Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 16,88 €

Lecture en ligne

Publications similaires


omment
du conflit

venir à bout
a
u
Da
rfour
?

C
ollection
D
éfense

tratégie 

elations

nternationales

D
.

.

.



D
irigée par
F
r
ç
o

s

A

o


D
epuis la chute du Mur de
B
erlin le
0
 no
v
embre  qui a
entraîné celle du
B
loc socialiste esteuropéen dirigé et dominé
par l’Union so
v
iétique puis celle de l’URSS le
0
 décembre
 signant ainsi la fin de l’affrontement entre les pa
y
s du
pacte de Varso
v
ie et ceu
x
de l’OT
A
N la guerre a pris plusieurs
formes inédites jusqu’alors Le terrorisme international les
guerres as
y
métriques la guerre économique se sont e
x
acerbés
grâce au dé
v
eloppement e
x
ponentiel des nou
v
elles technologies
de l’information et de la communication Par ailleurs la
pri
v
atisation de l’usage de la force jusqu’alors réser
v
é à l’
E
tat
a rendu possible l’e
x
ternalisation de plusieurs ser
v
ices de l’
E
tat
E
n effet plus que jamais se
v
érifie l’adage de éraclite qui
affirme que la guerre est la mère de toute chose Tel un
v
eilleur
qui attend l’aurore la collection
D
.

.

.

scrute l’hori
z
on de ce
nou
v
eau siècle décr
y
pte et prospecte l’actualité internationale
en ses aspects politiques diplomatiques stratégiques et
militaires

D
éjà pars
Victor 
A
M
E
N
B

E
L
E
U
oli
t
iq
u
e de défense e
t
séc
u
ri
t
é
na
t
ionale d
u
C
amero
u
n
 
0

B
ernard
F
ONT
A
N
E

es armes à énergie dirigée 
yt
he o
u
réali
t
é 
 
0

G
abrielle
F
OY


infl
u
ence de la comm
u
na
ut
é s
u
r la
géopoli
t
iq
u
e argen
t
ine de 
0
à nos jo
u
rs
 
0

A
lphonse TONY
E

B
arack bama 
u
n homme
u
n pe
u
ple
u
n
des
t
in
 
0

Seddik L
A
RK
EC

E

É
pis
t
émologie d
u
risq
u
e
 
0

Sidi Mohamed S
DA
TY
émen
t
o des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es


0

0

A
lain
DE
N
E
V
E


A
gence e
u
ropéenne de défense e
t
la
coopéra
t
ion dans le domaine capaci
t
aire
 
0

0

Jérôme
BE
LN
GA

G
lossaire raisonné anglaisfrançais d
u
jargon diploma
t
iq
u
e
 
0

0

a
ïd
a
r

Y


ohi
E
ldine
E E Y




omment venir à bout
du conflit
a
u
Da
rfour
?

llusraions de couverure  care du Soudan e phoographie de
aïdar
A
youb quarier général de la U
AD

D
arfour

© armattan 
 re de l
É
coleolytechniqe   aris

hpwwwlibrairieharmaancom
diffusionharmaanwanadoofr
harmaanwanadoofr

S
B
  
EA
  

C’est

peut-être

«
plus

Et maintenant il faut gagner la paix.
difficile que de gagner la guerre… »

Georges CLEMENCEAU
6 no
v
embre 1918

R
emerciements

A
u t
erme de ce
tt
e réfle
x
ion, les a
ut
e
u
rs remercien
t
de
manière solennelle M. Emman
u
el CAULIER, Vice- présiden
t
de l’Uni
v
ersi
t
é in
t
erna
t
ionale de Bra
zz
a
v
ille e
t
A
v
oca
t
a
u
barrea
u
de Paris po
u
r sa disponibili
t
é e
t
son so
ut
ien. Son
e
x
périence, son espri
t
cri
t
iq
u
e e
t
ses conseils abondan
t
s q
u
’il
no
u
s a donnés,
t
o
ut
a
u
long de ce
tt
e é
tu
de, no
u
s on
t
é
t
é
t
rès
ut
iles.
Po
u
r des raisons é
v
iden
t
es de confiden
t
iali
t
é, les a
ut
e
u
rs ne
pe
uv
en
t
pas remercier nominalemen
t
les différen
t
es
personnali
t
és a
u
So
u
dan o
u
en France q
u
i no
u
s on
t
permis de
mener ce
tt
e réfle
x
ion à
t
erme.
E
t
bien s
û
r nos remerciemen
t
s à ce
ux
q
u
i pe
uv
en
t
ê
t
re
remerciés sans crain
t
e po
u
r le
u
r aide à mie
ux
comprendre les
apories de ce monde, M. Pascal CHAIGNEAU, Professe
u
r des
u
ni
v
ersi
t
és à Paris Descar
t
es e
t
direc
t
e
u
r de séminaire à l’École
de G
u
erre, e
t
M. Fo
u
ad NOHRA, maî
t
re de conférence e
t
direc
t
e
u
r des é
tu
des a
u
Cen
t
re d’é
tu
des diploma
t
iq
u
es e
t
s
t
ra
t
égiq
u
es de Paris.
Nos gra
t
i
tu
des
v
on
t
a
u
ssi à nos paren
t
s q
u
i no
u
s on
t
appris
q
u
e le respec
t
de l’h
u
mani
t
é es
t
a
v
an
t t
o
ut u
ne q
u
ê
t
e de j
u
s
t
ice
e
t
d’égali
t
é, indispensables po
u
r ass
u
rer pai
x
e
t
séc
u
ri
t
é dans le
monde. Mission impossible ? Pe
ut

