Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Publications similaires

la

uee

autaabah

ubliée

du

mnde

la

C
hale

uee

an

de

eeu

autaabah

ubliée

du

mnde

Illustration d
©
C
hvdL

e couverture  vieux refugié azéri dans les environ
s
du front du Karabakh –

© Larmattan 
 rue de l
É
colePolytechnique   Paris
httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattanwanadoofr
harmattanwanadoofr
IS
B
N  
9317-4
EA
N  
93174

A PROPOS DE L’AUTEUR

Charles
v
an der Lee
uw
es
t
né à La Ha
y
e, Pa
y
s-Bas, en 195
2
.
Après
u
ne éd
u
ca
t
ion ling
u
is
t
iq
u
e e
t
classiq
u
e, il commence à
t
ra
v
ailler comme jo
u
rnalis
t
e indépendan
t
en 19
77
. Après sep
t
ans
de jo
u
rnalisme dans le domaine c
u
l
tu
rel, il fai
t
ses déb
ut
s a
u
Proche-Orien
t
en co
uv
ran
t
la g
u
erre en
t
re l’Iran e
t
l’Irak, e
t
p
u
blie
son premier li
v
re,
De Golfoorlog
(La G
u
erre d
u
Golfe – en
néerlandais) en 198
6
. Dès le prin
t
emps de 198
7
j
u
sq
u
’à la fin de
199
0
, il passe les
t
rois dernières années de la g
u
erre ci
v
ile a
u
Liban
comme correspondan
t
de presse e
t
de radio à Be
y
ro
ut
h. Il connai
t
de
ux
mois de cap
t
i
v
i
t
é à la s
u
i
t
e de son enlè
v
emen
t
par des fac
t
ions
mili
t
aires. Libéré, il p
u
blie son de
ux
ième li
v
re
Libanon, de
vermoorde onschuld
(Liban, l’innocence assassinée). Après de
ux
ans comme correspondan
t
à Madrid, il par
t
po
u
r l’A
z
erbaïdjan en
oc
t
obre 199
2
, rédigean
t
s
u
r la si
tu
a
t
ion a
u
Ca
u
case d
u
S
u
d de
nombre
ux
rappor
t
s q
u
i alimen
t
en
t
son li
v
re
Storm over de
Kaukasus
(Tempê
t
e à
t
ra
v
ers le Ca
u
case), p
u
blié en néerlandais en
199
7
, p
u
is en anglais che
z
C
u
r
z
on Press (pl
u
s
t
ard Ro
ut
ledge) à
Londres ainsi q
u
e che
z
S
t
.Mar
t
in’s Press à Ne
w
York de
ux
ans
pl
u
s
t
ard. Il es
t
s
u
i
v
i en
2000
par “
Azerbaijan - a quest for
identity : a short history
” (A
z
erbaïdjan – la q
u
ê
t
e d'
u
ne iden
t
i
t
é :
u
ne brè
v
e his
t
oire) p
u
is “
Oil and gas in the Caucasus and Caspian
- a history
” (Pé
t
role e
t
ga
z
dans le Ca
u
case e
t
la Caspienne :
u
ne
his
t
oire), che
z
les mêmes édi
t
e
u
rs en
2000
. Dep
u
is
2006
, il
v
i
t
à
Alma
ty
, o
ù
il a p
u
blié en
2007
Black&Blue
(Noir & Ble
u
) – s
u
r
l’his
t
oire de l’ind
u
s
t
rie pé
t
rolière de l’e
x
-Union so
v

t
iq
u
e –, e
t
Kazakhstan, a quest for statehood
(Ka
z
akhs
t
an, la q
u
ê
t
e d'
u
n E
t
a
t
)
– première œ
uv
re en anglais in
t
égralemen
t
consacrée à l’his
t
oire
d
u
Ka
z
akhs
t
an. Le
t
ra
v
ail présen
t
é ici a é
t
é commencé en
2003
,
p
u
is repor
t
é en raison de sa moindre ac
tu
ali
t
é. Le manq
u
e
persis
t
an
t
de p
u
blica
t
ions s
u
r ce confli
t t
erri
t
orial ainsi q
u
e
l’absence de conséq
u
ences j
u
diciaires – en
v
ers les A
z
éris en
par
t
ic
u
lier – on
t
é
t
é les raisons principales de l'édi
t
ion de ce
modes
t
e o
uv
rage : rappeler
u
ne affaire presq
u
e
t
ombée dans
l’o
u
bli.

NOTE DE L’AUTEUR

A
u
c
u
n o
uv
rage en français présen
t
an
t u
n e
x
posé d
u
confli
t
e
t
hniq
u
e dans la rép
u
bliq
u
e de l’A
z
erbaïdjan en l’ancran
t
profondémen
t
dans l’his
t
oire an
t
iq
u
e, classiq
u
e, moderne e
t
con
t
emporaine de l’A
z
erbaïdjan n’a, à ce jo
u
r, é
t
é p
u
blié. Comme
c’es
t
le cas po
u
r
t
o
ut
e l’e
x
-Union so
v

t
iq
u
e, les so
u
rces écri
t
es
disponibles son
t
loin d’ê
t
re fiables e
t
son
t
so
uv
en
t
illisibles d
u
fai
t
de le
u
r rhé
t
oriq
u
e e
t
des par
t
is pris idéologiq
u
es q
u
i s’imposen
t
à
la présen
t
a
t
ion des fai
t
s. L’œ
uv
re la pl
u
s impor
t
an
t
e e
t
la pl
u
s
e
x
ha
u
s
t
i
v
e,
L’histoire de l’Azerbaïdjan
da
t
e des années 19
60
. Bien
q
u

