Haut-Karabagh : la guerre oubliée du monde

De
Publié par

La période la plus dramatique dans la lutte pour le Haut-Karabagh, ancienne province autonome dans la république soviétique d'Azerbaïdjan s'est déroulée en 1992-1993. Depuis lors, la « guerre silencieuse » est restée dans l'ombre. Afin de mieux comprendre les dimensions historiques comme actuelles des sentiments partagés en Azerbaïdjan, des chapitres apportent une large information sur l'histoire du pays, de son peuple, sur sa culture et son économie.
Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782296494015
Nombre de pages : 194
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

la

uee

autaabah

ubliée

du

mnde

la

C
hale

uee

an

de

eeu

autaabah

ubliée

du

mnde

Illustration d
©
C
hvdL

e couverture  vieux refugié azéri dans les environ
s
du front du Karabakh –

© Larmattan 
 rue de l
É
colePolytechnique   Paris
httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattanwanadoofr
harmattanwanadoofr
IS
B
N  
9317-4
EA
N  
93174

A PROPOS DE L’AUTEUR

Charles
v
an der Lee
uw
es
t
né à La Ha
y
e, Pa
y
s-Bas, en 195
2
.
Après
u
ne éd
u
ca
t
ion ling
u
is
t
iq
u
e e
t
classiq
u
e, il commence à
t
ra
v
ailler comme jo
u
rnalis
t
e indépendan
t
en 19
77
. Après sep
t
ans
de jo
u
rnalisme dans le domaine c
u
l
tu
rel, il fai
t
ses déb
ut
s a
u
Proche-Orien
t
en co
uv
ran
t
la g
u
erre en
t
re l’Iran e
t
l’Irak, e
t
p
u
blie
son premier li
v
re,
De Golfoorlog
(La G
u
erre d
u
Golfe – en
néerlandais) en 198
6
. Dès le prin
t
emps de 198
7
j
u
sq
u
’à la fin de
199
0
, il passe les
t
rois dernières années de la g
u
erre ci
v
ile a
u
Liban
comme correspondan
t
de presse e
t
de radio à Be
y
ro
ut
h. Il connai
t
de
ux
mois de cap
t
i
v
i
t
é à la s
u
i
t
e de son enlè
v
emen
t
par des fac
t
ions
mili
t
aires. Libéré, il p
u
blie son de
ux
ième li
v
re
Libanon, de
vermoorde onschuld
(Liban, l’innocence assassinée). Après de
ux
ans comme correspondan
t
à Madrid, il par
t
po
u
r l’A
z
erbaïdjan en
oc
t
obre 199
2
, rédigean
t
s
u
r la si
tu
a
t
ion a
u
Ca
u
case d
u
S
u
d de
nombre
ux
rappor
t
s q
u
i alimen
t
en
t
son li
v
re
Storm over de
Kaukasus
(Tempê
t
e à
t
ra
v
ers le Ca
u
case), p
u
blié en néerlandais en
199
7
, p
u
is en anglais che
z
C
u
r
z
on Press (pl
u
s
t
ard Ro
ut
ledge) à
Londres ainsi q
u
e che
z
S
t
.Mar
t
in’s Press à Ne
w
York de
ux
ans
pl
u
s
t
ard. Il es
t
s
u
i
v
i en
2000
par “
Azerbaijan - a quest for
identity : a short history
” (A
z
erbaïdjan – la q
u
ê
t
e d'
u
ne iden
t
i
t
é :
u
ne brè
v
e his
t
oire) p
u
is “
Oil and gas in the Caucasus and Caspian
- a history
” (Pé
t
role e
t
ga
z
dans le Ca
u
case e
t
la Caspienne :
u
ne
his
t
oire), che
z
les mêmes édi
t
e
u
rs en
2000
. Dep
u
is
2006
, il
v
i
t
à
Alma
ty
, o
ù
il a p
u
blié en
2007
Black&Blue
(Noir & Ble
u
) – s
u
r
l’his
t
oire de l’ind
u
s
t
rie pé
t
rolière de l’e
x
-Union so
v

t
iq
u
e –, e
t
Kazakhstan, a quest for statehood
(Ka
z
akhs
t
an, la q
u
ê
t
e d'
u
n E
t
a
t
)
– première œ
uv
re en anglais in
t
égralemen
t
consacrée à l’his
t
oire
d
u
Ka
z
akhs
t
an. Le
t
ra
v
ail présen
t
é ici a é
t
é commencé en
2003
,
p
u
is repor
t
é en raison de sa moindre ac
tu
ali
t
é. Le manq
u
e
persis
t
an
t
de p
u
blica
t
ions s
u
r ce confli
t t
erri
t
orial ainsi q
u
e
l’absence de conséq
u
ences j
u
diciaires – en
v
ers les A
z
éris en
par
t
ic
u
lier – on
t
é
t
é les raisons principales de l'édi
t
ion de ce
modes
t
e o
uv
rage : rappeler
u
ne affaire presq
u
e
t
ombée dans
l’o
u
bli.

NOTE DE L’AUTEUR

A
u
c
u
n o
uv
rage en français présen
t
an
t u
n e
x
posé d
u
confli
t
e
t
hniq
u
e dans la rép
u
bliq
u
e de l’A
z
erbaïdjan en l’ancran
t
profondémen
t
dans l’his
t
oire an
t
iq
u
e, classiq
u
e, moderne e
t
con
t
emporaine de l’A
z
erbaïdjan n’a, à ce jo
u
r, é
t
é p
u
blié. Comme
c’es
t
le cas po
u
r
t
o
ut
e l’e
x
-Union so
v

t
iq
u
e, les so
u
rces écri
t
es
disponibles son
t
loin d’ê
t
re fiables e
t
son
t
so
uv
en
t
illisibles d
u
fai
t
de le
u
r rhé
t
oriq
u
e e
t
des par
t
is pris idéologiq
u
es q
u
i s’imposen
t
à
la présen
t
a
t
ion des fai
t
s. L’œ
uv
re la pl
u
s impor
t
an
t
e e
t
la pl
u
s
e
x
ha
u
s
t
i
v
e,
L’histoire de l’Azerbaïdjan
da
t
e des années 19
60
. Bien
q
u