t
re, mais pl
u
s q
u
e jamais
nécessaire.

S
omm
a
ire

Remerciemen
t
s .....................................................................................9
Préface................................................................................................1
3
Abré
v
ia
t
ions .......................................................................................17
No
t
es d’in
t
rod
u
c
t
ion s
u
r la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan............................19
In
t
rod
u
c
t
ion ........................................................................................
23

PREMIÈRE PARTIE
Le Darfour, un conflit aux racines tentaculaires ...........................35

CHAPITRE I
D
u
Darfo
u
r a
u
So
u
dan : esq
u
isse d’
u
ne his
t
oire ambig
u
ë..................
3
7
CHAPITRE II
Esq
u
isse d’e
t
hnographie his
t
oriq
u
e ....................................................49
CHAPITRE III
Un confli
t
a
ux
origines enche
v
ê
t
rées .................................................59

DEUXIÈME PARTIE
Repenser la paix au Darfour ...........................................................97

CHAPITRE I
L’en
t
rée en lice de la comm
u
na
ut
é in
t
erna
t
ionale ..............................99
CHAPITRE II
In
t
er
v
en
t
ionnisme en mal de s
t
ra
t
égies ............................................111
CHAPITRE III
Commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r ? ....................
.
........... 14
3

Concl
u
sion........................................................................................19
3
O
uv
rages e
t
références bibliographiq
u
es..........................................
20
1
Anne
x
es............................................................................................
20
5
Table des ma
t
ières ............................................................................
223

P
réf
a
ce

Jadis q
u
alifiée de
t
ragédie o
u
bliée par les médias
« in
t
erna
t
iona
ux
» e
t
par les lobbies h
u
mani
t
aires, alors
même q
u
’elle faisai
t
l’obje
t
d’
u
n ba
tt
age poli
t
iq
u
e
lancinan
t
e
t
d’
u
ne s
u
renchère compassionnelle impres-
sionnan
t
e, la crise d
u
Darfo
u
r a cessé d’occ
u
per les écrans
de
t
élé
v
ision, les colonnes des ga
z
e
tt
es, les b
u
lle
t
ins e
t
commen
t
aires radiophoniq
u
es, mais a
u
ssi, comme par
enchan
t
emen
t
, les r
u
briq
u
es people e
t
les disco
u
rs de nos
poli
t
iciens, q
u
elq
u
e par
t
en
t
re les é
t
és
200
9 e
t 20
1
0
. Fin
des hos
t
ili
t
és fa
ut
e de comba
tt
an
t
s ? Trê
v
e o
u
miracle de
sagesse ? Con
v
ersion so
u
daine des pro
t
agonis
t
es e
t
des
« grandes p
u
issances » à la négocia
t
ion ? Rien de
t
o
ut
cela… A
y
an
t
fai
t
donner son arsenal poli
t
iq
u
e, ses
menaces e
t
ses sanc
t
ions, sa diss
u
asion mili
t
aire, sa
machinerie h
u
mani
t
aire, son ro
u
lea
u
compresse
u
r
média
t
iq
u
e, ses por
t
e-
v
oi
x
sociomondains, la « comm
u
-
na
ut
é in
t
erna
t
ionale »,
u
ne fois présen
t
e a
u
Darfo
u
r, aba
t
le no
uv
ea
u
joker don
t
elle s’es
t
do
t
ée : la Co
u
r pénale
in
t
erna
t
ionale. Le Proc
u
re
u
r général Moreno-Ocampo
semble
t
rès mo
t
i
v
é. P
u
isq
u
’il ne pe
ut
inc
u
lper de son
propre chef les dirigean
t
s d’
u
n pa
y
s q
u
i n’es
t
pas par
t
ie a
u
t
rai
t
é de Rome, le Conseil de séc
u
ri
t
é
v
a l
u
i prê
t
er la main
en l
u
i demandan
t
de se saisir d
u
dossier. A
u
-delà des de
ux
premiers responsables po
u
rs
u
i
v
is -
u
n secré
t
aire d’E
t
a
t
e
t
u
n chef de milice – c’es
t
manifes
t
emen
t
le présiden
t
a
l-
B
as
hir q
u
i es
t v
isé par le proc
u
re
u
r : en mars
200
9,
u
n
manda
t
d’arrê
t
es
t
lancé po
u
r « crimes de g
u
erre » e
t

