//img.uscri.be/pth/a85ff1aed965068e411b4667f72268b710772bd4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Et si Marx avait raison ? (Tome 1)

De
255 pages
Voilà longtemps qu'on proclame le marxisme dépassé. La chute du Mur de Berlin et la fin de l'Union soviétique étaient censées lui avoir porté le coup de grâce. Mais Marx n'est pas responsable des crimes commis par des régimes qui se réclamaient abusivement de lui. Le capitalisme, de son côté, n'a pas changé de nature depuis un siècle, et la course au profit fait planer sur le monde la menace d'une catastrophe économique et écologique. Il est donc temps de redécouvrir le marxisme - le vrai, et non la caricature qu'en a donné le stalinisme au siècle dernier.
Voir plus Voir moins

PROLOGUE

Leaitalismeestentrain des’autodétruire
maisiln’yarriveraas tout seul

C’étaitavantle krahboursierd’otobre8 etavantla rise des
«subrimes» de l’été7.Lesmédiasdetoute lalanèteélébraient
d’une mêmevoixletriomhe dulibéralisme.Le nombre de milliardaires
dansle mondeavaitdoublé en l’esae dequatreans, le millième d’entre
eux venaitdesevoir souhaiterla bienvenueaulub.La Chines’était
onvertieauxbienfaitsde l’éonomie de marhé;l’Unionsoviétique etle
MurdeBerlin n’étaientlus que de mauvais souvenirsourla bourgeoisie.
«Le monde n’étaitlusdivisésurdesbasesidéologiques», érivaitalors
l’éonomisteJosehStieglitz,anienonseillerdeBillClinton et vie
résidentde la Banque mondiale. «Leaitalismeavait triomhé du
ommunisme, maisilyavaitlus.Saversionamériaine, fondéesur
l’individualisme uretdur, l’avaitaaremmentemortésurd’autres
onetionslusédulorées, moins tranhées, deesystème éonomique1. »
Ilyavaitbienquelques voixdisordantesii etlà– dontelle de
Stieglitzjustement– armi desgenshautlaés.Desgens qui,sansêtre des
adversairesdu système, loin de là, en dénonçaientequ’ilsonsidéraient
omme des« exès» oudes« dérives» menantdroitdansle mur.

1JosehStieglitz,Quand leaitalisme erd latête, éditionsFayard, .37.
7

Et siMarxavait raison?

Le mur, nous y sommes, deuislusd’unan.La rise desrédits
immobiliersauxÉtatsUnis s’est transformée enrise finanière
internationale.Une remière aniqueasoufflésurleslaesboursièresen
janvier 8.En mêmetems, lesaitaux séulatifs quirefluaientdu
seteurde l’immobilier sesont rués surd’autresmarhés, rovoquantla
flambée desoursduétrole etdesmatièresremières.Etlesmoisde
setembre etotobre deette mêmeannée ont vulafaillite d’établissements
finaniersetl’effondrementduoursdesations, faisantlaner surle
monde lesetre de la rise de 199.
«Leomortementdesmarhésboursiersestdevenuomlètement
irrationnel »,ommentait untrader sur unehaîne detélévision –ommesi
leomortementdeesmarhésavaitlaréutation d’êtrerationnel lereste
du tems!
Maisla rise n’estas restéeantonnée dansle monde de lafinane.
Partoutdansle monde, des vaguesde lieniementsetde fermetures
d’entrerisesontdéferlé endant touteetteannée,suédantà euxdes
annéesréédentes.
Eton nousannonequee n’estasfini et que le ire estenore devant
nous.L’éonomieaitaliste estentrée dans une hase deréession,qui
ourraitbien être lalusgrave deuis199,sie n’estire.Uneréession
que leslieniementsetlesfermeturesd’entrerisesne euvent
qu’aggraverles réationsdehaque groue industriel faeàla rise ne font
qu’arofondirette dernière dans son ensemble.Mais’est une
ontradition inhérenteau systèmeaitaliste deuis sesorigines.