u
ne réédi
t
ion en ai
t
é
t
é proje
t
ée, le
t
ra
v
ail n’a
v
ai
t
pas encore
commencé à l’é
t
é 1998. Les œ
uv
res pl
u
s o
u
moins série
u
ses s
u
r
l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan écri
t
es par des his
t
oriens loca
ux
ne
da
t
en
t
q
u
e des déb
ut
s des années 199
0
. Ici encore, la sélec
t
i
v
i
t
é des
fai
t
s e
t
le s
ty
le res
t
en
t
asse
z
for
t
emen
t
marq
u
és par les effe
t
s de la
g
u
erre d
u
Ha
ut
-Karabagh. Ce disco
u
rs n’es
t
pl
u
s dic
t
é par le
Kremlin mais par
u
ne apologie e
t
hniq
u
e s’opposan
t
à celle de
l’ennemi arménien don
t
l’
ethno lobby
s’impose a
u
monde en
t
ier.
Po
u
r les cherche
u
rs, la conséq
u
ence es
t
q
u
’on
v
e
ut t
enir comp
t
e
des nombre
u
ses con
t
radic
t
ions en
t
re les références pré-ré
v
ol
ut
ion-
naires, so
v

t
iq
u
es, pos
t
-so
v

t
iq
u
es e
t
occiden
t
ales. Dans le
présen
t
o
uv
rage, no
u
s no
u
s engageons dans
u
ne
t
en
t
a
t
i
v
e de
réconcilier les poin
t
s de
vu
e différen
t
s, sans po
u
r
t
an
t
pré
t
endre
réso
u
dre
t
o
u
s les con
t
en
t
ie
ux
.
Parmi les his
t
oriens q
u
i fig
u
ren
t
de façon éminen
t
e dans les
cadres de référence de no
t
re o
uv
rage, se
t
ro
uv
e l’oe
uv
re d’Abbas
Ko
u
liaga Bakikhano
v
, premier li
v
re s
u
r l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan
jamais écri
t
. P
u
blié en 181
3
par
u
n aris
t
ocra
t
e a
z
éri occ
u
pan
t u
n
ha
ut
rang dans l’armée r
u
sse,
Goulistan i Iram
es
t u
ne œ
uv
re for
t
allégoriq
u
e q
u
i d’aille
u
rs prône l’impor
t
ance d
u
pe
u
ple r
u
sse dans
l’his
t
oire de la région dep
u
is le ha
ut
Mo
y
en Âge. Q
u
an
t
a
ux t
e
xt
es
prod
u
i
t
s pendan
t
l’époq
u
e so
v

t
iq
u
e, les de
ux
pl
u
s impor
t
an
t
s son
t
ce
ux
d’Alisehba
t
So
u
mba
t
-oglo
u
So
u
mba
tz
adé, e
t
l’His
t
oire de
Bako
u
écri
t
par Sara Acho
u
rbe
y
li. Celle-ci, fille d’
u
n seigne
u
r e
t
grand bo
u
rgeois bakinois d’a
v
an
t
l’in
v
asion so
v

t
iq
u
e, a
v
ai
t
pris
le pl
u
s largemen
t
ses dis
t
ances a
v
ec les doc
t
rines d
u
Kremlin, ce
q
u
i confère à son œ
uv
re
u
ne impor
t
ance par
t
ic
u
lière.

L’o
uv
rage le pl
u
s impor
t
an
t
p
u
blié après l’indépendance de
l’A
z
erbaïdjan es
t
cel
u
i d’Ilgar Ali
y
e
v
, e
x
posé sobre e
t
sans par
t
i
pris idéologiq
u
e marq
u
é s
u
r l’his
t
oire d
u
pa
y
s de l’âge de pierre
j
u
sq
u
’à l’occ
u
pa
t
ion so
v

t
iq
u
e. To
ut
a
u
ssi impor
t
an
t
e es
t
la série
écri
t
e par
u
n collec
t
if d’a
ut
e
u
rs s
u
r l’his
t
oire de l’A
z
erbaïdjan po
u
r
les écoles, malhe
u
re
u
semen
t
encore incomplè
t
e à l’he
u
re o
ù
no
u
s
rédigeons no
t
re o
uv
rage. A ces de
ux
resso
u
rces s’ajo
ut
e
u
ne bonne
do
uz
aine de li
v
res s
u
r des épisodes par
t
ic
u
liers de l’his
t
oire d
u
pa
y
s, comme ce
ux
de Sara Yo
u
no
u
ski
z
i Kaso
u
mo
v
a, Yo
u
ssif
Djafaro
v
, Yako
u
b Mahmo
u
do
v
e
t
Farida Mammado
v
a.
En occiden
t
, le se
u
l li
v
re in
t
égralemen
t
dédié à l’his
t
oire de la
na
t
ion a
z
érie disponible j
u
sq
u
’en 1998, es
t
res
t
é cel
u
i d’A
u
dre
y
Al
t
s
t
ad
t
The Azerbaijani Turks
, o
uv
rage solide mais manifes
t
an
t
des
t
endances pan
tu
rq
u
es é
v
iden
t
es. Les références occiden
t
ales
consis
t
en
t
s
u
r
t
o
ut
en passages fig
u
ran
t
dans des o
uv
rages
classiq
u
es e
t
des ar
t
icles de re
vu
es spécialisées. Parmi les noms de
cherche
u
rs renommés ci
t
és fig
u
ren
t
ce
ux
de Tre
v
or, Minorsk
y
,
S
v

