Comment venir à bout du conflit au Darfour ?

De
Publié par

Gigantesque, complexe à la fois historiquement et stratégiquement, le Darfour a été longtemps au centre d'un lot d'affrontements traditionnels et d'interminables conflits internes. Il est crucial que le regard porté sur cette région soit plus global que l'angle exclusivement humanitaire, pour en appréhender toute la complexité : des négociations de paix qui piétinent et une partition Nord-Sud qui ne s'opère pas comme elle l'aurait dû.
Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 35
EAN13 : 9782296496026
Nombre de pages : 228
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat


omment
du conflit

venir à bout
a
u
Da
rfour
?

C
ollection
D
éfense

tratégie 

elations

nternationales

D
.

.

.



D
irigée par
F
r
ç
o

s

A

o


D
epuis la chute du Mur de
B
erlin le
0
 no
v
embre  qui a
entraîné celle du
B
loc socialiste esteuropéen dirigé et dominé
par l’Union so
v
iétique puis celle de l’URSS le
0
 décembre
 signant ainsi la fin de l’affrontement entre les pa
y
s du
pacte de Varso
v
ie et ceu
x
de l’OT
A
N la guerre a pris plusieurs
formes inédites jusqu’alors Le terrorisme international les
guerres as
y
métriques la guerre économique se sont e
x
acerbés
grâce au dé
v
eloppement e
x
ponentiel des nou
v
elles technologies
de l’information et de la communication Par ailleurs la
pri
v
atisation de l’usage de la force jusqu’alors réser
v
é à l’
E
tat
a rendu possible l’e
x
ternalisation de plusieurs ser
v
ices de l’
E
tat
E
n effet plus que jamais se
v
érifie l’adage de éraclite qui
affirme que la guerre est la mère de toute chose Tel un
v
eilleur
qui attend l’aurore la collection
D
.

.

.

scrute l’hori
z
on de ce
nou
v
eau siècle décr
y
pte et prospecte l’actualité internationale
en ses aspects politiques diplomatiques stratégiques et
militaires

D
éjà pars
Victor 
A
M
E
N
B

E
L
E
U
oli
t
iq
u
e de défense e
t
séc
u
ri
t
é
na
t
ionale d
u
C
amero
u
n
 
0

B
ernard
F
ONT
A
N
E

es armes à énergie dirigée 
yt
he o
u
réali
t
é 
 
0

G
abrielle
F
OY


infl
u
ence de la comm
u
na
ut
é s
u
r la
géopoli
t
iq
u
e argen
t
ine de 
0
à nos jo
u
rs
 
0

A
lphonse TONY
E

B
arack bama 
u
n homme
u
n pe
u
ple
u
n
des
t
in
 
0

Seddik L
A
RK
EC

E

É
pis
t
émologie d
u
risq
u
e
 
0

Sidi Mohamed S
DA
TY
émen
t
o des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es


0

0

A
lain
DE
N
E
V
E


A
gence e
u
ropéenne de défense e
t
la
coopéra
t
ion dans le domaine capaci
t
aire
 
0

0

Jérôme
BE
LN
GA

G
lossaire raisonné anglaisfrançais d
u
jargon diploma
t
iq
u
e
 
0

0

a
ïd
a
r

Y


ohi
E
ldine
E E Y




omment venir à bout
du conflit
a
u
Da
rfour
?

llusraions de couverure  care du Soudan e phoographie de
aïdar
A
youb quarier général de la U
AD

D
arfour

© armattan 
 re de l
É
coleolytechniqe   aris

hpwwwlibrairieharmaancom
diffusionharmaanwanadoofr
harmaanwanadoofr

S
B
  
EA
  

C’est

peut-être

«
plus

Et maintenant il faut gagner la paix.
difficile que de gagner la guerre… »

