//img.uscri.be/pth/39ba5a88c6b567ad47e7927c2d851d9ad3ce1f88
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Discours à ma génération

De
232 pages
Dans une combinaison de critique sociale et de philosophie politique, cet ouvrage s'engage dans le débat sur la destinée de l'Afrique. L'auteur visite le passé, examine l'actualité, dégage des perspectives et pronostique d'un avenir prospère qui n'est pas très lointain pour le continent. Il appelle la génération montante au devoir et pose les repères indispensables pour orienter la jeunesse en marche qui se prépare pour la relève de la gestion du continent.
Voir plus Voir moins

DISCOURS À MA GÉNÉRATION La. destinée de l'Afrique

www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr

~ L'Harmattan, 2006 ISBN : 2-296-01777~0 EAN: 9782296017771

Michel KINVI

DISCOURS À MA GÉNÉRATION La destinée de l'Afrique

L'HarmaU.n 5-7, rue de l'École-Polytéehnique; 75005 Paris

FRANCE
L'HannaItan Hongrie Espace Fac..des L'Harmattan Kinshssa L'Harmattan ltalia IS L'Harmattan Burkina Faso Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI de Kinshssa - RDC Via Dogli Artist~ 10124 Torino ITALIE

Kônyvesbok Kossuth L. u. 14-16

1200 logements 12B2260 Ouagadougou

viI\a 96

1053 Budapest

Université

12

Ecrire l'Afrique Collectiondirigéepar Denis Pryen

Déjà parus
Tidjéni BELOUME, Les Sany d'/mane, 2006. Mamady KOULffiAL Y, La cavale du marabout, 2006. Mamadou Hama DIALLO, Le chapelet de Dèbbo LoMo, 2006. Lottin WEKAPE, www.romeoetjuliette.unis.com. 2006. Grégoire BMGO, Orphée négro, 2006. Grégoire BMGO, Homo viator, 2006. Yoro BA, Le tonneau des Danaïdes, 2006. Mohamed ADEN, Roblek-Kamil, un héros afar-somali de Tadjourah, 2006. Aïssatou SECK, Et à l'aube tu t'en allais, 2006. Arouna DIABA TE, Les sillons d'une endurance, 2006. Prisca OLOUNA, Laforce de toutes mes douleurs, 2006 Salvator NAHIMANA, Yobi l'enfant des collines, 2006. Pius Nkashama NGANDU, Mariana suivi de Yolena, 2006. Pierre SEME ANDONG, Le sous-chef, 2006. Adélaïde FASSINOU,Jeté en pâture, 2005. Lazare Tiga SANKARA, Les aventures de Patinde, 2005. Djékoré MOUIMOU, Le candidat au paradis refoulé, 2005. Koumanthio ZEINAB DIALLO, Les rires du silence. 2005. Koumanthio ZEINAB DIALLO, Les humiliées..., 2005. Amaka BROCKE, Lafille errante, 2005. Eugénie MOUAYINI OPOU, Sa-Mana au croisement des bourreaux,2005. Lottin WEKAPE, Le perroquet d'Afrique, 2005. André-Hubert ONANA-MFEGE, Mon village, c'est le monde, 2005. Loro MAZONO, La quatrième poubelle, 2005. Kamdem SOUOP, H comme h..., 2005. Sylvie NTSAME, Malédiction, 2005. Blaise APLOGAN, Sètchémé, 2005. Bernard ZONGO, Meurtrissures, 2005. Ivo ARMA TAN SAVANO, Dans les cendres du village, .2005. Charles DJUNGU-SIMBA K, L'enterrement d'Hector, 2005. Patrick Serge BOUTSINDI, Le Mbongui. Nouvelles, 2005. Aissatou FORET DIALLO, Cauris de ma grand-mère.

Discours à ma génération

Remerciements A toutes et à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette œuvre, je témoigne toute ma gratitude. Pour les moyens matériels mis à ma disposition, les appuis et conseils techniques, les assistances pratiques et le soutien moral que j'ai obtenus de vous durant les phases de mise en forme du texte, de correction et d'amélioration de l'épreuve brute puis du document semi-fini, à vous tous je dis :
Voici notre œuvre commune!