u
ne réédi
t
ion en ai
t
é
t
é proje
t
ée, le
t
ra
v
ail n’a
v
ai
t
pas encore
commencé à l’é
t
é 1998. Les œ
uv
res pl
u
s o
u
moins série
u
ses s
u
r
l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan écri
t
es par des his
t
oriens loca
ux
ne
da
t
en
t
q
u
e des déb
ut
s des années 199
0
. Ici encore, la sélec
t
i
v
i
t
é des
fai
t
s e
t
le s
ty
le res
t
en
t
asse
z
for
t
emen
t
marq
u
és par les effe
t
s de la
g
u
erre d
u
Ha
ut
-Karabagh. Ce disco
u
rs n’es
t
pl
u
s dic
t
é par le
Kremlin mais par
u
ne apologie e
t
hniq
u
e s’opposan
t
à celle de
l’ennemi arménien don
t
l’
ethno lobby
s’impose a
u
monde en
t
ier.
Po
u
r les cherche
u
rs, la conséq
u
ence es
t
q
u
’on
v
e
ut t
enir comp
t
e
des nombre
u
ses con
t
radic
t
ions en
t
re les références pré-ré
v
ol
ut
ion-
naires, so
v

t
iq
u
es, pos
t
-so
v

t
iq
u
es e
t
occiden
t
ales. Dans le
présen
t
o
uv
rage, no
u
s no
u
s engageons dans
u
ne
t
en
t
a
t
i
v
e de
réconcilier les poin
t
s de
vu
e différen
t
s, sans po
u
r
t
an
t
pré
t
endre
réso
u
dre
t
o
u
s les con
t
en
t
ie
ux
.
Parmi les his
t
oriens q
u
i fig
u
ren
t
de façon éminen
t
e dans les
cadres de référence de no
t
re o
uv
rage, se
t
ro
uv
e l’oe
uv
re d’Abbas
Ko
u
liaga Bakikhano
v
, premier li
v
re s
u
r l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan
jamais écri
t
. P
u
blié en 181
3
par
u
n aris
t
ocra
t
e a
z
éri occ
u
pan
t u
n
ha
ut
rang dans l’armée r
u
sse,
Goulistan i Iram
es
t u
ne œ
uv
re for
t
allégoriq
u
e q
u
i d’aille
u
rs prône l’impor
t
ance d
u
pe
u
ple r
u
sse dans
l’his
t
oire de la région dep
u
is le ha
ut
Mo
y
en Âge. Q
u
an
t
a
ux t
e
xt
es
prod
u
i
t
s pendan
t
l’époq
u
e so
v

t
iq
u
e, les de
ux
pl
u
s impor
t
an
t
s son
t
ce
ux
d’Alisehba
t
So
u
mba
t
-oglo
u
So
u
mba
tz
adé, e
t
l’His
t
oire de
Bako
u
écri
t
par Sara Acho
u
rbe
y
li. Celle-ci, fille d’
u
n seigne
u
r e
t
grand bo
u
rgeois bakinois d’a
v
an
t
l’in
v
asion so
v

t
iq
u
e, a
v
ai
t
pris
le pl
u
s largemen
t
ses dis
t
ances a
v
ec les doc
t
rines d
u
Kremlin, ce
q
u
i confère à son œ
uv
re
u
ne impor
t
ance par
t
ic
u
lière.

L’o
uv
rage le pl
u
s impor
t
an
t
p
u
blié après l’indépendance de
l’A
z
erbaïdjan es
t
cel
u
i d’Ilgar Ali
y
e
v
, e
x
posé sobre e
t
sans par
t
i
pris idéologiq
u
e marq
u
é s
u
r l’his
t
oire d
u
pa
y
s de l’âge de pierre
j
u
sq
u
’à l’occ
u
pa
t
ion so
v

t
iq
u
e. To
ut
a
u
ssi impor
t
an
t
e es
t
la série
écri
t
e par
u
n collec
t
if d’a
ut
e
u
rs s
u
r l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan po
u
r
les écoles, malhe
u
re
u
semen
t
encore incomplè
t
e à l’he
u
re o
ù
no
u
s
rédigeons no
t
re o
uv
rage. A ces de
ux
resso
u
rces s’ajo
ut
e
u
ne bonne
do
uz
aine de li
v
res s
u
r des épisodes par
t
ic
u
liers de l’his
t
oire d
u
pa
y
s, comme ce
ux
de Sara Yo
u
no
u
ski
z
i Kaso
u
mo
v
a, Yo
u
ssif
Djafaro
v
, Yako
u
b Mahmo
u
do
v
e
t
Farida Mammado
v
a.
En occiden
t
, le se
u
l li
v
re in
t
égralemen
t
dédié à l’his
t
oire de la
na
t
ion a
z
érie disponible j
u
sq
u
’en 1998, es
t
res
t
é cel
u
i d’A
u
dre
y
Al
t
s
t
ad
t
The Azerbaijani Turks
, o
uv
rage solide mais manifes
t
an
t
des
t
endances pan
tu
rq
u
es é
v
iden
t
es. Les références occiden
t
ales
consis
t
en
t
s
u
r
t
o
ut
en passages fig
u
ran
t
dans des o
uv
rages
classiq
u
es e
t
des ar
t
icles de re
vu
es spécialisées. Parmi les noms de
cherche
u
rs renommés ci
t
és fig
u
ren
t
ce
ux
de Tre
v
or, Minorsk
y
,
S
v

t
o
v
sk
y
e
t
Ka
z
em
z
adé. Occ
u
pan
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i comme jadis
u
ne
posi
t
ion s
t
ra
t
égiq
u
e e
t
jo
u
issan
t
de riches resso
u
rces na
tu
relles, q
u
i
l
u
i confèren
t u
ne impor
t
ance par
t
ic
u
lière, l’A
z
erbaïdjan méri
t
e
sans do
ut
e
u
ne a
tt
en
t
ion pl
u
s so
ut
en
u
e q
u
e celle q
u
’on a accordée
j
u
sq
u
’à présen
t
à son his
t
oire, à sa c
u
l
tu
re e
t
à son dé
v
eloppemen
t
.
Dans ce
tt
e œ
uv
re modes
t
e, les so
u
rces principales son
t
men
t
ionnées dans des références n
u
méro
t
ées. A par
t
ir de 199
2
, la
pl
u
par
t
des obser
v
a
t
ions son
t
le fr
u
i
t
des nombre
ux
repor
t
ages
effec
tu
és par l’a
ut
e
u
r. Il es
t
à no
t
er q
u
e, sans la coopéra
t
ion lo
y
ale
e
t
ne
ut
re de la par
t
des go
uv
ernemen
t
s s
u
ccessifs de l’A
z
erbaïdjan,
u
n o
uv
rage de ce ni
v
ea
u
n’a
u
rai
t
jamais p
u
ê
t
re rédigé.
Il es
t
à espérer q
u
e ce li
v
re sera
ut
ile à ce
ux
q
u
i s’
y
in
t
éresseron
t
, e
t
q
u
i, po
u
r les raisons les pl
u
s di
v
erses,
y
chercheron
t u
n g
u
ide dans le
u
r recherche s
u
r
u
ne page de l’his
t
oire
mondiale encore
t
rop méconn
u
e e
t
so
uv
en
t
mal in
t
erpré
t
ée. Enfin,
on
v
o
u
drai
t
espérer q
u
e ce
t
o
uv
rage p
u
isse, à l’in
t
ension de ce
ux
q
u
i so
u
hai
t
en
t
con
t
rib
u
er à réso
u
dre le confli
t
ac
tu
el, fa
v
oriser
u
ne
meille
u
re compréhnsion de l’arrière-plan his
t
oriq
u
e des
é
v
énemen
t
s
t
ragiq
u
es de no
t
re époq
u
e.
Bako
u
,
2003
- Alma
ty
, fin
20
11

