici 2010 l'effort européen global de recherche à 3 °10de son PIB. Ces différentes composantes d'une politique européenne de recherche en gestation et en devenir ont été discutées en profondeur au Parlement européen, plus spécialement dans sa Commission en charge notamment de la recherche, la Commission ITRE. Elles ont pu y bénéficier des vues de mandataires compétents et déterminés comme Yves Piétrasanta, un homme sur le soutien duquel la Commission européenne a toujours pu compter, et en lequel j'ai constamment motivé. trouvé un interlocuteur ouvert, attentif et

Yves Piétrasanta est un homme de convictions et un homme politique engagé. Le livre qu'il nous propose ici, dans lequel il évoque son action au Parlement européen, est un ouvrage militant. Sur plusieurs points, la fusion nucléaire, par exemple, ou les OGM, il Y exprime des vues extrêmes et défend des positions radicales que je ne partage pas. Mais le débat d'idées est au cœur même du processus politique, et il est indispensable qu'il puisse avoir lieu.

8

S'agissant questions

de sujets de nature ou d'intérêt européens, aux enjeux fondamentaux pour l'Europe

ou de (et on

sait qu'il y en a de plus en plus), la meilleure enceinte pour ce débat est le Parlement européen, expression, instrument et garantie d'une Union démocratique. Sur de nombreux autres points, je ne puis par ailleurs que rejoindre Yves Piétrasanta : sur le besoin d'un important effort public de recherche, la nécessité de conduire la recherche dans le souci premier de ses retombées pour la société, l'importance des questions éthiques et de propriété intellectuelle etc. et des exigences du « développement durable »,

Dans l'Europe élargie de 25 Etats-membres, la recherche scientifique doit constituer plus que jamais une priorité. Il faut faire de l'Union un lieu attirant pour les meilleurs chercheurs du monde entier, garder en Europe nos plus brillants talents et y ramener ceux qui sont partis faire carrière ailleurs, stimuler les entreprises européennes à investir en recherche en Europe également. Ceci nécessite un effort considérable des Etats membres, en termes financiers mais aussi légal et d'organisation de la recherche: structures, carrières, régimes de propriété intellectuelle, etc. Parallèlement, il s'agit de poursuivre la mise en place d'une authentique politique européenne de recherche, en lui donnant les moyens de ses ambitions. pour Dans ses orientations pour le futur budget de l'Union les années 2007-2013, la Commission a fait des en ce sens, en proposant de doubler le moyens

suggestions

de la recherche européenne, tout en les concentrant sur cinq axes correspondant à cinq faiblesses majeures de la recherche en Europe: un mécanisme de soutien à des équipes de recherche individuelles en concurrence au niveau

9

européen, soutien

en particulier aux infrastructures

en recherche

fondamentale; humaines;

le de

et aux ressources

grands projets de recherche technologique en partenariat public/privé; la collaboration interlaboratoire dans des réseaux et des projets communs; et la coordination des de la programmes nationaux de recherche. Un pas supplémentaire dans la grande aventure construction de l'Europe de la recherche,

et d'une recherche

au service de la société et des citoyens européens, en un processus auquel, à l'instar de ses collègues Parlementaires européens, Yves Pietrasanta aura aidé à faire en sorte et assurer qu'il se déroule dans des conditions démocratiques.

Philippe BUSQUIN Commissaire Européen de la Recherche

chargé

10

INTRODUCTION

(( Regarde ce qu'est la recherche aUJourd'hui, tu auras une idée de ce que tu seras demain. ))

Tel pourrait être l'adage guidant les propos de ce livre. Car la recherche est bien plus qu'une affaire de spécialistes, techniciens ou scientifiques. C'est pourtant ce que voudraient nous faire croire les gouvernants qui étranglent les crédits dès qu'un plan de rigueur s'avère nécessaire, ou les industriels s'emparant à loisir de ses résultats. La recherche façonne, modèle, influence notre vie dans son évolution, son devenir. Notre devenir. C'est en cela qu'elle nous concerne directement. Ses retombées, ce sont nous, citoyens, qui en

connaîtrons les effets. Nous devons en être persuadés: selon les orientations et les moyens donnés à la recherche, nous en tirerons profit ou, au contraire, en serons les victimes. Et cela touche des domaines aussi essentiels que la santé, la biologie, les technologies. L'état de la recherche, le degré d'avancement de ses travaux, les investigations qu'elle mène décident bel et bien de notre existence. Nous devons donc nous en préoccuper, surveiller la direction qu'elle prend. La moraliser le cas échéant. Mais comment faire entendre ces vérités d'évidence? La réponse que je veux apporter tient en trois mots: informer, sensibiliser, proposer. Chez les Verts », parti sensible au devenir des générations futures et à l'innovation, nous participons réellement à ce débat et nous faisons des propositions que je souhaite mettre, ici, en lumière. Elles sont, sans aucun doute, pertinentes.