Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

"Défense deuxième chance" et la socialisation des jeunes en difficulté

De
495 pages
Le ministère de la Défense français a lancé en 2005 le dispositif "Défense deuxième chance" pour que des jeunes qui ont vécu des problèmes familiaux complexes, et quelquefois fait de la prison, réussissent leur insertion professionnelle. Pendant trois ans, l'auteur les a suivis et interrogés dans cette préparation militaire "trop dure" pour certains et raison d'espérer pour d'autres. Il souhaite ainsi montrer que le dispositif "Défense deuxième chance" est un vaste et ambitieux projet social.
Voir plus Voir moins
Alexis Tobangui
« Défense Deuxième chance » et
la socialisation Des jeunes en Difficulté
Défense deuxième chance et la socialisation des jeunes en difficultés
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen Dernières parutions Hermine MATARI,Les instituteurs dans la société gabonaise, 2014. Noël Christian-Bernard OBIANG NNANG,Les empereurs romains e e en Afrique du Nord. Les grandes réformes du IIau IIIsiècle ap. J.-C.,2014.Pierre KIPRÉ,Cultures et identités nationales en Afrique de l’Ouest. LeDaàdans la société béninoise d’hier à demain, 2014.Edouard Epiphane YOGO,Etat fragile et sécurité humaine au sud du Sahara, 2014. Wendpanga Jacob YOUGBARÉ,Méthodes d’aide à la décision appliquées pour le développement au Burkina Faso. La méthodologie Data Envelopment Analysis (DEA), 2014.Pierre KOULODJI, Vatican II et la parenté responsable. Histoire et analyse deGaudium et spes50,2, 2014. Lucien PAMBOU,La mondialisation, une chance pour l’Afrique ?Les Afriques noires francophones de l’ouest et du centre : sujets d’hier, acteurs de demain, 2014. Daniel Isaac ITOUA,Instruments de musique traditionnelle des Mbôsi du Congo, 2014. Pascasie Minani PASSY,Femmes en politique au Burundi. Leur nombre, leur influence ?,2014. Elisabeth SHERIF,Élection et participation politique au Niger : le cas de Maradi. Contribution à l’analyse électorale en Afrique, 2014. Roger KAFFO FOKOU,Les Mbäfeung, peuple des hautes terres de l’ouest du Cameroun. Croyances et pratiques traditionnelles et culturelles, 2014. Rachel MAENDELEO RUTAKAZA,Le rétablissement et la consolidation de la paix en République Démocratique du Congo de 1990 à 2008,2014. Liliane MBAZOGUE,L’éducation à la prévention du sida dans les classes de sciences, 2014. Constantin KUBETERZIÉ DABIRE, Financement d’un projet de partenariats public-prive (PPP),Missions du consultant et guide méthodologique, 2014.
Alexis TOBANGUIDéfense deuxième chance et la socialisation des jeunes en difficultés
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02488-2 EAN : 9782343024882
REMERCIEMENTS
Un travail de thèse ne se réalise jamais seul. Il est l’occasion de rencontres, d’échanges, de discussions et requiert le soutien, l’aide et l’intérêt de nombreuses personnes.
Par ces quelques lignes, je tiens tout d’abord à remercier Mme Suzie Guth, directrice de cette thèse, pour l’efficacité de son suivi et laertinence de ses conseilsui ont été des facteurs déterminants ourl’aboutissement de ce travail. Je remercie le général Didier Tauzin, ancien directeur adjoint de l’Établis sement ublicd’insertion de la défense (EPID), et leénéral Jac uesParis de Bollardière, actuel directeurénéral ad oint de l’EPID, de m’avoir permis de réaliser l’enquête de terrain aux centres «Défense deuxième chance» dans de très bonnes conditions.
Je remercie également messieurs Jacques Descamps, directeur de la Formation du personnel et Denis Oubre, directeur de la Formation et de l’insertion du Centre défense deuxième chance de Montr, ainsiue l’ensemble duersonnel d’encadrement et les jeunes volontaires des centres D2C, qui m’ont consacré du tem set sans lesuels cette recherche aurait manué d’éléments fondamentaux.
Je remercie madame Françoise Ropé, professeur émérite, Université d’Amiens; monsieur Bernard Boëne, ancien recteur, rofesseur des universités, Université de Rennes II et monsieur Pascal Hintermeer, rofesseurdes universités, directeur du laboratoire «Cultures et sociétés en Europe» (Université de Strasbour , CNRS) d’avoir acce té de faireartie duur de cette thèse.
Enfin, mes remerciements vont à tous les paroissiens de Saint Joseph de Colmar et de SaintBarthélemy de Wangenbourg, plus particulièrement à Maître Paul Lutz et mademoiselle Laetitia Kalt, ainsiu’à toutes lesersonnes ui,de rèsou de loin, ont collaboré à l’élaboration de cette thèse.
Merci à tous.
8
INTRODUCTION
Un des faits marquants de l’actualité sociale française à l’automne 2005 a été la flambée des violences dans les banlieues et les manifestations contre lero etde loi sur le Contrat première embauche (CPE). Ces événements apparaissaient, à plusieurs égards, comme révélateurs du malêtre d’une jeunesse fra ilisée, confrontée à des in uiétudes sur un avenirui lui semble de plus en plus incertain. De façon plus générale, les tensions sociales que l’on voit naître ici et là sont les manifestations évidentes du malaise de nombre de jeunes. Les motsclés de cette actualité ont été sans conteste « socialisation » et « insertion » de la jeunesse, étant souvent complétés du double qualificatif «sociale et professionnelle». Si la jeunesse est un â eorteur de toutes les vertus smboli ues,si elle rerésente l’image idéale à tous les âges et si elle est créatrice de nouvelles sociabilités, sa socialisation semble par ailleurs poser problème dans une société fran aiseui s’est fra mentée et «désinstitu tionnalisée »(Dubet et Martucelli, 1998). La jeunesse est une catégorie sociale qui fait l’objet de nombreux débats et de points de vue différents selon la place et les intérêts de celui qui en arle. On assiste ainsi à la montée d’un discours sur les «eunes en difficulté» situé au croisement des préoccupations de l’insertion sociale, pour l’essentiel tournées en direction des « sansrade » dus stèmescolaire, et du souci derotection de l’ordre public, notamment dans les quartiers les plus déshérités.
Le CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les quali 1 fications) estimeà 60 000 le nombre de jeunes Français de 15 à
1  LeCEREQ (Centre d’études et de recherche sur les qualifications) est un établissement public. La dernière enquête produite concerne le parcours professionnel des jeunes sortis de l’école en 1998.