Georges CLEMENCEAU
6 no
v
embre 1918

R
emerciements

A
u t
erme de ce
tt
e réfle
x
ion, les a
ut
e
u
rs remercien
t
de
manière solennelle M. Emman
u
el CAULIER, Vice- présiden
t
de l’Uni
v
ersi
t
é in
t
erna
t
ionale de Bra
zz
a
v
ille e
t
A
v
oca
t
a
u
barrea
u
de Paris po
u
r sa disponibili
t
é e
t
son so
ut
ien. Son
e
x
périence, son espri
t
cri
t
iq
u
e e
t
ses conseils abondan
t
s q
u
’il
no
u
s a donnés,
t
o
ut
a
u
long de ce
tt
e é
tu
de, no
u
s on
t
é
t
é
t
rès
ut
iles.
Po
u
r des raisons é
v
iden
t
es de confiden
t
iali
t
é, les a
ut
e
u
rs ne
pe
uv
en
t
pas remercier nominalemen
t
les différen
t
es
personnali
t
és a
u
So
u
dan o
u
en France q
u
i no
u
s on
t
permis de
mener ce
tt
e réfle
x
ion à
t
erme.
E
t
bien s
û
r nos remerciemen
t
s à ce
ux
q
u
i pe
uv
en
t
ê
t
re
remerciés sans crain
t
e po
u
r le
u
r aide à mie
ux
comprendre les
apories de ce monde, M. Pascal CHAIGNEAU, Professe
u
r des
u
ni
v
ersi
t
és à Paris Descar
t
es e
t
direc
t
e
u
r de séminaire à l’École
de G
u
erre, e
t
M. Fo
u
ad NOHRA, maî
t
re de conférence e
t
direc
t
e
u
r des é
tu
des a
u
Cen
t
re d’é
tu
des diploma
t
iq
u
es e
t
s
t
ra
t
égiq
u
es de Paris.
Nos gra
t
i
tu
des
v
on
t
a
u
ssi à nos paren
t
s q
u
i no
u
s on
t
appris
q
u
e le respec
t
de l’h
u
mani
t
é es
t
a
v
an
t t
o
ut u
ne q
u
ê
t
e de j
u
s
t
ice
e
t
d’égali
t
é, indispensables po
u
r ass
u
rer pai
x
e
t
séc
u
ri
t
é dans le
monde. Mission impossible ? Pe
ut

t
re, mais pl
u
s q
u
e jamais
nécessaire.

S
omm
a
ire

Remerciemen
t
s .....................................................................................9
Préface................................................................................................1
3
Abré
v
ia
t
ions .......................................................................................17
No
t
es d’in
t
rod
u
c
t
ion s
u
r la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan............................19
In
t
rod
u
c
t
ion ........................................................................................
23

PREMIÈRE PARTIE
Le Darfour, un conflit aux racines tentaculaires ...........................35

CHAPITRE I
D
u
Darfo
u
r a
u
So
u
dan : esq
u
isse d’
u
ne his
t
oire ambig
u
ë..................
3
7
CHAPITRE II
Esq
u
isse d’e
t
hnographie his
t
oriq
u
e ....................................................49
CHAPITRE III
Un confli
t
a
ux
origines enche
v
ê
t
rées .................................................59

DEUXIÈME PARTIE
Repenser la paix au Darfour ...........................................................97

CHAPITRE I
L’en
t
rée en lice de la comm
u
na
ut
é in
t
erna
t
ionale ..............................99
CHAPITRE II
In
t
er
v
en
t
ionnisme en mal de s
t
ra
t
égies ............................................111
CHAPITRE III
Commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r ? ....................
.
........... 14
3

Concl
u
sion........................................................................................19
3
O
uv
rages e
t
références bibliographiq
u
es..........................................
20
1
Anne
x
es............................................................................................
20
5
Table des ma
t
ières ............................................................................
223

P
réf
a
ce

Jadis q
u
alifiée de
t
ragédie o
u
bliée par les médias
« in
t
erna
t
iona
ux
» e
t
par les lobbies h
u
mani
t
aires, alors
même q
u
’elle faisai
t
l’obje
t
d’
u
n ba
tt
age poli
t
iq
u
e
lancinan
t
e
t
d’
u
ne s
u
renchère compassionnelle impres-
sionnan
t
e, la crise d
u
Darfo
u
r a cessé d’occ
u
per les écrans
de
t
élé
v
ision, les colonnes des ga
z
e
tt
es, les b
u
lle
t
ins e
t
commen
t
aires radiophoniq
u
es, mais a
u
ssi, comme par
enchan
t
emen
t
, les r
u
briq
u
es people e
t
les disco
u
rs de nos
poli
t
iciens, q
u
elq
u
e par
t
en
t
re les é
t
és
200
9 e
t 20
1
0
. Fin
des hos
t
ili
t
és fa
ut
e de comba
tt
an
t
s ? Trê
v
e o
u
miracle de
sagesse ? Con
v
ersion so
u
daine des pro
t
agonis
t
es e
t
des
« grandes p
u
issances » à la négocia
t
ion ? Rien de
t
o
ut
cela… A
y
an
t
fai
t
donner son arsenal poli
t
iq
u
e, ses
menaces e
t
ses sanc
t
ions, sa diss
u
asion mili
t
aire, sa
machinerie h
u
mani
t
aire, son ro
u
lea
u
compresse
u
r
média
t
iq
u
e, ses por
t
e-
v
oi
x
sociomondains, la « comm
u
-
na
ut
é in
t
erna
t
ionale »,
u
ne fois présen
t
e a
u
Darfo
u
r, aba
t
le no
uv
ea
u
joker don
t
elle s’es
t
do
t
ée : la Co
u
r pénale
in
t
erna
t
ionale. Le Proc
u
re
u
r général Moreno-Ocampo
semble
t
rès mo
t
i
v
é. P
u
isq
u
’il ne pe
ut
inc
u
lper de son
propre chef les dirigean
t
s d’
u
n pa
y
s q
u
i n’es
t
pas par
t
ie a
u
t
rai
t
é de Rome, le Conseil de séc
u
ri
t
é
v
a l
u
i prê
t
er la main
en l
u
i demandan
t
de se saisir d
u
dossier. A
u
-delà des de
ux
premiers responsables po
u
rs
u
i
v
is -
u
n secré
t
aire d’E
t
a
t
e
t
u
n chef de milice – c’es
t
manifes
t
emen
t
le présiden
t
a
l-
B
as
hir q
u
i es
t v
isé par le proc
u
re
u
r : en mars
200
9,
u
n
manda
t
d’arrê
t
es
t
lancé po
u
r « crimes de g
u
erre » e
t