t
o
v
sk
y
e
t
Ka
z
em
z
adé. Occ
u
pan
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i comme jadis
u
ne
posi
t
ion s
t
ra
t
égiq
u
e e
t
jo
u
issan
t
de riches resso
u
rces na
tu
relles, q
u
i
l
u
i confèren
t u
ne impor
t
ance par
t
ic
u
lière, l’A
z
erbaïdjan méri
t
e
sans do
ut
e
u
ne a
tt
en
t
ion pl
u
s so
ut
en
u
e q
u
e celle q
u
’on a accordée
j
u
sq
u
’à présen
t
à son his
t
oire, à sa c
u
l
tu
re e
t
à son dé
v
eloppemen
t
.
Dans ce
tt
e œ
uv
re modes
t
e, les so
u
rces principales son
t
men
t
ionnées dans des références n
u
méro
t
ées. A par
t
ir de 199
2
, la
pl
u
par
t
des obser
v
a
t
ions son
t
le fr
u
i
t
des nombre
ux
repor
t
ages
effec
tu
és par l’a
ut
e
u
r. Il es
t
à no
t
er q
u
e, sans la coopéra
t
ion lo
y
ale
e
t
ne
ut
re de la par
t
des go
uv
ernemen
t
s s
u
ccessifs de l’A
z
erbaïdjan,
u
n o
uv
rage de ce ni
v
ea
u
n’a
u
rai
t
jamais p
u
ê
t
re rédigé.
Il es
t
à espérer q
u
e ce li
v
re sera
ut
ile à ce
ux
q
u
i s’
y
in
t
éresseron
t
, e
t
q
u
i, po
u
r les raisons les pl
u
s di
v
erses,
y
chercheron
t u
n g
u
ide dans le
u
r recherche s
u
r
u
ne page de l’his
t
oire
mondiale encore
t
rop méconn
u
e e
t
so
uv
en
t
mal in
t
erpré
t
ée. Enfin,
on
v
o
u
drai
t
espérer q
u
e ce
t
o
uv
rage p
u
isse, à l’in
t
ension de ce
ux
q
u
i so
u
hai
t
en
t
con
t
rib
u
er à réso
u
dre le confli
t
ac
tu
el, fa
v
oriser
u
ne
meille
u
re compréhnsion de l’arrière-plan his
t
oriq
u
e des
é
v
énemen
t
s
t
ragiq
u
es de no
t
re époq
u
e.
Bako
u
,
2003
- Alma
ty
, fin
20
11

1
0

INTRODU
C
TION

C
ONFLIT D
A
NS UN EMPIRE
A
GONISS
A
NT

Vin
t
l’he
u
re de la peres
t
roïka. Un pe
u
par
t
o
ut
en Union
so
v

t
iq
u
e, les choses commencèren
t
à bo
u
ger. Pas dans la
rép
u
bliq
u
e isolée e
t
loin
t
aine de l’A
z
erbaïdjan. On n’
y
j
u
rai
t
q
u
e
par les œ
uv
res de Mar
x
e
t
de Lénine. A ce
tt
e époq
u
e, Bako
u
es
t
encore
u
ne
v
ille mi
xt
e, a
v
ec
u
ne minori
t
é arménienne considérable.
Vers l’o
u
es
t
, les comm
u
na
ut
és a
z
érie e
t
arménienne
v
i
v
aien
t
cer
t
es
dans des
v
illages séparés. Des mariages mi
xt
es n’en son
t
encore
pas moins fréq
u
en
t
s.
Le no
uv
ea
u
na
t
ionalisme, si présen
t
en Arménie,
t
arde à se
manifes
t
er parmi la pop
u
la
t
ion a
z
érie. Il ne manq
u
a pas
t
o
ut
efois,
d’émerger. En 198
6
,
u
ne première «
t
able ronde » homolog
u
e de
celles q
u
i se déro
u
len
t u
n pe
u
par
t
o
ut
en Union so
v

t
iq
u
e, se
forme en A
z
erbaïdjan. Elle donne pl
u
s
t
ard naîssance à la coali
t
ion
d
u
Fron
t
Pop
u
laire d’A
z
erbaïdjan (FPA) dirigé par
u
n in
t
ellec
tu
el
passionné e
t
for
t
na
t
ionalis
t
e, Abo
u
lfa
z
El
t
chibeï (nom de pl
u
me
d’Abo
u
lfa
z
Ali
y
e
v
, originaire d
u
Nakhi
t
che
v
an e
t
homon
y
me de
son ri
v
al so
v

t
iq
u
e). Il
v
ien
t
de passer
t
rois ans so
u
s les
v
erro
u
s, à
l’époq
u
e de la direc
t
ion d
u
chef comm
u
nis
t
e He
y
dar Ali
y
e
v
, po
u
r
ses idées
t
ro
uv
ées pro
v
ocan
t
es par le régime. To
ut
ceci es
t
de
na
tu
re à s
u
sci
t
er des sen
t
imen
t
s de pe
u
r
v
is-à-
v
is de la minori
t
é
arménienne. E
t
, comme d’habi
tu
de, là o
ù
il
y
a de la pe
u
r, la haine
n’es
t
pas loin.
Le con
t
en
t
ie
ux
e
t
hno poli
t
iq
u
e por
t
an
t
s
u
r les
z
ones fron
t
alières
a
v
ec l’Arménie con
t
rib
u
ai
t
largemen
t
à la mobilisa
t
ion des
na
t
ionalis
t
es a
z
éris. On pe
ut
même dire q
u
e le confli
t
d’abord
dorman
t
, p
u
is alimen
t
an
t
des polémiq
u
es e
t
dégénéran
t
enfin en
g
u
erre o
uv
er
t
e, es
t
le premier sinon le se
u
l fac
t
e
u
r capi
t
al po
u
r

l’his
t
oire sociopoli
t
iq
u
e d
u
pa
y
s
t
o
ut
en
t
ier dep
u
is l’indépendance.
Même si le compromis imposé par S
t
aline concernan
t
les
t
erri
t
oires
con
t
es
t
és en Transca
u
casie a
v
ai
t
appor
t
é
u
ne sor
t
e de pai
x
des
cime
t
ières, il res
t
ai
t
loin de représen
t
er
u
ne sol
ut
ion. Ainsi, en
1948 e
t
en 1949, des di
z
aines de
v
illages a
z
éris en Arménie son
t
rasés e
t
en
v
iron la moi
t
ié des 4
00 000
habi
t
an
t
s d’e
t
hnie a
z
érie
son
t
chassés
v
ers l’A
z
erbaïdjan. A l’époq
u
e de la peres
t
roïka, le

v
eil des sen
t
imen
t
s na
t
ionalis
t
es en Arménie par rappor
t
a
ux
«
t
erri
t
oires perd
u
s » s'e
x
prime
t
o
ut
d’abord dans des disco
u
rs e
t
des déba
t
s polémiq
u
es, s
u
i
v
is, en 198
7
, par des pé
t
i
t
ions e
t
,
v
ers le
déb
ut
1988 par des manifes
t
a
t
ions, s
u
i
v
ies, à le
u
r
t
o
u
r, par la
v
iolence.
Le sang allai
t
commencer à co
u
ler a
u
Karabagh même. Le
22

