John Kenneth Galbraith

De
Publié par

J. K. Galbraith, économiste de renom, né en 1908, est autant connu pour la richesse de ses écrits que pour ses engagements politiques. Son oeuvre éclaire le monde ardu des affaires : le rôle des groupes de pression dans le capitalisme démocratique, la manipulation du consommateur par le marketing et la publicité, les travers de l'esprit communautariste dans les pays en développement... Le retour à Galbraith nous aide à comprendre aujourd'hui la puissance des États et la paupérisation, la remise en cause des services publics, les allers-retours réguliers entre euphorie financière et conflits militaires...
Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 560
EAN13 : 9782296424302
Nombre de pages : 266
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattan! @wanadoo.fr @ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9793-8 EAN:9782747597937

INNOVATIONS
Cahiers d'économie de l'innovation N°23
John Kenneth Galbraith L'ère de J'opulence et le libéralisme
&vuefondée

en 1995

Ce numéro a bénéficié du concours

du ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, du Centre National de la Recherche Scientifique et du Groupe IGS
INNOVAL
21, Quai de la Citadelle 59140 Dunkerque, France L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie Espace L'Hannattan Kinshasa Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Adm ; BP243, KIN XI
Université de Kinshasa

L'Hannattan

ItaIia 15

L'Hannattan

Burkina

Faso

Konyvesboh Kossnth L. u. 14-16 1053 Budapest

Via DegliAnisti, 10124 Torino

1200 logements villa 96

-

RDC

ITALlE

12B226O Ouagadougou12

Comité Scientifique

et Éditorial J-L. GAFFARD Université de Nice J.K. GALBRAITH Université du Texas (Etats-Unis) J. GHARBI Université du Littoral A GUICHAOUA Université de Paris I G. HARCOURT Université de Cambridge (Royaume-Uni) B. LAPERCHE Université du Littoral J-F. LEMETTRE Université de Versailles G. LIODAKIS Université Technologique de Crète (Grèce) J. LO]KINE EHESS-CNRS B.A. LUNDV ALL Université d'Aalborg (Danemark) B. MADEUF Université de Paris X F-R. MAHIEU Université de Versailles M. MARCHESNAY Université de Montpellier I B. MARlS Université Paris VIII

P. ARESTIS Université de Cambridge (Royaume-T)ni) D. AKAGUL Université de Lille I e. AZAIS Université de Picardie R. BORRELLY Université de Grenoble II S. BOUTILLIER Université du Littoral L.e. BRESSER PEREIRA Getulio Vargas Foundation (Brésil) S. DE BRUN HOFF CNRS G. CAIRE Université de Paris X F. CHESNAIS Université de Paris XIII AL. COT Université de Lille I G. DE BERNIS Université de Grenoble II R. DI RUZZA Université de Provence A D]EFLAT Université de Lille I J. FONTANEL Université de Grenoble II D. FORAY Université de Paris IX J. GADREY
Université de Lille I

J. MOLAS

GALLART Université du Sussex (Royaume-Uni) e. MOULOUNGUI Université du Littoral e. PALLOIX Université de Picardie P PETIT CEPREMAP-CNRS J. PETRAS U.niversité de Binghamton (Etats-Unis) M. RICHEV AUX Université du Littoral Y. RIZOPOULOS Université de Picardie P. ROLLET Université de Lille I ]-J. SALOMON CNAt\f (paris)

D. SCHOR
Université de Lille II e. SERF ATI Université de Versailles D. UZUNIDIS Université du Littoral e. V AÏTSOS Université d'Athènes (Grèce) M.VERRET Université de Nantes P. VRAIN Centre d'Études de l'Emploi

Administration
Sophie BOUTlil.IER (publication), landine LAPERCHE(relations),Dimitri UZUNIDlS B (rédaction),Anne-Marie GORlSSE et Jean-Claude RAIBAUT(international) Laboratoire de Recherche sur l'Industrie et l'Innovation Université du Littoral-Côte d'Opale 21, quai de la Citadelle 59140 DUNKERQUE téléphone: 03.28.23.71.34/47 - email: labrii@univ-littoral.fr URL: <http://www.editions-harmattan.fr/lnnova.html> <http://www-heb.univ-littoral.fr/rÜ > Les manuscrits doivent être envoyés en trois exemplaires au responsable de la publication: Sophie BOUTILLIER 17, rue Camille Dramart 93350 LE BOURGET
Prochains numéros: n024, Développement et croissance n025, Savoir et production n026 Développement durable

LABORATOIRE UnI

HII

~du Li..nI

SOMMAIRE

ÉDITORIAL
Marlyse POUCHOL : La pensée de l'économie chez Galbraith Michel MARCHESNAY : Galbraith: d'un institutionnalisme à l'autre? Quelques propos sur Les
Mensonges de l'Economie

7

POST SCRIPTUM
Ric~a~d PARKER: L'origine des Idees de Galbraith 235

9

Bibliog;raphie de John Kenneth Galbratth. Ouvrages traduits en langue fratlçaise Livres sur J.K. Galbraith: une sélection J.K. Galbraith: paroles d'économistes

242 243 245 247

31

Pascal PETIT: D'un capitalisme managérial. .. à l'autre Encadré Bertrand de LARGENTAYE: Réflexions sur la recherche du plein emploi en Europe Laurent Le profit la recette gouverné CORDONNIER: SatlSl'accumulation: du capitalisme par la finance

49

Collection . « L'Esprit econoffilque» ' Sophi~ BOUTILLIER (éd.),
T ravml et entrepme. Règles libérales )) et ((global management

70

Benoit BORRlTS
Vers la démocratie é;onomique

79

Catherine POZZO DI BORGO (éd.),
Vues de l'Europe d'en bas. Chomage et résistances

Eric Thosun MANDRARA : Ec.ono~e ~tdéveloppement. SUjets eplstemologiques de John Kenneth Galbraith Rémy VOLPI: L'attitude clef de voûte de la sortie du so~sdéveloppement Pierre LE MASNE : Le rôle des services publics pour Galbraith Michel A. BAILLY: N éolibéralisme et militarisme datls l'analyse économique et dans la pensée galbraithienne Jacques FONTANEL, Fanny.CO,ULOMB :J.K. Galbratth, economiste de la paIX

109

Jacques ABEN, Moustapha ADIB (éd.),
Exporter la décentralisation à la

française 141 Rudy AERNOUDT,
Pour que l'Europe vive! Eloge du (non) travail

173

Maria G. VITALI-VOLANT , CesareBeccaria(1738-1794).
Cours et discours d'économie

politique 193 Jacques BERNARD,
Le XXlème siècleest-il le dernier?