Desmilliardsommes’il en leuvait

Contrairementà equis’estassé en 199, lesgouvernementsdesays
industrialisés sontintervenusmassivement,àartirde8, ourolmater
lesbrèhesdu système.Partoutlesbanquesentralesont voléau seoursdes
banquesrivées,à ousde dizaines, uisdeentainesde milliardsd’euros
oude dollars– deshiffres qui donnentletournis, et qui n’ontauune
signifiationonrète ourleommun desmortels.
Ainsi,àartird’avril8, la Banque dAngleterrerahetaitles titres
invendablesdesbanquesrivéesontre desbonsduTrésor,une oération
quiaura oûtéàl’Étatbritannique l’équivalentdemilliardsd’euros.En
aoûtde lamêmeannée,’estle gouvernementamériainquiamis 3

8

Et siMarxavait raison?

milliardsde dollarsàladisosition desbanques, offiiellementourleur
ermettre derééhelonnerladette desemrunteursde l’immobilier.
Le même gouvernementamériain,arèslafaillite deLehmanBrothers
finsetembre8,sortaitdesonhaeaule lanPaulson7milliardsde
dollarsour raheteravel’argentdesontribuables lesréanes
douteusesetautres« roduits toxiques» desbanques.
La Banqueentrale euroéenne, euavant,avait« injeté »38milliards
deurosde liquidités surle marhé finanier, euhémisme ouréviterde dire
quelleamisettesommeàladisosition desbanquiersen diffiulté.
Cequi n’emêhaitashaqueÉtatde lazone euro de mettre luimême
lamainàlaohe.Ainsi, le gouvernementfrançais, luiquise lamentait un
anauaravant que lesaissesétaient vides,atrouvé dunseulou36
milliardsd’euros3foisletroude la Séudonton nous rebatlesoreillesà
longueurd’année our volerau seoursdesbanquiers.
Sures 36milliards, 4ontétésortisresque immédiatement ;les 3
autresmilliards, enthéorie, nesontlàqu’àtitre de garantie – maisau train
où vontleshoses,ette garantie ourrait yasseraussiviteque lereste.
Età es sommes qui défientl’entendement s’ajoutent,toujoursourla
Frane,autresmilliardsrésentésomme desaidesauxPME… mais
néanmoins versésauxbanques qui finanentesPME.
Débutavril9, le montantumulé desaidesubliquesauxbanquesde
l’Union euroéennes’élevaità3milliardsd’euros,soitl’équivalentde
  duProduitintérieurbrutdesnationsonernées.

État,sauve nous!

Cetinterventionnisme étatique débridé ourrait surrendre, de laartde
gouvernements qui ne juraient que arle libéralisme ilyaeu,réétantà
qui mieuxmieux que lameilleure façon deréglerlesroblèmesétaitde
laisseragirlesloisdumarhé.
Maisesmêmesgouvernements sontallésbien lusloin dansle
reniementde leurredo libéral.Eux qui rivatisaient tant qu’ilsouvaient
danslaériode réédente, les voilàdevenusdesadetesde la
nationalisation,totale ouartielle, dès qu’une grandebanque estmenaée de
faillite.
Le gouvernementbritanniqueadonné l’exemleavela NorthernRok,
qu’ils’estdéidéànationaliseren février 8arèsl’avoir renflouée de3
milliardsd’euros.Setmoislus tard, il enafaitautantavela banque

9

Et siMarxavait raison?

Bradford& Bingley.En otobre de lamêmeannée, ilannonçait un lan de
soutienauxhuitlusgrandesbanquesduays, assantar une rise de
artiiation ouvantallerjusquàmilliardsde livres6 milliards
deuros,equi équivautàune nationalisation artielle.
Débutotobre8,esontlesPaysBas, la Belgique etleLuxembourg
qui ontnationaliséFortis, ladeuxièmebanque duBenelux,avantde la
revendre en artieàla BNPParibasdontl’Étatbelge devenaiten
ontreartie le remierationnaire deuis,’estl’Étatfrançais quiarisla
relève.
LeDanemark etlIslande, dansle mêmetems, nationalisaienthaunun
établissementfinanieren faillite, etl’Allemagne nationalisaitartiellement
la banqueHyoRealEstate.
Le gouvernementamériain luimêmeadû serésoudreà ommettree
sarilègeontre lareligion de lalibre entrerise.Finsetembre, laremière
omagnie d’assurane mondiale,AIG,aétérahetée,quelquesheures
avant son déôtdebilan, arla Réserve fédérale l’équivalentde la Banque
entraleauxÉtatsUnis ourlamodiquesomme de 8 milliardsde dollars,
l’Étatamériainreevanten éhange 8 desonaital.
Quelquesjourslus tôt, lesorganismesderefinanementhyothéaire
FreddieMaetFannieMaeavaientété laés sous tutelle gouvernementale
enontreartie de leur refinanementàhauteurde 1milliardsde dollars
ourhaune dees soiétés,unreord mondial en matière derenflouement
desoiétésrivéesarlesouvoirsublis.C’estleTrésoramériainquia
désormaisàsa harge les 4milliardsde dollarsde rêtsossédésou
garantisarlesdeuxorganismes.
PaslusourAIGque ourFreddyMaetFannyMae, le mot
« nationalisation » n’atoutefoisété rononé.FannyMaeommeFreddie
Masontourtantd’aniensorganismesétatiquesquiavaientété rivatisés
lorsqu’ilsétaientdevenus rentables.Maisilyadesmots quirestent tabous
auxÉtatsUnis…