« crimes con
t
re l’h
u
mani
t
é », enrichi en j
u
ille
t 20
1
0
d’
u
ne
acc
u
sa
t
ion de « génocide ». La « comm
u
na
ut
é in
t
erna-
t
ionale »
v
a désormais se con
t
en
t
er de s
t
igma
t
iser
u
n pa
y
s
q
u
i bafo
u
e l’a
ut
ori
t
é de la CPI e
t
ref
u
se de li
v
rer son
présiden
t
en e
x
ercice, no
t
an
t
a
v
ec dépi
t
e
t
colère ren
t
rée le
ref
u
s de coopérer des Africains, des Arabes e
t
de q
u
elq
u
es
a
ut
res, la Chine par e
x
emple, sans jamais s’in
t
erroger s
u
r
le fond de la q
u
es
t
ion. Dans le même
t
emps, le silence
média
t
iq
u
e e
t
poli
t
iq
u
e s’ins
t
alle s
u
r le Darfo
u
r o
ù
la crise
paraî
t
po
u
r le co
u
p « o
u
bliée ».
E
t
po
u
r
t
an
t
, si elle a
v
ai
t t
ro
uv
é
u
ne sol
ut
ion, cela se
sa
u
rai
t
… Mais
t
o
ut
se passe comme si les mor
t
s, blessés e
t
es
t
ropiés, les
v
ic
t
imes d’e
x
ac
t
ions en
t
o
ut
genre, q
u
i se
dénombren
t
par di
z
aines e
t
di
z
aines de milliers, les
cen
t
aines de milliers de déplacés e
t
réf
u
giés (
v
oire
da
v
an
t
age) n’in
t
éressaien
t
pl
u
s les promo
t
e
u
rs de bilans, le
manda
t
d’arrê
t
con
t
re Omar al-B
as
hir
t
enan
t
lie
u
de
règlemen
t
, o
u
de règlemen
t
de comp
t
es.
Dans ces condi
t
ions, à défa
ut
d’a
v
oir p
u
me
tt
re fin à
u
n
confli
t
q
u
i fê
t
era bien
t
ô
t
son di
x
ième anni
v
ersaire, il res
t
e
à se demander « commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r ». Le
t
i
t
re choisi par Kaïdar AYOUB e
t
Mohi
Eldine SHEIKH YAHIA me semble donc bien
t
ro
uv
é, le
u
r
o
uv
rage s’adressan
t
a
ux
lec
t
e
u
rs sans a priori q
u
i ne se
sa
t
isfon
t
pas des incan
t
a
t
ions pl
u
s o
u
moins h
y
pocri
t
es,
mais q
u
i so
u
hai
t
en
t
comprendre les
t
enan
t
s e
t
abo
ut
issan
t
s
de ce confli
t
gigogne.
L’o
uv
rage, coiffé d’
u
ne asse
z
long
u
e in
t
rod
u
c
t
ion,
compor
t
e de
ux
par
t
ies.
La première
, en
t
amée par
u
ne
esq
u
isse his
t
oriq
u
e (chapi
t
re I) e
t
e
t
hnographiq
u
e
(chapi
t
re II), décor
t
iq
u
e ens
u
i
t
e (chapi
t
re III) les racines
« enche
v
ê
t
rées » d
u
confli
t
, o
u
pl
ut
ô
t
« des confli
t
s » d
u
Darfo
u
r, laissan
t
po
u
r la fin l’aspec
t
j
u
ridiq
u
e de la
t
ragédie h
u
mani
t
aire, a
v
ec la difficile q
u
es
t
ion de