Matluela DE SOUSA 217
La terre de France est-elk rentable?
AnalYse financière des actifs agricoles

jace à l'immobilier et à la Bourse

Alioune BA, L'aventure de l'entrepreneur en Afrique. Chronique sénégalaise Blandine LAPERCHE (éd.), L'entreprise innovante et le marché. Lire Galbraith

- Colloque international « La Russie européenne. Perspectives économiques sociales»

et

BULLETIN D'ABONNEMENT RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS 259

263 264

APPELS A COMMUNICATIONS - Forum L'Esprit de J'innovation II / Colloque international « Connaissance ou finance? L'innovation»

6

,

Editorial
John Kenneth Galbraith et l'esprit de l'innovationl

Comme Schumpeter nous l'a enseigné, l'innovation, au sens large, est le moteur du capitalisme. Dans une entreprise, innover signifie réaliser une nouvelle combinaison de facteurs de production et commercialiser ses résultats. Dans la discipline économique, innover signifie tracer une nouvelle voie d'étude et de compréhension des faits économiques. L'œuvre de John Kenneth Galbraith est sans conteste « innovante» car elle éclaire par plusieurs angles le monde ardu de la réalité des affaires. John Kenneth Galbraith se réfère souvent dans ses écrits à la définition de l'économie donnée par Alfred Marshall: l'étude de l'homme dans la conduite de sa vie quotidienne. Une telle approche implique le recours à l'histoire pour mieux comprendre les faits économiques. L'économie apparaît comme un système incluant les nombreux champs aujourd'hui considérés comme les divisions et subdivisions normales de la discipline. Cette approche « holiste» ou plutôt « ouverte» ne peut être contenue dans un étroit courant de pensée. Les influences sont bien sûr importantes. Dans le cas de Galbraith, l'influence de la théorie keynésienne est primordiale. Mais la tradition progressiste de sa famille et l'enseignement de ses professeurs dans l'Amérique des années 1920-30 ont nourri sa pensée politique et socio-historique. La théorie de la grande entreprise, développée dans Le Nouvel Etat Industriel (1967)2 est, pour beaucoup d'économistes, la contribution majeure de Galbraith. Son analyse a remis en cause la théorie néoclassique du consommateur roi et montré la dépendance entre consommation et production. Au centre de la théorie de la grande entreprise se trouve l'analyse du pouvoir. Celle-ci est double: elle inclut d'une part le pouvoir exercé par la firme sur les prix, sur le comportement du consommateur et sur la définition des politiques publiques et d'autre part, la répartition du pouvoir dans l'entreprise entre les
1 Ce numéro d'Innovations reprend un ensemble de textes issus des débats du premier Forum l'Esprit de l'Innovation. Colloque international John Kenneth Galbraith, Paris, 22 au 25 septembre 2004, organisé par le laboratoire de recherche sur l'Industrie et l'Innovation (Lab.RII) de l'Université du Littoral et le roupe Institut de Gestion Sociale (IGS). Le nouvel état industriel,Tel, Gallimard, Paris (éd. 1989).

actionnaires et les managers. Dans le capitalisme contemporain, le pouvoir appartient à la technostructure, nouveau facteur de production imposé par la technologie moderne et la planification. Cette idée est aujourd'hui fortement débattue. Pour certains économistes, la gestion des entreprises est soumise à la loi des actionnaires. Pour d'autres, la technologie moderne suppose toujours la décision collective. Ce nouveau pouvoir des actionnaires ne serait qu'une illusion, une mascarade ou encore une « fraude innocente ». Dans son dernier ouvrage, L'économie du mensonge (2004) l, J.K. Galbraith remet au goût du jour la notion d'idée conventionnelle qu'il développa dans L'ère de l'opulence (1957)2. Ces idées, qui sont bien acceptées, enseignées aux étudiants et répétées par les média - bien qu'étant très éloignées de la réalité - deviennent des « fraudes innocentes» lorsqu'elles sont utilisées pour façonner la réalité économique. L'idée conventionnelle selon laquelle les actionnaires ont le pouvoir de décision dans l'entreprise devient une fraude innocente lorsque tous (médias, politiques, experts) continuent à clamer ce pouvoir en dépit des montagnes de stock options que les managers s'auto-octroient... et en dépit des scandales comptables et financiers. La liste des fraudes innocentes est aujourd'hui très longue... Pourquoi devrions-nous relire Galbraith? Dans l'économie mondiale d'aujourd'hui, comment cette approche institutionnaliste peut-elle nous aider à améliorer notre compréhension de la réalité économique et à prendre de bonnes décisions? Relire Galbraith pour comprendre la puissance des Etats et la paupérisation. .. la persistance du sous-développement... mais aussi la remise en cause des services publics... les allers-retours réguliers entre euphorie financière et conflits militaires... « Les problèmes économiques et sociaux évoqués ici, tout comme la pauvreté de masse et la famine, peuvent être réglés par la réflexion et l'action. Ils l'ont déjà été. La guerre reste l'échec humain décisif »3.

1 The Economics of Innocent Fraud, Penguin. En français: Vérité pour notre temps, Grasset, Paris, 2004. 2 L'ère de !opulence, Calmann-Lévy (éd. 1994). 3 Les mensonges de !économie, op. cit., p.87.

Les mensonges de !économie :

8

Innovations. Cahiers d'économie de l'innovation n023, 2006-1, pp.9-29.

La pensée

de l'économie

chez Galbraith
Marlyse POUCHOV OMI/Hermès Université de Reims

Résumé / Abstract
Galbraith décrit une sorte de processus d'excroissance de l'économie se réalisant par l'intermédiaire des grandes entreprises qui réussissent de plus ep plus à imposer leurs valeurs à l'ensemble de la société, aux individus comme à l'Etat. Il dénonce une « science économique officielle» qui ne prend pas la mesure du changement introduit par ces « organisations» en persistant à croire qu'elles sont soumises au règne du consommateur de la même manière que les petites entreprises patronales d'hier et d'aujourd'hui. Pour autant, la source et la nature du pouvoir exercé par les grandes entreprises ne correspondent pas à celles qui peuvent ètre envisagées dans le cadre d'une analyse marxiste. La résistance à l'emprise des fmnes suppose de prendre conscience que leur pouvoir est fondé sur le conditionnement des individus et que celui-ci est d'autant plus effectif qu'il y a, par ailleurs, disparition d'une réflexion authentique. L'excroissance de l'économie concomitante d'une dépréciation de l'activité de penser qui caractérisent la nouveauté décrite par Galbraith est à rapprocher de la « Condition de l'homme moderne» analysée par Hannah Arendt.

Thinking

about the economy according to Galbraith

Galbraith describes a kind of outgrowth of the economy taking place through the large corporations, which managed to impose their values on the whole society and on both individuals and the State. He denounces an "official economic science" which does not appreciate the real change introduced by these "organisations" while it continues to believe that they are subordinated to the sovereign consumer, as used to be - and still is - the case with the small ownermanaged companies. However, the source and the nature of the power wielded by large companies do not correspond to those envisaged in the Marxist approach. To resist to the grip of large companies one needs to acknowledge that their power is based on the conditioning of individuals, which is more effec-tive when authentic thinking is dead. The outgrowth of the economy together with the depreciation of the thinking activity, which characterise the novelty described by Galbraith can be compared to "The Human Condition" in the modem world as analysed by Hannah Arendt.

