Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Dispositif ITEP : métamorphoses institutionnelles

De
0 page

L’ITEP se métamorphose pour garantir sa dimension soignante, le concept de dispositif ITEP proposé par l’AIRe et pris en compte par les pouvoirs publics, constitue une réponse institutionnelle possible.

Lors de ces journées de formation et d’études, nous traiterons des effets induits par ces adaptations et transformations.

- rôle des organismes gestionnaires et en particulier des associations sur le plan politique et éthique : quelles stratégies pour répondre aux nouveaux enjeux ? ;

- en quoi la complémentarité interinstitutionnelle contribue-t-elle au parcours du jeune sur le territoire ?

- comment les nouvelles références, impactent-elles les positionnements, l’organisation institutionnelle et les pratiques professionnelles ?

- en quoi la métamorphose des ITEP dans la mise en œuvre du parcours de soin personnalisé impose-t-elle la considération de l’usager en tant que citoyen ?

Chacun de ces questionnements fût traité avec des apports théoriques, des supports pédagogiques adaptés, des échanges d’expérience des uns et des autres, sous forme d’ateliers afin de permettre aux participants des effets de formation opérants.


Voir plus Voir moins

cover.jpg

Dispositif ITEP :

métamorphoses institutionnelles

 

Enjeux pour les différents acteurs, les organisations et l’environnement.

 

XVIIIes Journées d’étude,

de recherche et de formation

des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques

3, 4 et 5 décembre 2014

Biarritz

 

Comité de pilotage des Journées de Biarritz :

Maryse SOUST-LATOU, Yves MATHO, Jean François DUBOIS,

Philippe DAUGEN, Claudie DEGORCE, Jean François PRADENS,

Dominique MALHAIRE, Philippe VALENTIN

Présentation de l'ouvrage : L’ITEP se métamorphose pour garantir sa dimension soignante, le concept de dispositif ITEP proposé par l’AIRe et pris en compte par les pouvoirs publics, constitue une réponse institutionnelle possible.

Lors de ces journées de formation et d’études, nous traiterons des effets induits par ces adaptations et transformations.

- rôle des organismes gestionnaires et en particulier des associations sur le plan politique et éthique : quelles stratégies pour répondre aux nouveaux enjeux ? ;

- en quoi la complémentarité interinstitutionnelle contribue-t-elle au parcours du jeune sur le territoire ?

- comment les nouvelles références, impactent-elles les positionnements, l’organisation institutionnelle et les pratiques professionnelles ?

- en quoi la métamorphose des ITEP dans la mise en œuvre du parcours de soin personnalisé impose-t-elle la considération de l’usager en tant que citoyen ?

Chacun de ces questionnements fût traité avec des apports théoriques, des supports pédagogiques adaptés, des échanges d’expérience des uns et des autres, sous forme d’ateliers afin de permettre aux participants des effets de formation opérants.

 

Présentation des auteurs : L’Association des ITEP et de leurs réseaux (AIRe) regroupe la plupart des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques français et belges, elle organise des journées départementales, régionales, nationales et internationales, des colloques de formation et de recherche sur les troubles psychologiques importants de l’enfant et de l’adolescent et les diverses manières de réfléchir aux modes de prise en charge de la souffrance qui leur est associée. L’Association Mètis europe accueille toutes associations, fondations, fédérations, coopératives, groupements etc., établis dans l’espace européen, poursuivant une action fédérative auprès des établissements et services s’adressant aux enfants, adolescents et jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques et/ou sociales, pour favoriser le développement d’un cadre de référence, politique, social et culturel à l’échelle de l’union européenne concernant ces jeunes.