1
0

INTRODU
C
TION

C
ONFLIT D
A
NS UN EMPIRE
A
GONISS
A
NT

Vin
t
l’he
u
re de la peres
t
roïka. Un pe
u
par
t
o
ut
en Union
so
v

t
iq
u
e, les choses commencèren
t
à bo
u
ger. Pas dans la
rép
u
bliq
u
e isolée e
t
loin
t
aine de l’A
z
erbaïdjan. On n’
y
j
u
rai
t
q
u
e
par les œ
uv
res de Mar
x
e
t
de Lénine. A ce
tt
e époq
u
e, Bako
u
es
t
encore
u
ne
v
ille mi
xt
e, a
v
ec
u
ne minori
t
é arménienne considérable.
Vers l’o
u
es
t
, les comm
u
na
ut
és a
z
érie e
t
arménienne
v
i
v
aien
t
cer
t
es
dans des
v
illages séparés. Des mariages mi
xt
es n’en son
t
encore
pas moins fréq
u
en
t
s.
Le no
uv
ea
u
na
t
ionalisme, si présen
t
en Arménie,
t
arde à se
manifes
t
er parmi la pop
u
la
t
ion a
z
érie. Il ne manq
u
a pas
t
o
ut
efois,
d’émerger. En 198
6
,
u
ne première «
t
able ronde » homolog
u
e de
celles q
u
i se déro
u
len
t u
n pe
u
par
t
o
ut
en Union so
v

t
iq
u
e, se
forme en A
z
erbaïdjan. Elle donne pl
u
s
t
ard naîssance à la coali
t
ion
d
u
Fron
t
Pop
u
laire d’A
z
erbaïdjan (FPA) dirigé par
u
n in
t
ellec
tu
el
passionné e
t
for
t
na
t
ionalis
t
e, Abo
u
lfa
z
El
t
chibeï (nom de pl
u
me
d’Abo
u
lfa
z
Ali
y
e
v
, originaire d
u
Nakhi
t
che
v
an e
t
homon
y
me de
son ri
v
al so
v

t
iq
u
e). Il
v
ien
t
de passer
t
rois ans so
u
s les
v
erro
u
s, à
l’époq
u
e de la direc
t
ion d
u
chef comm
u
nis
t
e He
y
dar Ali
y
e
v
, po
u
r
ses idées
t
ro
uv
ées pro
v
ocan
t
es par le régime. To
ut
ceci es
t
de
na
tu
re à s
u
sci
t
er des sen
t
imen
t
s de pe
u
r
v
is-à-
v
is de la minori
t
é
arménienne. E
t
, comme d’habi
tu
de, là o
ù
il
y
a de la pe
u
r, la haine
n’es
t
pas loin.
Le con
t
en
t
ie
ux
e
t
hno poli
t
iq
u
e por
t
an
t
s
u
r les
z
ones fron
t
alières
a
v
ec l’Arménie con
t
rib
u
ai
t
largemen
t
à la mobilisa
t
ion des
na
t
ionalis
t
es a
z
éris. On pe
ut
même dire q
u
e le confli
t
d’abord
dorman
t
, p
u
is alimen
t
an
t
des polémiq
u
es e
t
dégénéran
t
enfin en
g
u
erre o
uv
er
t
e, es
t
le premier sinon le se
u
l fac
t
e
u
r capi
t
al po
u
r

l’his
t
oire sociopoli
t
iq
u
e d
u
pa
y
s
t
o
ut
en
t
ier dep
u
is l’indépendance.
Même si le compromis imposé par S
t
aline concernan
t
les
t
erri
t
oires
con
t
es
t
és en Transca
u
casie a
v
ai
t
appor
t
é
u
ne sor
t
e de pai
x
des
cime
t
ières, il res
t
ai
t
loin de représen
t
er
u
ne sol
ut
ion. Ainsi, en
1948 e
t
en 1949, des di
z
aines de
v
illages a
z
éris en Arménie son
t
rasés e
t
en
v
iron la moi
t
ié des 4
00 000
habi
t
an
t
s d’e
t
hnie a
z
érie
son
t
chassés
v
ers l’A
z
erbaïdjan. A l’époq
u
e de la peres
t
roïka, le

v
eil des sen
t
imen
t
s na
t
ionalis
t
es en Arménie par rappor
t
a
ux
«
t
erri
t
oires perd
u
s » s'e
x
prime
t
o
ut
d’abord dans des disco
u
rs e
t
des déba
t
s polémiq
u
es, s
u
i
v
is, en 198
7
, par des pé
t
i
t
ions e
t
,
v
ers le
déb
ut
1988 par des manifes
t
a
t
ions, s
u
i
v
ies, à le
u
r
t
o
u
r, par la
v
iolence.
Le sang allai
t
commencer à co
u
ler a
u
Karabagh même. Le
22