JEL B300

1 marlyse.pouchol@univ-reims.fr

John Kenneth Galbraith est né au Canada en 1908, mais il étudiera l'économie aux Etats-Unis, plus précisément l'économie agricole à l'Université de Berkeley en Californie. Après avoir obtenu son doctorat en 1934, puis avoir été chargé d'une mission de contrôle des prix pendant la seconde guerre mondiale, Galbraith mènera une carrière universitaire aux EtatsUnis. Il enseigne principalement à Harvard où il est professeur d'économie politique de 1949 à 1975, date de sa retraite. Son activité d'enseignement est coupée d'intermèdes. Ainsi, il a été ambassadeur en Inde de 1961 à 1963 et conseiller personnel du Président Kennedy, ce qui ne l'empêchera pas d'ad9pter une position très critique vis-à-vis de l'engagement des Etats-Unis au Vietnam. Il est l'auteur de plus d'une quarantaine d'ouvrages dont le dernier en date t;st sorti en 20041. Le plus connu est sans conteste Le Nouvel Etat Industrie/2 dont la première édition date de 1967 (la quatrième de 1986) et dans lequel il met en évidence les aspects négatifs de la domination de l'économie par les grandes firmes industrielles. Les incontestables succès de librairies que rencontreront ses ouvrages dans les années 1960 et 1970 contrastent cependant avec la place marginale que lui réserve le cercle des économistes les plus en Vlfe. Pour Solow, notamment, très critique vis-à-vis du Nouvel Etat Industriel lors de sa parution, les économistes «sérieux» ne peuvent se satisfaire d'une approche littéraire qui isole le phénomène de la grande entreprise pour en exagérer le pouvoir. Ce genre de démarche n'aurait rien de scientifique et il faudrait considérer que « le professeur Galbraith est avant tout un moraliste »3. L'opposition à Galbraith est d'autant plus vive que celui-ci ne se prive pas de dénoncer les « croyances» véhiculées par une science économique « rifficielle inféodée » aux vues des grands groupes industriels soumis à des impératifs organisationnels. Dans La scienceéconomiqueet l'intérêt général (1973), Galbraith n'hésite plus à formuler ce genre d'interrogation: «N'est-ce pas une possibilité que la scienceéconomiqueseroe, elle aussi, les fins des organisations? [SE et IG, p.21]4. Galbraith condamne plus précisément la théorie néoclassique qui, en répandant l'idée d'un « consommateur-roi» dictant sa loi aux producteurs par l'intermédiaire du marché, est, de fait, conduite à
1 John K. GALBRAITH, Les mensonges de l'économie, Grasset, 2004 [MdÉ]. 2 John K. GALBRAITH, Le nouvel état industriel, Gallimard ,1989 [NEI]. 3 Cité par Ludovic FROBERT, Galbraith, La maîtrise sociale di l'économie, Michalon, collection le Bien commun, 2003, p. 74. 4 John K. GALBRAITH, La science économique et l'intérêt général, Gallimard, 1974 [SE et IG].

10

occulter l'emprise de la grande entreprise sur l'économie de marché. Sa position critique vis-à-vis du dogme néoclassique va de pair avec une condamnation de la vision monétaire développée dans la lignée de ce courant. Il raille la sophistication conceptuelle qui se manifeste tout spécialement en matière monétaire, allant même jusqu'à soupçonner qu'elle puisse servir à masquer le vide du propos. « L'étude de la monnaie est,par excellence,le domaine de l'économie dans lequel la complexité est utilisée pour déguiserou éluderla véritéet nonpour la révéler»l nous dit-il dans le premier chapitre de son ouvrage de 1975 intitulé L'argent. Loin de proposer une théorie monétaire alternative à celles qui fleurissent à l'époque où le monétarisme se répand, l'ouvrage de Galbraith, qui nous offre le récit d'une histoire de la monnaie et des banques, est animé par le souci de montrer que les questions monétaires ne sont pas si mystérieuses. Cette tentative prend tout son sens si l'on considère que c'est bien la prétendue complexité de ce domaine qui justifie, d'une part, la sophistication théorique des spécialistes et, d'autre part, la démission de ceux qui, se déclarant ignorants dans la matière, permettent aux premiers d'assurer un règne sans fondement. Milton Friedman récompensé par le prix Nobel d'économie en 1976, notamment pour ses travaux de théorie monétaire, rédigera un Contre Galbraith en 1977 dans lequel le souci de clarté, le parti pris de simplicité et la volonté de se faire comprendre du plus grand nombre, propres à la démarche galbraithienne, seront déconsidérés en étant présentés comme une sorte de talent de bonimenteur utilisé pour séduire des acheteurs de livres. Ainsi écrit-il: « l'un des grands talents de Galbraith, c'est sa capacitéà forger des mots clés et à les vendre. C'est un
génie de la publicité »2.

Mais, les quelques échanges de « politesses» entre économistes célèbres qui viennent d'être rappelés mettent moins en jeu des conflits de personnalités que des oppositions de fond concernant le statut de la science économique, ce qui inclut autant des divergences portant sur le rôle de l'économiste que sur l'objet même de la discipline économique. Cet article cherche à mettre en évidence « la pensée de l'économie» qui est présente dans l'œuvre de Galbraith malgré une simplicité et une accessibilité apparentes de ses ouvrages qui tendraient, étant donné les critères actuels, à laisser croire à son inexis-tence. Son style « grand public» est de fait inséparable de sa vision de
1 John K. GALBRAITH, L'aty,ent, Gallimard, idées, 1976, p.19. 2 Milton FRIEDMAN, Contre Galbraith, Economica, 1977, if. L. FROBERT, cit., p.S1. op.

11

l'économie ainsi que de la tâche de l'économiste qui en découle. En rupture avec la plupart des économistes, et pas seulement avec ceux qui appartiennent au courant néoclas-sique, Galbraith en fait une discipline à considérer comme une « branche de la théoriepolitique »1 qui inclut, de ce fait, dans son propos la discussion des valeurs et des finalités d'une communauté humaine ainsi que toute réflexion sur le bien commun. Dans ces conditions, le souci de se faire comprendre fait partie intégrante des exigences auxquelles l'économiste doit se soumettre. Nous cherchons à soutenir cette approche de la discipline économique, non pas en invoquant des arguments d'ordre épistémologique, mais en ayant recours à la conception de la politique associée à la critique de la posture des sciences sociales que l'on trouve chez Hannah Arendt (1906-1975). Si cette philosophe d'origine allemande, émigrée aux Etats-Unis en 1941, est connue pour son analyse du totalitarisme2, elle est aussi « obstinément» et surtout « une philosophe du vivre ensemble»3 ayant mis en évidence l'importance cruciale de la préservation d'un (( monde commun ». La préservation de ce « monde commun» ne pouvant se faire sans l'affIrmation et la réactualisation de valeurs partagées qui surgissent du «parler ensemble», la quête de la discipline économique consistant à chercher à découvrir des sources de valeurs objectives plus vraies et moins contestables que tous les jugements de valeur émis par des personnes se présente, sous cet éclairage, comme une entreprise aussi illusoire que dangereuse. Ce n'est pas que le contenu des œuvres des deux auteurs se rejoigne puisqu'ils se situent tout de même dans deux disciplines différentes qui n'ont pas le même centre d'intérêt et qui n'analysent pas les mêmes problèmes, pourtant il y a une proximité dans la manière de les traiter si bien que l'on pourrait dire que l'économie, vue par Galbraith, complète tout à fait la politique, telle que Arendt la saisit, et réciproquement. Outre que l'un et l'autre ont soutenu la candidature de J.F. Kennedy pour être ensuite tout à fait critiques vis-à-vis de l'engagement des Etats-Unis au Vietnam, leur proximité tient au fait que chacun d'eux entende mener son activité de pensée dans le souci de répondre à des questions que tout le monde se pose.
1 Dans la réponse de GALBRAITH à la critique de Solow, The Public Interest, n09, 1967, A Review of a Review, p.l17, cité par Ludovic FROBERT, op. cit., p.78. 2 Hannah ARENDT, Les origines du totalitarisme, Quarto Gallimard, 2002. 3 Françoise COLLIN, L'homme est-il devenu supetjlu? HannahArendt, éditions Odile Jacob, 1999, p.296.