« crimes con
t
re l’h
u
mani
t
é », enrichi en j
u
ille
t 20
1
0
d’
u
ne
acc
u
sa
t
ion de « génocide ». La « comm
u
na
ut
é in
t
erna-
t
ionale »
v
a désormais se con
t
en
t
er de s
t
igma
t
iser
u
n pa
y
s
q
u
i bafo
u
e l’a
ut
ori
t
é de la CPI e
t
ref
u
se de li
v
rer son
présiden
t
en e
x
ercice, no
t
an
t
a
v
ec dépi
t
e
t
colère ren
t
rée le
ref
u
s de coopérer des Africains, des Arabes e
t
de q
u
elq
u
es
a
ut
res, la Chine par e
x
emple, sans jamais s’in
t
erroger s
u
r
le fond de la q
u
es
t
ion. Dans le même
t
emps, le silence
média
t
iq
u
e e
t
poli
t
iq
u
e s’ins
t
alle s
u
r le Darfo
u
r o
ù
la crise
paraî
t
po
u
r le co
u
p « o
u
bliée ».
E
t
po
u
r
t
an
t
, si elle a
v
ai
t t
ro
uv
é
u
ne sol
ut
ion, cela se
sa
u
rai
t
… Mais
t
o
ut
se passe comme si les mor
t
s, blessés e
t
es
t
ropiés, les
v
ic
t
imes d’e
x
ac
t
ions en
t
o
ut
genre, q
u
i se
dénombren
t
par di
z
aines e
t
di
z
aines de milliers, les
cen
t
aines de milliers de déplacés e
t
réf
u
giés (
v
oire
da
v
an
t
age) n’in
t
éressaien
t
pl
u
s les promo
t
e
u
rs de bilans, le
manda
t
d’arrê
t
con
t
re Omar al-B
as
hir
t
enan
t
lie
u
de
règlemen
t
, o
u
de règlemen
t
de comp
t
es.
Dans ces condi
t
ions, à défa
ut
d’a
v
oir p
u
me
tt
re fin à
u
n
confli
t
q
u
i fê
t
era bien
t
ô
t
son di
x
ième anni
v
ersaire, il res
t
e
à se demander « commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r ». Le
t
i
t
re choisi par Kaïdar AYOUB e
t
Mohi
Eldine SHEIKH YAHIA me semble donc bien
t
ro
uv
é, le
u
r
o
uv
rage s’adressan
t
a
ux
lec
t
e
u
rs sans a priori q
u
i ne se
sa
t
isfon
t
pas des incan
t
a
t
ions pl
u
s o
u
moins h
y
pocri
t
es,
mais q
u
i so
u
hai
t
en
t
comprendre les
t
enan
t
s e
t
abo
ut
issan
t
s
de ce confli
t
gigogne.
L’o
uv
rage, coiffé d’
u
ne asse
z
long
u
e in
t
rod
u
c
t
ion,
compor
t
e de
ux
par
t
ies.
La première
, en
t
amée par
u
ne
esq
u
isse his
t
oriq
u
e (chapi
t
re I) e
t
e
t
hnographiq
u
e
(chapi
t
re II), décor
t
iq
u
e ens
u
i
t
e (chapi
t
re III) les racines
« enche
v
ê
t
rées » d
u
confli
t
, o
u
pl
ut
ô
t
« des confli
t
s » d
u
Darfo
u
r, laissan
t
po
u
r la fin l’aspec
t
j
u
ridiq
u
e de la
t
ragédie h
u
mani
t
aire, a
v
ec la difficile q
u
es
t
ion de