v
rier 1988 (de
ux
jo
u
rs après
u
ne résol
ut
ion d
u
parlemen
t
local d
u
Ha
ut
-Karabagh e
x
priman
t
la
v
olon
t
é de ra
tt
acher la
z
one à
l’Arménie), des accrochages in
t
ere
t
hniq
u
es fon
t
de
ux v
ic
t
imes,
de
ux
je
u
nes A
z
éris
tu
és à Askéran, dans des raids de gro
u
pes
armés arméniens, s
u
pposés appar
t
enir a
u
Dachnak. Ceci déclenche
la f
u
i
t
e de q
u
elq
u
es milliers de familles. L’inciden
t
pro
v
oq
u
e
u
ne
héca
t
ombe en A
z
erbaïdjan, no
t
ammen
t
dans la
v
ille de So
u
mgaï
t
o
ù v
i
v
aien
t
la pl
u
par
t
des A
z
éris e
x
p
u
lsés d’Arménie
v
ers la fin des
années 194
0
, e
t
o
ù
, de no
uv
ea
u
, la pl
u
par
t
des A
z
éris d
u
Karabagh
se réf
u
gien
t
. Dans la soirée d
u 27

v
rier, des bandes d’A
z
éris
lancen
t u
ne chasse o
uv
er
t
e. Après
t
rois jo
u
rs de
t
empê
t
e, l’Armée
ro
u
ge arri
v
e e
t y

t
abli
t
l’ordre. Le 1er mars,
32
mor
t
s (
26
Arméniens e
t 6
A
z
éris) e
t
19
0
blessés son
t
décomp
t
és. On affirme
pl
u
s
t
ard, cô
t
é arménien, q
u
e les mor
t
s arméniens se comp
t
en
t
en
v
éri
t
é par cen
t
aines, e
t

t
é a
z
éri, q
u
e les inciden
t
s a
v
aien
t
é
t
é
l’œ
uv
re d’agen
t
s pro
v
oca
t
e
u
rs arméniens. Les de
ux t
hèses son
t
reje
t
ées par le proc
u
re
u
r général d’A
z
erbaïdjan, Il
y
as Ismaïlo
v
, a
u
t
erme de l’enq
u
ê
t
e j
u
diciaire, a
u
co
u
rs de laq
u
elle 8
6
arres
t
a
t
ions
son
t
opérées. Le maire de So
u
mgaï
t
, le chef de la police
m
u
nicipale e
t
le premier secré
t
aire de la branche locale d
u
par
t
i
son
t
limogés. Pl
u
s
t
ard, q
u
a
t
re je
u
nes A
z
éris don
t u
n es
t
condamné
à mor
t
, comparaissen
t
de
v
an
t u
n
t
rib
u
nal... à Mosco
u
.
A par
t
ir de ces é
v
énemen
t
s drama
t
iq
u
es, le calme n’allai
t
pl
u
s
re
v
enir. Les a
tt
aq
u
es, no
t
ammen
t
con
t
re des
t
rains en
t
re Bako
u
e
t
le Nakhi
t
che
v
an à
t
ra
v
ers le Zang
u
é
z
o
u
r, son
t
bien
t
ô
t
à l’ordre d
u

1
2

jo
u
r. A pl
u
sie
u
rs reprises des bombes son
t t
ro
uv
ées. A
u
Karabagh
même, de même q
u
’aille
u
rs en A
z
erbaïdjan e
t
en Arménie, de pl
u
s
en pl
u
s de
v
illages arméniens e
t
a
z
éris
t
omben
t v
ic
t
ime
d’agressions organisées. Ainsi, le 1
0
mars, di
x
habi
t
an
t
s d
u v
illage
de Mekhmanlar, a
u
s
u
d d’Ere
v
an, son
t
massacrés. Les sep
t
derniers
v
illages a
z
éris son
t
bien
t
ô
t v
idés de le
u
rs pop
u
la
t
ions.
Tandis q
u
e les e
x
odes d’Arméniens d’A
z
erbaïdjan e
t
d’A
z
éris
d’Arménie e
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh con
t
in
u
en
t
, des manifes
t
a
t
ions,
des grè
v
es poli
t
iq
u
es e
t
d’a
ut
res désordres se s
u
ccèden
t
. La
t
ension
mon
t
e no
t
ammen
t
à Bako
u
o
ù
, le 11 j
u
in, des accrochages écla
t
en
t
,
co
ût
an
t
la
v
ie à
2
ci
t
o
y
ens d’e
t
hnie arménienne e
t
à
u
n policier
a
z
éri. A
u
même momen
t
– coïncidence ? - le « So
v
ie
t
s
u
prême »
d’Arménie adop
t
e
u
ne résol
ut
ion en fa
v
e
u
r d
u
ra
tt
achemen
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh à l’Arménie, s
u
i
v
ie par
u
ne con
t
re résol
ut
ion d
u
so
v
ie
t
a
z
éri q
u
i déclare la première « ac
t
e illégal ». Le 1
2
j
u
ille
t
, le
so
v
ie
t
a
ut
onome d
u
Ha
ut
-Karabagh proclame la sépara
t
ion de la
pro
v
ince d’A
z
erbaïdjan. Or, la réac
t
ion de Mosco
u
donne
u
n
e
x
emple classiq
u
e de l’immobili
t
é e
t
l’iner
t
ie d’
u
n empire de
v
en
u
t
rop
v
as
t
e e
t
go
uv
erné par des cadres démo
t
i
v
és : on forme
u
ne
commission. Le présiden
t
de ce
tt
e commission n’es
t
a
ut
re q
u
e M.
Arcad
y
N. Volsk
y
, alors conseiller de
t
o
ut
e confiance de M.
Gorba
t
che
v
, de
v
en
u
après la ch
ut
e de ce dernier
u
n des oligarq
u
es
ind
u
s
t
riels les pl
u
s riches de R
u
ssie. L’arbi
t
re
v
en
u
de Mosco
u
se
compor
t
e bien
t
ô
t
pl
u
s en seigne
u
r des lie
ux
q
u
’en
y
remplissan
t
sa
mission de bons offices. Vers la fin de sep
t
embre, après
u
ne
semaine de
t
ro
u
bles sanglan
t
s dans les régions d’Agdam, de
Cho
u
cha e
t
de S
t
epanaker
t
, il
y
impose la loi mar
t
iale sans
cons
u
l
t
er les a
ut
ori
t
és locales ni à Bako
u
ni à S
t
epanaker
t
.
Le 1
7
no
v
embre 1988, la fo
u
le de Bako
u
, e
x
cédée par l’affl
ux
de réf
u
giés e
t
par la gra
v
i
t
é d
u
con
t
en
t
ie
ux
poli
t
iq
u
e, se mobilise
moins con
t
re la sépara
t
ion d
u
Ha
ut
-Karabagh q
u
e con
t
re
l’immobilisme d
u
po
uv
oir. C
u
rie
u
semen
t
, les manifes
t
an
t
s
e
x
primen
t
, en général, le
u
r colère con
t
re Mosco
u
e
t
ses
in
t
ermédiaires loca
ux
pl
ut
ô
t
q
u
e con
t
re l’Arménie o
u
con
t
re les
Arméniens d
u
Karabagh ce q
u
i d’aille
u
rs pro
uv
e l’immense
infl
u
ence a
u
sein des masses d
u
mo
uv
emen
t
d’opposi
t
ion,