Le libéralisme n’alusla ote

Unautre motétaitdevenu tabouesdernièresannéesaitalisme.Il
n’étaitlus questionque deliéralisme,untermequi étaitensé faire
meilleureffeten jouant surl’amalgameavelaliberté olitique.Àla
longue,’estourtantl’inversequis’estroduit, etle mot« libéralisme » est
devenuéjoratif ourlaluartdesgens,synonyme de rivatisation,

1

Et siMarxavait raison?

déréglementation, démantèlementdes serviesubliset remise enause
desaquis soiaux.
Et voilàqu’avel’aggravation de la rise éonomique, l’éhelle des
valeurs s’est renverséehezlesjournalistes, leshroniqueurséonomiques
etles resonsablesolitiques.Tous viennentmaintenantnousdireque le
aitalisme n’estasenause, et que nosennuisneviennent que desexès
de libéralisme deesdernièresannées.
«Lesdérèglementsatuelsrouvent que l’on ne eutas sereoser
totalement surle marhé », délaraitainsiunanienambassadeurdesÉtats
Unisdans une interviewaujournalLeséhos. «Dans un aysoùdesonts
s’éroulent, des routes sontdélabrées, où un ouraganommeKatrinadétruit
la NouvelleOrléanset symbolise l’imuissane dugouvernement,omment
euton enore rétendreque l’Étatn’aasderôle ositifàjouer ?»
LanienPremierministre françaisÉdouardBalladur sestinquiété our
saartdes« dérivesdulibéralisme »àroosde laffaire de la Soiété
Générale, lorsqueette dernièreaerduinqmilliardsd’eurosàlasuite des
séulationsd’un deses traders. «Nous sommesdans un monde danslequel
leréditestréé de façonanarhique etirule égalementde façon
anarhique »,atilaffirmé. «Comme jesuislibéral, je minquiète dees
dérivesdulibéralismearlaliberté doitêtretoujoursontrôlée, organisée et
lesdéviationsdoiventêtresantionnées,sans quoiestlaloi de lajungle et
asle libéralisme ».
Pourne asêtre enreste, l’atuelPremierministre,FrançoisFillon,voit
quantàlu mondei « leaubord dugouffre arlafaute d’unsystème
irresonsable », endant queSarkozymultilie lesdisoursoùil fustige les
atrons voyousetourfend leaitalisme finanier sansmorale equia
beauou d’effet surlesatronsetlesfinaniersassurément, enFrane
omme danslereste dumonde.

Les« dérives» du système

Cesritiquesontre les« exès» en matière de libéralisme ne font que
rerendreaujourd’huieque desgensommeStieglitzériventdeuislus
de dixans«L’éonomie de marhé, ourbien fontionner,a besoin de lois
etderèglements quiassurent uneonurrene équitable, défendent
l’environnement, rotègentonsommateursetinvestisseursafinqu’ilsne

11

Et siMarxavait raison?

soientas volés1. »Etlusloin, dansle même ouvrage«Lesmutationsdes
follesannées199onteutêtrearu, en fait, notrevulnérabilité enrendant
l’éonomie lus sensibleauxhos. »
Unautrethèmerevientonstammentdansla ondamnation des
« dérives» de l’éonomieaitalistela«bulle »séulative et
l’hyertrohie desmarhésfinaniersaudétrimentde l’éonomieréelle.
«Que l’argent quiouleàflotsatuellementdansl’éonomie mondiale
soit utiliséà bon esientourfavoriserl’adatation deséonomies, investir
danslesordinateurs, les usines, lesinfrastrutures, lareherhe et
déveloement, etnon ouralimenterlaquêteà ourt terme derendements
finaniersdéraisonnables,audétrimentdesentrerisesetde leurs salariés
omme de l’ensemble deséonomies»,revendiquentainsiPatrikArtuset
MariePauleirard, dontle livre orte letitre rémonitoireLeaitalisme
estentrain des’autodétruire3.
Que leaitalismesoitentrain des’autodétruire ou qu’ilait seulement
erdulatête, danslesdeuxasle ointdevue desauteursdeeslivresest
qu’il fautmalgrétoutle défendre –yomrisontre luimême.
Stieglitzrend don biensoin de fixerdeslimitesau rôleque doitjouer
l’Étatdansl’éonomieselon lui«Lauissane ublique,omme les
marhés,souffre detouteunesérie d’imerfetions, etellesonduisentàdes
« éhesde l’État»,aussi roblématiques queeuxdumarhé.C’estbien
ourquoiÉtatetmarhé doiventooérer,seomléter,haunomlétant
4
lesfaiblessesde l’autre etrenantauisur sesfores. »
CePrixNobel d’éonomierêveainsi d’unaitalismeraisonnable,qui
saurait«ooéreret seomléter»avel’État.Mais’estréisémente
que faitleaitalisme ene momentmême, etequ’il n’a essé de faire
deuis sesoriginesenvérité.Lesrofitsourleaital, lesertesour
l’Étatles rôlesde l’un etde l’autre neseomlètentilsas
merveilleusementen définitive?
Artusetirard, eux,rêventderestaurer unaitalisme de l’âge d’or
qu’onadûleuronterdansleurenfane. «Leaitalisme estnormalement
onçuomme lesystèmequiassure l’alloation laluseffiae des
ressoures rares, l’éargne en artiulier»,affirmentilsainsi,avantde

