//img.uscri.be/pth/86a6533e575e9a6b7e94d4085b66f567ab046e23
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Comment mettre fin à une dictature solidement installée

De
122 pages
Ce livre est une réflexion sur la tyrannie. Il s'adresse à tous les citoyens du monde qui cherchent à se débarrasser d'une dictature solidement installée mais qui ne trouvent pas la voie à suivre ou la solution idéale. Le contexte étant différent, d'un pays à l'autre et d'une dictature à l'autre, il est bien nécessaire de choisir la recette sinon les recettes la/les plus adaptée(s) au contexte national. Mais dans toutes les circonstances, trois forces doivent absolument se rencontrer pour qu'il y ait un véritable changement: le nombre de participants qui créent une grande union, l'intelligence qu'on appelle stratégie et la détermination qui permet d'aller jusqu'au bout de la vision commune.
Voir plus Voir moins
FweleyDIANGITUKWA
Comment mettre fin à une dictature solidement installée
Comment mettre fin à une dictature solidement installée
Fweley Diangitukwa
Comment mettre fin à une dictature solidement installée
Du même auteur Aux éditions L’Harmattan Notre vie est un mystère(récit), 2012. La thèse du complot contre l’Afrique. Pourquoi l’Afrique ne se développe pas, 2010. Les grandes puissances et le pétrole africain. États-Unis – Chine : une compétition larvée pour l’hégémonie planétaire, 2009. Migrations internationales, codéveloppement et coopération décentralisée, 2008. Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC, Paris, 2007. Le règne du mensonge politique en RD Congo. Qui a tué L.-D. Kabila ?, Paris, 2006. Géopolitique, intégration régionale et mondialisation(essai), Paris, 2006. Qu’est-ce que le pouvoir ?, (essai), Paris, 2004. Pouvoir et clientélisme au Congo-Zaïre-RDC(essai), Paris, 2001. Qui gouverne le Zaïre ? La République des copains(essai), Paris, 1997. Chez d’autres éditeurs Le rôle du leader dans l’organisation, Éditions Universitaires Européennes, Saarbrücken (Allemagne), 2016. Quand les Africains se réveilleront, le monde changera, éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, 2016. L’Afrique doit renaître, éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, 2016. Les Congolais rejettent le régime de Kabila (sous la direction de), éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, juin 2015. Leadership et management. L’exemple suisse, éditions Presses académiques francophones, Saarbrücken (Allemagne), mars 2015. Comment devenir un leader charismatique et efficace, éditions Monde Nouveau, 2013. Gouvernance, action publique et démocratie participative, éditions Dictus Publishing, Saarbrücken (Allemagne), 2012, 2e édition. Gouvernance, action publique et démocratie participative, éditions Monde Nouveau/Afrique Nouvelle, 2011. Méthodologie du mémoire et de la thèse. L’art d’écrire un travail de recherche, éditions Presses académiques francophones, Saarbrücken (Allemagne), 2012. Lettre à tous les Congolais. Savoir gouverner et servir la République, Saint-Légier (Suisse), éditions Afrique Nouvelle, 2003. L’exercice du pouvoir au Japon et en Afrique, Saint-Légier (Suisse), Afrique Nouvelle, 2001. Le Paradis violé(roman), Saint-Légier (Suisse), éditions Afrique Nouvelle, 1996. Quelle solution pour l’Afrique ?(théâtre), Saint-Légier (Suisse), Afrique Nouvelle, 1993. Maréchal Mobutu, je vous parle, Saint-Légier (Suisse), éditions Afrique Nouvelle, 1990. Couronne d’épines(poèmes), Paris, éditions Saint-Germain-des-Prés, 1985. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-11096-7 EAN : 9782343110967
Prolégomènes
Partout au monde, les peuples aiment vivre en paix et être 1 libres. Malheureusement, il y a plus d’autocrates que de démocrates sur la planète.La dictature est une salissure, une souillure qu’aucun peuple ne peut accepter. Mais comment un peuple peut-il se débarrasser d’une dictature solidement installée? Ce livre donne des éléments de réponse à cette question cruciale. Si les citoyens-électeurs ont toujours été incapables d’agir efficacement pour faire triompher leurs attentes, c’est parce qu’ils ne se sont jamais mis ensemble pour lutter contre le régime dictatorial et son lot d’injustices. Ils se sentent incapables de lutter ensemble et de mettre fin au cycle de violence et de représailles parce qu’ils n’ont aucune confiance en leur capacité de faire face à une dictature brutale qui les opprime. Les dirigeants et les élus doivent savoir que les citoyens-électeurs ne seront pas tout le temps des récepteurs naïfs mais qu’ils peuvent devenir des acteurs de leur propre avenir lorsqu’ils le décident; c’est pour cela qu’ils veulent participer au processus de prise de décision à tous les niveaux. Cet essai a été rédigé pour contribuer à réveiller les citoyens qui vivent dans les pays dictatoriaux, en commençant par les pousser à s’exprimer et à être exigeants avec eux-mêmes avant d’imposer leurs propres exigences aux décideurs qu’ils élisent et à ceux qui s’imposent à eux sans demander l’autorisation de les gouverner.