12

«Le test suprême d'un ensemble d'idées économiques, nous dit Galbraith, ce sont les clartés qu'il pro/ette sur ce qui fait l'inquiétude d'une époque» [SE et IG, p. 242]. La jonction des observations ne peut donc manquer de s'établir dès lors que les deux auteurs se trouvent prêts l'un comme l'autre à «penser ce qui nous arrive »1, ce qui signifie, en particulier, s'astreindre à déceler ce qui est véritablement nouveau grâce à la connaissance du passé. L'ÉCONOMIE ENVAHISSANTE

Depuis la première publication du Nouvel état industriel, Galbraith ne cesse de montrer que la grande entreprise qui s'est épanouie après la seconde guerre mondiale a des caractéristiques tout à fait nouvelles qui introduisent des changements sans précédent non seulement dans les activités de production sJ;>écifiquement économiques mais dans l'ensemble des actiVltés humaines. Il faut d'abord noter que les grandes structures industrielles exigées par la complexité technologique ainsi que par l'emploi massif des capitaux qu'elle implique se développent, à partir de cette époque, dans des activités destinées à la consommation qui « relevaient naguère d'un propriétaire individuel ou d'une entreprise sans importance». La société anonyme ne se rencontre plus seulement dans l'industrie lourde, elle vend désormais aussi « les produits d'épicerie,moud le blé,publie lesjournaux et assure la distraction du public» [NEI, pAO]. La consommation des individus constitue le fonds de commerce de ces firmes nouvelles qui prennent leur essor dans les domaines des spiritueux et des aliments industrialisés comme de celles des secteurs automobile, pharmaceutique et des télécommunications qui correspondent à des produits plus récents. Loin de produire pour répondre à la demande des individus, ces firmes doivent d'abord contribuer à fabriquer la demande en créant la nécessité de l'usage de leurs produits. Dès lors, la démarche publicitaire doit être saisie comme un préalable indispensable et s'analyse comme une activité de fabrication du manque que le produit viendra combler. Il faut se rendre à l'évidence, « l'initiative de déciderde ce qui va êtreproduit n'appartient pas au consommateursouverain» [NEI, pAS] elle émane plutôt de la grande organisationproductrice qui (...) tend à asslfjettir le consommateur aux besoins qui sont les siens ». Si le
1 Voir Jean-Claude ESLIN, Hannah Arendt, l'obligée du monde, Michalon, lection : le bien commun, 1996, p.ll. 13 col-

modelage des goûts des personnes et l'application de la virtuosité technologique à la création de besoins susceptibles d'être assouvis par un produit font partie intégrante de la démarche de la firme moderne, il faut en conclure que « cette entité économique» se livre à des activités qui vont bien audelà du cadre économique du passé. Celles-ci relèvent plus du conditionnement et de la recherche d'influence sur les esprits des individus que d'une activité traditionnelle de production de choses qestinée à répondre aux besoins des personnes. Dans Le Nouvel Etat Industriel, Galbraith parle d'une ((filière inversée» pour signifier que la firme moderne doit d'abord créer des désirs pour avoir ensuite la possibilité de s'imposer comme producteur indispensable à leur satisfaction. Dans ce cas, c'est l'être humain transformé en être sujet à des besoins illimités qui se trouvent au service de l'expansion des structures économiques, alors que dans une «filière classique» caractéristique d'une époque antérieure, l'économie répondait avant tout aux besoins de consommation qui émanaient des individus. Galbraith signale, encore, d'autres nouveautés propres à la firme moderne qui ont trait, en particulier, à son fonctionnement interne. La grande structure a des caractéristiques à la fois technologique, financière et organisationnelle qui la distingue tout à fait des entreprises du passé comme, d'ailleurs, des petites entreprises patronales d'aujourd'hui qui existent toujours dans le domaine des services aux personnes, par exemple. La direction de la grande firme moderne n'est pas le fait d'un individu: propriétaire d'un capital, elle relève d'un organe collectif d'administration, que Galbraith désignera par le terme de «technostructure», dont les membres n'ont pas besoin d'être propriétaires pour exercer une influence décisive. La direction managériale entraîne une modification conséquente du « comportement de l'entreprise» qui n'a plus rien à voir avec le « comportement de l'entrepreneur ». Ce n'est pas la maximisation du profit qui constitue le principe d'action de la grande organisation administrée par une « technostructure». Si cette maximisation a du sens lorsqu'il s'agit de mettre en valeur un capital qui vous appartient, elle le perd dans le cas d'une déconnexion entre la propriété et l'organe dirigeant. Le profit n'est qu'une condition nécessaire à la réalisation d'une croissance de la production laquelle constitue, selon Galbraith, l'objectif véritable de ces grandes organisations ayant l'avantage de faire l'objet d'un consensus entre les membres du groupe décisionnaire qui les administre. Dans ces conditions, on comprend que la fabrication d'un être en proie au besoin de 14

consommer constitue le moyen susceptible d'assurer la dynamique de la « croissancepour la croissance» qui préside aux décisions de la « technostructure». La nature du principe d'action des firmes modernes indique qu'elles sont logiquement conduites à chercher à agir sur les aspirations des individus. Mais il ne s'agit pas du seul domaine atteint par l'expansionnisme des firmes. Les exigences organisationnelles liées à la grande taille impliquent une action sur leur environnement encore plus large et touchant cette fois les visées des institutions. La nécessité de programmer des productions mettant en œuvre des technologies élaborées et changeantes qui va de pair avec le souci d'établir des prévisions, d'éliminer les incertitudes du futur et de maîtriser la demande des clients impliquent la nécessité d'une planification dont le champ d'application a inévitablement tendance à s'étendre au-delà du cadre interne de la firme. La fixation des prix de vente, comme des prix aux fournisseurs montrent l'emprise de ces entités économiques sur les variables censées être déterminées par le marché. Par opposition au système de marché subi par les entreprises patronales, Galbraith appelle « le secteur de /'économie (...) caractérisépar la grande entreprise»: (( le .rystèmeplanificateur» et son existence est à considérer comme « le trait dominant du nouvel état industriel» [NEI, p.49]. Au pouvoir des grandes entreprises sur la formation des variables économiques, i). faudrait aussi ajouter leur faculté d'orienter les actions de l'Etat dans les domaines qui les servent. Sans considérer qu'elle ait pu être mise en place pour ce motif, il faut constater que la régulation de la demande par l'usage des instruments de la politique économique prévue p~r la « Rivolution krynésienne» s'est avérée une intervention de l'Etat bienvenue pour assurer la stabilisation de débouchés à ces activités modernes coûteuses en technologie et exigeant une longue période de gestation entre la conception et l'apparition des produits. La politique keynésienne de relance destinée, à l'origine, à la lutte contre le chômage a été détournée pour finir par servir une religion de la croissance qui s'accorde parfaitement avec les buts poursuivis par la « technostructure». En dépit d'un discours convenu annonçfLnt que les milieux d'affaires s'oppo-sent aux ingérences de l'Etat, il faut admettre que les succes-seurs de l'entrepreneur du ,passé n'ont pas cessé de « s'associerde plus en plus étroitementà l'Etat, et en sefélicitant du résultat ». Plus encore: il faut convenir qu'ils ont accepté « et avec enthousiasme, que leur liberté s'en trouve diminuée» [N~I, p.447]. Si « la tech-nostructure» s'oppose à l'intervention de l'Etat sous le prétexte qu'elle porte 15