14

« l’obliga
t
ion de pro
t
éger » face à
u
n « génocide »
t
rès
poli
t
isé.
La deuxième partie
propose de repenser la pai
x
a
u
Darfo
u
r. On
y
décri
t
l’en
t
rée en scène de la comm
u
-
na
ut
é in
t
erna
t
ionale (chapi
t
re I), celle des ac
t
e
u
rs les pl
u
s
légi
t
imemen
t
concernés, l’Union africaine d’abord, p
u
is
les Na
t
ions
u
nies, a
v
an
t
de passer (a
u
chapi
t
re II) à ce q
u
e
les a
ut
e
u
rs appellen
t
non sans malice « l’in
t
er
v
en-
t
ionnisme en mal de s
t
ra
t
égies ». Il s’agi
t
d’abord de la
difficile h
y
brida
t
ion de l’ac
t
ion de l’Union africaine e
t
des
Na
t
ions
u
nies so
u
s la pression e
t
l’œil pl
u
s o
u
moins
mal
v
eillan
t
de ce
ux
q
u
i se considèren
t
comme la
v
éri
t
able
« comm
u
na
ut
é in
t
erna
t
ionale », à sa
v
oir l’E
u
rope e
t
l’Amériq
u
e, p
u
is de le
u
r désill
u
sion de
v
an
t
des échecs
annoncés. La Chine es
t
assimilée à ces « grands ac
t
e
u
rs »,
ce q
u
e cer
t
ains po
u
rron
t
disc
ut
er. C’es
t
a
u
chapi
t
re III, en
fin d’o
uv
rage, q
u
e l’on re
v
ien
t v
ers les « op
t
ions
so
u
danaises »,
u
ne séq
u
ence q
u
i s
y
mbolise bien la
démarche erronée choisie par lesdi
t
s « grands ac
t
e
u
rs », en
q
u
ê
t
e de l’ingérence poli
t
iq
u
e e
t
mili
t
aire a
u
So
u
dan bien
a
v
an
t
d’ê
t
re à la recherche d’
u
ne sol
ut
ion négociée a
u
Darfo
u
r. C’es
t
donc dans le cadre d’objec
t
ifs so
u
danais
q
u
e les ac
t
e
u
rs « in
t
erna
t
iona
ux
» doi
v
en
t
agir en fa
v
e
u
r
de la pai
x
: a
u
premier rang les Africains (
v
ia l’Union
africaine e
t
les pa
y
s de la so
u
s-région) so
ut
en
u
s mais non
é
v
incés par l’ONU (MINUAD), e
t
in fine les grandes
p
u
issances. Sans o
u
blier le go
uv
ernemen
t
so
u
danais
a
u
q
u
el re
v
ien
t
la responsabili
t
é première e
t u
l
t
ime de
poser de no
uv
elles bases cons
t
i
tut
ionnelles e
t
ins
t
i
tu
-
t
ionnelles po
u
r
u
n So
u
dan refondé q
u
i a
u
rai
t
enfin
t
ro
uv
é
dans l’
u
ni
t
é na
t
ionale la pai
x
, la solidi
t
é e
t
la s
t
abili
t
é q
u
i
l
u
i on
t t
an
t
fai
t
défa
ut
.
Je laisse a
u
lec
t
e
u
r le soin de déco
uv
rir les
v
oies q
u
e
s
u
ggèren
t
nos de
ux
a
ut
e
u
rs po
u
r l’a
v
enir. Q
u
e l’on par
t
age
o
u
non le
u
rs concl
u
sions, on lira s
û
remen
t
a
v
ec le pl
u
s

15

grand in
t
érê
t u
n o
uv
rage q
u
i parle, a
v
ec empa
t
hie e
t
sans
emphase, d
u
confli
t
d
u
Darfo
u
r,
t
o
u
jo
u
rs en a
tt
en
t
e d’
u
n
règlemen
t
, mais a
u
ssi d
u
So
u
dan, nag
u
ère encore le pl
u
s
grand pa
y
s de l’Afriq
u
e e
t
d
u
monde arabe.
La page
t
o
u
rnée en
20
11 a
v
ec la sépara
t
ion d
u
S
u
d ne
cons
t
i
tu
e pas la « fin de l’His
t
oire » po
u
r ce mas
t
odon
t
e
m
ut
ilé par la per
t
e d’
u
n q
u
ar
t
de son
t
erri
t
oire e
t
d
u
cinq
u
ième de sa pop
u
la
t
ion. Cependan
t
, son des
t
in es
t
doréna
v
an
t
s
u
spend
u
a
u
de
v
enir d
u
Darfo
u
r. E
t
po
u
r q
u
e
ce
t
a
v
enir soi
t
he
u
re
ux
, il ne fa
ut
sans do
ut
e pas
t
rop
comp
t
er s
u
r la bien
v
eillance des « grands ac
t
e
u
rs ». Il fa
ut
me
tt
re
u
n
t
erme a
u
po
u
rrissemen
t
de la si
tu
a
t
ion en
définissan
t
a
u
pl
u
s
v
i
t
e « commen
t v
enir à bo
ut
d
u conflit
a
u
Darfo
u
r »,
u
ne pai
x
so
u
danaise, on l’a
u
ra de
v
iné, e
t
non pas
u
ne pa
x
americana…
Ka
ï
dar AYOUB e
t
Mohi Eldine SHEIKH YAHIA
a
u
ron
t
appor
t
é le
u
r con
t
rib
ut
ion à ce
tt
e long
u
e e
t
difficile
recherche.