1JosehStieglitz,Quand leaitalisme erd latête, . 131.
Ibid., .7.
3PatrikArtusetMariePauleirard,Leaitalisme estentrain des’autodétruire,
éditionsLa Déouverte, .7.
4JosehStieglitz,Quand leaitalisme erd latête, . .
1

Et siMarxavait raison?

oursuivre«Or, l’obsession de larentabilitéà ourt terme ervertit
totalementlesystème etin fineaorte de l’eauaumoulin deses
ontemteurs...lesentrerisesnesontlusinitéesàimagineret réaliser
lesrojets quiréeraientde la roissane etde larentabilité dansle long
terme etlesinvestisseurs seonentrent surleursdéisionsdans un horizon
ourtetnesuraientluselles qui investissent surle longterme,bienau
ontraire.Or,ette logiqueourttermisteàrentabilité élevée orte en elle
mêmesarore fin, uisqu’ellesuose desarifierl’avenir.Notre roos
n’estdonasdeondamnerleaitalisme, maisdetirerlasonnette
d’alarme1»
.
Àenroireesauteurs, lesystèmeaitalisteseraitdon« normalement
onçu» our réaliserdesrojetsetréerde la roissane.C’estour s’être
éarté dee droithemin, our s’être fourvoyé danslareherhe durofit
avant toutetdans« l’obsession de larentabilitéà ourt terme »,qu’il
onnaitraitaujourd’hui lesgravesdiffiultés que l’onsait.
Ah,siseulementonavaitéoutéeux quitiraientlasonnette d’alarme !

Et siMarxavait raison?

La riseatuelle n’estourtantaslaremière dugenre, mêmesi on
n’enavaitlusonnud’aussi grave deuis199.Lesriseséonomiques
aomagnenten faitleaitalisme deuisdeux sièleset sont un des traits
aratéristiquesdeette forme d’éonomie.
On nousexliquesurlesmédias queeque nous sommesentrain de
vivre estfondamentalement unerisefinanière,quivamalheureusement se
réeruter surl’éonomieréelle etamême déjà ommenéàle faire.Mais
’estle genre d’exliationqui n’exliquerien.L’éonomieréelleavait
donné de nombreux signesde mauvaisesanté nonseulementavantle krah
boursierd’otobre8, maismêmeavantla rise des«subrimes» de
l’été7.La rise finanièreatuelle estautant uneonséquene deette
mauvaisesantéque la ause dumarasme éonomiqueàvenirdanslesmois
etlesannées quiviennent.
Laséulation finanière euten artie masquerlasituation éonomique
réelle, lesoursde la bourseontinuantàmonter unertaintemsendant
que l’industrie etles servies sontdéjàentrésensemiréession.La hute

1PatrikArtusetMariePauleirard, ousité, .7
13

Et siMarxavait raison?