atteinte à son autonomie, le concours des Pou-voirs Publics est admis, bien plus il est sollicité et encouragé dès lors qu'il concerne des domaines qui lui conviennent. La recherche dans le développement technique de pointe et la formation poussée du personnel qu'elle suppose font partie de ces domaines où le financement public est le bienvenu. Galbraith considère, d'ailleurs, que les exigences des firmes modernes sont plus la cause de la croissance des effectifs de l'enseignement supérieur qu'un quelconque intérêt pour «l'édu-cation des masses». Aussi ajoute-il, «qu'a contrario»: «si notre régime économique n'avait besoin que de millions deprolétaires illettrés, c'est très vraisemblablement sous cetteforme que notre sociétéles lui fournirait.» [NEI, p.42]. Pour Galbraith, c'est donc avant tout la technologie induisant les nécessités organisationnelles de la grande tail\e qui «fait apparaître une fonction de plus en plus importante à l'Etat moderne» [NEI, p.43] et non un système d'i-dées ayant prôné l'interventionnisme. La planification n'est pas à assimiler « aveuglement» à l'idéologie du socialisme; elle relève avant tout des exigences de la grande structure industrielle caractéristique de « la vie économiquemoderne». Galbraith décèle d'ailleurs «une
tendance générale à la convergence bureaucratique et culturelle des grandes

entreprises tant capitalistes que socialistes» [NEI, p.IV]. ,En défInitive, la firme moderne dépend beaucoup plus, de l'Etat que n'en dépendait l'entreprise patronale du passé. L'Etat aurait de plus en plus tendance à tenir un rôle de prestataire de service pour le compte des firmes, à tel point qu'il faudrait désormais douter de fa réalité de l'existence d'un secteur public, comme l'indique Galbraith dans son ouvrage de 2000. « Une composante massive, cruciale et en plein essor du sfcteur dit public est, à toutesfins pratiques, dans le secte,ur rivé» [MdE, p.52]. En réalité, p «le privé d~vientlepublic» [MdE, p. 56] et c'est parti-culièrement vrai, aux Etats-Unis, dans le domaine militaire. Si la symbiose entre l'État et la firme est manifeste dans le secteur de l'armement celle-ci n'émeut guère a Priori dans la mesure où les commandes publiques faites au complexe militaro-industriel sont censées assurer un objectif de défense nationale qui est immédiatement associé à un intérêt général. Mais Galbraith a fini par mettre en doute la légitimité et l'authenticité de cet objectif. Celui-ci aurait tendance à se trans,former en prétexte pour servir des intérêts plus particuliers. A la fin des années 1970, lorsqy'il rédige l'introduction de sa troisième édition du ~ouvel Etat industriel, il estime que la compétition entre les Etats-Unis et l'URSS est devenue« un piége qui consiste,pour les Soviétiques, à tout mettre en œuvrepour stimuler 16

la réplique militaire des Américains, et pour nous, à faire tout notre possible pour stimuler la réactiondes Soviétiques. Dans les deux pqys, une importante bureaucratie militaire et industrielle vit de cette interaction» [NEI, p.35-36]. Dans La Ripublique des satiifaits1, il n'hésite pas à dénoncer la surproduction d'armement, conséquence des commandes du Département de la Défense qui se soldent par des excès de dépenses publiques qu'il est difficile de dénoncer sans risquer de se trouver accusé d'être «soft on communism ». Galbraith considère que la peur du communisme « qui touchapar moments à la paranoïa clinique» [RdS, p.32] a été le principal pilier du budget militaire américain. C'est elle qui a permis l'extraordinaire augmentation des dépenses militaires, au cours des années 1980 sous la présidence de M. Reagan, alors qu'en même temps, des restrictions générales sur l'action et les dépenses de l'Etat étaient dans l'air du temps. La majorité de ceux qui votent formant ce que Galbraith nomme: La Ripublique des satiifaits a adopté une visi<~n extrêmement sélective du rôle de l'Etat. Les dépenses de l'Etat sont « un fardeau» dès lors qu'il est question de prestations sociales, de logements sociaux, de soins médicaux pour ceux qui n'ont pas de protection, ou d'enseignement public. En revanche, leur nécessité n'est plus mise en cause dès lors qu'il s'agit de garanties financières pour les déposants des banques et des caisses d'épargne, ou de dépenses militaires et ceci en dépit de leur énormité et de l~ur impact fiscal accablant. Les discours prônant le moins d'Etat sont tenus par ceux-là même qui applaudissent à la croissance des dépenses dans le secteur de la défense. L'importance du programme d'armement des années 1980 a permis l'émergence d'un «establishment militaire largement autonome, se tenant au-dessus et à l'écart du contrôle démocratique» [RdS, p131]. Si la peur du communisme a été le principal stimulant de la course aux armements, son effondrement pose la question d'une nouvelle justification et de la découverte d'un autre ennemi, mais, pour Galbraith, «ce qui n'estpas douteux, c'est que l'establishment militaire public et privé va continuer, de son propre chef, à revendiquer une largepart de ses mqyensfinanciers antérieurs.» [RdS, p.33] Et il faut craindre que des aventures militaires ne soient organisées que pour justifier l'expansionnisme du pouvoir de l'establishment. Avec la course aux armements, il est apparu que c'est moins l'industrie qui répond à un objectif d'intérêt général initié par
1 John K. GALBRAITH, La Ripublique Etats-Unis, Seuil, 1993, [RdS].

des satisfaits. La culture du contentement aux

17

l'État, que l'État qui adopte, dans ce domaine aussi, les préoccupations des grandes entreprises. Les idées toutes faites qui servent les organisations s'Ïtpposent à l'ensemble de la société, aux individus comme à l'Etat. La défense nationale, au même titre que la croissance, l'éducation et le progrès scientifique et technique feraient partie de ces visées dénaturées qui (( reflètent l'adaptation des oijectifspublics à ceux de la technostructure» [NEI, p.355]. Tout ce qui sert les fins des organisations a acquis une « haute valeur sociale», leurs objçctifs ont été élevés au rang des valeurs d'intérêt général qu'un Etat se doit de soutenir. Cela signifie qu'il n'y aurait pas plus de contrôle démocratique réel du peuple sur les valeurs et le devenir de la société qu'il n'y a de consommateur-roi imposant, via le marché, ses préférences aux producteurs. Galbraitp se dresse contre cette «intervention de l'entreprise privée» [I\1dE, p. 75] se répandant dans un secteur qui autrefois était public, c'est-à-dire destiné à servir des valeurs humaines toutes autres que celles qui surgissent de l'économie faite par la grande organisation. C'est dans cet esprit qu'il dénonce «une scienceéconomiquecifftcielle qui ignore ce p,hénomène et continue, » à l'inverse, à interpréter les actions de l'Etat comme « une menace pour l'entrepriseprivée» sans ,saisir, donc, le renversement qui s'est accompli faisant de l'Etat un organe de promotion des objectifs des organisations.

LA MISE EN CAUSE DE «L'ÉCONOMIE

OFFICIELLE»

Au premier abord, le soupçon que Galbraith fait planer sur la science économique pourrait faire penser à l'accusation de Marx évoquant « une sciencebourgeoise» au service des intérêts de la classe capitaliste. Le rapprochement est d'autant plus tentant que Galbraith p;ésume également, à l'instar du philosophe allemand, que l'Etat puisse se faire le serviteur des grandes sociétés. Cependant l'analyse de Galbraith se distingue de celle de Marx, à plus d'un titre. Marx qui, en son temps, a montré que «le pouvoir constituait un fait incontournable de l'activité économique» [EP, p.170p a ouvert une voie qui permet, effectivement, de reconnaître que les grandes entreprises ne sont pas subordonnées au marché. Cependant l'origine de ces grandes entreprises, telle que Marx la saisit, ainsi que la source et la
1 John 1989.

