//img.uscri.be/pth/0a77b719fe22aacee86f6ba6f4f8c97987acb13b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Donner sa vie au quotidien

De
113 pages
L'auteur, Commissaire de police, a voulu faire partager son expérience de terrain dans une unité spécialisée : la brigade anti-criminalité de nuit de Paris. Il décrit tantôt avec pondération, tantôt avec enthousiasme le travail de ces policiers placés dans des situations souvent violentes, dans les rues de Paris. Un vibrant hommage leur est rendu. L'auteur, homme de terrain, exprime à la fois l'état d'esprit qui règne dans ce type d'unité et tente de donner des pistes sur l'art du commandement. Il nous rend attachants ces policiers prêts à donner leur vie pour la tranquillité de tous.
Voir plus Voir moins

DONNER SA VIE AU QUOTIDIEN

Travail de policier de BAC

@L'Hannatlan,2003 ISBN: 2-7475-4605-5

Michel FELKA Y

DONNER SA VIE AU QUOTIDIEN
Travail de policier de BAC

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Si tu veux être un chef un jour, songe à ceux qui te sont confiés et dis-toi bien que: si tu doutes, ils désespèrent si tu critiques, ils démolissent si tu faiblis, ils flanchent si tu t'assois, ils se couchent mais si tu marches devant, ils te dépasseront, si tu donnes la main, ils donneront leur peau. Si tu veux être un chef un jour, songe à ceux qui te sont confiés et dis-toi bien que: si tu doutes, ils désespèrent si tu critiques, ils démolissent si tu faiblis, ils flanchent si tu t'assois, ils se couchent mais si tu marches devant, ils te dépasseront, si tu donnes la main, ils donneront leur peau.

Introduction

Donner sa vie au quotidien, telle est la réalité de ce que le policier est prêt à faire si nécessaire, dans l'action subite qui se présente. Chacun, même s'il ne l'exprime, en est conscient. Cela peut faire peur, sauf si l'on comprend que cette attitude tient sa source de demandes d'interventions quotidiennes, de la volonté de résoudre des conflits, de calmer des tensions, d'agir pour que la tranquillité se réinstalle, au besoin en écartant par des procédures judiciaires les fauteurs de troubles. Donner sa vie dans l'action. Maîtriser la violence, celle des autres, en maîtrisant la sienne. Que d'actes inconnus du public, et pourtant exécutés au profit du citoyen. La police veille, elle agit dans l'ombre, dans la nuit pour le bien de tous, au service de tous. Incomprise la plupart du temps ou simplement ignorée, elle est critiquée et le perçoit durement. Combien de policiers côtoyés, prêts à donner de leur personne par la passion qui les anime, pour aller jusqu'au bout d'eux-mêmes et de leurs actions? Je viens ici leur rendre hommage; blessés dans leur chair, voire plus, ils sont retournés dans leur famille,

replongés dans le monde des attitudes plus « conformes », dans un cadre qui les respecte mais qui a du mal à comprendre. Pour certains, il a fallu ne pas reprendre le travail et s'adapter - c'est à tous ceux-là que je rends hommage.

8

Avant-propos

A ceux qui s'attendent à trouver des feuilletons agités d'actions violentes, ils seront déçus. Ici pas de choses exceptionnelles mais des vies de policiers appartenant à un service spécialisé, la brigade anti-criminalité de nuit de Paris, dans leur quotidien. Comment s'articule la vie autour de ces policiers les plus professionnels possibles, motivés et volontaires face à la petite, moyenne et grande délinquance sur Paris la nuit? Comment le commandement peut avoir sa place alors que les équipes formées en affinités se suffisent à elles-mêmes par leur très grand intérêt pour la recherche du malfaiteur quel qu'il soit? Comment un Commissaire à la tête d'un tel service (plus de 200 policiers sur tout Paris la nuit), appelé « Patron », peut observer, orienter au besoin, intervenir sur les missions, approuver, féliciter, voire admirer en silence le travail effectué. Voici donc ce dont il s'agit. J'ai eu la chance de pouvoir être à ce poste et rappeler sans cesse ce qui allait de soi pour eux: «Vous n'êtes pas des surhommes, vous êtes des professionnels qui agissent dans des situations parfois violentes. Vous devez vous tenir prêts. » Comme le dit la devise de la BAC N « Professionnels en toutes circonstances ».

Ce petit livre aurait pu être écrit par un autre ayant n'importe quel grade, je l'ai fait, tentant de rapporter ce que j'observais, je sentais. Il n'y a rien de révolutionnaire, il y a la vie.

10

UN ÉTAT D'ESPRIT