//img.uscri.be/pth/3da5a4bd2ddd50c394249df1a15246c4ba91cad7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Itinéraire d'un élu socialiste en Sarkozie

De
162 pages
Guy Janvier est élu conseiller général des Hauts-de-Seine en mars 2004 lorsque Nicolas Sarkozy en devient président. S'il prétend vouloir faire de ce département le laboratoire de ses idées, N. Sarkozy comprend vite l'intérêt qu'il a de ne rien changer au "système" mis en place par Charles Pasqua. Haut fonctionnaire de l'Etat et titulaire de différents mandats locaux, l'auteur avance des propositions concrètes dans les domaines du logement, de l'éducation, de la famille, des drogues...
Voir plus Voir moins
It
i
néra
ire d
u
n élu socia
l
iste en sa
rkoz
ie
Guy JANVIER
Itinéraire d’un élu socialiste en sarkozie
Préface de Jacques Rozenblum Avant-propos de Robert Badinter
L’Harmattan
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96825-7 EAN : 9782296968257
À mes parents
Préface
De l’éthique en politique Le 18 février 2012, le président allemand a démissionné. Les médias l accusaient d’avoir profité de sa précédente position à la tête d’une région pour bénéficier d’avantages financiers (un prêt occulte et des vacances aux frais de gros entrepreneurs). On s’est immédiatement posé la question de savoir si en France cela se serait passé de la même manière. Le simple fait de poser cette question, c’est déjà y répondre, tant la multiplication des « affaires » a empoisonné l’atmosphère politique hexagonale. De multiples indicateurs le montrent : les Français sont fâchés avec leurs représentants politiques. Et lorsqu’une occasion de se réconcilier se présente, ces derniers s’ingénient à la rater. Le 14 novembre 2011, au milieu de la plus grave crise économique que nous ayons connue depuis des décennies, les députés français - à l’instar de leurs homologues grecs - ont refusé de baisser leur salaire, majorité et opposition confondues. Le livre de Guy Janvier, emprunte le chemin inverse : il nous réconcilie avec la politique. D’abord parce que son auteur est enraciné dans des convictions fortes, ensuite parce qu’il exerce ses talents à l’échelon local, là où la politique prend corps dans la vie des gens, enfin parce que Guy Janvier s’impose une exigence d’exemplarité dans un environnement où la vergogne a disparu.
9
Alors, on en apprend de belles dans ce témoignage sur les chausses trappes et autres coups fourrés de la politique politicienne. Mais on y apprend également beaucoup d’autres choses. On découvre en quoi consiste le travail d’un maire ou d’un conseiller général au quotidien. On comprend pourquoi Nicolas Sarkozy n’a jamais évoqué son action et encore moins son bilan à la tête du département des Hauts-de-Seine, de 2004 à 2007. Et puis on apprend enfin tout ce qu’on a toujours voulu savoir sur la LOLF ou la RGPP, sur l’économie sociale ou le service public, sans jamais avoir osé le demander…, et c’est passionnant. Mais qu’est-ce qui rassemble tous ces sujets qui peuvent paraitre disparates? Eh bien, c’est un parcours, un cheminement politique, celui de l’auteur de cet itinéraire en Sarkozie. Pourquoi se lance-t-on en politique ? C’est fait de quoi une carrière politique ? Toute sa vie, Guy Janvier a répondu à sa manière à ces questions. Une manière « différente » comme on dit pudiquement de quelqu’un qui se conduit bizarrement. Différente parce que très éloignée de l’image de cynisme, d’hypocrisie et d’égoïsme qui se dégage du monde politique. Pour lui, c’est une vocation faite de passion et de générosité. Guy Janvier a cinq enfants et beaux-enfants et sept petits-enfants. Non content de cultiver l’art d’être mari, père et grand-père, il a encore fallu qu’il soit maire et conseiller général tout en menant parallèlement une carrière de haut fonctionnaire dans différentes administrations liées aux questions sociales. Une famille nombreuse ne lui suffisait donc pas, elle était encore trop petite. Il fallait étendre cette famille à toute une agglomération pour y insuffler l’esprit de communauté. Guy est un fusionnel, un syndicaliste de la politique. Il défend les « petites gens ». C’est d’eux qu’il se sent solidaire. D’ailleurs la solidarité est l’un de ses maitres mots : c’est un homme du « tous ensemble ». Il faut lire ses témoignages sur
10