//img.uscri.be/pth/6474a52be73d712810c15b0a637b8e4515b35716
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

En finir avec le mythe de Tarzan

De
137 pages
Voici une moisson de réflexions stratégiques sur l'avenir de l'Afrique. L'auteur passe au peigne fin le complexe géopolitique africain face au reste du monde. Une fragilité psychologique de tout un continent, fossoyeur des énergies et de tout projet de développement. Cet état d'esprit affecte tous les secteurs économiques. C'est un livre riche en informations et en analyse qui rétablit la vraie hiérarchie dans les maux qui gangrènent l'Afrique.
Voir plus Voir moins

Adama W
En fnir avec le mythe de Tarzan est une moisson de réfexions
stratégiques sur l’avenir de l’Afrique. Il passe au peigne fn
le complexe géopolitique africain face au reste du monde,
une fragilité psychologique de tout un continent, fossoyeur
des énergies et de tout projet de développement. En efet
l’engrenage de cet état d’esprit de « soumis » est plus que
large et afecte tous les secteurs économiques.
À la recherche d’un diagnostic du mal africain, l’auteur EN FINIR AVECconstate que ce retard de l’Afrique n’est pas dû à un manque
de compétences, car nos élites ont fait les mêmes écoles LE MYTHE DE TARZANd’excellence que leurs alter ego occidentaux, il épingle
alors le manque de confance des Africains en leurs propres Les élites africaines face à leurs propres responsabilités historiques
capacités.
C’est un livre riche en informations et en analyses qui rétablit
la vraie hiérarchie dans les maux qui gangrènent l’Afrique.
Diférent de ces livres à thèse qui confondent les causes avec
les conséquences, ce livre, très vivant et rempli d’illustrations,
nous permet de retourner à l’origine du cercle vicieux et remet
la dialectique sur ses pieds grâce à l’esprit de géométrie de
l’auteur.
Adama W , 43 ans, est un journaliste panafricaniste
qui traite depuis quinze ans des problématiques de
développement à l’échelle du continent. Actuel directeur
de publication du mensuel Financial Afrik, ce passionné
d’écriture, lauréat du prix de poésie des jeunes créateurs de
la ville de Tanger (1999) et, en journalisme, du prix Lorenzo
Natali de l’Union européenne (décembre 2010), est titulaire d’un diplôme
de Capitaine au long cours de la Marine marchande et d’un Master en
Communication.
Illustration de couverture : © Gazometr - Thinkstock
ISBN : 978-2-343-08293-6
14,50 € 9 782343 082936
daeaeeddaHC_WADE_10,3_EN-FINIR-MYTHE-TARZAN_V2.indd 1 20/12/15 18:11:46
Adama W
EN FINIR AVEC LE MYTHE DE TARZANEN F?eiINpIRi eAVuErC nLE? MrYeTHlEs DoEsTpAaRiZ ANtLqecs ?elri trepse rasforsibclatisnhesso ifuasADAqsaMeAsW A DlEoEpNi tFeINaIR? uAVpErC eLEn MiY?THiEr DeEsTfAcR Z ANeLre sr p?elristoessb latfsrhiscoaiiuns?L ft2H@ASR0MhA.TaT2A:No,i t2a0a1@5.59-376,2 3rduuen rmdaea olr ?acnoaloer-NP8o3l0y3tAe7c4h2ncimqiufes;o .7a5a0t0n5w nPdaorfihsrmhttat1pw:n/d/owfwIwB.:l7i-b-ra4i-r8i9e-hEaNrm9a8t3t3a8n9.67D?Da erIiCs aAntCaElS m?i mees, ms e