desoursn’en est que lusbrutaleaumomentoùellese roduit,avedes
réerussionsd’autantlusgraves surlarodution et surl’emloi.
La rise des«subrimes»aellemême été délenhée arlahausse des
tauxd’intérêts.Maiselleiaété rovoquéeàsontourarl’emballement
du seteurde l’immobilier, faeàdesaheteursde milieuxoulaires
ontraintsdes’endetter toujourslusouraheterleurmaison ouleur
aartement.En dernièreanalyse, d’un ointdevue marxiste, ils’agitdon
d’unelassiquerise desurrodution, mêmesi ellearislaforme
extérieure d’unerise desréditsimmobiliersquis’estroagéeà
l’ensemble du système finanierarlebiaisdesroduitsdérivésbasés sur
esrédits.
Làoùlesmeilleurséonomistesbourgeois, malgrétoute leur siene et
leurfamiliaritéavele monde desaffaires, enrestentàl’asetextérieurdes
hénomènes, le marxismeal’inomarableavantage d’alleraufond des
hosesetde dévoilerlesméanismesinternesde l’éonomieaitaliste dont
la rise n’est que la onséqueneultime.
Ilarriveque deséonomisteshevronnés,voire desgrandsatrons, le
reonnaissenteuxmêmes, loin desoreillesindisrètes.Le magazine
éonomiqueChallenges, eu susetdesymathiesourle marxisme,
ubliaitainsi en déembre7 une interviewdePasalLamy, direteurde
l’Organisation mondiale duommere,reonnaissant que «Personne deuis
Marxnainventéuneanalyse de lamême imortan ee »t queses travaux
fournissent une arfaite «boîteàoutilsintelletuelle ouranalyserle
aitalisme de marhé daujourdhui ».Même hommage de laartd’Alain
Min, exatron d’AirIndustriesetdeSaintGobain, grandaôtre du
libéralisme etde ladéréglementation,affirmantdanslamêmerevueque le
marxisme donne « lameilleure exliation duaitalisme daujourdhui ».
Avanteux,JaquesAttali,anienonseillerdeMitterrand asséau
servie deSarkozy,s’estfendud’un livre,KarlMarxoul’ritdumonde1,
es
danslequel il dit safasination our« laréision desaensée, lafore de
sadialetique, lauissane desonraisonnement, la larté desesanalyses»
etbien d’autreshosesenore.
Hélasoures rerésentantsdugrand atronat,Marxnes’en estas tenu
à es travauxéonomiques.Ila aussi faitde laolitique, etonhuhote
mêmequ’ilauraitétéommuniste.
Maisarès tout, eutêtrequesure lanlànon lusil n’avaitas tort.

1ÉditionsFayard.

14

Pour

PREMIÈRE

PARTIE

en finiravel’immobilisme...
vivelamarhearrière !

Quaranteannuités,voire lus siaffinités

Dans uneontréeretirée duJaonauIII°sièle, la outumevoulait
qu’àl’âge desoixantedixansles vieux soientonduitsau sommetdumont
Nara, oùon lesabandonnaitetoùlesorbeauxouvaientlesdévorer
tranquillement.C’estequ’on eut voirdans un film d’ilyavingtinqans,
La allade deNarajama.
Inutile de réiser qu’on n’aasesmœurslàdansla Frane duI°
sièle.Cheznous, onresete les vieux ;onsurime desjoursfériésen
leurnom;on instaure desfranhisesmédialesourmieux traiterleurs
maladiesdevieillesse.
On ousse même ladéliatesse jusqu’àlesaelerdesseniors, etnon
des vieux.
Le roblème,’est qu’ilyades seniors qui exagèrent.
Nonontentsd’avoirurendre leur retraiteàsoixanteansetarès
seulement trentesetannéesetdemie detravail, ils s’aharnentmaintenant
àvivre jusqu’àlusd’âge. La aniule de3ena bien éliminéquinze
mille, maislesautres s’arohentde lusbelle.
Résultatde lusen lusderetraités, ourde moinsen moinsd’atifs.Et
qui estequiseretrouve en déséquilibre?Lesaissesderetraite,
évidemment.

17

Et siMarxavait raison?

Lesaisses sont videsaironnu

Desesritsmaltournésferont valoir qu’elles seraientmoinsen
déséquilibre, lesaissesenquestion,sanslesallègementsdeotisations
multileset variésdontlesentrerisesontbénéfiié deuisde nombreuses
années.Ou sansles retardsdeotisationsde l’Étatluimême entant
qu’emloyeurfin6, il devaitlusde  milliardsd’eurosauFondsde
solidaritévieillesse.Ouenoresanslesontionsdanslesaissesde
salariésour renflouerles régimesdesnonsalariéslusde7milliardsau
total,toujoursen6.
Desesritsluserversenoreajouteront que moinsd’atifseuvent
trèsbien roduire davantage derihessesgrâeàl’augmentation de la
rodutivité,omme le montre l’évolution duProduitIntérieurBrut qui n’a
ratiquementjamaisdiminué enFrane deuis soixanteans.Entreet
6arexemle, ila augmenté de lusde 1 en eurosonstants.Le
nombre deretraitésaugmentantmoins viteque larihesse de lasoiété, où
estle roblème?
Maisesontlàdes raisonnements simlistesde gens qui neonnaissent
rien desréalitéséonomiques.
Carendant que lePIB augmente ourlebonheurdetous, les
entrerises, elles, doiventaffronterla onurrene de aysoùlesoûts
salariaux sontdixfoismoinsélevés queheznousetoùles retraites
n’existentas.Comment veutonqu’elles s’ensortent, lesentrerises ?Nul
n’ignorequ’elles sontéraséesarlesharges soiales,une exressionqui
ditbienequ’elleveutdire elle le ditmêmesibienqu’on ourraitla roire
inventéeàdessin ournousfaireressentiràquel ointlesentrerises sont
érasées.
Etomme lesaissesderetraitesonten artiealimentéesares
érasantesharges soiales,voilàourquoi laretraiteàsoixanteans,arès
trentesetannuitésetdemie deotisation etaluléesurlesdixmeilleures
annéesentermesdesalaire,e n’est vraimentlusossible.
Çane ouvaitasontinuerommeça.Il fallait queça hange.