14

« l’obliga
t
ion de pro
t
éger » face à
u
n « génocide »
t
rès
poli
t
isé.
La deuxième partie
propose de repenser la pai
x
a
u
Darfo
u
r. On
y
décri
t
l’en
t
rée en scène de la comm
u
-
na
ut
é in
t
erna
t
ionale (chapi
t
re I), celle des ac
t
e
u
rs les pl
u
s
légi
t
imemen
t
concernés, l’Union africaine d’abord, p
u
is
les Na
t
ions
u
nies, a
v
an
t
de passer (a
u
chapi
t
re II) à ce q
u
e
les a
ut
e
u
rs appellen
t
non sans malice « l’in
t
er
v
en-
t
ionnisme en mal de s
t
ra
t
égies ». Il s’agi
t
d’abord de la
difficile h
y
brida
t
ion de l’ac
t
ion de l’Union africaine e
t
des
Na
t
ions
u
nies so
u
s la pression e
t
l’œil pl
u
s o
u
moins
mal
v
eillan
t
de ce
ux
q
u
i se considèren
t
comme la
v
éri
t
able
« comm
u
na
ut
é in
t
erna
t
ionale », à sa
v
oir l’E
u
rope e
t
l’Amériq
u
e, p
u
is de le
u
r désill
u
sion de
v
an
t
des échecs
annoncés. La Chine es
t
assimilée à ces « grands ac
t
e
u
rs »,
ce q
u
e cer
t
ains po
u
rron
t
disc
ut
er. C’es
t
a
u
chapi
t
re III, en
fin d’o
uv
rage, q
u
e l’on re
v
ien
t v
ers les « op
t
ions
so
u
danaises »,
u
ne séq
u
ence q
u
i s
y
mbolise bien la
démarche erronée choisie par lesdi
t
s « grands ac
t
e
u
rs », en
q
u
ê
t
e de l’ingérence poli
t
iq
u
e e
t
mili
t
aire a
u
So
u
dan bien
a
v
an
t
d’ê
t
re à la recherche d’
u
ne sol
ut
ion négociée a
u
Darfo
u
r. C’es
t
donc dans le cadre d’objec
t
ifs so
u
danais
q
u
e les ac
t
e
u
rs « in
t
erna
t
iona
ux
» doi
v
en
t
agir en fa
v
e
u
r
de la pai
x
: a
u
premier rang les Africains (
v
ia l’Union
africaine e
t
les pa
y
s de la so
u
s-région) so
ut
en
u
s mais non
é
v
incés par l’ONU (MINUAD), e
t
in fine les grandes
p
u
issances. Sans o
u
blier le go
uv
ernemen
t
so
u
danais
a
u
q
u
el re
v
ien
t
la responsabili
t
é première e
t u
l
t
ime de
poser de no
uv
elles bases cons
t
i
tut
ionnelles e
t
ins
t
i
tu
-
t
ionnelles po
u
r
u
n So
u
dan refondé q
u
i a
u
rai
t
enfin
t
ro
uv
é
dans l’
u
ni
t
é na
t
ionale la pai
x
, la solidi
t
é e
t
la s
t
abili
t
é q
u
i
l
u
i on
t t
an
t
fai
t
défa
ut
.
Je laisse a
u
lec
t
e
u
r le soin de déco
uv
rir les
v
oies q
u
e
s
u
ggèren
t
nos de
ux
a
ut
e
u
rs po
u
r l’a
v
enir. Q
u
e l’on par
t
age
o
u
non le
u
rs concl
u
sions, on lira s
û
remen
t
a
v
ec le pl
u
s

15

grand in
t
érê
t u
n o
uv
rage q
u
i parle, a
v
ec empa
t
hie e
t
sans
emphase, d
u
confli
t
d
u
Darfo
u
r,
t
o
u
jo
u
rs en a
tt
en
t
e d’
u
n
règlemen
t
, mais a
u
ssi d
u
So
u
dan, nag
u
ère encore le pl
u
s
grand pa
y
s de l’Afriq
u
e e
t
d
u
monde arabe.
La page
t
o
u
rnée en
20
11 a
v
ec la sépara
t
ion d
u
S
u
d ne
cons
t
i
tu
e pas la « fin de l’His
t
oire » po
u
r ce mas
t
odon
t
e
m
ut
ilé par la per
t
e d’
u
n q
u
ar
t
de son
t
erri
t
oire e
t
d
u
cinq
u
ième de sa pop
u
la
t
ion. Cependan
t
, son des
t
in es
t
doréna
v
an
t
s
u
spend
u
a
u
de
v
enir d
u
Darfo
u
r. E
t
po
u
r q
u
e
ce
t
a
v
enir soi
t
he
u
re
ux
, il ne fa
ut
sans do
ut
e pas
t
rop
comp
t
er s
u
r la bien
v
eillance des « grands ac
t
e
u
rs ». Il fa
ut
me
tt
re
u
n
t
erme a
u
po
u
rrissemen
t
de la si
tu
a
t
ion en
définissan
t
a
u
pl
u
s
v
i
t
e « commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r »,
u
ne pai
x
so
u
danaise, on l’a
u
ra de
v
iné, e
t
non pas
u
ne pa
x
americana…
Ka
ï
dar AYOUB e
t
Mohi Eldine SHEIKH YAHIA
a
u
ron
t
appor
t
é le
u
r con
t
rib
ut
ion à ce
tt
e long
u
e e
t
difficile
recherche.

