Hommage au journaliste Norbert Zongo

De
Publié par

En décembre 1998, suite à l'assassinat du journaliste Norbert Zongo, l'auteur manifeste au sein du Collectif contre l'Impunité pour demander justice. A la marche de protestation du 8 avril 2000, il est arrêté, écroué puis sauvagement rasé. Libéré, il écrit un article dans "L'Indépendant" sur les conditions de sa détention. Il sollicite une mise en disponibilité que le Ministère de l'Enseignement lui refuse. Il démissionne de toutes ses fonctions. En même temps qu'un hommage envers un journaliste refusant toute compromission, cet ouvrage est un cri de révolte d'un Burkinabé profondément meurtri, attaché à son pays et à la démocratie.
Publié le : lundi 1 septembre 2003
Lecture(s) : 260
EAN13 : 9782296333239
Nombre de pages : 64
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Hommage au journaliste Norbert Zongo
Un homme face à son destin

ou
La parabole du lion

(Ç)L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-5022-2

Loro Mazono D

Hommage au journaliste Norbert Zongo
Un homme face à son destin

ou
La parabole du lion

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 I0214 Torino ITALIE

Mes remerciements à tous ceux qui m'ont apporté leurs conseils et leur aide, en particulier à Messieurs G. Ailloud, J. Montanari, D. Mourgues et L. Somé.

Préface
Un homme, un militant des droits humains Norbert Zongo !

Dès lors que je m'emploie à parler de lui, le piège du panégyrique me guette. Mais comment en être à l'abri face à ce mythe vivant, au Père du Réveil Burkinabé? Je tenterai de l'éviter, difficilement sans doute, quand on sait qu'il est allé jusqu'au sacrifice de sa vie pour défendre une si noble cause. Pratiquant un journalisme d'un réalisme pertinent, il ne pouvait se voiler les yeux devant les miasmes de son temps, en particulier devant ceux de son pays. Il était à l'avant-garde du combat émancipateur. Il avait indéniablement fait sienne cette réflexion de Victor Hugo: "Aimer, c'est agir." Au sommet du pouvoir, son acharnement à l'action gênait les intérêts des "hommes-dieux" . Ces derniers détestaient ce journaliste fouineur et investigateur. Dans un pays où les dirigeants n'ont pas l'intelligence de surpasser les préjugés, l'indépendance d'esprit à laquelle Norbert Zongo était attaché, demeurait un crime de lèse-majesté. Norbert Zongo n'espérait et ne souhaitait aucune faveur de ces "hommes-dieux", simplement le respect, le droit immuable et sacré à la vie, à la pleine réalisation de soi. Malheureusement, les riches enseignements de la "République" de Platon manquent crucialement à notre chère République! Aujourd'hui nous parlons douloureusement de Norbert Zongo et

de ses trois compagnons en conjuguant les verbes au passé. Les "S.A." et les "S.S." de la garde présidentielle lui ont imposé un triste destin. Le plus ignoble drame de l'ère démocratique de notre pays! Seule une action judiciaire juste pourrait être une solution expiatoire pour une Rédemption. Malheureusement la justice suit la direction du vent du pouvoir, et non de celui des justiciables. Que le président Blaise Compaoré et sa République méditent cet adage: Le temps est ce qu'il y a de plus sage. Tout gouvernant qui faillit à sa mission doit craindre le temps qui passe!

Loro Mazono D.

8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.