18

Et siMarxavait raison?

LeMedef enavait rêvé, lesgouvernementsl’ontfait.

Ilsontdû s’y rerendreàasmal de fois, nosgouvernantsles salariés
durivé d’abord, lesfontionnairesensuite, etles régimes séiauxour
terminer.Il araît qu’ilafalluourelaunertainourageauxministreset
beauou de journalistesourarlerdeeourage dansleursjournaux.
Maisbon,’estlerésultat quiomte.
Detrentesetannuitésetdemie, on estdonasséàquarante,aveune
ensionaluléesurles vingtinqmeilleuresannéesaulieude dix, et
indexéesurlesrixetnon lus surles salaires.Cequi fait une différene en
basde lafeuille,ertes.Maisau risque de merééter,çane ouvaitas
ontinuerommeça.Il fallait queça hange.
D’autant que la Frane estl’un desaysd’Euroe oùletauxd’emloi
deslusde 4ansestle lusbas.Àqui lafaute?Onse le demandebien.
Desmesuresontourtantété risesaunom deetemloi,omme
l’instauration d’unContratà DuréeDéterminée de dixhuitmoisourles
lusde 7ans.Maisleslusde 7ansn’ontas voulurofiterdeette
offre généreuse.

Lesaisses sont toujours videsons’enseraitdouté

Le assage detrentesetannuitésetdemieàquarante our touher sa
retraiteàtauxlein, luiaussi,auraitdûlogiquementfaireremonterl’emloi
des seniors.Pourl’instant, ilasurtoutfaitbaisserle montantde leurs
ensions.
Maisles seniors, inorrigibles,s’obstinentimerturbablementàvivre de
lusen lus vieux, mêmeavedesensionsdiminuées.Et qui estequise
retrouve en déséquilibre duou?Lesmêmesaissesderetraitequetoutà
l’heure naturellement
.
Commeesmêmesaisses sontalimentéesaresmêmesharges
soialesarlesquelleslesmêmesentrerisesontinuentàêtre érasées, la
onlusions’imose Çane eutasontinuerommeça.Il faut queça
hange.
Laretraitearès quaranteannuités,çanevaas tarderàne lusêtre
ossible non lus,omme l’affirmeunraort remisauxdéutésen
déembre7 Dequaranteansdeotisation, il faudra bientôtasserà
quarante et un etdemi.

19

Et siMarxavait raison?

...oire lus si levieillissementde laoulation neveutas s’arrêter.
Quarantedeuxannuités,quarantetrois,quaranteinq ?Ony réfléhitdéjà.
De mêmequ’onvientde rendre desdisositionsour« ermettre »aux
salariésdetravailleraudelàdesoixanteinqans.
Lesjeunesentrantde lusen lus tard danslavieativeàl’autreboutde
la haîne, letemsn’esteutêtre luséloigné oùon ourra«bénéfiier»
de laretraiteàsoixantedixans.
Aveen rime,ommeadeaude déartetd’anniversaire,une exursion
touristiqueau sommetduMontNara.
Il faudra biense déideràfaireomrendreaux seniors qu’ilsne euvent
resteréternellement un oidsourlasoiété.



Et siMarxavait raison?