v
rier 1988 (de
ux
jo
u
rs après
u
ne résol
ut
ion d
u
parlemen
t
local d
u
Ha
ut
-Karabagh e
x
priman
t
la
v
olon
t
é de ra
tt
acher la
z
one à
l’Arménie), des accrochages in
t
ere
t
hniq
u
es fon
t
de
ux v
ic
t
imes,
de
ux
je
u
nes A
z
éris
tu
és à Askéran, dans des raids de gro
u
pes
armés arméniens, s
u
pposés appar
t
enir a
u
Dachnak. Ceci déclenche
la f
u
i
t
e de q
u
elq
u
es milliers de familles. L’inciden
t
pro
v
oq
u
e
u
ne
héca
t
ombe en A
z
erbaïdjan, no
t
ammen
t
dans la
v
ille de So
u
mgaï
t
o
ù v
i
v
aien
t
la pl
u
par
t
des A
z
éris e
x
p
u
lsés d’Arménie
v
ers la fin des
années 194
0
, e
t
o
ù
, de no
uv
ea
u
, la pl
u
par
t
des A
z
éris d
u
Karabagh
se réf
u
gien
t
. Dans la soirée d
u 27

v
rier, des bandes d’A
z
éris
lancen
t u
ne chasse o
uv
er
t
e. Après
t
rois jo
u
rs de
t
empê
t
e, l’Armée
ro
u
ge arri
v
e e
t y

t
abli
t
l’ordre. Le 1er mars,
32
mor
t
s (
26
Arméniens e
t 6
A
z
éris) e
t
19
0
blessés son
t
décomp
t
és. On affirme
pl
u
s
t
ard, cô
t
é arménien, q
u
e les mor
t
s arméniens se comp
t
en
t
en
v
éri
t
é par cen
t
aines, e
t

t
é a
z
éri, q
u
e les inciden
t
s a
v
aien
t
é
t
é
l’œ
uv
re d’agen
t
s pro
v
oca
t
e
u
rs arméniens. Les de
ux t
hèses son
t
reje
t
ées par le proc
u
re
u
r général d’A
z
erbaïdjan, Il
y
as Ismaïlo
v
, a
u
t
erme de l’enq
u
ê
t
e j
u
diciaire, a
u
co
u
rs de laq
u
elle 8
6
arres
t
a
t
ions
son
t
opérées. Le maire de So
u
mgaï
t
, le chef de la police
m
u
nicipale e
t
le premier secré
t
aire de la branche locale d
u
par
t
i
son
t
limogés. Pl
u
s
t
ard, q
u
a
t
re je
u
nes A
z
éris don
t u
n es
t
condamné
à mor
t
, comparaissen
t
de
v
an
t u
n
t
rib
u
nal... à Mosco
u
.
A par
t
ir de ces é
v
énemen
t
s drama
t
iq
u
es, le calme n’allai
t
pl
u
s
re
v
enir. Les a
tt
aq
u
es, no
t
ammen
t
con
t
re des
t
rains en
t
re Bako
u
e
t
le Nakhi
t
che
v
an à
t
ra
v
ers le Zang
u
é
z
o
u
r, son
t
bien
t
ô
t
à l’ordre d
u

1
2

jo
u
r. A pl
u
sie
u
rs reprises des bombes son
t t
ro
uv
ées. A
u
Karabagh
même, de même q
u
’aille
u
rs en A
z
erbaïdjan e
t
en Arménie, de pl
u
s
en pl
u
s de
v
illages arméniens e
t
a
z
éris
t
omben
t v
ic
t
ime
d’agressions organisées. Ainsi, le 1
0
mars, di
x
habi
t
an
t
s d
u v
illage
de Mekhmanlar, a
u
s
u
d d’Ere
v
an, son
t
massacrés. Les sep
t
derniers
v
illages a
z
éris son
t
bien
t
ô
t v
idés de le
u
rs pop
u
la
t
ions.
Tandis q
u
e les e
x
odes d’Arméniens d’A
z
erbaïdjan e
t
d’A
z
éris
d’Arménie e
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh con
t
in
u
en
t
, des manifes
t
a
t
ions,
des grè
v
es poli
t
iq
u
es e
t
d’a
ut
res désordres se s
u
ccèden
t
. La
t
ension
mon
t
e no
t
ammen
t
à Bako
u
o
ù
, le 11 j
u
in, des accrochages écla
t
en
t
,
co
ût
an
t
la
v
ie à
2
ci
t
o
y
ens d’e
t
hnie arménienne e
t
à
u
n policier
a
z
éri. A
u
même momen
t
– coïncidence ? - le « So
v
ie
t
s
u
prême »
d’Arménie adop
t
e
u
ne résol
ut
ion en fa
v
e
u
r d
u
ra
tt
achemen
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh à l’Arménie, s
u
i
v
ie par
u
ne con
t
re résol
ut
ion d
u
so
v
ie
t
a
z
éri q
u
i déclare la première « ac
t
e illégal ». Le 1
2
j
u
ille
t
, le
so
v
ie
t
a
ut
onome d
u
Ha
ut
-Karabagh proclame la sépara
t
ion de la
pro
v
ince d’A
z
erbaïdjan. Or, la réac
t
ion de Mosco
u
donne
u
n
e
x
emple classiq
u
e de l’immobili
t
é e
t
l’iner
t
ie d’
u
n empire de
v
en
u
t
rop
v
as
t
e e
t
go
uv
erné par des cadres démo
t
i
v
és : on forme
u
ne
commission. Le présiden
t
de ce
tt
e commission n’es
t
a
ut
re q
u
e M.
Arcad
y
N. Volsk
y
, alors conseiller de
t
o
ut
e confiance de M.
Gorba
t
che
v
, de
v
en
u
après la ch
ut
e de ce dernier
u
n des oligarq
u
es
ind
u
s
t
riels les pl
u
s riches de R
u
ssie. L’arbi
t
re
v
en
u
de Mosco
u
se
compor
t
e bien
t
ô
t
pl
u
s en seigne
u
r des lie
ux
q
u
’en
y
remplissan
t
sa
mission de bons offices. Vers la fin de sep
t
embre, après
u
ne
semaine de
t
ro
u
bles sanglan
t
s dans les régions d’Agdam, de
Cho
u
cha e
t
de S
t
epanaker
t
, il
y
impose la loi mar
t
iale sans
cons
u
l
t
er les a
ut
ori
t
és locales ni à Bako
u
ni à S
t
epanaker
t
.
Le 1
7
no
v
embre 1988, la fo
u
le de Bako
u
, e
x
cédée par l’affl
ux
de réf
u
giés e
t
par la gra
v
i
t
é d
u
con
t
en
t
ie
ux
poli
t
iq
u
e, se mobilise
moins con
t
re la sépara
t
ion d
u
Ha
ut
-Karabagh q
u
e con
t
re
l’immobilisme d
u
po
uv
oir. C
u
rie
u
semen
t
, les manifes
t
an
t
s
e
x
primen
t
, en général, le
u
r colère con
t
re Mosco
u
e
t
ses
in
t
ermédiaires loca
ux
pl
ut
ô
t
q
u
e con
t
re l’Arménie o
u
con
t
re les
Arméniens d
u
Karabagh ce q
u
i d’aille
u
rs pro
uv
e l’immense
infl
u
ence a
u
sein des masses d
u
mo
uv
emen
t
d’opposi
t
ion,