Michel RAIMBAUD

16


brévi
a
tions

ALS :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
ALS-AW :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan, branche Abdel
w
ahid al-
No
u
r
ALS-MM :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan, branche Mini Arko
y
Mina
w
i
ARD :
A
ut
ori
t
é régionale a
u
Darfo
u
r
AUHIP :
Panel de ha
ut
ni
v
ea
u
de l’Union africaine po
u
r le Darfo
u
r
Care :
Organisa
t
ion h
u
mani
t
aire in
t
erna
t
ionale
CCF :
Commission de cesse
z
-le-fe
u
CERD :
Con
v
en
t
ion in
t
erna
t
ionale s
u
r l’élimina
t
ion de
t
o
ut
es les
formes de discrimina
t
ion raciale.
CSJ :
Commission d
u
ser
v
ice j
u
diciaire
DDPD :
Doc
u
men
t
de Doha po
u
r la pai
x
a
u
Darfo
u
r
DOMP :
Dépar
t
emen
t
des Opéra
t
ions de main
t
ien de la pai
x
de
l’Organisa
t
ion des Na
t
ions
u
nies
EUFOR :
Forces de l’Union e
u
ropéenne
FAS :
Forces armées so
u
danaises
FCD :
For
u
m de cons
u
l
t
a
t
ion a
u
Darfo
u
r
CSAFF :
Commission de s
u
r
v
eillance de l’alloca
t
ion fiscale e
t
financière
FLS :
Fron
t
de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
FNI :
Fron
t
na
t
ional islamiq
u
e
FNS :
Fron
t
na
t
ional d
u
sal
ut
FRDD :
Fonds po
u
r la recons
t
r
u
c
t
ion e
t
le dé
v
eloppemen
t
a
u
Darfo
u
r
FRN :
Fonds de re
v
en
u
na
t
ional
FROLINAT
: Fron
t
de libéra
t
ion na
t
ionale d
u
Tchad
GoSS :
Go
uv
ernemen
t
d
u
S
u
d-So
u
dan
GUAD :
Gro
u
pe de ha
ut
ni
v
ea
u
de l’Union africaine a
u
Darfo
u
r
HCR :
Ha
ut
-commissaria
t
des Na
t
ions
u
nies po
u
r les réf
u
giés
IDE :
In
v
es
t
issemen
t
s direc
t
s é
t
rangers
IDH :
Indice de dé
v
eloppemen
t
h
u
main
IGAD :
A
ut
ori
t
é in
t
ergo
uv
ernemen
t
ale po
u
r le dé
v
eloppemen
t
.

L’Alliance internationale Save the Children :
Organisa
t
ion non
go
uv
ernemen
t
ale de défense des droi
t
s de l’enfan
t
MEJ :
Mo
uv
emen
t
po
u
r l’égali
t
é e
t
la j
u
s
t
ice
MINUAD :
Mission des Na
t
ions
u
nies e
t
de l’Union africaine a
u
Darfo
u
r
MINURCAT :
Mission des Na
t
ions
u
nies en Rép
u
bliq
u
e
cen
t
rafricaine e
t
d
u
Tchad.
MINUS :
Mission des Na
t
ions
u
nies a
u
So
u
dan
MLJ :
Mo
uv
emen
t
de libéra
t
ion e
t
de j
u
s
t
ice
MLS :
Mo
uv
emen
t
de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
MPLS :
Mo
uv
emen
t
pop
u
laire de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
MPS :
Mo
uv
emen
t
pa
t
rio
t
iq
u
e d
u
sal
ut t
chadien
MSF :
Médecins sans Fron
t
ières
MUAS :
Mission de l’Union africaine a
u
So
u
dan
OCHA :
B
u
rea
u
de la coordina
t
ion des affaires h
u
mani
t
aires des
Na
t
ions
u
nies
OIM :
Organisa
t
ion in
t
erna
t
ionale po
u
r les migra
t
ions
OMS :
Organisa
t
ion mondiale po
u
r la san
t
é
OUA :
Organisa
t
ion de l’
u
ni
t
é africaine
Oxfam :
O
x
ford Commi
t
ee for famine relief, Organisa
t
ion
h
u
mani
t
aire in
t
erna
t
ionale
PCN :
Par
t
i d
u
congrès na
t
ional
PESC :
Poli
t
iq
u
e é
t
rangère de séc
u
ri
t
é comm
u
ne
PIDCP :
Pac
t
e in
t
erna
t
ional rela
t
if a
ux
droi
t
s ci
v
ils e
t
poli
t
iq
u
es
PIDESC :
Pac
t
e in
t
erna
t
ional rela
t
if a
ux
droi
t
s économiq
u
es, socia
ux
e
t
c
u
l
tu
rels
PPTE :
Pa
y
s pa
uv
re
t
rès ende
tt
é
RPC :
Rép
u
bliq
u
e pop
u
laire de Chine
SMF
: S
y
s
t
ème de microfinance
TSD :
Trib
u
nal spécial po
u
r le Darfo
u
r
UA :
Union africaine
UE :
Union e
u
ropéenne
UNICEF :
Fonds des Na
t
ions
u
nies po
u
r l’Enfance