En disant ces mots, je pense au personnel de Elite Informatic SenJicesà Casablanca, Lomé -Hyppolite Adja, Luc Kpodzo, Leonard Adja, Emma Zotsi, Ghislain Komlan, Delight Apessé, Akofa Shikpe, Clarisse Agbove ;

à Pisaani Karma à feu Bayebinam Kezié
à Pierrette Kpadonou de Génial Informatiqueà Nukafu à André Afanou à Sandra Bruce à Josèphe Akligo "M. Zomabi", mon frère jumeau non consangmn à François Kindozoun "Adzooa", mon ami conune tronc d'arbre et liane à Isidore Vierra à Cotonou à Blaise Salah à Apedo-Amah T. à Olivier Alipui à Kansas City
au personnel de Metropolitan Duplicating and Imaging à

Manhattan, New York aux autres amis qui savaient et souhaitaient vivement que cela se finalise et ait un intérêt.

Table des matières
Avant-propos Sermon Credo Ton d'entrée
Première partie: L'alerte sonne

11 13 15 17 19 21 25. 25 26 31 33 35 41 44 48 49 50 51 54 57 57 59 60 60 62 67 69 70 70 77

Ce fantôme que nous traînons Coup d'œil en arrière: notre Histoire
La brève histoire La grande histoire

L'appel pour notre mission restauratrice
Deuxièmepartie:

De la grêle sur notre culture

Quand nous parlons de culture: Emotion et Raison
Premières invectives
Senghor au bûcher... et toute sa bande I De l'esprit de "tout, tout-de-suite" De~b~nad~muh~nprofuwnm& Du patronat sans entreprenariat Du politique sans vision

De h peur du miroir

Des raisons de notre pessimisme politique actuel
Du sang sur l'autel De la mendicité qui nous amenuise Deuxièmes invectives Contre l'esprit du nostalgisme Vin qui ne coule,pain qui ne se multiplie

Troisième partie: Défis majeurs La trilogie de nos défis
Les défis èardinaux Défi de h terre promise Défi de l'homme total

10 Les défis générateurs
Défi de l'Elite ingénieuse Le défi consommé du peuple laborieux

Les défis moteurs
Le défi du feu Le défi de la !Jmphonie tvncordante

87 87 94 96 96 99 103 105 123 125 129 129 130 132 139 143 143 150 157 163 165 171 175 177 179 188 189 190 196 200 209 215 221 231

QI/atrièmeartie: Les voies de guerre p Guerre partout, guerre toujours Nation africaine: jeunesse, identité et pétulance Entrer en guerre De l'offensif sur tous les fronts et contre tous les ennemis De la prime victoire sur nous-mêmes
" Tuer les ance1res" LA bête en tOt:la bête en moi: Monica Lewins~ Ni Ordres, ni Fraternités Mondialisation: prendre le courant et esquiver les écueils
Le vice irrésistible Esquiver les écueils

Tiken Jah ou de l'éducation du peuple Dieu autrement ou de la nouvelle créativité théologique Quand Dieu sefait Homme. Vérité et mensonge
Cinquième panie : Les gloires à venir

La gloire, impératif vital
Quand les Etats-Unis passeront le témoin... . . . L'Afrique devra amorcer son ascension

Qui aura besoin demaiN de l'Afrique? Le terrorisme international nous profitera-t-il? LA Chine nous séduira-t-elle ? L'Europe se démmplexera-t-elle vis-à-vis de l'Afrique? Et sans les autres?

Tête qui ne pense... Aube de gloire Sortie de piste

Avant-propos
En guise d'avant-propos à un propos qui se veut un appel pour entrer dans la nouvelle aube qui s'annonce, nous ne pouvons qu'inviter le lecteur à méditer le Discours à ma génération en ayant à l'esprit que les trésors cachés ne se découvrent souvent que lorsqu'on emprunte des sentiers sinueux et, à des endroits, rugueux. C'est la détermination et l'effort continu pour gagner le pari qui sauvent de la tentation de laisser tomber les entreprises hardies qui font entrer dans la gloire. Dans ce discours, nous nous adressons essentiellement à la jeunesse africaine qui se prépare à prendre la relève de la conduite des affaires du continent. Notre effort dans cette œuvre se veut comme un exercice de la pensée libre, un exposé d'opinions argumentées sur des sujets qui entrent en considération dans la mission qui s'annonce. Dans ce sens, aucune institution, aucune valeur établie ne nous a semblé inviolable, voire tabou, pour ouvrir la voie à notre vérité-llOlonté
crue: partir en guem contre tous les ennemis, contre toutes les valeurs

aliénantes.Nous avons puisé à des sources assez diversifiées pour nourrir notre inspiration première, venue sous forme de songe épique, afin de la convertir en un corps de pensée logique. Ainsi tout l'essai se présente comme une chaîne qui se déroule en distincts tableaux persuasifs. Nous y avons porté des jugements osés et tenté des innovations de concepts; cela fait partie du jeu, car il faut nécessairement oser la pensée avant de se décider à poser l'acte qui se veut novateur. Certains maillons de la chaîne pourraient paraître incommodants pour des raisons de style ou de sens, que le lecteur n'en tienne pas trop rigueur et continue la marche; une vue d'ensemble sur le discours à la fin d'un parcours progressif pourra justifier des trébuchements en cours de route. Le