t
erminé à e
x
ploi
t
er le con
t
en
t
ie
ux
afin de se me
tt
re à la
t
ê
t
e d’
u
n
f
utu
r é
t
a
t
so
uv
erain. Malgré les menaces les pl
u
s odie
u
ses, comme

1
3

le cordon de pl
u
s en pl
u
s pressan
t
de solda
t
s en
t
o
u
ran
t
les
manifes
t
an
t
s q
u
i se son
t
concen
t
rés s
u
r la Place Lénine (rebap
t
isée
Place de la Liber
t
é), es
t
imés à
20000
pendan
t
la n
u
i
t
e
t
à 5
00 000
pendan
t
la jo
u
rnée, le mo
uv
emen
t t
ien
t
bon j
u
sq
u
’à la n
u
i
t
d
u
4
décembre, lorsq
u

u
n raid massif
y
me
t
fin, a
v
ec des arres
t
a
t
ions de
cen
t
aines d’« e
xt
rémis
t
es e
t
hooligans », don
t
la pl
u
par
t
disparaî
t
sans laisser de
t
races po
u
r pl
u
sie
u
rs mois e
t
sans jamais
d’inc
u
lpa
t
ions. Bien q
u
e des grè
v
es écla
t
en
t
le lendemain, le
« mo
uv
emen
t
pop
u
laire » es
t
pro
v
isoiremen
t
é
t
o
u
ffé.
Pendan
t
les é
v
énemen
t
s de Bako
u
, des no
uv
ea
ux
désordres
e
t
hniq
u
es e
t
poli
t
iq
u
es écla
t
en
t
dans le res
t
e d
u
pa
y
s. Les pl
u
s
série
ux
se déro
u
len
t
a
u
Nakhi
t
che
v
an, no
t
ammen
t
à Djélilabad o
ù
l’on s’en prend à des
u
ni
t
és de garde- fron
t
ière so
v

t
iq
u
es, e
t
à
Gandja, o
ù
de
ux
solda
t
s r
u
sses e
t u
n nombre inconn
u
de ci
t
o
y
ens
a
z
éris
t
ro
uv
en
t
la mor
t
. La réponse es
t t
o
u
jo
u
rs la même : la
répression mili
t
aire. A a
u
c
u
n momen
t
Mosco
u
n’a présen
t
é de
proposi
t
ion de compromis raisonnable afin de me
tt
re
u
n
t
erme a
u
confli
t
. On fini
t
par déclarer q
u
e « l’ordre es
t

t
abli » sans donner
t
rop de dé
t
ails.
Une fois hors de prison, l’opposi
t
ion a
z
erbaïdjanaise q
u
i a
v
ai
t
vu
le jo
u
r pendan
t
les manifes
t
a
t
ions de l’hi
v
er, ne
t
arde pas à
s’organiser. O
ut
re des par
t
is asse
z
margina
ux
comme le Birlik
(
Unité
), le Dir
t
chéliche (
Résurrection
), le Par
t
i Social-démocra
t
e e
t
l’
Organisation de salut national
(SSN, sécessionnis
t
e), le
mo
uv
emen
t
le pl
u
s p
u
issan
t
es
t
le Fron
t
pop
u
laire d’A
z
erbaïdjan
(FPA), congloméra
t
d’
u
ne grande di
v
ersi
t
é d’idées poli
t
iq
u
es mais
en général de
t
endance cen
t
re-droi
t
. Parmi les demandes d
u
programme d
u
FPA fig
u
re la démocra
t
isa
t
ion de la socié
t
é e
t
la fin
d
u
con
t
rôle de Mosco
u
s
u
r l’arène poli
t
iq
u
e en A
z
erbaïdjan à
t
ra
v
ers des élec
t
ions direc
t
es e
t
m
u
l
t
ipar
t
is
t
es d
u
parlemen
t
local, la
fin de li
v
raisons obliga
t
oire de ma
t
ières premières e
t
de prod
u
i
t
s
agricoles e
t
ind
u
s
t
riels
v
ers le res
t
e de l’Union so
v

t
iq
u
e, la
pri
v
a
t
isa
t
ion des
t
erres, e
t
des mes
u
res afin de pro
t
éger e
t
de sa
uv
er
ce q
u
i res
t
e de l’en
v
ironnemen
t
. Pl
u
s
t
ard, s’
y
ajo
ut
e la s
u
ppression
d
u
s
t
a
tut
a
ut
onome d
u
Ha
ut
-Karabagh.
Afin de so
u
ligner ses e
x
igences, le FPA organise des grè
v
es e
t
es
t
acc
u
sé pl
u
s
t
ard, d’a
v
oir é
t
é derrière le sabo
t
age de la
circ
u
la
t
ion des biens e
t
des personnes
v
ers l’Arménie, en con
t
re-