18

N
otes d

introduction
sur l
a R
épublique du
S
oud
a
n

L’É
t
a
t
d
u
So
u
dan, le pl
u
s grand e
t
le pl
u
s comple
x
e
t
errain
de recherche sociale e
t
po
u
r
t
an
t
le moins bien conn
u
de
l’Afriq
u
e arabisée e
t
de l’Afriq
u
e s
u
bsaharienne, a é
t
é
t
o
u
jo
u
rs
a
u
cen
t
re des con
v
oi
t
ises occiden
t
ales e
t
n’a g
u
ère conn
u
de
période de pai
x
dep
u
is son indépendance.
Di
x
-sep
t
ième pa
y
s a
u
monde par la s
u
perficie, pa
y
s d
u
monde arabe la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan co
uv
re à elle se
u
le
u
ne
s
u
perficie de q
u
elq
u
e 1,89
0
million de km
2
soi
t
près d
u
,
di
x
ième de la s
u
rface d
u
con
t
inen
t
1
. Elle représen
t
e
2
,8 fois la
s
u
perficie de la France, en
v
iron 6
2
fois pl
u
s
v
as
t
e q
u
e celle de
la Belgiq
u
e.
Le So
u
dan es
t u
n pa
y
s
t
o
t
alemen
t
encla
v
é, il par
t
age ses
fron
t
ières a
v
ec sep
t
pa
y
s : L’Eg
y
p
t
e a
u
nord, la Lib
y
e a
u
nord-
o
u
es
t
, le Tchad e
t
la Rép
u
bliq
u
e cen
t
rafricaine à l’o
u
es
t
, le
So
u
dan d
u
S
u
d a
u
s
u
d, l’E
t
hiopie, l’Er
yt
hrée à l’es
t
, e
t
dispose
d’
u
ne impor
t
an
t
e façade mari
t
ime s
u
r la mer ro
u
ge, de 7
20
kilomè
t
res de long
2
. Parmi les pa
y
s
v
oisins, de
ux
son
t
des
« francophones » à sa
v
oir la Rép
u
bliq
u
e cen
t
rafricaine o
u
encore le Tchad.
En somme, le So
u
dan es
t
si
tu
é géographiq
u
emen
t
à la
charnière des de
ux
mondes arabe e
t
noir, a dep
u
is
t
o
u
jo
u
rs
t
issé
la longe en
t
re l’Afriq
u
e de l’o
u
es
t
, l’Afriq
u
e cen
t
rale e
t
l’Afriq
u
e sep
t
en
t
rionale - ne serai
t
-ce q
u
e par ses ro
ut
es
cara
v
anières d
u
déser
t
de N
u
bie o
u
de pèlerinage
v
ers la

1
Après la scission d
u
S
u
d, la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan a cédé 61
0 000
km
2
e
t
ainsi perd
u
le
t
iers de sa s
u
perficie e
t
le cinq
u
ième de sa pop
u
la
t
ion.
2
Y
v
es Lacos
t
e,
Dictionnaire Géopolitique des États
, 1994, p.564-565.

Mecq
u
e
v
ia la mer ro
u
ge -, en
t
re déser
t
a
u
nord, e
t
forê
t
méridionale a
u
s
u
d.
On recense à nos jo
u
rs
u
n pe
u
moins de
3
1 millions e
t
958
000
habi
t
an
t
s
3
, don
t
q
u
elq
u
e 4
0
%
v
i
v
en
t
dans des
z
ones
u
rbaines. Il s’agi
t
d’
u
ne pop
u
la
t
ion je
u
ne, ce q
u
i relè
v
e d
u
classiq
u
e dans les pa
y
s en
v
oie de dé
v
eloppemen
t
, don
t
41 %
son
t
âgés de moins de 15 ans.
É
t
an
t
donné q
u
e le So
u
dan par
t
age ses fron
t
ières a
v
ec
d’a
ut
res pa
y
s,
t
o
ut
es les di
v
ersi
t
és e
t
hniq
u
es e
t
c
u
l
tu
relles des
É
t
a
t
s
v
oisins se manifes
t
en
t
à l’in
t
érie
u
r de ce dernier ; ce q
u
i
fai
t
de l
u
i
u
n microcosme afro-arabe.
Si l’Islam es
t
la religion majori
t
aire, no
t
ammen
t
a
u
nord, le
chris
t
ianisme e
t
l’animisme a
u
S
u
d-So
u
dan, la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan es
t
s
u
r
t
o
ut u
n pa
y
s de par
t
ic
u
larismes e
t
hniq
u
es for
t
dessinés q
u
i on
t
profondémen
t
dés
t
r
u
c
tu
ré son his
t
oire.
A
v
an
t
la scission, la pop
u
la
t
ion é
t
ai
t
composée d’
u
ne
v
ing
t
aine d’e
t
hnies don
t
la pl
u
s impor
t
an
t
e es
t
celle des
Arabes
(4
0
%), s
u
i
v
ie des
Dinkas
(1
2
%),
Béjas
(7 %) e
t
d’a
ut
res
t
elles
q
u
e les
Hamars
,
Zandes
,
Shilluks
,
Nuers
,
Mondaris
,
Lokutos
,
Nubiens
. On iden
t
ifie égalemen
t u
ne impor
t
an
t
e
comm
u
na
ut
é de réf
u
giés, a
u
-delà d’
u
n million, répar
t
ie selon
les na
t
ionali
t
és s
u
i
v
an
t
es : 55,7 % d’Ér
yt
hréens,
2
5,4 %
d’E
t
hiopiens, 14,
3
% de Tchadiens, 4,
2
% d’O
u
gandais e
t 0
,4 %
de Congolais (Congo-Kinshasa).
Immense pa
y
s de plaines po
u
r l’essen
t
iel, a
ux
massifs
mon
t
agne
ux
pe
u
nombre
ux
mais néanmoins
t
rès éle
v
és, irrig
u
é