t
erminé à e
x
ploi
t
er le con
t
en
t
ie
ux
afin de se me
tt
re à la
t
ê
t
e d’
u
n
f
utu
r é
t
a
t
so
uv
erain. Malgré les menaces les pl
u
s odie
u
ses, comme

1
3

le cordon de pl
u
s en pl
u
s pressan
t
de solda
t
s en
t
o
u
ran
t
les
manifes
t
an
t
s q
u
i se son
t
concen
t
rés s
u
r la Place Lénine (rebap
t
isée
Place de la Liber
t
é), es
t
imés à
20000
pendan
t
la n
u
i
t
e
t
à 5
00 000
pendan
t
la jo
u
rnée, le mo
uv
emen
t t
ien
t
bon j
u
sq
u
’à la n
u
i
t
d
u
4
décembre, lorsq
u

u
n raid massif
y
me
t
fin, a
v
ec des arres
t
a
t
ions de
cen
t
aines d’« e
xt
rémis
t
es e
t
hooligans », don
t
la pl
u
par
t
disparaî
t
sans laisser de
t
races po
u
r pl
u
sie
u
rs mois e
t
sans jamais
d’inc
u
lpa
t
ions. Bien q
u
e des grè
v
es écla
t
en
t
le lendemain, le
« mo
uv
emen
t
pop
u
laire » es
t
pro
v
isoiremen
t
é
t
o
u
ffé.
Pendan
t
les é
v
énemen
t
s de Bako
u
, des no
uv
ea
ux
désordres
e
t
hniq
u
es e
t
poli
t
iq
u
es écla
t
en
t
dans le res
t
e d
u
pa
y
s. Les pl
u
s
série
ux
se déro
u
len
t
a
u
Nakhi
t
che
v
an, no
t
ammen
t
à Djélilabad o
ù
l’on s’en prend à des
u
ni
t
és de garde- fron
t
ière so
v

t
iq
u
es, e
t
à
Gandja, o
ù
de
ux
solda
t
s r
u
sses e
t u
n nombre inconn
u
de ci
t
o
y
ens
a
z
éris
t
ro
uv
en
t
la mor
t
. La réponse es
t t
o
u
jo
u
rs la même : la
répression mili
t
aire. A a
u
c
u
n momen
t
Mosco
u
n’a présen
t
é de
proposi
t
ion de compromis raisonnable afin de me
tt
re
u
n
t
erme a
u
confli
t
. On fini
t
par déclarer q
u
e « l’ordre es
t

t
abli » sans donner
t
rop de dé
t
ails.
Une fois hors de prison, l’opposi
t
ion a
z
erbaïdjanaise q
u
i a
v
ai
t
vu
le jo
u
r pendan
t
les manifes
t
a
t
ions de l’hi
v
er, ne
t
arde pas à
s’organiser. O
ut
re des par
t
is asse
z
margina
ux
comme le Birlik
(
Unité
), le Dir
t
chéliche (
Résurrection
), le Par
t
i Social-démocra
t
e e
t
l’
Organisation de salut national
(SSN, sécessionnis
t
e), le
mo
uv
emen
t
le pl
u
s p
u
issan
t
es
t
le Fron
t
pop
u
laire d’A
z
erbaïdjan
(FPA), congloméra
t
d’
u
ne grande di
v
ersi
t
é d’idées poli
t
iq
u
es mais
en général de
t
endance cen
t
re-droi
t
. Parmi les demandes d
u
programme d
u
FPA fig
u
re la démocra
t
isa
t
ion de la socié
t
é e
t
la fin
d
u
con
t
rôle de Mosco
u
s
u
r l’arène poli
t
iq
u
e en A
z
erbaïdjan à
t
ra
v
ers des élec
t
ions direc
t
es e
t
m
u
l
t
ipar
t
is
t
es d
u
parlemen
t
local, la
fin de li
v
raisons obliga
t
oire de ma
t
ières premières e
t
de prod
u
i
t
s
agricoles e
t
ind
u
s
t
riels
v
ers le res
t
e de l’Union so
v

t
iq
u
e, la
pri
v
a
t
isa
t
ion des
t
erres, e
t
des mes
u
res afin de pro
t
éger e
t
de sa
uv
er
ce q
u
i res
t
e de l’en
v
ironnemen
t
. Pl
u
s
t
ard, s’
y
ajo
ut
e la s
u
ppression
d
u
s
t
a
tut
a
ut
onome d
u
Ha
ut
-Karabagh.
Afin de so
u
ligner ses e
x
igences, le FPA organise des grè
v
es e
t
es
t
acc
u
sé pl
u
s
t
ard, d’a
v
oir é
t
é derrière le sabo
t
age de la
circ
u
la
t
ion des biens e
t
des personnes
v
ers l’Arménie, en con
t
re-