1 r  Lire Patrick Boman, Bruno Fuligni, D Lichic etal,Le Guide suprême. Petit dictionnaire des dictateurs, Ginkgoéditeur, sans année d’édition. 7
Dans chaque pays, le peuple doit mettre en œuvre l’importance et la puissance du nombre de mécontents lorsqu’il se dresse résolument contre la tyrannie, car la participation massive du peuple apporte sa part de légitimité à la lutte non violente. Srdja Popovic dit : « Dans un combat 2 non violent, le nombre est le seul moyen de l’emporter » . Pour bien réussir, il faut rassembler beaucoup de monde. En plus, le peuple doit exploiter au maximum l’imagination et la détermination de ses membres les plus compétents et les plus résolus à changer la nature d’un régime dictatorial afin d’arriver à surmonter l’oppression et les forces militaires. Vaincre la peur collective est la première étape de la victoire. Dans la forêt, des buffles exacerbés par la violence du lion se dressent contre lui, le harcèlent et le contraignent à fuir afin qu’ils vivent en paix. Grâce àla loi du nombre, à leur imagination, à leur stratégie d’encerclement avant d’agir et à leur détermination, ils parviennent à faire détaler le lion, roi de la forêt, qui prétend être l’animal le plus violent, le plus féroce et le plus puissant. Devant l’engagement de chaque buffle qui entre dans la danse, même le lion le plus féroce n’y peut rien. Il ne peut que fuir. Il y a des peuples qui ont réussi à faire fuir leur dictateur parce que chaque citoyen a accepté de se mettre en mouvement en entrant dans la contestation collective. Mais chacun n’entrerait certainement pas dans cette protestation pour défendre un intérêt collectif s’il n’avait pas reçu auparavant l’appel d’un individu ou d’un groupe organisé et résolu à mettre fin à la tyrannie. Cet individu peut être moi, mais il peut aussi bien être vous, lecteur anonyme. Un
2 Srdja Popovic,Comment faire tomber un dictateur quand on est seul, tout petit, et sans armes, Paris, Payot & Rivages, 2015, p. 62. 8
véhicule ne se met en marche que lorsque son moteur est actionné. Si les pays gouvernés par des tyrans sanguinaires sont partout en ébullition, il manque souvent au peuple un groupe organisé qui suscite l’élan et qui montre la direction à suivre pour se libérer de la tyrannie. On a tendance à oublier que partout au monde les gouvernants ne sont pas plus nombreux que les gouvernés et ils ne sont pas plus intelligents que la somme des intelligences des gouvernés. Alors, le peuple doit prendre son courage pour se libérer de la dictature s’il estime qu’il est mal gouverné. Il y a beaucoup plus de force dans le pouvoir du peuple que dans le pouvoir des gouvernants. Le peuple constitue la masse tandis que les dirigeants ne sont qu’une poignée et, face à la masse en mouvement, la poignée ne peut rien. Elle détale toujours. Si les dictateurs imposent leur pouvoir, c’est parce qu’ils parviennent à diviser le peuple en plaçant chaque individu devant ses propres intérêts et en l’empêchant de se préoccuper de ceux des autres. C’est pourquoi, dans chaque pays, les responsables de mouvements de changement doivent se mobiliser et rassembler les forces disparates afin que celles-ci forment une véritable union qui cherchera à défendre les intérêts de la nation. Des peuples martyrisés ont donc l’obligation d’agir comme les buffles, de façon telle qu’ils arrivent à désintégrer la dictature afin de faire régner la paix et la justice qui sont des préalables à la démocratie, à la gouvernance et au développement. La théorie de la non-violence existait déjà pendant l’Antiquité et elle a traversé le temps jusqu’à frapper devant nos portes, aujourd’hui. Pour protester contre les lourdes taxes imposées par Londres sur certains produits, les colons e américains avaient utilisé la non-violence au XVIII siècle et 9