3
Le nombre es
t
con
t
ro
v
ersé. En effe
t
, le go
uv
ernemen
t
so
u
danais a procédé
en
t
re a
v
ril e
t
mai
200
8 à
u
n recensemen
t
de la pop
u
la
t
ion, première é
t
ape
essen
t
ielle a
v
an
t
l’organisa
t
ion des élec
t
ions démocra
t
iq
u
es. Le dernier
recensemen
t
remon
t
e à 199
3
, e
t
es
t
res
t
é perç
u
par de nombre
ux
obser
v
a
t
e
u
rs
comme le présage de l’organisa
t
ion des élec
t
ions de
200
9. Or, cer
t
ains
responsables d
u
S
u
d on
t
d’ores e
t
déjà dénoncé
u
n recensemen
t t
ronq
u
é
considéran
t
q
u
e les milliers de personnes q
u
i on
t
f
u
i le
u
r région, par le Nord
pendan
t
la g
u
erre, de
v
raien
t
d’abord ren
t
rer che
z
e
ux
o
ut
re les nombre
ux
problèmes de déplacemen
t
des pop
u
la
t
ions dans la région d
u
Darfo
u
r. Si
t
e
d’informa
t
ion : h
tt
p://
www
.france
2
4.com/fr

20

d
u
s
u
d a
u
nord par le Nil
4
Blanc e
t
le Nil Ble
u
q
u
i f
u
sionnen
t
à
Khar
t
o
u
m, le So
u
dan es
t u
n pa
y
s de spécifici
t
é ling
u
is
t
iq
u
e. En
effe
t
, on
y
dénombre pl
u
s de 1
2
5 lang
u
es. Le gro
u
pe majori
t
aire
es
t
cons
t
i
tu
é d’arabophones q
u
i pra
t
iq
u
en
t
l’
Arabe soudanais
,
u
ne
v
arié
t
é dialec
t
ale de l’Arabe. Il a é
t
é es
t
imé q
u
’en
t
re 5
0
% à
7
0
% des habi
t
an
t
s d
u
pa
y
s parlen
t
l’arabe so
u
danais, soi
t
comme lang
u
e ma
t
ernelle (51 %) soi
t
comme lang
u
e seconde.
Les arabophones son
t
concen
t
rés s
u
r les ri
v
es d
u
Nil, dans la
région de la capi
t
ale ainsi q
u
e dans la
z
one fron
t
alière d
u
Tchad. Cela mon
t
re q
u
e, po
u
r les So
u
danais la lang
u
e officielle,
l’arabe classiq
u
e, n’es
t
jamais
ut
ilisée comme idiome ma
t
ernel,
d’a
ut
an
t
pl
u
s q
u
e l’arabe so
u
danais e
t
l’arabe classiq
u
e
cons
t
i
tu
en
t
de
ux
lang
u
es différen
t
es.
Les principales lang
u
es parlées dans le nord d
u
So
u
dan son
t
des lang
u
es co
u
chi
t
iq
u
es don
t
le
bédja
e
t t
chadiq
u
es a
v
ec
haoussa
appar
t
enan
t
à la famille chami
t
o-sémi
t
iq
u
e, ainsi q
u
e
des lang
u
es des familles nilo-sahariennes don
t
fig
u
ren
t
le
nubien
e
t
le
fur
, des nigéro-congolaises a
v
ec le f
u
lf
u
de e
t
nigéro-kordofanienne.