 

Discours d’ouverture

Interventions

Quelles sont les logiques à l’œuvre dans les métamorphoses des institutions du secteur médico-social

Jésus SANCHEZ

Les ITEP : du séjour en institution au parcours en dispositif

Alain DEWERDT

De l’établissement au dispositif : nouveaux patients ou nouvelles institutions

Michel BOTBOL

Devenir des ITEP : de la métamorphose à la mutation institutionnelle

Hervé BENOIT et Sylvie CANAT

Table ronde

***

Nouvelles pratiques de coopération interinstitutionnelles favorisant le parcours de l’usager sur le territoire

Interventions dans le cadre des ateliers

Atelier 1 –

ITEP L’Arbre à Paroles

La première rencontre Une métamorphose de l’accueil institutionnel

Atelier 2 –

« Enjeux formatifs du passage à la logique de dispositif pour les directions et l’ensemble des personnels. »

-Atelier 3 -

« ITEP inadapté ! Quelle réorientation ? » ITEP l’Astazou

- Atelier 4 -

ITEP Les Events

« La Clex un dispositif d'inclusion en collège: Classe Externalisée »

- Atelier 5 -

ITEP Les Events

Expérience de décloisonnement institutionnel pour accompagner des jeunes qui refusent ce dont ils ont besoin

-Atelier 6 -

Le dispositif du CRAPS : de nouveaux services pour de nouvelles pratiques (64)

- Atelier 7 -

Déplacer les lignes, subvertir les discours

- Atelier 8 -

D’un I.T.E.P sans mur au dispositif I.T.E.P

- Atelier 9 -

Nouvelles régulations publiques :  contraintes et opportunités en matière de processus de changement associatif

- Atelier 10 -

SESIPS / Adapei 64

- Atelier 11 -

ITEP Le Comminges

- Atelier 12 -

En quête d’un « Dispositif » ITEP : une Recherche-Action à l’ITEP et au SESSAD de Villeurbanne

- Atelier 13 -

Dispositif ITEP : Métamorphoses institutionnelles

Enjeux pour les différents acteurs, les organisations et l’environnement

Synthèses et clôtures

Synthèse et perspectives issues des échanges de la matinée

Vendredi après-midi

Droit à un parcours sans rupture pour les personnes handicapées

Bernadette DEVICTOR

L’espace du sujet, comme territoire d’intervention

Reynald BRIZAIS

Clôture des journées de l’AIRE

Dans la même collection

 

Ouverture des Journées de l’AIRe

Discours d’ouverture

 

 

Maryse SOUST-LATOU (Directrice ITEP Les Events)

Bonjour à toutes et à tous, merci d’être venus si nombreux, vous êtes 800 pour ces trois jours de travaux à être venus de toute la France jusqu’à Biarritz, une ville fort agréable, vous avez pu en avoir un aperçu, M. VEUNAC, le maire, vous en dira quelques mots.. Je laisse la parole tout de suite à M. VEUNAC, le maire de Biarritz qui nous accueille dans sa ville.

 

Michel VEUNAC (Maire de Biarritz)

- Merci, Madame. Mesdames et Messieurs, je voudrais tout d’abord vous souhaiter une très chaleureuse bienvenue à Biarritz et vous remercier, Monsieur le Président. Je salue aussi le représentant de l’ARS, Madame, et je vous remercie d’avoir choisi Biarritz pour tenir ce 19e congrès. Je suis heureux de vous accueillir et d'autant plus que j'ai le sentiment d'être un peu en famille parce que ma vie professionnelle a été, au fond, proche de la vôtre, puisque comme psychologue, j'ai accompagné beaucoup, dans des institutions, des enfants en difficulté et puis, le hasard des choses a fait aussi que j'ai dirigé pendant plusieurs années ce que l’on n’appelait pas encore (nous étions au début des années 1980) des ITEP, mais qu’on appelait encore des instituts de rééducation. Je salue d’ailleurs au passage, il est au fond, le directeur actuel du centre IDEKIA, de la sauvegarde de l’enfance du Pays Basque, qui est un centre que j’ai dirigé pendant cinq années et je garde des souvenirs très forts, véritablement, du travail que nous faisions avec l’équipe éducative avec à la fois des enfants qui avaient des troubles du caractère et du comportement et d’autres qui avaient des troubles plus sévères de la personnalité. Donc, j’ai ce sentiment d’être tout simplement des vôtres.

