//img.uscri.be/pth/07c677240f394580383a5ffa2e85abdb604a6dab
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

France Cameroun, croisement dangereux

De
96 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 juin 1996
Lecture(s) : 241
EAN13 : 9782296322707
Signaler un abus

FRANCE
CAMEROUN
Croisement dangereux!

Agir ici est un réseau de citoyens français spécialisé dans l'intervention auprès des décideurs politiques et économiques des pays du Nord en faveur de relations Nord/Sud plus justes. Agir ici mène des campagnes d'opinion liées à l'actualité en collaboration avec d'autres associations françaises, européennes et internationales.
14 passage Dubail, 75010-Paris. Tél. 01 40 35 0700. Fax 01 40 35 06 20.

Survie est une association de citoyens qui intervient depuis 1983 auprès des responsables politiques français pour renforcer et rendre plus efficace la lutte contre l'extrême misère dans le monde. SUIVie milite pour une rénovation du dispositif de coopération, un assainissement des relations franco-africaines, et une opposition ferme à la banalisation des crimes contre l'humanité.
57 avenue du Maine, 75014-Paris. Tél. 01 43270325. Fax 01 4320 55 58.

La Coalition CFA (Citoyens France-Afrique) est animée par Agir ici et Sun'le. Elle comprend dans son noyau permanent: le CEDETIM, le Conlité pour la démocratie et les droits de l'honlnle au RH-'anda, le Conzité de Paris contre la purification ethnique, et Vigilance Rwanda/Afrique. Elle est rejointe ponctuellement par d'autres associations.

Comme ses prédécesseurs, ce Dossier noir emprunte sans compter à la lettre mensuelle éditée par Survie, Billets d'Afrique et d'ailleurs, InfomIa/ions et avis de recherche sur les avatars des relations franco-africaines.

Les

«

Dossiers noirs»

de la politique africaine de la France

France

-

CatnerOun
dangereux!

. .

croisement

Agir ici et Survie Éditions L'llarmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris

Les « Dossiers

noirs» (chez L'Harmattan)

1 - RwanM

: la France choisit le calnp du génocide. de la Françafrique.

2 - Les liaisons mafieuses

3 - France, Tc/zad, Soudan, à tous les clans. 4 - Présence militaire française en Afrique: dérives... 5 - Les candidats et rAfrique : le dire et le faire. (Regroupés en un seul volume, avec index. Janvier 1996, 383 p.). 6 - Jacques Chirac et la Françafrique. Retour à la case Foccarl ? (Novembre 1995, 111 p.). 7 - France-Cameroun: (Juin 1996,95 p.). croisement dnngereux !

Autre publication d'Agir ici et Survie
La France à Bianit:: Mise en e.xnmen de la politique africaine de la France (Actes du « Contre-sommet» des 8 et 9 novembre 1994), Karthala, 1995.

1996 ISBN: 2-7384-4458-X

(Ç) L'Harmattan,

Sommaire
Introduction: Un pays-charnière (p. 7) - La Françafrique dépouille et verrouille (p. 8) - 1997,année de tous les dangers (p. Il). 10_ Une économie livrée au pillage (p. 13) : La rente envolée: Ponctions (p. 15) - Pétrole vidangé (p. 18) Forêt saccagée (p. 20) - Bananes & Co. (p. 23) Self-service public: Fauche (p. 24) - Privatisations (p. 26) Trous (p. 26) Criminalisation des circuits: Doubles fonds (p. 27) A cache cash (p. 29) - Faussaires (p. 30) Une économie exsangue (p. 31)
20

- La part française du butin (p. 33) :
Elf (p. 34) "Aide" : Charité bien ordonnée... (p. 37) Privatisons en rondes) (p. 39) Corsafrique (p. 41) Exploitants: Forestiers (p. 42) - Etc. (p. 44) Avocats (p. 45)

30 - Une "démocrature"
Confiscation:

à hauts risques (p. 49) :

Déni du suffrage universel (p. 49) - Noyau (p. 53)

Violations: Sus aux hommes libres! (p. 57) Presse harcelée (p. 59) Le "problème bamiléké" (p. 60) Bagosora et Cie. (p. 63) Le squeeze des anglophones (p. 66) Bakassi (p. 68) 40 - Le verrouillage françafricain (p. 71) : Réseaux: Foccart et la DGSE (p. 72) - Mitterrand, Pasqua, etc. (p. 74) - Le chemin de Damase (p. 76) - Maîtres et secrétaire (p. 76) Boute-feux (p. 77) : Colon (p. 78) - Mèches (p. 80) L'anglophone ne passera pas? (p. 82) Conclusion: Francofolies (p. 85) Brève chronologie franco-camerounaise (p. 87)

Sortir du mépris: décolonisons la politique africaine de la France (p. 90)