12

langage est loin d'être truculent; plutôt il se veut incisif et parfois abrupte puisqu'on ne peut pas inviter à la guerre pour la gloire avec des mots et tournures cajoleurs. Peut-être que quelques lecteurs bien informés ne trouveront pas dans le discours de très grandes révélations, cependant il est certain qu'Oll y rencontrera une nouveauté dans l'agencement des références et interprétations des faits dans le but d'affirmer le sens réel que nous voulons donner à la réalité présente et à celle qui est à construire. En somme le propos ici s'évertue à mettre en relief une vision et énoncer des prédispositions qui peuvent servir à orienter et entreprendre l'action de restauration d'une prospérité future.

Sermon
Connaître: Mais vaguQs joumt c'esi unQjoie pour avec lui. CQlui qui a la volonté du lion. toutQS IQS celui qui est fatigué n 'çxécutQ que IQS volontés étrangères,

La volonté libère: car vouloir àst créer, c'est là ce qUQ j'enseigne. Et ce n'est qUQpour créQrque vous ckvQZ apprmdre ! Et c'est ck moi sQulemmt que vous ckveZ apprendre à apprendre, à bim apprendre, QUQ œux qui ont cks orei/ks mtmcknt !
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

Credo

« Qui

lem a, guerre a »
Proverbe

« La Gloire n'est pas contraire à la Raison, eI/epeut en tirer son origine» Spinoza, Ethique

« Bâtir,
c'est se battre c'est remporter contre /es forces de la pesanteur, victoire sans cesse sur /es lois du chaos» Credo de l'Elite ingénieuse

Discours à ma génération

17

Ton d'entrée
Quoi donc! Que penser et que faire? Notre sort est des plus embarrassants! L'évocation de notre nom, depuis une ère, suscite au plus ou de la compassion ou du dédain ou de l'indifférence. C'est une vérité évidente. Elle ne peut être niée. Notre présence tend à tourner à l'indésirable dans le monde. Sauf complaisance, nous sommes supportables. Bref, nous comptons encore peu dans l'enjeu qui dresse l'humanité face aux grands défis de la vie. Jusqu'à quand souffrirons-nous cette tare qui dure des siècles? Une si inconfortable posture n'est plus tenable. Il nous est impératif de sortir de cette mauvaise passe le plus tôt possible et la tête haute! Posons une empreinte de gloire sur une aube prochaine qui luira devant nous. Le devoir mocù nous y mterpeDe. Notre génération doit déclencher une guette offensive contre toutes les valeurs aliénantes
établies. '

Pour quel but une mission aussi audacieuse estelle nécessaire? Réponse perspicace: une guerre honorable vaudra toujours mieux qu'une paix infâme de résignés passifs et brimés. Il est noble pour notre génération d'engager une offensive continue de transformation pragmatique et louable de l'image angoissante léguée par les antécédents séculaires peu clairvoyants de nos géniteurs I Plus d'un demi-millénaire de stagnation est pour nous cause de trop de torts. Il est temps d'ébranler les structures. Et avec toute la vigueur ! Nous invoquons du fond de notre être un véritable séisme instaurateur d'une culture glorieuse. C'est l'appel d'un nouvel
aurore lumineux.

L'ambition est grande et le ton osé I Il ne peut en être autrement. Ils sont à la mesure de l'alerte qui nous agite. En lettres de feu, gardons gravé à la conscience que seules la volonté, la passion et la raison constituent les véritables forces motrices des exploits les plus complets, les plus achevés. A nous de risquer I

Première partie:

L'alerte sonne

Discours à ma génération

21

Ce fantôme que nous traînons!