J’ai un respect très grand, pour avoir connu ce qu’était ce travail qui est souvent décrié, vis-à-vis des éducateurs, des travailleurs sociaux, etc., pour savoir ce que représente ce travail et que c’est un travail où évidemment, même s’il est technique, même s’il est professionnel, la part de nous même est engagée d’une manière ou d’une autre et cela compte beaucoup.

Je voulais vous dire ces quelques mots d’accueil et ajouter que le choix de l'intitulé retenu pour votre congrès, je le disais au président à l'instant, parler de métamorphoses institutionnelles est particulièrement bienvenu parce que finalement, dans toute l’histoire de l’enfance inadaptée, comme on disait jadis, en tout cas de toute cette grande saga, cette grande épopée qui a vu au fil des ans des institutions se modifier, se transformer, des techniques éducatives ou pédagogiques ou thérapeutiques, elles aussi, évoluer, c’est bien toujours la question des métamorphoses institutionnelles. Et ce que je trouve extraordinaire dans votre secteur, mais aussi dans notre secteur, c’est que - on aurait dit cela comme cela à l’époque - l’institué n’a jamais empêché la création de l’instituant dans vos institutions et cela, vous savez que c’est quelque chose d’extraordinaire et nous le devons aux travailleurs sociaux, nous le devons aux différents métiers qui travaillent dans ces institutions et qui, dans la relation qu’ils ont avec les enfants (et puis, il y a évidemment la progression du savoir, la progression des connaissances, la progression des savoir-faire) font qu’effectivement, toujours, il y a une actualisation progressive de la manière de faire, de la manière de prendre en charge et vous savez, il n’y a pas beaucoup de secteurs qui font preuve d’autant d'adaptation dans leurs pratiques et dans leur fonctionnement. Donc, bravo pour cela.

J’espère que vos travaux seront véritablement extrêmement fructueux, mais cela, j’en suis sûr parce que j’ai jeté un coup d’œil sur les tables rondes ou les ateliers qui vont avoir lieu et vraiment, les sujets que vous traitez sont extrêmement importants.

Aujourd’hui, je suis maire de cette ville, vous voyez, comme quoi on peut toujours mal tourner, et je continue d’être attentif à ces questions-là. J’étais, il y a trois jours, avec l'inspecteur d'académie, nous allons ouvrir dans une école de Biarritz une unité pour enfants autistes qui accueillera une dizaine d'enfants. Il y a déjà dans l'inclusion de ces jeunes enfants ou jeunes adultes en situation de handicap beaucoup de choses qui ont été faites dans nos écoles, mais là, il s’agira d’une unité particulière.

Donc, bienvenue à Biarritz. Je vous dis un mot sur notre ville. Biarritz est née d’une histoire d’amour, pour ceux qui ne la connaissent pas bien : c’est l’histoire d’amour entre une jeune aristocrate madrilène, au 19e siècle, qui avait l’habitude, adolescente, de venir passer ses vacances à Biarritz, qui n’était à l’époque qu’un petit port de pêcheurs, et qui, lorsqu’elle est devenue impératrice des Français, Eugénie de MONTIJO, n’a pas oublié ce lieu de ses vacances et elle a demandé à son impérial époux de lui faire construire une petite résidence de vacances qui est l'hôtel du Palais que vous verrez peut-être et c’est cette reconnaissance d’Eugénie au port et au lieu de vacances de son adolescence qui a été le début de l’histoire et de la légende un peu dorée de Biarritz. Aujourd’hui, nous sommes une ville qui est dans une agglomération importante, une ville qui est moderne, tournée vers le tourisme et j'espère que le congrès vous laissera un peu de temps pour découvrir un peu plus notre ville. Monsieur le Président, j’ai une idée à vous suggérer : 19e congrès, c’est bien, mais ce qui marque quand même l’histoire d’une association comme la vôtre, c’est le 20e congrès. Eh bien je vous invite pour le 20e congrès à rééditer notre rencontre d’aujourd’hui, vous serez les bienvenus et je vous aiderai à le réussir. Je vous remercie.