5

CONGO

Introduction
Un pays-charnière
Le Golfe de Guinée évoquait l'or. Désormais, c'est l'or noir. Il attira les flottes négrières, puis les incursions coloniales au coeur d'une Afrique méconnue. A l'aine de cette façade maritime où se joue, pour une large part, le renouveau de la relation entre l'Afrique et le monde, à l'angle droit où s'articulent Afrique occidentale et équatoriale, un pays surgit comme un carrefour de géographie physique et humaine, un lieu géométrique de rencontres ou d'affrontements culturels: le Cameroun. C'est sa richesse, ce peut-être son drame. Sécheresse sahélienne et records d'humidité; savane, forêt et montagne; désert et ruches humaines; florilège contrasté d'ethnies et langues vernaculaires; coexistence de l'islam, du catholicisme, du protestantisme, de l'animisme - sans compter le foisonnement des sectes; partage d'une "possession" allemande entre deux systèmes antagonistes de colonisation, l'anglais et le français - qui n'ont pas fini de se chercher noise... Le Cameroun n'est pas simple. L'opulence et la misère, l'abus de pouvoir et la rage impuissante, l'exacerbation des conflits identitaires sont proches de déchirer ce tissu complexe. Qui n'observe cependant, en cet espace de rencontre si propice à l'échange, l'exceptionnel potentiel de richesses humaines - culturelles, intellectuelles, spirituelles, d'entreprise économique, d'initiative sociale et politique... Oui, le Cameroun peut être un carrefour heureux. C'est aujourd'hui un carrefour dangereux: trop de "chauffards" s'y croient encore tout permis, munis de ces vrais-faux permis que les Foccartiens distribuèrent dans des pochettes-surprise vers la fin des années cinquante, à leur "clientèle" métropolitaine et 7

africaine. Des lignées de braconniers reçurerit ainsi licence de garder ce terrain de chasse sous influence française, en se payant sur la bête.

La Françafrique

dépouille et verrouille

L'expression Françafrique parsème ces Dossiers noirs. Il n'est pas inutile d'en rappeler brièvement la PQrtée. Le jeu de mots (<< France à fric») emprunte au titre d'un livre d'Antoine Glaser et Stephen Smith, Ces Messieurs Afrique l galerie des principaux actionnaires français d'une exploita-

tion très juteuse. Le terme

«

Françafrique

»

avait déjà servi,

dans la bouche de l'un ou l'autre chef d'État «ami de la France », comme invite fayote à une Communauté néocoloniale idéale... La lettre Billets d'Afrique 2, puis les Dossiers noirs 3, ont diffusé ce concept dans une acception moins angélique. Dans le Dossier n° 6, Jacques Chirac et la Françafrique \ on a tenté de résumer la constitution et le fonctionnement (en forme de grille de mots croisés) de ce manège d'autos tamponneuses. Nous ne décrirons pas ici, de nouveau, ce savant désordre, très profitable à un très petit nombre. Disons seulement que «la Françafrique» désigne une nébuleuse d'acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisée sur l'accaparement de deux rentes: les matières premières et « l'aide publique au développement» (APD). La logique de cette ponction est d'interdire l'initiative hors du cercle des initiés. Le système, autodégradant, se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie.
1. Calmann-Lévy, 1992. 2. Éditée par Survie, 57 avenue du Maine, 75014-Paris. 3. Les numéros 1 à 5 (édités ensemble chez L'Harmattan) constituent le premier guide disponible d'un "complexe" qui reste largement à dénouer. 4. L'Harmattan, 1995, p. 7-12.

8

Le terme évoque aussi la confusion, une familiarité domestique louchant vers la privauté: la progéniture de présidents, ministres et généraux rejoint volontiers la ronde des trafics et partouses - ou la mène. On ne serait pas gêné de laisser s'éclater ce beau monde si l'abolition de la distinction public-privé et de toute règle du jeu ne véhiculaient un profond mépris, de soi et des citoyens. La dignité supposant un minimum de distance, c'est-à-dire de respect, on n'évitera pas un "décollage". Quand la cédille sera ôtée, un trait d'union (libre) pourrait bien mieux qualifier les futures relations entre la France et l'Afrique... Riche de matières premières (pétrole, bois, bauxite, café, cacao, banane,... ), mais moins que le Zaïre, le Cameroun a l'avantage d'avoir le "commerce" facile. Les "valises à billets" sorties du Cameroun représentent une vingtaine de milliards de FF en Il ans (1983-93), plus du double des fuites gabonaises et congolaises s. Pétrole, APD et bois exotiques ont été les principales cornes d'abondance. Aujourd'hui un peu "écornées", elles commencent d'être relayées par les trafics de drogues, la fausse monnaie et le blanchiment de narcodollars. Ces flux informels, qui s'ajoutent aux profits officiels, sont particulièrement appréciés des partis politiques, des préposés à la corruption dans les grandes entreprises, des services secrets, des intermédiaires en tous genres, des familles et mafias diverses, bref de tous les initiés - français, africains, ou autres. Autant de raisons de conserver le système et de durer au pouvoir - quitte à les user jusqu'à la corde.

Dans la grille de mots croisés qui facilite notre analyse 6,
quels sont, verticalement, les principaux réseaux et lobbies françafricains intervenant au Cameroun? Ayant perdu beaucoup de ses marges de manoeuvre, le réseau
S. Voir ci-après p. 14. 6. a. Dossier noir n° 6: Jacques Chirac et la Françafrique, L'Harmattan, 9 p. 10-11.