"Ce que nos enfants et la génération montante doivent savoir, c'est que 14Peupk noir n à pas dàmis. Il n à que des sympathisants. Tout 14monde se moque de nous. Ce qui fait qu'après tant de mystijication, ks Noirs sont toJ!iours ks derniers des humains. Nous /espeu, Nous ks rien, Nous les chiens, Nous /es maigres Nous les nègres, comme là dit Uon-Gontran Damas dans Black Label" Kuamvi Mawulé KUAKUVI Professeur de Philosophie à l'Université de Lomé (Lill RAC.1NESDU MALNEGRE, Editions I lAI 10, 1985)

Notre sort actuel est intimement lié à l'image que nous traînons depuis plus d'un demi-millénaire. Successivement nous avons été les sauvages (depuis la découverte des royaumes côtiers de l'Afrique par les missions de prospections mercantilistes et évangélistes des grandes puissances du Moyen Âge européen dès la première moitié du lSèmesiècle); les ese/aves Ouste après la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb et le besoin en maind'œuvre endurante pour l'exploitation rentable de ce vaste nouveau monde; ceci dès la deuxième moitié du lsème siècle; n'oublions surtout pas que, bien avant la découverte de l'Amérique au lSèmc siècle, les Chinois achetaient déjà des esclaves noirs sur les côtes de l'Afrique de l'Est et les vendaient à l'intérieur des terres de l'Asie dès le 12èmcsiècle, et les Arabes le faisaient depuis le 7èmesiècle1) ; les colonisés(à partir du dernier quart du 18émc siècle avec la conquête armée
1 Ces repères historiques sont tirés de Histoire Générak de l'/lfrique, Ki Zerbo J. 1978, Edition Hatier.

22

Michel Kinvi

des terres intérieures de l'Afrique par les grandes puissances nées de la Renaissance européenne et devenues avides d'espace vital et de matières premières) ; les néo colonisés(depuis la décapitation des vrais et pragmatiques courants indépendantistes et émancipateurs de l'Afrique Nkrumah, Lumumba, Sankara2 et autre - oeuvres des forces commanditées par les puissances politico mercantilistes de la deuxième moitié du 20ème siècle) ; les affamés (depuis les grandes sécheresses intempestives, l'avancée du désert et les conflits armés sans bases idéologiques véritables qui sévissent dans la majeure partie de la bande de l'Afrique équatoriale et s tropicale depuis le dernier quart du 20ème iècle) ; les infectésde virus (depuis les années 1980 avec l'apparition du sida et autres infections foudroyantes comme Ebola) et actuellement des parias-sans-papier-expulsés (depuis l'instauration de la politique d'immigration sélective, à l'encontre des ressortissants des peuples défavorisés, adoptée par les puissances économiques, surtout européennes, a u cours de la dernière décennie du 20èmesiècle). Cette identité déliquescente que nous reflétons aux yeux de la communauté humaine est la conséquence, il faut l'affirmer, d'un grand processus de somnolence culturelle. Le tribut de notre décadence culturelle est lourd. Mis au rang, nous sommes actuellement les derniers des grands ensembles humains. Ah oui I Ne nous pressons pas d'arguer, à la vavite, la question: '~ui définit les critèresde classement au rang?"

afin de nous donner trop tôt bonne conscience. Rendonsnous à l'évidence I La norme objective d'évaluation de la place réelle d'un être au monde est sa capacité à trouver des

2

Il n'est pas un hasard que ces personnalités politiques, écartées du pouvoir avant d'avoir vu se réaliser leurs projets de sociétés, se retrouvent avoir toutes prôné des idées de tendance progressiste marxiste. C'est pour dire que ce n'est pas l'Afrique qui a tué ses premiers fils venus dans l'arène de la politique moderne, mais ce sont les pays néocolonialistes qui ont organisé bon nombre de crimes politiques en Afrique dans le but de sauvegarder leurs intérêts.

Discours à ma génération

23

solutions adéquates aux défis incessants de premier ordre que lui lancent les besoins élémentaires de son espèce et les aléas de l'existence. En matière de besoins élémentaires pour l'espèce humaine, nous retiendrons les nécessités d'apaiser sa faitn, d'étancher sa soif, de rétablir sa santé. En terme d'aléas de l'existence, nous notons les atteintes à notre sécurité physique par des agressions violentes -patentes ou insidieuses- d'où qu'elles viennent, et contre lesquelles il faut se préserver constamment. S'il est clair que ces problèmes fondamentaux et éternels de l'être humain se posent à notre peuple et le mettent plus sous leurs jougs qu'ils n'y mettent actuellement les autres peuples de la terre, la conclusion s',impose d'elle-même. Le dernier rang nous revient depuis trop longtemps I Il s'agit avant tout d'accepter un constat honnête, sans honte et sans fausse amertume. Tout au plus, nous pouvons manifester un franc regret et faire preuve d'un courage d'homme en quête d'un repositionnement plus méritoire de sa place au monde. Ce n'est pas la couleur d'une peau, ni la texture d'une chevelure, ni.la moulure d'un nez qui déterminent la fortune, bonne ou mauvaise, d'un être venu à l'existence. Voyons! Il ya cette idée erronée qui consiste à croire que c'est parce que nous sommes noirs que nous sommes opprimés ou bafoués. Corrigeons dès maintenant cette fausse idée par la suivante: Nous sommes opprimés ou bafoués parce que nous appartenons
actuellement à une communauté d'hommes qui est dans la situation