 

Maryse SOUST-Latou

- Merci, Monsieur VEUNAC, pour ce petit mot chaleureux et cet accueil tout à fait convivial. Je laisse maintenant M. GONNARD, le président de l’association AIRe, vous accueillir.

 

Gilles GONNARD (Président AIRe)

Mesdames, Messieurs, chers amis, bonjour, Monsieur VEUNAC, merci pour votre accueil, merci pour votre invitation pour les 20e journées, je ne sais pas si mon ami Roland DYSLI qui est dans la salle, qui a commencé à installer la tribune à Besançon, sera d’accord avec cette invitation, mais bon…

Vous confirmez par votre présence nombreuse (800, 850 personnes avec les invités) l’intérêt que vous portez à ces journées et c’est très important pour l’AIRe. Le comité de pilotage, associé au conseil d’administration, a tout mis en œuvre pour vous rendre ces quelques jours très fructueux, très sympathiques, très agréables dans cette belle ville de Biarritz, mais aussi, des journées de travail, de recherche, d’étude, de formation de rencontres pour tous, et je tiens à remercier, au nom de l’association, pour leur haut patronage, le ministre de la Santé et de la Solidarité, le ministère de l’Éducation nationale, le ministre chargé des Personnes handicapées.

Je tiens également à remercier pour leur accompagnement et leur confiance, (je pense qu’elles sont toujours avec nous dans la salle) Mmes MAUBERT de la DGCS et BOREL qui nous accompagnent et qui nous supportent dans cette aventure du projet ITEP, du dispositif et de l’expérimentation.

Vendredi, nous aurons la chance d’avoir Xavier DUPONT parmi nous et Mme CUVILLIER, directeur d’établissement et services et sous directrice à la DGCS.

Je crois que nous travaillons la matinée sur le dispositif à bien démontrer qu’il y a une coopération tout à fait intéressante entre notre association, la CNSA, la DGCS et je pense à la DGESCO qui n’est pas présente aujourd’hui, mais qui, pour l’Éducation nationale, travaille avec nous sur ce dossier.

Je tiens aussi à remercier, et je le fais très sincèrement, Madame la secrétaire d'État, Mme NEUVILLE, qui prépare aujourd’hui la conférence nationale sur le handicap et qui nous adresse un message que vous transmettra M. LEREMBOURE tout à l’heure, message très fort et très soutenant concernant de dossier ITEP et le dispositif.

Comme chaque année, nous accueillons, je ne sais pas s’ils sont arrivés, nos collègues italiens de la Coopérative MIRAFIORI, des représentants de METIS Europe, Michel VANDERKAM n’est pas là, mais peut-être des personnes des IMP 140 de Belgique sont-elles parmi nous ? En tout cas, sachez qu’ils soutiennent avec nous ces conceptions au-delà du territoire français, mais au niveau européen sur la question de la prise en compte des jeunes présentant des troubles psychologiques.

Le titre de ces journées « Métamorphoses institutionnelles » poursuit l’engagement des ITEP dans l’adaptation nécessaire de nos organisations du champ du secteur médico-social. Monsieur VEUNAC, vous évoquiez la notion d’institut de rééducation, je dirai que la transformation de l’IR à ITEP est en train de s’opérer techniquement par une approche que nous évoquons, nous, en dispositif d’accompagnement, mettant prioritairement les parcours des jeunes sur le devant de la scène. L’action politique de notre association est basée sur un militantisme fort, un engagement reconnu par l’action publique fondé sur la compétence des acteurs et cette réflexion sur le dispositif nous amène même à aborder cette question avec d’autres champs que celui des ITEP.