3 heuresPile, ilsgagnent, fae, je erds

Il araît que nous sommes vraiment unasd’esèe Lasemaine de3
heuresn’existeraitnulle artailleurs queheznous.
Sauf enAllemagne, dansinqbranhesde l’industrie etmêmeavedix
ansd’avanesurnousourla Métallurgie.Oui, maisesbranhes
d’industrie d’outreRhin ontobtenudesassoulissementseteuventavoir
jusqu’à desalariéseffetuant4heureshebdomadaires.
EnFraneaussiàvrai dire,àeudehosesrès…Maisil n’emêhe
nous sommes quand mêmeunasd’esèe.Auunautre aysindustrialisé
n’amisen laeuneréformesimilaire derédutionimoséeetgénéralisée
du temsdetravail.
Etaujourd’hui, nous voilà bien unisde notretémérité«Laréforme des
3 heures, enaugmentantleoûtdu travail ourlesentrerises,aréduitla
ométitivitérixde l’éonomie française ».C’estequ’on eutlire dans
l’artile3 heuresdeikiediasurInternet. Mais queeux qui n’ontas
aèsà Internet seonsolent, on eutlire lamêmehose dansn’imorte
quel journal oul’entendresurn’imortequel média.
Faeàunaussi grave roblème,queroyezvous qu’ontfaitlesatrons ?
Ilsont rélamé desallègementsdehargesetdesdégrèvementsfisaux
vousl’avezdeviné,sansauun doute.Allègementsetdégrèvements qui
leurontétéaordésvousl’avezdeviné de même.Pour un montant
s’élevantà16milliardsd’euroshaqueannée,toujoursd’arèsikiedia.
Maisçan’aas suffiàrétablirla«ométitivitérix» de l’éonomie
française.

1

Et siMarxavait raison?

Une loi faite ourêtre négoiée

Le atronatadonnégoié lesmodalitésd’aliation des 3 heures.Et
arbonheurourlui, laloiAubryétaitonçue our quesonaliationsoit
négoiée.
Cette loisurles 3 heuresn’aen effetjamais signifiéqu’il étaitinterdit
detravaillerlus,ontrairementà eque desnaïfsmais vraimentnaïfs
ourraientroire.Ellesignifieque lesheures sulémentairesaudelàdees
trenteinqheuresdoiventen rinie donnerlieuà omensation.Cequi
laissetoutde mêmeune lae ourladisussion, nonseulement surle « en
rinie », maisaussisurlaforme etle montantde la omensation.
Comme on ne rend jamais tro de réautions, ladisussionavait
d’ailleursommenéavantmêmequeesloisnesoient votées.Grâeà
quoi, dèsle déart, lesentrerisesde moinsde dix salariésontobtenula
ossibilité de fairetravaillerleursemloyés 39 heuresar semaineomme
auaravant, les quatre dernièresheuresétant simlementmajoréesde 1.
Cequirevenaitàremlaerlarédution d’horaire ar uneaugmentation de
salair  1e de 1sur un dixième desheures.Cesatronsouvaient
aussihoisird’aliquerles 3 heuresayées 3,soit une diminution de
salaire de 1ette fois.
Danslesentrerisesde lusdevingt salariés, les 3 heuresdevaient
théoriquement s’aliquer sans rédution desalaire.Enontreartie, les
salariés sesont vuimoserourlesannéesàvenir une « modération
salaria joliele »,trouvaille linguistique ouréviterl’exressionqui fâhe
« gel des salaires».
À elaest venu s’ajouteroulutôt sesoustraire lalimitation du
aiementdesastreintesàlaartie endantlaquelle lesalariéaeffetivement
travaillé.On ouvaitdondèslorsêtre d’astreintetout unweekendsans
touher unentime d’indemnité.De même, dansertainesentrerises, la
auseasseroûte ouletemsasséau vestiaire étaientdésormais
déomtésdu temsdetravail.
Quantauxheures sulémentaires,aulieud’êtrerémunéréesomme
’étaitleasjusquelà, ellesdonnaientlieudésormaisàunreos
omensateurlesRTT;etetterèglevalaitnonseulementàartirde la
36èmeheure, maismêmeaudelàde la39ème.Lesouvriers quitravaillaient4
heureset quitouhaientréédemment 3heures sulémentaires,voyaient
donleur salaireamuté dees 3heuresenontreartie de7heuresde
RTT.



Et siMarxavait raison?

Lahausse desrixn’ayantasrisdevaanesourautant,touteses
mesures sesont traduitesourbeauou ar unebaisse duouvoird’ahat,
artiulièrement sensibleavele assageàl’euro en, uisavela
oussée d’inflation de78.
Sansdoute ourfairereflesjournalistesadorentfairebref,ette
baisse duouvoird’ahataété résentéeommeuneonséquene des
trenteinqheures, etnon dugel des salairesoudunonaiementd’heures
autrefois rémunérées.