K. GALBRAITH,

L'économie en perspective. Une histoire critique, [EP], Seuil

18

nature

de leur pouvoir, telles qu'il les envisage, ne cor-

respondent pas aux caractéristiques des grandes sociétés anonymes de la deuxième moitié du XXe siècle. Marx décrit
« un processus de concentration capitaliste dans lequel les petits capitalistes

sont progressivement dévoréspar lesgros» qui ne coïncide pas avec la « croissance par acquisition de la grande entreprisemoderne» opérée par la technostructure. [SE et IG, p.137] Si, pour l'auteur du XIXe siècle, « lefait essentiel» est que « le pouvoir se trouve aux mains du capitaliste» [EP, p.l7l] lequel est à la fois le dirigeant de l'entreprise et son propriétaire, pour Galbraith, l'un des phénomènes les plus déterminants de la vie actuelle tient à « l'organisation» exigée par la grande entreprise. Dans ce cas, ce n'est pas la propriété ou la richesse du capitaliste qui constituent la source d'un pouvoir s'étendant à la société et à l'Etat. Pris dans la logique de son analyse, Marx n'a pas envisagé que le capitalisme puisse se transformer autrement que par l'abolition de la propriété privée des moyens de production, mais de toute façon, il ne pouvait pas imaginer que l'essor de la grande société anonyme « orientéevers le compromis» car capable de payer des salaires plus élevés que la petite entreprise atténuerait considérablement la pression en faveur de la révolution. [EP, p.l75] De même, il n'a pas pu songer que « le pouvoir dirigeant n'appartiendrait plus alors aux capitalistes,mais aux technocrateset aux bureaucratesdesgrandes organisations.» [EP, p.l76] La particularité de la position de Galbraith se décèle plus particulièrement du côté des « remèdes» à mettre en œlfvre. Ainsi, il pense qu'il est tout à fait possible « d'émanciper IBtat» de l'emprise des groupes industriels, e~ suppose, de ce fait, qu'il n'est donc pas dans la nature de l'Etat, y compris sous un régime de propriété privée des moyens de production, d'être l'auxiliaire de ces groupes. Galbraith consiqère que, même si l'assertion a un fond de vérité, « assigner IBtat du XIXe siècle, [comme le fait Marx], au serviceexclusif du grand capital industriel est tout à fait faux.» [AP, p.l23]. Pour l'auteur de La scienceéconomique et l'intérêtgénéral, il est possible autant qu'indispensable de rétablir une distance entre les intérêts de la collectivité normalement servis par l'État et les intérêts du système planificateur. Et c'est dans cet objectif qualifié de « nécessité politique» que Galbraith tente de démystifier les croyances de la science économique officielle. « Notre tâche actuelle est de nous libérer de doctrines qui, si nous les acceptons,nous asservissentau .rystème planificateur au lieu de le mettre à notre service» [SE et IG,

p. 270].

19

Les économistes dans la lignée du courant néoclassique qui ne perçoivent pas les particularités de la firme moderne se trouvent évidemment en première ligne des critiques. Ils persistent à les analyser comme des entreprises dirigées par leur propriétaire dont l'activité consiste à produire des biens pour répondre aux besoins de consommation des individus. Les théories de l'oligopole ou du monopole ne vont pas vraiment au-delà de cette vision. Si elles reconnaissent une influence des firmes sur les prix, elles persistent à faire des goûts du consommateur la référence à laquelle celles-ci doivent se plier, si bien que leur enseignement permet toujours de conclure que dans un système capitaliste nommé de façon plus anodine: une économie de marché, « c'est en dernièreanalYsel'individu qui exercele pouvoir» [NEI, p.263]. Ce genre d'enseignement est évidemment de nature à laisser s'épanouir l'influence des grandes entreprises car «parmi les nombreux servicesque l'on peut rendre au pouvoir, il n'en estpas deplus précieux que d'entretenir la crqyanceen son inexistence». [AP, p.13S] C'est pourquoi Galbraith peut affirmer: « la grande entreprise- la grandefirme moderne- vit très largementsous la protection de l'enseignementéconomiqueconventionnel». [RdS, p.78] Cependant le concours des économistes ne correspond pas spécialement à une volonté de tromper le peuple en échafaudant des théories dont la seule fonction serait de justifier l'ordre établi et en l'occurrence de masquer le pouvoir des grandes entreprises. Galbraith est clair sur ce point: «Quand on considèrel'origine du rôle instrumental de la scienceéconomiqueil faut se garder dy voir le moindre complot et ne faire qu'une part modeste au calcul. Les économistesne sont pas délibérémentles serviteurs de l'intérêt économique.» [SE et IG, p.24] La critique de Galbraith n'est pas assimilable à la condamnation marxiste du courant néoclassique, laquelle ne se situe d'ailleurs pas forcément dans un respect de l'esprit de l'œuvre du philosophe allemand1. Dans l'avant-propos de son ouvrage de 1973, Galbraith, tout en aff:trmant que «la science économique entraîne atdourd'hui ses porteparole à des cone/usions qui font le jeu des grandes sociétés», se démarque aussi, toutefois, des critiques « extrémistes» de la science économique qui vont jusqu'à rejeter tous les concepts de cette discipline et prennent toutes ses propositions comme (( un mqyen de détournerles esprits de la simple et bouleversantevérité.» [SE et IG, p.1S] Galbraith ajoute: «Je n'ai aucune {Jmpathie pour cette thèse,. Marx n'en aurait pas eu davantage, rappelons-leà nos extrémistes,
1 Pour la distinction entre Marx et le marxisme voir M. ABENSQUR, La dimocratie contrel'État. Marx et le moment machiavélien,Puf, Collège international de philosophie, 1997. 20

car il nous a légué une tradition intellectuelledes plus exigeantes.» La critique que Galbraith oppose à la vision conventionnelle de l'économie consiste avant tout à souligner son caractère obsolète, si bien que l'attaque atteint moins les pères fondateurs de l'approche vantant les vertus du marché que ceux qui continuent à la répandre dans un monde qui a changé. Ce sont des « économistesdeprofession» [EP, p.308] négateurs de la réalité des changements qui sont à mettre en cause plutôt que le manque de scientificité ou la fausseté des idées énoncées par ce courant. «Le {)Istèmenéoclassique(...) n'a rien d'invraisemblable dans la mesure où il est le miroir d'une sociétéqui a existé. » [SE et IG, p.46] De plus, il reste adapté à la description de la partie de l'économie qui correspond aux petites entreprises patronales qui, pour leur part, sont tout à fait soumises aux impératifs du marché, tandis que la grande organisation ne l'est pas du tout. Aussi un rejet trop systématique de « l'économieofficielle» n'est-il pas plus pertinent qu'une aveugle adhésion. Il faut, d'abord et avant tout, dénoncer l'idée que le système de marché soit la loi économique qui s'applique à toutes les entreprises car c'est, précisément, cette généralisation qui permet de nier la réalité du pouvoir des firmes. Or la généralisation est liée à une disposition d'esprit de l'économiste qui, « dans l'univers académique où la scienceéconomique est enseignée se », trouve contraint de faire valoir sa discipline en la faisant passer pour une « science», seul label qui, aux Temps Modernes, puisse donner une validité à une spéculation intellectuelle. Pour se conformer à ce critère, la discipline se doit alors d'établir des propositions aussi définitivement valables que « la structure des neutrons, des protons, des atomes et des molécules». Elle cherche à formuler des (( véritésfigées etpermanentes» notamment en matière de motivation des hommes qui finissent par l'éloigner de l'observation des faits et l'entraîner vers la négation de la réalité. «Paradoxalement... [c'est] cette volonté même de scientificité qui pousse irrémédiablement l'économievers l'obsolescence, ans un monde d qui changeconstamment. » [EP, p.350-351] Ce sont donc moins les idées véhiculées par l'économie néoclassique qui sont en cause que le souci de respectabilité auquel les économistes se plient sans s'interroger plus avant sur les conséquences de leur pratique. Les services que les intellectuels et les politiciens rendent au système planificateur « n'impliquent de leurpart aucune collusion, aucune opération louche aucun calcul même: leursprises deposition sont dans bien des cas lefait d'hommes très distingués et peu imaginatifspour qui l'idée même d'une divergenceentre les intérêts du {)Istèmeet ceux de la collectivitéest paifaitement inconcevable» [SE et IG, p.276]. La sou21