Nous participons depuis presque deux ans maintenant à une expérimentation nationale que vous connaissez dans le cadre de six régions en lien avec la CNSA, la DGCS. Cette expérimentation soutient la conception d’un fonctionnement en dispositif permettant l'adaptation au plus juste des réponses apportées à chaque jeune que nous recevons dans nos ITEP. Ceci correspond à l’aboutissement de notre travail militant qui nous a conduits précédemment à réaliser plusieurs tours de France pour co-construire avec vous cette conception du dispositif. Cette expérimentation prend aujourd’hui une tout autre ampleur, elle s’étend progressivement à d’autres régions qui viennent s’adosser aux six régions qui sont officiellement dans l’expérimentation, certains départements et se diffuse - et vous le savez, puisque vous êtes à l’œuvre dans les ITEP - dans la grande majorité des instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques de l’hexagone.

Certaines ARS ont déjà intégré ce modèle et autorisent non plus des établissements et services, mais des dispositifs ITEP. D’autres proposent des appels à projet qui s’inscrivent dans la droite ligne du cadrage et du cahier des charges de l’expérimentation, j’en veux pour preuve l’appel à projet qui a été réalisé récemment en Île-de-France. Parallèlement, les MDPH des six régions pilotes notifient depuis 2014 en dispositif et donnent à l’ITEP toute la place nécessaire dans la définition du projet personnalisé d’accompagnement. Le rapport Zéro de conduite de M. PIVETEAU retient des propositions, notamment celles des dispositifs ITEP.

En tant que président de AIRe, je suis fier du chemin parcouru. Forts des premiers effets constatés, la CNSA et la DGCS souhaitent aujourd’hui poursuivre l’expérimentation afin d’en suivre elles-mêmes directement les évolutions et d’en tirer des orientations pour 2017 vers un cadrage législatif. Ce cadrage législatif pourrait trouver - et nous l’avons entendu ce matin - par l’intermédiaire d’un amendement un effet dérogatoire dès la parution de la prochaine loi de santé.

La reconnaissance et la généralisation de tels dispositifs constituent l’un des enjeux majeurs avant tout pour la qualité de l’intervention. Nous sommes ravis du développement de ce concept dont d’autres secteurs sont en train aussi de s’emparer. La notion de parcours est au centre de tous les échanges, actuellement, au niveau des Pouvoirs publics et de toutes les associations du secteur. L’AIRe sera donc associée à cette deuxième phase pour travailler sur un fonctionnement plus opérant et dans un cadre national fixé, tout en accompagnant les transformations nécessaires des pratiques. Il s’agit de pousser les institutions à se décloisonner, à prôner l’inter-institutionnalité et de repenser les systèmes de soin en général en favorisant la coopération.

Je tiens à passer un message très clair à l’ensemble de nos adhérents : le conseil d’administration de AIRe sera vigilant afin que les régions qui ne sont pas dans l’expérimentation ou adossées à l’expérimentation puissent être associées et informées le plus possible et avoir la somme d’informations nécessaire pour qu’il n’y ait pas sur le territoire des ITEP à deux vitesses. Nous menons aussi, dans les cadres la CNSA et de la section V, une recherche sur les parcours des jeunes reçus dans nos instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques. Le volet scientifique de cette recherche est piloté par l’École des hautes études en santé sociale par Mme VILLE, directrice de recherche et le comité scientifique est composé de membres qui vont se réunir dès le mois de janvier. Nous avons proposé à ce comité scientifique la présence de Sylvie CANAT, que certains d’entre vous connaissent, de Michel BOTBOL, qui est dans la salle, de Martine BARRES que vous connaissez et d’autres membres qui vont être, eux, proposés par l’École des hautes études en sciences sociales.

Ce deuxième dossier sur les parcours sera en œuvre sur trois régions, la haute ou basse Normandie, je ne sais jamais, PACA et Bretagne. Nous essayons, dans l’ensemble de ces lieux, d’apporter véritablement une conception de l’action en dispositif ITEP qui est pour nous, directeurs d’ITEP, professionnels en ITEP, gestionnaires d’ITEP, une réponse avant tout soignante aux jeunes que nous accueillons.