Michel RAIMBAUD

16


brévi
a
tions

ALS :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
ALS-AW :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan, branche Abdel
w
ahid al-
No
u
r
ALS-MM :
Armée de libéra
t
ion d
u
So
u
dan, branche Mini Arko
y
Mina
w
i
ARD :
A
ut
ori
t
é régionale a
u
Darfo
u
r
AUHIP :
Panel de ha
ut
ni
v
ea
u
de l’Union africaine po
u
r le Darfo
u
r
Care :
Organisa
t
ion h
u
mani
t
aire in
t
erna
t
ionale
CCF :
Commission de cesse
z
-le-fe
u
CERD :
Con
v
en
t
ion in
t
erna
t
ionale s
u
r l’élimina
t
ion de
t
o
ut
es les
formes de discrimina
t
ion raciale.
CSJ :
Commission d
u
ser
v
ice j
u
diciaire
DDPD :
Doc
u
men
t
de Doha po
u
r la pai
x
a
u
Darfo
u
r
DOMP :
Dépar
t
emen
t
des Opéra
t
ions de main
t
ien de la pai
x
de
l’Organisa
t
ion des Na
t
ions
u
nies
EUFOR :
Forces de l’Union e
u
ropéenne
FAS :
Forces armées so
u
danaises
FCD :
For
u
m de cons
u
l
t
a
t
ion a
u
Darfo
u
r
CSAFF :
Commission de s
u
r
v
eillance de l’alloca
t
ion fiscale e
t
financière
FLS :
Fron
t
de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
FNI :
Fron
t
na
t
ional islamiq
u
e
FNS :
Fron
t
na
t
ional d
u
sal
ut
FRDD :
Fonds po
u
r la recons
t
r
u
c
t
ion e
t
le dé
v
eloppemen
t
a
u
Darfo
u
r
FRN :
Fonds de re
v
en
u
na
t
ional
FROLINAT
: Fron
t
de libéra
t
ion na
t
ionale d
u
Tchad
GoSS :
Go
uv
ernemen
t
d
u
S
u
d-So
u
dan
GUAD :
Gro
u
pe de ha
ut
ni
v
ea
u
de l’Union africaine a
u
Darfo
u
r
HCR :
Ha
ut
-commissaria
t
des Na
t
ions
u
nies po
u
r les réf
u
giés
IDE :
In
v
es
t
issemen
t
s direc
t
s é
t
rangers
IDH :
Indice de dé
v
eloppemen
t
h
u
main
IGAD :
A
ut
ori
t
é in
t
ergo
uv
ernemen
t
ale po
u
r le dé
v
eloppemen
t
.

L’Alliance internationale Save the Children :
Organisa
t
ion non
go
uv
ernemen
t
ale de défense des droi
t
s de l’enfan
t
MEJ :
Mo
uv
emen
t
po
u
r l’égali
t
é e
t
la j
u
s
t
ice
MINUAD :
Mission des Na
t
ions
u
nies e
t
de l’Union africaine a
u
Darfo
u
r
MINURCAT :
Mission des Na
t
ions
u
nies en Rép
u
bliq
u
e
cen
t
rafricaine e
t
d
u
Tchad.
MINUS :
Mission des Na
t
ions
u
nies a
u
So
u
dan
MLJ :
Mo
uv
emen
t
de libéra
t
ion e
t
de j
u
s
t
ice
MLS :
Mo
uv
emen
t
de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
MPLS :
Mo
uv
emen
t
pop
u
laire de libéra
t
ion d
u
So
u
dan
MPS :
Mo
uv
emen
t
pa
t
rio
t
iq
u
e d
u
sal
ut t
chadien
MSF :
Médecins sans Fron
t
ières
MUAS :
Mission de l’Union africaine a
u
So
u
dan
OCHA :
B
u
rea
u
de la coordina
t
ion des affaires h
u
mani
t
aires des
Na
t
ions
u
nies
OIM :
Organisa
t
ion in
t
erna
t
ionale po
u
r les migra
t
ions
OMS :
Organisa
t
ion mondiale po
u
r la san
t
é
OUA :
Organisa
t
ion de l’
u
ni
t
é africaine
Oxfam :
O
x
ford Commi
t
ee for famine relief, Organisa
t
ion
h
u
mani
t
aire in
t
erna
t
ionale
PCN :
Par
t
i d
u
congrès na
t
ional
PESC :
Poli
t
iq
u
e é
t
rangère de séc
u
ri
t
é comm
u
ne
PIDCP :
Pac
t
e in
t
erna
t
ional rela
t
if a
ux
droi
t
s ci
v
ils e
t
poli
t
iq
u
es
PIDESC :
Pac
t
e in
t
erna
t
ional rela
t
if a
ux
droi
t
s économiq
u
es, socia
ux
e
t
c
u
l
tu
rels
PPTE :
Pa
y
s pa
uv
re
t
rès ende
tt
é
RPC :
Rép
u
bliq
u
e pop
u
laire de Chine
SMF
: S
y
s
t
ème de microfinance
TSD :
Trib
u
nal spécial po
u
r le Darfo
u
r
UA :
Union africaine
UE :
Union e
u
ropéenne
UNICEF :
Fonds des Na
t
ions
u
nies po
u
r l’Enfance