d'un être démuni et dépérissant,. une communauté qui n'inspire aucune crainte véritable à ses congénères Nous parlons bien de crainte et non de respect I C'est essentiellement l'attitude de notre esprit face à l'existence qui fixe notre sort. Si aujourd'hui notre sort est devenu peu enviable au monde c'est parce que notre esprit a cessé d'être. alerte depuis quelque temps. Notre esprit est entré dans une torpeur prolongée. Il continue de mal réagir aux sollicitations de son environnement tant physique qu'humain.

24

Michel Kinvi

Notre peuple a manqué, au cours de l'histoire des dix demiet:s siècles, à plusieurs appds à réveil.et à la reconsritution de l'Esprit de Grandes Aventures fàce au bipôle certitude/incertitude que nous présente l'existence au monde. En somme et en définitive, c'est notre esprit de défaitistes perpétuels face aux défis, prémédités ou imprévisibles, que nous lance notre existence au monde qui nous fait traîner l'image de 'peupledamnéde fa terre': ce fantôme infect qui nous colle à la peau. Maisà vous, mes compagnons des temps actuels, j'annonce que cette identité déméritmuedoit connaître absolument et très tôt son crépuscule. Un crépuscule vespéral et subtt ICar le temps est pressant pour l'accomplissement de notre mission rédemptrice. Nous ne sommes pas seulement les porte-parole de ce message incitateur plein de sens, lourd de conséquences et chargé de promesses. Nous en sommes les porte-flambeaux. Et plus encore nous en sommes les protagonistes porteétendards, les véritables instigateurs. Consultons le passé; jetons un coup d'œil en arrière afin d'avoir une conscienceclairede Penjeu qui se dessine et comprendre ainsi le présent pour envisager l'avenir.

Discours à ma génération

25

Coup d'œil en amère: Notre Histoire

'Un peuple qui ne connaît pas son histoire est comme un arbre sans racine. "

Dicton

Notre histoire? Ene est une ! Comme doit l'être naturellement t.out fait authentique. Mais le parad.oxe est que l'hist.oire du peuple africain, cette hist.oire une, se retr.ouve artificiellement fragmentée en deux hist.oires. On distingue ce que n.ous appeller.ons la brève histoire, celle qui est la mieux répandue dans les esprits et qui fait une pseud.o unanimité dans les c.onsciences ; et lagrandehistoire,celle qui est la m.oins diffusée et qui pr.ov.oque la gêne dans certaines c.onsciences et rend perplexes d'autres esprits. Cette fragmentati.on factice du dér.oulement de n.otreculture dans le temps sert le dessein intéressé de ceux qui pr.ofitent le plus de la perpétuati.on de n.otre ass.oupissement culturel. Un ass.oupissement culturel qui est la véritable racine de n.otre mal ; mal p.olitique, mal éc.on.omique, mal social.

La brève histoire
Elle est celle qui c.ommence au lséme siècle avec les expéditions d'expl.orati.onet de" déc:otNerte", d'évangélisati.on et de civilisati.onde l'intérieur de l'Attique par rEur.ope médiévale. Ces cinq derniers siècles de c.ontact et de relati.on c.ontinue avec l'Eur.ope et de grande .ouverture de l'Afrique sur le reste du m.onde est la péri.ode hist.orique, la seule malheureusement, que la c.ommunauté humaine c.ontemp.oraine garde de l'Afrique. Cette péri.ode brève, si n.ous ten.ons c.ompte de l'hist.oire générale du peuple africain, est juste une p.orti.on flétrie de la culture du peuple africain. Et c"est cette p.orti.on flétrie que les éc.oles, les médias, les bibliothèques publiques véhiculent le plus. Ainsi .on en fait l'hist.oire .officielle de l'Afrique; et le