//img.uscri.be/pth/31dcf97f93c1f546becb371fc9a0b1b3870f6b3e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 35,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Difficile laïcité

De
492 pages
A travers une approche pluridisciplinaire, s'appuyant à la fois sur les réflexions classiques des spécialistes reconnus de la problématique de la laïcité et faisant appel à la linguistique, à la philosophie et aux travaux d'intellectuels juifs, cet ouvrage propose une réflexion de fond sur le concept de laïcité, tel qu'il s'est forgé et a évolué en France.
Voir plus Voir moins
FRaNk Khalifa
Difficile laïcité SourceS et enjeux
Difficile laïcité
Frank Khalifa Difficile laïcité
Sources et enjeux
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02606-0 EAN : 9782343026060
IN MEMORIAM
1 Aux victimes de la «tuerie de Montauban et de Toulouse», attentats perpétrés par le terrorisme islamisted’AlQaïdales soldats de la contre République française, le 15 mars 2012, et des enfants juifs du «Gan Rachi», école élémentaire privée sous contrat d’association avec l’Etat et un rabbinenseignant du Lycée «Ozar Hatorah», lycée d’enseignement privé sous contrat d’association avec l’Etat, le 19 mars 2012: ème Abel Chennouf, 25 ans, du 17régiment de génie parachutiste (RGP) de Montauban. ème Mohamed Legouade, 23 ans, du 17régiment de génie parachutiste (RGP) de Montauban. er Imad Ibn Ziaten, 30 ans, du 1Régiment du train parachutiste (RTP) de Francazal. 2 Jonathan Sandler, 30 ans, Rabbin enseignant du LycéeOzar Hatorah(ל’’ז) . Arié Sandler, 5 ans, de l’Ecole primaireGan Rachi(ל’’ז). Gabriel Sandler, 4 ans, de l’Ecole primaireGan Rachi(ל’’ז). Myriam Monsonégo, 7ans, de l’Ecole primaireGan Rachi(ל’’ז).
1 «Cette affaire est un drame. On a parlé de tuerie alors que ce qui s’est passé est une opération terroriste», propos tirés d’une interview du juge antiterroriste JeanLouis Bruguière et recueillis par Stéphane Ilan, «Les leçons de l’affaire Merah»,l’Arche, n° 638, Août/Septembre/Octobre 2012, p. 14 et s. 2  (ל’’ז) ou Z’’L signifie que «» selon les condoléancesleur souvenir soit dans la bénédiction juives.
Amon père Elie qui m’a permis d’être le dépositaire de son infinie humilité, réceptacle de la vraie connaissance de l’Autre.A ma mère Edith, un ange venu sur terre et reparti prématurément après m’avoir légué un don inestimable, l’amour de l’Autre.
AVANT-PROPOS
On est ici au cœur d’un débat intense touchant toutes les sociétés modernes: ce n’est pas seulement un forum d’idées, c’est également le fondement de choix politiques et éthiques déterminants pour l’avenir de l’humanité. L’affirmation peut sembler péremptoire. Pourtant, lorsqu’on apprend, par exemple, que l’un des trois pères de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, Francis de Pressensé, le 3 « père oublié » de la laïcité selon Jean Baubérot , avec Aristide Briand et Jean Jaurès, trouvera «l’essentiel de l’article 4» de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat «en examinant la législation d’Etats américains et celle qui concerne l’Eglise libre d’Ecosse», force est de convenir que, «paradoxalement, la laïcité en France n’a pu s’établir que grâce à 4 un emprunt à des lois anglosaxonnes »ce qui d’emblée ouvre une brèche dans ce rempart formé par les défenseurs de l’exception française en matière de laïcité. A ce propos, il nous faut rendre hommage à Jean Baubérot pour avoir redonné à Francis de Pressensé la véritable place historique qu’il lui revient au titre de penseur historique et incontournable de la laïcité française, notamment au travers de l’élaboration de la loi de 1905 lorsqu’il affirme qu’«injustement reclus dans les oubliettes de l'Histoire, Francis de Pressensé est un personnage aussi attachant qu'important qui, à l'instar d'un Briand, d'un Clemenceau et d'un Jaurès, a incarné une France farouchement anticléricale avant de jouer un rôle de (ré) conciliateur en 1905». Jean Baubérot précise également, en ce qui concerne Francis de Pressensé, que, «né en 1853 et issu de la grande bourgeoisie protestante, ce petitfils de banquier et fils de pasteur est sur le point de se convertir au catholicisme quand éclate l'affaireDreyfus. Très déçu par l'attitude de l'Eglise, il prend fait et cause pour le capitaine bafoué et ne se contente pas de le défendre par la plume… De Pressensé, contrairement à d'autres intellectuels, est véritablement «allé au peuple» et a participé à des réunions organisées par les anarchistes et les socialistes révolutionnaires, une « trahison de classe » qui lui a valu d'être agressé physiquement (il manquera de perdre la vue) et calomnié (sa démarche hésitante faisait dire à ses ennemis qu'il buvait alors qu'il souffrait de la goutte et éprouvait des difficultés à se déplacer) ».De plus, toujours selon Jean Baubérot en ce qui concerne De Pressensé, il indique que, «devenu violemment anticlérical (une réaction 3 Baubérot Jean, « Francis de Pressensé : le père méconnu de l'article 4 »,CNRS them@, «Etats er des dieux », n°6, 1trimestre 2005. 4 Baubérot Jean,Histoire de la laïcité en France, P.U.F, Paris, 2000, p. 87. 9