14

mes
u
re a
u
« bloc
u
s » imposé à l’encla
v
e d
u
Nakhi
t
che
v
an par
l’Arménie. En
t
re-
t
emps, la si
tu
a
t
ion dans le Ha
ut
-Karabagh e
t
ses
en
v
irons se dé
t
ériore gra
v
emen
t
. Des accrochages, des opéra
t
ions
« d’ép
u
ra
t
ion e
t
hniq
u
e » de
v
illages s’in
t
ensifien
t
de par
t
e
t
d’a
ut
re. Le sang co
u
le fréq
u
emmen
t
.
A par
t
ir de 1989, des organisa
t
ions
t
erroris
t
es arméniennes, déjà
t
ris
t
emen
t
célèbres a
u
Liban, en E
u
rope e
t
en Amériq
u
e, se
concen
t
ren
t
s
u
r l’A
z
erbaïdjan. Ainsi, le
27
mai 1989,
u
ne
Arménienne nommée « Var
t
o
u
che », pros
t
i
tu
ée bien conn
u
e q
u
i
fréq
u
en
t
ai
t
les passagers d
u t
rain en
t
re Bako
u
e
t
Ere
v
an, es
t
arrê
t
ée
a
v
ec
u
ne bombe dans son sac. Pendan
t
son procès, elle ré
v
éle
q
u
’elle a
v
ai
t
« reç
u
la consigne » de placer le mécanisme dans
u
ne
v
oi
tu
re e
t
de q
u
i
tt
er le
t
rain dans le Zang
u
é
z
o
u
r. Le donne
u
r
d'ordre serai
t u
ne organisa
t
ion nommée « Armée sécrè
t
e
arménienne » (ASA) de carac
t
ère ré
v
ol
ut
ionnaire ga
u
chis
t
e, don
t
les chefs s’appelaien
t
Téroïan e
t
Sos Eloïan, e
t
q
u
’elle présen
t
e
comme
u
ne rés
u
rgence de l’organisa
t
ion ASALA q
u
i, di
x
ans pl
u
s
t
ô
t
, a
v
ai
t
semé la
t
erre
u
r dans la q
u
asi
t
o
t
ali
t
é d
u
monde
y
compris
l’aéropor
t
d’Orl
y
e
t
les Champs-Él
y
sées.
Alors q
u
e l’ASA po
u
rs
u
i
t
ses ac
t
ions,
u
ne a
ut
re organisa
t
ion
v
oi
t
le jo
u
r en 1989. Il s’agi
t
de « Vrêj» (
v
engeance) marq
u
ée à
l’e
xt
rême droi
t
e e
t
proche d
u
Dachnak. L’a
tt
en
t
a
t
q
u
i fai
t
5 mor
t
s
e
t 27
blessés dans l’a
ut
ob
u
s Tbilissi-Bako
u
, le 1
6
sep
t
embre 1989
es
t
considéré comme son premier ac
t
e de présence. De
ux
des
malfai
t
e
u
rs, appelés A
v
anésian e
t
Ta
t
é
v
oso
v
, son
t
cap
tu
rés
q
u
elq
u
es mois pl
u
s
t
ard
t
andis q
u
’ils préparen
t u
n no
uv
el a
tt
en
t
a
t
à
Gandja. Ils son
t
condamnés respec
t
i
v
emen
t
à
20
e
t
15 ans de

t
en
t
ion. « Vrêj » es
t
égalemen
t t
en
u
e po
u
r responsable de
l’a
tt
en
t
a
t
manq
u
é d
u 26
mars 199
0
lorsq
u

u
ne bombe de
6
kilo
t
onnes es
t
déco
uv
er
t
e so
u
s le
t
rain Bako
u
-Ka
z
imahome
t
, e
t
de
cel
u
i, ré
u
ssi, d
u
1
0
ao
ût
199
0
, don
t
l’e
x
plosion dé
t
r
u
i
t
l’a
ut
ob
u
s
Tbilissi-Agdam, faisan
t
1
7
mor
t
s, le res
t
e des passagers é
t
an
t
blessés. C’es
t
encore le cas des bombes d
u 30
a
v
ril e
t
d
u 3
1 j
u
ille
t
1991 dans le
t
rain Mosco
u
-Bako
u
, q
u
i fai
t
pl
u
sie
u
rs di
z
aines de
mor
t
s e
t
de blessés gra
v
es.
Ce mo
uv
emen
t t
erroris
t
e a
u
rai
t
é
t
é fondé par
u
n dissiden
t
u
l
t
rana
t
ionalis
t
e conn
u
so
u
s le nom de Graïl Maro
u
khian q
u
i,
dep
u
is son e
x
p
u
lsion d’Arménie, réside en Grèce. A par
t
d’a
ut
res

15

filières menan
t
à des bases s
u
r
t
erri
t
oires grec, libanais e
t
s
y
rien,
« Vrêj» a cons
t
i
tu
é,
v
ers la fin des années 8
0
, pl
u
sie
u
rs cell
u
les en
R
u
ssie, no
t
ammen
t
à Ros
t
o
v
, o
ù
ses ac
t
i
v
is
t
es assassinen
t
, le
2
a
v
ril 199
2
, le colonel Vik
t
or Nikolae
v
i
t
ch Blokho
t
ine, chef des FIS
(Forces de séc
u
ri
t
é in
t
érie
u
re) de l’URSS po
u
r la Transca
u
casie.
S
u
r place, l’escalade ne
t
arde pas. Le 1
2
jan
v
ier 199
0
,
u
n
hélicop
t
ère mili
t
aire a
tt
erri
t
près de Khanlar, a
u
nord-o
u
es
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh. Des miliciens armés en descenden
t
, e
t
mi
t
raillen
t
u
n
v
illage, faisan
t u
ne do
uz
aine de mor
t
s e
t
pl
u
sie
u
rs di
z
aines de
blessés a
v
an
t
de se re
t
irer. Le même jo
u
r, des cadres de la branche
locale d
u
FPA a
tt
aq
u
en
t
le siège d
u
par
t
i à Lenkoran, dans le s
u
d-
es
t
d
u
pa
y
s s
u
r la Caspienne, e
t
celle d
u
q
u
o
t
idien officiel local. Le
personnel es
t
chassé, e
t u
n soi-disan
t
« comi
t
é de défense
t
emporaire »
y
ass
u
me
t
o
ut
es les fonc
t
ions p
u
bliq
u
es.
Le lendemain, des
t
ro
u
bles in
t
ere
t
hniq
u
es reprennen
t
à Bako
u
,
faisan
t
pl
u
s de
60
mor
t
s, don
t u
ne moi
t
ié d’Arméniens. Malgré
l’insis
t
ance d
u
FPA, le go
uv
ernemen
t
res
t
e iner
t
e e
t
la police ne se
mon
t
re pas.
Le 14 jan
v
ier,
t
andis q
u
e les massacres con
t
in
u
en
t
, E
v
g
u
en
y
Primako
v
, présiden
t
d
u
So
v
ie
t
s
u
prême de l’URSS, arri
v
e à Bako
u
,
e
t
annonce l’en
v
oi de Mosco
u
de 11
000
hommes de
t
ro
u
pes q
u
i se
doi
v
en
t
concen
t
rer dans les
z
ones de confli
t
, afin de ré
t
ablir l’ordre
en A
z
erbaïdjan e
t
en Arménie.
A par
t
ir d
u
1
6
jan
v
ier, so
u
s la cond
u
i
t
e des cadres d
u
FPA, des
manifes
t
a
t
ions e
t
des grè
v
es écla
t
en
t
e
t
des barricades son
t
érigées
à Bako
u
e
t
dans ses en
v
irons. Le 19 jan
v
ier (coïncidence ?)
l’Arménie ferme la ro
ut
e e
t
le chemin de fer
v
ers le Nakhi
t
che
v
an.
Des accrochages écla
t
en
t
de par
t
e
t
d’a
ut
re de la fron
t
ière e
t
dans le
nord d
u
Ha
ut
-Karabagh, pro
v
oq
u
an
t u
n grand nombre de mor
t
s e
t
de blessés. Le soir d
u
même jo
u
r, à Bako
u
, E
t
ibar Mamédo
v
,
dirigean
t
d
u
FPA, de
v
rai
t
parler à la
t
élé
v
ision, après les derniers
po
u
rparlers a
v
ec le go
uv
ernemen
t
local. Vers le co
u
cher d
u
soleil,
des élémen
t
s d
u
KGB fon
t
sa
ut
er la cen
t
rale élec
t
riq
u
e, plongean
t
le cen
t
re-
v
ille en
t
ier dans l’obsc
u
ri
t
é.
Le lendemain, pe
u
après min
u
i
t
, so
u
s la cond
u
i
t
e d
u
« commandan
t
de Bako
u
», le général V.S. Do
u
biniak, l’héca-
t
ombe commence. Les chars arri
v
en
t
dans la banlie
u
e de la