Aille
u
rs, dans le S
u
d-So
u
dan, l’
Arabe soudanais
n’es
t
la
lang
u
e ma
t
ernelle q
u
e d’
u
ne infime par
t
ie de la pop
u
la
t
ion,
mais
u
ne
v
arié
t
é d’arabe local s’es
t
néanmoins dé
v
eloppée
comme
u
ne lang
u
e
v
éhic
u
laire : l’arabe s
u
d-so
u
danais.
To
ut
efois, la réali
t
é es
t
d’a
ut
an
t
pl
u
s comple
x
e, car
bea
u
co
u
p de non-arabophones son
t
m
u
s
u
lmans
5
. À
t
i
t
re
d’e
x
emple, les
Nubiens
, les
Bédjas
, les
Zaghawas
, les
Masalits
,
les
Dajus
, les
Bertis
e
t
les
Fulanis
son
t
islamisés mais non

4
Le Nil es
t u
n fle
uv
e d’Afriq
u
e. A
v
ec
u
ne long
u
e
u
r d’en
v
iron 6 5
00
km. Il es
t
iss
u
de la rencon
t
re d
u
Nil Blanc e
t
d
u
Nil Ble
u
. Le Nil Blanc prend sa so
u
rce
a
u
lac Vic
t
oria (O
u
ganda, Ken
y
a e
t
Tan
z
anie), le Nil Ble
u
es
t
iss
u
d
u
lac Tana
(E
t
hiopie). Les de
ux
branches s’
u
nissen
t
à Khar
t
o
u
m, capi
t
ale d
u
So
u
dan
ac
tu
el, le Nil se je
tt
e dans la médi
t
erranée en forman
t u
n del
t
a a
u
nord de
l’Ég
y
p
t
e.
5
Jean G
u
e
y
ras, « A
u
So
u
dan le po
uv
oir islamis
t
e se consolide », in
Le monde
diplomatique
, Paris, J
u
ille
t
1994, p. 6-7.

2
1

arabisés. Ceci es
t
par
v
en
u
à la s
u
i
t
e d’
u
n déplacemen
t
massif d
û
à la g
u
erre e
t
à la famine.
A
v
an
t
l’indépendance d
u
S
u
d, l’anglais a é
t
é grad
u
ellemen
t
remplacé par l’arabe classiq
u
e. To
ut
efois, l’anglais n’a cessé
d’ê
t
re impor
t
an
t
comme
u
ne lang
u
e d’enseignemen
t
dans les
écoles e
t
dans le s
y
s
t
ème p
u
blic.
A
u
jo
u
rd’h
u
i, ce
tt
e lang
u
e n’es
t
pl
u
s la se
u
le lang
u
e
e
u
ropéenne pri
v
ilégiée ; en effe
t
, elle es
t
conc
u
rrencée
ac
tu
ellemen
t
par le français comme lang
u
e seconde
6
.
En rés
u
mé, ce do
u
ble par
t
ic
u
larisme e
t
hnico-ling
u
is
t
iq
u
e
7
e
x
pliq
u
e sans do
ut
e po
u
r par
t
ie
u
ne
v
ie poli
t
iq
u
e
t
o
u
rmen
t
ée
dep
u
is l’indépendance j
u
sq
u
’à nos jo
u
rs, à
t
el poin
t
q
u
e les
différen
t
s confli
t
s in
t
ernes, q
u
e ce soi
t
cel
u
i en
t
re le Nord e
t
le
S
u
d, q
u
i s’es
t
ache
v
é à la s
u
i
t
e d’
u
n référend
u
m
d’a
ut
odé
t
ermina
t
ion organisé en jan
v
ier
20
11, o
u
cel
u
i d
u
Darfo
u
r on
t
so
uv
en
t
é
t
é décri
t
s en
t
ermes e
t
hniq
u
es
v
oire
racia
ux
.
À cela s’ajo
ut
e a
u
ssi le fai
t
q
u
e les richesses na
tu
relles d
u
So
u
dan ne son
t
pas é
t
rangères a
ux
con
v
oi
t
ises : les grandes
p
u
issances de même q
u
e ses en
t
reprenan
t
s
v
oisins
y
son
t
o
u
so
u
hai
t
en
t
l’ê
t
re.

6
Amal Maddibo, « L’in
t
rod
u
c
t
ion d
u
français en Afriq
u
e non francophone :
l’e
x
périence so
u
danaise », in
Sud Langues
, Fac
u
l
t
é des le
tt
res e
t
sciences
h
u
maines de l’
u
ni
v
ersi
t
é Cheikh An
t
a Diop Dakar (Sénégal), J
u
ille
t 2003
.
7
Ca
t
herine Miller, « Lang
u
es e
t
in
t
égra
t
ion na
t
ionale a
u
So
u
dan », in
Politique Africaine n° 23
, Paris Kar
t
hala, Sep
t
embre 1986, p.
2
8-41.

22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.