Les 3 heures, mode d’emloi aménageravantdes’enservir

Maisette modérationsalariale n’atoujoursas suffiàrétablirla
ométitivitérix.
Le atronatadonnégoié desaménagementsaux 3 heures.
Dèsjanvier sousle gouvernementJosin,une loi introduisaitla
modulation desheuresdetravail,autrementditlafameuse flexibilité des
horaires tant rélamée arlesemloyeurs.Il leur suffitoureladesigner
unaord debranheavelesorganisations syndialesleslus
omréhensives, ou unaord d’entreriseaveles rerésentantsdu
ersonnel leslus raisonnables.Moyennant quoi lamodulation ermetde
réartirladurée du travailsur toutouartie de lannée enaugmentantles
horairesen ériode de hauteativité etenréduisantleshorairesen ériode
debasseativité.
Danseadre, lasemaine detravail eutdéasserladurée légale 3
heuressansourautantdonnerdroitàdesRTT,tant que laduréeannuelle
ne déasse as16heures167deuis que le lundi dePenteôte n’est
lusférié.
Làoùauunaord de modulation n’auêtresoutiré niaux unsniaux
autres, en guise de lotdeonsolation, le nombretotal maximum d’heures
sulémentairesaété ortéà18aran, uisà,aulieudes13
initialementautorisées.Il estd’ailleursossible de déassere maximumà
ondition d’obtenirl’autorisation de l’inseteurduTravail.
Malgrétoutesesexellenteshoses, la ométitivitérixn’était
toujoursasau rendezvous.Ilrestait un derniereffortàfaire our y
arvenir.Larédution du temsdetravailadonétéaomagnée,un eu
artout, de mesuresderestruturation etde ressionsdiverses visantà
augmenterl’intensité du travail.

3

Et siMarxavait raison?

Àl’issue deetteultime éreuve, ilsemblequ’onaitenfinvuleboutdu
tunnel, etmêmeun eulusd’arèsle «baromètrede larodutivité
individuelle des salariés» établi arleabinetProudfootConsulting Cette
rodutivité individuelleauraitaugmenté de 1 enFrane entre1 et
4 –equi est uneautre façon de direque lesalariéaomlissait
désormaisen3 heuresle mêmetravailqui lui en demandait 39auaravant.
L’INSEE, desonôté, estimeque larodutivité horaire du salarié
françaisen4 était suérieure de 16, àlamoyenne de l’Euroe des
Quinze.Alors qu’en 1996, d’arèslamême étude, larodutivité horaire en
Frane était«seulement » de 11suérieureà elle de nosartenaires
euroéens.Finalement, on n’estas si mauvais queça...

Cirulez,y’alus rienàvoir

Deuis 4, onarogressivementassouli lerégime desRTT,autorisé
les salariésàles verser sur unComteÉargneTemsCET,autorisé les
entrerisesàsolderlesCETsousforme d’argent.Unargent qui neseraas
derefusourbon nombre desalariés, mêmes’il estloin deomblerla
baisse de leurouvoird’ahatesdernièresannées.
Plus réemment, en juillet 8,untexteadoté arle arlementermet
à haque entrerise de négoier sadurée du travail et sesontreartiesen
dérogeantauxobligationsjusquii fixéesarlesaordsdebranhe.
L’annualisation du temsdetravail etle déassementduontingent
d’heures sulémentairesnesontlus soumisàl’autorisation de
l’insetion du travail.
Maisduou,querestetil de laloi des 3 heures ?Toutjusteunadre
fixantladurée légale du travail, lus une jungle detextesfixant ses
modalitésd’aliation, de dérogationsetd’assoulissements.
Alors, maintenant que les 3 heuresontermisd’imoseraux salariés
flexibilité,augmentation desadenesetgel des salaires, ourquoi les
atrons s’embarrasseraientilsluslongtemsdeet«arhaïs deme »,e
«aran », deetemêheurdetravaillerenrond?Pourquoi ne asen
onserverles retombéesheureusesourle atronattoutenrevenantaux 39
heures... oulus ?
«Il fautabandonnerladurée légale du travail, ourdéfinirladurée du
travail entrerise arentrerise », rolame mêmeLaureneParisot, la
résidente duMedef.

4

Et siMarxavait raison?

Onyensetrèsforten hautlieu.Maisde nombreusesentrerisesn’ont
asattendule feu vertdugouvernementourasseràl’ate.Tantôtarle
biaisd’unaordaveles syndiats,tantôten faisant voterle ersonnel lui
même,brandissantii lamenae de déloalisation, làlesetre de la
fermeture du site, lesdiretionsontarrahé leretourà36,37,38 heures, ou
lasuression de joursdeRTT,sansauuneomensationsalariale le lus
souvent.
Laresse éonomiqueommene d’ailleursàminimiserlesavantages
que le atronatau tirerdes 3 heures.L’augmentation de larodutivité,
en artiulier, n’aurait vraimentjouéque lesremièresannéesaraîtil.
Enlair, il est temsde asseràlasuite...