14

mes
u
re a
u
« bloc
u
s » imposé à l’encla
v
e d
u
Nakhi
t
che
v
an par
l’Arménie. En
t
re-
t
emps, la si
tu
a
t
ion dans le Ha
ut
-Karabagh e
t
ses
en
v
irons se dé
t
ériore gra
v
emen
t
. Des accrochages, des opéra
t
ions
« d’ép
u
ra
t
ion e
t
hniq
u
e » de
v
illages s’in
t
ensifien
t
de par
t
e
t
d’a
ut
re. Le sang co
u
le fréq
u
emmen
t
.
A par
t
ir de 1989, des organisa
t
ions
t
erroris
t
es arméniennes, déjà
t
ris
t
emen
t
célèbres a
u
Liban, en E
u
rope e
t
en Amériq
u
e, se
concen
t
ren
t
s
u
r l’A
z
erbaïdjan. Ainsi, le
27
mai 1989,
u
ne
Arménienne nommée « Var
t
o
u
che », pros
t
i
tu
ée bien conn
u
e q
u
i
fréq
u
en
t
ai
t
les passagers d
u t
rain en
t
re Bako
u
e
t
Ere
v
an, es
t
arrê
t
ée
a
v
ec
u
ne bombe dans son sac. Pendan
t
son procès, elle ré
v
éle
q
u
’elle a
v
ai
t
« reç
u
la consigne » de placer le mécanisme dans
u
ne
v
oi
tu
re e
t
de q
u
i
tt
er le
t
rain dans le Zang
u
é
z
o
u
r. Le donne
u
r
d'ordre serai
t u
ne organisa
t
ion nommée « Armée sécrè
t
e
arménienne » (ASA) de carac
t
ère ré
v
ol
ut
ionnaire ga
u
chis
t
e, don
t
les chefs s’appelaien
t
Téroïan e
t
Sos Eloïan, e
t
q
u
’elle présen
t
e
comme
u
ne rés
u
rgence de l’organisa
t
ion ASALA q
u
i, di
x
ans pl
u
s
t
ô
t
, a
v
ai
t
semé la
t
erre
u
r dans la q
u
asi
t
o
t
ali
t
é d
u
monde
y
compris
l’aéropor
t
d’Orl
y
e
t
les Champs-Él
y
sées.
Alors q
u
e l’ASA po
u
rs
u
i
t
ses ac
t
ions,
u
ne a
ut
re organisa
t
ion
v
oi
t
le jo
u
r en 1989. Il s’agi
t
de « Vrêj» (
v
engeance) marq
u
ée à
l’e
xt
rême droi
t
e e
t
proche d
u
Dachnak. L’a
tt
en
t
a
t
q
u
i fai
t
5 mor
t
s
e
t 27
blessés dans l’a
ut
ob
u
s Tbilissi-Bako
u
, le 1
6
sep
t
embre 1989
es
t
considéré comme son premier ac
t
e de présence. De
ux
des
malfai
t
e
u
rs, appelés A
v
anésian e
t
Ta
t
é
v
oso
v
, son
t
cap
tu
rés
q
u
elq
u
es mois pl
u
s
t
ard
t
andis q
u
’ils préparen
t u
n no
uv
el a
tt
en
t
a
t
à
Gandja. Ils son
t
condamnés respec
t
i
v
emen
t
à
20
e
t
15 ans de

t
en
t
ion. « Vrêj » es
t
égalemen
t t
en
u
e po
u
r responsable de
l’a
tt
en
t
a
t
manq
u
é d
u 26
mars 199
0
lorsq
u

u
ne bombe de
6
kilo
t
onnes es
t
déco
uv
er
t
e so
u
s le
t
rain Bako
u
-Ka
z
imahome
t
, e
t
de
cel
u
i, ré
u
ssi, d
u
1
0
ao
ût
199
0
, don
t
l’e
x
plosion dé
t
r
u
i
t
l’a
ut
ob
u
s
Tbilissi-Agdam, faisan
t
1
7
mor
t
s, le res
t
e des passagers é
t
an
t
blessés. C’es
t
encore le cas des bombes d
u 30
a
v
ril e
t
d
u 3
1 j
u
ille
t
1991 dans le
t
rain Mosco
u
-Bako
u
, q
u
i fai
t
pl
u
sie
u
rs di
z
aines de
mor
t
s e
t
de blessés gra
v
es.
Ce mo
uv
emen
t t
erroris
t
e a
u
rai
t
é
t
é fondé par
u
n dissiden
t
u
l
t
rana
t
ionalis
t
e conn
u
so
u
s le nom de Graïl Maro
u
khian q
u
i,
dep
u
is son e
x
p
u
lsion d’Arménie, réside en Grèce. A par
t
d’a
ut
res