18

N
otes d

introduction
sur l
a R
épublique du
S
oud
a
n

L’É
t
a
t
d
u
So
u
dan, le pl
u
s grand e
t
le pl
u
s comple
x
e
t
errain
de recherche sociale e
t
po
u
r
t
an
t
le moins bien conn
u
de
l’Afriq
u
e arabisée e
t
de l’Afriq
u
e s
u
bsaharienne, a é
t
é
t
o
u
jo
u
rs
a
u
cen
t
re des con
v
oi
t
ises occiden
t
ales e
t
n’a g
u
ère conn
u
de
période de pai
x
dep
u
is son indépendance.
Di
x
-sep
t
ième pa
y
s a
u
monde par la s
u
perficie, pa
y
s d
u
monde arabe la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan co
uv
re à elle se
u
le
u
ne
s
u
perficie de q
u
elq
u
e 1,89
0
million de km
2
soi
t
près d
u
,
di
x
ième de la s
u
rface d
u
con
t
inen
t
1
. Elle représen
t
e
2
,8 fois la
s
u
perficie de la France, en
v
iron 6
2
fois pl
u
s
v
as
t
e q
u
e celle de
la Belgiq
u
e.
Le So
u
dan es
t u
n pa
y
s
t
o
t
alemen
t
encla
v
é, il par
t
age ses
fron
t
ières a
v
ec sep
t
pa
y
s : L’Eg
y
p
t
e a
u
nord, la Lib
y
e a
u
nord-
o
u
es
t
, le Tchad e
t
la Rép
u
bliq
u
e cen
t
rafricaine à l’o
u
es
t
, le
So
u
dan d
u
S
u
d a
u
s
u
d, l’E
t
hiopie, l’Er
yt
hrée à l’es
t
, e
t
dispose
d’
u
ne impor
t
an
t
e façade mari
t
ime s
u
r la mer ro
u
ge, de 7
20
kilomè
t
res de long
2
. Parmi les pa
y
s
v
oisins, de
ux
son
t
des
« francophones » à sa
v
oir la Rép
u
bliq
u
e cen
t
rafricaine o
u
encore le Tchad.
En somme, le So
u
dan es
t
si
tu
é géographiq
u
emen
t
à la
charnière des de
ux
mondes arabe e
t
noir, a dep
u
is
t
o
u
jo
u
rs
t
issé
la longe en
t
re l’Afriq
u
e de l’o
u
es
t
, l’Afriq
u
e cen
t
rale e
t
l’Afriq
u
e sep
t
en
t
rionale - ne serai
t
-ce q
u
e par ses ro
ut
es
cara
v
anières d
u
déser
t
de N
u
bie o
u
de pèlerinage
v
ers la

1
Après la scission d
u
S
u
d, la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan a cédé 61
0 000
km
2
e
t
ainsi perd
u
le
t
iers de sa s
u
perficie e
t
le cinq
u
ième de sa pop
u
la
t
ion.
2
Y
v
es Lacos
t
e,
Dictionnaire Géopolitique des États
, 1994, p.564-565.

Mecq
u
e
v
ia la mer ro
u
ge -, en
t
re déser
t
a
u
nord, e
t
forê
t
méridionale a
u
s
u
d.
On recense à nos jo
u
rs
u
n pe
u
moins de
3
1 millions e
t
958
000
habi
t
an
t
s
3
, don
t
q
u
elq
u
e 4
0
%
v
i
v
en
t
dans des
z
ones
u
rbaines. Il s’agi
t
d’
u
ne pop
u
la
t
ion je
u
ne, ce q
u
i relè
v
e d
u
classiq
u
e dans les pa
y
s en
v
oie de dé
v
eloppemen
t
, don
t
41 %
son
t
âgés de moins de 15 ans.
É
t
an
t
donné q
u
e le So
u
dan par
t
age ses fron
t
ières a
v
ec
d’a
ut
res pa
y
s,
t
o
ut
es les di
v
ersi
t
és e
t
hniq
u
es e
t
c
u
l
tu
relles des
É
t
a
t
s
v
oisins se manifes
t
en
t
à l’in
t
érie
u
r de ce dernier ; ce q
u
i
fai
t
de l
u
i
u
n microcosme afro-arabe.
Si l’Islam es
t
la religion majori
t
aire, no
t
ammen
t
a
u
nord, le
chris
t
ianisme e
t
l’animisme a
u
S
u
d-So
u
dan, la Rép
u
bliq
u
e d
u
So
u
dan es
t
s
u
r
t
o
ut u
n pa
y
s de par
t
ic
u
larismes e
t
hniq
u
es for
t
dessinés q
u
i on
t
profondémen
t
dés
t
r
u
c
tu
ré son his
t
oire.
A
v
an
t
la scission, la pop
u
la
t
ion é
t
ai
t
composée d’
u
ne
v
ing
t
aine d’e
t
hnies don
t
la pl
u
s impor
t
an
t
e es
t
celle des
Arabes
(4
0
%), s
u
i
v
ie des
Dinkas
(1
2
%),
Béjas
(7 %) e
t
d’a
ut
res
t
elles
q
u
e les
Hamars
,
Zandes
,
Shilluks
,
Nuers
,
Mondaris
,
Lokutos
,
Nubiens
. On iden
t
ifie égalemen
t u
ne impor
t
an
t
e
comm
u
na
ut
é de réf
u
giés, a
u
-delà d’
u
n million, répar
t
ie selon
les na
t
ionali
t
és s
u
i
v
an
t
es : 55,7 % d’Ér
yt
hréens,
2
5,4 %
d’E
t
hiopiens, 14,
3
% de Tchadiens, 4,
2
% d’O
u
gandais e
t 0
,4 %
de Congolais (Congo-Kinshasa).
Immense pa
y
s de plaines po
u
r l’essen
t
iel, a
ux
massifs
mon
t
agne
ux
pe
u
nombre
ux
mais néanmoins
t
rès éle
v
és, irrig
u
é