fnfmalntes, mtees pmas9RE ma r MtEn? RreCentes IIbrahiEMaMpouEses NmarquesTpertinSe? avis?es11PR?ppougAmMnBsU LuEA?lSiudi vJearn.tt lr ueaxseamdpAleea edsee tlo icA mu?ariiiq uRe? ilaaitsi nael,o sle nAnfcrvi qdu heudienvonrRa?i8tis ads?Iczi,dVeere dvee apdgr e.nrddr ed tsua rvar?agiiet niunadue?cpceansdpaunicTet aqeuneih urersotne dn dthrieur rleedsu gmBasi1nrs? (dme1s1 4OLclectiedCeMnPt,asuaxt.e tLeev ccoindtoitn ernctur saaf?r idecsa?irne sqeuride sstr ortingcshopepa eean egaidsverm eurnithsiddeermiifn ?neruahuixEeet lsfaa ,tre rsarmene nqdueit efsatlf?esrs tnaisleer, p ?asuoroa piits,uepnt emfef estg,Etroeurtge sle slme s5 Cpgollint,eunlet isa5l iat??ssg .peouu ra ndceevrednlluiardlna, pcrreamnim?nr ei np?uoirsasea n cd?e e?scn ouneormEiaq uiee Bprlha1nL?ctlabierben, emsaniest aetl lee vensutee n cnofrled aoiptpcraiema?lei sdotu sr llsar ncsosungps ev nc oeleoenii aelsaeve dhelsnt rgprqa nsdfeisapnu iases?aunncters odtel .lnal iteejrngreea.r?cLi ee xa-zprn?es i deonptg ,bra?ns,ieliinennl Lsucleas nDtae s,Saitlev ae,c nein -jaucisno s2e01o4,t eleoartscdtun s,srommtmfe hete dx qei elp? ueUtnli onyahf ruibc aaivanee 1?d aM aicl aubrou.hL,en pe rersoentenabgee1 7d e hTaarozIaon) terra n s9mmirs ?9 0t?r7a vne r so lneessg ?l ns?arteartdiTornas, ydelepdu ias sl ees eacndnr? eese2u0.12LeSsn eeing neiufrb edee lua lajrung lnea cefsqth nlh ii?nhcaagr0npa,t i1osn dur nmdyibtlahibeo ndue?iaFtasrndeea.u? rdeb alite hhCol.m8mpeie ivbylaann cr?s2hdReo iR,u drylacrodr rKmirp loinng . mCe Ee sgtnuen eii d ?topl oggiuede nceoulmo?nhiBahltaeth ef"o'nedn?ieep t seufr8 l ubne veirsuisoirnr eeeur.oiapt?socTelnt-stsrniicsntueis ud us ?mao n det lere?dsu mla? ep lapraerd .lser deevroeilit?rg Mde se rlea ceeasu psnupr?nrrideyuderressidser e?ucdinevaislnilseumrt??lFeesdrhaecne"s i n'sfr?:r i esurde s.p IDdeMrrrMiz?vr2e4 vl 9i2d?eonl?o?geive , 9irlcyin itaaubuirelinnp ieetendtne nlad uvlee s l iLntute?0rDa?atCsa srtMr aetc?Cgaipqeueust aqteuiri? isceid r ?asuemtecndtc a?cl. eenxprllosintnatrtcino n n? csoEnpoumnirqtiouee sder lc sAlefur isq uedeeti cdeids mp?nrxitioplehc?)rt i?eusre nz g.?cnu?t rsatrln.?Fl olnad?) t srur uenc nreatpppioornt? ed eu mdtoemsignaatdei ornb srua?ciiuraslaex nqiu?eslL qaemt?or i c ahian iC?h2aLr laeds aM iell losm dla?cc(rTietW itecMonm mued nlTee Un?dCSontet rna terPailipcini asln?s3,pcalureaslalauins,ioon1 ,aou, ??rcro1n9t,r.a9t) ssuoc ioaml ?c, it lne? rcro1l9o nai a?lrias mren iqaefRodramdeKiplgl ermmernutu perlaigse afgiine aean oA furleiPqixueNo edda nitt?sa rl ens9 7a3nnn?Recsl6o0tr cs,aCnasleq uille, (sho na iaa roctrhci)trefcsteurreee seyts soe sm riannf roass?terquecletrucrme ss ad Sue xpul?ooitrtt aotiai?o nLn oatrit eaniat? ?ett ?o ctuoctnaaltaeitemliaet nstgd?amdasntrtue l ?ueose.qCi iont qpuoaonntde a nus?aiopit?rb?nsh lu isnd?aptresndtraunc eu,mln eECu ruopeet eots ?l? cAmme?u-ereicqpune(, abiseer cseearuax anu t?olepcreoc lillsa mt ?esqdei ss cind??a?uex udeer gl(i?bearit?tr?c lee tsdee j?ulit?suteipcre ,xreetios.