15

filières menan
t
à des bases s
u
r
t
erri
t
oires grec, libanais e
t
s
y
rien,
« Vrêj» a cons
t
i
tu
é,
v
ers la fin des années 8
0
, pl
u
sie
u
rs cell
u
les en
R
u
ssie, no
t
ammen
t
à Ros
t
o
v
, o
ù
ses ac
t
i
v
is
t
es assassinen
t
, le
2
a
v
ril 199
2
, le colonel Vik
t
or Nikolae
v
i
t
ch Blokho
t
ine, chef des FIS
(Forces de séc
u
ri
t
é in
t
érie
u
re) de l’URSS po
u
r la Transca
u
casie.
S
u
r place, l’escalade ne
t
arde pas. Le 1
2
jan
v
ier 199
0
,
u
n
hélicop
t
ère mili
t
aire a
tt
erri
t
près de Khanlar, a
u
nord-o
u
es
t
d
u
Ha
ut
-Karabagh. Des miliciens armés en descenden
t
, e
t
mi
t
raillen
t
u
n
v
illage, faisan
t u
ne do
uz
aine de mor
t
s e
t
pl
u
sie
u
rs di
z
aines de
blessés a
v
an
t
de se re
t
irer. Le même jo
u
r, des cadres de la branche
locale d
u
FPA a
tt
aq
u
en
t
le siège d
u
par
t
i à Lenkoran, dans le s
u
d-
es
t
d
u
pa
y
s s
u
r la Caspienne, e
t
celle d
u
q
u
o
t
idien officiel local. Le
personnel es
t
chassé, e
t u
n soi-disan
t
« comi
t
é de défense
t
emporaire »
y
ass
u
me
t
o
ut
es les fonc
t
ions p
u
bliq
u
es.
Le lendemain, des
t
ro
u
bles in
t
ere
t
hniq
u
es reprennen
t
à Bako
u
,
faisan
t
pl
u
s de
60
mor
t
s, don
t u
ne moi
t
ié d’Arméniens. Malgré
l’insis
t
ance d
u
FPA, le go
uv
ernemen
t
res
t
e iner
t
e e
t
la police ne se
mon
t
re pas.
Le 14 jan
v
ier,
t
andis q
u
e les massacres con
t
in
u
en
t
, E
v
g
u
en
y
Primako
v
, présiden
t
d
u
So
v
ie
t
s
u
prême de l’URSS, arri
v
e à Bako
u
,
e
t
annonce l’en
v
oi de Mosco
u
de 11
000
hommes de
t
ro
u
pes q
u
i se
doi
v
en
t
concen
t
rer dans les
z
ones de confli
t
, afin de ré
t
ablir l’ordre
en A
z
erbaïdjan e
t
en Arménie.
A par
t
ir d
u
1
6
jan
v
ier, so
u
s la cond
u
i
t
e des cadres d
u
FPA, des
manifes
t
a
t
ions e
t
des grè
v
es écla
t
en
t
e
t
des barricades son
t
érigées
à Bako
u
e
t
dans ses en
v
irons. Le 19 jan
v
ier (coïncidence ?)
l’Arménie ferme la ro
ut
e e
t
le chemin de fer
v
ers le Nakhi
t
che
v
an.
Des accrochages écla
t
en
t
de par
t
e
t
d’a
ut
re de la fron
t
ière e
t
dans le
nord d
u
Ha
ut
-Karabagh, pro
v
oq
u
an
t u
n grand nombre de mor
t
s e
t
de blessés. Le soir d
u
même jo
u
r, à Bako
u
, E
t
ibar Mamédo
v
,
dirigean
t
d
u
FPA, de
v
rai
t
parler à la
t
élé
v
ision, après les derniers
po
u
rparlers a
v
ec le go
uv
ernemen
t
local. Vers le co
u
cher d
u
soleil,
des élémen
t
s d
u
KGB fon
t
sa
ut
er la cen
t
rale élec
t
riq
u
e, plongean
t
le cen
t
re-
v
ille en
t
ier dans l’obsc
u
ri
t
é.
Le lendemain, pe
u
après min
u
i
t
, so
u
s la cond
u
i
t
e d
u
« commandan
t
de Bako
u
», le général V.S. Do
u
biniak, l’héca-
t
ombe commence. Les chars arri
v
en
t
dans la banlie
u
e de la

1
6

capi
t
ale,
t
iran
t
sans discrimina
t
ion s
u
r des
v
oi
tu
res, des imme
u
bles
e
t
des gens dans la r
u
e. En
t
re 1 e
t 3
he
u
res, le siège d
u
FPA es
t
encerclé e
t
mis à fe
u
e
t
à sang. E
t
ibar Mammado
v
e
t
pl
u
sie
u
rs
a
ut
res chefs s’échappen
t
à Mosco
u
, o
ù
ils son
t
placés en dé
t
en
t
ion
dans la n
u
i
t
d
u 23

v
rier après a
v
oir donné
u
ne conférence de
presse po
u
r ré
v
éler le massacre de Bako
u
. M.Mammado
v
res
t
e en
prison j
u
sq
u
’en no
v
embre, es
t
« j
u
gé » po
u
r mobilisa
t
ion con
t
re
l’E
t
a
t
e
t t
en
t
a
t
i
v
e d’ins
u
rrec
t
ion, p
u
is « acq
u
i
tt
é ».
Q
u
an
t
à Bako
u
, après le massacre, la mascarade. So
u
s le
pré
t
e
xt
e d’a
v
oir d
û
« éliminer le hooliganisme e
t
l’in
t
égrisme
islamiq
u
e » en A
z
erbaïdjan, Mosco
u
« regre
tt
e » la mor
t
de
6
9
ci
v
ils e
t
de 14 mili
t
aires. Une commission d’in
v
es
t
iga
t
ion
« parapl
u
ie » é
t
abli
t
le nombre de mor
t
s à 1
32
don
t
1
2
mili
t
aires,
t
andis q
u
e le chef religie
ux
de Bako
u
, le cheikh O
u
leslam
Allahcho
u
ko
u
r Pacha
z
adé, affirme a
v
oir s
u
per
v
isé les f
u
nérailles
de 18
0 v
ic
t
imes ci
v
iles. En décembre 199
3
,
u
ne fosse comm
u
ne es
t
déco
uv
er
t
e près de Bako
u
a
v
ec pl
u
s de cen
t
corps,
t
o
u
s a
v
ec
u
ne
balle dans la
t
ê
t
e. On a concl
u
q
u
’il s’agi
t
de
v
ic
t
imes
d’enlè
v
emen
t
s e
t
d’e
x
éc
ut
ions sommaires par le KGB pendan
t
e
t
après l’in
t
er
v
en
t
ion so
v

t
iq
u
e.
Ce
tt
e répression de s
ty
le s
t
alinien pro
v
oq
u
e des ressen
t
imen
t
s
profonds
v
is-à-
v
is de la R
u
ssie e
t
de l’Union so
v

t
iq
u
e dans la
socié
t
é A
z
erbaïdjanaise. Ces ressen
t
imen
t
s n’on
t
cessé, dep
u
is lors,
de dominer les déba
t
s poli
t
iq
u
es, même après la ch
ut
e de l’empire
ro
u
ge. L’opinion s’es
t
égalemen
t
sen
t
ie h
u
miliée, po
u
r long
t
emps,
par la réac
t
ion de l’occiden
t
, no
t
ammen
t
celle d
u
présiden
t
américain George B
u
sh q
u
i e
x
prima sa « compréhension » po
u
r
son homolog
u
e r
u
sse q
u
an
t
à la « nécessi
t
é de main
t
enir l’ordre ».
On doi
t
cons
t
a
t
er q
u
e,
t
o
ut
en
v
ersan
t
des larmes de crocodile po
u
r
les Pa
y
s bal
t
es, le monde préféra ignorer la Transca
u
casie. To
ut
comme a
u
para
v
an
t
– e
t t
o
ut
comme par la s
u
i
t
e.
A
u
lendemain d
u
massacre de Bako
u
, le secré
t
aire-général d
u
par
t
i en A
z
erbaïdjan, M. Kh. Vé
z
iro
v
es
t
remplacé par
u
n no
uv
ea
u
chef, A
y
a
z
Mo
ut
alibo
v
, main
t
enan
t
chef de l’encla
v
e a
ut
onome d
u
Nakhi
t
che
v
an, élè
v
e fidèle de l’ancien homme a
u
po
uv
oir He
y
dar
Ali
y
e
v
. Il se mon
t
re po
u
r
t
an
t
concilian
t
dans
u
n premier
t
emps
v
is-
à-
v
is d
u
FPA, bien q
u
’il
t
arde à ob
t
enir la libéra
t
ion des dé
t
en
u
s. Il
réclame, de
v
an
t u
n parlemen
t
méfian
t
e
t
récalci
t
ran
t
, la re
t
rai
t
e de