mlSS10n des économistes aux impératifs des grandes organisations serait de l'ordre d'une servitude involontaire relevant d'un conformisme qui emprisonne les esprits et paralyse l'imagination. Plus généralement, il semble que l'on puisse conclure que c'est le manque de réflexion de ceux dont le métier consiste a priori plutôt à en faire preuve qui laisse libre cours à l'emprise des grandes entreprises. C'est de cette façon que l'on peut comprendre que« leprocessuspar lequel les oijectifs de la société se calquent sur les buts de la grande entreprise et par suite de la technostructure, n'a rien d'intellectuelet nefait pas appel à l'analYse.Il reflète, au contraire le triomphe des idéespréconçues,inlassablement répétées,sur la pensée rigoureuse». [NEI, p.207]. Galbraith décrit un « .ryndrome bureaucratique», caractérisé par une « scléroseintellectuelle» [RdS, p. 75] qui atteint bon nombre de personnes y compris les milieux universitaires et qui va de pair avec l'invasion de la culture de l'organisation.

RÉSISTER À LA CULTURE DE L'ORGANISATION
La résistance à laquelle Galbraith nous convie n'implique pas de supprimer les grandes entreprises dont l'efficacité productive est sans commune mesure avec la petite structure et ses ouvrages des années 1950, notamment, Le capitalisme américain (1952) et L'ère de l'opulence (1958) l'ont suffisamment montré. il s'agit de les empêcher de faire régner leurs préoccupations et leurs points de vue sur l'ensemble de la société. Leur règne tient moins à leur puissance financière et moins à leur faculté de contrainte des individus qu'à un conditionnement général des esprits. Ce n'est ni la «promesse d'une rétribution Pécuniaire» [AP, p.12]1, ni la menace, autrement dit «la dissuasion », qui permettent de comprendre l'influence qu'elles exercent. Dans son «Anatomie du pouvoir» (1983), Galbraith évoque un troisième instrument de pouvoir qu'il nomme « la persuasion» - que celle-ci soit explicite ou implicite et relevant alors du conditionnement -, et considère que c'est elle qui, avant tout, «joue un rôle essentiel dans lefonctionnement de l'économieet des institutions politiques modernes, que cesoit dans lespqys capitalistes ou socialistes.» [AP, p.15] La grande structure exigeant un haut degré de coopération entre ses membres, «la persuasion» s'avère l'indispensable moyen de la cohésion de l'ensemble. Il estime d'ailleurs que « si la répressionétait un instrument
1 John K. GALBRAITH, Anatomie du pouvoir, Seuil, 1985 [AP].

22

politique commode ou légitime, elle serait utilisée dès maintenant, et non pas contre le .rystèmeplanificateur mais par lui» [SE et IG, p.277]. Comme le pouvoir de ce système «repose sur lafoi qu'il inspire », « l'offensive doit porter sur les crqyances» [SE et IG, p.276-277] et le seul remède qui puisse être envisagé passe par une «Prise de Consciencecollective»que les écrits de Galbraith ont pour tâche de faire surgir. Il compte, en fait, sur la résistance qui pourrait être le fait du plus grand nombre dès lors que « l'instinct qui nousfait pressentir les dangers que recèle cette cof!fonction de la puissance économique et de la puissance publique» [NEI, p.447] serait orienté dans la bonne direction. Pour que la grande organisation perde de son influence, il faudrait, en particulier, cesser de croire que les milieux d'affaires s'opposent aux ingérences de l'Etat dans la vie des individus et convenir qu'ils l'utilisent, au contraire, pour leur cqmpte. Il faudrait aussi admettre que ce n'est ni la nature de l'Etat, ni l'essence de la propriété privée des moyens de production qui rendent compte de cette collusion particulière au monde moderne. Le pouvoir de la grande entreprise est fondé sur le conditionnement et celui-ci est inséparable de la culture de l'organisation. Le pouvoir s'obtient en trouvant des moyens de faire taire toute contestation soit en faisant usage de la force, soit en décrédibilisant les contestataires soit encore en condamnant leurs arguments, mais « la réussite suprême» est que l'individu ne se rende même pas compte qu'il est dirigé [AP, p.149], si bien que l'envie de contester n'effleure même pas ses sens. Les grandes organisations complexes, qu'il s'agisse des entreprises, des appareils d'Etat, des syndicats ou des associations professionnelles, favorisent le «contentement» de l'individu qui fait corps avec l'ensemble. Cette fusion qui élimine les oppositions est toutefois problématique et devrait être une source d'inquiétude dans la mesure où l'organisation ne requiert qu'une fonction parcellaire des êtres humains. «L'organisation consiste à mettre des spécialistes, qui Pris individuellement, sont techniquement incomplets et largement inutiles, en relationfonctionnelle avec d'autres spécialistes,pour les réunir en un tout complet et utile. » [SE et IG, p.108] La liberté de suivre sa propre voie s'évanouit non pas parce que l'individu subit des menaces ou se trouve démuni de moyens financiers pour y parvenir mais parce que son existence, réduite à sa fonction économique, n'a de sens qu'au sein de l'organisation. Le conditionnement par identification à la fonction joue un rôle important dans les grandes entreprises, en particulier pour l'encadrement et y compris pour les membres de l'appareil dirigeant. « C'est la fierté du cadre de direc23

