//img.uscri.be/pth/13bcbfc1029f6f289915883d5f0228b806169324
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Chroniques d'un poste avancé Tome 1

De
172 pages
En 1994, le capitaine Fusalba est affecté pour un an au 5e Régiment étranger basé à Mururoa. Durant son séjour, il est envoyé sur l'atoll de Takume, au coeur des Tuamotu, pour y construire une piste d'aviation au profit des habitants. Loin de sa famille, de ses amis et de ses chefs, il va consigner chaque jour les événements sur un "Journal de marche et d'opérations" ajoutant des réflexions personnelles sur la vie, le commandement de ses légionnaires et la beauté fragile des lieux. Dans le deuxième volume, l'auteur nous emportera dans un récit romanesque au Brésil.
Voir plus Voir moins
Thierry Fusalba
Chroniques d’un poste avancé
Tome 1
Les habitants du bord de Terre
Chroniques d’un poste avancé
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05997-6 EAN : 9782343059976
Thierry Fusalba
Chroniques d’un poste avancé
Tome 1 Les habitants du bord de Terre
L’Harmattan
Du même auteur : Planification et gestion de crise, L’Harmattan, 2009 L’art de la crise, L’Harmattan, 2012
Du soir montent des feux Et des pointes de silence Qui vont s'élargissant Et la lune s'avance Et la mer se déchire Infiniment brisée Par des rochers qui prirent
Des prénoms affolés
(…) Aux Marquises
Jacques Brel
Aux Marquises
Préface
J’ai retrouvé récemment dans un vieux carton quelques effets mi-litaires de l’époque où j’étais lieutenant à la Légion étrangère : un képi orné de la grenade à sept flammes, signe distinctif de cette troupe d’élite, que des années avaient déformé, deux in-signes militaires, plusieurs photos jaunies et des documents ma-nuscrits. Parmi ceux-ci, se trouvait le Journal de Marche et d’Opérations (JMO) relatant mes aventures de chef de section sur un atoll perdu en Polynésie française. Il datait de 1994 et, en le parcourant, je me suis dit qu’il était temps de le porter à la con-naissance du public, non par prétention, car le style littéraire est pauvre, mais parce qu’il témoigne d’une époque où la condition d’officier différait de celle d’aujourd’hui. Pour autant, je ne suis pas passéiste pour un sou. Je ne considère pas « qu’avant c’était mieux » et que, désormais, l’armée, à l’image du pays, part à vau-l’eau. Mais à l’époque j’étais jeune et, pour tout dire, j’exerçais mon métier avec passion, avec une certaine insouciance. C’est pourquoi j’ai été surpris de constater que j’avais noirci les pages de ce journal jusqu’au dernier jour de ma mission, quand j’ai une propension naturelle à ne pas aller jusqu’au bout de mes entre-prises. Ceci est d’autant plus méritoire que tenir à jour un tel do-cument n’est pas chose aisée, surtout lorsque les conditions ma-térielles ou opérationnelles ne s’y prêtent guère.
Un JMO n’est pas une publication comme une autre. Il ne suffit pas d’y noter scrupuleusement les événements de la journée, les uns à la suite des autres, car le résultat ainsi obtenu serait en-nuyeux à la lecture et surtout, il n’apprendrait rien de ce qui s’est
9