3
Le nombre es
t
con
t
ro
v
ersé. En effe
t
, le go
uv
ernemen
t
so
u
danais a procédé
en
t
re a
v
ril e
t
mai
200
8 à
u
n recensemen
t
de la pop
u
la
t
ion, première é
t
ape
essen
t
ielle a
v
an
t
l’organisa
t
ion des élec
t
ions démocra
t
iq
u
es. Le dernier
recensemen
t
remon
t
e à 199
3
, e
t
es
t
res
t
é perç
u
par de nombre
ux
obser
v
a
t
e
u
rs
comme le présage de l’organisa
t
ion des élec
t
ions de
200
9. Or, cer
t
ains
responsables d
u
S
u
d on
t
d’ores e
t
déjà dénoncé
u
n recensemen
t t
ronq
u
é
considéran
t
q
u
e les milliers de personnes q
u
i on
t
f
u
i le
u
r région, par le Nord
pendan
t
la g
u
erre, de
v
raien
t
d’abord ren
t
rer che
z
e
ux
o
ut
re les nombre
ux
problèmes de déplacemen
t
des pop
u
la
t
ions dans la région d
u
Darfo
u
r. Si
t
e
d’informa
t
ion : h
tt
p://
www
.france
2
4.com/fr

20

d
u
s
u
d a
u
nord par le Nil
4
Blanc e
t
le Nil Ble
u
q
u
i f
u
sionnen
t
à
Khar
t
o
u
m, le So
u
dan es
t u
n pa
y
s de spécifici
t
é ling
u
is
t
iq
u
e. En
effe
t
, on
y
dénombre pl
u
s de 1
2
5 lang
u
es. Le gro
u
pe majori
t
aire
es
t
cons
t
i
tu
é d’arabophones q
u
i pra
t
iq
u
en
t
l’
Arabe soudanais
,
u
ne
v
arié
t
é dialec
t
ale de l’Arabe. Il a é
t
é es
t
imé q
u
’en
t
re 5
0
% à
7
0
% des habi
t
an
t
s d
u
pa
y
s parlen
t
l’arabe so
u
danais, soi
t
comme lang
u
e ma
t
ernelle (51 %) soi
t
comme lang
u
e seconde.
Les arabophones son
t
concen
t
rés s
u
r les ri
v
es d
u
Nil, dans la
région de la capi
t
ale ainsi q
u
e dans la
z
one fron
t
alière d
u
Tchad. Cela mon
t
re q
u
e, po
u
r les So
u
danais la lang
u
e officielle,
l’arabe classiq
u
e, n’es
t
jamais
ut
ilisée comme idiome ma
t
ernel,
d’a
ut
an
t
pl
u
s q
u
e l’arabe so
u
danais e
t
l’arabe classiq
u
e
cons
t
i
tu
en
t
de
ux
lang
u
es différen
t
es.
Les principales lang
u
es parlées dans le nord d
u
So
u
dan son
t
des lang
u
es co
u
chi
t
iq
u
es don
t
le
bédja
e
t t
chadiq
u
es a
v
ec
haoussa
appar
t
enan
t
à la famille chami
t
o-sémi
t
iq
u
e, ainsi q
u
e
des lang
u
es des familles nilo-sahariennes don
t
fig
u
ren
t
le
nubien
e
t
le
fur
, des nigéro-congolaises a
v
ec le f
u
lf
u
de e
t
nigéro-kordofanienne.