tion ou de celuiqui aspire à cerang de (( croire pour de bon)) à cequ'il fait. » [AP, p.37] C'est pourquoi les «valeurs» fabriquées par la « technostructure», - nommée plus volontiers la «bureaucra-tie» dans les ouvrages plus récents -, ne peuvent pas corres-pondre à des valeurs promues par des êtres « complets» ca-pables de distanciation et d'empathie. La «culttlre de l'organisa-tion>> exigeant d'accepter de servir un but commun et «d'être, comme on dit, un bon joueur d'équipe» [RDS, p. 71] s'avère en contradiction avec l'exercice de la faculté de penser de l'individu. Dans son ouvrage de 1996 consacré à la présentation de ce que pourrait être une « sociétémeilleure)), Galbraith souligne cet aspect destructeur dans un chapitre qui dénonce le « .ryndrome bureaucratique» : «La première et la plus évidente des tendancesperoerses d'une organisation, et surtout desgrandes organisationsvient de ce que la disciplinefinit par remplacerla réflexion. » L'usage de sa faculté de jugement est même mal venu car l'individu qui l'exerce pour déceler des erreurs sera considéré comme «non-coopératif, irresponsable et même excentrique». [pSM, p.119-120] En fIn de compte, le vecteur essentiel de l'épanouissement du pouvoir des grandes entreprises s'avère, donc, le conformisme des esprits aux visées des organisations et l'absence d'opposition qui le caractérise. Si, à l'instar d'une analyse marxiste, Galbraith reconnaît qu'il y a collusion entre la sphère économique et la sphère politique, il n'en espère pas moins qu'une séparation entre ces deux dimensions puisse être rétablie. Le moyen pourrait se trouver dans la réaffumation de l'existence d'autres valeurs que celles qui sont soutenues par les organisations pour servir leurs fIns. Si Galbraith peut se défInir comme un « libéral» c'est au sens « politique» et américain du terme et non au sens français étroitement associé à l'économie. Ce qui signifIe, notamment que, pour lui, « le problème de la liberté n'est pas celui de la liberté de l'homme d'4faires» [NEr, pA47]. Il s'agit plutôt de la liberté de poursuivre d'autres fIns que celles que le système planifIcateur, subordonné aux exigences de l'organisation, attribue aux individus. C'est précisément ce genre de liberté qui tend à se perdre et qu'il s'agit de rétablir en « aidant l'individu à échapperà son asslffettissement» [NEr, pA18], ce qui implique de compter sur son entendement et son esprit critique ainsi que sur l'existence d'espaces d'expression indépendants. La dénonciation des croyances économiques préfabriquées devrait aller de pair avec une résistance à l'enfermement de l'esprit dans les limites
1 John Kenneth GALBRAITH, Pour une société meilleure, Seuil, 1997.

24

du discours convenu pour lequel toutes les fins qui ne servent pas le système planificateur sont «présentées comme des entreprises supeiflues, négligeables,antisociales» [NEI, p.448]. Résister au dénigrement pour, au contraire, affirmer énergiquement la valeur d'autres activités humaines comme, par exemple, celles qui sont guidées par des fins esthétiques, tout en veillant à ce que ceux qui les servent ne soient pas subordonnés au système planificateur sont des positions qui contribueraient à remettre ce dernier à sa véritable place. C'est seulement dans ces conditions que « lafOrmation intellectuellesera unefin en soi, et non un mqyen de mieux servir le .rystème» [NEI, p.449]. Selon cette lecture, les tentatives récentes de réforme universitaire en Europe et en France en particulier, axée sur « l'employabilité» des étudiants révèle à quel point l'emprise du système plani-ficateur sur les finalités de la société est, désormais, aussi lar-gement étendue sur le Vieux Continent qu'en Amérique. Ces derniers temps, l'influence des grandes organisations sur les esprits n'a pas cessé de s'étendre et de gagner du terrain. Dans son ouvrage de 1992, Galbraith insiste sur les dangers qui sourdent de l'autonomie qui leur est laissée sous couvert du dogme de l'efficience des mécanismes de marché et du caractère supposé pernicieux de l'intervention étatique. Il est non seulement de plus en plus absurde de compter sur ce système de marché pour contenir leur pouvoir, mais aussi totalement déraisonnable de laisser régner la logique expansionniste de la grande structure sur l'ensemble de la société. L'engagement dans des conflits pour des motifs impénétrables aux justifications douteuses constitue un risque que Galbraith avait décrit dès la première guerre du Golfe. Une autre source d'inquiétude lui est fournie par l'approfondissement de la dualité des secteurs économiques. Dans La Science économique et l'intérêt général, Galbraith avait déjà souligné que l'on ne pouvait pas attendre que les inégalités de revenu entre les petites entreprises soumises au marché et les grandes organisations qui le dominent diminuent d'elles-mêmes au cours du temps. La dualité économique qui se manifeste par la coexistence cote à côte « d'unefOrcede travail relativementprospère et d'une fOrce de travail relativement appauvrie» est durable car elle est inhérente au pouvoir dont bénéficie la grande organisation en matière de fixation des prix. C'est ce pouvoir, plus qu'une efficacité ou une productivité supérieures, qui lui offre la faculté de verser des salaires relativement plus élevés. On ne peut pas espérer sérieusement contrer le pouvoir des firmes dans ce domaine. Les lois anti-trusts sont « admirablement inoffen25

sives », et se révèlent plutôt « un cui-dc-sacoù lespro/ets de réfOrme peuvent être contenus sans danger [SE et IG, p.264]. Pour faire face à «l'inégale répartition du pouvoir» [SEetIG, p.12], il faudrait plutôt envisager une protection de la petite entreprise qui lui éviterait de subir une pression excessive à la baisse de ses coûts qui se traduit en sunnenage de son chef et en faible revenu de son personnel. Le «Iaisserfaire» n'est pas du tout un moyen d'assurer la disparition de cet écart contrairement aux annonces de « l'économierfficielle». Mais, par ailleurs, on ne peut pas non plus considérer que ces petites entreprises vont dis-paraître du fait de la concurrence des plus grosses. L'analyse de la dualité des secteurs et des raisons de sa persistance mérite d'être soulignée. «Le caPitalisme, nous dit Galbraith, exige une classe Ùiférieure» pour le travail de domesticité que personne ne veut fairel. Les immigrés ont longtemps tenu cette place sans se plaindre, dans la mesure où leur sort restait meilleur que dans leur pays d'origine et que les perspectives d'ascension sociale pour leurs enfants constituaient un espoir raisonnable. Les choses sont désonnais différentes. «L'appartenance à la classe inférieure devenant stable et durable chacun devrait s'attendre à voir grandir les rancoeurset les troubles sociaux» [RdS, pA8]. Il vaut sans doute mieux souhaiter que les événements ne conflnnent pas les inquiétudes de Galbraith qui prévient la République des satisfaits de la rage qui couve parmi tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans leur culture, qui ne votent plus depuis longtemps et qui n'espèrent plus rien des politiques. La «culture» issue de l'organisation est désonnais largement dominante, et son contenu ne relève pas d'idées issues de la réflexion mais plutôt du kit préfabriqué d'argumentations et de réponses toutes faites destiné à être consommé pour satisfaire un confort psyçhique. Ainsi, le « laisserfaire» justifiant le désengagement de l'Etat qui s'est imposé comme la valeur sociale par excellence à partir des années 1980, n'a plus rien à voir avec son origine. Il ne s'agit que d'un slogan bricolé par la grande organisation pennettant, entre autres, de justifier sa domination sur les petites entreprises qui assurent les activités aussi indispensables que peu rémunératrices. Galbraith sou1 La conscience de l'impossibilité de la disparition du travail lié à l'entretien de la vie est un point clé dont l'importance apparaît en faisant un rapprochement avec l'analyse de Hannah Arendt menée dans la Condition de j'homme moderne,CalmannLévy, 1983. Il faut lire, en particulier, le chapitre III qui présente les ambiguïtés de l'analyse du travail chez Marx. Cette conscience est sans doute à relier à son écoute du mouvement féministe qui met en évidence qu'aucune machine, aucun robot domestique, ne pourra remplacer le travail accompli à la maison, de telle sorte que le seul moyen d'en être déchargé est d'avoir un personnel à son service. 26

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.