1
7

t
o
ut
es les
t
ro
u
pes r
u
sses d’A
z
erbaïdjan, à l’e
x
cep
t
ion d
u
Ha
ut
-
Karabagh.
Le message de M. Mo
ut
alibo
v
es
t
mal en
t
end
u
. Le
20
jan
v
ier,
le parlemen
t
accep
t
e
u
ne résol
ut
ion dénonçan
t
l’« agression con
t
re
la so
uv
eraine
t
é d
u
pe
u
ple a
z
éri ». Le même jo
u
r, le Nakhi
t
che
v
an
se déclare « rép
u
bliq
u
e indépendan
t
e » e
t
en
v
oie
u
n appel a
ux
Na
t
ions
u
nies po
u
r sa reconnaissance. A
u
lie
u
d’ê
t
re réc
u
sé, le
ges
t
e nakh
t
chi
v
anais es
t
appla
u
di
u
n pe
u
par
t
o
ut
en A
z
erbaïdjan,
no
t
ammen
t
à Gandja. Il n’empêche q
u
e des
t
ro
u
pes so
v

t
iq
u
es
son
t
en
v
o
y
ées a
u
Nakhi
t
che
v
an e
t
, so
u
s la menace d’
u
n no
uv
ea
u
massacre encore pl
u
s
t
errible, la « rép
u
bliq
u
e » se disso
ut
a
u
bo
ut
de h
u
i
t
jo
u
rs.
Vers la fin d
u
mois de mai, des élec
t
ions (s
ty
le so
v

t
iq
u
e) on
t
lie
u
dans
t
o
ut
es les rép
u
bliq
u
es so
v

t
iq
u
es. Candida
t u
niq
u
e, M.
Mo
ut
alibo
v
es
t
él
u
premier secré
t
aire d
u
par
t
i e
t
chef d’é
t
a
t
en
A
z
erbaïdjan. L’arri
v
ée a
u
po
uv
oir de M. Mo
ut
alibo
v
ne change
rien a
u
confli
t
s
u
r le Ha
ut
-Karabagh. En
t
re le 1
7
e
t
le
2
5 ao
ût
, des
u
ni
t
és armées arméniennes, no
t
ammen
t
les brigades « Da
v
id
Sasso
u
nsk
y
» e
t
« Tigran le Grand» a
tt
aq
u
en
t
la
z
one fron
t
alière d
u
Ka
z
akh en A
z
erbaïdjan - o
u
es
t
e
t y
occ
u
pen
t
h
u
i
t v
illages. Bien
q
u
e l’a
tt
aq
u
e soi
t
finalemen
t
bloq
u
ée par l’in
t
er
v
en
t
ion de
t
ro
u
pes
so
v

t
iq
u
es, les comba
t
s con
t
in
u
en
t
e
t
s’é
t
enden
t t
o
ut
a
u
long de la
fron
t
ière, c
u
lminan
t
le
2
9 no
v
embre par la ba
t
aille po
u
r le con
t
rôle
d
u v
illage de Mar
t
o
u
nachen près de Khanlar, en
t
re des
u
ni
t
és
arméniennes d’
u
n cô
t
é e
t
des
t
ro
u
pes a
z
éries e
t
so
v

t
iq
u
es de
l’a
ut
re, faisan
t
h
u
i
t
mor
t
s e
t
des di
z
aines de blessés.

C’es
t
ainsi q
u
’a
u
prin
t
emps 1991, po
u
r la première fois, la
g
u
erre acq
u
ier
t
l’ample
u
r d’
u
n confli
t
in
t
égralemen
t
mili
t
aire, a
v
ec
l’offensi
v
e a
z
éri-so
v

t
iq
u
e con
t
re les
v
illages de Tchaïken
t
, de
Karabo
u
lag e
t u
ne
v
ing
t
aine d’a
ut
res, placés man
u
mili
t
ari so
u
s
con
t
rôle. Après
t
rois semaines de comba
t
s, les Arméniens doi
v
en
t
se re
t
irer. Or, c’es
t
alors q
u
e l’Arménie s’engage direc
t
emen
t
dans
la ba
t
aille, en bombardan
t
Cho
u
cha, le
23
a
v
ril, à l’ar
t
illerie lo
u
rde.
La ch
ut
e de l’Union so
v

t
iq
u
e, en ao
ût
1991, me
t
fin a
u
s
u
ppor
t
mili
t
aire de l’URSS à l’A
z
erbaïdjan. Le
30
ao
ût
, le So
v
ie
t
s
u
prême d’A
z
erbaïdjan proclame l’indépendance, s
u
i
v
i, le
3

18

sep
t
embre, par le Ha
ut
-Karabagh a
u
q
u
el le dis
t
ric
t
de
« Chao
u
mian » (G
u
éranboï) se ra
tt
ache. Le no
uv
ea
u
go
uv
ernemen
t
r
u
sse ne cache g
u
ère son so
ut
ien à l’Arménie. Fin sep
t
embre,
u
ne
t
en
t
a
t
i
v
e de média
t
ion menée par les présiden
t
s Boris El
t
sine e
t
No
u
rso
u
l
t
an Na
z
arbaïe
v
(Ka
z
akhs
t
an) écho
u
e. En oc
t
obre, les
Arméniens passen
t
à la con
t
re-offensi
v
e. Un par
u
n, les
v
illages
a
z
éris a
u
Karabagh son
t
a
tt
aq
u
és, saccagés e
t
br
û
lés, la pop
u
la
t
ion
massacrée e
t
chassée. A
v
an
t
la fin de l’année, la campagne d
u
Ha
ut
-Karabagh a
u
rai
t
é
t
é
v
idée de
t
o
u
s ses habi
t
an
t
s a
z
éris.
Doréna
v
an
t
, ce serai
t
la g
u
erre - la
v
raie.

19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.