Aille
u
rs, dans le S
u
d-So
u
dan, l’
Arabe soudanais
n’es
t
la
lang
u
e ma
t
ernelle q
u
e d’
u
ne infime par
t
ie de la pop
u
la
t
ion,
mais
u
ne
v
arié
t
é d’arabe local s’es
t
néanmoins dé
v
eloppée
comme
u
ne lang
u
e
v
éhic
u
laire : l’arabe s
u
d-so
u
danais.
To
ut
efois, la réali
t
é es
t
d’a
ut
an
t
pl
u
s comple
x
e, car
bea
u
co
u
p de non-arabophones son
t
m
u
s
u
lmans
5
. À
t
i
t
re
d’e
x
emple, les
Nubiens
, les
Bédjas
, les
Zaghawas
, les
Masalits
,
les
Dajus
, les
Bertis
e
t
les
Fulanis
son
t
islamisés mais non

4
Le Nil es
t u
n fle
uv
e d’Afriq
u
e. A
v
ec
u
ne long
u
e
u
r d’en
v
iron 6 5
00
km. Il es
t
iss
u
de la rencon
t
re d
u
Nil Blanc e
t
d
u
Nil Ble
u
. Le Nil Blanc prend sa so
u
rce
a
u
lac Vic
t
oria (O
u
ganda, Ken
y
a e
t
Tan
z
anie), le Nil Ble
u
es
t
iss
u
d
u
lac Tana
(E
t
hiopie). Les de
ux
branches s’
u
nissen
t
à Khar
t
o
u
m, capi
t
ale d
u
So
u
dan
ac
tu
el, le Nil se je
tt
e dans la médi
t
erranée en forman
t u
n del
t
a a
u
nord de
l’Ég
y
p
t
e.
5
Jean G
u
e
y
ras, « A
u
So
u
dan le po
uv
oir islamis
t
e se consolide », in
Le monde
diplomatique
, Paris, J
u
ille
t
1994, p. 6-7.

2
1

arabisés. Ceci es
t
par
v
en
u
à la s
u
i
t
e d’
u
n déplacemen
t
massif d
û
à la g
u
erre e
t
à la famine.
A
v
an
t
l’indépendance d
u
S
u
d, l’anglais a é
t
é grad
u
ellemen
t
remplacé par l’arabe classiq
u
e. To
ut
efois, l’anglais n’a cessé
d’ê
t
re impor
t
an
t
comme
u
ne lang
u
e d’enseignemen
t
dans les
écoles e
t
dans le s
y
s
t
ème p
u
blic.
A
u
jo
u
rd’h
u
i, ce
tt
e lang
u
e n’es
t
pl
u
s la se
u
le lang
u
e
e
u
ropéenne pri
v
ilégiée ; en effe
t
, elle es
t
conc
u
rrencée
ac
tu
ellemen
t
par le français comme lang
u
e seconde
6
.
En rés
u
mé, ce do
u
ble par
t
ic
u
larisme e
t
hnico-ling
u
is
t
iq
u
e
7
e
x
pliq
u
e sans do
ut
e po
u
r par
t
ie
u
ne
v
ie poli
t
iq
u
e
t
o
u
rmen
t
ée
dep
u
is l’indépendance j
u
sq
u
’à nos jo
u
rs, à
t
el poin
t
q
u
e les
différen
t
s confli
t
s in
t
ernes, q
u
e ce soi
t
cel
u
i en
t
re le Nord e
t
le
S
u
d, q
u
i s’es
t
ache
v
é à la s
u
i
t
e d’
u
n référend
u
m
d’a
ut
odé
t
ermina
t
ion organisé en jan
v
ier
20
11, o
u
cel
u
i d
u
Darfo
u
r on
t
so
uv
en
t
é
t
é décri
t
s en
t
ermes e
t
hniq
u
es
v
oire
racia
ux
.
À cela s’ajo
ut
e a
u
ssi le fai
t
q
u
e les richesses na
tu
relles d
u
So
u
dan ne son
t
pas é
t
rangères a
ux
con
v
oi
t
ises : les grandes
p
u
issances de même q
u
e ses en
t
reprenan
t
s
v
oisins
y
son
t
o
u
so
u
hai
t
en
t
l’ê
t
re.

6
Amal Maddibo, « L’in
t
rod
u
c
t
ion d
u
français en Afriq
u
e non francophone :
l’e
x
périence so
u
danaise », in
Sud Langues
, Fac
u
l
t
é des le
tt
res e
t
sciences
h
u
maines de l’
u
ni
v
ersi
t
é Cheikh An
t
a Diop Dakar (Sénégal), J
u
ille
t 2003
.
7
Ca
t
herine Miller, « Lang
u
es e
t
in
t
égra
t
ion na
t
ionale a
u
So
u
dan », in
Politique Africaine n° 23
, Paris Kar
t
hala, Sep
t
embre 1986, p.
2
8-41.

22