//img.uscri.be/pth/acaca7bc71a02994120960ecc2790e4d256e9a7a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'armée guinéenne

De
98 pages
L'émergence du nouvel Etat de droit en Guinée ne sera possible que par la restructuration de l'armée guinéenne en vue de sa professionnalisation. Cette restructuration nécessitera, entre autres, que cette armée devienne une vraie armée nationale dépolitisée, au civisme affirmé à côté de réelles institutions républicaines. L'auteur propose une nouvelle organisation de la future armée guinéenne, tout en étant conscient que ce travail sera long et difficile. Mais il constitue le prix à payer pour l'émergence et la consolidation d'un système politique démocratique en Guinée.
Voir plus Voir moins

L’ARMÉE GUINÉENNE

4

Mamadou Aliou Barry

L’ARMÉE GUINÉENNE
Comment et pour quoi faire ?

Préface d’Alpha Sidoux Barry

L’Harmattan

DU MÊME AUTEUR :

La Prévention des conflits en Afrique de l’Ouest : Mythes ou réalités, Editions Karthala, 1997. Le contrôle du commerce des armes en Afrique, Utopie ou réalité ? Editions L’Harmattan, 2005. Guerres et trafics d’armes en Afrique, géostratégique, Editions L’Harmattan, 2006. approche

Le commerce moderne des armes en Afrique, données chiffrées, circuits et acteurs, Editions L’Harmattan, 2008. Guinée : l’alternance politique à l’issue des élections présidentielles de décembre 2003, ouvrage collectif, Editions L’Harmattan, 2004. Enjeux et défis démocratiques en Guinée (février 2007décembre 2010), ouvrage collectif, Editions L’Harmattan, 2007

© L’Harmattan, 2009 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-10190-6 EAN : 9782296101906

à mon frère, le Lieutenant BARRY Bademba et à ses compagnons d’armes, victimes de la dictature de Sékou TOURE

PREFACE Cet ouvrage s’adresse à la conscience de tous les Guinéens. Il répond à la question fondamentale, la seule qui vaille d’être posée : « Comment sortir la Guinée de cinquante ans de dictature pour la placer, enfin, sur les rails du développement ? » L’auteur, officier des armées françaises (cr), docteur en droit et auteur de plusieurs ouvrages sur la sécurité en Afrique, apporte à cette question cruciale la réponse la plus originale que l’on ait jamais pu lire parmi toutes les réflexions qui ont été menées sur ce sujet : la Guinée ne peut s’en sortir que par une réorganisation totale et profonde de son armée, facteur clef de tout changement démocratique dans le pays. A première vue, une telle réponse paraît déconcertante. Car, comment expliquer que l’armée soit devenue aujourd’hui le principal obstacle au changement que les Guinéens appellent de leurs vœux depuis tant d’années ? Sous la Ière République, dite révolutionnaire, l’armée n’était que « le souffre-douleur du peuple », vidée de tout son contenu. Elle était pourtant un véritable épouvantail pour le régime. C’est pourquoi elle fut décimée en 1970-1971 par le « Responsable suprême de la révolution », Ahmed Sékou Touré. La nature ayant horreur du vide, ce sont les résidus de cette mémorable purge qui ont recueilli le pouvoir, le 3 avril 1984, à la mort du premier président guinéen. Sous le régime du général Lansana Conté, qui a suivi, l’armée occupe une position centrale dans la vie politique guinéenne. Elle est érigée en « corps privilégié de l’Etat ».
9