1
6

capi
t
ale,
t
iran
t
sans discrimina
t
ion s
u
r des
v
oi
tu
res, des imme
u
bles
e
t
des gens dans la r
u
e. En
t
re 1 e
t 3
he
u
res, le siège d
u
FPA es
t
encerclé e
t
mis à fe
u
e
t
à sang. E
t
ibar Mammado
v
e
t
pl
u
sie
u
rs
a
ut
res chefs s’échappen
t
à Mosco
u
, o
ù
ils son
t
placés en dé
t
en
t
ion
dans la n
u
i
t
d
u 23

v
rier après a
v
oir donné
u
ne conférence de
presse po
u
r ré
v
éler le massacre de Bako
u
. M.Mammado
v
res
t
e en
prison j
u
sq
u
’en no
v
embre, es
t
« j
u
gé » po
u
r mobilisa
t
ion con
t
re
l’E
t
a
t
e
t t
en
t
a
t
i
v
e d’ins
u
rrec
t
ion, p
u
is « acq
u
i
tt
é ».
Q
u
an
t
à Bako
u
, après le massacre, la mascarade. So
u
s le
pré
t
e
xt
e d’a
v
oir d
û
« éliminer le hooliganisme e
t
l’in
t
égrisme
islamiq
u
e » en A
z
erbaïdjan, Mosco
u
« regre
tt
e » la mor
t
de
6
9
ci
v
ils e
t
de 14 mili
t
aires. Une commission d’in
v
es
t
iga
t
ion
« parapl
u
ie » é
t
abli
t
le nombre de mor
t
s à 1
32
don
t
1
2
mili
t
aires,
t
andis q
u
e le chef religie
ux
de Bako
u
, le cheikh O
u
leslam
Allahcho
u
ko
u
r Pacha
z
adé, affirme a
v
oir s
u
per
v
isé les f
u
nérailles
de 18
0 v
ic
t
imes ci
v
iles. En décembre 199
3
,
u
ne fosse comm
u
ne es
t
déco
uv
er
t
e près de Bako
u
a
v
ec pl
u
s de cen
t
corps,
t
o
u
s a
v
ec
u
ne
balle dans la
t
ê
t
e. On a concl
u
q
u
’il s’agi
t
de
v
ic
t
imes
d’enlè
v
emen
t
s e
t
d’e
x
éc
ut
ions sommaires par le KGB pendan
t
e
t
après l’in
t
er
v
en
t
ion so
v

t
iq
u
e.
Ce
tt
e répression de s
ty
le s
t
alinien pro
v
oq
u
e des ressen
t
imen
t
s
profonds
v
is-à-
v
is de la R
u
ssie e
t
de l’Union so
v

t
iq
u
e dans la
socié
t
é A
z
erbaïdjanaise. Ces ressen
t
imen
t
s n’on
t
cessé, dep
u
is lors,
de dominer les déba
t
s poli
t
iq
u
es, même après la ch
ut
e de l’empire
ro
u
ge. L’opinion s’es
t
égalemen
t
sen
t
ie h
u
miliée, po
u
r long
t
emps,
par la réac
t
ion de l’occiden
t
, no
t
ammen
t
celle d
u
présiden
t
américain George B
u
sh q
u
i e
x
prima sa « compréhension » po
u
r
son homolog
u
e r
u
sse q
u
an
t
à la « nécessi
t
é de main
t
enir l’ordre ».
On doi
t
cons
t
a
t
er q
u
e,
t
o
ut
en
v
ersan
t
des larmes de crocodile po
u
r
les Pa
y
s bal
t
es, le monde préféra ignorer la Transca
u
casie. To
ut
comme a
u
para
v
an
t
– e
t t
o
ut
comme par la s
u
i
t
e.
A
u
lendemain d
u
massacre de Bako
u
, le secré
t
aire-général d
u
par
t
i en A
z
erbaïdjan, M. Kh. Vé
z
iro
v
es
t
remplacé par
u
n no
uv
ea
u
chef, A
y
a
z
Mo
ut
alibo
v
, main
t
enan
t
chef de l’encla
v
e a
ut
onome d
u
Nakhi
t
che
v
an, élè
v
e fidèle de l’ancien homme a
u
po
uv
oir He
y
dar
Ali
y
e
v
. Il se mon
t
re po
u
r
t
an
t
concilian
t
dans
u
n premier
t
emps
v
is-
à-
v
is d
u
FPA, bien q
u
’il
t
arde à ob
t
enir la libéra
t
ion des dé
t
en
u
s. Il
réclame, de
v
an
t u
n parlemen
t
méfian
t
e
t
récalci
t
ran
t
, la re
t
rai
t
e de

1
7

t
o
ut
es les
t
ro
u
pes r
u
sses d’A
z
erbaïdjan, à l’e
x
cep
t
ion d
u
Ha
ut
-
Karabagh.
Le message de M. Mo
ut
alibo
v
es
t
mal en
t
end
u
. Le
20
jan
v
ier,
le parlemen
t
accep
t
e
u
ne résol
ut
ion dénonçan
t
l’« agression con
t
re
la so
uv
eraine
t
é d
u
pe
u
ple a
z
éri ». Le même jo
u
r, le Nakhi
t
che
v
an
se déclare « rép
u
bliq
u
e indépendan
t
e » e
t
en
v
oie
u
n appel a
ux
Na
t
ions
u
nies po
u
r sa reconnaissance. A
u
lie
u
d’ê
t
re réc
u
sé, le
ges
t
e nakh
t
chi
v
anais es
t
appla
u
di
u
n pe
u
par
t
o
ut
en A
z
erbaïdjan,
no
t
ammen
t
à Gandja. Il n’empêche q
u
e des
t
ro
u
pes so
v

t
iq
u
es
son
t
en
v
o
y
ées a
u
Nakhi
t
che
v
an e
t
, so
u
s la menace d’
u
n no
uv
ea
u
massacre encore pl
u
s
t
errible, la « rép
u
bliq
u
e » se disso
ut
a
u
bo
ut
de h
u
i
t
jo
u
rs.
Vers la fin d
u
mois de mai, des élec
t
ions (s
ty
le so
v

t
iq
u
e) on
t
lie
u
dans
t
o
ut
es les rép
u
bliq
u
es so
v

t
iq
u
es. Candida
t u
niq
u
e, M.
Mo
ut
alibo
v
es
t
él
u
premier secré
t
aire d
u
par
t
i e
t
chef d’é
t
a
t
en
A
z
erbaïdjan. L’arri
v
ée a
u
po
uv
oir de M. Mo
ut
alibo
v
ne change
rien a
u
confli
t
s
u
r le Ha
ut
-Karabagh. En
t
re le 1
7
e
t
le
2
5 ao
ût
, des
u
ni
t
és armées arméniennes, no
t
ammen
t
les brigades « Da
v
id
Sasso
u
nsk
y
» e
t
« Tigran le Grand» a
tt
aq
u
en
t
la
z
one fron
t
alière d
u
Ka
z
akh en A
z
erbaïdjan - o
u
es
t
e
t y
occ
u
pen
t
h
u
i
t v
illages. Bien
q
u
e l’a
tt
aq
u
e soi
t
finalemen
t
bloq
u
ée par l’in
t
er
v
en
t
ion de
t
ro
u
pes
so
v

t
iq
u
es, les comba
t
s con
t
in
u
en
t
e
t
s’é
t
enden
t t
o
ut
a
u
long de la
fron
t
ière, c
u
lminan
t
le
2
9 no
v
embre par la ba
t
aille po
u
r le con
t
rôle
d
u v
illage de Mar
t
o
u
nachen près de Khanlar, en
t
re des
u
ni
t
és
arméniennes d’
u
n cô
t
é e
t
des
t
ro
u
pes a
z
éries e
t
so
v

t
iq
u
es de
l’a
ut
re, faisan
t
h
u
i
t
mor
t
s e
t
des di
z
aines de blessés.

C’es
t
ainsi q
u
’a
u
prin
t
emps 1991, po
u
r la première fois, la
g
u
erre acq
u
ier
t
l’ample
u
r d’
u
n confli
t
in
t
égralemen
t
mili
t
aire, a
v
ec
l’offensi
v
e a
z
éri-so
v

t
iq
u
e con
t
re les
v
illages de Tchaïken
t
, de
Karabo
u
lag e
t u
ne
v
ing
t
aine d’a
ut
res, placés man
u
mili
t
ari so
u
s
con
t
rôle. Après
t
rois semaines de comba
t
s, les Arméniens doi
v
en
t
se re
t
irer. Or, c’es
t
alors q
u
e l’Arménie s’engage direc
t
emen
t
dans
la ba
t
aille, en bombardan
t
Cho
u
cha, le
23
a
v
ril, à l’ar
t
illerie lo
u
rde.
La ch
ut
e de l’Union so
v

t
iq
u
e, en ao
ût
1991, me
t
fin a
u
s
u
ppor
t
mili
t
aire de l’URSS à l’A
z
erbaïdjan. Le
30
ao
ût
, le So
v
ie
t
s
u
prême d’A
z
erbaïdjan proclame l’indépendance, s
u
i
v
i, le
3

18

sep
t
embre, par le Ha
ut
-Karabagh a
u
q
u
el le dis
t
ric
t
de
« Chao
u
mian » (G
u
éranboï) se ra
tt
ache. Le no
uv
ea
u
go
uv
ernemen
t
r
u
sse ne cache g
u
ère son so
ut
ien à l’Arménie. Fin sep
t
embre,
u
ne
t
en
t
a
t
i
v
e de média
t
ion menée par les présiden
t
s Boris El
t
sine e
t
No
u
rso
u
l
t
an Na
z
arbaïe
v
(Ka
z
akhs
t
an) écho
u
e. En oc
t
obre, les
Arméniens passen
t
à la con
t
re-offensi
v
e. Un par
u
n, les
v
illages
a
z
éris a
u
Karabagh son
t
a
tt
aq
u
és, saccagés e
t
br
û
lés, la pop
u
la
t
ion
massacrée e
t
chassée. A
v
an
t
la fin de l’année, la campagne d
u
Ha
ut
-Karabagh a
u
rai
t
é
t
é
v
idée de
t
o
u
s ses habi
t
an
t
s a
z
éris.
Doréna
v
an
t
, ce serai
t
la g
u
erre - la
v
raie.

19